Pour une alternative démocratique au crépuscule de l’ère néo-libérale

couverture-1re-20-ans-altermondialisme

De l’introduction, introduction-au-livre-dattac-quebec-vingt-ans-daltermondialisme-au-quebec/, publiée avec l’aimable autorisation de M éditeur, je souligne le rappel des mobilisations au Québec, les solutions élaborées par des altermondialistes, « aborder les problèmes en considérant leur dimension locale, mais dans un contexte global et selon une pensée internationaliste ; assurer les droits de chacun·e et les égalités entre les individus ; planifier la transition écologique dans ses aspects les plus divers ; entrevoir d’importants mécanismes de distribution de la richesse ; diversifier les modes de production, sortir du consumérisme et démanteler les entreprises transnationales ; protéger le bien commun et réduire autant que possible la marchandisation », les leçons des combats menés… « Dans ce livre, nous n’avons certes pas l’intention de couvrir entièrement un sujet aussi large que l’altermondialisme, qui laisse place à tant de points de vue et tant d’interprétations. Néanmoins, nous sommes convaincu·es que les diverses analyses et différents témoignages présentés ici pourront efficacement nourrir la réflexion et offrir quelques jalons à une discussion dont nous souhaitons qu’elle se poursuive encore longtemps »

Sommaire

Introduction

Claude Vaillancourt : Grand bilan de l’altermondialisme au Québec

Robert Jasmin : Le Sommet d’une mobilisation en profondeur

Pierre Beaudet : L’altermondialisme québécois et les Suds. Parcours croisés, entraide et solidarités

Diane Lamoureux : Féminisme et altermondialisme

Raphaël Canet : Porto Alegre-Montréal. Une brève histoire de la relation entre le Québec et le Forum social mondial

Amélie Nguyen : Altermondialisme et syndicalisme

Catherine Caron : Violence et non-violence en tension dans l’altermondalisme

Ronald Cameron : Québec Solidaire : « Nous sommes altermondialistes »

Baptiste Godrie : Justice environnementale et justice sociale à l’avant-plan des luttes altermondialistes

Conclusion

Quelques éléments choisis subjectivement.

Le livre permet de comprendre l’insertion particulière du Québec dans la mondialisation, la place des mobilisations altermondialistes, les mouvements collectifs en opposition aux différents accords de libre-échange, les mobilisations citoyennes, la place des populations autochtones, l’articulation entre justice sociale et justice environnementale, les tensions entre les syndicalisme et l’altermondialisme, les fronts communs, les nouvelles perspectives internationalistes…

J’ai notamment apprécié l’article de Diane Lamoureux, Féminisme et altermondialisme, la temporalité politique du présent, « Une temporalité politique du présent prend la forme d’un réformisme qui n’est pas toujours radical, mais qui en a la potentialité. Ce qui en fait la radicalité, c’est la dose d’utopie et de nouveauté qu’il contient », les brèches dans « l’édifice un peu vermoulu de la démocratie représentative », la distinction entre « pouvoir sur » et « pouvoir de », la division sociale et sexuelle du travail, la division sexuelle du travail à l’échelle internationale, la traite vers les pays du Nord « à des fins d’exploitation sexuelle ou domestique », l’oppression sexuelle, « l’oppression sexuelle qui affecte toutes les femmes ne les affecte pas toutes de la même manière, d’une part, et que celle-ci se combine à d’autres formes d’inégalités sociales comme la race ou la classe, de l’autre », les féministes autochtones, la question du féminicide, les politiques de coalition…

Je souligne aussi l’article de Catherine Caron sur Violence et non-violence en tension dans l’altermondialisme, la violence systémique du capitalisme mondialisé, le discrédit de manifestant·es sous les accusations de violences, les nouvelles radicalités et la désobéissance civile, les blocages et occupations de lieux ciblés, les « vols » de chaises…

« Devant ces défis, une des forces des mouvements alter-mondialistes, dont témoigne éloquemment cet ouvrage est sa capacité – par les luttes collectives quotidiennes –, a été de concevoir des mondialisations alternatives en acte et d’opposer des solidarités subversives multiniveaux capables de déstabiliser les mantras individualistes et croissantistes, les discours de haine et de repli sur soi qui, insidieusement, écrasent tous les ailleurs et empêchent trop souvent de voir le monde autrement. »

Attac-Québec : Vingt ans d’altermondialisme au Québec

Sous la direction de Baptiste Godrie et Claude Vaillancourt

M éditeur, Saint-Joseph-du-Lac (Québec) 2021, 216 pages

http://m-editeur.info/1403-2/

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.