Start-ups et proxénétisme : la mutation néo-libérale de l’industrie du sexe

Ce texte est un extrait d’une analyse de l’influence de l’idéologie néo-libérale sur l’industrie du sexe,  et plus précisément de sa transformation en un business moderne et extrêmement profitable par l’adoption des stratégies managériales du néo-libéralisme. La prostitution étant ainsi en train de muter en une véritable industrie fonctionnant sur des structures et réseaux internationaux soutenus par des technologies de pointe.

Globalisation

Parmi les stratégies néo-libérales les plus efficaces pour mettre en échec la capacité des travailleurs et des syndicats à résister au capitalisme – résistance qui était organisée à l’échelle nationale – celle qui est la plus évidente et la plus dommageable est la globalisation. Ce qu’on appelle globalisation consistant d’une part à délocaliser la production industrielle vers des pays à faible coût de main-d’œuvre, avec un droit du travail, une protection sociale et des syndicats faibles ou inexistants associés à une taxation minimale. Et d’autre part à importer une force de travail étrangère – migrant-es souvent illégaux et mal payés – pour faire tourner les services et l’agriculture des pays occidentaux.

Des économistes anti-capitalistes parlent de « nouvelle répartition internationale du travail ». Cette nouvelle répartition s’est mise en place dans le contexte suivant : des pays qui ont subi le fardeau d’un dette explosive suite à l’augmentation considérable des taux d’intérêt décrétée dans les années 80/90 par le Fond monétaire international et la Banque mondiale ont dû accepter de « privatiser ou mourir », de passer à une économie de marché intégrale et d’appliquer des politiques d’« ajustement structurel » pour continuer à obtenir des prêts de ces institutions.

Ces politiques ont créé des crises économiques – actualisation de la fameuse « shock doctrine » dont parle Naomi Klein dans son livre éponyme. Une majorité de la population a plongé dans la pauvreté et cet appauvrissement a déclenché un accroissement important des flux migratoires.

Pour survivre à ces crises et nourrir leur famille, les femmes de ces pays ont eu essentiellement trois options : être travailleuse domestique, prostituée ou mère porteuse –et émigrer éventuellement vers des pays occidentaux pour trouver facilement du travail. Le néo-libéralisme, le projet idéologique du tout-marché de la Chicago School of Economy, développé par Milton Friedman, Hayek etc. a non seulement précipité les femmes dans la pauvreté dans de nombreux pays (70% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté dans le monde sont des femmes, on parle de « féminisation de la pauvreté ») mais des économistes néo-libéraux ont été jusqu’à présenter la prostitution comme une option économique viable pour les femmes pauvres (1).

Dans certains pays européens, les politiques d’austérité imposées par l’Union européenne suite à des situations de dette explosive similaires ont eu les mêmes résultats : augmentation de la pauvreté, réduction des dépenses sociales, services publics privatisés. Les conséquences ont été sévères pour les femmes : certaines ont dû recourir à la prostitution. En Grèce, au pire de la crise, entre 2011 et 2013, la prostitution a augmenté de 150% et de nombreuses femmes ont quitté le pays pour travailler à l’étranger, comme travailleuses domestiques ou prostituées (2).

La mise en œuvre de politiques néo-libérales, en précipitant des crises économiques et en réduisant les aides sociales, a incité à l’émigration vers des pays riches des femme de pays pauvres en quête de travail, et a donc eu un impact sur l’accroissement mondial de la prostitution et sa globalisation.

La prostitution, un « travail » de migrantes

La conséquence de cette « nouvelle répartition internationale du travail » est que, dans les pays occidentaux, la prostitution est devenue une activité exercée majoritairement par des femmes étrangères originaires de pays pauvres. Manu Schon, une abolitionniste allemande, donne le chiffre de 90% de femmes prostituées étrangères en Allemagne. Elle cite le cas d’un raid de la police sur les bordels d’Augsbourg (en Bavière) : pas une seule femme de ces bordels ne parlait allemand (3).

En Allemagne, les femmes en prostitution viennent essentiellement de Roumanie (souvent de la communauté Rom) et de la minorité turque de Bulgarie mais il y a aussi des femmes originaires du Nigeria, de Thaïlande, de la Corée du Sud, de Chine etc. La stratégie des trafiquants étant d’« importer » massivement des femmes migrantes des pays pauvres, avec pour conséquence une forte concurrence et une baisse importante du prix des services sexuels : si le coût d’une heure avec une femme prostituée dans un bordel « Paradise » est 50/60 Euros, dans la rue, cela ne coûte que 10/20 Euros. La pression est telle que des femmes prostituées acceptent des relations sexuelles sans préservatif – et certaines l’acceptent même pour un Big Mac.

