Le désert aride, sans charme ni horizon de la famille

La force simple de mots, de situations banales, d’événements courants lors de la petite enfance, des questions et cette réponse lancinante « parce que ».

Les repas, il est possible de péter à table mais pas d’y lire, au lit, les ronflements, une sœur, un accident, l’effrayant « il n’y a que les meilleures qui s’en vont », le silence, ce qui n’est jamais évoqué, « Tout ce silence, tout ce poids… », mon père et les sales races, ma mère et la violence, le dressage, mon frère n°2 et mon frère n°1, la construction du masculinisme, mon frère n°3 et la droite extrême, le voisinage, « on ne sort pas sans chapeau », les boches, le rejet et la fascination pour l’ordre, les policiers français, ceux qui ne faisaient que leur devoir, les colonies de vacances, la peinture, les parents et cette accusation « tu n’est pas normale ! », la tendresse de grands-parent·es, l’assignation des filles au mariage, les logements et les « je me souviens »… partir à 18 ans, « bêtement enceinte »…

Quarante cinq pages, de denses illustrations, le refus et la révolte simplement mis en mots, une façon libertaire de répéter « Famille, je vous hais ! »

Tit’Soso : Pas normale

Laurence Biberfield illustratrice, Valentin Coré coloriste

Les Editions libertaires – collection féminisme, antipatriarcat, etc. -, Saint-Georges-d’Oléron 2018, 48 pages, 8 euros

Didier Epsztajn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.