Adopter le langage inclusif est à la portée de tout le monde, tout de suite

Dans son introduction, introduction-deliane-viennot-a-son-ouvrage-le-langage-inclusif-pourquoi-comment/, publiée avec les aimables autorisations de l’autrice et de l’éditrice, Eliane Viennot aborde le camp conservateur et sa croisade contre la « féminisation de la langue ». Elle indique « À tort, puisque la langue française possède à peu près tout ce qu’il faut pour exprimer le féminin, et qu’il est bien plutôt question de réduire la place écrasante qu’occupe aujourd’hui le masculin dans ses usages courants ».

Les noms de métiers, qu’ils soient acceptés ou toujours jugés ridicules, ne sont que la partie immergée de l’iceberg. Llangage inclusif (dont l’écriture n’est qu’un volet) vise à éradiquer la suprématie historiquement construite du masculin dans les énoncés.

Après, l’extension des usages, par exemple, des doublets ou de la double flexion – « Françaises, Français ! » -, des parenthèses ajoutées – « né(e) » -, d’une certaine conception de l’égalité des sexes – « un fauteuil pour Monsieur, un strapontin pour Madame » -, en 2017 un manuel scolaire de CM2 (aux éditions Hatier) utilisait une écriture inclusive… Un « péril mortel » pour les uns, « une pensée dictatoriale pour d’autres… De curieuses réactions contre « un souci de s’exprimer de manière plus exacte et plus égalitaire, en s’appuyant pour l’essentiel sur les ressources traditionnelles de la langue française, et pour le reste sur des innovations encore en cours d’élaboration – quoique le plus gros du travail (de réflexion, de conception) soit déjà derrière nous ».

Faire le point, ouvrir les yeux et les oreilles, revenir sur la masculisation délibérée de la langue…

« Parce que les obstacles les plus importants à l’adoption du langage inclusif ne résident pas dans la langue elle-même, mais dans les fausses idées que nous avons de son fonctionnement et dans la méconnaissance de son histoire, une première partie de cet ouvrage sera consacrée au rappel des relations qu’y entretiennent le féminin et le masculin, et une deuxième aux transformations qui lui ont été artificiellement imposées pour renforcer le poids du masculin. La troisième et dernière partie présentera les solutions qui sont à notre portée pour restaurer l’équilibre entre les genres, afin de mieux accompagner – voire accélérer – la marche vers l’égalité ».

Eliane Viennot analyse la longue période de masculinisation forcée, les deux genres de la langue française, les désignations des inanimés et le genre arbitraire, les animé·es et le genre motivé, la répartition systématique des féminins et des masculins entre les femmes et les hommes, les inventions politiques de l’Académie et les noms de métiers qu’il « faudrait » mettre au masculin, l’égale production de mots tant pour les femmes que pour les hommes, les « anciens » mots correspondant au féminin, les chasses gardées masculines et les « ça ne se dit pas » au mépris des « ça s’est dit », le rappel que les substantifs féminins ne viennent pas de substantifs masculins (les bâtis sur un radical), les accords selon l’oreille ou le sens, l’accord de proximité et l’accord selon le sens, les affaires du neutre manquant (mais jamais pour parler des personnes), les substantifs épicènes, les prévalences masculines construites, le retour de mots anciens et leurs formes genrées, les actions de démantèlement du monopole masculin et des hiérarchies normatives…

Le second chapitre est consacré à la masculinisation historique du français. Celles et ceux qui condamnent la soi-disant féminisation « idéologique » de la langue, restent bien silencieuses et silencieux sur cette masculinisation qu’il faudrait passer par profit et perte… L’autrice aborde, entre autres, la main mise des chrétiens masculins sur les fonctions nécessitant des savoirs, la création de l’Académie et « son interventionnisme à la fois infondé linguistiquement et orienté idéologiquement », les mots féminins et les infléchissements masculinistes, l’imposition du pronom il, les accords, le genre masculin affirmé comme plus noble – cette ritournelle toujours présente -, le blocage sur le masculin singulier de formes qui variaient en genre, le rejet des termes variables, « Pourquoi faire simple quand on peut faire français ? » comme le disent nos ami·es québécois·es, la nomination des femmes au masculin, l’interdiction aux femmes de se dire « poétesse, philosophesse, médecine, autrice, peintresse, etc. », les accords de proximité, le pronom la, le rôle de l’école obligatoire, le masculin qui doit l’emporter sur le féminin… sans oublier ces chambres de représentation de la « nation » élues qui n’ont jamais voté l’accès des femmes au droit de vote.

Dans le troisième chapitre, Eliane Viennot argumente sur la nécessité de rendre le langage inclusif. « La langue est un bien commun, ce bien commun doit être maitrisé pour que chacun et chacune puisse comprendre les autres (d’hier et d’aujourd’hui) et exprimer son point de vue clairement, voire créer une œuvre littéraire ». Il convient donc comme l’écrit justement l’autrice de poursuive le travail de décontamination déjà commencé, utiliser les substantifs de féminins de personne, de combattre les soi-disant allergies à certains mots (autrice, écrivaine) qui sont au cœur de cette activité littéraire construite comme un monopole masculin, renoncer à un certain élitisme visant à mettre à distance les « nobles professions » d’avec les professions féminines ordinaires, pratiquer la double flexion contre les us informatifs lacunaires et sexistes, promouvoir les mots englobants, les termes collectifs… Je souligne les paragraphes sur l’épicénat des noms qui « ne règle aucun problème ».

