Archives de Catégorie: Médiacritique(s)

La précarité des journalistes produit une information précaire

Edito : « Le 30 octobre 2011, un avis de naissance paraissait sur le site d’Acrimed. Notre magazine imprimé Médiacritiques poussait son premier cri. En huit ans d’existence, 32 numéros ont vu le jour, portant la même exigence, celle d’une critique radicale et intransigeante des médias, à travers différents thèmes : traitement des questions économiques, de l’extrême-droite, du sexisme, du racisme, de l’information internationale, des contre-réformes libérales, des violences policières, des mobilisations sociales… Collaborateur de longue date d’Acrimed, Colloghan a donné au magazine le visage que vous lui connaissez, celui qui rit jaune, acerbe et clairvoyant. Lire la suite

Vitrine promotionnelle et influence politique

« Ainsi livrés à la prédation des industriels, les médias évoluent ces dernières années sur l’autoroute d’une concentration accrue, facilité en France par l’absence de régulation à même de freiner les conquêtes capitalistes »

Que deviennent dans ces conditions les droits d’informer et d’être informé·es ? Lire la suite

Entre valets médiatiques et journalisme de préfecture

Pour rappel :

Face au mépris des médias dominants, à leur traitement délétère des mouvements sociaux : mobilisons-nous !face-au-mepris-des-medias-dominants-a-leur-traitement-deletere-des-mouvements-sociaux-mobilisons-nous/

Pour une réappropriation démocratique des médias

Depuis plusieurs semaines, le mouvement des gilets jaunes bouleverse l’agenda politique, et porte une remise en cause profonde des institutions. Les médias sont tout particulièrement visés. Les gilets jaunes dénoncent, à juste titre bien souvent, un traitement caricatural des mobilisations : surenchère sécuritaire sur les plateaux télévisés et dans certains quotidiens ; confiscation de la parole par les éditorialistes ; disqualification de certaines revendications jugées « irréalistes » et appels à « dialoguer » avec le gouvernement; ou encore dénonciations des violences des manifestants – alors que les violences policières ont été pendant trop longtemps passées sous silence. Lire la suite

Mettez les patins et pas les doigts dans le nez, et ne parlez que lorsque la/le journaliste vous interroge

L’éditorial aborde la condescendance et le mépris des éditocrates envers les gilets jaunes. D’une sympathie de façade au départ et « avec le temps de la mobilisation, et la publication de revendications sociales fortes, le ton des éditocrates va rapidement évoluer – qu’il s’agisse de contester d’éventuelles avancées sociales ou de dénoncer les violences… » Lire la suite

Face au mépris des médias dominants, à leur traitement délétère des mouvements sociaux : mobilisons-nous !

Nous lançons un appel à l’ensemble des forces politiques de la gauche de gauche, aux journalistes et à leurs syndicats, aux collectifs de journalistes précaires, aux médias alternatifs comme à l’ensemble des usagers des médias, pour contester les dérives médiatiques actuelles et penser urgemment la réappropriation démocratique des médias (des) dominants !

Le traitement médiatique des mouvements sociaux en cours, et en particulier celui des gilets jaunes, n’est hélas pas surprenant. Toutefois, la mobilisation des médias dominants en défense du pouvoir politique et des forces de répression a pris depuis quelques semaines des proportions inédites. Lire la suite

Les petits arrangements avec la vérité…

Dans l’éditorial, sont évoqués le « cirque médiatique », la course à la provocation et la surenchère, la captation d’audience, la financiarisation du paysage médiatique, la circulation circulaire des polémiques et leurs répétitions, le formatage des émissions de télévision, la surreprésentation de certain·es dans les grands médias, la dépolitisation de la politique, la promotion des thèmes chers à l’extrême-droite… « Tant que cet ordre médiatique ne sera pas radicalement remis en cause et donc posé comme une question politique, on aura beau sortir tous les Zemmour qu’on voudra par la porte, d’autres reviendront instantanément par la fenêtre ». Lire la suite

Outrances et mensonges éditocrates

Un éditorial partiellement en hommage à Henri Maler pour son travail et son engagement dans l’association Acrimed, des « unes » authentiques détournées et quelques fois savoureuses.

La déontologie des « grands » médias et des « grand·es » journalistes ne va pas jusqu’à la reconnaissance que la critique des médias est « juste, salutaire et saine ». Lorsqu’elles et ils n’éludent pas cette critique, iels fustigent « toute remise en cause qui ne provient pas de leurs rangs ». Lire la suite