Archives de Catégorie: Russie

Alexandra Kollontai : Les années de la révolution

Kollontai était une révolutionnaire russe qui a bravement fait face à la brutalité du tsarisme, à la persécution politique, à la réalité de la faim et de la guerre qui frappaient la vie dans la Russie pré-soviétique. Pendant la révolution, elle a joué un rôle très important dans la mobilisation des femmes et de la classe ouvrière en général. Elle a organisé des contributions radicales sur l’émancipation des femmes et sur le rôle de la famille et de la morale sexuelle dans le maintien du capitalisme. Au début du régime soviétique, elle a mené des politiques socialistes pour la libération des femmes.

C’est de cette période que parle le texte ci-dessous, à la première personne. Nous avons sélectionné des extraits de l’article « Les années de la révolution », de son livre « Autobiographie d’une femme communiste sexuellement émancipée », écrit en 1926. Lire la suite

Appel international pour la libération immédiate de tous les prisonniers politiques en Russie

Cet appel urgent a été rédigé en collaboration avec des militants et des intellectuels vivant en Russie.

Fin janvier 2021, une vague de protestations de masse a déferlé sur toutes les grandes villes de Russie. L’occasion de ces protestations a été l’arrestation de l’opposant Alexei Navalny, mais la véritable cause était l’énorme inégalité sociale et la privation de droits politiques dans le pays. Toutes celles et ceux qui sont descendu.e.s dans la rue n’étaient pas des supporters de Navalny, mais toutes et tous étaient uni.e.s par un désir de changement social et politique et une lassitude face au régime autoritaire et corrompu qui dirige la Russie aujourd’hui. Lire la suite

La nuit des poètes juifs assassinés le 12 août 1952 : le massacre antisémite de Staline

Parmi les victimes du massacre du 12 août 1952: Peretz Markish, Leib Kvitko, David Hofshtein, Itzik Feffer, David Bergelson,
écrivains et poètes.

Staline et les Juifs : de la suppression du Comité Antifasciste Juif au procès des Blouses blanches. 

Pour qui veut combattre l’antisémitisme et ses projections à gauche, il est crucial de se pencher sur l’histoire de l’antisémitisme stalinien. Celui-ci est à l’origine de nombreux « concepts » calamiteux de cette haine. 

Staline et ses sbires ont notamment recyclé les termes issus de l’extrême-droite et du nazisme sur le « complot juif international ».  Lire la suite

La référence sur les soviets

La révolution russe fait couler beaucoup d’encre. En oubliant les « soviets », bizarrement. Pourtant, ils représentent une forme nouvelle de démocratie. Ils dérangent et obligent à s’interroger sur les manières dont les populations peuvent agir sur leur propre destin. Ils dérangent les théoriciens pressés de démontrer le « totalitarisme » des bolchéviks et de Lénine en particulier. Dans les études sur la révolution russe de 1905, cette nouvelle structure de pouvoir faisait son apparition. Elle allait se développer en 1917. Trotski, dans son « Histoire de la Révolution Russe », insiste sur le « double pouvoir » pendant le processus révolutionnaire mais on peut douter de la réalité d’un autre pouvoir que celui des soviets. Lire la suite

Ossip Mandelstam : il y a 80 ans Staline assassinait ce grand poète

En mémoire du grand poète russe Ossip Mandelstam, mort le 27 décembre 1938, victime de Staline.

En novembre 1933, Mandelstam écrit l’un des poèmes politiques les plus connus du XXe siècle (voir ci-dessous). Un brûlot contre Staline. Il disait, avant de le réciter : « Aujourd’hui, la poésie doit être civique ». Ce texte constitue le principal chef d’accusation contre Mandelstam et la raison de son arrestation en mai 1934, pour « activités contre-révolutionnaires ». Grâce à l’intervention du dirigeant du PCUS, et alors allié de Staline, Boukharine et à la demande du futur Prix Nobel de littérature Boris Pasternak, sa condamnation à la déportation est commuée en exil. Il est alors placé en résidence surveillée à Voronej, privé de tout moyen de subsistance. Lire la suite

Si rien ne se passe, le cinéaste Oleg Sentsov va mourir

Arrêté en mai 2014, en Crimée, pour avoir manifesté contre l’annexion russe, le réalisateur est en grève de la faim depuis le 14 mai, un mois avant l’ouverture de la Coupe du monde.

