Archives de Catégorie: Politique

Les déboulonneurs de statues n’effacent pas l’histoire, ils nous la font voir plus clairement

Avec l’aimable autorisation de l’auteur

L’anti-racisme est une bataille pour la mémoire. C’est l’une des caractéristiques les plus remarquables de la vague de protestations qui a déferlé sur le monde après l’assassinat de George Floyd à Minneapolis. Partout, les mouvements antiracistes ont remis le passé en question en ciblant des monuments qui symbolisent l’héritage de l’esclavage et du colonialisme : le général confédéré Robert E. Lee en Virginie ; Theodore Roosevelt à New York ; Christophe Colomb dans de nombreuses villes américaines ; le roi belge Léopold II à Bruxelles ; le marchand d’esclaves Edward Colston à Bristol ; Jean-Baptiste Colbert, ministre des finances de Louis XIV et auteur du tristement célèbre Code noir en France ; le père du journalisme italien moderne et ancien propagandiste du colonialisme fasciste, Indro Montanelli, etc. Lire la suite

Combattre l’antisémitisme ET la spoliation des Palestiniens

Communiqué de presse de l’UPJB (2/7/2020)

Une fois encore, des cris antisémites détournent l’attention d’une manifestation digne et juste 

L’Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB) a participé au rassemblement organisé par l’Association belgo-palestinienne (ABP) ce 28 juin place du Trône à Bruxelles, pour protester contre le projet d’annexion par Israël de 30% de la Cisjordanie. A un moment de cette manifestation, un slogan en arabe, appelant à la guerre contre les Juifs a été lancé par une personne inconnue des organisateurs. Il a été repris par une vingtaine de personnes (sur un total d’au moins 500 participant·es). Suite à l’intervention immédiate de Palestinien·nes et des organisateurs, cet incident fut de courte durée. Après la manifestation, qui n’a connu aucun autre incident, l’Association belgo-palestinienne a publié un communiqué de presse condamnant ces slogans antisémites et rappelant « que la cause palestinienne repose sur la défense du droit et des aspirations à la justice et à l’égalité » et qu’« elle est par conséquent incompatible avec toute forme de racisme, l’antisémitisme inclus ». Nous saluons ces réactions exemplaires. Lire la suite

Pour une République française antiraciste et décolonialisée

Les extraordinaires manifestations qui se sont multipliées aux États-Unis puis dans le monde entier en réaction à l’assassinat par un policier de George Floyd le 25 mai 2020 à Minneapolis marquent un tournant historique majeur. La soudaine popularité du slogan « Black Lives Matter », lancé en 2013 au sein de la communauté afro-américaine, a permis qu’il soit enfin compris comme il devait l’être : la dénonciation d’un lien direct entre le mépris des « vies noires », qui fut au fondement de la première colonisation esclavagiste européo-américaine, et les violences policières dont les Afro-Américain.e.s sont aujourd’hui les cibles privilégiées. Et en Europe, ces mobilisations ont aussi permis de mieux comprendre en quoi les violences policières actuelles, ciblant particulièrement les citoyen.ne.s issu.e.s des anciennes colonies, mais aussi des populations des territoires, départements et collectivités dites d’outre-mer, étaient tout autant nourries des traditions racistes d’une longue histoire coloniale, esclavagiste en Afrique et en Amérique (Nord et Sud) à partir du xvie siècle, puis d’exploitation économique à partir du XIXe siècle, en Afrique, en Asie, en Océanie et en Amérique du Sud. Lire la suite

Covid-19 : la vague des invisibles

Je n’écris pas souvent à la première personne sur ce blog. Je n’évoque pas davantage des « problèmes personnels » auxquels je pourrais être confrontée. Ma situation de femme sexagénaire malade en milieu rural dans un contexte épidémique m’invite aujourd’hui à le faire. Car enfin, quels sont les impacts de la gestion française du Covid-19 sur ma vie courante et sur celle de mes proches ? En quoi ces impacts qui peuvent paraître très individuels valent pour beaucoup et donc prennent une dimension collective ? Si je confronte ma réponse à la première question avec mes conversations devenues plus nombreuses (au téléphone, par visio, par texto, par mail), je peux répondre à la deuxième. Lire la suite

