Archives de Catégorie: Politique

Lutter contre les inégalités ? Un essai de Walter Scheidel.

Il est de bon ton de rendre hommage, dans la lutte contre les inégalités, à la civilisation ou le sens de l’histoire suivant les idéologies, lesquelles idéologies sonnent un peu ringardes dans un monde qui ne sait plus la signification du concept de progrès. La confusion est grande entre l’idéologie du progrès, sous la forme actuelle de la nécessité du changement sans contenu et le progrès lui même, la notion de révolution, de changement fondamental. Lire la suite

« Islamo-gauchisme » : stopper la confusion et les polémiques stériles (plus communiqués CNRS et SNCS-FSU – SNESUP-FSU

Interrogée sur CNews, la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a annoncé qu’elle allait demander « notamment au CNRS » de faire une enquête sur « l’ensemble des courants de recherche » à propos de « l’islamo-gauchisme » à l’université, « de manière à ce qu’on puisse distinguer ce qui relève de la recherche académique et ce qui relève du militantisme et de l’opinion ».

La CPU fait part de sa stupeur face à une nouvelle polémique stérile sur le sujet de l’« islamo-gauchisme » à l’université. « L’islamo-gauchisme » n’est pas un concept. C’est une pseudo-notion dont on chercherait en vain un commencement de définition scientifique, et qu’il conviendrait de laisser, sinon aux animateurs de Cnews, plus largement, à l’extrême droite qui l’a popularisé. Utiliser leurs mots, c’est faire le lit des traditionnels procureurs prompts à condamner par principe les universitaires et les universités. Lire la suite

Bugeaud : Bourreau des algériens et ennemi de la République

https://www.change.org/p/etat-français-bugeaud-bourreau-des-algériens-et-ennemi-de-la-république?

Bugeaud ; ce sont les « enfumades » recommandées à ses officiers en des termes très clairs sur le but poursuivi : la destruction physique des « indigènes ». « Si ces gredins se retirent dans leurs cavernes, fumez-les à outrance comme des renards », déclare ce général aux cadres de l’armée d’Afrique qui s’apprêtent à partir en mission. Saint-Arnaud, Montagnac et Pélissier, pour ne citer que ceux-là, se sont exécutés avec zèle. En particulier le colonel Pélissier qui, le 18 juin 1845, a anéanti une tribu entière – celle des Ouled Riah – dont les membres désarmés s’étaient réfugiés dans les grottes du Dahra, proches de Mostaganem. Lire la suite

Commémoration pour Ilan Halimi : 15 ans déjà

Rassemblement contre les crimes antisémites et tous les actes racistes

Dimanche 14 Février – 14h à Paris devant le jardin Ilan Halimi, 54 Rue de Fécamp dans le 12e arrondissement (Métro Michel Bizot)

Il y a 15 ans, Ilan Halimi était kidnappé, séquestré, torturé et assassiné parce que Juif.

Il était retrouvé le 13 février agonisant sur les rails du RER C. Ilan manque à sa famille et à ses proches. Et nous ne l’oublierons jamais.

Ce sont les stéréotypes antisémites les plus anciens qui ont mené à son assassinat : les Juifs seraient riches et maniganceraient dans l’ombre.

Depuis 2006, de l’école Ozar Hatorah à Toulouse jusqu’à l’Hypercacher de la Porte de Vincennes et à Mireille Knoll, onze hommes, femmes, enfants ou personnes âgées ont été tuées en France parce que Juives.

Les actes antisémites et les violences racistes sont en augmentation, ici et ailleurs dans le monde. Lire la suite

Les crimes racistes sont des violences relatives aux rapports de domination produits par l’ordre social

« Sur les parois de mon cervelet subsiste le tracé d’une langue que je ne sais ni lire ni écrire. Je succombe régulièrement à la douleur que provoque en moi cette seule phrase. Je succombe à cette étrange indigence qui vous conduit à ne rien savoir de vos propres défunts. Je succombe à la présence d’une violence et d’un amour que je n’ai pas connus, mais dont le souvenir me hante. »

