Archives de Catégorie: Politique

Ce nouveau monde en germination dans le terreau du malheur

A cette époque de violente transition historique, les prophètes de l’apocalypse dramatisent les fumées noires de la société pyramidale en calcination. L’indigence philosophique des discoureurs médiatiques fait de la prédiction du malheur son fonds de commerce. Les intellectuels oublient leur vocation première, la transgression des lignes interdites, la démystification des messes dites, la prospection des perspectives inédites. L’intellectuel est insoumis ou n’est pas. Dans cette inconsistance tragique, le populisme sème allègrement les cendres des totalitarismes révolus. L’énarchie dirigeante tisse désespérément des modélisations dérisoires sans d’autre prégnance sur les réalités sociales que l’aggravation des dysfonctionnements bureaucratiques. Le chaos des transformations imprévisibles, le désordre des mutations invisibles, le cataclysme des ordres établis, qui déstructurent, de fond en comble, les schémas vermoulus de gouvernance, sont, avant tout, symptomatiques des possibles insoupçonnables, auto-réalisables sans programmations téléguidées, dans une complexité irréductible aux schématisations oppressives des pouvoirs en sursis. La technocratisation triomphante des dernières décennies ne laisse dans ses décombres qu’une déculturation générale propice à tous les fanatismes. Les passions destructrices creusent leur lit dans le vide de la pensée. L’ère de l’insignifiance est frappée d’infécondité cognitive. Lire la suite

A gauche, les intermittent·e·s de la lutte antiraciste

La période estivale est réputée être celle des congés. Soit mais uniquement pour la minorité de Français-e-s qui peuvent en profiter. Avant de poursuivre, rappelons à l’adresse des partisans de la « disruption jupitérienne » et du chef de l’Etat lui-même, qui se vante régulièrement de présider un pays qui jouit d’un « art de vivre » à nul autre pareil, qu’en 2014 trois Français sur cinq déclaraient avoir pris des vacances. Ce taux est de seulement 47% chez les ouvriers alors qu’il s’élève à 82% parmi les cadres. En trente ans, la situation n’a guère évolué [1]. Admirables effets de la « passion » de l’égalité supposée être une caractéristique nationale, aux dires de la foultitude des mythologues qui hantent l’Hexagone.

Le mois d’août, en particulier, est aussi celui où se tiennent nombre d’« universités d’été » des partis politiques et, parfois, de collectifs unitaires. Plus encore cette année en raison des élections présidentielles à venir. Comme souvent, elles suscitent de multiples vocations d’hommes et de femmes prêts à faire généreusement don de leur personne à la France pour la sauver de périls imminents ou pour l’engager dans la voie d’un avenir radieux, progressiste, écologique et, pour certains, institutionnel par la grâce d’une Sixième République parée de toutes les vertus. Lire la suite

France : un Zeitgeist néofasciste

Qu’est-ce que le fascisme ? C’est un régime racialiste, territorialement expansionniste, qui exprime un nationalisme exacerbé et qui repose sur un parti unique aux ordres d’un dirigeant suprême.

Ces critères, qui renvoient aux expériences des années 30-40 en Europe, ne sont pas pertinents pour analyser la résurgence de ce courant aujourd’hui. Si aucun pays européen ne semble en effet sous la coupe d’un tel gouvernement, une ambiance fasciste est pourtant bien de retour en Europe. Lire la suite

La liberté en question

Depuis plusieurs semaines, toute une population lasse des tergiversations d’un gouvernement, aux méthodes contestables, hésitant dans ses choix souvent contradictoires face à la pandémie, manifeste sa lassitude et exprime son manque de confiance envers des représentants si peu représentatifs. 

À la peur d’un certain nombre d’entre nous le gouvernement répond par des mesures autoritaires. Comme le remarque une médecin de la Meuse qui fait part de ses réserves « à l’égard de la loi sur l’obligation du passe sanitaire, tandis que plus que jamais nous avons besoin de solidarité, c’est une loi qui nie les peurs profondes des gens et qui a été adoptée aux forceps démocratiques par des « administrateurs » ».

