Archives de Catégorie: Santé, médecine…

Covid et santé publique. « Nous avons besoin d’un vaccin social ! »

Entretien avec Joan Benach

Joan Benach, professeur de sociologie au département des sciences politiques et sociales de l’université Pompeu Fabra de Barcelone, a publié de nombreuses études et ouvrages sur la « commercialisation de la santé » comme sur les politiques de santé publique. A l’occasion de cet entretien il développe ses idées et options à la « lumière » ou à l’« ombre » de la pandémie du Covid-19.

Quelles sont les causes fondamentales de la santé ? Pourquoi tombons-nous malades et pourquoi les inégalités se créent-elles ?

Les causes fondamentales qui déterminent la santé d’une population ne sont pas, comme beaucoup le pensent, la biologie et la génétique, les « modes de vie » ou les soins sociaux et de santé, mais des causes sociales. Pourquoi ? Parce que les facteurs biologiques et génétiques sont presque toujours « activés » ou non en fonction de l’environnement, parce que les comportements associés à la santé, comme les habitudes alimentaires ou le tabagisme, sont conditionnés par la famille et l’environnement social. Et parce que les soins de santé, bien qu’étant un service fondamental lorsque nous tombons malades, contribuent relativement peu à la santé de la population et dépendent également de facteurs sociopolitiques. Lire la suite

Vaccination, droits de la santé et travail des femmes dans la pandémie

Le 7 avril, Journée Mondiale de la Santé, nous avons recueilli les messages de trois militantes féministes de différentes régions du monde sur la lutte pour le droit à la santé, la bataille contre la pandémie et les effets de cette crise sur la vie des femmes, en particulier des femmes noires. Talitha Demenjour (Brésil), Julie Maenaut (Belgique) et Wilhelmina Trout (Afrique du Sud) ont montré comment la lutte pour le droit à la santé est liée à la lutte contre le néolibéralisme et contre la privatisation des services publics. La course transnationale et capitaliste aux brevets et l’inégalité colonialiste de l’accès aux vaccins ont un impact profond sur la vie des femmes, en particulier dans les pays du Sud.
Les réponses féministes et populaires à la pandémie passent par la valorisation des systèmes de santé publique, la distribution et la production justes de vaccins, et la réorganisation du travail qui pèse sur les femmes et soutient la vie.

Lire la suite

Des vaccins et une santé publique gratuite pour toutes et tous, partout dans le monde !

MANIFESTE MONDIAL POUR LA VIE. Déclaration de la journée internationale de lutte anti-impérialiste

La pandémie du Covid-19 a mis en évidence, partout dans le monde, les contradictions du capitalisme qui fait passer le profit avant la vie des gens.

  • Des sociétés pharmaceutiques multinationales, intéressées uniquement par leurs profits, livrent leurs vaccins d´abord à ceux et celles qui ont de l´argent. Du total des vaccins distribués, 75% sont restés dans les 30 pays les plus riches, tandis que les populations des 130 pays pauvres du Sud Global n’y ont pas encore eu accès.

  • Les gouvernements, dans leur immense majorité, ont pris des mesures pour protéger davantage l´économie, en lui sacrifiant la vie, rares sont ceux qui ont eu le courage de décréter l’arrêt total des activités non essentielles afin de freiner l’avancée du virus.

  • Une grande partie de la population se trouve impuissante, sans vaccin, sans emploi, sans aucun revenu, sans aucun espoir pour l’avenir. Cette situation, du point de vue de l’appartenance ethnique et de genre, est encore plus grave parmi les femmes, les jeunes, les noirs/noires et les peuples autochtones.

  • Nous vivons une véritable guerre contre un ennemi invisible, qui affecte l’ensemble de l’humanité et qui a déjà tué près de trois millions de personnes.

  • L’impérialisme américain et ses alliés ne se préoccupent que de la géopolitique et des profits de leurs sociétés, malgré le fait d´avoir de larges ressources économiques, techniques et financières qui pourraient contribuer à sauver des vies.

  • Cependant, le gouvernement américain, de manière criminelle, maintient et intensifie le blocus économique, commercial et financier contre plusieurs pays, notamment Cuba, le Venezuela et l´Iran.

  • En outre, ils continuent de promouvoir la pratique d’une nouvelle « Guerre Froide » contre la Chine, avec une rhétorique hostile contre le gouvernement et le peuple chinois, appliquant des sanctions économiques et harcelant leurs entreprises, faussant la vérité en affirmant que l’État chinois serait le responsable de la pandémie.

