Une brèche émancipatrice ouverte…

Dans l’éditorial, « Moyen-Orient et Afrique du Nord : l’automne de la révolution ? », moyen-orient-et-afrique-du-nord-lautomne-de-la-revolution/, publié avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Frédéric Thomas souligne qu’il y a bien un avant et un après 2011, « la permanence, l’intensité et la diversité des luttes sociales en cours », des mouvements sociaux de grande ampleur, des conflits armés, l’instrumentalisation du « terrorisme », « D’où la nécessité de revenir sur celles-ci, en analysant les dynamiques de ces révolutions et transitions, en cernant au plus près les narrations (et leurs enjeux) à l’œuvre, en éclairant les paradoxes et contradictions, et en adoptant un regard attaché aux mutations par le bas. C’est l’objectif des contributions réunies dans cet Alternatives Sud ».

Les révolutions et les contre-révolutions, les délégitimations des élans insurrectionnels, les réductions essentialisantes ou au prisme du « religieux », les inégalités et la concentration des richesses, le chômage, la place de la jeunesse, la corruption… Comme l’écrit Frédéric Thomas : la focalisation sur certains phénomènes présentés comme inhérents aux population de la région « contribue à faire l’impasse sur l’histoire, à figer les rapports sociaux dans une lecture identitaire, et à neutraliser les reconfigurations à l’œuvre ».

Les fondamentalismes religieux doivent être analysés comme tous les autres phénomènes sociaux. Il faut en comprendre les sources, les contradictions, le poids des politiques institutionnelles, les défaites de luttes antérieures, etc., dont comme le souligne l’auteur « le fruit, la mesure et la cause d’une disqualification des mouvements révolutionnaires et de l’échec des nationalismes arabes ».

Les phénomènes sociaux ne sont jamais réductibles à la seule idéologie, Frédéric Thomas indique qu’il ne faut pas « minimiser le caractère fonctionnel » des mobilisations « identitaires », la marque des refus de la corruption des Etats ou la volonté de « moralisation » dans des expressions religieuses. J’ajoute que le plus souvent ces « réveils » religieux ne sont pas mis en relation avec les procès de sécularisation qui traversent les sociétés – et ne sont pas réductibles aux seuls effets de la marchandisation capitaliste -, les tensions et conflits entre pays, les objectifs de conquête ou de maintien du pouvoir…

« Si, comme partout ailleurs, les sociétés de la région sont divisées, ces divisions sont, comme toujours, prises dans des rapports sociaux de classe, de « race » et de genre, qui renvoient à des visions, intérêts et pouvoirs différents, au cœur des luttes sociales, dont les articles réunis ici donnent à voir la dynamique et la pluralité ».

L’auteur aborde aussi la place des travailleurs et des travailleuses domestiques asiatiques et africain·es, l’occultation du racisme généralisé, les logiques disciplinaires de contrôle des femmes et de leurs corps, le paternalisme étatique, la centralité des enjeux socio-environnementaux et de l’accès aux services sociaux… « aucune solution sans une transformation radicale du statu quo »…

Sommaire :

Frédéric Thomas : Moyen-orient et Afrique du Nord : l’automne de la révolution ?

Moyen-Orient

Ahmed Saad G. Alowfi , Faisal Abdullah Abualhassan : Arabie saoudite : changements sociaux au regard de la « Vision 2030 »

Zahra Ali : Irak : entre militarisation et mobilisation sociale

Tara Povey : Iran : néolibéralisme, organisation des travailleurs et mobilisation populaire

Sara Ababneh : Jordanie : soulèvement contre le néolibéralisme

Alex Boodrookas : Koweït : coalitions inédites et durcissement de la répression

Nicolas Dot Pouillard (entretien) : Liban : mouvements sociaux et logiques confessionnelles

Ibrahim Natil : Palestine : dynamiques citoyennes sous l’occupation

Gulîstan Özer : Rojava : un espoir démocratique dans le chaos ensanglanté ?

