Archives de Catégorie: Santé, médecine…

Soutien à Tran To Nga et aux victimes vietnamiennes de l’agent orange-dioxine

En 2014, Tran To Nga a porté plainte contre les firmes américaines, dont Monsanto et Dow Chemical, qui ont produit l’agent orange déversé par les Américains sur le Vietnam pendant la guerre du Vietnam. 

Après plusieurs reports, la date des plaidoiries est fixée au 25 janvier 2021 au Tribunal de grande instance d’Evry. 

Ce procès est historique car Tran To Nga, qui a la double nationalité française et vietnamienne, est actuellement la seule à pouvoir intenter un tel procès.

Cette lettre est une pétition que l’on peut signer en envoyant un mail avec ses coordonnées et qualité à agentorange2202@gmail.com

Une catastrophe écologique

Rappelons que le 10 août 1961, s’amorce la plus grande guerre chimique de l’Histoire, décidée par le président J-F Kennedy. L’armée américaine veut raser le couvert végétal afin d’empêcher les résistants de s’y camoufler, et détruire les récoltes afin d’affamer les populations villageoises et les empêcher de nourrir les combattants. Cette guerre chimique va durer 10 ans. Durant cette période, d’après le rapport Stellman, ce sont 77 millions de litres d’herbicides qui ont été déversés. Sur un total de 2,6 millions d’hectares, soit 10% de la superficie du Sud Vietnam. Les zones épandues ont été « traitées » en moyenne 5 fois, certaines zones ayant reçu jusqu’à 10 épandages successifs. 50% des forêts de mangrove ont fait l’objet d’épandages, 400 000 hectares de terres agricoles ont été polluées. Lire la suite

De la complexité de la juste mesure

Un virus circule dans le monde entier qui pose un problème sanitaire crucial à l’humanité. Il faut donc mettre en place des mesures pour y remédier. Ceci est incontestable. Dans l’urgence, trois stratégies ont été envisagées :

  • laisser se propager le virus jusqu’à obtenir une immunité collective qui bloquera naturellement sa propagation (tout en sollicitant quand même la conscience et la discipline citoyenne pour faire attention afin de limiter les « dégâts ») (Ex : Suède).

  • surveiller toute la population, y compris dans la sphère privée, pour détecter immédiatement l’apparition de nouveaux cas, isoler d’office les personnes pour casser les chaînes de contamination et stopper la propagation du virus (Ex : Asie)

  • prendre des mesures sanitaires fortes (confinement, tests, distanciation physique, masques, gel, etc) pour freiner la propagation du virus afin de ne pas engorger les hôpitaux et se garder la possibilité de soigner les malades jusqu’à l’arrivée d’un vaccin (Ex : France).

Que les débuts aient été chaotiques, c’est évident : manque de connaissances, impréparation, panique face à la saturation des hôpitaux. Mais ruminer les couacs du début n’a d’intérêt que si cela débouche sur une issue positive. Ces couacs (erreurs d’appréciation, contre-vérités, bêtises, etc) ne sont pas l’apanage des gouvernants, nous en avons aussi entendues beaucoup dans les chaumières et sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, nous en savons beaucoup plus et la gestion de la pandémie devrait pouvoir se faire avec plus de sérénité. Lire la suite

Covid-19 : une autre stratégie de lutte est possible, mobilisons-nous !

La Constitution « garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence ». Préambule de la Constitution française, alinéa 11 

Depuis des mois, nous subissons l’échec retentissant de la gestion politique d’une épidémie qui n’aurait jamais dû entraîner un tel désastre sanitaire, social, culturel et économique, désastre dont les conséquences se feront sentir pendant des mois et des années. 

Les yeux rivés sur les vendeurs de vaccins-miracle à coups de milliards d’argent public drainé vers les multinationales du médicament, le gouvernement tente d’occulter la destruction du système de santé en France, et pas seulement de l’hôpital, du fait des politiques néo-libérales de démantèlement des services publics en vigueur depuis plus de 30 ans.  Lire la suite

Le système public de santé grec va s’effondrer

Communiqué de presse du 11 novembre 2020.