Les femmes étrangères sont exploitées par une industrie du sexe qui en extrait des profits considérables avec des investissements minimes. Le Tiers-monde – comme souligné par Sylvia Federici – représente un réservoir de ressources pour les pays occidentaux – pas seulement d’ énergie et de matières premières, mais de main-d’œuvre à bon marché, et un énorme transfert de richesses est ainsi organisé entre le Sud et le Nord. Les migrantes, en tant que travailleuses domestiques, nannies et prostituées, participent massivement à ce transfert. Une partie importante de ce qui était considéré comme « travail de femmes » – ménage, soin des enfants, services sexuels aux hommes à la demande – est maintenant exécuté par ces migrantes.

En plus de prestations sexuelles à prix discount, et d’être plus faciles à contrôler dans un pays dont elles ignorent la langue et où elles ne connaissent personne, il a été souligné que les femmes « exotiques » sont spécialement appréciées par les acheteurs de sexe parce qu’elles offrent aux hommes blancs l’illusion d’un retour à une position de toute-puissance sur des femmes « indigènes », « sauvages », « chaudes » et « dociles ». Une analyse abolitionniste parle à ce sujet d’un « imaginaire pornographique colonial » (4). Le racisme est intrinsèque à la prostitution au même titre que le sexisme.

Les réseaux qui trafiquent ces femmes sont extensivement globalisés. Qu’elles soient recrutées par la promesse d’un job rémunérateur ou séduites par un Roméo, elles sont prises en main et livrées à des bordels par des réseaux criminels internationaux opérant à partir de leur pays d’origine et ayant des complices dans les pays « importateurs ». Helmut Sporer, chef de la police d’Augsbourg, précise que des femmes de Roumanie ou de Hongrie peuvent être commandées sur des catalogues spécifiant leurs caractéristiques physiques, et qu’il y a même une politique de retour si les managers de bordels ne sont pas satisfaits. Quand des femmes de Thaïlande arrivent dans les bordels espagnols à La Jonquera, les managers des bordels affirment que ces femmes sont des « travailleuses indépendantes » et qu’elles ont trouvé le bordel sans aucune aide – mais c’est de l’enfumage.

Bordels en ligne

La dimension globalisée est encore plus présente dans la forme la plus moderne de la prostitution, celle qui représente actuellement près de70% de toute l’activité prostitutionnelle dans les pays occidentaux : les « bordels en ligne », ces sites qui publient des milliers d’annonces de femmes prostituées postées essentiellement par des réseaux proxénètes. Les gouvernements et la justice commencent à s’inquiéter du développement rapide de ces sites, et les font même parfois fermer : le site Backpage a été récemment saisi aux Etats-Unis par le FBI et l’IRS (Internal Revenue Service, administration fiscale).

Quelques informations sur ces sites dont les plus connus sont sans doute Backpage, Craigslist et Vivastreet. Leurs rubriques d’« annonces adultes » sont (ou étaient) presque entièrement des annonces prostitutionnelles. Ces annonces sont payantes (contrairement à d’autres annonces parues sur ces sites) et le tarif « bas de gamme » sur Vivastreet France était d’environ 80 Euros. Si une femme prostituée veut publier une annonce qui sorte du lot et lui attire un maximum de clients, elle devra payer pour des « mises en avant » extras qui font monter le prix de l’annonce, en particulier dans des régions où la concurrence prostitutionnelle est forte, comme Paris. Dans ce cas, le coût de l’annonce sur Vivastreet atteignait en moyenne autour de 200/300 Euros et pouvait monter jusqu’à 500 Euros. Sur les forums, certaines femmes prostituées se plaignaient que ce site s’enrichisse sur leur dos.

Peu avant de fermer sa section « Erotica », suite à une action en justice pour proxénétisme aggravé lancé en 2018 par l’association abolitionniste Le Nid, Vivastreet avait des sites dans 13 pays, parmi lesquels, outre la France, le Royaume uni, le Brésil, la Belgique, l’Italie, le Chili etc. L’entreprise avait l’intention d’étendre ses opérations à l’Espagne et au Portugal en 2017, et en Amérique du Sud et centrale, en Suisse et aux Pays-Bas en 2018. Sur le site français, il y avait jusqu’à 7 000 annonces de prostitution publiées chaque mois et ces annonces représentaient environ 50% du chiffre d’affaires de l’entreprise (5).

