À l’indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage (plus texte de La Cimade et du Mouvement pour la paix)

M. Darmanin, 

La place n’est plus à l’indignation mais à la rage.

La rage de voir que cette tragédie de plus, ces 27 personnes mortes noyées en Manche faute de n’avoir pas reçu l’attention minimale pourtant due à n’importe quel être humain ne suscite chez vous rien d’autre que des coutumières accusations contre les passeurs et trafiquants.

La rage de voir qu’il n’y a, chez vous plus d’espace pour la compassion et la lucidité. Faisant face aux flots d’indifférence au mieux, de haine au pire que les personnes exilées subissent aux frontières de la France, elles ne reçoivent de votre part qu’humiliation et violence.

La rage de voir qu’aux si nombreuses voix qui vous ont alerté sur le fait que la Manche deviendrait, devenait, un cimetière, vous n’avez eu d’autres réponses que de saluer la politique de la maire de Calais qui en collaboration avec les services de l’Etat a fait de sa ville un lieu d’effroi pour les exilés.

La rage de voir que la France n’est aujourd’hui rien d’autre que le garde-frontière de la Grande Bretagne, dans un chantage dont les perdants ne sont jamais ni vous ni Priti Patel, ni Jean Castex, ni Boris Johnson mais bien ces hommes, ces femmes et ces enfants que vous pourchassez inlassablement.

La rage de voir que pour faire rêver un ministre de l’Intérieur, les barbelés ne suffisent plus et que votre petit bout de rêve à vous, c’est une camp prison comme celui que vous avez visité à Grèce, sur l’île de Samos tout récemment.

La rage de constater qu’à la détresse de mes collègues sauveteurs en mer en Méditerranée découvrant au milieu d’un amas de survivants une dizaine de corps sans vie, vous n’offrez comme seule politique que le maintien coûte que coûte des candidats à l’exil européen dans les immondes prisons libyennes.

La rage de voir que vous n’êtes bien entendu pas tout seul dans votre entreprise mortifère : nombreux sont ceux qui estiment aujourd’hui qu’un bon migrant est un migrant noyé ou désespéré, car il ne viendra plus, ni lui, ni d’autres. Quelle idée fausse, pourtant.

La rage de voir que malgré les démentis apportés par les faits, établis par la science, vous persistez, vous et d’autres dirigeants à ne pas comprendre que vos frontières tuent, que vos politiques nourrissent les trafics et les passeurs bien plus qu’elles les découragent.

La rage de constater que ces politiques, vous les menez en notre nom, qu’en notre nom vous condamnez dans un seul souffle bonnes âmes et acteurs de la solidarité renvoyés à leurs idéaux naïfs pour y préférer votre dialectique de l’abject : fermeté et humanité.

La rage d’anticiper que de ce drame rien de bon ne naitra et que vous perpétuerez, encore et toujours vos politiques empruntes de morgue et de bêtise. Pourtant vous savez. Que vos politiques tuent.

Vos politiques tuent, de la Pologne au Canaries, de la Grèce à la Libye, de la Méditerranée à la Manche, de la Bidassoa à la Vallée de la Clarée, vos politiques tuent.

Vos politiques tuent de ne pas concevoir qu’un autre accueil est possible, un accueil dont la possibilité est pourtant démontrée tous les jours par des millions de citoyens, des élus, des organisations, en France, en Italie, en Allemagne, en Grèce et ailleurs en Europe : tout un peuple qui continue de voir en ces réprouvés des personnes, des enfants aussi car ils sont nombreux, ces enfants, et non des toxines dont il faudrait se débarrasser par crainte de ‘grand remplacement’.

Aujourd’hui, votre fermeté et votre humanité ont condamné à la mort 27 personnes parties de chez elles parce qu’elles ont, un jour, estimé qu’elles n’avaient plus de choix ; elles ont condamné à la mort 27 personnes décidées à ne plus supporter les conditions de vie auxquelles vous les condamniez, dans la boue et les tentes déchiquetées, de Grande-Synthe, de Briançon ou d’ailleurs.

Oui, la rage.

