Contre la pollution patriarcale : LE FEMINISME DETOX

Interview de Pauline Arrighi par Francine Sporenda

Pauline Arrighi est diplômée de Sciences Po Paris, elle a été porte-parole d’Osez le féminisme et créatrice du blog « Je connais un violeur » en 2013. Elle a publié « Crimes et délits cocasses » (éditions du Cherche-midi) et « Et si le féminisme nous rendait heureuses » (Interéditions).

 

FS : La colère est tabou pour les femmes, alors qu’elle est une affirmation de virilité pour les hommes. Les femmes sont constamment incitées à pardonner, à faire la paix, à arrondir les angles. Des coaches de vie disent (surtout aux femmes) que la colère est mauvaise, qu’elle vous détruit de l’intérieur. Vous dites que la colère des femmes est juste et en fait dynamisante, protectrice et indispensable pour changer le monde. Pouvez-vous commenter ?

PA : Le discours le plus répandu sur la colère, et en particulier lorsqu’il s’agit des femmes, assimile cette émotion à l’excès, à une perte de contrôle destructrice pour soi-même et éventuellement autrui. La femme en colère a été dépossédée de sa maîtrise d’elle-même, c’est une défaite.

Je me suis beaucoup intéressée à la « psychologie positive » telle qu’elle est vulgarisée pour le grand public, et au « développement personnel ». Le lectorat de cette littérature est, dans une vaste mesure, composé de femmes qui cherchent une réponse à un certain mal-être et qui se voient asséner que, si elles se mettent en colère, cela signifie qu’elles « accordent à autrui le pouvoir de les contrôler ».

Or ce discours ne les aide en rien, la colère est déjà interdite aux femmes. Contrairement à la colère des hommes qui est vue comme une démonstration de puissance, la colère des femmes est renvoyée à la maladie mentale (« folle », « hystérique »), donc par définition infondée ; ou bien elle est qualifiée de violence, donc excessive, inaudible et marquée d’un tabou social.

Or la colère est la réaction la plus saine et constructive face à une injustice. Une femme en colère refuse de se résigner, de se « faire une raison », elle ne se taira plus.

Extrait du livre 

« La colère est un trop-plein, un débordement. Elle apparait quand les mots ne suffisent plus pour donner un sens. Lorsque les « ça va aller » ou les « ça ne date pas d’hier », mais aussi les démonstrations et les mises en perspective, lorsque tout cela ne suffit plus, alors le corps se met à réclamer justice en tremblant. La colère, c’est l’être qui se rend compte que le discours ne suffira pas à rétablir l’ordre des choses. C’est un basculement. La colère durcit les traits et déforme la voix. La colère n’a rien de gracieux. Elle contient la destruction, la possibilité de la violence, en tout cas le passage à l’action. C’est cela qui la rend si effrayante. La colère donne la force de transformer le réel, elle rend puissante. »

Une femme en colère refuse, elle dit non, ce qui est déjà une action. Et son refus implique tout son être, elle ne reviendra pas en arrière. Elle deviendra une autre femme qui ne courbe plus l’échine. Toute colère détruit et construit, elle détruit une apparence d’harmonie et elle construit la confiance en soi en rétablissant la dignité bafouée.

FS : Vous dites que le féminisme est une cure de détox qui débarrasse l’esprit et le corps des toxines du patriarcat, et vous donnez de judicieux « conseils détox ». Quelles sont ces toxines ? Et les femmes passant toute leur vie dans un système patriarcal hostile, quelles sont les conséquences psychologiques pour elles ?

PA : Je vois vraiment l’influence du patriarcat dans nos vies comme une intoxication. Les toxines viennent de l’extérieur, s’immiscent dans l’intimité de notre corps et entravent le bon fonctionnement de l’organisme, provoquant à la longue un malaise diffus, dont on ne saurait nommer l’origine clairement.

Si l’on file cette métaphore, le féminisme est une cure détox ! 

En effet le patriarcat, avec ses normes, ses rappels à l’ordre, ses humiliations et sa violence, atteint l’intimité de la conscience de soi, bouleverse le rapport au corps et va jusqu’à orienter nos élans d’excitation sexuelle. Il va très loin dans l’intrusion.