Vivastreet est la propriété d’une compagnie nommée W3 Ltd, qui est enregistrée à Jersey. 90% des actions sont détenues par une compagnie nommée ELCAN Nominees Ltd, qui aurait été mentionnée dans le scandale d’évasion fiscale des Panama Papers (6). Il y a plusieurs « compagnies sœurs » liées à Vivastreet, comme WebDM UK, DM Services, Digital Ventures Holding, IVI Limited. Toutes ces compagnies semblent être des sociétés-écran (7). Derrière il y a le créateur de Vivastreet, Yannick Pons, listé parmi les 500 plus grandes fortunes de France (8). Français d’origine, ses compagnies sont enregistrées dans divers pays étrangers, à Londres et à Jersey entre autres, et au début de sa carrière, il a vécu et travaillé aux Etats-Unis. La structure organisationnelle de ces compagnies est opaque et complexe. Récemment, la compagnie W3 Limited a lancé un fond d’investissement (pour soutenir les start ups).

Backpage, qui a été récemment fermé, est une compagnie hollandaise,  enregistrée dans le Delaware mais son siège était à Dallas, Texas, et l’hébergeur était en Arizona (9).

Craigslist a été fondé en 1995, mais sa section « Erotica » a débuté en 2001. Cette section a été renommée « Adult Services » en 2009 suite à des plaintes en justice, qui l’ont amenée à fermer définitivement en 2010. Mais les annonces prostitutionnelles ont continué, elles se sont simplement déplacées dans la section « Personal ». Craigslist a compté jusqu’à 25 000 annonces de prostitution tous les 10 jours. Une étude a établi qu’à chaque fois que Craigslist ouvrait un site dans un nouveau comté, la prostitution y augmentait de 17,58% (10).

Prenons deux autres sites d’annonces de prostitution connus, sexmodel et 6annonce. L’un de ces sites est russe, l’autre est tchèque. Les sociétés sont enregistrées à Chypre, et les hébergeurs sont en Suisse et au Panama.

Comme on le voit, ces bordels en ligne sont complètement globalisés, et leurs différentes composantes sont délibérément dispersées dans différents pays. Dans un souci d’optimisation fiscale, ces sociétés sont généralement enregistrées dans des paradis fiscaux, et les impôts qu’elles payent sont faibles ou nuls. Et les hébergeurs sont situés dans des pays ou états comme la Californie dont les régulations rendent difficile la fermeture de ces sites. Ils sont l’extrémité visible d’une enfilade de sociétés-écran réparties dans le monde entier, et cette structuration produit une opacité qui pose des problèmes de traçabilité et complique considérablement le travail d’enquête des polices financières. La globalisation est utilisée de façon judicieuse par les managers de ces compagnies pour décourager toute enquête approfondie sur leurs finances et leurs activités – et pour éviter de payer des impôts.

Car ces sites rapportent beaucoup d’argent. Le chiffre d’affaires de Backpage en 2014 était de 135 millions de $, et 90% de ce montant provenait des « adult ads » (d’après le Département de la Justice de Californie). Leurs profits en 10 ans (depuis 2004) ont été estimés à plus d’½ milliard de $ (11). En 2016, le montant des revenus de Craigslist était de 690 millions de $.

Sur ces sites, les femmes victimes de trafic sont nombreuses, et il y a peu de prostituées indépendantes. Elles semblent être plus âgées – et une espèce en voie de disparition. De toute façon, dès qu’une prostituée indépendante passe des annonces sur ces sites, elle est rapidement repérée, appelée au téléphone et menacée par des proxénètes. Les indépendantes représentent une concurrence pour les prostituées trafiquées, et les proxénètes cherchent à les décourager, ou à les contrôler.

Les femmes prostituées sont aussi globalisées et mobiles. Elles sont fréquemment déplacées de ville en ville, voire à travers les frontières par les réseaux proxénètes : avant la fermeture de ses pages d’annonces prostitutionnelles, les « sex tours » représentaient environ ¼ de toutes les annonces de prostitution sur Vivastreet (12). Un membre d’une association abolitionniste explique le principe des « sex tours » : les femmes prostituées sont un produit, et ce produit est vu comme ayant plus de valeur s’il est neuf. Une façon de créer de la nouveauté est de déplacer la même femme de ville en ville. Ainsi, à chaque fois qu’elle arrive dans une nouvelle ville, elle est présentée comme une nouveauté, et sa valeur est plus élevée parce que les clients veulent ou des filles très jeunes, ou des femmes nouvelles. Le modus operandi des sex tours est le suivant : sur les sites d’annonces, les réseaux proxénètes proposent aux clients une femme – une prostituée russe par exemple – qu’ils vont déplacer de ville en ville. Son arrivée va être annoncée en ligne. Ces femmes vont passer 3 ou 4 jours dans chaque nouvelle ville, elles recevront les clients dans des appartement loués ou des chambres d’hôtel. Les clients peuvent faire une réservation en ligne pour une femme particulière et pour les pratiques sexuelles de leur choix. Quand la femme est en ville, ils reçoivent un sms qui précise le lieu de la rencontre – à la dernière minute. Et Vivastreet proposait même un type d’annonces qui répondait aux besoins spécifiques des organisateurs de ces « sex tours » : les annonces avec « changement de lieu illimité ».