Depuis début octobre notre pays revit le cauchemar de la pandémie qui prend cette fois une importance particulièrement menaçante avec des dizaines de morts, un nombre à trois chiffres d’intubations et des milliers de contaminations chaque jour. Lire la suite

Covid-19: des systèmes de soins à bout de souffle au service de la finance mondiale

Des décennies de privatisation et financiarisation des services de santé ont provoqué une catastrophe sanitaire dont le SRAS-CoV-2 n’est que le révélateur. France, USA, UK: décès par milliers, soignants épuisés, gestion calamiteuse. A quand un front commun des soignants et usagers pour exiger un système public de santé réorganisé en fonction, non des dividendes, mais des besoins de la population ?

Lutte-t-on vraiment contre la pandémie de COVID-19 ? Des systèmes de soins à bout de souffle au service de la finance mondiale Lire la suite

Covid 19 au sud : face au « nationalisme vaccinal », l’enjeu de la souveraineté sanitaire

La crise du Covid a mis à nu les faiblesses de politiques sanitaires excessivement dépendantes des importations. Si la « souveraineté sanitaire » est le nouveau mot d’ordre en Europe, le principe progresse aussi parmi les nations en développement, premières victimes du « nationalisme vaccinal » que génère la course au vaccin. Les conditions du développement d’une production nationale de produits médicaux font l’objet d’une réflexion renouvelée. Lire la suite

Covid-19 : 4B versus 4H

Vous souvenez-vous des 4H pendant les années sida ? 4H pour « Homosexuels, Hémophiles, Héroïnomanes, Haïtiens », car il était estimé que la maladie se transmettait par les gays ou les seringues et que les immigrés haïtiens aux États-Unis étaient les plus touchés, Haïti étant l’épicentre du virus. À partir des années 1980 et pendant quinze ans, on craint de serrer la main des malades, de partager un verre avec eux, y compris de la part des professionnels de santé. Les conservateurs américains considèrent que « la maladie a été créée par Dieu afin de punir les populations décadentes : homosexuels, drogués mais aussi populations noires »1. Partout dans le monde, des négationnistes – militants, journalistes, scientifiques, responsables politiques – soutiennent qu’il n’existe pas de lien de cause à effet entre le VIH et le sida. Leurs discours et actions, fortement emprunts d’homophobie ou de racisme, détournent les méthodes scientifiques, provoquent des diagnostics inexacts, une peur collective, des traitements toxiques et un gaspillage des fonds publics. On sait depuis que leurs déclarations, pratiques et croyances étaient erronées et que leurs peurs étaient infondées : en 40 ans, le sida a fait 32,7 millions de morts, dont plus des deux-tiers en Afrique ; en 2019, 38 millions de personnes vivaient avec le VIH/Sida dans le monde, dont la moitié de femmes2. Lire la suite

« La vraie question c’est quelle médecine veut-on : médecine commerciale “régulée” ou service public de santé ? 

Avec l’aimable autorisation de la revue ContreTemps

Entretien avec André Grimaldi

André Grimaldi est professeur émérite au CHU Pitié-Salpêtrière (Paris), diabétologue, auteur de plusieurs ouvrages (1).

ContreTemps : On vit une grave « crise sanitaire ». Mais sait-on précisément ce qu’est une « crise sanitaire » ? Est-ce le fait d’être désarmé face à une attaque violente d’un « ennemi » inconnu ? Un système de santé en incapacité partielle de répondre à la situation ?

André Grimaldi : En fait « l’ennemi » peut être connu et il arrive qu’on n’en reste pas moins désarmé, par exemple face au paludisme endémique en Afrique. Et quand la vie des gens est en danger, par exemple avec le sida, le système de santé est toujours en partie désarmé. Le vrai sujet c’est la distinction entre crise aiguë et crise chronique. En France, 20 millions de personnes sont victimes de maladies chroniques. Le diabète frappe 425 millions de personnes dans le monde, et ça ne fait qu’augmenter, résultat de l’épidémie d’obésité et de la sédentarité. Face à celles-ci notre système de santé est inadapté. Et les raisons de cette situation sont les mêmes pour les crises chroniques et les crises aiguës. Lire la suite

Pour un financement juste et pérenne des soins de santé pour toustes

Si les systèmes de soins de santé et leurs financements ne sont pas identiques en Belgique et en France, les politiques néo-libérales menées ont des conséquences similaires. Comparer les situations et les politiques est une nécessité pour mieux en comprendre les mécanismes et souligner les choix politiques effectués.