Parmi les « toxines » que j’ai analysées dans mon livre, l’une des plus destructrices est l’assimilation forcée entre sexualité et violence contre les femmes. Les représentations de la séduction et du sexe, que ce soit dans les fictions, les publicités ou les mots et expression qui désignent l’acte sexuel, vont quasiment toutes dans le même sens : il s’agit d’une prise de pouvoir de l’homme sur la femme (ou sur un homme féminisé donc méprisé). Elle « se donne à lui », il la « possède », ou autre vocabulaire qui évoque l’humiliation, la douleur voire la destruction.

Notre imaginaire érotique est pollué par cette conception de la sexualité imposée par le patriarcat, qui érotise l’agression et suppose que le sexe doit être de la violence. Cette confusion mentale forcée, bien souvent, s’ancre malheureusement en nous par des agressions sexuelles réelles et autre harcèlement censé être « flatteur ». Par conséquent, de très nombreuses femmes éprouvent des difficultés à poser le mot « agression » quand survient le passage à l’acte. Heureusement il est possible d’avoir un regard critique sur les représentations de la sexualité, de les mettre à distance pour se concentrer sur un authentique désir orienté vers l’amour de soi et l’épanouissement de chaque partenaire. 

Seul le féminisme encourage ce regard critique.

FS : Vous dites que les féministes ne doivent des explications et de la pédagogie à personne. Pouvez-vous nous dire pourquoi c’est non-féministe et contre-productif d’accepter d’être pédagogique 24/7 ?

PA : Il est vrai que le travail de féministe implique de répondre à toutes sortes de questions – questions ou provocations ? Et l’on est sincèrement portée par une envie d’ouvrir les yeux du monde comme d’autres féministes ont ouvert les nôtres. Méfiance : apporter des éléments de réflexion nouveaux à qui est prêt.e à les entendre est évidemment utile, mais il faut faire attention à ne pas perdre son temps ni gâcher son énergie – voire se laisser entamer.

Face à un discours patriarcal hégémonique, apporter un autre regard, des données et des chiffres peu connus ou un témoignage personnel vont dans le sens du féminisme. A condition que votre discours soit reçu par des personnes de bonne foi.

La pédagogie auprès de femmes leur permettra de progresser vers un recentrage sur leurs intérêts propres et attirera leur attention et leur empathie vers le groupe des femmes, voire elles-mêmes. Le discours dominant patriarcal distord la réalité pour rendre l’oppression des femmes invisible par trois moyens principaux : en attirant l’attention sur la souffrance des hommes, réelle ou non, dès que l’on commence à parler des femmes, en culpabilisant les femmes pour leur oppression et par la neutralisation des enjeux – on parle de façon neutre, ce qui donne l’illusion de traiter l’ensemble d’une population, alors qu’en fait on ne prend en compte que les hommes. 

Il faut bien faire la différence entre la pédagogie envers les femmes et envers les hommes. Envers les femmes, à moins qu’elle soit visiblement hostile, un discours féministe aura toujours une utilité. Chacune a intérêt à prendre de la distance vis-à-vis de l’hégémonie patriarcale qui impose de prendre uniquement en compte les intérêts des hommes. Elle pourra accroître sa connaissance du vécu des autres femmes, poser un autre regard et d’autres mots sur le sien, des mots plus justes, et grâce à une meilleure connaissance des mécanismes du patriarcat, elle pourra mieux se protéger et se défendre.

Qu’en est-il de la pédagogie envers les hommes ? L’enjeu est différent. Un échange paisible avec un homme bien intentionné peut être plaisant et lui donner un regard plus juste sur la situation des femmes. Cela doit rester apaisé, de la même façon que l’on échangerait avec plaisir sur un sujet qui nous tient à cœur. Toute perte de temps face à un homme fermé ou qui montre du sarcasme ou de la mauvaise foi doit absolument être évitée, ce n’est que perte de temps. Il faut garder en tête que les hommes n’ont pas intérêt à connaître la situation des femmes ni les rouages du patriarcat. Ils mènent très bien leur vie en n’en sachant rien. Seules les femmes ont un besoin vital de décryptage de l’oppression qu’elles subissent. 

