Archives de Catégorie: Santé, médecine…

Communiqué du Collectif Brevets sur les vaccins, stop. Réquisition ! 

Visuel 13-14-10-21

10 000 morts par jour en moyenne depuis le refus de lever les brevets sur les vaccins anti-covid !

Honte à Macron, Honte à l’Union Européenne, Honte aux brevets de Big Pharma !

Nous serons à Genève le 13 octobre pour la réunion de l’OMC !

Les grandes sociétés de la pharmacie ont pris en otage les populations des pays à faible et moyen revenus, en réservant leurs livraisons, au prix fort, aux pays les plus solvables. La pandémie continue son œuvre de mort. Et cela favorise l’apparition de variants plus contagieux.

Depuis le 2 octobre 2020, jour où l’Afrique du Sud et l’Inde ont demandé la levée des brevets à l’OMC, qui leur a été refusée par Macron et l’Union Européenne, ce sont en moyenne 10 000 morts par jour qui sont décédés du Covid 19 (source Our World in Data) !  Lire la suite

Pour la levée des brevets sur les vaccins anti-covid, mobilisons-nous ensemble lors de la réunion de l’OMC et du G20 

Le conseil des Adpic de l’OMC se réunit les 13 et 14 octobre à Genève. Le G20 se réunit à Rome les 30 et 31 octobre. Saisissons-nous de ces dates pour faire monter l’exigence de la levée des brevets, des transferts de technologie, pour une vaccination universelle, immédiate et gratuite, bâtie avec les populations, notamment les plus précaires, associée à des investissements massifs dans les systèmes de santé publique, et la promotion des gestes barrières.

Nous nous adressons à toutes les organisations, françaises et internationales, démocratiques, syndicales, les pétitions (Stop brevets, Initiative citoyenne européenne, Appel international du CADTM…), les tribunes, les citoyens, pour préparer des initiatives de mobilisation unitaire autour de ces dates. Nous vous soumettons d’ailleurs ce texte qui peut servir de base à ces mobilisations. Nous voulons obliger l’OMC, le G20 à entendre nos exigences, et souhaitons vous proposer de constituer une délégation pour une demande de rendez-vous que nous adressons à l’OMS, l’OMC et au G20. Nous communiquerons largement ensemble sur ces initiatives, qui ne peuvent se faire que sur la base d’une mobilisation qu’il faut construire ! Lire la suite

Le droit de conscience et le refus de soigner, quelle est la différence ?

À chacune des élections fédérales, une question des plus pertinentes finit par être posée au chef du Parti conservateur – mais non seulement –, soit s’il peut garantir qu’il ne rouvrira pas le débat sur l’avortement s’il est élu. Voilà qu’en ce début de campagne, la question vient d’être posée, et avec insistance, par plusieurs journalistes. C’est que le chef conservateur, Erin O’Toole, promet dans son programme électoral en ce qui concerne l’avortement et l’aide médicale à mourir de défendre le droit de conscience « des hommes et des femmes admirables qui travaillent dans notre système de santé » en leur permettant de refuser de prodiguer des soins pour lesquels ils s’opposent à cause de convictions morales ou religieuses. Lire la suite

Lettre des Philippines – Face à la pandémie Covid et au variant Delta, nous voilà obligés d’organiser nous-mêmes notre protection et celle de nos communautés

Comme ailleurs, le variant Delta est devenu dominant aux Philippines, provoquant une nouvelle vague de contaminations, plus grave que la précédente. Malgré cela, la présidence Duterte se comporte comme si l’épidémie était déjà derrière nous. Le projet de budget, actuellement en discussion législative, ne prévoit aucune mesure financière en faveur du personnel soignant, qui a pourtant payé un lourd tribut dans son combat de première ligne contre Covid-19. Nombreux sont celles et ceux qui sont mortes, qui sont tombées malades et, épuisées, ont démissionné, ou ont émigré. Dans bien des provinces, les soignant.es sont descendus dans la rue pour exiger notamment des primes de risque et des allocations permettant de couvrir leurs frais de déplacement, logement, transport… Lire la suite

La sortie de crise et le retour vers la vie normale passeront par la vaccination du plus grand nombre (plus autre texte)

MÉMOIRE Obligation de vaccination-26 août 2021-PM

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) donne sa position sur la vaccination :

« Les signaux d’une quatrième vague de COVID-19, propulsée cette fois-ci par le variant Delta, se multiplient au Québec. Au regard de l’évolution de la situation épidémiologique au Québec au cours des 18 derniers mois, ainsi que de la transmission et de la virulence accrues de ce nouveau variant, l’APTS s’inquiète bien entendu des coûts humains et sociaux que cela laisse présager.

