Nos raisons d’agir pour que la prostitution ne devienne pas un « travail » comme un autre

« La prostitution n’est pas « autonomisante » pour les femmes, c’est une vie pathétique d’exploitation et de violence », écrit le Dr Jacci Stoyle, députée et secrétaire du Groupe multipartite sur l’exploitation sexuelle commerciale au Parlement écossais.

Quand j’étais jeune, la vie me paraissait si simple ; le sexe était quelque chose que l’on choisissait de faire par amour, par désir ou même pour se réconforter, ou quelque chose que l’on était forcée de faire (le viol), mais ce n’était certainement pas un travail.

Bien sûr, on savait que des femmes avaient des rapports sexuels avec des hommes pour de l’argent, mais l’idée qu’il s’agissait d’un travail comme un autre aurait été considérée comme grotesque.

Avance rapide jusqu’en 2019 où le discours a changé : le sexe est désormais qualifié de « travail ». Les proxénètes, qui vendent des femmes à des acheteurs pour utilisation à leur gré, sont appelés des « gérants d’affaires ». Les acheteurs sont des « clients », les femmes prostituées sont des « travailleuses du sexe », les étrangères amenées par la traite dans l’industrie du sexe sont des « travailleuses migrantes » et les femmes et jeunes filles du Royaume-Uni qui sont conditionnées à ce service sont décrites comme « faisant un choix de vie ».

Ce nouveau discours omniprésent nous dit que le « travail du sexe » est « autonomisant » pour les femmes et que les « travailleuses du sexe » sont « épanouies ».

Quand une société change le langage qu’elle utilise pour décrire les choses, elle change la façon dont ces choses sont perçues. Ainsi, en recadrant la maltraitance et l’exploitation de jeunes femmes vulnérables en quelque chose de parfaitement normal et inoffensif, la prostitution a été redéfinie comme une simple option de plus sur le marché du travail.

La population demeure consternée par l’exploitation sexuelle des jeunes femmes vulnérables, comme l’a montré le scandale d’OXFAM à la suite du tremblement de terre en Haïti, lorsque des hauts gradés de l’organisation ont échangé de l’aide humanitaire contre des prestations sexuelles.

Lorsque cette malversation a été mise au jour pour la première fois, et encore aujourd’hui, il y a eu (à juste titre) un tollé dans l’opinion publique. Les organisations qui militent en faveur d’une dépénalisation totale de l’industrie du sexe n’ont pas mentionné à quel point cela a dû être « autonomisant » pour les Haïtiennes. Ces groupes sont demeurés étrangement silencieux.

Cependant, très peu de gens ont fait le lien qu’une jeune femme vulnérable l’est sans égard aux circonstances, alors si c’est de l’exploitation en Haïti, pourquoi ne l’est-ce pas en Écosse ?

Si la prostitution est maintenant considérée comme un travail, il s’ensuit qu’il y aura des syndicats de travailleurs du sexe. En effet, de tels syndicats existent, même si pratiquement aucune des femmes et des filles qui travaillent dans l’industrie du sexe n’en fait partie, mais elles sont ouvertes à tous les travailleurs du sexe, y compris les « gérants d’affaires » et les propriétaires de bordels.

Ce serait étrange si la CBI (la Confédération du patronat britannique) pouvait s’affilier au TUC (le Congrès des syndicats britanniques) et en établir l’ordre du jour, n’est-ce pas ? Quand ces soi-disant syndicats prétendent que les travailleuses et travailleurs du sexe disent vouloir une décriminalisation complète de l’industrie du sexe, n’est-il pas étrange que ce soit exactement ce que veulent les proxénètes, les propriétaires de maisons closes, les trafiquants et les acheteurs ?