On peut avancer que la pédagogie peut permettre à des hommes d’être plus attentifs au vécu des femmes. Or à notre époque chacun peut se renseigner, les informations et témoignages abondent sur internet, ce qui est une excellente chose. Un homme qui a de l’empathie envers les femmes et les considère comme des êtres humains à part entière n’a pas besoin que l’une de nous sacrifie de son temps pour le convaincre que la parole des femmes est importante. 

Méfions-nous des hommes qui adoptent une posture d’élève, réclament du temps et de l’attention, posent une foule de questions naïves. Personne n’est idiot ou parfaitement ignare sur la question, à moins d’y être indifférent. Or un homme indifférent, qui ne considère pas les femmes comme un sujet digne d’intérêt, est par définition misogyne et ce n’est certainement pas une femme qui pourra le transformer. 

Les trolls sont très nombreux, et pas seulement sur internet, et notre énergie est précieuse !

FS : Que pensez-vous du NAMALT ?

PA : Le NAMALT n’a pas le même sens suivant qu’il provient d’un homme ou d’une femme. Un homme signifie : moi je suis différent, moi je suis quelqu’un de bien. Ce faisant, il détourne le propos initial – on comprend l’intérêt de faire dérailler une conversation qui dénonce le patriarcat. Il essaie d’attirer l’attention sur lui, en tout cas il détourne le propos à son avantage et à l’avantage des hommes.

De la part d’une femme, cela signifie : il y en a des bien, moi j’en connais, il suffit de bien chercher. Néanmoins, le NAMALT d’une femme sert aussi les intérêts du patriarcat. Disant cela, elle se rassure elle-même, elle se convainc que l’homme qui partage sa vie n’est pas un violeur ni un agresseur, qu’il n’a jamais fait de mal à une femme. Or elle n’a aucun moyen d’en être sûre. Par ailleurs, ce propos peut également servir la compétition entre femmes : toi tu es mal tombée, moi non. Il y a les femmes qui se débrouillent bien avec les hommes, et celles qui n’attirent que les machos ou qui n’ont jamais de chance. Une division stérile qui détourne du problème de fond, qui est l’oppression du groupe des hommes sur le groupe des femmes, quelles que soient les parcours personnels de chacune. 

Face au NAMALT, de nombreuses féministes objectent : pas tous les hommes, certes, nous le savons, c’est évident – pas tous, mais déjà beaucoup trop. J’irai plus loin. Et si chaque homme avait déjà harcelé, menacé ou agressé une femme d’une façon ou d’une autre ? Et si chacun avait de fait déjà abusé de son pouvoir en tant qu’homme ? Le NAMALT n’a rien d’une évidence. Personne ne peut, face à un homme quel qu’il soit, être certaine qu’il n’a jamais abusé de son pouvoir. Ce qu’il faut regarder en face, et ce que le NAMALT vise à nous faire oublier, c’est que tous les hommes ont la possibilité matérielle de faire du mal à une femme, en prenant appui sur un climat de misogynie qui jouera en sa faveur. Il est vrai aussi que chacun a la liberté de s’abstenir d’utiliser les leviers du patriarcat contre les femmes, mais cette latitude individuelle évidente ne doit pas entrer en compte dans notre analyse du système d’oppression de toutes les femmes par l’ensemble du groupe des hommes.

FS : Que pensez-vous des hommes féministes ? Selon vous, peut-on reconnaître un faux allié d’un vrai ?

