Le mal à l’état pur : La prostitution des enfants

« Des enfants sont la cible des proxénètes et prostitué-es tous les jours aux Etats-Unis » (John Ryan, National Center for Missing and Exploited Children).

Des enfants, des fillettes – certaines âgées de 9 ans – sont achetées et vendues pour du sexe aux Etats-Unis. L’âge moyen d’entrée dans la prostitution pour les filles est de 13 ans.

C’est le sale petit secret de l’Amérique : le trafic prostitutionnel, spécialement quand il concerne l’achat et la vente de filles jeunes, est devenu un business énorme, c’est le type de business qui connaît la plus forte croissance dans le crime organisé, et les enfants sont la deuxième plus importante « marchandise » faisant l’objet d’un commerce illégal, après la drogue et les armes.

Comme le note la journaliste d’investigation Amy Fine Collins, « c’est maintenant beaucoup plus lucratif et beaucoup moins dangereux de vendre des adolescentes que de vendre de l’héroïne ou de la drogue ou des armes. Une livre d’héroïne ou un AK47 ne peuvent se vendre qu’une fois, tandis qu’une adolescente peut être vendue 10 ou 15 fois par jour – et un proxénète confisque 100% de ses gains ».

Les statistiques sont les suivantes : toutes les deux minutes, un enfant est exploité par l’industrie du sexe. D’après le quotidien USA Today, des adultes achètent du sexe avec des enfants 2,5 millions de fois chaque année aux Etats-Unis.

Qui achète du sexe avec les enfants ? Des hommes parfaitement ordinaires, de toutes les origines sociales. Ca pourrait être votre collègue de travail, votre docteur, votre prêtre, votre pasteur ou votre mari » écrit le journaliste Tim Swarens qui a consacré une année à enquêter sur l’industrie du sexe aux Etats-Unis.

Dans le seul état de Géorgie, on estime que 7 200 hommes, la plupart trentenaires, achètent des rapports sexuels avec des adolescentes chaque mois, soit en moyenne 300 par jour. En moyenne, un enfant peut être violé par 6 000 hommes pendant une période de servitude sexuelle de 5 ans. Et on estime qu’en moyenne, 100 000 enfants – garçon et filles – sont vendus pour du sexe chaque année aux Etats-Unis, et que 300 000 enfants sont en danger d’être trafiqués. Certains de ces enfants sont kidnappés, d’autres sont des fugueurs, ou ils sont vendus au système prostitutionnel par des parents ou des relations.

Le trafic d’êtres humains – l’exploitation commerciale des enfants et des femmes, par l’intermédiaire d’internet, des clubs de strip tease, des services d’escortes ou de la prostitution de rue – est en passe de devenir un des crimes les plus répandus aux Etats-Unis » a déclaré Krishna Patel.

Cette industrie centrée sur la vente de rapports sexuels rapides à prix discount utilise des jeunes filles et des femmes qui peuvent être vendues jusqu’à 50 hommes par jour, pour 25 dollars la passe, tandis que ceux qui les vendent peuvent gagner 150 000 à 200 000 dollars par an par enfant. Et ce n’est pas seulement un problème dans les grandes villes, ce commerce a lieu partout, juste sous notre nez, dans toutes les banlieues, villes et agglomérations dans tout le pays. Comme le souligne Ernie Allen, du Center for Missing and Exploited Children, « la seule façon de ne pas le trouver est de ne pas le chercher ». Et ne croyez pas que cela n’arrive que dans les communautés pauvres, ou aux immigrants, ce n’est pas le cas. Le chiffre des mineurs prostitué-es aux Etats-Unis est estimé entre 100 et 150 000. Evidemment, ces enfants sont contraints à l’esclavage sexuel, par définition ils sont piégés, violentés, trafiqués pour y entrer, ils n’ont pas le choix.

Pour éviter d’être repérés, (et dans certains cas avec l’aide de la police), et pour satisfaire la demande des acheteurs masculins qui exigent de la variété, les proxénètes, les gangs et les réseaux du crime organisé ont transformé l’industrie du sexe en une entreprise très mobile, où les enfants – garçons et filles – et les femmes sont constamment déplacés de ville en ville, d’état en état et même de pays à pays.

Par exemple, la zone Baltimore-Washington, baptisée « le circuit », avec le couloir de l’autoroute I-95 où se succèdent aires de repos, arrêts de bus et aires pour poids lourds, est une plaque tournante pour l’industrie du sexe.

C’est un fait : cette industrie du trafic prostitutionnel très profitable, très bien organisée et très sophistiquée opère dans les grandes villes comme dans les petites villes et engrange jusqu’à 9,5 milliards par an aux Etats-Unis, uniquement en enlevant et en vendant des jeunes filles pour du sexe.

