Contre l’austérité programmée, le choix d’une politique fiscale progressiste

« Le gouvernement a donné mandat à la commission Arthuis de proposer des mesures pour une « remise en ordre des finances publiques », afin de rembourser la dette Covid, sans augmenter les impôts, grâce à « une gestion plus rigoureuse des dépenses publiques » et des « réformes structurelles ». Le gouvernement n’a pas seulement fixé le cadre, il prépare le terrain à une austérité budgétaire qui pourrait être dévastatrice : le ministre chargé des Comptes publics, Olivier Dussopt, a ainsi déclaré que « 2021 marque la sortie du “quoi qu’il en coûte” » annoncé en mars 2020 par Emmanuel Macron.

Attac rejette la logique néolibérale de cette « remise en ordre » qui entraînera un retour à l’austérité budgétaire dont la crise sanitaire a démontré les effets tragiques sur les inégalités, sur l’hôpital public et notre système de santé. »

Attac propose des alternatives aux politiques néolibérales, la réduction de l’emprise des marchés financiers sur les politiques publiques. Quatre points sont mis avant :

  • Un audit citoyen de la dette

  • Une restructuration et une annulation partielle de la dette détenue par la BCE en fonction d’objectifs écologiques

  • Le financement monétaire des dépenses publiques prioritaires

  • La réduction de la dette par les créanciers étrangers

Attac propose aussi de « mobiliser la politique fiscale en instaurant une « contribution pour le remboursement de la dette Covid » (CRDC) ». Une contribution ciblée, « La CRDC aura une double caractéristique : 1. Elle sera acquittée par les ménages et les entreprises ; 2. Elle exemptera les pauvres, les classes moyennes et les petites et moyennes entreprises (PME) qui ont payé un lourd tribut aux politiques de rigueur budgétaire et salariale depuis la crise de 2007-2008. Cette mesure fiscale s’inscrirait en complément d’une gestion alternative de la dette, telle que nous la préconisons. Car la dette Covid, née des difficultés économiques mais également des aides publiques mises en œuvre, continuera de s’accroître, au moins au cours de l’année 2021 ».

L’ensemble des propositions me semble bien articulé, reforme globale du système fiscal, forte progressivité de l’imposition, audit citoyen et annulation, mesure spécifique de contribution des plus fortunés au remboursement de la « dette covid »…

Il existe bien « des politiques alternatives aux choix néolibéraux permettant d’organiser une société solidaire, plus juste et cohérente avec les impératifs de la transition écologique ».

Une brochure et des propositions pour débattre des politiques fiscales et budgétaires…

Attac : Qui doit payer la « dette Covid ? »

Pour la justice fiscale et sociale, une approche nouvelle de la dette et l’instauration d’une Contribution au remboursement de la dette Covid (CRCD)

https://france.attac.org/nos-publications/notes-et-rapports/article/note-qui-doit-payer-la-dette-covid

2021, 12 pages

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.