En ce sens, et compte tenu de l’efficacité avérée des vaccins à ARNm et à vecteur viral tant pour prévenir les infections symptomatiques que les hospitalisations, la position de notre organisation est et a toujours été claire : la sortie de crise et le retour vers la vie normale passeront par la vaccination du plus grand nombre. L’APTS est d’ailleurs d’autant plus convaincue de ce fait que ses membres, sursollicité·e·s depuis le début de la pandémie, sont parmi les premier·ère·s à faire les frais directs et indirects de la crise, elle-même exacerbée par l’état exsangue du réseau public de la santé et des services sociaux (RSSS). C’est pourquoi l’APTS continue d’encourager la vaccination, y compris parmi ses membres. Lire la suite

Sur mon carnet de bal, j’écris ton nom

sur mon carnet santé 

sur la pancarte que tu brandis 

sur celle de mon lit d’hôpital 

j’écris ton nom

 

sur les postillons que j’exhale

sur toutes tes banderoles

sur les centres de vaccination que tu souilles

j’écris ton nom

 

sur tous les qr-codes

sur mon fauteuil étincelant 

sur tes informations bidons

j’écris ton nom Lire la suite

Luc Reinette : En mon âme et conscience

Assis au chevet de ma mère âgée de 102 ans, placée sous oxygène depuis plus d’un an pour raisons de santé, mais forte de toutes ses facultés en dehors de la marche, nous regardions ensemble sur l’écran de télévision le reportage sidérant réalisé dans les coulisses des Urgences et de la Réanimation du CHU, lorsque soudain elle me posa cette question : « Et tu ne dis rien ? »

Je lui expliquai que j’étais un simple militant et que l’Organisation à laquelle j’appartiens (FKNG) s’était déjà exprimée, qu’elle avait adopté une position de neutralité vis-à-vis du vaccin, mais avait demandé aux Guadeloupéens, de par leur condition de colonisés, d’exercer leur droit à la souveraineté pour sortir du cadre français, car dans ces moments exceptionnels que nous vivons et face à l’obligation vaccinale et à l’application chez nous du Pass sanitaire, il n’y avait pas d’autre choix que de se soumettre ou se démettre.

« Ce n’est pas suffisant, me répondit-elle, et tu le sais bien. C’est sur la base d’analyses et de convictions que tu as prôné l’Indépendance de la Guadeloupe depuis l’âge de 12 ans et c’est sur la base de ces mêmes convictions et de ton idéal de liberté que tu t’exprimes et agis encore aujourd’hui.

Comme moi aux premiers jours et toi depuis avril 2021 je crois, tu es vacciné, et tu l’as fait en toute conscience et en toute indépendance»

Certes, lui ai-je répondu, mais que vaut ma parole, ma parole à moi qui ne suis pas médecin, dans le climat délétère actuel où les Guadeloupéens s’affrontent sans merci dans un contexte qui frôle l’hystérie qui voit des menaces – y compris physiques – fuser de toutes parts ? Et d’ailleurs qui attend ma parole ?

Malicieusement elle me répondit : « Il y a déjà pour commencer l’une de mes infirmières, qui prétend ne pas être seule à le penser, et qui me demande jour après jour devant la catastrophe qui nous frappe et les pertes humaines qui s’accumulent : pourquoi votre fils Luc ne dit rien ? »

« La haine insensée et irrationnelle qui caractérise actuellement les relations entre Guadeloupéens, et les fakes-news qui abreuvent les réseaux sociaux (souvent reprises par des personnes à priori intelligentes) ont alors convoqué dans mon esprit deux tragédies humaines qui me hantent encore. » Lire la suite

Covid-19 : manifeste pour une expertise féministe de la santé

couverture-1re-Palmieri

Dans le cadre de l’événement 10days4ideas à Bruxelles, j’ai le plaisir d’intervenir le 1er septembre 2021 dans un atelier organisé par Peggy Pierrot et intitulé « COVID-19, pour en finir avec la sidération ». L’échange avec les autres invité·es permettra de présenter mon dernier livre, « La douleur impensée : autopsie féministe de la fibromyalgie, une “maladie de femmes” », chez M Éditeur. Il sort en librairie au Québec le 1er septembre et le 22 octobre en Europe (en prévente d’ores-et-déjà sur les plateformes de vente en ligne). L’autobiographie, forte à propos, chute sur un manifeste féministe prônant les savoirs des femmes malades, davantage porteuses d’expertise sur le soin que seules destinataires de politiques sanitaires. Cette conclusion vient compléter des analyses du contexte où se situe le parcours de la combattante dont j’ai l’expérience. Le parcours comme les analyses mettent en lumière la hiérarchisation des pathologies, la réquisition du vivant par les « mâles dominants » et l’agnotologie de genre qui vertèbre les professions de la santé. Lire la suite