Il n’en demeure pas moins que les défilés, plus ou moins convergents, se font tous au nom de la liberté. Mais de quelle liberté s’agit-il ?  Lire la suite

Rassemblons nous le 19 septembre contre l’antisémitisme

Rassemblement de protestation le dimanche 19 septembre
– 16 h 00 – Place de l’Hôtel de Ville – Paris

 

affiche-raar-rassemblement-v4

Appel du Réseau d’actions contre l’antisémitisme et tous les racismes (RAAR) soutenu par Memorial 98 

Nous appelons à diffuser largement l’appel unitaire ci-dessous et à mobiliser pour l’échéance du 19 septembre. 

« La pandémie du Covid a déjà donné lieu à une déferlante antisémite et complotiste. Dès avril 2020, Soral avait ainsi publié une liste de patronymes de médecins et responsables politiques à consonance juive, en la qualifiant de « liste de Schindler » 

On assiste actuellement à une nouvelle vague de cette propagande. Elle prend la forme de l’assimilation de la vaccination et du pass sanitaire à la Shoah.

Des étoiles jaunes sont brandies par des opposants à la vaccination. On  condamne un « pass nazitaire » et on le compare à l’inscription sinistre du portail d’Auschwitz.

Les propos et actes  antisémites ont explosé dans et hors des manifestations récentes, notamment ceux désignant des personnalités juives comme responsables de la situation sanitaire, sous forme directe et explicite, ou par l’utilisation du terme antisémite codé « Qui ? », lequel cherche à stigmatiser les Juifs-ves qui seraient à la fois les responsables et les  bénéficiaires de la pandémie.  Lire la suite

« Un hégélien d’extrême-gauche ». Guy Debord, Marx Hegel

Thomas Debord-Marx-Hegel

Ce livre reprend les fiches de lecture de Guy Debord, l’un des principaux théoriciens de l’Internationale situationniste (IS), consacrées à Marx, Hegel et aux marxistes. L’un des attraits majeur de cet essai est de mieux cerner le parcours intellectuel de l’auteur et d’approcher au plus près l’élaboration de plusieurs concepts, au premier rang desquels celui de spectacle. En effet, s’il n’est pas possible de dater (avec précision) ces fiches – la seule distinction établie est celle des fiches antérieures à 1964 –, on sait que c’est fin des années 1950-début des années 1960, « à un moment charnière à la fois de la pensée de Debord et de l’histoire de l’Internationale situationniste », que Debord s’engage dans une lecture suivie et fouillée de Marx et des marxistes (page 25). Surtout, ces fiches sont étroitement liées à la rédaction de La Société du spectacle, en 1967. Lire la suite

Analyse de Loi chômage « Pour la liberte de choisir son avenir professionnel »

ATTAC, TSPS / Evelyne Dourille-Feer,
illustration : François Feer, août 2021

LOI CHÔMAGEdef2021 A Lire la suite

Réflexions théoriques et pratiques sur le racisme et l’antiracisme

Guide-Lutter-contre-le-racisme-1

En introduction, les auteurs et autrices indiquent que le fascicule « vise à fournir d’une part un état des lieux des débats de société et d’autre part, à montrer et à expliquer les actions, les prises de position et les mobilisations de l’association. Il n’est pas un manuel – ni d’histoire, ni d’autres disciplines – même s’il mobilise un certain nombre de connaissances interdisciplinaires. Il est une démarche : celle de prendre un peu de recul pour problématiser des questions, proposer des arguments, des éclairages et non seulement mieux porter le combat antiraciste de la LDH, mais surtout le penser ensemble. C’est pourquoi ce travail est collectif et il n’est pas l’œuvre de spécialistes mais une production de militantes et militants qui ont voulu questionner ensemble ». Lire la suite

