De l’économie du socialisme à la planification écologique

La réflexion sur un calcul économique permettant de prendre en compte les contraintes environnementales pourrait avantageusement se nourrir de débats déjà anciens sur l’économie du socialisme.

Le livre d’Eugène Préobrajensky, La nouvelle économique, va faire l’objet d’une nouvelle édition. C’est la rédaction d’une nouvelle introduction à cet ouvrage qui a fait apparaître une continuité possible entre les théories anciennes du socialisme et l’élaboration d’un écosocialisme. Lire la suite

La montée en puissance de « l’homme féministe » n’est pas une victoire pour le féminisme

Le féminisme n’a pas changé les hommes, mais les hommes ont changé le féminisme.

Aziz Ansari, un soi-disant homme féministe, fait un retour en force. Le 9 juillet, un nouveau spectacle humoristique, diffusé sur Netflix, a marqué son retour sous les feux de la rampe après son moment #MeToo de l’an dernier. En 2018, l’humoriste, comédien, acteur et concepteur de l’émission Master of None, s’était éclipsé du monde de la télévision après qu’un article publié sur le site Babe eût raconté l’histoire de « Grace », une femme alléguant qu’Ansari l’avait agressée sexuellement lors d’une soirée qui avait mal tourné. Le site Babe a d’ailleurs lui-même mis la clé sous la porte après avoir été dénoncé pour avoir entretenu une culture de travail aussi machiste que celle d’une fraternity étasunienne, y compris de multiples cas d’inconduite sexuelle. Lire la suite

Pour que vienne un monde dont on s’éprenne

Des faits, rien que des faits et une question d’Howard Zinn : « Mais que cachent vos faits et la façon dont vous les exposez ? ». Ludivine Bantigny interroge : « Chaque fait ne recèle-t-il pas un jugement ? Son choix même, où la sélection s’opère – sans se dire le plus souvent -, n’est-il pas déjà engagement ? »

L’autrice aborde, entre autres, l’impossible neutralité, « une histoire neutre est impossible », les oublié es de l’histoire, et celles et ceux « mu par un principe d’espérance », le point de vue situé, « Toute élaboration, aussi scientifique qu’elle soit, est toujours située : c’est située qu’elle se déploie », la réflexivité et la vigilance épistémologique, le doute, les « pourquoi faire ? » et « A quoi bon ? »… Lire la suite

Les femmes de 70

On eût dit que la Gaule en elles s’éveillait ;

Libres, voulant mourir, augmentant de courage

Pour des périls plus grands.

(L. M.)

Parmi les plus implacables lutteurs qui combattirent l’invasion et défendirent la République comme l’aurore de la liberté, les femmes sont en nombre.

On a voulu faire des femmes une caste, et sous la force qui les écrase à travers les événements, la sélection s’est faite ; on ne nous a pas consultées pour cela, et nous n’avons à consulter personne. Le monde nouveau nous réunira à l’humanité libre dans laquelle chaque être aura sa place. Lire la suite

La dernière tentative d’Israël pour effacer la Palestine

Les tentatives de supprimer les documents officiels qui attestent du nettoyage ethnique dont été victimes les Palestiniens en 1948 ne sont pas récentes.

Mais les efforts déployés par les équipes du ministère de la Défense israélien pour dissimuler des archives nationales sensibles doivent être considérés à l’aune d’un climat politique nouveau, ils ne sont pas juste une tentative d’épargner les gouvernements israéliens embarrassés, comme certains l’ont évoqué. Lire la suite

Eviter la myopie de l’histoire événementielle

Le titre de cette brève note est tiré de la préface de Gilbert Dagron. L’intérêt de l’ouvrage de Giusto Traina réside justement dans sa volonté de rompre avec une histoire qui projette sur le passé autant les frontières géographiques du présent que les découpages chronologiques qui figent les ruptures en évacuant toute notion de processus.

Il s’agit ici de montrer les permanences et les inflexions/modifications dans la situation de l’empire romain autour d’une année (428 !) sans événements marquants (« une année anonyme » comme la nomme joliment l’auteur) mais suffisamment proche de la fin « officielle » de l’empire (du moins dans sa partie occidentale) en 476 pour rendre le caractère factice du très vieux débat sur « la fin de l’empire romain : assassinat ou mort naturelle ? » Lire la suite

« La Ahlan wa La Sahlan en France » 

Deux événements marqueront les échanges universitaires entre la France et l’Afrique à partir de la rentrée prochaine : 

1. l’application du dispositif au nom de contre-vérité de « Bienvenue en France » qui impose des « frais d’inscription différenciés » pour les étudiants étrangers hors Communauté européenne. Leurs droits d’inscription passent de 170 à 2 770 euros par an en licence et de 243 à 3 770 euros en master. 

2. l’ouverture de l’Université franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée (UFTAM) à Al Mourouj, dans la banlieue sud de Tunis. Lire la suite