En ce moment, sur le sol russe, se déroule la Coupe du monde de football 2018 de la Fifa. En ce moment, sur ce même sol russe, un cinéaste est entre la vie et la mort.

Agé de 41 ans, père de deux enfants, il a débuté une grève de la faim illimitée le 14 mai 2018, un mois tout juste avant l’ouverture de la Coupe du monde.

Il s’appelle Oleg Sentsov. Lire la suite

Image

Nous demandons la libération immédiate des deux prisonniers politiques Alexandre Koltchenko et Oleg Sentsov qui se trouvent en danger de mort

Il y a cent ans, la répudiation de la dette russe

Le 3 février 2018, nous célébrons le centenaire de la répudiation des dettes illégitimes proclamée par les soviets le 3 février 1918.

2017 a marqué le centenaire de la révolution russe, première révolution de l’histoire renversant le capitalisme dans la perspective d’une révolution socialiste internationale, et qui conduisit à d’immenses espoirs pour toutes celles et tous ceux qui, à l’échelle mondiale, subissaient la violence de l’exploitation capitaliste, du colonialisme et de la guerre. La révolution en Russie fut agressée par les tenants de l’ordre impérialiste et, après une phase progressive de déformation et de dégénérescence bureaucratique qui avait commencé très tôt, elle fut étouffée par la dictature stalinienne1.

Pourtant, ses débuts étaient prometteurs : le pouvoir révolutionnaire instauré en octobre 1917 en Russie a pu mettre en œuvre certaines des principales revendications populaires, telles que la paix, la distribution de la terre aux paysans, la nationalisation des banques et l’annulation des dettes des paysans à leur égard, la reconnaissance effective du droit à l’autodétermination des peuples, l’affirmation des droits des femmes ou encore la journée de travail de huit heures. Lire la suite

Traduction et enrichissement réciproques des diverses expériences d’auto-émancipation

Dans son introduction, introduction%E2%80%89-lenine-decolonial-de-matthieu-renault-a-son-ouvrage-lempire-de-la-revolution-lenine-et-les-musulmans-de-russie/, Lénine décolonial, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Matthieu Renault aborde, entre autres, la disparition des mondes non-européens dans les perspectives révolutionnaires, le premier congrès des peuples de l’orient, la non-pensée des dimensions anti-coloniales, les évolutions des propositions de Lénine « un long et progressif décentrement révolutionnaire »… Lire la suite

Introduction : « Lénine décolonial » de Matthieu Renault à son ouvrage « L’empire de la Révolution – Lénine et les musulmans de Russie »

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Le saviez-vous ? Vladimir Ilitch Lénine n’est pas mort le 21 janvier 1924, comme tout le monde le croit, mais des décennies plus tard. En témoigne un « album non officiel », récemment découvert, de photos le montrant à la frontière finlandaise en 1925 avec son frère jumeau, lui-même inconnu des archives, au Mexique avec Trotsky en 1938, ou encore à Cuba au tournant des années 1960. Mais le cliché le plus surprenant d’entre tous a été saisi en 1949 : on le voit faisant la prière, lors d’un pèlerinage à La Mecque. Impossible diront certains, mais, et d’autres images plus anciennes le prouvent, Lénine, dont l’ascendance nationale-ethnique a nourri toutes les spéculations, était en réalité d’origine bachkire, peuple turcique semi-nomade vivant entre la Volga et l’Oural : il était, ne serait-ce que culturellement, musulman. Quant à sa (re)conversion tardive à l’islam, elle est loin d’être étrangère à toute préoccupation révolutionnaire, bien qu’après sa mort imaginaire il se soit mis en retrait de l’arène politique. En effet, Lénine rédigea un dernier essai, qu’il tient sous son bras sur une photo prise à Bagdad en 1944 ; le manuscrit a disparu, mais son titre suffit à en dévoiler les grandes lignes : L’Islam comme dernier espoir de la révolution. Lire la suite