PA : Chaque homme a la possibilité d’avoir un rôle d’allié de la cause des femmes, et certains sont un véritable soutien, cela dit il faut garder en tête que pour un homme, se revendiquer comme « féministe » ou « pro-féministe » n’a pas les mêmes conséquences que pour une femme. Ces déclarations seront accueillies avec bienveillance voire avec admiration, il attirera la sympathie des femmes et gagnera facilement leur confiance. On peut facilement imaginer les effets délétère de discours féministes prononcés par un homme pour être accepté auprès de femmes abîmées et qui rêvent d’enfin rencontrer « quelqu’un de bien »…

Si les hommes peuvent apporter un soutien au féminisme, ils doivent comprendre que leur place est secondaire, car le féminisme vise à émanciper les femmes au niveau collectif par une prise de conscience et une reconnaissance de leurs besoins et de leurs priorités. Le féminisme est une méthode d’émancipation pour chaque femme, par définition un homme ne peut pas s’inclure dans cette démarche. Il respectera donc cette nécessité pour les femmes de parler pour elles-mêmes, notamment il restera en retrait des espaces de parole où elles sont à l’abri des regards et jugements masculins – et ne sont plus obligées de faire du NAMALT pour éviter de froisser quiconque. Il respectera le fait que ce sont les femmes qui doivent définir leur propre agenda politique, leurs méthodes et leurs modes d’action. 

Il n’en reste pas moins vrai que les hommes peuvent apporter une aide matérielle au féminisme, ils peuvent par exemple mettre des femmes en relation pour développer le réseau de chacune, apporter un soutien logistique aux actions féministes, ou encore mettre à disposition leur capacité à être entendus. Par exemple mon éditeur ou les libraires qui mettent en avant les livres féministes comme le mien sont de parfaits exemples d’alliés ! Et surtout, de façon plus désintéressée, les hommes qui, après l’avoir lu, le donneront à des amies.

De façon plus déterminante encore, chaque homme devrait dénoncer les agissements sexistes dont il est témoin. Quand un homme humilie une femme publiquement, il suppose que les autres feront bloc avec lui, dans un entre-soi masculin qui renforce ses liens de solidarité en se liguant contre les femmes. En refusant d’être complice, un homme peut briser la connivence masculine sur laquelle s’appuient les agresseurs, les laissant isoler et donc moins sûrs de leur impunité.

FS : Que pensez-vous des accusations de misandrie régulièrement portées contre les féministes ?

PA : Qu’est-ce que l’on reproche exactement aux féministes que l’on qualifie de « misandres » ? De pointer l’existence d’un groupe qui a dans son ensemble le pouvoir d’opprimer les femmes ? D’éprouver méfiance et ressentiment envers ce groupe ? De négliger le NAMALT ?

La misandrie est un sentiment de malaise et de colère face à la misogynie que chaque homme a la possibilité de manifester sans être inquiété. Si la misogynie a le pouvoir de nuisance immense que l’on connait, la misandrie a un pouvoir quasi-nul. Chaque propos misogyne est adossé à une violence réelle, répandue et impunie, il agit comme un rappel de cette réalité concrète, et il maintient le climat d’encouragement de cette violence réelle. 

Or la rage misandre est isolée et impuissante, aucune femme ne se risquerait à agresser physiquement ou « accuser à tort » un homme, à moins de se heurter à des obstacles massifs tels que la solidarité masculine et un système judiciaire qui protège les agresseurs machistes et interdit toute violence aux femmes.

La misandrie, qui s’exerce avant tout verbalement, est selon moi une réaction de colère qui se heurte au tabou social de la violence des femmes contre les hommes, ce qui la met hors d’état de nuire. Elle ne nuit qu’à la femme qui l’éprouve, en ce qu’elle se retrouve confrontée à l’asymétrie absolue et dramatique du rapport de force qui s’impose à elle en tant que femme.

FS : Que pensez-vous de l’accusation de se complaire dans la victimisation souvent faite au féminisme ?

PA : Je vois deux problèmes dans l’accusation portée aux féministes de « victimiser » les femmes.

Déjà, l’accusation de trop se plaindre qui rendrait les femmes « victimes », comme si c’était la dénonciation d’un problème qui faisait exister le problème. Or une victime qui garde le silence garde son traumatisme en elle, des prédateurs pourront la cibler pour ses failles et la violenter à nouveau et elle aura les plus grandes difficultés à se reconstruire. Les féministes ne « victimisent » pas les femmes, elles refusent au contraire que les agresseurs en fassent des victimes.

