Archives de Catégorie: Jazz

Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés

La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du Vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ?

Les parutions de CD restent multiples. Certains prétendent qu’elles sont trop nombreuses. Il faut, pourtant, répondre à tous les goûts. A travers ses âges, le jazz s’est démultiplié. Sous ce vocable se dissimulent plusieurs époques, plusieurs styles, plusieurs références. Faut-il, pour autant, le mettre au pluriel ? Je ne le crois pas. Il reste une musique issue de la déportation des Africains sur le sol américain, du brassage en résultant de la fusion entre les cultures africaines, européennes et amérindiennes. Le tout procédant d’un processus d’acculturation. Depuis, les affluents se sont multipliés pour dessiner un paysage plus coloré, plus touffus dans un environnement idéologique – le dit libéralisme ou le post modernisme – qui fait s’évanouir le collectif. L’impression du pluriel vient de l’éclatement des formes du jazz, comme dans toutes les disciplines artistiques. La décomposition n’est pas visible seulement sur le terrain politique, elle est aussi à l’œuvre culturellement. Le jazz est, de ce point, de vue, un bon révélateur.

Il n’empêche que tout n’est pas à jeter. Le processus de décomposition se traduit par des enregistrements qui valent le détour. Le 21e siècle n’est pas vide mais la révolution esthétique se fait attendre. Lire la suite

De retour de festival, les pommiers du jazz en fleurs

Une bonne semaine de jazz et tout est différent. Le monde s’habille des couleurs de l’arc-en-ciel avec des dominantes de bleus et de noirs, comme si la société oubliait ses blessures pour communier dans une même musique, une même ferveur. La réalité ne se fait pas oublier pour autant. Dommage que le jazz ne soit pas autant écouté que cette semaine là, dommage que le jazz ne soit plus la musique qui réunit les générations. Pourtant, les jeunes musicien-ne-s partagent aussi l’attrait de cette musique sans que le public perde un peu de ces cheveux blancs – ou pas de cheveux – et rabaisse son âge moyen.

Le festivalier que je suis est partagé à chaque moment de la journée. Comment tout voir, tout entendre ? Comment choisir entre la scène aux amateurs pour découvrir – pourquoi pas ? – les leaders de demain et les concerts de musicien-ne-s plus ou moins confirmés. Comment participer pleinement à tous les spectacles dits de rue – une mention spéciale à la compagnie Joe Sature qui sait faire rire en se moquant des travers de notre société – sans laisser de côté des concerts trouvés nécessaire au moment d’y assister ? Lire la suite

Live at The Village Vanguard (2)

Certaines soirées ont laissé des traces, dans l’imaginaire et sur des disques.

Heureusement, car la présence du public et d’autres éléments, quelques fois plus contingents, font qu’il se passe quelque chose de plus, un peu au delà… Au hasard de (ré)écoutes récentes pour ces face au public dans une salle mythique.

Lire aussi :live-at-the-village-vanguard/ Lire la suite

Duo piano saxo/clarinette/trombone (9)

Parmi les duos possibles, je garde un attachement pour la formule piano saxophone, clarinette ou trombone. Particulièrement ouverte aux dialogues, aux décalages, aux inventions, cette alliance sonore réserve de multiples surprises. Au hasard de ré-écoutes récentes. Voir précédentes notes :

Duo piano saxo/clarinette/trombone,Duo piano saxo/clarinette/trombone (2), Duo piano saxo/clarinette/trombone (3), duo-piano-saxoclarinettetrombone-4/, duo-piano-saxoclarinettetrombone-5/, duo-piano-saxoclarinettetrombone-6/, duo-piano-saxoclarinettetrombone-7/, duo-piano-saxoclarinettetrombone-8/

Deux générations en dialogue. Charles Llyod (saxophones alto, ténor et basse, flutes) et Jason Moran (piano, tambourin). Des standards, une suite en cinq parties du souffleur qui donne le titre à l’album et une chanson de Bob Dylan revisitée « I Shall Be Released ». Les trames sont quelques fois bousculées par le pianiste, le dialogue pouvant se faire confrontation. Une nouvelle unité se forme. Les interventions en mini solos sont étonnantes. Les espaces sonores se recouvrent ou s’éloignent. Je souligne l’utilisation de la flute et des frappes singulières sur le clavier. Envoutant. Lire la suite

Hier pour aujourd’hui. Quelques enregistrements des années 80 (4)

La musique et les disques survivent heureusement aux effacements organisés par les maisons de disques et les surfaces dites spécialisées.