Ce sont seulement des fleurs, les fruits doivent encore mûrir

Dans son introduction, introduction-de-david-mandel-a-son-ouvrage-les-travailleurs-de-petrograd-dans-la-revolution-russe-1917-1918/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, et contre les réécritures diverses, David Mandel souligne le caractère prolétarien de la révolution, « Mais la présente étude du mouvement des ouvriers de Petrograd, qui ont constitué la force à la base de cette révolution, conclut que la révolution russe a bel et bien été, dans les faits, une révolution ouvrière. » Lire la suite

Introduction de David Mandel à son ouvrage : Les travailleurs de Petrograd dans la Révolution russe (1917-1918)

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Peu d’événements historiques soulèvent autant de passions politiques que les révolutions. Et en affirmant que les événements de Russie en 1917 représentaient bel et bien une révolution prolétarienne, on provoque inévitablement la controverse, cette qualification ayant été reléguée par certains historiens au « domaine de la mythologie révolutionnaire1 ». Mais la présente étude du mouvement des ouvriers de Petrograd, qui ont constitué la force à la base de cette révolution, conclut que la révolution russe a bel et bien été, dans les faits, une révolution ouvrière. Lire la suite

L’autopsie, le zoologue, l’hippopotame et la girafe

« Si quelqu’un mis en présence d’un hippopotame déclare avec insistance qu’il s’agit d’une girafe, va-t-on lui donner une chaire de zoologie ? » Moshe Lewin à propos de la caractérisation de l’URSS comme « système socialiste ».

Il convient de lire attentivement la belle introduction de Denis Paillard, introduction-de-denis-paillard-a-louvrage-de-moshe-lewin-rus-sieurssrussie-1917-1991/, publiée avec l’aimable autorisation de l’auteur et des Editions Syllepse. Lire la suite

Introduction de Denis Paillard à l’ouvrage de Moshe Lewin : Russie/URSS/Russie (1917-1991)

Avec l’aimable autorisation de l’auteur et des Editions Syllepse

Cet ouvrage rassemble huit textes de Moshe Lewin sous le titre Russie/URSS/Russie. Six de ces textes, rédigés au début des années 1990, ont été publiés en anglais dans un recueil du même nom Russia/USSR/Russia (New York, The New Press, 1995)1. En annexe, on trouvera un texte de synthèse sur la répression et les camps. Comme le titre l’indique, nous avons souhaité ne pas limiter ce recueil à l’année 1917 et à la révolution d’Octobre, mais revenir sur l’histoire des soixante-dix années où l’URSS a existé, de l’événement fondateur que fut Octobre 17 à l’implosion du système à la fin de la perestroïka. En effet, pour Moshe Lewin, historien, le fait de tout focaliser sur Octobre 17 et la révolution victorieuse dirigée par le Parti bolchevique, est la marque d’un désintérêt pour les événements qui ont suivi, au profit de débats sans fin sur la nature du régime issu d’Octobre – cette ignorance ou ce désintérêt pour l’histoire de ces soixante-dix années se traduit par le recours généralisé, à droite mais aussi à gauche, au terme « totalitarisme » pour caractériser le régime. Lire la suite

Pétrograd, 8 mars 1917 : « Le peuple veut la chute du régime ! »