Ensuite, il y a une mauvaise perception de la notion de victime, statut qui devrait être rejeté pour lui-même. Il n’y aucune honte à être victime – aucune victime n’est responsable ni ne mérite de l’être. Cela ne signifie en rien être faible – et quand bien même, voulons-nous vivre dans une société où la faiblesse physique ou de caractère est considérée comme un motif de honte ? Se reconnaître et se déclarer victime est un acte courageux. Le terme « victime » indique un refus de la violence subie et rappelle l’interdit. Par ailleurs, l’existence d’une victime implique celle d’un coupable : la raison principale du tabou sur le terme victime est qu’il met l’agresseur en lumière et rend son impunité fragile. 

Les propos tels que « ne fais pas ta victime », « je refuse d’être une victime », ou encore le prétendument dégradant « il/elle se comporte comme une vraie victime », forcent les victimes au silence, à la honte, et ce fait protègent les hommes violents.

Voir ma tribune « Et si assumer d’être une victime pouvait être libérateur »

https://www.nouvelobs.com/societe/20180110.OBS0427/agressions-harcelement-et-si-assumer-d-etre-victime-pouvait-etre-liberateur.html

FS : Vous dites que la misogynie internalisée est le principal obstacle à notre émancipation ? Pourquoi ?

PA : Nous sommes 52% de la population et les hommes ont besoin de nous pour déployer leur énergie hors du foyer et pour perpétuer leur lignée. Nous avons donc à notre disposition des moyens de pression pour obtenir d’eux la fin des violences et de l’exploitation machistes. Des opérations telles que des grèves du sexe ou travail domestique ont déjà été pratiquées avec succès. On peut citer l’exemple de la grève des femmes en Islande le 24 octobre 1975 ou de la grève du sexe des Libériennes contre Charles Taylor en 2003.

http://www.rfi.fr/ameriques/20160326-greve-sexe-acte-politique-trump-aristophane-kenya-gbowee-colombie

Malheureusement, alors que de tels engagements seraient largement justifiés en Europe, les femmes sont empêchées d’agir notamment en raison de leur misogynie intégrée.

Cette misogynie rend l’oppression invisible. Les femmes ont été si coupées de la considération et de l’empathie les unes envers les autres qu’elles n’arrivent plus, pour la plupart, à être animées par une juste révolte envers le traitement que nous inflige le patriarcat. Chaque décision de justice inique, chaque meurtre de femmes qui aurait pu être évité, chaque viol devrait pousser toutes les femmes à protester avec force. Or la haine misogyne est si omniprésente, elle a tant abîmé nos consciences que la grande majorité d’entre nous n’arrive pas à être en colère.

La misogynie prend également la forme d’une culpabilisation systématique des femmes, et notamment quand il s’agit des violences des hommes. Chaque propos qui incite à croire qu’une victime aurait provoqué ou toléré un acte de violence contre elle participe à cette culpabilisation des femmes, et donc empêche de ressentir de l’empathie pour elle et de la colère contre l’agresseur.

De plus, les femmes sont depuis leur enfance conditionnées à considérer les besoins et désirs des garçons et des hommes avant les leurs, à les écouter et à les croire davantage que les autres femmes. Elles en oublient leurs intérêts, leur intégrité et celle des autres (et agacent les féministes avec le NAMALT), en bref elles préfèrent les hommes à elles-mêmes. Elles croient aussi que leur besoin (appris) d’avoir un compagnon surpasse le besoin de se montrer solidaires et impliquées pour l’émancipation de toutes. 

FS : Pourquoi dans votre livre proposez-vous des solutions pratiques à des questions féministes qui ne sont habituellement abordés que sous forme théorique ?

PA : On entend souvent que pour « atteindre l’égalité », il faut « changer les mentalités ». Or le patriarcat s’exerce de façon très concrète dans nos vies, et avant tout sur nos corps, car n’oublions pas que c’est un système politique dont l’ambition première est la maîtrise de la fécondité des femmes, avec pour corollaire la maîtrise de chaque aspect de notre existence – il vise ainsi le contrôle du corps des femmes en raison du fait que chacune est une mère potentielle ou effective.

