Femmes algériennes, nous réaffirmons notre détermination à changer le système en place

Nous vivons actuellement un magnifique soulèvement populaire pacifique contre le système politique en place. La présence massive des femmes dans les cortèges témoigne des profondes transformations de notre société et exige une reconnaissance des droits des femmes dans une Algérie égalitaire.

Ce système a régné sans partage depuis l’indépendance en usant de tous les moyens coercitifs et autocratiques afin de mettre en échec toute velléité de changement et de démocratisation du pays. Outre la destruction des institutions de la République (Santé, éducation, justice, culture, etc.), la clochardisation de la vie politique, la corruption, l’autoritarisme et les injustices sociales, ce système a également mis en œuvre une stratégie machiavélique entretenant et renforçant une pensée et des pratiques inégalitaires au sein de la société. Les femmes algériennes en ont payé le prix fort, tant sur le plan symbolique, formel que réel.

En effet, l’Histoire des luttes algériennes témoigne de l’engagement massif des femmes à tous les combats justes et décisifs que le pays a menés : la Guerre de libération nationale, l’édification de l’État algérien indépendant, la révolte d’octobre 1988, les luttes syndicales, estudiantines et démocratiques avant et après octobre 1988, la lutte contre les groupes intégristes armés durant les années 1990, etc. Des combats qu’elles ont pensés, élaborés et menés aux côtés des hommes dans l’espoir de construire une société égalitaire et de voir cette égalité concrète vécue durant ces moments difficiles devenir un acquis indiscutable une fois les objectifs atteints.

Malheureusement, cette égalité promise n’est pas encore au rendez-vous. La scolarisation massive des filles et son cortège de diplômées compétentes, notre présence des plus remarquables dans le monde du travail ainsi que les modifications législatives et réglementaires arrachées par des décennies de lutte, n’ont pas encore sorti les femmes de leur minorisation dans la société qui demeure patriarcale et d’un statut de citoyenne de seconde zone dans les institutions.

La participation active et inconditionnelle des femmes algériennes au Mouvement du 22 février nous incite à réaffirmer notre détermination à changer le système en place avec toutes ses composantes, y compris son volet sexiste, patriarcal et misogyne.

Le 16 mars 2019, s’est tenu une réunion de femmes à Alger. À l’issue d’un débat et d’une large concertation, il est retenu ce qui suit :

• Nous, femmes signataires de cette déclaration, sommes convaincues que la construction de notre avenir commun ne va pas sans une égalité pleine et entière entre les citoyennes et les citoyens, sans distinction de genre, de classe, de région ou de croyances.

• Nous devons continuer à être présentes partout avec nos collègues, nos voisins pour faire perdurer cette belle mixité dans tous les cortèges mais aussi afin de rendre plus visible notre revendication d’égalité.

• Nous avons décidé de la création d’un carré féministe qui se positionnera chaque vendredi au niveau du portail de la Faculté centrale d’Alger à partir de 13h. 

• Nous soutenons et encourageons des initiatives similaires à travers tout le territoire algérien et nous souscrivons totalement à toutes les déclarations qui considèrent que l’égalité entre les femmes et les hommes est une des priorités pour le changement du système actuel. 

• Nous appelons toutes les femmes qui se reconnaîtront dans cet appel à joindre leurs signatures aux nôtres, à intégrer les carrés féministes là où ils existent ou à les initier quand les conditions le permettent et à participer à nos prochaines réunions dont nous communiquerons publiquement la date et le lieu.

• Nous appelons à prendre en compte la représentativité paritaire des femmes dans toute initiative citoyenne pour la sortie de cette crise.

• Nous condamnons tout acte de harcèlement durant les manifestations.

Alger, le 16 mars 2019

 

Liste des premières signataires :

 Saadia Gacem, correctrice, doctorante en sociologie et militante féministe, membre du Réseau Wassila
 Sarah Haidar, Journaliste et écrivaine
 Fatma BOUFENIK, Enseignante – Chercheure Université Oran 2, membre fondatrice de l’Association « Femmes Algériennes Revendiquant leurs Droits » – FARD – Oran
 Amina Izarouken, féministe
 Faïka Medjahed psychanalyste, membre du réseau Wassila
 Souad Bensaâda, militante féministe
 Belhacene Atiqa, féministe
 Kahina Arezki, médecin résidente
 Louisa Ait Hamou, féministe, universitaire
 Leïla Saadna, militante féministe, réalisatrice et formatrice
 Amel Hadjadj, militante féministe
 Fatma Oussedik, sociologue, féministe
 Sanaâ Hamadouche, féministe
 Sara Bouchair, militante féministe
 Farida Bouchenaf, militante féministe
 Dalila Bouchenaf, militante féministe

Une réponse à “Femmes algériennes, nous réaffirmons notre détermination à changer le système en place

  1. C’est que tolérer ou remettre aux calendes grecques une inégalité de droit entre les bani adam, femmes/hommes, finit toujours par nous faire perdre le désir de combattre pratiquement toutes les injustices et toutes les oppressions sociales

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.