Droit à l’autodétermination et alternatives pour toustes

Une remarque préalable, je ne reprends pas ici un certain nombre de remarques développées à propos du confédéralisme démocratique, voir ma note de lecture rappelée plus bas sur La commune de Rojava.

« La situation en Turquie et en Syrie est devenue une situation de guerre totale. Le pouvoir syrien d’une part, et le pouvoir turc d’autre part, s’illustrent particulièrement en la matière. Ils sont en effet responsables de massacres de grande ampleur et de crimes de guerre sur les populations de cette région du monde ».

Pour les auteurs et autrices, « Notre solidarité n’implique aucun soutien à certaines stratégies d’alliances mises en oeuvre par les mouvements politico-militaires kurdes et autres », le choix est de donner la parole à certaines composantes du mouvement kurde qui ont peu d’espaces pour s’exprimer, et de manifester l’entière solidarité avec « toutes les populations de la région ».

 

Sommaire

Partie 1 : Biji Kurdistan

Introduction

Lexique

Partie 2 :Repères

Chronologie

La fin de l’Empire ottoman – Naissance des nations et division du Kurdistan

Partie 3 :Projet politique : confédérer et réconcilier

Construire la démocratie sans État

La libération des peuples des Kurdistan : un idéal de réconciliation

Mexmûr, lieu d’expérimentation politique du PKK

Le Rojava en deux mots (ou presque)

La nouvelle gauche en Turquie

Partie 4 : La jinéolojî, une nouvelle approche du féminisme

La jinéologî

Le mouvement LGBTI + en Turquie et au Kurdistan

Parcours d’une peshmerga du Rojhelat, une organisation politique : le KOMALA

Les coopératives dans le mouvement kurde, outil d’émancipation des femmes. Deux témoignages

Partie 5 : Ecologie sociale

L’écologie, combat de politique et enjeu de survie

Partie 6 : Lesyndicalisme, autre terrain des luttes kurdes

L’apport des syndicalistes kurdes dans la construction et la fondation de KESK Lutte à mort autour de l’Éducation nationale. Rencontres avec le syndicat Egitim Sen

Emek Kirtasiye. Histoire d’une reconversion éthique et collective après les licenciements

Partie 7 : Solidarités

Dans un bataillon international

Le mouvement kurde en France

Ateliers de lettres aux prisonnières politiques

Là où on se rencontre. Détours par un cours de français avec des femmes de la diaspora kurde dans le 93

Partie 8 : La Turquie post-coup d’état

Chronologie

À Diyarbakir, après les purges, la résistance civile se réorganise

Les menaces en cours contre le secteur de l’enseignement supérieur en Turquie

Le réseau syndical international de solidarité et de luttes

 

Il est important de ne pas oublier les configurations et leurs évolutions à la fin de l’empire ottoman, les effets des guerres balkaniques et de la première guerre mondiale, les moyens de la construction d’un nouvel Etat turc, les interventions des puissances impérialistes – et en particulier de la Grande-Bretagne et de la France -, le génocide des Arménien·nes, les déplacements massifs de population, la République de Mahabad…

Je ne présente que quelques points traités.

Je souligne donc l’article « La fin de l’Empire ottoman – Naissance des nations et division du Kurdistan », le temps et la géographie politique, la fin de l’empire ottoman – « empire multiculturel et multiconfessionnel », la naissance de nations, la division du Kurdistan, les expansions impérialistes, les frontières et les peuples, le génocide des Arménien·nes, la pensée biologique et raciale, le fantasme d’un Etat national « ethniquement » ou « confessionnellement » homogène, les accords Sikes-Picot, le(s) découpage(s) au Moyen-Orient, le Traité de Sèvres, Mustapha Kemal et la « guerre d’indépendance », le Traité de Lausanne, l’« échange de populations » entre la Grèce et la Turquie, le kémalisme, « fondé autour de l’assimilation à une turcité construite, pensée comme nécessaire », les premières répressions contre les populations kurdes, l’Irak, la Syrie… Un saut dans le temps. Le coup d’Etat, la sale guerre, la Turquie des années 80 à aujourd’hui.

La troisième partie est consacrée au projet politique « Confédérer et réconcilier », le « confédéralisme démocratique » au Rojava, la place des femmes, l’idée de « nation démocratique », l’héritage communal, la libération des peuples du Kurdistan, Les évolutions du PKK, la remise en cause du découpage territorial, le métissage permanent et la « nation des nations », une conception « conflictuelle » de la politique, le camp de Mexmûr, l’étude en kurmanci, les auto-organisations et auto-défenses, le Rojava aujourd’hui, l’enseignement des langues minoritaires, les comités de femmes, les coopératives, la question énergétique… Très discutables me semblent l’idée de « communautés organiques et naturelles », les formes d’organisation sociale « vieilles de plusieurs milliers d’années », la civilisation « démocratique ancestrale », la « naturalité » reconstruite des nationalités…

Cengiz Gunes revient de manière détaillée sur la nouvelle gauche en Turquie. Voir aussi la thèse de Pinar Selek citée en fin de note.