Et chaque année, les filles achetées et vendues deviennent de plus en plus jeunes. L’âge moyen des mineures trafiquées est de 13 ans mais comme le remarque le responsable d’un groupe qui lutte contre ce trafic, « réfléchissons à ce que « moyen » signifie. Ca signifie qu’il y a des enfants qui ont moins de 13 ans, des enfants qui ont 8, 9 ou 10 ans. »

« Pour 10 femmes qui sortent de la prostitution, il y en a 50 à 100 qui y sont amenées par les trafiquants. Malheureusement, il ne s’agit plus de femmes de 18 à 25 ans, observe une victime de trafic elle-même âgée de 25 ans. Ce sont des mineures âgées de 13 ans qui sont trafiquées, ce sont des petites filles ».

D’où vient cet appétit pour de très jeunes filles ? Regardez autour de vous.

Les filles très jeunes sont sexualisées depuis des années, dans les clips vidéos, dans les publicités et dans la mode. Les experts en marketing ont créé une demande pour la « chair fraîche » et pour la vente en prêt à consommer d’enfants hypersexualisés.

Il suffit de jeter un œil sur les photos d’adolescents sur Myspace pour en voir des exemples : s’ils ne copient pas les images pornos qu’ils ont vues eux-mêmes, ils copient les images pornos qu’ils ont vues ailleurs, écrit Jessica Bennett dans Newsweek. Latex, corsets et talons aiguilles de strip teaseuse, autrefois accessoires de porn stars, ont fait leur entrée dans les écoles et lycées.

C’est ce que Bennett décrit comme « la pornification d’une génération » : « dans un marché qui vend des talons aiguilles pour les bébés et des tongs pour fillettes, pas besoin d’être un génie pour voir que le porno a envahi nos vies » conclut-elle. « Que nous le voulions ou non, la télévision apporte le porno dans notre living room et internet l’apporte dans nos chambres. Selon une étude de 2017 de l’université d’Alberta, 90% des garçons et 70% des filles agé-es de 13 à 14 ans ont eu accès à des contenus sexuellement explicites au moins une fois.

Autrement dit, il y a un grooming culturel qui prépare les adolescents à être les proies des prédateurs sexuels. Et ensuite nous sommes surpris quand des jeunes femmes sont violentées, trafiquées et abusées ?

Avec les réseaux sociaux, tout ça est très facile. Comme le notait une agence de news, « trouver des filles est facile pour les proxénètes. Ils cherchent sur MySpace, Facebook, et sur les autres réseaux sociaux. Eux et leurs acolytes patrouillent les centres commerciaux, les lycées et les écoles. Ils les ramassent aux arrêts de bus, ils envoient des filles recruter d’autres filles. Les hébergements pour enfants et les foyers d’accueil sont aussi des cibles favorites pour les trafiquants.

C’est rare que ces filles entrent dans la prostitution volontairement. Beaucoup entrent en contact avec ce milieu parce qu’elles sont en fugue, et elles se font piéger par des proxénètes ou des réseaux criminels plus vastes. D’autres entrent en contact avec des étrangers sur les réseaux sociaux, se laissent persuader de les rencontrer et se trouvent rapidement entraînées dans une nouvelle vie d’esclavage sexuel.

Debbie, une étudiante au top de sa classe, fille d’une famille unie dont le père travaillait dans l’Air Force est un exemple de ce trafic de chair fraîche. Elle avait 15 ans quand elle a été kidnappée devant son garage par une personne de connaissance qu’elle voyait comme un ami. Poussée dans une voiture, elle a été ligotée et emmenée dans un endroit inconnu, menacée avec un pistolet et violée par de nombreux hommes. Elle a ensuite été enfermée dans une cage de voyage pour chien et nourrie avec des croquettes pour chiens. Les geôliers de Debbie ont mis des annonces sur Craigslist pour vendre ses services. Ceux qui ont répondu étaient souvent mariés et pères de famille, et l’argent que Debbie a gagné en vendant du sexe a été empoché par ses kidnappeurs. Les viols par des membres du gang ont continué. Après avoir fouillé l’appartement où Debbie était retenue captive, la police l’a finalement trouvé cachée dans un tiroir à rangement sous le lit. Son épreuve a duré 40 jours.

Si Debbie a pu être sauvée, d’autres enfants n’ont pas la même chance. D’après le National Center for Missing and Exploited Children, environ 800 000 enfants sont portés disparus chaque année (soit 2 185 enfants chaque jour).

Avec une demande croissante pour des esclaves sexuelles et un réservoir illimité de filles et de femmes qui peuvent être ciblées par des kidnappeurs, ce problème n’est pas près de disparaître.

Et pour les victimes de ce trafic, c’est un cauchemar du début à la fin.

