Archives de Catégorie: Travail

Introduction au livre de Bruno Deporcq : Clic-P. L’intersyndicale qui fait trembler les enseignes

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

« C’est une vaste critique de toutes les pseudo-évidences sur lesquelles se fondent nos politiques publiques qu’il nous faut engager », Dominique Méda, Le Monde, 2019.

« Faire parler les plus faibles autant qu’ils écoutent et obliger les puissants à écouter autant qu’ils parlent est une méthode simple et efficace pour susciter le changement », Gloria Steinem, Ma vie sur la route, 2019.

En 2010 se crée le Comité de liaison intersyndical du commerce parisien, le Clic-P, une intersyndicale qui réunit six syndicats du commerce parisien, déterminés à faire face à l’offensive des grandes enseignes de la distribution qui se sont donné pour objectif de généraliser l’ouverture des magasins le dimanche et en horaires de nuit. Lire la suite

Féminisme, travail, syndicalisme

« Les syndicats veulent voir les femmes libres, indépendantes, fières, capables de prendre position dans la bataille sociale non en auxiliaire mais en égales, en collaboration, en vue de l’émancipation intégrale » La Bataille syndicaliste, 1913, citée par Maryse Dumas

« les femmes ne constituent pas une catégorie homogène, elles constituent la moitié de l’humanité et bientôt la moitié du salariat ; leurs aspirations sont multiples, liées aussi à leur place diverse dans les différentes catégories de salariés » Maryse Dumas

« le travail n’est pas seulement le lieu principal de la domination, il est aussi le lieu de solidarité et de coopération, de socialisation » Danièle Kergoat citée par Rachel Silvera

« Les chiffres sont les mêmes depuis des années : les femmes gagnent moins que les hommes – un quart en moins, en moyenne » Rachel Silvera

« Face au chômage durable et de masse, le choix des gouvernements successifs a été fait de se servir du travail des femmes comme variable d’justement par le temps partiel et la précarité, plutôt que par la réduction du temps de travail pour tous et toutes » Rachel Silvera

« L’objectif n’est pas de s’aligner sur un modèle masculin mais bien de transformer la société » Sophie Binet

« La mise en opposition des rapports sociaux de sexe et de classe ou l’oubli des uns au profit des autres sert traditionnellement à neutraliser le combat féministe en la coupant du mouvement social » Sophie Binet

« Confier des responsabilités aux militant-e-s qui se dégagent « naturellement » est à la fois discriminant pour les femmes et dangereux pour le syndicat » Sophie Binet Lire la suite

Convention (n° 190) sur la violence et le harcèlement, 2019

Préambule

La Conférence générale de l’Organisation internationale du Travail,

Convoquée à Genève par le Conseil d’administration du Bureau international du Travail, et s’y étant réunie le 10 juin 2019, en sa cent huitième session (session du centenaire) ;

Rappelant que la Déclaration de Philadelphie affirme que tous les êtres humains, quels que soient leur race, leur croyance ou leur sexe, ont le droit de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel dans la liberté et la dignité, dans la sécurité économique et avec des chances égales ;

Réaffirmant la pertinence des conventions fondamentales de l’Organisation internationale du Travail ;

Rappelant d’autres instruments internationaux pertinents tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille et la Convention relative aux droits des personnes handicapées ;

Reconnaissant le droit de toute personne à un monde du travail exempt de violence et de harcèlement, y compris de violence et de harcèlement fondés sur le genre ;

Reconnaissant que la violence et le harcèlement dans le monde du travail peuvent constituer une violation des droits humains ou une atteinte à ces droits, et que la violence et le harcèlement mettent en péril l’égalité des chances et sont inacceptables et incompatibles avec le travail décent ; Lire la suite

Le retour de la journée de travail au coeur de la question sociale du XXIe siècle

