FEMINICIDES, le décompte macabre se poursuit dans l’indifférence générale

Comme l’année dernière et celle d’avant, nous comptons nos mortes : le nombre de féminicides reste tristement stable, malgré le temps qui passe, 121 mortes en 2018, 130 en 2017… (1) Les statistiques répètent inlassablement la même litanie d’année en année, et nous nous habituons à l’insupportable : voir des femmes être tuées par leurs conjoints parce qu’elles étaient femmes. Il nous faut ensuite subir les divagations de la presse autour du thème du « crime passionnel », entre euphémisation et banalisation, le traitement des violences conjugales reste lamentable, indigne et se pose là comme injure post-mortem aux victimes. La page « Féminicides par compagnons ou ex » a dénombré 129 femmes tuées par leur conjoint cette année, et nous ne sommes qu’en novembre… La manifestation du 6 juillet contre les féminicides a attiré l’attention des médias sur ces femmes qui nous ont été enlevées, le gouvernement a répondu à la mobilisation en annonçant la tenue d’un « Grenelle » sur les violences faites aux femmes, vraie réponse ou poudre aux yeux ? C’est ce que nous allons essayer de déterminer.

L’OMS définit le féminicide comme le meurtre de femmes et de filles pour le seul motif qu’elles sont des femmes, en France on évalue la fréquence du féminicide à environ un tous les 3 jours (2). La France est dotée d’un arsenal juridique destiné à combattre les violences faites aux femmes : la loi relative à l’égalité et à la citoyenneté du 27 janvier 2017. Celle-ci comprend 3 volets, un 1er relatif à l’émancipation des jeunes, un deuxième sur la mixité sociale et l’égalité des chances, et le 3ème traite de l’égalité réelle. C’est ce 3ème volet qui permet de lutter contre les violences faites aux femmes. Le terme féminicide est apparu dans le vocabulaire du droit et des sciences humaines en 2014, il est mentionné dans le dictionnaire, c’est aussi le terme utilisé internationalement par les instances luttant contre les violences faites aux femmes. Néanmoins, la loi mentionnée ci-dessus ne reconnaît pas le terme de féminicide bien qu’elle reconnaisse comme circonstance aggravante qu’il y ait meurtre ou violence en raison du sexe de la victime. Avant la promulgation de cette loi, il n’existait pas de reconnaissance juridique spécifique des meurtres et violences sexistes, ce qui contribuait à invisibiliser les violences de genre. Ne pas inscrire le terme de féminicide dans la législation a des conséquences négatives en termes de lutte contre les violences faites aux femmes, car cela ne permet pas de prendre en compte la spécificité de ces violences. Nommer un problème permet d’en montrer la gravité, le fait de ne pas inscrire le terme « féminicide » dans le droit revient à continuer d’invisibiliser les violences faites aux femmes. En regroupant sous un terme l’ensemble des violences extrêmes commises contre les femmes, le droit pénal pourrait jouer un rôle de désignation, les meurtres de femmes seraient pleinement considérés comme symptomatiques d’un système de domination défavorable aux femmes (3).

D’après une étude nationale parue en 2017 (4), 87,2% des victimes de morts violentes au sein du couple sont des femmes, ces meurtres sont majoritairement non prémédités, ils ont eu lieu dans un contexte de dispute, de séparation. Dans 49,6% des cas, il y a eu des violences antérieures au meurtre, qu’elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles. Il est à noter que 32,8% des auteurs se sont suicidés, 12,8% ont tenté de se suicider après avoir commis le meurtre de leur compagne. Toujours en 2017, 112 000 procédures ont été mise en route auprès des services de police pour des faits de violence au sein du couple (5).

Comment expliquer la violence masculine au sein des couples ? Il existe plusieurs modèles théoriques descriptifs des mécanismes de la violence au sein du couple. Les modèles socioculturels privilégient des explications basées sur la culture, des explications au niveau sociétal : la société patriarcale renforce le pouvoir des hommes sur les femmes, facilitant les passages à l’acte violent.

