Acheter le corps des femmes, une évidence pour les hommes coréens

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

En Corée du Sud, la prostitution est vue comme un moyen de faire subsister les « besoins irrépressibles » des hommes, idée que l’on aurait pu imaginer caduque dans cette société hyper modernisée. Les hommes n’y utilisent, pour leurs viols tarifés, ni des migrantes sans papiers ni des femmes d’autres ethnies, comme le font les prostitueurs français, mais des femmes obligées de subvenir aux besoins de leur famille. Des activistes de l’association de survivantes Moongchi, ont effectué un voyage en Suède, et en France afin d’étudier les lois abolitionnistes de ces pays.

Pour s’inspirer des stratégies de ces pays et rencontrer leurs homologues suédois.es et français.es, des activistes et des salariées de Solidarité nationale contre l’exploitation sexuelle des femmes, dont sa co-fondatrice Mirye Jeong ont effectué un voyage en Suède, et en France, pendant la première quinzaine de Juin. Elles ont rencontré des responsables d’associations, des femmes et des hommes politiques ayant œuvré à faire adopter les lois abolitionnistes de ces pays. Elles ont également rendu visite à une association abolitionniste en Allemagne à Saarbrücken, où le dispositif législatif est absolument à l’opposé, puisqu’une loi « de protection des prostituées » statue sur les règles auxquelles les propriétaires de bordels doivent se plier pour obtenir le droit de continuer à exploiter les femmes.

La famille coréenne traditionnelle a toujours compté sur la force de travail des filles pour maintenir le niveau de vie des parents vieillissants, payer les dettes de la famille ou acquérir des biens immobiliers. Les jeunes femmes sont donc soumises à des injonctions contradictoires, elles ne sont pas prises au sérieux sur le marché du travail, où l’on estime, selon la conception traditionnelle du rôle des femmes, qu’elles ne resteront pas à leur poste après leur mariage, même si aujourd’hui c’est souvent faux. Dans une économie où les écarts de salaire entre hommes et femmes sont pires qu’en Europe, les femmes cantonnées dans des positions peu rémunératrices alors que leur niveau d‘études est supérieur à celui des hommes, et elles doivent quand même résoudre les problèmes financiers des autres membres de leur famille. 

Pour l’ensemble de la population sud-coréenne le taux analphabétisme l’un des plus bas du monde, et le niveau de vie l‘un des plus hauts du monde.

Les quartiers chauds coréens : des prisons pour femmes

Les femmes prostituées sont très faciles à trouver, car elles sont regroupées dans 40 « quartiers chauds », répartis dans tout le pays, en particulier dans les mégalopoles : Séoul, Pusan et Daego. Les prostituées coréennes sont pratiquement obligées de vivre là où on les exploite. L’existence de ces quartiers remonte au passé colonial de la Corée, qui était, jusqu’en 1946 dominée par le Japon.

On considère que 90% des hommes coréens fréquentaient les prostituées au vingtième siècle, les vies de ces femmes restaient largement taboues et la majorité de la population ne voulait pas savoir ce qui se passait dans ces quartiers, souvent délabrés, réservés à la prostitution. La vérité est que les femmes y étaient retenues captives dans des bâtiments vétustes et dans des conditions de salubrité épouvantables, au point que quand survenait un incendie elles ne pouvaient pas s‘échapper et mourraient brûlées vives. Ceci s’est produit plusieurs fois et en 2002 deux incendies particulièrement importants causèrent la mort de plus de 30 femmes à la fois, ce qui provoqua une prise de conscience brutale des Coréen.nes.

Les autorités et le pouvoir politique se trouvèrent alors dans l’impossibilité de continuer à fermer les yeux sur ce qui se passait dans ces quartiers, et commencèrent à élaborer une loi, promulguée en 2004. Celle-ci comporte deux volets : la protection des personnes prostituées d’une part et la criminalisation des trois parties prenantes d’autre part. Les proxénètes, les acheteurs et les personnes prostituées sont pénalisés. Les prostitueurs et les proxénètes sont cependant peu poursuivis faute de preuves, alors que les personnes prostituées constituent la plus grande proportion de personnes poursuivies au nom de cette loi.

On estime à 300 000 le nombre de prostituées pour un pays de 51 Millions d’habitants ce qui correspond à une densité presque 10 fois plus haute qu‘en France. L‘achat de sexe n’est cependant plus une pratique habituelle « que » pour la moitié des hommes environ, réduction à mettre au crédit de ces lois.

La protection des prostituées

L’évidence de l‘activité de l’achat de sexe dans ces quartiers réservés n’est pas suffisante pour que les acheteurs de sexe soient poursuivis, ce qui montre la faible volonté de mettre en pratique cette criminalisation inscrite dans la loi. Lors des arrestations de personnes prostituées les policiers distinguent les prostituées volontaires, qui sont pénalisées, des prostituées forcées qui échappent à l’arrestation. Si elles veulent sortir de l’exploitation sexuelle, elles peuvent s’adresser à une des nombreuses associations d’aide à la sortie de prostitution qui leur fournit à leur demande, sans délai, un hébergement avec thérapie et accompagnement social intensif, puis si elles sont suffisamment stabilisées un logement avec accompagnement social, aide au retour à l’emploi, formation, réinsertion professionnelle. Ce parcours de sortie peut durer jusqu’à 3 ans. Il est financé grâce à la loi de soutien et de protection des personnes prostituées et confié à des associations qui sont très bien implantées dans les grandes villes du pays. Elles sont regroupées au sein du collectif Solidarité nationale contre l’exploitation sexuelle des femmes.