Lire la suite

Regagnons nos libertés par la stratégie Zéro Covid Solidaire !

Contre le virus et son monde, nous proposons ici une stratégie zéro Covid solidaire offrant des perspectives de sortie de crise. Cette stratégie sera la clé pour reconquérir nos libertés individuelles et collectives afin de retrouver une véritable vie sociale et culturelle. Soyons nombreux à signer et relayer cette tribune.

Déjà une année s’est écoulée depuis le début de la pandémie. Pourtant, toute l’Europe se trouve encore dans une situation très critique. Des milliers de personnes continuent de mourir et des dizaines de milliers d’autres sont contaminées et subissent des covids longs. Les nouveaux variants du virus se multiplient et se propagent encore plus rapidement entraînant désormais un sentiment d’impuissance tandis que la vaccination peine encore à produire ses effets.  Lire la suite

Fukushima à 10 ans : répliques, mensonges et décontamination ratée

Dix ans se sont écoulés depuis la triple fusion catastrophique des réacteurs de Fukushima au Japon. Comme l’a dit Joseph Mangano, du projet « Radiation and Public Health », il y a trois ans, « d’énormes quantités de produits chimiques radioactifs, dont du césium, du strontium, du plutonium et de l’iode, ont été émises dans l’air, et les rejets de ces mêmes toxines dans le Pacifique n’ont jamais cessé, alors que les travailleurs luttent pour contenir plus de 100 produits chimiques cancérigènes ». Lire la suite

« Il faut dissoudre l’ordre des médecins »

Après le rapport accablant de la Cour des Comptes paru en décembre 2019, l’ordre des médecins tente de se justifier et réaffirme « être au service des médecins dans l’intérêt des patient·e·s ».

Comme pour l’ensemble des ordres des professions de santé, l’ordre des médecins se présente comme indispensable. Qui l’ordre sert-il vraiment ? Dans l’intérêt de qui ? Lire la suite

« Le problème des effets nucléaires sur les populations est resté longtemps tabou en Algérie »

Dans cet entretien, le Pr Mostéfa Khiati, président de la Forem et auteur de « Les irradiés algériens, un crime d’État », revient sur les effets néfastes des essais nucléaires français dans le Sahara algérien, le retard pris dans la décontamination des sites des essais…

L’analyse d’un échantillon du sable du Sahara algérien, qui s’est propagé en France début février, a montré la présence d’un élément radioactif, le césium-137. Que signifie cette découverte ?

Le césium-137 retrouvé dans le sable du Sahara algérien en France a été produit par les quatre explosions nucléaires atmosphériques menées par la France dans la région de Regganne à partir du 13 février 1960. Lire la suite

Vaccins : Comment ça marche ? La panoplie. Faire face à la logique capitaliste

Le fonctionnement des vaccins est complexe et délicat, ce qui doit provoquer une grande prudence et une collaboration scientifique dans leur conception et leur mise en service.

Lire la suite

Justice pour les victimes de l’amiante

Nous sommes des victimes de l’amiante. Plusieurs d’entre nous sont atteints d’une maladie grave ou d’une insuffisance respiratoire qui nous rend la vie très difficile. Beaucoup de nos amis, de nos collègues de travail en sont morts. Nous avons perdu un mari, un père, une mère et, parfois, plusieurs membres de notre famille.

Nous sommes nombreuses et nombreux dans cette situation. Avec 100 000 morts estimées par les épidémiologistes, l’amiante représente la plus importante catastrophe sanitaire que la France a connue. Lire la suite

Pour le droit à la gratuité des soins de santé publique pour toutes les populations

« La quarantaine sociale, oui ; l’isolement, jamais ;
des soins collectifs pour arrêter la propagation du virus, oui ;
démobilisés et en silence jamais »

Communiqué de la Via Campesina

(Harare, février 2021) Nous sommes plus d’un an après le début de la crise provoquée par la pandémie de la COVID19 dans le monde. Cette crise sanitaire a causé la mort d’environ deux millions de personnes, et il y a plus de 77 millions de personnes infectées, selon les rapports officiels. Toutefois, si l’on tient compte des chiffres non officiels, ceux-ci pourraient être encore plus élevés. Parmi les personnes infectées, beaucoup souffriront toute leur vie de conséquences sur leur santé physique et mentale. Lire la suite