Parmi ces personnes trafiquées, un nombre important sont des mineur-es. Plusieurs procès ont été lancés contre ces sites par des parents d’enfants ou des ex-enfants qui y ont été vendus par des trafiquants. Un article du New York Times (07/04/2018) souligne que les annonces proposant des mineur-es utilisent un langage codé : les transparents « Lolita », « 100% young » (100% jeune), « Amber Alert » (code utilisé pour signaler les disparitions d’enfants), « daddy’s candy » (bonbons pour papa), ou le moins évident « new in town » (nouvelle en ville). Il y a eu le cas d’une mineure vendue sur Backpage forcée à accomplir des actes sexuels un revolver sur la tempe, et ayant subi des viols collectifs répétés si violents qu’elle a eu des crises d’épilepsie (13). Le National Center for Missing and Exploited Children (Centre national pour les enfants disparus et exploités) a déclaré que 74% des cas dont ils ont eu à s’occuper récemment sont passés par des annonces sur Backpage et que en 5 ans, il y a eu une augmentation de 800% du nombre d’enfants trafiqués, la plupart sur ces sites (14). Une étude a montré que 35% des mineur-es trafiqués sur ce site étaient noirs, alors que le comté où a été faite cette étude n’a que 7% de population noire – les adolescentes issues des minorités sont spécialement visées par les proxénètes. Cette même étude, réalisée de 2013 à 2015 dans le King County (état de Washington) établit que 79% des hommes qui paient pour violer des enfants sont des hommes blancs mariés et ayant un bon niveau d’éducation. Il y a eu tellement de crimes perpétrés et tellement de mineur-es vendu-es par l’intermédiaire des annonces de Backpage que le site a été appelé « un incubateur digital pour la criminalité locale » (15). En France, l’association « Agir contre la prostitution des enfants » a constaté pareillement que, sur 20 cas de prostitution d’enfants dans lesquels ils sont intervenus, 18 étaient passés par des annonces publiées sur Vivastreet (16).

Bien sûr, l’argent ainsi gagné est fréquemment « blanchi » dans des banques ou des investissements à l’étranger. De nombreux fondateurs de ces sites, en plus d’avoir été traduits en justice pour avoir publié des annonces prostituant des mineur-es, ont aussi fait l’objet d’enquêtes pour blanchiment d’argent et fraude fiscale. Les leçons du néo-libéralisme sur le recours à la délocalisation pour maximiser les profits, pratiquer l’évasion fiscale et garantir leur impunité ont été parfaitement apprises par les managers des multinationales de l’industrie du sexe.

Les compagnies creuses

Une autre stratégie managériale néo-libérale adoptée par les « bordels en ligne » est le schéma organisationnel de la « compagnie creuse », ce que Naomi Klein appelle le « modèle de management Nike » : la compagnie fonctionne avec un petit groupe de « competence workers » et une majorité de temporaires : ces compagnies qui génèrent des profits considérables n’ont qu’un très petit nombre d’employés en CDI. L’équipe permanente qui fait tourner la compagnie ne dépasse pas habituellement 30/40 employés, complétés par des centaines de travailleurs temporaires recrutés selon les besoins. Jim Buckmaster, le PDG de Craigslist (qui a désormais fermé sa section d’annonces « pour adultes » mais il y aurait encore des annonces prostitutionnelles dans la rubrique « personals ») est un informaticien basé à San Francisco issu de la contreculture : il a été présenté comme « anti-capitaliste » et aime rappeler qu’il est un admirateur de Noam Chomsky. Il dirige une compagnie qui compte 700 sites d’annonces dans 70 pays, (dont 20 sites en Grande-Bretagne). Ces sites reçoivent 65 millions de visiteurs uniques chaque année, et la valeur de la compagnie est estimée à 1 milliard de $. Le shérif Tom Dart, de Cook County, Illinois, l’a qualifiée de « plus grande source de prostitution » dans le monde. Mais seulement 32 personnes sont employées de façon permanente au siège de Craigslist à San Francisco. Jim Buckmaster campe cette figure néo-libérale paradoxale : le proxénète d’extrême-gauche.