Le féminisme, depuis son origine, est un mouvement de résistance face au patriarcat et n’existe que pour s’opposer à l’oppression des filles et des femmes. Il est donc forcément concret dans ses objets de pensée et ses applications touchent des domaines tels que le corps, la conscience de soi, la sexualité, le travail, l’argent… Face à la dépossession organisée du contrôle de notre fertilité, des fruits de notre travail physique et intellectuel, de notre temps libre, de nos ambitions et nos rêves… le féminisme incite à un recentrage des femmes sur leur propre vécu et leur propre ressenti.

Le propos de mon livre est simple : Mesdames, vous qui êtes amatrices de développement personnel, vous voulez rendre votre vie plus belle et vous avez raison. Or 99% de nos problèmes ont pour origine le patriarcat. Et le féminisme est la meilleure méthode pour le tenir à distance et s’épanouir.

FS : Le cliché sur le féminisme est que c’est intrinsèquement déprimant, parce que ça force les femmes à ouvrir les yeux sur l’étendue des discriminations et violences que nous subissons, et l’intensité de la haine que nous vouent les hommes (NAMALT). Vous dites au contraire que le féminisme peut nous rendre heureuses. Pouvez-vous expliquer cette contradiction ?

PA : Il est indéniable que le féminisme est déprimant à de nombreux égards. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai moi-même résisté jusqu’à mes 25 ans. Je ne voulais pas être confrontée au caractère massif et injuste de l’oppression des filles et des femmes, je me protégeais (mais je n’ai jamais embêté de féministe). De nombreuses féministes sont parfois accablées par la cruauté des hommes, et cela m’arrive aussi, bien sûr.

Le féminisme est avant tout une prise de conscience, et il est douloureux de comprendre que des amis que l’on croyait fiables sont en réalité misogynes. Il est terrible de se rappeler ces moments que nous croyions être de la sexualité et de se rendre compte qu’il s’agissait d’agressions sexuelles ou de viols, commis par des hommes en qui nous avions confiance, voire que nous avons aimés.  

Pour autant, qu’est-ce qui est réellement difficile dans cette démarche ? L’ami macho n’a certainement pas attendu votre « coming out féministe » pour être infréquentable. Au moins, à présent, vous ne subirez plus son mépris pour votre sexe. Quant aux agresseurs qui ressurgissent du passé : le trauma était là, dissimulé, et agissait sur nous malgré nous. En comprenant ce qui s’est passé, une victime définit la frontière entre ce qu’elle désire et ce qu’elle subit, elle comprend l’origine de son mal-être et de ce fait reprend le pouvoir : elle ne laissera plus le trauma faire sa loi.

Le féminisme est un chemin difficile, mais certainement moins néfaste que de subir la violence misogyne du patriarcat sans savoir comment s’en défendre. Il est avant tout une reconquête de sa force, de la conscience de ses désirs, de ses talents et nous donne accès à la connaissance enfouie de la vie des autres femmes. Il nous donne la conscience d’appartenir à cette moitié de l’Humanité qui partage une Histoire de révolte et de résistance. L’exploration de l’Histoire des femmes, à côté de la curiosité bienveillante quant à mes contemporaines, m’a donné la force de l’ancrage similaire à la force que peut donner un lien familial. 

Se recentrer sur soi, en tant que femmes dans un monde d’hommes, se recentrer sur nous toutes, en faisant fi des haines qu’ils nous imposent ; se connaître et s’accorder à soi-même et aux autres femmes l’attention et l’amour que chacune mérite, après tant d’ignorance. Ce chemin, ces victoires rendent à chacune sa force, une force sereine et un long apaisement. 