La santé mentale au temps du coronavirus

Le ministre de la santé Olivier Véran a annoncé, à la fin 2020, sa crainte d’une troisième vague de santé mentale dans la pandémie du virus SARS-CoV-2. Ce lien des effets de l’épidémie avec un psychisme humain par nature vient de loin. En effet, la notion de santé mentale, apparue à la fin du 19ème siècle, s’inscrit dans l’apport de la science pasteurienne comme traitement préventif et curatif des épidémies des siècles passés, qui fonde la notion d’hygiène publique comme politique d’Etat et le traitement de folie par un hygiénisme social. Sa reprise par le ministre indique une toute autre gestion gouvernementale des populations, en rupture avec les conquêtes sociales de 1945 que sont la protection sociale solidaire collective et la sécurité sociale. L’actualité du ministre, dans la crise sanitaire, est un contrôle médicalisé et d’ordre public centrée sur la responsabilité de l’individu. Son programme public-privé est la maitrise de l’individu dans un ordre public dont la « gouvernementalité » est soumise aux conflits d’intérêt entre les besoins de santé publique comme ordre social et la financiarisation de l’économie portée par les entreprises pharmaceutiques du marché de libre concurrence.. Or, ces entreprises ont délaissé les recherches épidémiologiques comme non rentables en termes de retour de bénéfice sur investissement. En France, cela s’est traduit au niveau de l’Etat par l’abandon de moyens de protection préventifs au nom du coût de gestion des stocks. Le ministre promeut donc la politique de transformation du service public en objet de marché néolibéral, dont la continuité dans la crise sanitaire reste les restructurations permanentes des hôpitaux publics, de la santé publique, du secteur de psychiatrie public et du médicosocial souvent associatif. Une santé mentale dite positive de gestion de plateformes informatisées se substitue à un service public de soin basé sur la relation humaine et participe de sa destruction. Lire la suite

Sexe, genre et nouveaux cadres d’analyse de pathologies humaines

Introduction

Lutter contre les inégalités sociales en matière de santé est, aujourd’hui, un enjeu majeur des politiques publiques. Au sein de celles-ci, les inégalités entre les femmes et les hommes dans l’accès au soin et la prise en charge médicale constituent un sujet longtemps ignoré. Si les inégalités de santé liées au statut économique et à l’environnement social et culturel sont de mieux en mieux connues, d’autres restent dans l’ombre. Lire la suite

Brevets sur les vaccins anti-covid, stop. Réquisition !

Quarante six organisations et plus de cent personnalités lancent un appel-pétition :

  • Brevets sur les vaccins : stop ! 

  • Tous les vaccins autorisés doivent devenir « biens communs » de l’humanité ! 

  • Réquisition des entreprises pour la production des vaccins et des traitements anti-covid ! 

  • Contrôle citoyen sur les accords, brevets, essais cliniques, pharmacovigilance, pour des vaccins et traitements sûrs et bien testés !

Lire la suite

Il y a urgence sanitaire !

Le virus existe et il n’a pas de frontières, la pandémie mondiale est réelle et a fait plus de deux millions de morts.

Dans cette situation, la nécessaire dénonciation de la politique gouvernementale ne suffit pas, il est indispensable de proposer des mesures d’urgence tout en changeant de cap fondamentalement quant à la politique sanitaire. En effet, nous payons le prix de décennies de politiques de destruction de l’hôpital public, de privatisation de la recherche et de logique du profit qui guident les grandes firmes pharmaceutiques. Comment ne pas être scandalisés par l’annonce de SANOFI qui réduit ses effectifs de centaines de chercheurs alors que l’urgence vaccinale est là ? Lire la suite

Le Sud de nouveau victime du marché des médicaments

En dépit de la rhétorique sur les biens publics mondiaux, la course pour l’accès aux vaccins contre le coronavirus met une nouvelle fois en lumière l’inégalité entre les nations sur le marché mondial des médicaments. Au-delà du cas spécifique du Covid-19, le problème se manifeste à trois niveaux :dans le sous-financement de la recherche sur les maladies tropicales, dans le système des droits de propriété intellectuelle qui exclut les pays en développement des résultats de la recherche menée au Nord et dans le délabrement des capacités de recherche et de production des pays les plus pauvres. Lire la suite

Soutien à Tran To Nga et aux victimes vietnamiennes de l’agent orange-dioxine

En 2014, Tran To Nga a porté plainte contre les firmes américaines, dont Monsanto et Dow Chemical, qui ont produit l’agent orange déversé par les Américains sur le Vietnam pendant la guerre du Vietnam. 

Après plusieurs reports, la date des plaidoiries est fixée au 25 janvier 2021 au Tribunal de grande instance d’Evry. 