Par simplification, les années 80. Certain-e-s musiciens-ne-s débordaient des cadres entravant leur liberté. D’autres approfondissaient des veines encore fécondes, d’autres encore créaient des passerelles entre les temps et les formes.

Restent aujourd’hui des disques nécessaires. Au hasard de ré-écoutes récentes.

Voir aussi : hier-pour-aujourdhui-quelques-enregistrements-des-annees-80/, hier-pour-aujourdhui-quelques-enregistrements-des-annees-80-2/, hier-pour-aujourdhui-quelques-enregistrements-des-annees-80-3/

Voici un trio peu ordinaire. Et cela n’est pas simplement du à la présence du violoncelle. Georg Gräwe (Piano), Ernst Reijseger (violoncelle), Gerry Hemingway (percussions) s’entendent pour nous projeter, par variations et dialogues décalés dans un monde de musique fiction. Ils jouent et s’amusent, tirant de leurs instruments des sonorités rieuses ou inquiétantes, répétitives ou dynamiques. Une musique en l’air…

Cd Gräwe – Reijseger – Hemingway : Sonic Fiction, enregistré en mars 1989, Hat Hut 1990 Lire la suite

Hier pour aujourd’hui, les années 90 – 3

La musique et les disques survivent heureusement aux « contraintes » des surfaces spécialisées ou non, plus ou moins disquaires, mais plus attentives aux coûts financiers, à la vitesse de rotation et au niveau de leurs stocks qu’aux rythmes de diffusion de la musique. Sans oublier la mise en avant des productions des majors au détriment des multiples éditeurs qui nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ».

Quelques disques enregistrés dans les années 90, au hasard de ré-écoutes récentes.

Lire aussi : des-enregistrements-en-1991/,des-enregistrements-en-1995/,des-enregistrements-en-1994/,des-enregistrements-en-1993/,des-enregistrements-en-1992/,des-enregistrements-en-1999/,des-enregistrements-en-1997/,hier-pour-aujourdhui-les-annees-90/,hier-pour-aujourdhui-les-annees-90-2/

Un étrange quartet. Hans Kennel (trompette, bugle), Roland Dahinden (Trombone), Thomas Eckert (clarinette, clarinette basse), Hans Hassler (Accordéon, Clarinette, Clarinette basse)

Des accents de fanfare, de klezmer, de bien enlevés solos, et un accordéon qui brouille les frontières. Les rois trombone, trompette et clarinettes. Je souligne le bel « So evidently » incluant « Evidence » de Thelonious Monk. De chaudes sonorités mêlées. Un disque du coté des éclats. Lire la suite

Du coté du jazz (avril 2019 – B)

Exubérant, dansant et donc nécessaire

Un groupe qui a pris comme devise, et comme nom – ainsi que le titre de leur album – « Soul Jazz Rebels » ne peut pas décevoir. La participation du batteur Ton Ton Salut, figure du jazz montpelliérain, est un gage du désir de jazz qui animentJean Vernheres, saxophone, Cyril Amourette, guitare et Hervé Saint-Guirons,orgue Hammond. Ils ont décidé de casser la baraque, de fuir la mélancolie pour suivre la voie de ce jazz dur proche du gospel, de la transe, de la danse pour percuter tous les a priori et aller chercher les racines de la rébellion. En ce début du 21e siècle, il fallait oser. Lire la suite