Ces associations ont réussi leur mission auprès de nombreuses femmes: beaucoup sont sorties de la prostitution et travaillent dans des entreprises de réinsertion. Elles ont aussi réussi leur travail de changement des mentalités dans la population coréenne, puisque désormais ce n’est plus une évidence pour chaque homme de se rendre dans des lieux de prostitution pour acheter l’accès au corps d’une femme. On estime que la moitié d‘entre eux, cependant, le fait encore, l’impunité étant encore la règle et la pénalisation l’exception. La féminisation des métiers du maintien de l‘ordre et de la justice est encore moins avancée qu’en France si bien qu‘il est à craindre que de vastes réseaux de solidarité masculine sous-jacents permettent aux vendeurs et aux acheteurs de sexe d’échapper aux arrestations. Les femmes arrêtées ignorent souvent qu’elles pourraient être protégées au nom du même dispositif législatif qui a permis de les arrêter. L’une des actions de communication des associations membres de « Solidarité nationale » consiste à fournir les commissariats de polices en objets portant leur numéro de téléphone et leur adresse pour que les policiers « n’oublient pas » de signaler aux femmes arrêtées la possibilité de faire appel à une association de sortie de la prostitution. Les formations à destination des personnels de justice et de police font aussi partie des actions de ces associations.

Solidarité Nationale : une association de survivantes de la prostitution

L’association de survivantes de la prostitution a vu le jour, permettant aux femmes de rester en contact les unes avec les autres, avec des structures de soutien qui le accompagnent même après la fin de leur parcours de sortie.

Pour continuer d’informer régulièrement la population et influencer l’opinion publique, Solidarité Nationale organise chaque année une commémoration des incendies mortels à l’endroit même où ils ont eu lieu, et a demandé et obtenu la construction d‘une stèle à la municipalité de la ville de Pusan, ville portuaire et traditionnellement haut lieu de prostitution. Le sigle de Solidarité Nationale est une représentation stylisée d‘une grille et d‘une flamme, en mémoire des victimes de ces incendies.

Les associations veulent cependant faire évoluer la loi, elles soulignent le manque de cohérence dans son application : les propriétaires de bordels continuent à prospérer, les acheteurs sont très peu poursuivis, et les femmes prostituées, elles, le sont. Les associations ont donc pour objectif d’obtenir la décriminalisation les femmes prostituées (et les rares hommes prostitués) et de faire cesser la distinction artificielle entre prostituées de force et prostituées volontaires, les considérant toutes comme des victimes, exploitées ou du moins susceptibles de l’être. Ce modèle abolitionniste dit aussi « nordic model » est en effet le seul à faire réduire sensiblement les trafics, la Suède l’a introduit en 1999 et la France en 2016.

Florence-Lina Humbert, 50-50 Magazine

https://www.50-50magazine.fr/2019/06/26/acheter-le-corps-des-femmes-une-evidence-pour-les-hommes-coreens/

De l’autrice :

5 ans de prison pour le promoteur d’une « prostitution propre »5-ans-de-prison-pour-le-promoteur-dune-prostitution-propre/

Consensus sur la prostitutionconsensus-sur-la-prostitution/

La minorité et la sexualité aux prises avec la République en Marche, l’efficacité au pouvoir, la-minorite-et-la-sexualite-aux-prises-avec-la-republique-en-marche-lefficacite-au-pouvoir/

Suppression de l’article 2 : que demandons nous réellement ? Rien de moins qu’une réhabilitation de l’enfance, suppression-de-larticle-2-que-demandons-nous-reellement-rien-de-moins-quune-rehabilitation-de-lenfance/

Roméo, Juliette et l’irréfragabilité : Une histoire d’amour pour le 21 ème siècleromeo-juliette-et-lirrefragabilite-une-histoire-damour-pour-le-21-eme-siecle/

Cautionner le grooming et dédouaner les violeurs d’enfantscautionner-le-grooming-et-dedouaner-les-violeurs-denfants/

Violencesviolences-2/

Nuit du quartier de la gare de Francfortnuit-du-quartier-de-la-gare-de-francfort/

Collusions du protestantisme et du pseudo-féminisme Vert dans le soutien au proxénétisme allemandcollusions-du-protestantisme-et-du-pseudo-feminisme-vert-dans-le-soutien-au-proxenetisme-allemand/

L’« affaire » Jacqueline Sauvage ou le quadruple fiasco de la justice françaisel-affaire-jacqueline-sauvage-ou-le-quadruple-fiasco-de-la-justice-francaise/

Le procès Gina-Lisa Lohfink ou le tréfonds de l’humiliation de l’humainle-proces-gina-lisa-lohfink-ou-le-trefonds-de-lhumiliation-de-lhumain/

L’affaire Gina Lisa Lohfink ou comment transformer une victime en coupablelaffaire-gina-lisa-lohfink-ou-comment-transformer-une-victime-en-coupable/

Cologne : non au sexo-racismecologne-non-au-sexo-racisme/

Des bordels propres et des registres de prostituées : voilà le rêve émancipateur des verts allemandsdes-bordels-propres-et-des-registres-de-prostituees-voila-le-reve-emancipateur-des-verts-allemands/

Aujourd’hui pour la 1ère fois en Allemagne une émission de télé évoque la pénalisation des acheteurs de sexeaujourdhui-pour-la-1ere-fois-en-allemagne-une-emission-de-tele-evoque-la-penalisation-des-acheteurs-de-sexe/

Pauvreté et autonomie sexuellepauvrete-et-autonomie-sexuelle/

Être rrom en Roumanieetre-rrom-en-roumanie/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.