Archives de Catégorie: Travail

Préface de Jean-Michel Bonvin au livre Nicola Cianferoni : Travailler dans la grande distribution. La journée de travail va-t-elle redevenir une question sociale ?

Avec l’aimable autorisation des Editions Seismo

Le monde du travail connaît des transformations profondes. Au-delà de la nostalgie d’un passé excessivement idéalisé ou de la dénonciation d’un présent qui serait marqué par des formes d’exploitation d’une violence inédite, il importe d’en poser un diagnostic précis et nuancé. Le livre de Nicola Cianferoni y contribue puissamment, en s’appuyant sur une enquête de terrain de grande envergure dans le secteur de la grande distribution. Il met ainsi en lumière trois enjeux qui permettent de mieux comprendre les ressorts sous-jacents aux métamorphoses du monde du travail contemporain et leurs implications : l’intensification du travail qui résulte de la pression à la performance et de l’augmentation de la concurrence dans ce secteur ; l’exigence accrue de disponibilité qui vient brouiller les frontières spatio-temporelles entre travail et non-travail ; la déqualification du travail qui découle de l’automatisation de la production et menace l’existence même de certains métiers de la grande distribution. Ces phénomènes sont déjà bien documentés dans la littérature scientifique, mais le livre de Nicola Cianferoni amène un éclairage original et important sous trois angles complémentaires. Lire la suite

Autres scénarios possibles contre le techno-déterministe de l’« avenir du travail »

Dans son introduction, introduction-le-sens-dessus-dessous-de-l-avenir-du-travail-vu-du-sud/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Cédric Leterme aborde la question de l’« avenir du travail » et sa focalisation « sous l’angle étroit des conséquences (réelles ou supposées) des évolutions technologiques actuelles sur le travail ». Il interroge : « Qu’est-ce qui pousse ainsi et quasiment en même temps la Banque mondiale, l’OCDE, le G20 ou encore le FMI, pour n’en citer que quelques-uns, à se pencher sur l’avenir du travail dans des termes si étrangement similaires ? ». Des organismes souvent , pour ne pas dire toujours, peu favorable aux travailleuses et aux travailleurs, à leurs droits collectifs et individuels. Lire la suite

Introduction : Le sens dessus dessous de l’« avenir du travail » vu du Sud

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Cet ouvrage est né d’un constat et de plusieurs intuitions. Le constat porte sur la multiplication ces dernières années des projets et autres initiatives consacrées à The Future of Work (L’avenir du travail). Presque tout ce que la planète compte d’organisations internationales, de think tanks, d’institutions universitaires ou encore de cabinets de consultance s’est penché sur la question, dans une forme ou une autre, au cours des trois ou quatre dernières années. Signe de cet engouement, en 2017, l’expression « the future of work » figurait même parmi les expressions les plus recherchées sur le moteur de recherche Google. Lire la suite

Editeurs avec les sans-papiers de Chronopost

Nous, éditeurs et éditrices, sommes des usagers réguliers de la Poste, et notamment de Chronopost. Nous envoyons de nombreux livres par la voie postale. Depuis plusieurs années, nous avons constaté et subi la dégradation de la qualité de ce service public. Cette régression s’est notamment manifestée, et nous en sommes témoins, par la détérioration des conditions de travail des employé.es de tous les services de la Poste, ce qui a aussi pour conséquence de nuire à la qualité des services rendus.

Aujourd’hui, nous voyons que la Poste sous-traite une partie de ses activités à des entreprises qui « emploient » des sans-papiers, exploité.es et méprisé.es ; c’est une pratique courante, et l’État actionnaire principal de la Poste – couvre cette forme de travail indigne. Lire la suite

Contre la logistique de l’exploitation

Rencontre de la Plateforme vers une grève sociale transnationale (TSS Platform) les 23-24 et 25 novembre à Stockholm

80 participantes et participants de 14 pays d’Europe, représentants des collectifs, groupes et syndicats, dont, parmi les syndicats et les associations de travailleurs et travailleuses, SAC (Suède), Hamn4an (syndicat des dockers suédois), OZZ-IP (Pologne), CGT (section Amazon, Etat espagnol), FAU (syndicat des coursières et coursiers, Allemagne), Si Cobas (Bologne, Milan, Turin et Naples), ADL Cobas (Padoue, Italie), Ertoba 2013 (métro de Tbilissi, Géorgie), MOV (syndicat de Volskwagen, Slovaquie), ARS (Bulgarie), Solidarity Network- Workers Center (Tbilissi, Géorgie), IWW (branche de Londres), VIOME (Thessalonique, Grèce), Central European Organizing Center (République Tchèque) et Solidaires (dont un camarade Sud Commerce de l’entrepôt Amazon de Saran). Lire la suite

Résistance à l’ordre et au désordre industriel

Dans sa préface, preface-de-xavier-vigna-a-louvrage-robert-kosmann-sorti-dusines-la-perruque-un-travail-detourne-et-avertissement-de-lauteur/publiée avec l’aimable autorisation des editions SyllepseXavier Vigna indique, entre autres, que « la perruque, c’est du travail détourné et donc aussi des astuces, un savoir-faire, des mains qui œuvrent et manipulent des outils toujours plus perfectionnés », qu’il y lit « une revendication de respectabilité où l’ouvrier peut se faire artisan voire compagnon en train de réaliser son chef-d’œuvre ». Il parle aussi de solidarité, de connivence, d’« économie morale » du travail ouvrier, d’inventions, de « résistance à l’ordre usinier », de complexité, « je pense notamment à la question complexe de l’articulation entre perruque et sabotage ; à celle des pensées ouvrières sur le travail ; à celle de la qualification du travail et des classifications, etc. ». Il souligne aussi que Robert Kosmann déplie un sujet en son entier… Lire la suite

Préface de Xavier Vigna à l’ouvrage Robert Kosmann : Sorti d’usines. La « perruque » un travail détourné et Avertissement de l’auteur

Avec l’aimable autorisation des editions Syllepse

Un livre, c’est la rencontre, fortuite ou nécessaire, entre un auteur et un sujet. Dans le cas qui nous occupe, je veux croire qu’il s’agit d’une rencontre nécessaire, tant Robert Kosmann correspond à son sujet, tant il l’a connu et travaillé, tant ce livre marque un aboutissement. Lire la suite