Réflexions sur le problème raciste

Depuis les 100 000 participants de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, les militant.e.s de la cause antiraciste et anti-violences policières n’étaient jamais parvenus à rassembler autant de manifestants dans les rues de Paris. C’est probablement chose faite avec le rassemblement du 2 juin et la manifestation du 13 juin 2020 organisée par le comité Vérité et Justice pour Adama Traoré. L’accélération de la temporalité antiraciste en France et à travers le monde à la suite du meurtre de George Floyd pose certaines questions centrales dans l’analyse des racismes et des anti-racismes. Sous réserve de futures recherches qui ne manqueront pas de mettre en lumière la spécificité du moment antiraciste que nous vivons, j’aimerais en discuter quelques-unes qui peuvent être utiles au débat public. Lire la suite

Antiracisme : la France d’après est dans la rue

Avec l’aimable autorisation de deux des signataires

Depuis la mort de George Floyd à Minneapolis, un mouvement international relance le combat antiraciste. Black Lives Matter résonne dans le monde entier. On aurait pu craindre que la pandémie, qui incite au repli domestique, n’étouffe tout désir de politique ; c’est le contraire. Il est vrai que les populations les plus touchées par le virus, y compris parmi le personnel soignant, recoupent celles qui sont le plus frappées par les violences policières : les classes populaires, en particulier noires ou arabes. Lire la suite

Faire sauter le pont Alexandre III

Que ces messieurs de la police de la pensée et ceux de la police tout court se rassurent. C’est une mé-ta-phore, une al-lé-go-rie, une figure de style. Une image ni trop ni glycérine à laquelle il nous est difficile de ne pas céder. Toutefois, répétons-le, tant il est vrai que ces jours-ci certains semblent prompts à sortir leur revolver pour défendre les symboles de la domination, nous n’avons d’autre dynamite que la dynamique des idées. Et une belle idée se répand sur la planète comme une traînée de poudre : les racistes, les esclavagistes et les colonialistes célébrés sur nos murs doivent être démis de leur place et remis à leur place. Lire la suite

Syndicalistes contre le racisme, pour la justice et l’égalité

Nous sommes syndicalistes. Nous sommes de celles et ceux qui luttons sans relâche pour la justice et l’égalité.

Pour certain·es d’entre-nous, le combat contre le racisme au travail et en général est une question de dignité au quotidien, vécu et payé mentalement et physiquement.

Un formidable mouvement de dénonciation du racisme, de tous les racismes, traverse la société française. C’est un tournant majeur. S’il s’incarne aujourd’hui par des manifestations initiées notamment par le Comité Vérité et justice pour Adama Traoré, il est le fruit de décennies de combat des familles des victimes de crimes policiers, d’années de combats antiracistes portées par les organisations héritières des luttes des immigrations et des quartiers populaires, qui ont puisées leur force dans leur autonomie et qui l’ont préparé et permis. Lire la suite

Rachida Brahim : « Dans le contexte français, la question raciale reste une réalité que l’on ne veut pas penser »

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

Racisme dans la police, police raciste, racisme structurel. La France connaît les mêmes débats que les États-Unis. De part et d’autre de l’Atlantique, deux cas emblématiques, George Floyd et Adama Traoré

Rachida Brahim est chercheuse associée au Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES) de l’Université Aix-Marseille. Sa thèse, bientôt publié sous le titre La Race tue deux fois. Une histoire des crimes racistes (1970-2000), paraîtra en décembre 2020 aux éditions Syllepse. Elle revient sur la difficulté qu’a la France à s’envisager non seulement comme une société qui connaît le racisme, mais également comme une société dont la structure, les institutions et l’organisation produisent en elles-mêmes ce racisme.

Middle East Eye : Pourquoi, en France, a-t-on tant de mal à accepter l’idée même de « violences policières » motivées par le racisme ? 

Rachida Brahim : Il y a des personnes qui arrivent à les envisager. Mais il est vrai que dans le contexte français, la question raciale reste un impensé. Une réalité que l’on n’arrive pas à penser ou que l’on ne veut pas penser. Lire la suite

Lobbying : l’épidémie cachée

Derrière l’épidémie du coronavirus, il y en a aussi une autre, moins visible : une épidémie de lobbying. Alors que les drames humains et le confinement attiraient toute l’attention, les industriels et les porte-voix du secteur privé n’ont pas perdu de temps pour « ne pas laisser se gâcher une bonne crise ». Tirant profit de l’urgence et d’une situation exceptionnelle, ils ont poussé leurs intérêts auprès des décideurs, parfois avec une bonne dose de cynisme, sur des sujets qui n’avaient rien à voir avec le contexte sanitaire et social. Lire la suite

