Appel à un Contre-sommet Afrique-France à Montpellier

de7c09d7773370d9-4a8ab

Du 7 au 9 Octobre doit se tenir à Montpellier un Sommet Afrique-France, qui, sous l’affichage de la culture, de l’enseignement supérieur, de la jeunesse et du sport, annonce la « refondation des relations entre la France et l’Afrique ». Cependant, malgré les effets d’annonce du président Emmanuel Macron, l’esprit néo-colonial est toujours présent. Sur le continent africain, la France exerce toujours une domination monétaire, économique, diplomatique et culturelle, poursuit des interventions militaires, et soutient des régimes qui bafouent les droits humains et empêchent l’émancipation des peuples. Le soutien au coup d’État militaire au Tchad en avril 2021 est un triste exemple de cette politique. La Méditerranée est une frontière coloniale qui a déjà tué cette année plus de 1200 de nos sœurs et nos frères. Cette frontière poursuit celles et ceux qui parviennent à traverser, celles et ceux qui deviennent sans papiers en les privant de tout droit.

Ainsi, ce sommet arrive dans un contexte géopolitique extrêmement tendu, où le sentiment anti-français, qui est surtout un sentiment anti-françafrique, c’est à dire un rejet de ces politiques, grandit dans l’ensemble des pays d’Afrique francophone. Un fort rejet salutaire de l’impérialisme français a embrasé les populations dans les rues de Dakar, de Bamako, et d’ailleurs.

Nous demandons : 

  • l’arrêt de la présence militaire de la France en Afrique, 

  • la fin de la politique commerciale néo-libérale de la France et de l’UE en Afrique, (Accords de partenariat économique -APE- et autres accords de libre-échange) qui profite avant tout aux multinationales. 

  • l’arrêt du soutien aux présidents qui se maintiennent au pouvoir de manière non démocratique (changements de constitution, coups d’Etat, etc.). 

  • la fin de l’ingérence française dans les affaires intérieures des pays africains

  • la véritable fin du Franc CFA en revenant sur la décision unilatérale prise en décembre 2019 par A. Ouattara et E. Macron, de la réforme remplaçant le franc CFA par l’ECO. Cette monnaie, trop forte, qui dépossède les pays africains de leur souveraineté monétaire, nuit aux exportations africaines et favorise les importations, ruinant toute politique industrielle et agricole dans ces pays. 

  • l’annulation des dettes odieuses et illégitimes des pays africains dont les conséquences sont connues : baisse des investissements dans l’éducation, la santé et les services publics, accroissement de la pauvreté, de la malnutrition, entrave à tout développement, etc. 

  • la liberté de circulation et d’installation, 

  • la fin des expulsions depuis la France.

Pour porter ces demandes : 

  • nous organiserons des rencontres, débats, événements alternatifs pendant les 3 jours du sommet, 

  • nous proposerons, en septembre-octobre 2021, des temps d’explications et de débats, des temps d’éducation populaire pour s’approprier collectivement les enjeux des relations entre la France et les pays d’Afrique, 

  • nous exprimerons dans les médias, avant et pendant le sommet, la solidarité de lutte entre les peuples d’Afrique et de France pour en finir avec les rapports de domination, d’exploitation et d’oppression.

Dès aujourd’hui, nous proposons à tous les syndicats, les collectifs de sans-papiers, les associations, les organisations politiques ainsi qu’à chacune et chacun, à titre individuel, de rejoindre le Collectif du Contre-sommet Afrique-France à Montpellier.

Premiers signataires : Amis du Monde Diplo 34 ; ATTAC 33 ; ATTAC34 ; ATTAC France ; CADTM France ; La Carmagnole de Montpellier ; CDTM Montpellier – Centre de Documentation Tiers Monde ; CNNR Hérault ; Collectif Ni Guerre Ni État de Guerre ; Comité Thomas Sankara de Montpellier (CTSM ) ; Fasti (Fédération des associations de solidarité avec tou-te-s les immigré-e-s) ; Forum du Tiers Monde / Forum Mondial des Alternatives ; Ingénieurs sans frontières France ; Marche des Solidarités ; Nouvelle Dynamique de la Société Civile en RDC (NDSCI) ; Réseau Rapport Alternatif sur l’Afrique (RASA) ; Ritimo ; Survie ; UJFP