Vivastreet a commencé par une start-up créée par un Français, Yannick (Jean-Camille) Pons, qui à ses débuts s’est installé aux Etats-Unis. Le premier site qu’il a lancé, Easyroomate, ciblait les personnes qui cherchaient un co-locataire. Il a ensuite lancé un site généraliste. Et Vivastreet a bien fermé sa rubrique « Erotica » – qui publiait essentiellement des annonces prostitutionnelles – mais seulement sur son site français, ce qui a causé une chute importante de la fréquentation du site : il est passé de 11 millions de visiteurs uniques à 4 millions. Cela met en évidence que ce sont surtout les annonces prostitutionnelles qui attirent la majorité des visiteurs sur ces sites.

Le PDG de Backpage, Carl Ferrer, a finalement accepté de «se mettre à table » pour sauver sa peau : il a témoigné contre ses associés, Michael Lacey et James Larkin et révélé comment ils ré-écrivaient les annonces qui vendaient clairement des services sexuels de façon à les rendre moins explicites et à procurer aux managers une « possibilité de dénégation » – en termes clairs à rédiger ces annonces de telle façon que les managers puissent prétendre crédiblement qu’ils ignoraient que des enfants et des femmes trafiqué-es étaient vendu-es dans ces annonces. Vivastreet s’est aussi livré à ce travail de ré-écriture des annonces proposées, pour les mêmes raisons : sur ces sites, des tests ont mis en évidence que la modération vise le plus souvent à protéger la responsabilité légale des managers contre d’éventuelles accusations de proxénétisme. Comme le PDG de Craigslist, les managers de Backpage viennent de la contreculture : Lacey et Larkin étaient précédemment les propriétaires des « city papers » « Village Voice » et « New Times » qui se réclamaient d’une philosophie d’entr’aide et de gratuité des services et comportaient des rubriques d’annonces telles que « Musicians » (pour les musiciens voulant intégrer un groupe) et « New Age ».

Il est intéressant de noter comment ces hommes sont passés en douceur de la contreculture au proxénétisme en passant par la start-up attitude – jusqu’au proxénétisme de femmes et d’enfants trafiqués, et à la facilitation de toutes sortes de crimes. Craigslist et Backpage n’ont pas seulement été accusés de liens avec le trafic de mineurs, plusieurs femmes, dont des femmes prostituées, ont aussi été assassinées suite à des rencontres faites via des annonces passées sur ces sites. Backpage a fait l’objet de pas moins de 93 chefs d’accusation de la part de la justice américaine et son PDG Carl Ferrer a plaidé coupable devant les cours de justice d’Arizona et du Texas des charges de « blanchiment d’argent et conspiration en vue de faciliter la prostitution, et publication d’annonces prostituant des mineurs » et « avoir aidé les rédacteurs à rédiger les textes d’annonces de telle façon qu’il ne soit pas dit explicitement qu’il s’agissait de vente de services sexuels » (17). Ces hommes ont été condamné à des peines de prison et même si le PDG a été libéré sous caution – une caution très importante – ils ont dû payer des amendes énormes – dont 500 000 $ pour blanchiment d’argent.

Uberisation de l’industrie du sexe

Une autre caractéristique de l’économie néo-libérale est la réduction massive du nombre de contrats en CDI et leur remplacement par des CDD ou le statut de « travailleur indépendant/auto-entrepreneur ». Un bon exemple de ce modèle est Amazon où la durée moyenne d’emploi est d’un an. Le statut de travailleur indépendant/self employed permettant aux employeurs de ne pas payer de salaire minimum à leurs employés, et de les priver des droits du travail les plus basiques. Une évolution néo-libérale de ce type a lieu aussi dans l’industrie du sexe – au moins au niveau du discours. Dans le discours proxénète moderne, la femme prostituée est présentée comme une « travailleuse indépendante », une prestataire de services qui a avec le manager du bordel une relation du type de celle que les conducteurs ont avec Uber – pas d’engagement, le travailleur peut quitter son employeur quand il veut, l’employeur peut se séparer de l’employé quand il le juge bon. L’employé décide aussi de quand et combien d’heures par semaine il travaille. L’employé d’Uber s’enregistre sur la plate-forme de la compagnie pour bénéficier des services qu’elle offre, pour lesquels il paie une commission de 20%. Uber met le conducteur en contact avec les clients et s’occupe des autres détails matériels, de façon à ce que l’employé puisse se consacrer entièrement au service qu’il fournit. Les managers de bordels allemands tiennent un discours similaire : ils sont des prestataires de service dont le job est de mettre en contact les femmes prostituées et les clients, et de leur louer le lieu où ils se rencontrent.