Dans cette analyse des « soins de santé » proposée par nos ami·es de Belgique, je souligne deux éléments : la prise en compte des effets de la dette de l’Etat sur les moyens de financement disponibles du secteur de la santé et la nécessité de mettre en place des audits citoyen tant au niveau de l’hôpital qu’à celui de l’Etat ou des collectivités territoriales. Lire la suite

Covid-19 et répercutions sociales de la pandémie et du confinement

« Ce livre résulte d’un sentiment d’impuissance intellectuelle devant l’enfermement, devant la mort. Sa réalisation, dans la hâte, est une sorte de rite de passage, notre rite, signal de notre envie de reprendre le travail de chercheuses et chercheurs en sciences sociales et humaines, tout en réactivant la mission fondamentale de nos disciplines : produire de l’orientation. Et nous voulons partager ce réveil et cette envie avec tout un chacun. ». Dans leur avant propos, Fiorenza Gamba, Marco Nardone, Toni Ricciardi et Sandro Cattacin soulignent, entre autres, qu’à défaut de médicament spécifique ou de vaccin, « un virus relève surtout de subjectivités, d’émotions, voire d’irrationalités, autrement dit d’êtres humains, dans tous les aspects personnels, sociaux et culturels qui peuvent les caractériser », le manque de connaissance en sciences sociales de celles et ceux qui occupaient la scène médiatique, l’expérience du VIH/sida et de l’intervention des associations, l’importance de la « production de connaissances sur l’agir humain »… Lire la suite

Le genre dans la crise du covid

La grève des femmes du 8 mars dernier portait un double message. Un appel à la protestation pour la reconnaissance de leur travail et de leurs droits et un appel à la mobilisation et à la solidarité. Trois mois plus tard, avec la crise du covid-19, démonstration est faite que le care, l’une des composantes les plus exploitées et les moins valorisées du travail, assuré en grande partie par des femmes, est central pour préserver la vie et favoriser une sortie de crise. Prise de conscience sans lendemain ou fondement d’une action politique ? Lire la suite

« Health Data Hub »

Refusons la confiscation de nos données personnelles au profit du marché de la maladie et de la mort.

Exigeons l’accès au suivi médical professionnel, post-professionnel et environnemental, pour tous les exposés aux substances cancérogène, mutagènes et reprotoxiques. 

Réclamons l’ouverture immédiate d’un débat public associant l’Inserm, l’ensemble des collecteurs de ces données publiques, les chercheurs, les professionnels et usagers de la santé, coordonné par le Conseil National de l’Information Statistique. Lire la suite

Covid-19. Personnel soignant, une résistance sociale mondiale

La déferlante de la pandémie du Covid-19 a vu de nombreuses résistances sociales aux conditions faites aux travailleur·euses dits de première ligne durant la période de confinement. Parmi les différents secteurs du salariat mobilisés pour défendre son intégrité physique face à la défaillance de leur employeur (privé ou étatique) à leur fournir des équipements de protection individuelle suffisants, les infirmières (et aides-soignantes) ont montré un haut niveau de combativité que ce soit à New York, Johannesburg ou encore Séoul. Partout, les mêmes revendications ont été mises en avant sur leurs conditions de travail et de transport ainsi que la question des salaires et de manque de personnel. Les modes d’action ont été souvent identiques, rassemblements, manifestations, droit de retrait et mêmes grèves. Parfois, les organisations syndicales ont déposé des plaintes en justice contre les autorités pour mise en danger de la vie d’autrui. Ces mouvements ont été souvent violemment réprimés : menaces, licenciements, mises à pied, interventions brutales de la police. Dans des hôpitaux publics ou privés les organisations syndicales ont été à la pointe de ces combats. Afin d’offrir un panorama de ces mobilisations nous avons extrait de l’Éphéméride sociale d’une pandémie publiée dans Covid-19, un virus très politique (1) ces chroniques sociales touchant au secteur de la santé, hors France que nous avons actualisé au 8 juin.