Dans son introduction, introduction-au-livre-de-rachida-brahim-la-race-tue-deux-fois/ publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Rachida Brahim discute, entre autres, de source du racisme, d’anéantissement de l’historicité, de réminiscence « d’une violence primordiale que nous n’avons pas directement vécue », de déchiffrement du passé, d’« une violence épistémique qui participe à ce long désastre », de colonialité de pouvoir, de régime d’inégalités protéiformes, de douleur indicible, de honte et d’insanité… Lire la suite

Semaine anticoloniale et antiraciste 2021

Lire la suite

Derrière les chiffres 2020, la poursuite d’une politique migratoire restrictive pendant la pandémie

Chère Madame, Cher Monsieur, Cher·e·s Ami·e·s,

Le ministère de l’intérieur a publié des premières statistiques concernant l’immigration et l’asile pour 2020. Si les baisses spectaculaires s’expliquent en grande partie par la crise sanitaire, les atteintes aux droits des personnes étrangères sont quant à elles imputables à la poursuite d’une politique migratoire restrictive. Ainsi, le nombre de visas délivrés est passé de 3,5 millions à 712 000 (soit moins 79,7%), le nombre de premiers titres de séjour de 277 406 à 220 535 (soit une baisse de 20,5%) et le nombre de demandes d’asile enregistrées de 143 000 à 93 000 (soit une chute de 35%).  Lire la suite

J’AI LA gerbe !

Les escaliers, les couloirs et les quais du métro parisien dégorgent de publicité pour tout et n’importe quoi. Ce n’est pas nouveau et ce trop-plein de messages, qui ponctuent nos pas ou tentent d’attirer notre attention, provoquent généralement l’indifférence. Il arrive cependant qu’une réclame, pire que les autres, crée le malaise. Lire la suite

Introduction au livre de Rachida Brahim : La race tue deux fois

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Sur les parois de mon cervelet subsiste le tracé d’une langue que je ne sais ni lire ni écrire. Je succombe régulièrement à la douleur que provoque en moi cette seule phrase. Je succombe à cette étrange indigence qui vous conduit à ne rien savoir de vos propres défunts. Je succombe à la présence d’une violence et d’un amour que je n’ai pas connus, mais dont le souvenir me hante. Lire la suite

L’étincelle dans le vent, mais l’étincelle qui cherche la poudrière

Dans sa préface, Feu dans la nuit rouge, Alex Januário parle de lumière, du positionnement d’insurgé et de surréaliste de Michael Löwy, de rigueur critique et poétique, de l’amour, la poésie et la liberté, « Ces trois forces que l’on retrouve comme des éléments moteurs dans chacun de ces deux champs, sont des pierres alchimiques de lumière noire, des rayons qui peuplent la nuit et les rêves, autant de rets incantatoires qui évoquent ici les images orageuses du mystère qui les entoure », des gouffres de l’âme et des mouvements révolutionnaires, des forces d’insoumission et de réenchantement, « La Comète incandescente déchire le soleil noir et s’installe dans la nuit aimante comme la lumière de la plus-réalité poétique, abrasive, transformatrice. Magique et séminale, l’illumination profane et subversive »… Lire la suite

La livrée du citoyen

Mon ami Adam vient de Syldavie*. Il a son statut de réfugié, il a trouvé son Eve, ils ont un adorable Poupon-la-peste**. Maintenant, il veut être Français.

Il a retiré un dossier de demande d’acquisition de la nationalité française. Il sait qu’il sera convié à un entretien à la Préfecture au cours duquel l’administration appréciera s’il le mérite.

Pour se préparer à cet examen, il m’a demandé quel livre lire. Je vais chez mon libraire, qui après avoir regardé dans ses rayons et sur son ordi me dit : « le plus simple pour commencer, allez donc sur le site du Ministère de l’Intérieur. Vous y trouverez, consultable et imprimable, le « Livret du citoyen » édité par la Direction générale des étrangers en France ». Vous verrez, c’est parfait pour qu’il se mette dans l’ambiance, et en plus ça m’étonnerait que vous n’ayez rien à en dire. » Lire la suite

Les théories complotistes sont une impasse et un danger mortel pour toutes celles et ceux qui luttent pour une société libre, fraternelle et égalitaire

Bien sûr les complots existent ! 