Leila Al-Shami : Syrie : un pays en feu

Buket Turkmen : Turquie : nouveaux « sujets » de luttes et politiques de guerre

François Frison-Roche : Yémen : Etat disloqué, société fragmentée, avenir incertain

Afrique du Nord

Louisa Dris-Aït HamadoucheYahia H. Zoubir : Algérie : résistances et contre-résistances

Sarah Ben Néfissa : Égypte : clôture de l’espace politique et social

Moncef Djaziri : Libye : une transition bloquée

Chawqui Lotfi : Maroc : le réveil social

Khadija Mohsen-Finan : Tunisie : une transition sans rupture

Analyses transversales

Ozcan Yilmaz : Moyen-orient : la régionalisation des conflits

Jonathan Piron : Moyen-orient : des mobilisations sociales face aux menaces environnementales ?

Nicola Pratt : Genre et transformations sociopolitiques dans le monde arabe depuis 2010

 

Je ne peux présenter tous les articles, certaines analyses me paraissent par ailleurs très discutables car « enjolivant » des situations ou gommant des contradictions. Je souligne la place des autrices, significativement plus importante que dans les précédents numéros de la revue.

Quelques éléments choisis subjectivement dans cette publication plus que bien venue contre les prêt-à-penser réducteurs de bien des éditocrates ou de celles et ceux qui se revendiquent de « gauche »…

Arabie Saoudite, la poursuite des objectifs néolibéraux, une perspective religieuse panislamique, la centralisation des canaux décisionnel, derrière la Vision 2030 les changements et les continuités….

En complément possible :

Kamel Daoud : L’Arabie saoudite, un Daesh qui a réussilarabie-saoudite-un-daesh-qui-a-reussi/

Joelle Palmieri : Khashoggi ou les excès d’un totalitarisme mondialisékhashoggi-ou-les-exces-dun-totalitarisme-mondialise/

Irak, la militarisation, le rôle de certaines femmes élues, l’engagement de la jeunesse, l’importance de la question des libertés individuelles, l’engagement régressif d’élues islamistes, le harcèlement sexuel, l’utilisation de l’appareil militaire et sécuritaire…

En complément possible :

Zahra Ali : La fragmentation du genre dans l’Irak post-invasionseul-un-projet-de-societe-qui-met-a-egalite-les-femmes-et-les-hommes-les-confessions-et-les-religions-peut-representer-un-avenir-pour-lirak/ 

Iran, les politiques néolibérales, les organisation de travailleurs et travailleuses, le développement de syndicats indépendants, les mobilisations populaires, le rôle des femmes, une population jeune et instruite, les conséquences des sanctions internationales, la croissance des inégalités, « Les analyses externes, qui associent exclusivement les problèmes du pays à la nature religieuse de la République islamique, ne parviennent pas à saisir l’importance des classes dans la mobilisation populaire de l’Iran contemporain »…

En complément possible :

Houshang Sepehr : Iran. Un tournant politique radicaliran-un-tournant-politique-radical/

On ne doit pas traîner dans la boue les manifestations pacifiques en Iran : déclaration de militant.es iranien.neson-ne-doit-pas-trainer-dans-la-boue-les-manifestations-pacifiques-en-iran-declaration-de-militant-es-iranien-nes/

Deux tribunes pour un soutien international à la révolte populaire en Irandeux-tribunes-pour-un-soutien-international-a-la-revolte-populaire-en-iran/

Yassamine Mather : Mobilisation des Iraniens face aux mollahs capitalistesmobilisation-des-iraniens-face-aux-mollahs-capitalistes/

Babak Kia : Iran. L’ensemble du régime en point de mirelensemble-du-regime-en-point-de-mire/

Babak Kia : La République Islamique d’Iran : Une dictature capitaliste, réactionnaire et corrompuela-republique-islamique-diran-une-dictature-capitaliste-reactionnaire-et-corrompue/

Djafar Azimzadeh Iran : de la prison d’Evin, Téhéraniran-de-la-prison-devin-teheran/

Rim Ben Fraj : Devant ou derrière la caméra, les femmes iraniennes crèvent l’écrandevant-ou-derriere-la-camera-les-femmes-iraniennes-crevent-lecran/

Pas de modération de la répression contre les syndicalistes en Iranpas-de-moderation-de-la-repression-contre-les-syndicalistes-en-iran/

Courrier intersyndical à l’occasion de la visite du représentant de la dictature iranienne…, courrier-intersyndical-a-loccasion-de-la-visite-du-representant-de-la-dictature-iranienne/