Le mythe de la travailleuse indépendante

Selon eux, la femme exerçant la prostitution dans leurs bordels n’est pas une employée, c’est une cliente : elle sélectionne des services à la carte, et ne paye que pour ceux qu’elle utilise : location d’une chambre (100/180 Euros), les annonces publiées par le bordel, et d’autres services que le bordel offre aux prostituées, tels que coiffure, manucure, soins de beauté, repas etc. Le manager perçoit aussi les 25 Euros par personne et par jour qui sont les taxes allant à l’Etat. Comme les clients payent directement la femme prostituée qu’ils ont choisie, les managers insistent sur le fait qu’il ne s’agit pas de proxénétisme mais d’une relation professionnelle offrant une grande flexibilité où chacun garde sa liberté. En fait, la liberté et la flexibilité sont du côté du manager du bordel. S’il y a en effet une relation de type Uber, c’est dans la mesure où les femmes prostituées n’ont aucun droit, ni aucune protection. Elles sont forcées de travailler 10 heures de suite sans aucun break, elles ne peuvent pas refuser un client ou même certaines pratiques sexuelles sans être sanctionnées. Des survivantes allemandes de la prostitution ont mentionné avoir eu jusqu’à 40 clients par jour. Et si elles résistent à cette extrême exploitation, elles reçoivent des amendes, ou peuvent même être séquestrées.

Derrière l’image moderne et glamour de la prostituée-travailleuse indépendante et du manager de bordel-businessman se cache la violence archaïque des « clients » et des proxénète – la violence néo-libérale redoublant la violence intrinsèque du « plus vieux métier du monde ».

Concentration : chaines de bordels et mega-bordels

Une autre tendance néo-capitaliste affectant l’industrie du sexe est la concentration. Dans la prostitution moderne, la femme prostituée qui passe ses annonces elle-même et reçoit chez elle est devenue une rareté. Ce qui est en train de devenir une nouvelle tendance de l’industrie du sexe – en plus des bordels en ligne – ce sont les méga-bordels et les chaînes de bordels. Si ces chaînes paraissent organisées plutôt au niveau national, comme on l’a vu plus haut, les réseaux de trafic qui leur fournissent des femmes sont internationaux.

Les plus grandes chaînes de bordels sont allemandes. Selon les informations fournies par des abolitionnistes allemandes, les trois grandes chaînes de bordels en Allemagne sont les Paradise, les Pascha, et les bordels du « prince » Marcus von Anhalt. Le premier bordel de la chaîne Paradise a été ouvert à Cologne il y a 25 ans, et ses établissements sont maintenant présents dans plusieurs grandes villes allemandes et autrichiennes, telles que Stuttgart, Frankfort, Munich, Saarrebruck, Salzbourg, Graz etc. Les hommes derrière cette chaîne sont Jürgen Rudloff et Michael Beretin. Rudloff est un ex-cadre de l’industrie textile qui a le look d’un patron de PME. Le chiffre d’affaires officiel de sa compagnie est de 6 millions d’Euros par an avec une marge de profit de 15/20%. Il a annoncé son intention d’introduire des actions de sa compagnie en bourse et n’a aucun problème pour trouver des investisseurs pour financer ses bordels puisqu’il leur promet un retour sur investissement de 30%. Dans son méga-bordel de Stuttgart installé dans un bâtiment de 5 étages, 150 prostituées reçoivent 56 000 clients par an. Il aime à se présenter comme un homme d’affaires respectable, il est père de 4 enfants, et se dit profondément religieux. Il parle de sa foi en Dieu « sans laquelle la vie en société serait impossible ». On doute néanmoins qu’il envisage avec sérénité une carrière dans la prostitution pour sa fille. Il a été arrêté pour avoir escroqué ses investisseurs, traite et trafic d’êtres humains, etc (18).

Le PDG de la chaîne « Pascha » est Hermann Muller. Son méga-bordel de Cologne est un bâtiment de 11 étages, comprenant 140 chambres, qui accueille quotidiennement plus d’un millier de clients. Rien qu’avec les loyers payés par les femmes prostituées – soit 4 800 Euros par mois pour la location d’une chambre -, le bordel encaisse mensuellement 500 000 Euros. Herman Muller a également été arrêté pour fraude fiscale (19).