Les filles enlevées et vendues pour du sexe ont une durée de vie moyenne de 7 ans après leur entrée dans la prostitution, et pendant ces années, elles vivent un cauchemar de viols incessants, elles sont forcées à prendre de la drogue, elles subissent humiliations, dégradation, menaces, maladies, grossesses, avortements, tortures et souffrances et elles vivent constamment dans la peur d’être tuée, ou pire, que ceux qu’elles aiment soient blessés ou tués.

Peter Landesman décrit l’horreur qu’est la vie des victimes de l’industrie du sexe dans un article du New York Times « Les filles d’â côté » : « Andrea m’a dit qu’elle et les autres enfants qui étaient gardés prisonniers avec elle étaient fréquemment battus pour les terroriser et les rendre dociles. Parfois, ils étaient filmés pendant qu’on les forçait à avoir des relations sexuelles avec des adultes ou entre eux. Souvent, dit-elle, on lui demandait de jouer des rôles : la patiente avec un médecin, ou la fille obéissante. Son réseau de trafiquants sexuels offrait trois catégories d’âge aux clients : bébés en dessous de 4ans, jeunes enfants de 4 à 12 ans, et adolescents, et il y avait aussi le groupe des « endommagés ». Dans ce groupe les clients peuvent vous frapper ou vous faire tout ce qu’ils veulent : « bien que les rapports sexuels fassent toujours mal quand vous êtes un petit enfant, donc bien que ça soit toujours violent, les violences devenaient encore plus douloureuses quand on vous plaçait dans ce groupe. »

Ce qu’Andrea décrit ci-dessous met en évidence la dépravation extrême qui existe dans certaines parties de la société américaine. « Ils vous affamaient, pour vous entraîner à pratiquer des fellations, Ils enduisaient un pénis de miel. Pour les enfants les plus jeunes, ils devaient apprendre à ne pas vomir. Et ils introduisaient des objets en vous pour vous ouvrir davantage. Nous avons appris comment réagir à ces demandes. Comme de deviner s’ils voulaient que nous ayons l’air sexy, excité ou effrayé. La plupart des clients voulaient que les enfants aient l’air effrayés. Quand je suis devenue plus vieille, j’ai appris aux enfants à quitter leur corps, afin de ne pas souffrir de ce que les clients leur faisaient. »

Les agents des douanes et de l’immigration au Centre pour la lutte contre la cybercriminalité de Fairfax, en Virginie, signalent qu’en matière de sexualité, les désirs de nombreux Américains ont maintenant changé. Ce qui était considéré comme anormal est maintenant en train de devenir la norme. Ces agents ont repéré une demande croissante pour la pornographie hardcore sur internet. Comme l’observe un de ces agents : « nous sommes devenus insensibles au porno soft, maintenant on veut des images de plus en plus extrêmes ».

Cette tendance est visible dans la façon dont les jeunes filles sont traitées par les trafiquants et par les clients qui les achètent. Peter Landesman a interviewé Rosario, une mexicaine quia été emmenée à New York par des trafiquants et gardée en captivité pendant des années. Elle dit : « aux Etats-Unis, le travail était spécial : du sexe oral, du sexe anal, souvent avec beaucoup d’hommes. Le sexe est devenu plus dangereux, plus brutal ».

Un point commun qu’on note dans l’expérience des survivantes est qu’elles étaient privées de sommeil ou de nourriture jusqu’à ce qu’elles aient rempli leur « quota sexuel » qui pouvait aller jusqu’à 40 hommes. Une femme raconte comment son trafiquant l’a forcée à s’allonger sur le sol alors qu’elle était enceinte et lui a littéralement sauté sur le dos, provoquant ainsi une fausse couche.

Holly Austin Smith a été enlevée quand elle avait 14 ans, violée, et ensuite forcée à se prostituer. Son proxénète a été déféré devant un tribunal mais il n’a été condamné qu’à un an de prison.

Barbara Amaya a été vendue à différents trafiquants, on lui a tiré dessus, elle a reçu des coups de couteau, elle a été battue, kidnappée et emprisonnée avant d’atteindre l’âge de 18 ans. Elle dit : « j’avais un quota de clients que je devais remplir chaque nuit. Et si je ne ramenais pas l’argent correspondant, j’étais battue, jetée en bas des escaliers. Il m’a battue une fois avec un porte-manteau en métal, ce dont on se sert pour accrocher des vêtements, et tout mon dos saignait. »

Comme David McSwane le raconte dans un article glaçant du Herald Tribune : « A Oakland Park, une banlieue industrielle de Fort Lauderdale, des agents fédéraux ont découvert un bordel tenu par un couple marié. Dans la pièce nommée « Boom Boom Room », les clients payaient un certain tarif, on leur donnait un préservatif et ils étaient laissés seuls pendant une période de temps donnée avec un des adolescents vendus par le bordel, des enfants dont le plus jeune avait 13 ans. Un enfant placé en famille d’accueil de 16 ans a témoigné qu’il était utilisé par le bordel comme agent de sécurité et une adolescente de 17 ans a révélé à un juge fédéral qu’elle était forcée à avoir des rapports sexuels avec jusqu’à 20 hommes par nuit.