Médecins sans frontières

https://blogs.mediapart.fr/medecins-sans-frontieres/blog/251121/lindignation-monsieur-darmanin-succede-la-rage

*********

5655825fb42f5

Tragédie de Calais :
retrouvons d’urgence notre humanité

Nous pensons d’abord à ses vies fauchées, à la douleur des familles et des proches des personnes décédées.

Ces morts sont la conséquence la plus dramatique, la plus grave et la plus insupportable de la politique de non-accueil menée depuis 30 ans à la frontière franco-britannique et des situations de violences et de précarité auxquelles sont exposées les personnes bloquées sur le littoral nord français.

La grève de la faim – action qui peut sembler extrême – menée durant 37 jours par Anaïs et Ludovic, illustre aussi l’impuissance et l’exaspération des citoyens solidaires face à la répétition permanente des mêmes réponses déshumanisantes et sans issue, face à la violence d’une frontière militarisée et externalisée, face à l’absence de dialogue avec les autorités pour rompre avec ce cycle infernal de violences et changer enfin de paradigme.

Car ces drames ne sont pas nouveaux. Et ils pourraient être évités !

Les autorités accusent les « passeurs » d’être responsables mais ces déclarations cachent en réalité très mal les responsabilités de la France et du Royaume-Uni dans les drames à cette frontière, comme celles de l’Union européenne et des Etats membres dans les tragédies qui se jouent chaque jour aux frontières internes et externes de l’Union Européenne.

Car les disparitions et décès aux frontières ne sauraient être uniquement attribués à des « passeurs sans scrupule » ou des « personnes inconscientes des risques ». L’Union européenne et ses États membres doivent prendre la mesure des conséquences de leurs politiques migratoires. C’est le durcissement de la règlementation, la sophistication des contrôles aux frontières qui, en rendant le franchissement des frontières toujours plus difficile, sont à l’origine de ces traversées dangereuses et des décès et disparitions qui en découlent.

Il est urgent de remettre en cause le traité du Touquet et le protocole additionnel de Sangatte. C’est une exigence que portent de nombreuses associations, ainsi que la Commission nationale consultative des droits de l’homme, depuis plusieurs années.

Des moyens très importants sont consacrés à financer l’érection de barrières physiques, juridiques et technologiques ainsi que la construction de camps sur les routes migratoires, moyens qui seraient plus utiles pour accueillir dignement les personnes bloquées aux frontières, d’examiner avec attention et impartialité leurs situations et assurer le respect effectif de leurs droits.

Nous appelons à un changement radical des politiques migratoires, dans une Europe solidaire, accueillante, protectrice des droits humains et de la dignité des personnes.

La Cimade

https://blogs.mediapart.fr/la-cimade/blog/251121/tragedie-de-calais-retrouvons-d-urgence-notre-humanite

********

Un autre monde est nécessaire et possible tant pour les migrants que pour les sédentaires

Mercredi dernier, les corps de 27 migrants ont été retrouvés sur le rivage et dans la Manche, au large de Calais. Il y avait des enfants parmi eux. Ce drame constitue le plus grand naufrage de ce type depuis 2014.

La situation que vivent les migrants et les drames à répétition qui se déroulent devant nos yeux tant en Méditerranée que dans la Manche ou aux frontières de l’Europe est inacceptable.

La vie humaine n’a pas de prix, il est criminel de voir des populations vivre des souffrances et des malheurs sans nom sans que les Etats se mobilisent pour sauver des vies humaines, pour apporter des secours et des solutions pour ces êtres humains en détresse. La solidarité avec les migrants doit s’exprimer à tous les niveaux tant dans l’accueil en France, pour la nourriture, pour le logement, les premiers soins d’urgence, la scolarisation des enfants.

Les causes profondes de la situation actuelle résident dans les inégalités de développement entre les Etats et les continents, les guerres, le commerce des armes, la misère, le mal-développement, les injustices, les dictatures et autres régimes autoritaires et plus généralement la violation des droits humains, le développement des extrémismes violents.

Pour le Mouvement de la paix la solidarité humaine et la sécurité humaine vont de pair. Tout être humain a le droit de vivre en sécurité : physique, de logement, alimentaire, sanitaire, sociale, écologique, c’est-à-dire une sécurité humaine collective et individuelle.