Associations et collectifs : Association des Familles des Prisonniers et des Disparus Sahraouis (AFAPREDESA) ; Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) ; ASTI de Chalon sur Saône ; ATTAC Rennes ; Bureau de représentation du Somaliland en France ; Campagne BDS France Montpellier ; Centre Dihiya, pour les droits de l’homme, la démocratie et le développement (Rabat, Maroc) ; CIE Noir Couleur ; Coalition internationale des Sans-Papiers et Migrants (CISPM) ; Collectif Chabatz Dentrar (Haute-Vienne 87) ; Collectif Diasporique camerounais ; D’ailleurs nous ici 67 ; Droits devant ; Droits Ici et Là-bas (DIEL) ; Dynamique unitaire panafricaine (DUP) ; Eau Bien Commun PACA ; Forum du Tiers Monde (Dakar, Sénégal) ; Front Uni des immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP) ; FUIQP 34 ; Initiative in Gedenken an Oury Jalloh CISPM (coalition international des sans-papiers et migrants) Mannheim ; IRPAD/Afrique ; L’âme immortelle de l’Afrique ; Organisation pour la Démocratie, la Transparence et le Patriotisme (Niger) ; Solidarité Asie-France ; Sortir du Franc CFA ; Toulouse Anti-CRA

Syndicats et partis politiques en soutien : ENSEMBLE !-Mouvement pour une Alternative de Gauche Écologiste et Solidaire ; Ensemble ! 34 ; NPA 34 ; Parti Communiste des Ouvriers de France ; Parti de Gauche ; Parti de Gauche 34 ; Parti des Indigènes de la République (PIR) ; Union Communiste Libertaire (UCL) Montpellier ; Union syndicale Solidaires ; Union syndicale Solidaires 34 ; UPC MANIDEM (Cameroun)

flyer Contre sommet Afrique France A

flyer Contre sommet Afrique France B

Télécharger au format Pdf : flyer Contre sommet Afrique France VVF

Liste actualisée des signataires :

https://survie.org/themes/francafrique/article/appel-a-un-contre-sommet-afrique-france-a-montpellier-les-7-8-et-9-octobre

*******

Colloque pour l’annulation des sommets France Afrique 
(Grabels, samedi 2 octobre 2021)

Cet évènement fait partie des activités du contre-sommet de Montpellier. Trois anciens ministres de Côte d’Ivoire, du Mali et du Togo y participent, aux côtés de spécialistes des problématiques néo et postcoloniales.

L’équipe de l’ouvrage  Résistances africaines à la domination néocoloniale (Le Croquant, 2021) sera représentée par 6 auteurs présents ou en distanciel. 

https://editions-croquant.org/actualite-politique-et-sociale/710-resistances-africaines.html

Affiche

https://documentcloud.adobe.com/link/review?uri=urn:aaid:scds:US:aef5020c-8480-456e-8ad1-781824d919e2 

Articles de presse

https://www.herault-tribune.com/articles/montpellier-les-opposants-au-sommet-afrique-france-demandent-lannulation-des-dettes-africaines/

https://lepoing.net/evenement/sommet-afrique-france-a-montpellier-tables-rondes-contre-la-francafrique/

Réseaux sociaux

https://www.facebook.com/events/551227826134064

Site (appel et programme)

https://annulation-sommet-afrique-france.fr/pages/l-appel.html

https://annulation-sommet-afrique-france.fr/pages/colloque.html

APPEL

Habituellement localisé à Bordeaux, le sommet France-Afrique devrait avoir lieu cette année à Montpellier. Le sommet France-Afrique est l’expression de la défense des intérêts français dans les pays africains. Rappelons-le, l’Afrique concentre en 2020 plus de 60% des individus extrêmement pauvres de la planète (personnes vivant avec moins de 1,90 dollar par jour) selon l’AFD [1] et la banque mondiale. Elle enregistre 25 000 morts de faim par jour, selon la FAO [2]. Et 25 millions d’emplois perdus en 2020 des suites de la crise.

Et pourtant…

L’Afrique est le continent qui est le plus riche en matières premières. Mais elle est soumise à un modèle productiviste uniquement basé sur l’exportation et profitant essentiellement à de grandes firmes étrangères, notamment européennes, et à une oligarchie locale corrompue. Un modèle imposé par les institutions financières où la France tient une place prédominante pour forcer les pays à récupérer des devises afin de rembourser leurs dettes, la France garantissant en outre le maintien de la convertibilité du FCFA, rebaptisé ECO, en euros. Mais cette monnaie trop forte nuit aux exportations africaines et encourage les importations de produits manufacturés et agricoles étrangers, ruinant les efforts de développement industriel et agricole de la Zone franc.

Pendant la crise sanitaire, le cours des matières premières a baissé, soulignant la dépendance économique des pays aux règles des marchés financiers. Les taux d’intérêt que réclament les créanciers privés, eux, s’envolent, tandis que les pays d’Afrique doivent s’endetter encore plus. Et les institutions financières n’y font rien, à part proposer de nouveaux chantages à la manière des plans d’ajustements structurels.

Au total, ce sont plus de 350 milliards de dollars de dette qui pèsent sur les épaules des pays africains.

Les conséquences sont connues : baisse des investissements dans les écoles, les hôpitaux, les services publics. Accroissement de la pauvreté, de la malnutrition. Et ce ne sont pas les APD [3] ni même quelques actions d’ONG bienveillantes qui pourront remédier à la situation.

