L’ordrre n’a pas d’ipmrotncae

Le titre est emprunté à cette couverture grise et lumineuse, écrin à lettres évidées, des deux petits livres.

Je lis ces ouvrages comme j’écoute des duo instrumentaux. Dialogue et contrepoint, créolisation des langages, colorisation des sons. Mots, phrases, images, dessins, couleurs, animation et résonance. Des mondes fragmentés et unis…

 

Le fragment découpé est un acteur au répertoire étendu ! (Muriel Peers)

Vivre avec le cœur gourd, du retour d’Ulysse en sa patrie à l’attente de Godot, le cours de la Senne, l’arsenal disloqué des oripeaux nocturnes, le joug du Kapital, celles et ceux dont la révolte a soulevé le poing et ces mains coupées pour les faire taire…

J’ai particulièrement apprécié l’humour de Petits Essorages, collages, mots et maux, l’oeil censuré des passants, le travail d’assemblage, le glaneur d’images, l’oeillade…

Je n’oublie pas « la rencontre fortuite du parapluie et de la machine à coudre ».

 

Rose, le sang consommé par les parasites

« La fureur des aboiements n’est que / l’éclair noir sorti de l’orage, / le crêpe des deuils d’autrefois, effrangé, / noyé du débord de nos défaites ». La science et les rêves, le petit feu fait avec nos désirs, la lumière qui rêve, la rébellion, « s’introduire dans le corps des hommes comme les mots pénètres les foules en colère », les fleurs « gouttes de sang », l’eau de la Spree, la nuque brisée de coups, le corps noyé, « Elles marchent sur l’eau / comme y patinent des punaises mais, / pour le crime commis, se taisent, se taisent. »

Et le sang n’était pas une encre aussi docile que cela…

Jean-Jacques Didier & Pierre Tréfois : Essorer les images

Eranthis éditions, Louvain-la-Neuve 2019, 42 pages, 12 euros

Jean-Louis Rambour & Pierre Tréfois : Rose cendrée

Eranthis éditions, Louvain-la-Neuve 2021, 32 pages, 12 euros

Didier Epsztajn


De(s) auteur(s) :

Jean-Louis Rambour & Pierre Tréfois : L’éphémère capture

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2016/07/16/loeuvre-visuelle-deborde-dans-lespace-de-la-page-voisine-et-secoue-sa-spatialite/

L’empreinte ironique

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2015/06/21/mots-damour-perdus-sans-collier/

André Doms & Pierre Tréfois : Rouge résiduel

https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2015/03/15/tu-ne-travailles-plus-que-le-doute/

« L’art contemporain est-il soluble dans la barbarie ? » 

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2013/05/15/lart-contemporain-est-il-soluble-dans-la-barbarie/

Tropique du Suricate

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2012/12/30/un-seul-etre-vous-manque-et-tout-est-demeuble/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.