La vitalité fondatrice des autres mots contre l’ordre-de-la-langue

4193HyzCNIS._SX261_BO1,204,203,200_

La langue, « Elle apparaît comme un enjeu politique majeur, impliquant la création d’organismes institutionnels chargés de préserver sa bonne tenue, et se trouve être requise à chaque fois qu’il s’agit, pour les tenants de la tradition, de mettre à l’ordre du jour le souci du « bon usage » du monde… »

Un remarque préalable, l’autrice nous montre qu’il est possible de construire une analyse rigoureuse sans les fatras encombrant trop souvent les textes universitaires. Car, faut-il le rappeler, un livre est fait pour être lu et son contenu approprié par le plus grand nombre possible. La langue utilisée, le vocabulaire et la présentation sont bien un enjeu politique, sauf à n’écrire que pour ses pairs ou à vouloir user d’une distinction pour satisfaire son ego…

« Plus qu’ailleurs, la langue en France a été érigée comme une sorte de marque de fabrique d’un esprit, d’un peuple, d’une nation, d’une histoire ou encore d’une culture ». Lire la suite

Lendemain de période électorale dans la commune : gueule de bois

Perdu dans la montagne, son histoire est celle d’un bourg qui n’est pas situé sur un axe stratégique. Une façon d’être à l’écart du monde. Pourtant, les passions religieuses et politiques de chaque époque – les deux se confondent au gré des épisodes tragiques qui les caractérisent – eurent malgré tout quelques retentissements sur les postures et les croyances des habitants, laissant dans les mémoires des souvenirs meurtris. Elles occupèrent les conversations, le soir à la fraîche lorsque l’on se retrouve côte à côte sur le banc en pierre situé à l’entrée du « centre-ville » dans un bourg qui en est dépourvue donnant à la géographie locale cette impression, certes métaphorique bien que prégnante, d’une juxtaposition d’univers qui, le temps passant, mettrons beaucoup de soins à s’ignorer mutuellement, au point parfois de banaliser la diffamation et de vous faire complice d’insinuations calomnieuses. Ce qui, en période électorale comme celle de laquelle nous sortons vaguement comateux, est la règle, disent les anciens. Traditions que les néo-ruraux ont réactivé non sans un certain talent. Lire la suite

Vaccins et manifestations

  • Lorenzo Battisti (CGT Banque Assurance) : La CGT et les manifestations contre le Pass Sanitaire
  • Jean-Claude Mamet : Syndicats et vaccination : l’hésitation de l’obligation

et aussi

  • Sud éducation : Pour la vaccination, contre l’extrême-droite

  • Union syndicale Solidaires : Vaincre le virus, préserver nos droits et libertés, changer le système

  • La quadrature du net : Passe sanitaire: quelle surveillance redouter ?
  • Non, MACRON ne mange pas les petits enfants !

  • Guadeloupe. Covid : « L’UPLG lance un appel solennel au peuple guadeloupéen… »

  • Anti passe sanitaire : l’extrême-droite comme un poison dans l’eau

Voici deux contributions individuelles au débat très vif sur les manifestations, les vaccins et le passe sanitaire. Le premier article décrit ce qui se passe en Italie et critique la notion de « liberté » détournée. Le deuxième commente « l’hésitation » syndicale devant l’obligation vaccinale en France.  Lire la suite

La critique de gauche du pass sanitaire se perd dans une impasse confusionniste

Avec l’aimable autorisation de l’auteur

La gauche sociale et critique navigue à vue sur la question du pass sanitaire. Elle commet des erreurs graves sur le plan éthique et politique. Celles-ci nourrissent le confusionnisme politique ambiant, et renforcent les forces conspirationnistes et d’extrême droite.

La décision d’imposer un pass sanitaire pour accéder à certains lieux publics ou services est, en l’état actuel de la situation, insatisfaisante et comporte des zones d’arbitraire. Sa mise en place aurait pu être davantage justifiée si les vaccinés étaient définitivement immunisés contre le virus du Covid-19, et ne pouvaient le transmettre. Ce n’est pas le cas.