Les modèles intra-personnels se focalisent sur les caractéristiques de l’agresseur, il existe 4 modèles de ce type : la théorie de l’apprentissage social d’Alber Bandura, la perspective cognitivo-comportementale, la perspective centrée sur la personnalité et la perspective clinique. La théorie de l’apprentissage social estime que l’individu se comporte en fonction des modèles comportementaux dont il dispose autour de lui et apprend des comportements en observant son entourage, la perspective cognitivo-comportementale explique les comportements violents par des facteurs cognitifs et affectifs présents dans un environnement défavorable pendant l’enfance. La perspective centrée sur la personnalité étudie les différences individuelles stables entre agresseurs et non-agresseurs. La perspective clinique se concentre sur les facteurs de risque tels que les troubles psychologiques.

Les modèles interpersonnels étudient la dynamique relationnelle du couple, tandis que les modèles typologiques classifient les agresseurs en fonction de leur comportement : ceux qui ne sont violents que dans le cadre familial, les dysphoriques/borderline et les hommes généralement violents, dits antisociaux.

Les modèles intégratifs essaient de prendre en compte les différentes facettes de la violence, l’ensemble des facteurs de risques. Ils conçoivent la violence comme multi-causale et prennent en compte les interactions entre les facteurs de risque.

Les victimes de violences conjugales présentent en plus des conséquences immédiates de la violence des séquelles sur le long terme, pouvant aller jusqu’à la mort par homicide ou suicide. Elles sont souvent blâmées par leur entourage, qui ne comprend pas pourquoi elles restent dans la relation alors qu’elles n’ont pas les moyens psychiques, économiques de partir. Les normes culturelles d’une société patriarcale peuvent contribuer à normaliser la violence, les hommes ayant reçu une éducation sexiste. Les femmes victimes connaissent mal le système judiciaire, craignent à juste titre des procédures longues, l’arrestation de l’agresseur, et une attitude discriminatoire de la justice envers elles. Les forces de police peuvent aussi estimer qu’elles ont une responsabilité dans la situation et ne pas intervenir comme elles le devraient. Les soignants peuvent omettre de demander à une femme si elle vit des violences, par manque de temps, de formation. Les familles des victimes elles-mêmes ne les soutiennent pas forcément, de plus les agresseurs ont pour stratégie d’isoler leurs victimes le plus possible. Le fait d’appartenir à un groupe discriminé, une minorité ethnique, la non-maîtrise de la langue du pays constituent des difficultés supplémentaires. On voit que les victimes sont prises dans un enchevêtrement d’entraves, qui leur laissent peu de chances d’échapper à la violence du partenaire.

Les médias populaires qui façonnent les valeurs sociales et culturelles, de par le traitement qu’ils font du sujet des violences conjugales (sans jamais écrire d’articles de fond sur le sujet, ni la considérer comme un problème systémique) contribuent à banaliser ce phénomène.

Les victimes arrivent à rompre lorsque 3 processus s’enclenchent : lorsqu’elles sentent que leur vie est en danger, ou celle d’un tiers (un enfant), la rupture du lien affectif avec l’agresseur, la compréhension de la relation comme abusive par la victime elle-même. La période qui suit immédiatement la séparation est dangereuse pour la victime, qui risque d’autant plus alors d’être tuée ou harcelée. Les violences domestiques sont cycliques, la violence peut monter, puis exploser, s’ensuit une période de justifications, de lune de miel, et le cycle recommence. La victime est paradoxalement attachée à son agresseur, comme peut l’être quelqu’un qui souffre du syndrome de Stockholm. Il suffit que la victime se sente menacée dans sa survie physique ou psychologique, qu’elle pense que l’agresseur va mettre à exécution ses menaces, qu’elle perçoive parfois de sa part des gestes de bonté et qu’elle soit isolée avec son agresseur pour qu’elle développe ce type de syndrome. La théorie de la dissonance cognitive propose une autre explication : la victime essaierait de réduire la tension qu’elle ressent en agissant à l’encontre des ses croyances, en modifiant ses croyances afin qu’elles correspondent à ses actes. Certaines victimes souffrent d’addictions, qui sont des stratégies pour affronter la violence subie et la souffrance qui l’accompagne. Les femmes ayant subi des violences sexuelles dans l’enfance sont plus à risque d’être victimes de violences domestiques ou de viol (6).