Vaccins et manifestations

  • Lorenzo Battisti (CGT Banque Assurance) : La CGT et les manifestations contre le Pass Sanitaire
  • Jean-Claude Mamet : Syndicats et vaccination : l’hésitation de l’obligation

et aussi

  • Sud éducation : Pour la vaccination, contre l’extrême-droite

  • Union syndicale Solidaires : Vaincre le virus, préserver nos droits et libertés, changer le système

  • La quadrature du net : Passe sanitaire: quelle surveillance redouter ?
  • Non, MACRON ne mange pas les petits enfants !

  • Guadeloupe. Covid : « L’UPLG lance un appel solennel au peuple guadeloupéen… »

  • Anti passe sanitaire : l’extrême-droite comme un poison dans l’eau

Voici deux contributions individuelles au débat très vif sur les manifestations, les vaccins et le passe sanitaire. Le premier article décrit ce qui se passe en Italie et critique la notion de « liberté » détournée. Le deuxième commente « l’hésitation » syndicale devant l’obligation vaccinale en France.  Lire la suite

Merdications du 15 août

Je me suis laissé dire par un ami qui s’y connaît et qui est digne de foi que la Terre était, peut être, plate. Il était sûr de rien, mais il se demandait pourquoi il y avait pas de débat contradictoire. Bon, moi je sais pas, je suis pas astrologue. Mais j’ai un ami qui s’y connaît et qui est digne de foi qui en connaît un qui est indépendant. Même sur CNews ils l’ont pas invité, c’est dire.

Je me suis laissé dire par un ami qui s’y connaît et qui est digne de foi que la preuve de la rondeur de la Terre est une invention de l’Agence spatiale qui a intérêt à le dire sinon qui croirait qu’elle envoie des satellites. Même la météo ils savent pas la prévoir. Pareil pour la NASA, mais on peut pas faire confiance aux Ricains, non ? De toute façon, ce sont pas vraiment des organisme indépendants. Et ce n’est pas un hasard. Lire la suite

La pandémie Covid-19. « Leurs incohérences et les nôtres »

Depuis son déclenchement fin 2019, la pandémie de Covid-19 a donné lieu à une gestion d’apparence désordonnée, voire chaotique, de la part de l’ensemble des gouvernements, quelles qu’aient été leurs options, d’ailleurs changeantes, en la matière. Cette allure est généralement mise sur le compte, selon le cas, de leur inexpérience, de leur amateurisme, de leur imprévoyance, de leur incurie voire de leur cynisme, tous facteurs qui se sont en effet conjugués à des degrés divers la plupart du temps. Cependant, la généralité même de cette situation conduit à soupçonner la présence de facteurs plus structurels : quelques solides contradictions dont les racines plongent au cœur des rapports capitalistes de production [1]. Lire la suite

Alerte et appel à une action progressiste et sociale contre la pandémie Covid (et autres textes)

Ni Covid ni Macron.
Pandémie et politique de santé publique en France

L’incurie du gouvernement en matière sanitaire et ses méthodes autoritaires suscitent dans une part croissante de la population une méfiance grandissante et une opposition frontale. Celle-ci s’incarne dans d’importantes manifestations contre le passe sanitaire et les menaces qu’il fait peser sur les salarié-es et les plus précaires. 

Contre l’autoritarisme de ces méthodes, cet article de Léon Crémieux revient sur la nécessité d’une généralisation de la vaccination et les moyens pour la mettre en œuvre, tout en soulignant les liens entre le capitalisme et cette pandémie – comme hélas probablement celles à venir… La situation exige une politique claire fondée sur une émancipation par rapport à la logique des intérêts privés et du profit illimité. Lire la suite

Politique sanitaire, vaccins, pass sanitaire… (quelques textes)

 

Pourquoi je me suis fait vacciner contre la Covid-19
par Marc Zaffran/Martin Winckler

En des temps où les inquiétudes vis-à-vis des vaccins (et pas seulement) vont bon train, et où les gouvernements ont parfois (suivez mon regard) des discours au moins incohérents, au pire totalitaires, je me permets de dire ici pourquoi, en tant que citoyen, je me fais vacciner – et en particulier, tout récemment, contre la Covid-19. 

Important (1) : si vous faites partie des personnes qui contestent la réalité de la pandémie de Covid-19, je ne discuterai pas votre opinion et cet article n’est pas fait pour vous.