Les survivantes de la prostitution qui se sont suffisamment rétablies pour parler de ce monde « confortable et heureux » de la prostitution vous décriront une toute autre histoire. C’est une existence intrinsèquement violente : le viol et les passages à tabac font partie des risques du métier ; elles vous diront qu’au-delà de la rhétorique, elles n’ont jamais rencontré une seule femme qui ait vraiment choisi d’être là. Des recherches ont montré que 70% des femmes et des filles prostituées souffrent de troubles de stress post-traumatique, ainsi que de dépression, d’anxiété et de dissociation mentale.

Pour les 90% de femmes prostituées qui ont un « gérant d’affaires », il prendra une grande partie de leur argent, ce qui est peu compatible avec ce bel idéal de l’autonomisation féminine.

Il existe un sentiment d’inéluctabilité au sujet de la prostitution ; on en parle constamment comme du « plus vieux métier du monde », ce qui laisse entendre qu’ayant toujours été parmi nous, elle y restera toujours. Mais elle n’est en fait pas plus inévitable que tout autre comportement humain.

Pensons un instant aux sacs en plastique. Qui aurait cru que facturer la modique somme de cinq sous pour un sac en plastique à des clients, qui ont peut-être dépensé 150$ pour leurs achats, aurait entraîné un changement de comportement qui amène aujourd’hui la plupart des consommateurs à apporter leurs propres sacs au supermarché ? Eh bien, c’est ce qui est arrivé ! Et qui aurait cru que la criminalisation de l’achat de sexe, qui s’est produite en Suède en 1999, aurait fait en sorte que la prostitution et la traite à des fins sexuelles deviennent quantités négligeables dans ce pays 20 ans plus tard ? En outre, la plupart des hommes et des femmes en Suède pensent aujourd’hui que l’achat de rapports sexuels est un tort, de la même manière que la plupart des Écossais pensent que la conduite en état d’ivresse en est également un.

Les sacs en plastique et la criminalisation de l’achat de sexe nous rappellent que les comportements ne sont pas inévitables, qu’ils peuvent changer en très peu de temps. Les hommes qui achètent du sexe sont invisibles, à la fois dans le discours (on parle maintenant de « clients », mais il est rare que l’on fasse même mention d’eux) et dans la réalité ; tout est fait pour protéger leur anonymat. Les recherches montrent qu’ils sont pour la plupart mariés ou en cohabitation, qu’ils ont des familles et des collègues, et qu’ils ne veulent pas que ces personnes découvrent qu’ils ne correspondent pas à leur image sympathique, tout compte fait.

Par conséquent, des pans entiers d’hommes n’entreront pas dans le système de justice pénale lorsque cette loi sera appliquée : ils disparaîtront tout simplement, tout comme ils ont cessé de conduire en état d’ébriété et ont bouclé leur ceinture de sécurité lorsque ces lois sont entrées en vigueur.

L’approche suédoise dépénalise les vendeuses de services sexuels et leur fournit un soutien financier pour leur permettre de quitter l’industrie du sexe. Nous sommes bien placés en Écosse avec des groupes de soutien communautaires pour permettre aux femmes de faire de même ici, afin qu’elles ne se retrouvent pas dans le dénuement.

La version écossaise de cette loi, parfois connue sous le nom de « modèle nordique », est inscrite au programme politique du Scottish National Party depuis son congrès du printemps 2017.

Le gouvernement écossais dispose déjà de bases solides avec sa politique Equally Safe. N’est-il pas temps d’inscrire cette loi dans leur programme législatif pour permettre au peuple écossais d’enfin mettre fin à la vente des femmes en Écosse ?

Jacci Stoyle

Jacci Stoyle est députée et secrétaire du Groupe multipartite du Parlement écossais sur l’exploitation sexuelle à des fins commerciales.


Version originale : 

https://www.scotsman.com/news/opinion/columnists/why-we-must-act-to-stop-prostitution-becoming-an-ordinary-job-jacci-stoyle-1-4950660

Traduction : TRADFEM

https://tradfem.wordpress.com/2019/06/25/nos-raisons-dagir-pour-que-la-prostitution-ne-devienne-pas-un-travail-comme-un-autre/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.