Patrick Le Tréhondat, 8 juin 2020 Lire la suite

Image

Personnels et usager·es de la santé ; mobilisation le 16 juin pour une journée d’action nationale d’initiatives, grève et manifestations

La machine de mort néo-libérale

La vie semble reprendre depuis quelques jours, après la longue période de confinement, nous pouvons tenter de reprendre le cours de nos vies bouleversées par l’épidémie, mais qui pourra oublier les trop nombreux morts parmi les plus vulnérables ? Nous déplorons en tout 26 991 décès dus au COVID-19, dont 13 230 personnes âgées résidant en EHPA ainsi que 13 soignants officiant dans des établissements de santé (1). La mort a frappé les plus fragiles, les plus démunis, mais aussi ceux qui ont risqué leurs vies pour sauver celle des autres. Après les mesures d’urgence, l’heure est aux bilans, alors à qui la faute ? Le gouvernement actuel répond par le silence aux nombreuses voix qui s’élèvent pour dénoncer la mauvaise gestion de la crise, la détresse de la population ne semble avoir d’égale que l’indifférence de ceux qui sont au pouvoir, l’hôpital et plus généralement le système de santé français sont au cœur de toutes les controverses. Ces derniers avaient-ils les moyens matériels de faire face à cette crise ? Lire la suite

Covid-19 : non à la mise en danger des travailleurs, enseignants, enfants au nom du profit !

Cette semaine, en France, des millions de personnes – enseignant·e·s, travailleurs/euses, salarié·e·s intérimaires, enfants – reprennent le chemin de l’école, de l’usine, des chantiers du BTP ou du nettoyage, du bureau, de la plate-forme logistique, des transports…

Pour chacun·e, il s’agit d’entrer dans la quadrature du cercle que connaissent ceux qui n’ont pas pu interrompre le travail depuis le début de l’épidémie, et avec quelles conséquences physiques et psychiques ! Il s’agit de travailler, enseigner, étudier, sans se retrouver à risque d’être contaminé et contaminant par un virus redoutable et omniprésent. Lire la suite

#Jenesuispasunhéros – une vidéo

Voix de confinement est un clip né d’une initiative au sein du collectif ConfinésMobilisés.

Lire la suite

Communiqué du SMG : Soigner n’est pas ficher – L’éthique des médecins n’est pas à vendre

Communiqué de presse du 5 mai 2020

En préparation du post-confinement, l’Assurance maladie demande aux médecins généralistes de collecter des données personnelles sur leurs patient·e·s atteint·e·s du coronavirus, mais également sur leurs proches et les personnes avec lesquelles ils et elles sont en contact (1). Contrairement à ce qui est avancé, ce n’est pas de la santé publique et si les médecins suivent, ils.elles trahiront leur éthique professionnelle. Lire la suite

Comment supprimer la tarification des activités de soin qui a détruit l’hôpital public ? (et) Intoxication productiviste et déshumanisation des rapports humains

Ce texte qui analyse la crise de l’hôpital public a été écrit en décembre 2019, juste avant la pandémie. C’est un extrait d’un livre à paraître1. Il vise à cerner les sources de l’effondrement de l’hôpital exprimé par les soignants en grève pendant des mois et surtout il vise à repérer sur quels leviers la collectivité des soignants peut agir pour repartir sur de nouvelles bases.

C’est aussi un exemple concret de la manière dont nous pouvons intervenir pour que l’après crise ne soit pas la simple reproduction du système néolibéral qui déshumanise la société et détruit notre écosystème. Lire la suite

Bas les masques !

Un appel de soignant.e.s pour construire un mouvement populaire !

Nous sommes des soignant.e.s et professionnel.le.s de la santé d’horizons divers. Bouleversé.e.s et en colère, nous décidons de nous lever et de crier haut et fort « Bas les masques ! » Nous disons stop aux mensonges, à l’hypocrisie et au cynisme du gouvernement !

Nous lançons un appel à tous nos collègues professionnel.le.s de santé et du médico-social qui partent travailler la boule au ventre.

Un appel aux « travailleurs et travailleuses essentiel.le.s », aux « premier.e.s de corvée », qui sont exposé.e.s pour faire tourner la machine.

Un appel à toutes les personnes qui n’en peuvent plus de cette gestion de crise calamiteuse, de ce qu’elles endurent depuis des années, d’un système économique, politique et social désastreux. Lire la suite