Important (2) : Je vis à Montréal (Québec) et j’ai bénéficié de l’organisation communautaire de santé. Je suis allé me faire vacciner dans un centre municipal près de chez moi, à la date indiquée par le site ClicSanté quand je me suis inscrit.  Lire la suite

Tropiques toxiques, le scandale

tropiques-toxiques-5739c

Dans cette bande-dessinée dense et extrêmement bien documentée, l’autrice Jessica Oublié nous emmène sur les traces du chlordécone, un pesticide massivement utilisé dans la culture de la banane de 1972 à 1993, et démontre point par point en quoi cette pollution relève, aux Antilles, d’un scandale d’État. Alors que la toxicité de cette molécule était connue et documentée dès les années 1970, elle a malgré tout été épandue pendant 22 ans, entraînant une pollution des sols pour des centaines d’années et une contamination de 65% des cours d’eau. Conséquence : toute l’alimentation produite sur ces sols est possiblement toxique (selon les zones et le type d’aliments, à des degrés variables), que ce soient les poissons, le bétail, les légumes, et à ce jour 9 personnes sur 10 ont des traces de chlordécone dans le sang. L’existence de cette pollution ne fait aujourd’hui plus aucun doute, pourtant, l’Etat refuse de lui reconnaître un lien de causalité avec la santé des Antillais.es et prend ce prétexte pour retarder une réelle prise en charge du problème, comme si la pollution n’était problématique que si elle était visiblement et directement mortelle. Hélas, comme l’explique la bande-dessinée, avant que le scandale sanitaire advienne enfin, et avec lui des mesures d’indemnisation pour les victimes et le jugement des personnes responsables, il faut « être patients et apprendre à compter les morts ». Lire la suite

Décider d’agir ensemble pour ne pas subir

sans-titre

L’hôpital public est malade.

« Nous avons écrit ce manifeste dans un élan de résistance vital, un entre-deux, en attendant de nous retrouver à Marseille, là où nous avons choisi de tenir notre seconde rencontre publique « en chair et en os », depuis que nous avons lancé notre Appel à la tenue d’Ateliers pour la refondation du service public hospitalier. Cet Appel a été initié à l’orée de l’été 2020 par cinq collectifs : le Collectif Inter-Urgences, les Économistes atterrés, le Collectif Inter-hôpitaux, le Printemps de la psychiatrie, les Ateliers travail et démocratie. Il a été suivi par de nombreux collectifs et signataires individuels.

Nous avons lancé notre Appel au moment où le «Ségur de la santé » s’achevait sur une note très amère. Nous souhaitions alors engager une réflexion collective sous forme d’ateliers ouverts à toutes et tous, pour recueillir la parole de celles et ceux qui ont traversé la crise sanitaire, soignant·es, soigné·es, usager·es et à partir de cette parole travailler ensemble à la refondation du service public hospitalier avec deux principales préoccupations : investir la question des collectifs de soin et à partir d’eux réfléchir à des formes de gouvernance fondées sur le soin, plus autonomes, plus horizontales et démocratiques. »

En introduction, Fabienne Orsi parle d’urgence, de sortir l’hôpital de ses murs, de réflexion collective, d’affaire commune, de réappropriation collective… Lire la suite

Création d’un réseau de résistance internationale des soignant.es !

26d41471703f661ff5f2e3a264ffc0

Le 29 mai 2021, plus de 6  collectifs, associations et syndicats se sont mobilisés internationalement, pour défendre un accès égalitaire et équitable à la santé. Cette date marque le point d’orgue d’un ensemble de mobilisations du secteur de la santé organisées dans plusieurs pays.

Plusieurs organisations québécoises ont joint leurs voix à ce réseau de résistance internationale : Association Québécoises des Infirmières et Infirmiers (AQII), Travailleurs et Travailleuses Progressistes de l’Éducation (TTPE), Auxiliaires Santé Services Sociaux (ASSS), Coalition Féministe des Métiers du soin, Mob Services Publics, Conseil Central du Montréal Métropolitain CSN, Regroupement RÉCIFS, Coalition Main Rouge opposée à la tarification et à la privatisation des services publics et Regroupement des Sage-Femmes du Québec (RSFQ). Lire la suite

Mettons fin au système de brevets privés ! Pour une industrie pharmaceutique sous contrôle social et un système de vaccination public, universel et gratuit

arton19824-89c3a

Grâce à un énorme effort scientifique basé sur une collaboration internationale et des sommes historiques d’argent public, l’humanité a pu développer plusieurs vaccins efficaces contre la COVID-19 en moins d’un an.