Les modalités d’application sont également, pour une part, inadéquates : pourquoi l’imposer à l’extérieur sur les terrasses de café si les règles de distanciation sont respectées ? La décision contient des mesures contestables : un test négatif est valable pendant 72 heures (au lieu de 48 heures), ce qui donne plus de temps au virus de se multiplier dans l’organisme jusqu’au déclenchement de la maladie. Le virus peut être en incubation et non détectable lors du test et n’être repérable que le troisième jour. Le risque de transmission est donc allongé.

Il est également légitime de dénoncer l’autoritarisme et l’amateurisme du gouvernement. Le pass sanitaire a été imposé, sans la moindre concertation et sans en expliquer les bénéfices potentiels. Emmanuel Macron, qui a pratiquement décidé seul de la politique sanitaire de la France depuis un an et demi (allant parfois à l’encontre des recommandations médicales), a encore imposé cette mesure controversée. Le débat bâclé à l’Assemblée nationale ne doit tromper personne. Lire la suite

Réflexions d’un anti-impérialiste après dix ans de débat

Entretien avec Gilbert Achcar

Gilbert Achcar a grandi au Liban et a vécu et enseigné à Paris, Berlin et Londres. Il est actuellement professeur d’études du développement et de relations internationales à la SOAS, Université de Londres. Parmi ses nombreux ouvrages figurent Le choc des barbaries. Terrorisme et désordre mondial (10/18, 2004) ; La poudrière du Moyen-Orient, coécrit avec Noam Chomsky (Fayard, 2007) ; Les Arabes et la Shoah. La guerre israélo-arabe des récits (Actes Sud, 2009) ; Marxisme, orientalisme, cosmopolitisme (Actes Sud/Sindbad, 2015) ; Le peuple veut. Une exploration radicale du soulèvement arabe (Actes Sud/Sindbad, 2013) ; et Symptômes morbides. La rechute du soulèvement arabe (Actes Sud/Sindbad, 2017). Il a été interviewé par Stephen R. Shalom (professeur de sciences politiques à l’Université William Paterson, New Jersey) pour New Politics le 5 mai 2021.

New Politics: Gilbert, tu as récemment publié un article très discuté dans The Nation sur l’anti-impérialisme  1]. Je me demande si, pour commencer, tu pourrais nous dire pourquoi tu as écrit cet article et nous résumer brièvement ton argumentation.

Gilbert Achcar : Merci, Steve. J’ai écrit cet article à cause de la grande confusion qui existe aujourd’hui à gauche sur le sens de l’« anti-impérialisme ». A mon sens, cette confusion est principalement le résultat du changement radical de la situation mondiale qui a suivi l’effondrement de l’URSS. Il y a également eu un changement du type de guerres menées dans le Sud mondial. Les guerres impérialistes contre des mouvements ou des régimes de libération nationale ne sont plus le type dominant, comme elles l’étaient dans les premières décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Depuis les années 1990, nous avons assisté à des guerres impérialistes contre des régimes oppressifs, comme en Irak, dans les Balkans ou en Afghanistan. La situation s’est encore compliquée avec ce que l’on a appelé le Printemps arabe en 2011. Les puissances impérialistes occidentales – les Etats-Unis de Barack Obama en premier lieu – ont donné l’impression de soutenir les soulèvements populaires contre les régimes dictatoriaux. Lire la suite

Merdications du 15 août

Je me suis laissé dire par un ami qui s’y connaît et qui est digne de foi que la Terre était, peut être, plate. Il était sûr de rien, mais il se demandait pourquoi il y avait pas de débat contradictoire. Bon, moi je sais pas, je suis pas astrologue. Mais j’ai un ami qui s’y connaît et qui est digne de foi qui en connaît un qui est indépendant. Même sur CNews ils l’ont pas invité, c’est dire.