L’autrice poursuit avec l’accord de proximité non seulement pour les adjectifs et assimilés mais aussi sur le(s) verbe(s) et les pronoms qui poursuivent l’énoncé, un véritable système cohérent, le renoncement à la révérence masculine, l’abandon de cet homme qui avait signifié pendant des siècles mâle et qui serait devenu synonyme de mâle + femelle. Il faut cesser de parler de l’homme quand nous voulons parler des êtres humains. Sans oublier ce singulier qui ne peut représenter des populations fort variées, « Usons donc des pluriels, et profitons-en pour nous intéresser à ce qu’ils recouvrent ».

Eliane Viennot aborde aussi les troncatures particulières, le point médian, la barre oblique, les déclinaisons possibles et nécessaires à l’oral, l’expression en deux termes, l’ordre alphabétique, « parfaitement arbitraire, cet ordre permet de mettre fin à la domination du masculin sans la remplacer par une pseudo-galanterie, qui n’est pas de mise entre les mots »…

En conclusion, l’autrice souligne la nécessité de généraliser ces pratiques inclusives, de bousculer l’ordre des maitres, de réfléchir sur le langage. L’égalité fait fait du bien, de même la liberté.

En postface, « Langage inclusif : s’outiller pour convaincre », Raphaël Haddad et Cloé Sebagh présentent les travaux de l’agence Mots-Clés. Elle et il rappellent que l’écriture inclusive n’est pas une finalité et déconstruisent certains arguments contre le langage inclusif. « l’adoption de l’écriture inclusive implique d’être conseillé·e, formé·e, outillé·e pour désamorcer et parfois devancer ces résistances en définissant les standards collectifs les plus adaptés »

J’ajoute aux propositions présentées, l’utilisation systématique du prénom précédant le nom dans les écrits citant des personnes, pour assurer la visibilité de toustes.

J’écris maintenant souvent une question en fin de mes notes de lecture. Une question, posée à toustes les auteurs et autrices (mais bien évidement pas à Eliane Viennot), pourquoi ne pas utiliser une écriture plus inclusive ? – le point médian, l’accord de proximité, les historien·es, les habitant·es, les acteurs et les actrices, les citoyen·nes, les militant·es, les ouvrier·es, les employé·es, pour rendre visibles les unes et les autres, les iels et toustes.

Pour ne pas se servir du langage inclusif, les un·es et les autres évoquent de multiples prétextes. Ils sont ici mis à nu avec beaucoup d’humour, exemples et propositions… Mais peut-être faudra-t-il, en particulier envers les productions « militantes » ou tournées vers les « émancipations », mettre en place des boycotts afin que la marche vers l’égalité, dans ses expressions langagières, ne soit plus considérée comme accessoire…

Eliane Viennot : Le langage inclusif : pourquoi, comment

Editions iXe, Donnemarie-Dontilly 2018, 144 pages, 15 euros

Didier Epsztajn


De l’autrice :

non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin. petite histoire des résistance de la langue françaisele-fusil-est-toujours-derriere-notre-nuque/

L’Académie contre la langue française. Le dossier « féminisation », Ouvrage publié sous la direction d’Eliane Viennotfaire-entendre-donc-comprendre-que-les-femmes-existent/

« Mme le président » : l’Académie persiste et signe… mollement mme-le-president-lacademie-persiste-et-signe-mollement/

Interview d’Eliane Viennot par Francine Sporendale-combat-feministe-passe-par-les-mots/


En complément possible :

Michaël Lessard, Suzanne Zaccour : Manuel de grammaire non sexiste et inclusive. Le masculin ne l’emporte plus !les-hommes-et-les-femmes-sont-belles/

Sous la direction de Suzanne Zaccour & Michaël Lessard : Dictionnaire critique du sexisme linguistiquele-deguisement-des-mots-et-les-mots-aiguises-pour-euphemiser-les-realites/

Suzanne Zaccour : Querelle [ kə.ʀɛl ] : suzanne-zaccour-querelle-kə-ʀɛl/

Florence Montreynaud : Le roi des cons. Quand la langue française fait mal aux femmescertains-mots-donnent-du-pouvoir-dautres-en-otent/

Dirigé par Raphaël Haddad : Manuel d’écriture inclusive. Faites progresser l’égalité femmes·hommes dans votre manière d’écrirefaites-progresser-legalite-femmes·hommes-dans-votre-maniere-decrire/

« Nous n’enseignerons plus que « le masculin l’emporte sur le féminin » » – et la Pétitionnous-nenseignerons-plus-que-le-masculin-lemporte-sur-le-feminin-et-la-petition/

Que l’Académie tienne sa langue, pas la nôtreque-lacademie-tienne-sa-langue-pas-la-notre/

Appliquons la règle de proximité, pour que le masculin ne l’emporte plus sur le féminin ! : appliquons-la-regle-de-proximite-pour-que-le-masculin-ne-lemporte-plus-sur-le-feminin/

Katy Barasc, Michèle Causse : requiem pour il et elle se-nommer-sans-renoncer-a-sa-posture-singuliere-et-sans-pour-autant-la-figer-en-essence-normative/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.