Ce procès est historique car Tran To Nga, qui a la double nationalité française et vietnamienne, est actuellement la seule à pouvoir intenter un tel procès.

Cette lettre est une pétition que l’on peut signer en envoyant un mail avec ses coordonnées et qualité à agentorange2202@gmail.com

Une catastrophe écologique

Rappelons que le 10 août 1961, s’amorce la plus grande guerre chimique de l’Histoire, décidée par le président J-F Kennedy. L’armée américaine veut raser le couvert végétal afin d’empêcher les résistants de s’y camoufler, et détruire les récoltes afin d’affamer les populations villageoises et les empêcher de nourrir les combattants. Cette guerre chimique va durer 10 ans. Durant cette période, d’après le rapport Stellman, ce sont 77 millions de litres d’herbicides qui ont été déversés. Sur un total de 2,6 millions d’hectares, soit 10% de la superficie du Sud Vietnam. Les zones épandues ont été « traitées » en moyenne 5 fois, certaines zones ayant reçu jusqu’à 10 épandages successifs. 50% des forêts de mangrove ont fait l’objet d’épandages, 400 000 hectares de terres agricoles ont été polluées. Lire la suite

De la complexité de la juste mesure

Un virus circule dans le monde entier qui pose un problème sanitaire crucial à l’humanité. Il faut donc mettre en place des mesures pour y remédier. Ceci est incontestable. Dans l’urgence, trois stratégies ont été envisagées :

  • laisser se propager le virus jusqu’à obtenir une immunité collective qui bloquera naturellement sa propagation (tout en sollicitant quand même la conscience et la discipline citoyenne pour faire attention afin de limiter les « dégâts ») (Ex : Suède).

  • surveiller toute la population, y compris dans la sphère privée, pour détecter immédiatement l’apparition de nouveaux cas, isoler d’office les personnes pour casser les chaînes de contamination et stopper la propagation du virus (Ex : Asie)

  • prendre des mesures sanitaires fortes (confinement, tests, distanciation physique, masques, gel, etc) pour freiner la propagation du virus afin de ne pas engorger les hôpitaux et se garder la possibilité de soigner les malades jusqu’à l’arrivée d’un vaccin (Ex : France).

Que les débuts aient été chaotiques, c’est évident : manque de connaissances, impréparation, panique face à la saturation des hôpitaux. Mais ruminer les couacs du début n’a d’intérêt que si cela débouche sur une issue positive. Ces couacs (erreurs d’appréciation, contre-vérités, bêtises, etc) ne sont pas l’apanage des gouvernants, nous en avons aussi entendues beaucoup dans les chaumières et sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, nous en savons beaucoup plus et la gestion de la pandémie devrait pouvoir se faire avec plus de sérénité. Lire la suite

Covid-19 : une autre stratégie de lutte est possible, mobilisons-nous !

La Constitution « garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence ». Préambule de la Constitution française, alinéa 11 

Depuis des mois, nous subissons l’échec retentissant de la gestion politique d’une épidémie qui n’aurait jamais dû entraîner un tel désastre sanitaire, social, culturel et économique, désastre dont les conséquences se feront sentir pendant des mois et des années. 

Les yeux rivés sur les vendeurs de vaccins-miracle à coups de milliards d’argent public drainé vers les multinationales du médicament, le gouvernement tente d’occulter la destruction du système de santé en France, et pas seulement de l’hôpital, du fait des politiques néo-libérales de démantèlement des services publics en vigueur depuis plus de 30 ans.  Lire la suite

Le système public de santé grec va s’effondrer

Communiqué de presse du 11 novembre 2020.

Depuis début octobre notre pays revit le cauchemar de la pandémie qui prend cette fois une importance particulièrement menaçante avec des dizaines de morts, un nombre à trois chiffres d’intubations et des milliers de contaminations chaque jour. Lire la suite

Covid-19: des systèmes de soins à bout de souffle au service de la finance mondiale

Des décennies de privatisation et financiarisation des services de santé ont provoqué une catastrophe sanitaire dont le SRAS-CoV-2 n’est que le révélateur. France, USA, UK: décès par milliers, soignants épuisés, gestion calamiteuse. A quand un front commun des soignants et usagers pour exiger un système public de santé réorganisé en fonction, non des dividendes, mais des besoins de la population ?

Lutte-t-on vraiment contre la pandémie de COVID-19 ? Des systèmes de soins à bout de souffle au service de la finance mondiale Lire la suite