La rupture ne signe pas la fin du calvaire pour les victimes de violences conjugales, la période qui suit la séparation est particulièrement à risques pour elles.  Les femmes peuvent être victimisées très fortement en période de séparation ou juste après avoir quitté leur conjoint violent, les violences exercées au cours de ces périodes sont souvent graves (viols, violences physiques…), les enfants du couple sont souvent témoins de ces scènes d’agression contre leur mère. Ces violences post-séparation constituent souvent le prolongement de violences ayant eu lieu pendant la vie de couple. Les conjoints violents sont aussi souvent des pères violents : lors de l’exercice du droit de visite, les ex-conjoints violents exercent à nouveau des violences contre les enfants (abus sexuels, violences physiques…). La séparation est un facteur de risque important de féminicide, les femmes qui ont quitté un conjoint violent ont 5 fois plus de chances d’être tuées que les autres. Les violences post-séparation constituent une prolongation des violences conjugales, elles sont très similaires, exercées dans des buts de contrôle et de domination de l’autre.

Les violences post-séparation s’exercent aussi souvent dans le but de maintenir le contrôle sur les enfants. Les enfants en Europe ont longtemps été considérés comme la propriété du père en cas de séparation, et ce jusqu’à la moitié du 20ème siècle, il s’est ensuite produit un changement idéologique, la thèse de la « préférence maternelle » selon laquelle les jeunes enfants ont besoin de leur mère qui a modifié les décisions d’attribution de garde, les enfants étaient plus volontiers confiés à la mère. Cette réponse a suscité des inquiétudes, quant à des questions d’ordre psychique et matériel (l’éloignement physique des pères, la difficulté pour l’enfant de se construire sans père, le non-paiement des pensions alimentaires devant être compensé par l’Etat…). La garde conjointe, ou alternée a été une tentative de remédier à ces problèmes, elle a été conçue comme un moyen de responsabiliser les pères, tout en étant respectueuse des principes d’égalité (ça c’est la version officielle, la garde alternée à été poussée par les lobbies de pères pour ne pas payer l’indemnité compensatoire). Le problème, c’est que face à un ex-conjoint violent, ce mode de garde peut exposer la femme et les enfants a de nouvelles agressions, la garde légale stipulant que la mère assume la garde matérielle, quotidienne des enfants, et que le père peut s’immiscer dans leur quotidien sans en assumer la responsabilité en termes de charge de travail. Malgré les déclarations des femmes et enfants victimes de violences post-séparation, les tribunaux persistent et maintiennent souvent l’obligation de contact entre le père et les enfants, ces décisions sont motivées par la crainte que les enfants pâtissent encore davantage de l’absence du père que de sa violence, et aussi par l’idée que le père a un droit sur ses enfants, quel que soit son comportement. Les mères sont parfois punies pour avoir tenté de protéger leurs enfants de violences paternelles post-séparation. Ces décisions révèlent la prégnance actuelle de l’idéologie patriarcale, le système judiciaire reste dans le déni des violences conjugales et des violences post-séparation, les femmes sont accusées de déposer de « fausses plaintes d’abus sur leurs enfants » en période de séparation, alors que les statistiques sur le sujet révèlent que ces plaintes sont majoritairement légitimes. Un autre concept est souvent utilisé pour nier les violences post séparation : le syndrome d’aliénation parentale, les mères sont accusées de manipuler leurs enfants lorsque ceux-ci refusent de rencontrer leur père et affirment avoir peur de lui. La validité clinique de ce diagnostic est sujette à caution, son existence même est remise en question, tant il y a peu de preuves empiriques de sa réalité mais il reste néanmoins utilisé par les systèmes juridiques de nombreux pays. La pratique de la médiation familiale, dans un contexte de violences, peut aussi contribuer à occulter les violences post-séparation, elle repose sur le principe de partage des responsabilités et de neutralité thérapeutique, ce qui est incompatible avec la gestion des situations de violence (7).

Que cache l’inertie des pouvoirs publics face au violences sexistes ? Quelle est la théorie sous-jacente aux violences ? Les masculinistes pensent que les droits des femmes sont devenus supérieurs à ceux des hommes, et pensent devoir renverser les rôles. Ils souhaitent restreindre les droits des femmes, entre autres en s’attaquant aux organismes qui défendent les victimes de violences conjugales. Ils nient le caractère asymétrique des violences entre hommes et femmes, et défendent l’idée d’une victimation masculine par les femmes. Ils s’appuient pour cela sur des faits divers au caractère exceptionnel, déformés par le prisme médiatique, en niant les rapports de pouvoir entre les sexes (8).