« Le monde du travail connaît des transformations profondes. Au-delà de la nostalgie d’un passé excessivement idéalisé ou de la dénonciation d’un présent qui serait marqué par des formes d’exploitation d’une violence inédite, il importe d’en poser un diagnostic précis et nuancé ». Dans sa préface, preface-de-jean-michel-bonvin-au-livre-nicola-cianferoni-travailler-dans-la-grande-distribution-la-journee-de-travail-va-t-elle-redevenir-une-question-sociale/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Seismo, Jean-Michel Bonvin présente l’enquête de terrain de Nicola Cianferoni dans le secteur de la grande distribution. Il aborde, entre autres, l’intensification du travail, l’exigence accrue de disponibilité qui vient brouiller les frontières spatio-temporelles entre travail et non-travail, la déqualification du travail, la « norme temporelle néo-libérale », la consubstantialité des rapports sociaux, le point de vue situé, la figure du chercheur militant, « La norme temporelle néo-libérale n’est pas présentée comme une fatalité, au contraire elle résulte de rapports de force mouvants qui peuvent la remettre en question ou la renforcer », l’illusion de la prétention à la neutralité, la mise de la connaissance « au service d’un engagement citoyen en faveur d’un monde du travail plus juste et plus respectueux de la dignité des personnes », l’exigence de rigueur analytique… Lire la suite

Préface de Jean-Michel Bonvin au livre Nicola Cianferoni : Travailler dans la grande distribution. La journée de travail va-t-elle redevenir une question sociale ?

Avec l’aimable autorisation des Editions Seismo

Le monde du travail connaît des transformations profondes. Au-delà de la nostalgie d’un passé excessivement idéalisé ou de la dénonciation d’un présent qui serait marqué par des formes d’exploitation d’une violence inédite, il importe d’en poser un diagnostic précis et nuancé. Le livre de Nicola Cianferoni y contribue puissamment, en s’appuyant sur une enquête de terrain de grande envergure dans le secteur de la grande distribution. Il met ainsi en lumière trois enjeux qui permettent de mieux comprendre les ressorts sous-jacents aux métamorphoses du monde du travail contemporain et leurs implications : l’intensification du travail qui résulte de la pression à la performance et de l’augmentation de la concurrence dans ce secteur ; l’exigence accrue de disponibilité qui vient brouiller les frontières spatio-temporelles entre travail et non-travail ; la déqualification du travail qui découle de l’automatisation de la production et menace l’existence même de certains métiers de la grande distribution. Ces phénomènes sont déjà bien documentés dans la littérature scientifique, mais le livre de Nicola Cianferoni amène un éclairage original et important sous trois angles complémentaires. Lire la suite

Autres scénarios possibles contre le techno-déterministe de l’« avenir du travail »

Dans son introduction, introduction-le-sens-dessus-dessous-de-l-avenir-du-travail-vu-du-sud/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Cédric Leterme aborde la question de l’« avenir du travail » et sa focalisation « sous l’angle étroit des conséquences (réelles ou supposées) des évolutions technologiques actuelles sur le travail ». Il interroge : « Qu’est-ce qui pousse ainsi et quasiment en même temps la Banque mondiale, l’OCDE, le G20 ou encore le FMI, pour n’en citer que quelques-uns, à se pencher sur l’avenir du travail dans des termes si étrangement similaires ? ». Des organismes souvent , pour ne pas dire toujours, peu favorable aux travailleuses et aux travailleurs, à leurs droits collectifs et individuels. Lire la suite

Introduction : Le sens dessus dessous de l’« avenir du travail » vu du Sud

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Cet ouvrage est né d’un constat et de plusieurs intuitions. Le constat porte sur la multiplication ces dernières années des projets et autres initiatives consacrées à The Future of Work (L’avenir du travail). Presque tout ce que la planète compte d’organisations internationales, de think tanks, d’institutions universitaires ou encore de cabinets de consultance s’est penché sur la question, dans une forme ou une autre, au cours des trois ou quatre dernières années. Signe de cet engouement, en 2017, l’expression « the future of work » figurait même parmi les expressions les plus recherchées sur le moteur de recherche Google. Lire la suite