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2019/05/13/contre-la-pollution-patriarcale-le-feminisme-detox/


Autres entretiens :

LOBBIES PRO-PROSTITUTION : les contes de fées des parapluies rouges.Interview de Manon Marie Jo Michaudlobbies-pro-prostitution-les-contes-de-fees-des-parapluies-rouges/

Stages pour clients de la prostitution : QUESTIONNER LES PREJUGESInterview de Laurence Noellestages-pour-clients-de-la-prostitution-questionner-les-prejuges/

Prostitution et robots sexuels : DE LA FEMME-OBJET A L’OBJET-FEMME, Interview de Yagmur Aricaprostitution-et-robots-sexuels-de-la-femme-objet-a-lobjet-femme/

LOIS PROSTITUTION EN ALLEMAGNE : réguler pour taxer, Interview d’Inge Kleine, lois-prostitution-en-allemagne-reguler-pour-taxer/

ENFANTS VIOLENTÉS : « circulez y’a rien à voir »,Interview de Françoise Laborde, enfants-violentes-circulez-ya-rien-a-voir/

PORNOGRAPHIE : « on peut tout leur faire, elles sont consentantes »Interview de Karin Bernfeldpornographie-on-peut-tout-leur-faire-elles-sont-consentantes/

Du viol à la prison en passant par la prostitution: COUPABLES D’ETRE VICTIMES, Interview de Yasmin Vafadu-viol-a-la-prison-en-passant-par-la-prostitution-coupables-detre-victimes/

Harcèlement de rue : L’INSECURITE AU QUOTIDIEN, Interview de Marie Laguerre, harcelement-de-rue-linsecurite-au-quotidien/

PROSTITUTION : jamais assez jeunes, Interview de Kylee Greggprostitution-jamais-assez-jeunes/

GARDE ALTERNEE : dans l’intérêt des enfants ou des parents ? Interview de Jacqueline Phelipgarde-alternee-dans-linteret-des-enfants-ou-des-parents/

PROSTITUTION ET PEDOPHILIE : indissociables, Interview de Jewell Barakaprostitution-et-pedophilie-indissociables/

Prostitution : en Suède, la honte a change de camp, Interview de Simon Haggstromprostitution-en-suede-la-honte-a-change-de-camp/

Viol : pas la pulsion, la prédation. Interview d’Adelaide Bon, viol-pas-la-pulsion-la-predation/

Partage des tâches ménagères : SOYONS DES MEGERES ! Interview de Titiou Lecoq : partage-des-taches-menageres-soyons-des-megeres/

Violences sexuelles : UNE VOLONTE DE NE PAS CONDAMNER, Interview de la Dre. Muriel Salmona, violences-sexuelles-une-volonte-de-ne-pas-condamner/

Féminisme : La révolution inachevée, Interview de Marie-Jo Bonnetfeminisme-la-revolution-inachevee/

Féministes en Mai 68 : Pas de révolution sans émancipation des femmes, Interview de Martine Storti, feministes-en-mai-68-pas-de-revolution-sans-emancipation-des-femmes/

Le viol, instrument de contrôle des femmes, Interview de Noémie Renardle-viol-instrument-de-controle-des-femmes/

« Libération sexuelle » : Quand la domination masculine s’est réinventée. Interview de Richard Poulinliberation-sexuelle-quand-la-domination-masculine-sest-reinventee/

Le combat feministe passe par les mots. Interview d’Eliane Viennotle-combat-feministe-passe-par-les-mots/

Invisibilisation des femmes dans l’histoire : RENDRE VISIBLE LES INVISIBLES. Interview de Valentine Sebileinvisibilisation-des-femmes-dans-lhistoire-rendre-visible-les-invisibles/

Interview de Natacha Henry : La justification du contrôle masculin par l’amourla-justification-du-controle-masculin-par-lamour/

Allemagne : vers la monopolisation de l’industrie du sexe, interview de Manuela Schonallemagne-vers-la-monopolisation-de-lindustrie-du-sexe/

Interview d’un traître à la virilité, questions à Martin Dufresneinterview-dun-traite-a-la-virilite/

Refuser d’être un homme, interview de John Stoltenbergrefuser-detre-un-homme-interview-de-john-stoltenberg-par-sporenda/

Interview de Meghan Murphy par Francine Sporendainterview-de-meghan-murphy-par-francine-sporenda/

Une réponse à “Contre la pollution patriarcale : LE FEMINISME DETOX

  1. * »Si les hommes peuvent apporter un soutien au féminisme, ils doivent comprendre que leur place est secondaire, car le féminisme vise à émanciper les femmes au niveau collectif par une prise de conscience et une reconnaissance de leurs besoins et de leurs priorités. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.