La minorité et la sexualité aux prises avec la République en Marche, l’efficacité au pouvoir

L’efficacité est la marque de fabrique de ce non-parti politique arrivé au gouvernement en juin 2017 en surfant sur la vague de lassitude des partis politiques traditionnels de droite comme de gauche chez la plupart des Francais. Effectivement les gouvernements précédents avaient péché par inefficacité : ils n’avaient réglé ni le problème du chômage, ni le problème des violences conjugales, ni le problème des migrants clandestins, ni la délinquance, ni, ni, ni…. Lire la suite

Brésil. 130 ans d’une abolition inachevée

Conservatrice et brève, contenant à peine plus de deux lignes, la loi n° 3353, appelée Lei Áurea [Loi d’or ou dorée], décréta, le 13 mai 1888, la fin légale de l’esclavage au Brésil1. Mais si l’esclavage fut aboli d’un point de vue légal et formel il y a 13  ans, sa dimension sociale et politique reste aujourd’hui présente. C’est là que porte la critique principale de chercheurs et de militants des mouvements noirs à la célébration du 13 mai comme jour de « la fin de l’esclavage ». Lire la suite

Mon regard porte désormais plus loin

Pour cette réédition, je reprends en la modifiant marginalement, ma note de lecture parue en mars 2012 sous le titre Analyser les blessures de la société pour être capable de les guérir.

Le collectif de solidarité avec Pinar Selek (http://www.pinarselek.fr/) présente, en début d’ouvrage l’auteure et son parcours. L’expression est très chaleureuse. Quelques extraits : Lire la suite

À la merci d’un courant violent : la Grèce après l’accord du 21 juin

Du Parlement allemand à l’Assemblée hellénique, les déclarations faites ces derniers jours par les dirigeants européens permettent de se faire une idée plus précise de la situation qui sera celle de la Grèce à compter du 20 août prochain1 et de proposer une lecture de l’accord conclu le 21 juin à rebours des déclarations célébrant « la fin de l’Odyssée » (Moscovici), la « renaissance » grecque (« Le Point »), la concorde européenne retrouvée. Lire la suite

Violences sexuelles : UNE VOLONTE DE NE PAS CONDAMNER 

Interview de la Dre. Muriel Salmona par Francine Sporenda

La docteure Muriel Salmona, psychiatre psychothérapeute spécialisée dans la prise en charge des victimes de violences, est également chercheuse et formatrice en psychotraumatologie et Présidente de l’association « Mémoire traumatique et victimologie». Elle est l’auteure de « Le livre noir des violences sexuelles », « Violences sexuelles, les 40 questions-réponses incontournables », « Violences conjugales et famille », « Châtiments corporels et violences éducatives. Pourquoi il faut les interdire en 20 questions-réponses » et de nombreux articles sur les violences intra-familiales, conjugales et sexuelles et la protection et la prise en charge des victimes. Elle a lancé avec son association la campagne «  Stop au déni » pour lutter contre la « culture du viol » et l’abandon dans lequel sont laissées les victimes de violences. Lire la suite

Une histoire visuelle du soulèvement

Avant de se plonger dans les belles photos de Devin Allen, il convient de lire avec attention les différents textes de présentation. D. Watkins présente Le Baltimore de Freddie Grayle-baltimore-de-freddie-gray/, publié avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse. « Devin a fait plus que produire une série de photos, il nous a fait un présent. Un présent qui n’a pas de prix : de splendides images qui sont venues à bout des récits mensongers délivrés par de multiples médias, ont contribué à humaniser les habitants meurtris et dénigrés de Baltimore, et constituent un véritable hommage rendu à la vie et à l’héritage de Freddie Gray ». Lire la suite

Dans les eaux glacées de l’indifférence

Je passe quelques mois chaque année, par obligation familiale, à Menton, la ville jumelle de Vintimille, du côté français. Cela me donne tout loisir d’observer la façon dont, au fil de ces dernières années, la politique du rejet des migrants érigée en dogme pouvait transformer un petit pays qui fut longtemps, avant d’être voué au tourisme de masse, une niche écologique, un site unique d’une grande beauté, en un des lieux les plus moralement abjects qui soit. Insupportable y est en effet, pour quiconque demeure un tant soit peu sensible au motif de l’intolérable, dans sa dimension morale comme politique, la coexistence de ce qui s’y exhibe et s’y étale – l’aisance insouciante des riches retraités, le nomadisme consumériste des touristes, l’activisme tapageur des marchands et des promoteurs, toute cette vulgaire arrogance de patriciens et de parvenus d’un côté, et de l’autre, cette humanité furtive qui tente de s’y faufiler, envers et contre tout – les migrants qui, jour après jour, franchissent la frontière au compte-goutte pour tomber dans les nasses de la PAF et se faire refouler du côté italien. Lire la suite