Bien sûr il y a des complots, passés, présents et à venir, beaucoup de « complots » à découvrir, œuvre des Etats Nations, de leur police, de leurs armées, de leurs services secrets. Ces complots sont bien réels, souvent sanglants et criminels. 

Ces complots ont pour but de faire perdurer le pouvoir des dominant.e.s sur les dominé.e.s, de réprimer les mouvements sociaux, et les révolutions, de maintenir la domination des pays  impérialistes sur les autres. Ils sont d’une autre nature, et d’une autre réalité que les soi-disant complots attribués à des Bill Gates, à l’OMS, au Forum de Davos etc…   Lire la suite

A propos des régressions anti-laïques et anti-démocratiques en cours

Ce qui ressort des lois récentes et des projets de loi, des décrets ou circulaires en cours de finalisation ou déjà appliquée signifie une régression démocratique sans précédent, en matière de laïcité, de droit d’association, de liberté d’opinion. Lire la suite

Une économie de l’attention

Soyons honnêtes.

La technique aide. Mais la technique n’aide pas.

Il est difficile de prendre comme un tout la question de la technique. 

Lorsqu’on l’applique à l’école, lieu où devrait régner la pédagogie, la technique est présente partout tout le temps. C’est le liant car une parole ne devient pas magiquement une connaissance. Entre connaissance 1 et connaissance 2, il doit y avoir un lieu. Ce lieu, c’est un ensemble de techniques qui le font exister. Places dans l’espace, groupes, implication du corps, ou au contraire recentrement intime.  Lire la suite

Crise de légitimité, colères sociales et stratégie macronienne de la muleta

Loi sur la sureté globale, loi sur les « séparatismes », loi de programmation de la recherche, dissolutions d’associations comme le CCIF ou BarakaCity, promulgation de trois décrets élargissant les motifs légaux de fichage (1), déni obstiné des violences policières, accusations d’islamogauchisme comme outil d’intimidation et de silenciation, relance du débat et du thème de « l’identité nationale », etc. La fin de l’année 2020 donne tous les signes d’une surchauffe idéologique du gouvernement comme de nombreux grands médias. Comme toujours la poussée de fièvre n’est que le symptôme d’une infection qu’il convient de tenter de diagnostiquer. Le président Macron a, dans ses vœux pour l’année 2021, donné son diagnostic de l’infection duquel découle logiquement le remède souhaité. L’infection serait due uniquement à un facteur extérieur, le Coronavirus, qui serait venu enrayer une France en redressement économique, en réconciliation sociale et nationale dépassant le clivage désuet « droite-gauche », en réarmement moral et philosophique autour des « valeurs de la République » et de la « laïcité », etc. La pandémie aurait également, selon lui, révélé les anticorps puissants de la société française, toutes classes confondues, annonciateurs d’une renaissance prochaine pourvu que chacun y mette du sien et qu’une chasse impitoyable soit menée contre les saboteurs de l’effort collectif nécessaire. Une véritable tragédie qui se termine bien en quelque sorte par un final d’unanimité nationale contre les ennemis de l’extérieur et de l’intérieur. La prise en compte de quelques données statistiques et de quelques faits nationaux et internationaux révèle que la tragédie est en fait une comédie. Lire la suite

« Militaro-securité globale » : le jour d’après est déjà là

Les mesures en cours – lois de « sécurité globale » et « contre le séparatisme », décrets généralisant les motifs de fichage des citoyens – sont prises pour faire face à la crise sociale dont une nouvelle étape est ouverte par la pandémie. Cependant, en cas de crise grave, l’armée, qui constitue l’armature de la Ve République, est en charge non seulement de la défense contre les ennemis extérieurs, mais du maintien de l’ordre contre les menaces qui viennent de l’intérieur du pays. Lire la suite

De la complexité de la juste mesure

Un virus circule dans le monde entier qui pose un problème sanitaire crucial à l’humanité. Il faut donc mettre en place des mesures pour y remédier. Ceci est incontestable. Dans l’urgence, trois stratégies ont été envisagées :

  • laisser se propager le virus jusqu’à obtenir une immunité collective qui bloquera naturellement sa propagation (tout en sollicitant quand même la conscience et la discipline citoyenne pour faire attention afin de limiter les « dégâts ») (Ex : Suède).