Le mouvement féministe des années 70 est à l’origine du questionnement sociétal sur les violences faites aux femmes quotidiennement, dans le couple, la famille. Les féministes ont fait émerger les thématiques des violences conjugales, du viol conjugal, du viol. Les chercheuses de cette époque se sont focalisées sur le point de vue des femmes, leur compréhension de ces problèmes, elles ont conceptualisé ces violences masculines comme un outil de contrôle social sexué. Les violences conjugales ont retenu l’attention du public car leur dénonciation remet en cause l’institution de la famille. Cette réflexion a permis la reconnaissance de ces violences, et la mise en place de politique de luttes contre celles-ci, aux niveaux national et international. Ces violences sont, selon les recherches, structurelles et liées aux rapports sociaux de sexe, les réponses apportées à ces violences sont toujours le produit d’un compromis, entre divers acteurs : l’état, ses institutions (9).

Le Grenelle contre les violences conjugales a débuté le 3 septembre, au-delà des effets d’annonce, lorsqu’on se penche sur les mesures réellement prises, on ne peut que constater leur insuffisance, la création de 1000 places d’hébergement est dérisoire au regard des 220 000 femmes victimes de violences chaque année, et de l’augmentation du nombre de féminicides, qui se rapprochent à présent de 2 par jour. Il faudrait au moins créer 20 000 places d’hébergement comme le réclament les associations (10).

La situation des femmes se détériore, et les moyens proposés sont bien insuffisants, une année de plus se sera bientôt écoulée, une année de plus qui a vu la disparition d’une centaine d’entre nous, une centaine de morts qui auraient pu être évitées. L’absence de réelle volonté politique d’éradiquer les féminicides est patente, face à la contestation, le gouvernement ne fait qu’offrir un simulacre de réponse, les femmes continuent à mourir dans l’oubli. Cette situation appelle un réveil, une mobilisation accrue du mouvement féministe.

Christine Dalloway

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2019/11/22/feminicides-le-decompte-macabre-se-poursuit-dans-lindifference-generale/


Bibliographie

  1. rfi.fr/france/20190903-grenelle-violences-conjugales-feminicides-infographie-femmes

  2. « FÉMINICIDE » : VIOLENCE ULTIME, LE DEVENIR DES ENFANTS… UN PROTOCOLE INDISPENSABLE, Frédérique Broisin-Douta, ESKA | « Criminalistique » 2017/1 N° 1 | pages 11 à 16

  3. Elisa Leray et Elda Monsalve, « Un crime de féminicide en France ? A propos de l’article 171 de la loi relative à l’égalité et à la citoyenneté », La Revue des droits de l’homme [En ligne], Actualités Droits- Libertés, mis en ligne le 10 février 2017, consulté le 01 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/revdh/2967 ; DOI : 10.4000/revdh.2967

  4. « Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple », 2017, Ministère de l’Intérieur.

  5. « Éléments de mesure des violences au sein du couple en 2017 », Amandine Sourd, la note, n°34, mars 2019.

  6. LA VIOLENCE CONTRE LES FEMMES DANS UNE RELATION INTIME, João Redondo et Ana Correia, ERES | « Sud/Nord », 2019/1 n° 28 | pages 111 à 138

  7. LES VIOLENCES CONJUGALES POST-SÉPARATION ET LE DEVENIR DES FEMMES ET DES ENFANTS, Patrizia Romito, L’Harmattan | « La revue internationale de l’éducation familiale », 2011/1 n° 29 | pages 87 à 105

  8. Sociologies, Penser les inégalités, Débats, « Penser les inégalités, Violences conjugales : une montée du courant masculiniste ? » Lucie Jouvet-Legrand.

  9. Enfances Familles Générations, Revue interdisciplinaire sur la famille contemporaine, 22 | 2015 : Des violences conjugales aux violences intrafamiliales, Articles thématiques, Violences en famille : quelles réponses institutionnelles ? Family Violence and Institutional Responses, Marylène Lieber et Marta Roca y Escoda.

  10. https://npa2009.org/actualite/feminisme/grenelle-des-violences-conjugales-de-la-poudre-aux-yeux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.