Behrooz Farahany Protestations ouvrières et répression d’Etat en Iranprotestations-ouvrieres-et-repression-detat-en-iran/

Jordanie, les mesures d’austérité dictées par le FMI, l’érosion des subventions et des services publics, la corruption, les mobilisations populaires et la place des femmes, les résistances au néolibéralisme…

Liban, la « crise des ordures », la partition confessionnelle, la place du Hezbollah (dont il ne faut pas passer sous silence le soutien armé à la dictature syrienne)…

Palestine, les résistances à l’occupation, les Marches du retour, la violence de l’occupation israélienne, la division et la corruption des forces institutionnelles palestiniennes, « Ces mobilisations citoyennes font néanmoins face au double défi de la répression israélienne et de la manipulation par les forces politiques Fatah et Hamas – en lutte pour l’hégémonie »

En complément possible, de nombreux textes dans la rubrique palestine

Rojava, un espoir démocratique, l’auto-administration, les offensives de l’armée turque, les espaces réservées aux femmes, la « Jinéologie »…

En complément possible :

Ouvrage coordonné par Stephen Bouquin, Mireille Court et Chris Den Hond : La commune de Rojava. L’alternative kurde à l’Etat-nationune-democratie-sans-actions-est-comme-un-etre-humain-sans-voix/

Solidaires international n°12 : Kurdistan,Ecologie, « Jineolojî », Syndicalismedroit-a-lautodetermination-et-alternatives-pour-toustes/

Syrie, « l’indifférence à l’égard de la cause de la société civile anti-Assad, niée par une certaine gauche occidentale « anti-impérialisme » », des expériences d’autonomie et d’auto-organisation, la répression, la « guerre contre le terrorisme », l’appareil répressif et les massacres « confessionnels », les atrocités de l’Etat et ceux de Daesh, les interventions extérieures (dont celles du Hezbollah, de l’Iran et de la Russie en soutien à la dictature), le slogan « Al-Assad ou nous brûlerons le pays », les résistances dont celles des femmes, les déplacements forcés et les exils, l’« anti-impérialisme des imbéciles » (voir particulièrement le texte de Bernard Dréano rappelé ci-dessous)… Pour les Syrien·nes « l’ennemi principal est effectivement à la maison ». S’il fallait et faut mettre en avant l’immédiate protection des populations, « mais il est difficile d’imaginer comment le pays pourrait aller de l’avant tant que l’homme et le régime responsables de ces atrocités restent en place »…

En complément possible :

Subhi Hadidi, Ziad Majed, Farouk Mardam-Bey : Dans la tête de Bachar al-Assad, une-dictature-des-crimes-des-soutiens-venus-tant-de-lextreme-droite-que-dune-partie-de-la-gauche-aveuglee-par-son-campisme/

Bernard Dreano : Le « campisme ». Une vision idéologique des questions internationalesle-campisme-une-vision-ideologique-des-questions-internationales/

Jean-Pierre Filiu : Le miroir de Damas. Syrie, notre histoiredamas-nous-tend-aujourdhui-son-miroir/

Des articles parus sous la rubrique syrie

Turquie, la révolte contre la destruction du parc Gezi à Istanbul en 2013, les mobilisations des femmes et des populations kurdes, la construction du HDP, la répression et les politiques de guerre… Je reste plus que dubitatif sur les références à Judith Butler dans la conclusion de l’article.

En complément possible :

Pinar Selek : Les possibilités et les effets de convergences des mouvements contestataires, sous la répression. Les mobilisations au nom de groupes sociaux opprimés sur la base du genre, de l’orientation sexuelle ou de l’appartenance ethnique, en Turquieinnovations-contestatrices-changement-dechelle-et-un-reve-qui-continue/