Je me suis laissé dire par un ami qui s’y connaît et qui est digne de foi que la preuve de la rondeur de la Terre est une invention de l’Agence spatiale qui a intérêt à le dire sinon qui croirait qu’elle envoie des satellites. Même la météo ils savent pas la prévoir. Pareil pour la NASA, mais on peut pas faire confiance aux Ricains, non ? De toute façon, ce sont pas vraiment des organisme indépendants. Et ce n’est pas un hasard. Lire la suite

La pandémie Covid-19. « Leurs incohérences et les nôtres »

Depuis son déclenchement fin 2019, la pandémie de Covid-19 a donné lieu à une gestion d’apparence désordonnée, voire chaotique, de la part de l’ensemble des gouvernements, quelles qu’aient été leurs options, d’ailleurs changeantes, en la matière. Cette allure est généralement mise sur le compte, selon le cas, de leur inexpérience, de leur amateurisme, de leur imprévoyance, de leur incurie voire de leur cynisme, tous facteurs qui se sont en effet conjugués à des degrés divers la plupart du temps. Cependant, la généralité même de cette situation conduit à soupçonner la présence de facteurs plus structurels : quelques solides contradictions dont les racines plongent au cœur des rapports capitalistes de production [1]. Lire la suite

Appel à l’action contre la vague de propagande antisémite, toujours plus présente

Communiqué du Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes (RAAR) du 13 août

Le 19 juillet dernier, le RAAR publiait le communiqué suivant :

« La pandémie du Covid a déjà donné lieu à une déferlante de propagande antisémite et complotiste.

On assiste actuellement à une nouvelle vague de cette propagande. Elle prend la forme de l’assimilation de la vaccination et du pass sanitaire à la Shoah. Des étoiles jaunes sont brandies par des opposants organisés à la vaccination.

On condamne un « pass nazitaire » et on le compare à l’inscription sinistre du portail d’Auschwitz. Des dizaines de milliers de personnes défilent dans ce cadre.

Les partisans de l’extrême-droite sont au premier rang de cette campagne. 

Il s’agit notamment de Florian Philippot, ancien porte-parole de Marine Le Pen, chef auto-proclamé de l’opposition à toute précaution face au Covid.

Mais cette manipulation, qui revient à minimiser et banaliser le génocide des Juifs, frappe bien au delà des rangs de l’extrême-droite. 

Le débat légitime sur le contenu des mesures sanitaires et l’appréciation de la politique gouvernementale est détourné au profit de théories complotistes totalement réactionnaires et porteuses de lourds dangers négationnistes et antisémites.

C’est un mouvement mondial, comme l’ont montré les campagnes du même type aux États-Unis sous l’égide de mouvements complotistes comme QAnon et en Allemagne.

Le Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes (RAAR) condamne avec force cette propagande antisémite.

Il appelle toutes les organisations antiracistes, les syndicats et les partis de gauche à faire front ensemble contre ce danger et à refuser de cautionner les manifestations et rassemblements qui se déroulent sous le signe de la confusion et du complotisme. » Lire la suite

Albert Camus et la tourmente médiatique

Paris – Les journalistes libres de la Résistance, souvent des écrivains engagés, détachés des pressions économiques, détrompés des illusions idéologiques, préservés des machinations politiques, s’inscrivent pleinement dans la pensée critique, l’intellection synoptique, l’impertinence analytique. La figure emblématique de cette expérience historique est, sans conteste, Albert Camus, conscience malheureuse des deux rives, en permanence écartelé entre des exigences éthiques contraires, déboussolé par l’aberrance ontologique, taraudé par l’absurde dialectique de la condition humaine.