  • surveiller toute la population, y compris dans la sphère privée, pour détecter immédiatement l’apparition de nouveaux cas, isoler d’office les personnes pour casser les chaînes de contamination et stopper la propagation du virus (Ex : Asie)

  • prendre des mesures sanitaires fortes (confinement, tests, distanciation physique, masques, gel, etc) pour freiner la propagation du virus afin de ne pas engorger les hôpitaux et se garder la possibilité de soigner les malades jusqu’à l’arrivée d’un vaccin (Ex : France).

Que les débuts aient été chaotiques, c’est évident : manque de connaissances, impréparation, panique face à la saturation des hôpitaux. Mais ruminer les couacs du début n’a d’intérêt que si cela débouche sur une issue positive. Ces couacs (erreurs d’appréciation, contre-vérités, bêtises, etc) ne sont pas l’apanage des gouvernants, nous en avons aussi entendues beaucoup dans les chaumières et sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, nous en savons beaucoup plus et la gestion de la pandémie devrait pouvoir se faire avec plus de sérénité. Lire la suite

Desexil. Praxis – Mémoire – Archives

COMMENT LIRE LES MATERIAUX ?

CONDITIONS D’ACCES ET D’USAGE

REVUE DESEXIL. PRAXIS-MEMOIRES-ARCHIVES

« Mettez tout cela par écrit sans rien cacher, car rien n’est plus émouvant que l’expérience vécue et l’observation directe (…).
Je suis toujours impressionnée par l’incompréhensible car cela cache peut être quelque chose qui nous est favorable. C’est rationnel chez moi ».
Ajar Emile, Gros Calin.

I. INFORMATIONS GENERALES

COMMENT LIRE TOUS CES MATERIAUX ?

Ce qui était prévu comme un petit travail de quelques semaines de mise en ordre de publications, de documents, de livres, de sources diverses au moment de transmettre un héritage après 50 ans de travail, a pris une ampleur inédite au fil des mois. Avec des limites inédites aussi. Le Covid-19 a représenté à la fois une limite matérielle, sociale, un ralentissement du temps et un miroir extraordinaire pour repérer ce qui était caché sous le tapis ou alors invisible durant ces 50 dernières années. Notre souci, lier le travail de mémoire sur l’avant à l’après Covid-19. Nous avons compté avec nos propres limites matérielles et nos propres choix ouverts à la réflexion critique. Lire la suite

Les experts du Smic : pas de pitié pour les gueux

Tel un « marronnier », le dernier rapport du groupe d’experts sur le salaire minimum recommande de « s’abstenir de tout coup de pouce sur le SMIC au 1er janvier 2021 ». Rien de nouveau sous le soleil, puisque les experts n’ont jamais proposé un tel coup de pouce.

Pas besoin d’étude quantitative

Leurs arguments sont répétés d’une année sur l’autre. Le premier est un refrain connu : « une hausse du SMIC au-delà des mécanismes de revalorisation automatique risquerait d’être préjudiciable à l’emploi des personnes les plus vulnérables ». Pourtant, déplorent les experts, « aucune étude quantitative sur l’effet du salaire minimum sur l’emploi n’a été conduite au cours des quatre années de mandat de notre groupe d’experts ». Lire la suite

Racisme partout, race nulle part

Avec l’aimable autorisation de l’auteur

Comment parler concrètement de racisme dans un pays qui réfute le mot même de « race » ? C’est, en substance, la question que pose le livre de Sarah Mazouz, sociologue et chargée de recherches au CNRS, qui s’intitule tout simplement Race [1], et dont on pourra lire un extrait ici. Ce court ouvrage a été rédigé et publié dans la période qui recouvre l’assassinat de George Floyd par un policier blanc à Minneapolis, les marches pour Adama Traoré, décédé après une interpellation de la police en région parisienne, et le débat sur le « séparatisme islamiste » amorcé par le gouvernement. Le contexte politique est intéressant car il fournit un terrain fertile pour débattre de la « race », non sous un angle biologique et donc raciste, mais pour comprendre celle-ci comme une construction sociale et un instrument de domination. Lire la suite