Que beaucoup d’autrices et d’auteurs aient mis l’accent sur les mobilisations de femmes, les renouveaux syndicaux autonomes dans certains pays, devraient interroger celles et ceux qui, sous couvert d’un essentialisme racialisant, ne pensent qu’au seul travers de la religion et des conflits religieux. Des contextes fortement militarisés, des interventions de puissances militaires extérieures, des injonctions néolibérales du FMI, des confiscations « patrimoniales » des Etats, des idéologies réactionnaires sous couvert ou maquillage d’éléments religieux… mais aussi des populations jeunes et instruites, sans perspectives de travail, d’autres populations – comme les migrant·es asiatiques – souvent sans droits, celles et ceux entre migrations et espoirs. Il faut être sourd·es pour ne pas entendre les craquements, les refus de la corruption, les espoirs de liberte. Mais au nom parfois d’un « anti-impérialisme des imbéciles », parfois d’un campisme méprisable, parfois en défense de l’emploi (!), des forces d’« émancipation » ici en « occident » ne se mobilisent ni contre les exportations d’armes aux dictatures (les moyens de mort alimentant des guerres contre les populations), ni contre les violations du droit international, ni contre les interventions armées de leurs Etats, et encore moins, en soutien aux forces de résistances et aux espaces autonomes de luttes…

 Les découpages géographiques sont des découpages politiques. Il est donc utile de mettre en relation l’état des luttes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en attendant que l’ensemble méditerranéen soit aussi perçu dans sa continuité.

Algérie, le poids de la peur de la violence des années 1990, les syndicats autonomes, les luttes politiques et sociales, « l’Algérie a évolué en réalité vers une « démocratie de façade » où le pouvoir a soumis les droits politiques à toute une série de restrictions, allant de mesures de répression contre les médias à des limitations à la liberté de réunion ou d’association »

Egypte, clôture autoritaire et sécuritaire, les conditionnalités des prêts du FMI, la lutte contre des « terroristes » dans le Sinaï et le sentiment nationaliste, l’espace médiatique et « un arsenal de dispositions administratives et juridiques répressives », le contrôle d’organisation de la « société civile », la domestication des ONG des droits des êtres humains, le syndicalisme indépendant, la sécularisation « par en bas » et les tentatives de promulguer une loi interdisant l’athéisme et criminalisant l’homosexualité…

Maroc, le processus de délégitimation du pouvoir et des institutions, le tournant répressif, l’espace d’« un imaginaire collectif à partir des valeurs de dignité, de liberté et de justice sociale », la mobilisation du Rif, les actes protestataires, les violences d’Etat, la croissance et l’intrication des inégalités sociales et territoriales, les expériences « les mouvements sociaux, formulent des objectifs, éprouvent des tactiques de lutte, désignent des adversaires, construisent leurs propres agendas et récits, en cherchant à maintenir l’unité d’action et à catalyser un soutien populaire »… Je regrette que l’occupation coloniale du Sahara occidental et les luttes du front Polisario soient oubliées, de même que les luttes des populations Amazighs.

En complément possible :

Pour la criminalisation de la violence politique à l’égard des femmes Et l’application de l’article 431 du code pénal relatif à la criminalisation de la discriminationpour-la-criminalisation-de-la-violence-politique-a-legard-des-femmes-et-lapplication-de-larticle-431-du-code-penal-relatif-a-la-criminalisation-de-la-discrimination/

Communiqué : La Via Campesina appelle à la libération des détenus de Hirak Rif au Maroccommunique-la-via-campesina-appelle-a-la-liberation-des-detenus-de-hirak-rif-au-maroc/

Appel de soutien et de solidarité – Les détenus du Hirak du Rif subissent de lourdes peines de prisonappel-de-soutien-et-de-solidarite-les-detenus-du-hirak-du-rif-subissent-de-lourdes-peines-de-prison/

Nous sommes tous des Rifains !nous-sommes-tous-des-rifains/

Le mouvement de protestation populaire dans le Rifle-mouvement-de-protestation-populaire-dans-le-rif/

Sur la Tunisie, je rappelle seulement les nombreux textes publiés : tunisie

Dans la section Transversales, les auteurs et l’autrice insistent, entre autres, sur les rivalités étatiques, les mobilisations des références identitaires, nationalistes ou religieuses, les échecs historiques de nationalisme et des gauches arabes, les systèmes autoritaires et kleptocrates, les conditions des printemps arabes, les menaces environnementales, le creusement des inégalités, les transformations socio-politiques, la place des femmes et leurs actions pendant les soulèvements, les réglementations de contrôle des corps des femmes, les formes d’humiliation et d’intimidation en termes de genre, l’inscription dans les agendas politiques des droits des femmes et de la « justice de genre », les luttes contre les discriminations et les violences sexistes (dont le droit pour les femmes de transmettre leurs nationalités à leurs enfants ou l’égalité dans l’héritage), la résistance « féroce des islamistes et d’acteurs conservateurs » à l’égalité, la réglementation de la sexualité des femmes et leur subordination dans le famille, les femmes réfugiés et leur absence de droits…