La révolution russe a été déclenchée par les manifestations et les grèves spontanées, suscitées par la Journée internationale des femmes dans les quartiers ouvriers de Petrograd. Ce rendez-vous avait été proposé par les femmes du Parti socialiste d’Amérique, dès 1909, avant d’être repris par la Deuxième Internationale, en 1910, sur proposition de Clara Zetkin et d’Alexandra Kollontaï. Le 19 mars 1911, plus d’un million de manifestantes avaient ainsi défilé pour le suffrage féminin, l’arrêt des discriminations et le droit au travail, en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse. Quelques jours plus tard, 140 ouvrières, dont une majorité d’Italiennes et de juives d’Europe orientale, périssaient brûlées dans une fabrique textile de New York, liant plus que jamais les luttes des femmes à celles du mouvement ouvrier. Lire la suite

Au secours des déportés dans les camps soviétiques – Un appel aux anciens déportés des camps nazis

J’adresse cet appel à tous les anciens déportés politiques, aux deux grandes organisations de déportés en France : la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes et la Fédération nationale des déportés et internés de la Résistance (et donc très officiellement à leurs directions) ; à tous ceux qui, après avoir vécu l’univers concentrationnaire, en portèrent le témoignage ; enfin à tous les anciens déportés étrangers et à leurs organisations. Lire la suite

Il reste encore une guerre que nous ne connaissons pas

bm_CVT_La-guerre-na-pas-un-visage-de-femme_3665La guerre, « Nous sommes prisonniers d’images « masculines » et de sensations masculines » de la guerre ». L’écriture de l’histoire, grande et petite, est le plus souvent celle des vainqueurs et des dominants. Qu’en est-il du « continent isolé des femmes », du sexe de la guerre, des inscriptions genrées dans la guerre ?

« La guerre « féminine » possède ses propres couleurs, ses propres odeurs, son propre éclairage et son propre espace de sentiments ». Lire la suite

Une diète de cannibale

rusie_mvt_socbDans sa présentation de l’ouvrage, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, presentation-de-louvrage-dirige-par-michel-roche-capitalisme-neoliberalisme-et-mouvements-sociaux-en-russie/, Michel Roche indique, entre autres, que « Cet ouvrage s’intéresse aux caractères spécifiques de la Russie. Quels sont les traits de son régime politique ? Quels rapports sociaux la définissent ? Comment se porte son économie, vingt ans après la thérapie de choc ? La nécessité de présenter des points de vue critiques apparentés à la gauche est à l’origine de ce projet » et que les auteur-e-s « s’intéressent ici à l’incapacité du régime actuel de satisfaire les idéaux de justice sociale, de démocratie, de même qu’à la prétention des recettes capitalistes d’assurer une croissance harmonieuse et de résoudre les problèmes structurels du pays. Ce recueil se concentre donc particulièrement sur le régime politique, l’économie et les mouvements sociaux, notamment le mouvement ouvrier. » Lire la suite

Présentation de l’ouvrage dirigé par Michel Roche : Capitalisme, néolibéralisme et mouvements sociaux en Russie

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

rusie_mvt_socbLa Russie des années 2000 présente un bilan contrasté. Après les dures années de la thérapie de choc, elle a renoué avec la croissance. Le niveau de vie de la majorité s’est apparemment amélioré. Le pays a réussi à maintenir son unité. Le régime s’est stabilisé, après les batailles politiques parfois violentes de la période Eltsine. Quels sont donc les fondements de la société russe postsoviétique ? La croissance et la stabilité reposent-elles sur des bases solides ? La population russe accepte-t-elle l’ordre établi ? Les organisations citoyennes et ouvrières réussissent-elles à faire l’apprentissage de la lutte dans une société capitaliste ? Lire la suite

Des petites étincelles dans les ténèbres

une de couverture5cmDenis Paillard dans sa préface « Un homme dans l’histoire » présente l’auteur, cet homme dont le « statut de « survivant » n’a cessé de le hanter toute sa vie », ce « Juif non juif » pour utiliser une formule d’Isaac Deutscher, son parcours, ses travaux d’historien « pas comme les autres », un historien qui s’intéresse aux « gens d’en bas » et dénonce « ceux qui ne considèrent l’histoire qu’à travers les hommes et les lieux de pouvoir », un historien revendiquant « une démarche comparative », déniant à l’URSS tout caractère de socialiste. Lire la suite