Algérie, Soudan : féminisme et… pétrole

En Algérie et au Soudan, « les femmes » sont présentées dans les médias et sur les réseaux sociaux numériques comme les nouvelles égéries de la révolution, des « printemps arabes » du moment. Suivistes, supporters désintéressées, fortes personnalités, compagnes de combat des militants de la révolution ? Parce qu’elles ne le sont pas, les manifestantes ont fait l’événement. Pourtant non seulement elles occupent le terrain de la contestation de longue date mais ont des revendications spécifiques. Elles sont féministes. Lire la suite

Introduction du livre d’AC : Pour une sécurité sociale chômage

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Agir ensemble contre le chômage dénonce la loi Pénicaud de refonte de l’assurance chômage – cyniquement dénommée loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel – adoptée pendant l’été 2018, et qui a fait suite à l’Accord national interprofessionnel entre les partenaires sociaux du 22  février 2018, signé par toutes les organisations syndicales présentes à l’exception de la CGT. Lire la suite

Pour un écosyndicalisme de combat

Comment concilier lutte sociale et lutte environnementale ? Cette question taraude les syndicalistes. Pour éviter une catastrophe climatique, il faudrait réduire l’activité, supprimer les productions inutiles ou nuisibles, renoncer à une part substantielle des transports… Mais qu’adviendrait-il alors de l’emploi ? Comment éviter une flambée du chômage, une nouvelle poussée de la misère et de la précarité ? Dans les rapports de forces actuels, face à un capitalisme financiarisé et mondialisé, ces défis semblent impossibles à relever… Lire la suite

Notre cœur bat de nouveau

Zazi Sadou, membre fondatrice du Rassemblement algérien des femmes démocrates, une battante qui défend les droits des femmes, nous explique dans cet entretien le rôle de ces grands-mères, mères, sœurs, épouses qui, aux côtés des hommes, crient pour un pays où la démocratie et la liberté sont un droit pour tous.

Soirmagazine : Nous ne pouvons entamer notre entretien sans vous demander de vous présenter, surtout à nos jeunes lecteurs.

Zazi Sadou : Je suis une citoyenne algérienne et démocrate convaincue. L’attachement à la justice sociale et à l’égalité des droits font partie de mes fondamentaux. Je me suis engagée dans le mouvement social depuis mes très jeunes années lycéennes. J’ai assumé durant les années 90 la fondation du Rassemblement algérien des femmes démocrates (Rafd) dont j ai été porte-parole de 1993 à 2004. Un rassemblement qui a mené, à visages découverts, le combat anti-intégriste et dénoncé la manipulation de notre foi à des fins politiques. Ces années de sang et de cendres ont laissé des traces indélébiles dans notre pays, plus particulièrement avec la mise en œuvre de la politique d’amnésie/d’amnistie mise en œuvre par Bouteflika. Lire la suite

Du coté du polar (avril 2019 – B)

Une réédition pour une nouvelle collection

« La Noire » vient s’ajouter – pour l’instant – à la Série Noire pour faire découvrir ou redécouvrir des auteurs oubliés ou laisser en jachère. Hervé Prudon en fait partie. « Nadine Mouque » est un nom commun à la plupart des filles dans cette cité HLM de banlieue où il est impossible de vivre sinon en répondant à des stéréotypes. C’était déjà le cas en 1995, année de la première parution de ce récit, et, de ce point de vue, il n’a guère vieilli. Lire la suite

Hommages (5)

Voir aussi : hommages/,hommages-2/,hommages-3/,hommages-4/

Paul Bley

Un morceau de près de quarante minutes pour un hommage au pianiste. Un duo piano – Satako Fujii et contrebasse – Joe Fonda. Variations pianistiques et contrebassistes, un dialogue percutant.

Cette pièce est complétée en trio, avec Natsuki Tamura à la trompette, le contrebassiste se faisant aussi flutiste.

Une invitation à parcourir l’univers de Paul Bley.

Cd Satako Fujii – Joe Fonda : Duet, enregistré en novembre 2015, Long Song Records

Lire la suite

La situation révolutionnaire en Autriche en 1918 et la politique des sociaux-démocrates

La grève de janvier 1918 en Autriche

Le sort des pourparlers ne sera pas réglé à Brest Litovsk,
mais dans les rues de Berlin et de Vienne

 

I – LES POURPARLERS DE BREST-LITOVSK ET LES GREVES REVOLUTIONNAIRES EN ALLEMAGNE ET EN AUTRICHE-HONGRIE

Le 18 janvier, lorsque Trotsky quitta Brest-Litovsk, il était conscient que c’en était complètement fini de la période des joutes oratoires dialectiques avec Kühlman, et que les prochaines semaines (sinon les prochains jours) devraient amener la décision.

Incapable de résister militairement aux impérialismes allemand et autrichien conjugués, la République Soviétique, à peine née, ne pouvait compter que sur deux choses : premièrement, sur le fait que les puissances centrales elles mêmes livraient une lutte à mort contre la coalition des puissances occidentales économiquement supérieures à elles, et qu’elles devaient de ce fait manifester une certaine modération à l’égard de la Russie restée sans défense ; deuxièmement, elle pouvait tabler sur l’épuisement économique de l’Allemagne et surtout de l’Autriche-Hongrie, épuisement dont on pouvait escompter qu’il provoquerait une montée impétueuse de l’état d’esprit révolutionnaire au sein des classes ouvrières et des nationalités opprimées de ces Etats. Ces deux éléments avaient déterminé Kühlman et Czernin à se conduire temporairement de manière très pacifique et démocratique, pour donner l’air le plus innocent possible à leur propre programme d’annexion de l’Europe orientale, en profitant de l’impuissance militaire du gouvernement bolchevik (1). Lire la suite