Un vide qui était mon vide, une ombre qui était mon ombre

En « avant propos » une citation d’Antonin Artaud :

« Toute l’écriture est de la cochonnerie.

Les gens qui sortent du vague pour essayer

de préciser quoi que ce soit de ce qui se passe

dans leur pensée, sont des cochons.

Toute la gent littéraire est cochonne, et spécialement celle de ce temps-ci. »

10Une histoire, une simple histoire, une fille, la narratrice, son frère, après la mort accidentelle des parents, l’abandon, la survie…

Le présent et pourquoi pas un lendemain « C’est le mot qu’il a employé : futur ».

Un réalisme, une objectivité troublée par le personnage de Maciste et une course au trésor, en l’occurrence celle d’un hypothétique coffre-fort.

L’innocence dépouillée de culpabilité, de l’innocence. L’apparence derrière les apparences.

Un conte sans cruauté sur l’inexistence existence. « A partir de ce moment-là mon histoire perd encore plus ses contours ».

Parmi la riche œuvre de l’auteur, La littérature nazie en Amérique, Christian Bourgois, Parodies et vertige littéraire

Roberto Bolano : Un petit roman lumpen

Traduit de l’espagnol (Chili) par Robert Amutio

Christian Bourgois Éditeur, Paris 2012, 95 pages, 12 euros

Didier Epsztajn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.