Enfin, il y a la chaîne du flamboyant « prince » de Anhalt qui possède plus de 20 bordels et strip clubs, où plus de 1 000 femmes « travaillent » pour lui. Bien sûr, il a été arrêté pour fraude fiscale, blanchiment d’argent et trafic d’êtres humains et a fait 4 ans de prison. On peut voir des photos de lui dans la presse de caniveau allemande, souriant aux côtés de son amie Pamela Anderson, figure de proue du mouvement animaliste, qui vient en Allemagne pour l’inauguration des nouveaux établissements de son ami Marcus (20).

Ces chaînes de bordels mettent en œuvre des stratégies commerciales néo-libérales : « happy hour », discounts, cartes de fidélité, tarifs de groupe, tarifs seniors, tarifs pour enterrement de vie de garçon etc.

Ce type de capitalisme sauvage tend naturellement vers la monopolisation. C’est ce qui est en train de se passer en Allemagne actuellement : le nombre de bordels enregistrés est de 3 500 environ, et il y a encore plus de bordels illégaux. Néanmoins, beaucoup de ces bordels illégaux sont contraints de fermer par la police, parce qu’ils sont trop petits pour pouvoir appliquer les nouvelles régulations. Michael Beretin, patron de la chaîne Pascha, et fondateur de la Fédération allemande des activités érotiques (en clair, le « syndicat » des proxénètes allemands) le dit lui-même : « la nouvelle législation va amener la fermeture des petits bordels, seuls les grands vont survivre ». Le même mouvement de concentration est à l’œuvre dans d’autres régions du monde : aux Etats-Unis, Dennis Hof, récemment décédé, propriétaire de bordels et candidat Républicain au Congrès du Nevada, possédait 1/3 des bordels de l’état (21). Comme l’écrit Naomi Klein : « dans l’économie néo-libérale, le monopole est la récompense de l’efficacité ».

Conséquences de la légalisation sur la société allemande

Le résultat de la légalisation est que 1,2 million d’hommes visitent un bordel chaque jour en Allemagne – souvent sans même se cacher – et que 2/3 des Allemands ont acheté du sexe au moins une fois. La prostitution et le proxénétisme sont banalisés, vus comme des jobs normaux, des proxénètes sont invités dans des émissions de télé-réalité, jouent dans des séries télé. La prostitution est un business tellement accepté socialement que des hommes d’affaires invitent leurs clients dans des bordels pour signer un contrat, et que le coût de ces visites est considéré comme frais de représentation remboursables par leur compagnie. Des multinationales comme Volkswagen, Thyssen-Krupp ou la compagnie d’assurances Ergo offrent à leurs partenaires commerciaux des tickets d’entrée gratuits dans des bordels, ou des sex tours gratuits dans des pays exotiques. La prostitution allemande, avec un CA de 18 milliards d’Euros par an, pèse lourd dans l’économie du pays.

Néo-patriarcat

La prostitution étant – avec le mariage – une des institutions fondatrices du patriarcat, moderniser la prostitution, afin qu’elle soit mieux organisée, plus rentable et qu’elle utilise les options offertes par la technologie moderne, revient objectivement à renforcer le système patriarcal. Cette modernisation néo-libérale de la prostitution a donc inévitablement des conséquences négatives pour toutes les femmes.

D’abord, le fait que la prostitution soit légale, et qu’elle ait l’image d’une activité économique moderne et parfaitement licite valide explicitement un certain nombre des fondements idéologiques du patriarcat : que les hommes ont un droit inconditionnel au sexe, que le sexe pour les hommes est un besoin vital non-négociable, comme la faim ou la soif. Que le but des rapports sexuels est l’orgasme et le plaisir masculins et que la satisfaction sexuelle des femmes ne fait pas partie de l’équation. Qu’une catégorie spéciale de femmes doit être vouée à la satisfaction des « besoins » sexuels masculins, qui sont recrutées parmi les plus pauvres et les plus vulnérables et que leur santé, leur bien-être et leur propre sexualité doit être sacrifiée au maintien de ce droit masculin. Que seuls les mâles ont une sexualité de sujet, autonome et auto-définie et que le rôle des femmes dans la sexualité consiste seulement à répondre aux demandes sexuelles des mâles. Que la sexualité masculine fonctionne sur l’invasion du corps féminin, l’effraction, la violation, sur le fait de dominer sa partenaire et de transgresser ses limites physiques et psychologiques. La sexualité masculine telle qu’exprimée par la prostitution énonce enfin ce principe fondamental du patriarcat – qu’il y a deux catégories de femmes – les mères et les « putains » – et que les hommes ont besoin des deux.