Jineolojî, une nouvelle approche du féminisme, « une méthode alternative pour les sciences sociales existantes, qui s’oppose aux systèmes de connaissance androcentrique », la lutte contre « l’Etat patriarcal », la multiplicité des expériences ainsi que les réalités socialement situées dans un cadre universel, « sans poser comme centre de gravité la prétendue expérience universelle des femmes occidentales ». Si des pratiques d’auto-organisation et de fonctionnement institutionnel sont décrites, il manque à la fois des analyses portées sur les rapports sociaux de sexe et sur les revendications précises des femmes kurdes ou au Kurdistan.

Turkan Yildiz souligne l’histoire et la place des mouvements « LGBTI+ » en Turquie et au Kurdistan, le racisme « blanc » turc, les divisions internes, la place du colonialisme.

J’ai notamment été intéressé par les articles sur le Koloma, les coopératives, l’écologie. Je souligne aussi la partie sur le syndicalisme, le KESK, la combinaison de la lutte de classe et de la lutte de libération nationale, le droit à l’autodétermination des peuples, le système confédéral, le syndicalisme des enseignant·es, la revendication de la « langue maternelle », la reconversion collective…

La solidarité construite, un bataillon international, le mouvement kurde en France. Je souligne les beaux articles sur des « ateliers de lettres aux prisonnières politiques » et les « détours par un cours de français », ce qui permet de rendre les murs des prisons plus poreux, la solidarité politique, l’autonomie des femmes, l’usage de la langue dite maternelle, « être pour nous n’est pas qu’un verbe à conjuguer, être une femme c’est une identité politique à construire à partir d’échanges politiques qui déplacent l’endroit d’où nous croyons parler ».

Aujourd’hui, après le « coup d’Etat », les purges et les résistances civiles, le secteur de l’enseignement supérieur…

Des éléments nécessaires pour construire les solidarités.

Solidaires international n°12 : Kurdistan

Ecologie, « Jineolojî », Syndicalisme

Editions Syllepse, Paris  automne 2018, 268 pages, 8 euros

https://www.syllepse.net/kurdistan-_r_37_i_751.html

Didier Epsztajn


En complément possible :

Ouvrage coordonné par Stephen Bouquin, Mireille Court et Chris Den Hond : La commune de Rojava. L’alternative kurde à l’Etat-nationune-democratie-sans-actions-est-comme-un-etre-humain-sans-voix/

Introduction de Stephen Bouquin, Mireille Court, Chris Den Hond, « Le changement par en bas » à l’ouvrage La commune de Rojava. L’alternative kurde à l’Etat-nationintroduction-de-stephen-bouquin-mireille-court-chris-den-hond-le-changement-par-en-bas-a-louvrage-la-commune-de-rojava-lalternative-kurde-a-letat-nation/

Préface de Michael Löwy « Le Kurdistan libertaire nous concerne ! » à l’ouvrage collectif : La commune de Rojava. L’alternative kurde à l’Etat-nationpreface-de-michael-lowy-le-kurdistan-libertaire-nous-concerne-a-louvrage-collectif-la-commune-de-rojava-lalternative-kurde-a-letat-nation/

Verdict du Tribunal permanent des peuples sur la Turquie et les Kurdesverdict-du-tribunal-permanent-des-peuples-sur-la-turquie-et-les-kurdes/

Rojava : brisons le silence !rojava-brisons-le-silence/

Entretien avec Gilbert Achcar conduit par Jules Crétois : « Le référendum au Kurdistan irakien dessert la cause kurde elle-même »le-referendum-au-kurdistan-irakien-dessert-la-cause-kurde-elle-meme/

Pinar Selek : Les possibilités et les effets de convergences des mouvements contestataires, sous la répression. Les mobilisations au nom de groupes sociaux opprimés sur la base du genre, de l’orientation sexuelle ou de l’appartenance ethnique, en Turquieinnovations-contestatrices-changement-dechelle-et-un-reve-qui-continue/

 


Précédents numéros :

N°11 : Brésil : derriere-la-6eme-economie-mondiale-et-sa-85eme-place-pour-la-distribution-de-richesse-produite/

N°10 : Algérie : syndicalisme-autonome-et-combat-democratique/

N° 9 : Mexique, Chiapas et Zapatistes : noublier-personne-sur-le-chemin-avancer-lentement-avec-toutes-et-tous/

N° 8 : Tunisie, Iran, Québec : N’oublier-ni-les-luttes-de-salarie-e-s-ni-leurs-organisations-contre-le-neo-liberalisme-y-compris-dans-ses-versions-islamiques/

N°7 : Égypte : Dossier Égypte | Entre les lignes entre les mots

N°6 : Sénégal : Dossier Sénégal | Entre les lignes entre les mots

N°5 : Palestine : Dossier Palestine | Entre les lignes entre les mots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.