Celles et ceux d’en bas prennent leurs affaires en mains

Les inégalités ? Quelle gifle prennent les chefs autoritaires, nationalistes, racistes, – souvent homophobes et sexistes -, tous celles et ceux qui pensaient écraser, jouer des peurs, profiter des divisions…

Affirmer notre démocratie

Avec les noir.e.s américains et les jeunes en France, racisé.e.s par les politiques publiques, les inégalités sont combattues, rejetées. Et, dans le même mouvement, la réaffirmation du féminisme à nouveau bouscule toute la société, impose une critique de tous les rapports sociaux.  Lire la suite

Sans-Papiers : si le pouvoir n’entend pas il faut crier plus fort !

Les Sans-Papiers et migrantEs ont été en première ligne pendant la crise, exploitéEs dans les pires des conditions dans des secteurs qui ont continué à tourner (nettoyage, livraison, bâtiment, service à la personne, restauration…) ou perdant leur emploi sans chômage partiel, retenuEs dans les CRA, vivant à la rue ou hébergéEs dans des hébergements souvent précaires et insalubres. Lire la suite

Autant en emporte les Blancs

Je suis dans la norme. Blanche, hétérosexuelle, valide, instruite, vivant dans une précarité prospère. Certes je suis femme, ce qui est déjà une petite entorse au standard masculin, mais mon utérus a contribué au repeuplement de la France, j’ai donc accompli ma mission de reproduction sociale. En raison de mon âge, je suis en train de devenir transparente, et à quelques années près, j’aurais pu faire partie de ces personnes qu’on triait à l’entrée des urgences, pour privilégier des malades plus jeunes. Mais pour l’instant, ce n’est pas le cas. Lire la suite

Sur certains points présents dans l’appel ‘se fédérer’

Ce texte revient sur certains points présents dans l’appel ‘se fédérer’.

A. L’appel ‘Se fédérer’ est fondé sur une idée centrale : créer un espace partagé de réflexion, d’échanges et de luttes qui dépasse les frontières des partis, syndicats, organisations ou encore associations – ce qui ne revient pas à les ignorer et encore moins à chercher à les nier purement simplement. Une telle démarche marque une rupture mais c’est aussi un pari : mettre au cœur des débats les luttes et les résistances – et donc les acteurs individuels et collectifs qui se mobilisent aujourd’hui. Elle est en résonance profonde avec les très nombreuses initiatives de solidarité des deux derniers mois, mais aussi avec l’incroyable mobilisation de la Marche des solidarités et la manifestation mardi 3 juin à l’appel du Comité Adama. Lire la suite

L’universel comme privilège d’une catégorie sur les autres

Dans son introduction, Geneviève Fraisse aborde un discours philosophique chez Platon, la servante de Thrace, celle qui n’a pas de nom, la question des sexes, un problème philosophique encore incertain, l’être et la pensée « à coté ».  Le texte se termine par Dix clés pour ouvrir les textes qui suivent, dix-cles-pour-ouvrir-les-textes-qui-suivent-extrait-de-lintroduction-du-livre-de-genevieve-fraisse-a-cote-du-genre-sexe-et-philosophie-de-legalite/, publié avec l’aimable autorisation de l’autrice. Elle y aborde, entre autre, le genre comme concept, la neutralisation des femmes et les effets du sexe, les mots sexe et genre, la « différence des sexes » comme catégorie vide, la pensée démocratique, l’opérateur « égalité », la démocratie exclusive, l’alliance égalité liberté, l’émancipation des femmes, le service, le consentement, la tradition philosophique, la reconstruction de la pensée et l’insuffisance de la déconstruction, l’invisibilité des femmes, l’histoire et l’inachèvement démocratique, l’égalité et l’inexistence d’un mouvement spontané, la représentation intemporelle des sexes et le refus de l’historicité, la contradiction entre le féminisme et les pensées radicales, le contretemps de la finalité féministe, l’exigence épistémologique, le sujet et l’objet, le statut particulier de la pensée des sexes… Lire la suite