Outre les remarques déjà faites en « conclusion » de la partie sur le Moyen-Orient, je souligne la responsabilité du FMI et des donneurs d’ordre internationaux, la dette et les conditionnalités, les plans d’ajustement structurels… il faudra bien que les responsables rendent compte publiquement de leurs actions criminelles au nom du « libre marché »…

Et comme l’a écrit l’éditorialiste, « la révolution reste une idée neuve ». Il n’est pas besoin d’attendre le surgissement de l’événement pour rendre compte des contradictions qui agitent les sociétés, des luttes d’auto-organisation syndicales ou des luttes de femmes pour l’égalité.

Alternatives Sud : Etat des luttes : Moyen-Orient et Afrique du Nord

Centre Tricontinental et Editions Syllepse

https://www.syllepse.net/moyen-orient-et-afrique-du-nord-_r_24_i_761.html

Louvain-la-Neuve (Belgique) et Paris 2018, 178 pages, 13 euros

Didier Epsztajn

Autre numéros de la revue : revue/alternative-sud-revue/

En complément possible :

Jean-Pierre Filiu : Généraux, gangsters et jihadistes Histoire de la contre-révolution arabela-sarabande-de-la-mort-menee-par-les-generaux-les-gangsters-et-les-jihadistes/

Gilbert Achcar : La « crise dans le Golfe », en comprendre les ressortsla-crise-dans-le-golfe-en-comprendre-les-ressorts/

Entretien avec Gilbert Achcar conduit par Alan Maasslempire-et-le-moyen-orient-a-lage-de-trump/

Gilbert Achcar : Le choc des barbaries. Terrorismes et désordre mondialla-barbarie-ne-saurait-servir-de-moyen-de-legitime-defense-elle-est-toujours-illegitime/

Kamel Daoud : L’Arabie saoudite, un Daesh qui a réussilarabie-saoudite-un-daesh-qui-a-reussi/

Adam Hanieh : État islamique en Irak et au Levant, etat-islamique-en-irak-et-au-levant/

Gilbert Achcar : Symptômes morbides. La rechute du soulèvement arabeconflit-triangulaire-entre-un-pole-revolutionnaire-et-deux-camps-contre-revolutionnaires/

Qu’est-il arrivé au printemps arabe, cinq ans après ?, Entretien avec Gilbert Achcar conduit par Nada Matta

Partie 1 : quest-il-arrive-au-printemps-arabe-cinq-ans-apres-partie-1-sur-2/

Partie 2 : quest-il-arrive-au-printemps-arabe-cinq-ans-apres-partie-2-sur-2/

Gilbert Achcar : Le peuple veut. Un exploration radicale du soulèvement arabele-soulevement-arabe-nen-est-encore-qua-ses-debuts/

Benjamin Stora : Le 89 arabe. Réflexions sur les révolutions en coursÊtre sur une frontière imaginaire, au croisement de plusieurs mondes du Sud et du Nord, reste cependant un atout pour la connaissance comme pour l’action

ContreTemps N°11, troisième trimestre 2011La réduction de la révolution au phénomène Facebook et à sa dimension démocratique est une lecture impressionniste

Solidaires International, N°7, novembre 2011, Dossier Égypte

Solidaires International, N°8, automne 2012, N’oublier ni les luttes de salarié-e-s ni leurs organisations contre le néo-libéralisme, y compris dans ses versions islamiques

Entretien avec Gilbert Achcar : Egypte. « La question désormais est de savoir si – et il s’agit d’un conditionnel – l’armée met en œuvre le programme qu’elle a annoncé »egypte-la-question-desormais-est-de-savoir-si-et-il-sagit-dun-conditionnel-larmee-met-en-oeuvre-le-programme-quelle-a-annonce/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.