L’écrivain, qui s’arrache à son intériorité romanesque, s’émancipe de son paradigme fantasmagorique pour s’aventurer dans les méandres de la société médiatique de manipulation, n’a d’autre arme que sa plume. Il se doit de préserver sa liberté contre les tentations honorifiques, les influences dépravatrices, les récompenses corruptrices. L’implacable observation d’Albert Camus est plus percutante que jamais : « Dans l’affreuse société où nous vivons, où l’on se fait un point d’honneur de la déloyauté, où le réflexe a remplacé la réflexion, où l’on pense à coups de slogans et où la méchanceté essaie trop souvent de se faire passer pour l’intelligence, je ne suis pas de ces amants de la justice qui veulent que l’appareil de la chaîne redouble, ni de ces serviteurs de la justice qui pensent qu’on ne sert la justice qu’en vouant plusieurs générations à l’injustice ! Je vis comme je peux dans ce pays malheureux, riche de son peuple et de sa jeunesse, provisoirement pauvre dans ses élites. » Lire la suite

Sans-papiers et zapatistes : ya basta ! La longue marche vers la liberté

1er janvier 1994 :

En plein offensive néo-libérale dans le monde entier, l’insurrection zapatiste des communautés indigènes du Chiapas a résonné internationalement comme un appel à la résistance.

La marche pour l’émancipation et un autre monde est lancée.

Février-août 1996 :

A Paris des centaines d’étrangerEs « clandestins » sont sortiEs en pleine lumière, occupent des églises, des gymnases, un entrepôt de la SNCF pour obtenir leurs papiers. Ils et elles sont expulséEs violemment de l’église St Bernard par la police le 23 août 1996 mais celles et ceux qui se sont renomméEs « sans-papiers » viennent de lancer un mouvement de collectifs sur tout le territoire.

La marche des Sans-Papiers pour leur régularisation et pour l’égalité a commencé. Lire la suite

Données, algorithmes, intelligence « artificielle » : quel est le problème ?

Data storage and control by big corporations have become a resource for more exploitation, racism, and gender discrimination.

Les données, les algorithmes et l’intelligence artificielle (IA) sont des sujets constamment présents dans de nombreuses régions du monde dans des discussions allant des technologies futuristes telles que les voitures autonomes, aux applications quotidiennes qui affectent nos communautés de manière négative. En tant que militantes féministes, anticapitalistes et antiracistes, nous devons comprendre les implications et les politiques de ces technologies, car dans de nombreux cas, elles accentuent les inégalités liées à la richesse et au pouvoir et reproduisent la discrimination raciale et de genre.

Les données, les algorithmes et l’intelligence artificielle prennent de plus en plus de place dans nos vies, même si, pour la plupart, nous ne nous rendons presque pas compte de leur existence. Leurs impacts peuvent parfois être tout aussi invisibles, mais ils sont en lien avec toutes nos luttes pour un monde plus juste. L’accès à ces technologies est inégal et la balance penche de plus en plus en faveur de puissantes institutions, telles que les Forces armées, la police et les entreprises. Seuls quelques agents privés ont la capacité informatique suffisante pour exécuter les modèles d’IA les plus robustes, c’est pourquoi même les universités comptent sur eux pour mener leurs recherches. Quant aux données, nous les produisons tous les jours, parfois consciemment, parfois simplement en gardant nos smartphones avec nous, tout le temps, sans même les utiliser. Lire la suite

« Le colorisme est un système d’oppression à part entière »

Pour l’association Esprit d’ébène, lutter contre les dépigmentations volontaires de la peau suppose aussi d’ouvrir la discussion avec les personnes concernées, et d’écouter ce qu’elles ont à dire sur le sujet. (Article rédigé par Karine L.)

Partons d’un fait : nos sociétés sont fondées sur plusieurs systèmes de dominations entraînant différentes sortes de discriminations. Ainsi, ces discriminations cohabitent, se superposent et rythment la vie des personnes considérées comme dominées.

La hiérarchisation de critères tout à fait subjectifs contribue à l’exclusion de certains qui se voient empêcher d’accéder à des domaines essentiels de la vie : l’accès au logement, l’accès à un travail et une rémunération décente et/ou équitable, l’accès à certains corps de métiers ou encore à certains endroits du monde. Elles créent également un sentiment d’infériorité, d’injustice et de frustration chez les personnes qui les subissent.

Le colorisme est une de ces nombreuses formes de discrimination, et produit exactement les mêmes effets. Lire la suite