Pandémie, autodéfense sanitaire, autogestion

Ce huitième volume de Autogestion, l’encyclopédie internationale parait en pleine pandémie du Covid-19. La propagation mondiale du virus a mis à l’arrêt pendant plusieurs semaines pratiquement l’ensemble du système de production mondiale. En raison de la division du travail internationale modelée par le Capital et des politiques d’austérité menée dans tous les pays contre les systèmes de santé, la plupart des États se sont trouvés démunis pour lutter contre le virus et ont dû avoir recourt au confinement de leur population à l’exception des travailleurs et travailleuses des secteurs considérés de première nécessité comme ceux de la santé, l’alimentation, les transports, l’énergie par exemple. Durant cette période de réclusion sanitaire, ces salarié·es ont été largement exposé·es à la contamination du virus en raison de l’absence de protection individuelle et comptent de nombreux morts du Covid-19 dans leurs rangs. Dans cette situation dramatique, où leurs vies étaient en jeu, la peur aurait pu paralyser les salarié·es livré·es à eux et elles-mêmes. Il n’en a pas été ainsi. Soucieu·ses, de leur intégrité physique, ils et elles se sont rebellés contre la condition qui leur était faite et se sont révolté·es contre la précarité sanitaire qu’ils et elles subissaient. Dans de nombreux pays du Nord au Sud, des grèves et des mobilisations ont eu lieu portant sur les mêmes revendications pour l’obtention de masques, de gel hydro-alcoolique, une autre organisation du travail et des primes de risques. Face à l’impéritie des États, notamment en matière de mise à disposition de masques des États, la question de la reconversion de lignes de production des entreprises à des fins socialement utiles a de nouveau ressurgi. Elle a été portée par exemple pour la fabrication de masques ou de respirateurs dans les installations d’aviation de GE à Lynn, dans le Massachusetts, et à son siège de Boston, par les membres du syndicat de la division industrielle des travailleurs de la communication d’Amérique (IUE-CWA). Nul doute que la question de la reconversion devra être de nouveau posée comme issue socialement acceptable et soutenable, face aux nombreuses faillites de sociétés auxquelles va conduire la crise économique que connait le système capitaliste. On pense ici notamment à l’industrie automobile et aéronautique. Lire la suite

ARME, VP, profit

ARME. Tel est l’acronyme du nouveau plan français de réforme du travail. ARME pour « activité réduite pour le maintien de l’emploi ». Au moment où, partout dans le monde, les rues se noircissent de manifestant.es contre les violences policières (VP) et contre le racisme, le gouvernement français reste fidèle à ses convictions : loi et ordre, par hommes armés interposés, et libéralisme optimisé. C’est gonflé. Lire la suite

Pour l’égalité sociale, économique et politique de toustes

« Nous défendons une vision d’une société basée sur l’égalité des droits, peu importe notre nationalité, et où chacun·e serait libre de décider où il/elle souhaite vivre. Or, le CESEDA, en tant que Code qui cible une catégorie de la population, légitime et institutionalise la discrimination à l’égard des personnes étrangères est incompatible avec cette vision. Le CESEDA est un véritable Code d’exception, source de multiples discriminations, de traitements dérogatoires et d’atteintes aux droits fondamentaux. Le modifier ne fera pas disparaître l’existence de cette discrimination légale fondée sur la nationalité. C’est ainsi l’existence même de ce Code que nous devons remettre en question. » Lire la suite

Corps noirs, mort et Réparations

Intervention de Mireille Fanon Mendès France lors du webinar organisé par le IBW21 – International Black World21 – et NAARC – National Afro American Reparation Commission –, début mai 2020 

Depuis plusieurs jours, vu le nombre de corps noirs touchés par cette pandémie, il est temps de se recentrer sur le processus politique des réparations car sans ce passage par la réhabilitation des Africains et des Afro-descendants, par leur reconnaissance épistémologique, le sens de l’humanité ne changera pas. Il restera tel qu’il est, violent, menteur, manipulé par les dominants qui ignorent la vie des plus pauvres et des plus vulnérables ainsi que celle des migrants, abandonnés aux portes de l’Europe sous le feu de balles turques ou grecques. Lire la suite

On ne nous l’onfray pas ou les odeurs fétides du souverainisme identitaire

« Front populaire » en revue

Front populaire ? Les mythes ont la vie dure. Encore aujourd’hui en pleine crise sanitaire, l’expression soulève l’émotion due à cette victoire populaire que représente dans nos consciences mythifiées le gouvernement formé par Léon Blum en juin 1936.

Un soulèvement populaire obligea un gouvernement à prendre des mesures aux grands cris des dominants, de la droite et de l’extrême droite qui préféraient Hitler au Front populaire. Lire la suite