Toutefois, cette grande réussite pourrait être totalement éclipsée par la cupidité de l’industrie pharmaceutique. Dans une situation aussi critique que celle que nous vivons, le caractère exceptionnel des mesures exigées de la majorité de la population doit également s’appliquer à l’industrie pharmaceutique privée et à sa soif permanente de profit. La suspension des brevets liés au Covid-19 doit être une priorité et une première étape. Lire la suite

Appel à la mobilisation internationale de la santé

Diagnostic

Depuis des années, le financement des systèmes de santé en Europe n’est plus à la hauteur des besoins de santé de la population (que ce soit au niveau préventif, curatif ou palliatif). Les normes budgétaires et le prétexte du remboursement de la dette publique poussent au sous- investissement de nos systèmes de soins. Considérée comme « non rentable », la santé est devenue une variable d’ajustement. Ces coupes budgétaires successives ont un impact direct sur le bien-être des travailleurs et travailleuses du secteur et sur la qualité des services. Partout, la marchandisation et la privatisation de la santé gagne du terrain, le plus souvent sous la forme de la sous-traitance, ce qui empire encore la situation. Lire la suite

Pandémie et santé mentale. Quelques réflexions à propos du « corona-blues »

6b6340f607de3e1efa4799a3eed49adbLa pandémie représente un évènement exceptionnel qui bouscule chacun dans son rapport au monde et à l’existence. Les mesures de confinement visant à endiguer les contaminations rajoutent une dimension coercitive aux sentiments d’effroi et de peur que la plupart des personnes ont éprouvé au cours de l’année écoulée.

Depuis l’automne 2020, les psychologues sonnent l’alerte à propos de la santé mentale. En novembre, la Fondation Jean Jaurès publie les résultats alarmistes d’un sondage réalisé par l’institut IFOP [1]. Fin janvier, Emmanuel Macron refusait un troisième confinement en évoquant comme raison parmi d’autres la nécessité de préserver la santé mentale de la population. Au mois de mars, le ministre de la santé Olivier Véran exprimait ses craintes à propos d’une « quatrième vague de dépressions ».

Le vécu de cette pandémie a transformé la santé mentale en question sociale à part entière. Auparavant, il n’y avait guère que la psycho-dynamique du travail pour appréhender le bien-être psychique dans ses dimensions collectives [2]. Lire la suite

Pandémie, capitalisme et climat 

Merci à Jean-Luc pour avoir signalé cette conférence

Daniel Tanuro est agronome, militant écosocialiste en Belgique, auteur (notamment) de L’impossible capitalisme vert (La Découverte) et de nombreux articles pour Contretemps. Le 3 avril dernier il donnait une conférence (confinée) sur les enjeux politiques qui se nouent actuellement entre crise du coronavirus et crise climatique. On peut retrouver la vidéo de cette conférence ici, dont nous présentons une retranscription ci-dessous.

Cette pandémie est un véritable événement avec un E majuscule, un événement historique : il y aura un avant et un après à l’échelle mondiale, pas tellement par rapport au nombre de victimes, même s’il est important, il est tout de même nettement inférieur à celui de la grippe « espagnole » après la première guerre mondiale qui avait causé plus de 20 millions de morts, on en est heureusement loin aujourd’hui.

Ce qui donne à l’événement une portée historique c’est que la machine capitaliste à profits est quasiment arrêtée à l’échelle mondiale, parce qu’il y a une petite chose qui n’est même pas un animal, qui est un virus, à peine une forme du vivant, qui détraque toute la machine et qui menace la santé des gens. Il faut donc protéger la vie, il faut protéger les malades, il faut les soigner, il faut protéger aussi la main d’œuvre pour l’économie capitaliste. Et cette crise très profonde intervient dans un contexte particulier : elle intervient au moment où le capitalisme avait commencé une récession, depuis déjà 2019. Cette récession avait commencé et la pandémie l’amplifie de façon absolument extraordinaire. Un point important est que cette situation déplace le focus médiatique et politique : en temps normal de quoi nous parle-t-on ? On nous parle de la croissance du PIB, de la balance des paiements, on nous parle de l’inflation, du taux de change, des taux d’intérêt, etc., tous ces indicateurs abstraits de l’accumulation du profit capitaliste, de l’accumulation de valeur abstraite… Et aujourd’hui à la faveur de cette pandémie le focus est tout à fait différent : l’attention politique et médiatique est complètement focalisée sur le travail des infirmiers, des infirmières, leur surcharge de travail, sur les malades qui meurent, ceux qui guérissent, sur le travail des éboueurs ou du personnel dans les magasins d’alimentation, le sort des personnes confinées, des non-confinés, etc. Lire la suite