Aucune souffrance humaine ne peut nous être indifférente. Les migrants doivent être accueillis de manière humaine, respectueuse, digne et fraternelle. Le droit international doit être respecté en ce qui concerne le sauvetage en mer.

Cependant dans le même temps il est important de bien voir que les guerres dont ont été souvent responsables les Etats occidentaux dont la France à travers les colonisations, les dominations passées ou actuelles pour l’accaparement des ressources et en particulier les dernières guerres conduites en Irak, en Libye, en violation du droit international, sont une des causes principales. Ces Etats portent une grave responsabilité dans la crise que nous vivons. Par ailleurs la crise climatique accroît dans certains pays les difficultés de vivre et ce n’est qu’un début si nous ne nous battons pas tous ensemble pour de vraies mesures de nature à stopper le réchauffement climatique.

Dans ces conditions les migrants et sédentaires ont les mêmes intérêts à défendre ensemble un monde nouveau possible et nécessaire. Ce monde nous devons le construire pas à pas du local à l’international et sans attendre. Pour cela il faut à la fois défendre le droit de vivre dans son pays sans être contraint de le quitter pour des raisons politiques, économiques, de guerre, de discriminations, mais également dans le même temps défendre le droit de pouvoir migrer conformément au droit international.

Dans le contexte actuel le Mouvement de la paix souhaite que l’union européenne et l’ensemble de ses 27 Etats développent des politiques humanistes d’accueil des migrants mais aussi une nouvelle conception des relations internationales qui ne soient pas marquées par la volonté de domination, qu’elle soit économique ou militaire.

L’enjeu, c’est bien la construction d’un autre monde enfin humain. Pour cela nous devons créer les conditions d’une nouvelle solidarité entre tous les peuples pour l’émergence d’un monde de paix, de justice, où la voix des peuples est vraiment entendue pour des solutions humaines aux défis d’aujourd’hui. C’est sur ces fondements que l’ensemble de la société doit faire face et obliger nos gouvernants à agir dans ce sens. Au titre des actions concrètes, le Mouvement de la Paix s’inscrit dans les actions de solidarité pour l’arrêt des violences à l’encontre des migrants, contre le démantèlement des squats et la destruction de toutes les affaires des migrants, pour faciliter leur logement, les soins, l’accès aux droits et pour l’enseignement de la langue française.

Pour ce qui concerne la Manche, le Mouvement de la paix comme d’autres mouvements souhaitent l’annulation des accords du Touquet et la fin de Frontex, ce bras armé supranational, car il n’y a pas de solution militaire ni policière. Au vu des conditions économiques, sociales, climatiques, etc que subissent des populations entières il y aura toujours des personnes qui prendront le très haut risque de quitter leur pays pour gagner « une terre où il ferait mieux vivre ». La question fondamentale, c’est la répartition des richesses dans le monde. 

Ensemble agissons pour un monde de paix, de justice et de fraternité. Pour un monde enfin humain.

Pour toutes ces raisons, le Mouvement de la paix appelle à participer à la journée internationale pour les migrants le samedi 18 décembre 2021.

Paris, le 26 novembre 2021

LE MOUVEMENT DE LA PAIX

https://www.mvtpaix.org/wordpress/stop-les-violences-envers-les-migrants-accueil-digne-et-humain/

Une réponse à “À l’indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage (plus texte de La Cimade et du Mouvement pour la paix)

  1. Il faut arrêter de s’en prendre aux passeurs. Quiconque a eu dans sa vie à passer une frontière clandestinement dans un pays qui lui est étranger sait bien qu’un passeur peut parfois être indispensable. Le problème des passeurs c’est qu’il n’y a pas suffisamment de passeurs bénévoles. Des personnes qui prennent des risques judiciaires et professionnels, qui se conduisent en êtres humains. Même si vous n’avez jamais pu les retrouver ils restent vivants à jamais dans votre coeur et dans votre mémoire même lorsque vous commencez à la perdre. Quel bonheur d’en avoir rencontré ! Appel aux vocations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.