Un réseau de prostitution spécial visait la clientèle des travailleurs migrants employés temporairement dans les exploitations agricoles dans les états du Sud-Est, en particulier la Caroline du Nord et du Sud et la Géorgie, bien que ce business existe aussi dans d’autres états. Les trafiquants transportent les femmes de ferme en ferme, où jusqu’à 30 travailleurs migrants font la queue devant des baraques pour avoir des rapports sexuels avec elles, avant qu’elles soient de nouveau déplacées vers une autre ferme, où le même processus recommencera.

Cette prostitution se répand de plus en plus, et elle a lieu à la vue de tous.

Les femmes et les enfants trafiqués sont proposés dans des annonces publiées sur le net, transportés d’état en état et amenés dans des hôtels où ils sont vendus.

Comme souligné dans mon livre « Battlefield America : The War on the American People », la guerre du gouvernement contre le trafic prostitutionnel, comme la guerre contre le terrorisme ou la guerre contre la drogue et le crime, est devenue une excuse parfaite pour imposer à un public vulnérable toujours plus de pratiques relevant d’un état policier : barrages de police, fouilles, surveillance, et sécurité renforcée, tout en ne faisant pas grand-chose pour rendre nos communautés plus sûres.

Que pouvons-nous faire pour lutter contre ça ? Il faut nous éduquer nous-mêmes et éduquer nos enfants au sujet de cette menace qui se développe dans nos communautés.

Il faut arrêter de nourrir ce monstre : le trafic sexuel fait partie d’un continuum plus large qui inclut la pauvreté et l’accroissement du nombre de SDF, la glorification de la « pimp culture », la sexualisation des images à la télévision, la pornification de la culture américaine, et une industrie du sexe qui représente des milliards de dollars, bâtie sur le dos du porno, de la musique et du show business.

Cette épidémie, c’est largement nous qui l’avons produite : nous vivons une époque où la valeur de la vie humaine est secondaire par rapport au profit. On estime que l’industrie pornographique rapporte plus d’argent qu’Amazon, Microsoft, Google, Apple et Yahoo réunis.

Il faut demander à nos municipalités, à nos élus et à la police que la lutte contre le trafic sexuel soit une priorité, devant la soi-disant lutte contre le terrorisme et les drogues, et la militarisation du maintien de l’ordre.

Il faut arrêter de poursuivre des adultes en justice pour des crimes sans victimes, comme de faire pousser de la salade devant leur maison et se concentrer sur l’arrestation des proxénètes et des clients qui victimisent ces jeunes femmes.

Finalement, la police doit mieux identifier et répondre à ces problèmes, les communautés et les services sociaux doivent mieux protéger les jeunes en fugue qui sont la cible principale des trafiquants, les législateurs doivent passer de meilleures lois pour poursuivre les trafiquants et les clients, ceux qui créent la demande pour des esclaves sexuelles. Et les hôtels doivent arrêter de faciliter ces trafics, en fournissant des chambres et une couverture pour leurs activités criminelles.

Qu’il y ait autant de femmes et d’enfants qui continuent à être victimisés, brutalisés et traités comme des marchandises est dû à trois choses : la première, une demande venant des consommateurs qui est de plus en plus lucrative pour tous les acteurs du système – sauf les victimes. La seconde est un niveau de corruption si invasif, tant au niveau local qu’international, qu’il y a peu d’espoir de pouvoir le réformer en agissant par les canaux habituels, et la troisième, c’est le silence des individus qui se taisent sur ces atrocités.

La vérité est que nous contribuons tous à cette souffrance si nous ne la dénonçons pas. Les trafiquants sont coupables. Les consommateurs sont coupables, les responsables corrompus du maintien de l’ordre sont coupables. Les associations qui ne font rien sont coupables. Les travailleurs d’ONGs et les personnels de maintien de la paix qui contribuent à la demande d’esclaves sexuelles sont coupables. Surtout, tout individu qui n’est pas un lanceur d’alerte au sujet des atrocités qui sont commises envers les femmes et les enfants dans presque tous les pays du monde – y compris les Etats-Unis – est coupable.

John Whitehead

Traduction Francine Sporenda

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2019/05/26/le-mal-a-letat-pur-la-prostitution-des-enfants/

Le texte original en Anglais de cet article est sur :

https://www.rutherford.org/publications_resources
/john_whiteheads_commentary/
the_essence_of_evil_sex_with_children_
has_become_big_business_in_america

Une réponse à “Le mal à l’état pur : La prostitution des enfants

  1. Pleurez, pleurez mes yeux…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.