Concrètement – et sur la base du fait que deux Allemands sur trois ont acheté du sexe – cela signifie que les femmes allemandes doivent accepter le fait que leur partenaire visite des prostituées. Elles devront aussi accepter que leur fils, quand il aura 15 ans, sera probablement amené dans un bordel par ses copains. Elles ne doivent pas s’offusquer si leur mari donne ses rendez-vous d’affaires dans un bordel. Elles devront se résigner au risque d’attraper une MST si leur conjoint a eu des rapports sexuels non-protégés avec une prostituée avant d’avoir de rapports sexuels avec elles. Sans parler de la perte de confiance et de la grande détresse psychologique qu’entraîne pour ces « Schattenfrauen » (femmes de l’ombre) le fait de savoir que leur mari est client de la prostitution (22). Les femmes allemandes savent aussi qu’elles ne doivent pas aller dans certains quartiers, sous peine d’être harcelées comme si elles étaient elles-mêmes des prostituées. Elles doivent s’habituer au fait que, si elles se rendent avec des amies dans un bar, elles seront la cible d’un harcèlement sexuel insistant de la part des hommes présents – comportement qui est considéré socialement inacceptable en Suède. D’une façon générale, le comportement des hommes envers toutes les femmes est affecté si la prostitution et la pornographie sont socialement légitimées et omniprésentes. Comme en témoigne le fait qu’actuellement, presque toutes les jeunes femmes sexuellement actives se sont vu demander par un ou plusieurs partenaires de performer un acte sexuel proposé dans le porno. La prostitution et le porno représentant les femmes comme des objets sexuels achetables et vendables par les hommes à volonté et selon leur plaisir, leur validation sociale renforce inévitablement la misogynie et le mépris des femmes qui sont le ciment du patriarcat.

Francine Sporenda

Ce texte est la traduction française modifiée d’une présentation faite à la conférence FILIA à Manchester en Octobre 2018 : 

https://filia.org.uk/filia2018/2018/11/12/nbspnbspnbsp-from-start-up-to-pimpingnbsp-the-neo-liberalisation-of-the-sex-industry-by-francine-sporenda

 


NOTES

http://www.liberation.fr/planete/2015/12/02/en-grece-une-passe-pour-le-prix-d-un-sandwich_1417728

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2017/12/15/allemagne-vers-la-monopolisation-de-lindustrie-du-sexe/

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/02/02/les-differents-visages-de-a-prostitution-par-petites-annonces_5073329_4355770.html

http://www.lepoint.fr/societe/prostitution-vivastreet-dans-la-tourment-14-04-2017-2119901_23.php

http://www.rallumerlesetoiles.com/2018/05/la-justice-veut-savoir-si-vivastreet-est-le-premier-proxenete-de-france.html

http://hartsburgernews.com/sales-director-for-backpage-com-pleads-guilty-to-conspiracy/115675/

https://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/1090761-et-les-plus-grosses-fortunes-du-web-francais-sont/

http://hartsburgernews.com/sales-director-for-backpage-com-pleads-guilty-to-conspiracy/115675/

https://phys.org/news/2018-05-introduction-craigslist-prostitution.html

https://www.thetimes.co.uk/article/craigslist-a-triumph-of-nerd-values-rs9fv3mft38

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/02/02/les-differents-visages-de-a-prostitution-par-petites-annonces_5073329_4355770.html

https://uk.reuters.com/article/us-usa-jstice-backpage-com-founders-others-indicted-on-prostitution-related-charges-idUKKBN1HG2ZZ

http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/ressources/reperes-statistiques-98/

https://eu.tallahasee.com/story/news/2018/05/02/backpage-seize/563886002/

https://unsighted.co/dossiers/prostitution-la-justice-veyt-savoir-si-vivastreet-est-le-premier-proxenete-de-france/

http://www.fox5krbk.com/story/37915012/backpagecom-founders-accused-of-promoting-prostitution-money-laundering

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2017/12/15/allemagne-vers-la-monopolisation-de-lindustrie-du-sexe/

http://www.prostitutionetsociete.fr/IMG/pdf/178dossierbordelsenversdecor.pdf

https://wikivisually.com/wiki/Marcus_Prinz_von_Anhalt

https://www.fairobserver.com/region/north_america/dennis-hof-nevada-assembly-midterm-elections-sex-trafficking-prostitution-us-news-72737/?fbclid=IwAR3fLdvRN08z1XNAtffYjmjH5BCXlb973PkGcCWopAPv8wJjvx4SUqQph2s.

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2018/10/27/leur-mari-est-client-de-la-prostitution-les-femmes-de-lombre/

Une réponse à “Start-ups et proxénétisme : la mutation néo-libérale de l’industrie du sexe

  1. Saloperie de néo-libéralisme !
    Je vous salue pour la qualité de ce texte, riche en références et fort par son argumentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.