Quant au volet militaire, la France est engagée militairement dans deux OPEX rassemblant 5 700 militaires en Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad. Dans ces pays, on assiste à l’émergence de nouveaux conflits intérieurs, dont la corrélation ces deux dernières décennies peut être établie avec la présence militaire française. De plus, elle engendre ce que l’on appelle la « crise des migrants », avec son lot de citoyens africains fuyant la pauvreté et le chaos.

Cette logique de préservation des intérêts économiques et militaires français a survécu au colonialisme jusqu’à aujourd’hui et fait la preuve de ses injustices sociale, économique et aussi environnementale.

Aussi, nous refusons que Montpellier devienne la vitrine du colonialisme qui ne dit pas son nom. L’argument des retombées économiques n’est pas une justification suffisante.

Nous demandons donc l’annulation du sommet à Montpellier et nous exigeons :

➔ L’annulation des dettes odieuses et illégitimes des pays africains

➔ Le retrait de toutes les troupes françaises du continent africain

Premiers signataires (organisations et citoyens) :

Citoyens :

Charlotte Géhin, François Charles, Christian VERNET citoyen militant CGT, Amit Bellicha, Nicolas Sersiron, Jocelyne Ferrera-Sage, Patrick Saurin, Alban Desoutter, Thomas PEIXOTO, Pascal Franchet, ancien président du CADTM France, Martine Boudet et Jacques Berthelot membres du Conseil scientifique d’Attac France , Jean-Pierre Aranega retraité Poste, Magali CROZIER infirmière, cheffe de file des Insoumis du Biterrois ; Gustave Massiah ; Nataléna Richard ; Sabine Raynaud ; Christophe Lopez ; Marie-Hélène Choukroun ; Geneviève COINDOZ ; Louis SALCEDO, syndicaliste (Carcassonne) ; Bruno JOULIA (Castelnaudary) ; Mafoud Berkane, membre LFI Narbonne ; Jacques Vieules, syndicaliste enseignant (Trèbes) ; Charles Burgaudeau, syndicaliste enseignant (Carcassonne) ; Patricia Sourrouille ; Jean-Marie Gillan ; Françoise Roche, Luis Ventura, Ragonnet Martine syndicaliste CGT Guerrin François syndicaliste CGT ; Annie Salsé syndicaliste CGT, Colette Rumeau militante PCF, Patrick Blin militant PCF ; Gérard Lorigny directeur d »école en retraite ; Claude Sifflet ; Aimé COUQUET, militant PCF ; David Garcia LFI ; Louis-Dominique AUCLAIR, Jean-Claude Rodriguez Maire de Brissac (34), Jean-Michel Carrez Insoumis de nature, Lucienne Bousquet militante du PCF, Thierry Canals Retraité – La Salvetat sur Agout, Maryse Launais Roquebrun, DIDER GADEA syndicaliste paysan « d’un monde où les éleveurs français crèvent dans leur ferme et sont surendettés « , Thierry Canals – Retraité – La Salvetat sur Agout ; Françoise MARILL ; Laurent Baibarac militant cgt ; Liliane DOTTA LFI ; Pierre QUARANTA LFI ; Bernard Deschamps, ancien député PCF du Gard, Georges Cèbe ancien maire de St –Pons de Thomières, Valérie Tabonnes LFI Béziers ; Bertille Vionnet ; Duflo Nicole LP27 ; Duflo Claude militant PCF ; Odile Pelet retraitée, Nadine BRIATTE, Retraitée de la fonction publique territoriale ; Christiane Forti, Abel Haidoux, insoumis, Pierre Roy libre penseur de la Loire, Marie-Christine MERCIER, Michel MARTIN syndicaliste dans la Haute Vallée de l’Aude, Henry GARINO, Gilet Jaune « Carcassonne en colère », Bernard COLIN, syndicaliste Villardebelle, Serge ALLEON , Membre de l’Association Nationale des Communistes, Martine Jouin, membre E   et Mouvement de la Paix, Lucette Pagés Retraitée Education Nationale ; Alain CLARY, ancien Maire de Nîmes ; Vincent BOUGET, secrétaire départemental du Gard du PCF, membre du conseil national.

Organisations :

CNT34ESS, Fédération Libre Pensée 34, PCF 34 ; NPA 34 ; UCL Montpellier ; CEDETIM ; Solidaires 66, PCRF Aude ; les groupes d’actions Pic Saint Loup de la FI ; POI 11 ; Fédération Nationale Laïque des Associations des Amis des Monuments Pacifistes, Républicains et Anticléricaux ; Parti de Gauche / Alpes Maritimes (PG06).

[1] Agence française de développement 

[2] FAO : L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture 

[3] APD : aide publique au développement. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.