Archives de Catégorie: Europe

Combattre le racisme en Suède, c’est aussi reconnaître les victimes de la traite négrière suédoise

« Il est important de reconnaître la suspicion, la condamnation, la terreur et la violence qui frappent des corps non blancs en Suède, en Europe et dans le monde. Cela alors que notre vulnérabilité devient invisible quand elle n’est pas reconnue mais passée sous silence », écrit Maria Dexborg avant la Parade de la Liberté organisée pour la deuxième année consécutive à Malmö le 9 octobre.

Lire la suite

Mettre fin à l’impunité des multinationales et de leurs actionnaires en matière de non-respect des droits des être humains et de l’environnement

« Depuis des décennies, des communautés affectées dans le monde entier résistent aux conditions que cherchent à leur imposer les multinationales sur leurs territoires et leurs lieux de travail. Leurs vies et leurs morts mettent en lumière une histoire de violations systémiques de droits humains et d’impunité pour les entreprises responsables. Celle-ci est enracinée et protégée par une « architecture d’impunité » assurant la légitimité et la légalité des activités des entre- prises multinationales. Architecture qui a été mise en place à travers les accords de libre-échange et d’investissement, l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les politiques d’ajustement structurel imposées par le Fonds monétaire international(  FMI), la Banque mondiale et d’autres institutions financières, et à travers la promotion agressive des partenariats public-privé (PPP). Le cœur de cette architecture est le tristement célèbre système du « règlement des différends entre investisseurs et États », un mécanisme d’arbitrage privé qui autorise les multinationales à poursuivre des gouvernements lorsqu’elles estiment que leurs profits futurs sont menacés par de nouvelles mesures ou politiques renforçant les protections sociales et environnementales. Ce mécanisme neutralise ainsi la fonction même de l’État, dont la responsabilité première est de défendre l’intérêt public et de protéger le bien-être des citoyens et celui de la planète contre les intérêts privés. D’où une asymétrie de pouvoir fondamentale : d’un côté, les multinationales imposent leurs volontés via un droit international « dur » et contraignant, sanctionné par des traités et par le système de l’arbitrage ; de l’autre côté, elles ne sont soumises elles-mêmes qu’à un droit « mou » et volontaire, à travers leurs politiques de responsabilité sociale d’entreprise (RSE) et autres démarches similaires. Lire la suite

Italie : Les propagateurs du venin raciste sont transformés en simples exécutants de sentences émises par le « fameux peuple souverain… »

Entretien avec Pietro Basso conduit par le site en ligne Il pane e le rose

Le premier aspect, dans l’affrontement au nouveau gouvernement, est la férocité de son attaque contre les immigré·e·s, sur les plans de la propagande et des faits. Quelle est la signification de cette politique ? Lire la suite

28 septembre : Journée internationale pour le droit à l’avortement 

Pour signer : avortement-libre-en-europe@rezisti.org

En solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des espagnoles en 2015, des polonaises en 2016 et des irlandaises en 2018, nous exigeons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l’avortement et à la santé soient respectés dans tous les pays européens et inscrits comme droits fondamentaux pour l’égalité en Europe. Au-delà de l’Europe, nous soutenons la mobilisation de la société civile argentine portée par l’énergie des plus jeunes à choisir chacune sa vie.  Lire la suite

L’œuvre négative du néocolonialisme français et Européen en Afrique : Les Accords de défense : de la Garnison à la Projection

« Irak, Syrie, Centrafrique, Sahel, les opérations militaires extérieures (OPEX) sont devenues une composante structurelle de l’activité opérationnelle des armées, en particulier de l’armée de terre ». C’est ainsi que le site officielle du gouvernement « Vie publique » qualifie les interventions militaires françaises à l’étranger. Le qualificatif de  « structurel » est particulièrement pertinent pour l’Afrique qui a été le théâtre de près de 60 interventions militaires françaises où dans lesquelles la France est impliquée depuis les indépendances. Il reflète également la place centrale du militaire dans les rapports qui se mettent en place lors des indépendances entre l’ancienne puissance coloniale et les nouveaux États indépendants. La carotte de la « coopération » ne suffisant pas à assurer la pérennité du lien de dépendance, le bâton reste « une composante structurelle » pour la défense des intérêts français en Afrique. Le bâton des OPEX sert de chantage et de dissuasion pour ceux qui seraient tentés par une politique plus conforme aux intérêts des peuples africains d’une part et d’outil de nettoyage pour ceux qui ont osés se détourner du droits chemin français. Lire la suite

L’œuvre négative du néocolonialisme français et Européen en Afrique. Les Accords de Partenariat Économique (APE) : De la Françafrique à l’Eurafrique

Au moment où se « négocient » les indépendances des colonies françaises d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest, la France met en place « un système de coopération » c’est-à-dire souligne le juriste Guy Feuer « un ensemble organisé et articulé d’éléments plus ou moins interdépendants (1) ». Le « traité de coopération et de défense » que la France signe formellement avec ses colonies est bâtit selon une architecture et un contenu unique. Il inclut l’ensemble des domaines de coopération (zone Franc, coopération commerciale et douanière, coopération culturelle, coopération militaire, etc.). Ce système s’impose en bloc pour l’ancienne colonie comme le souligne de manière paternaliste le premier ministre Michel Debré le 15 juillet 1960 s’adressant au futur président de l’État gabonais : « On donne l’indépendance à condition que l’État s’engage une fois indépendant à respecter les accords de coopération signés antérieurement : il y a deux systèmes qui entrent en vigueur en même temps : l’indépendance et les accords de coopération. L’un ne va pas sans l’autre (2). » Lire la suite

La lutte des « aparadoras ». Les réalités de la surexploitation

Au cours des trois derniers mois, les travailleuses de la chaussure ont brisé le silence ; elles sont sorties de l’invisibilité et constituent plusieurs collectifs dans la province d’Alicante. La « classe politique », de son côté, inonde l’agenda d’initiatives visant à trouver une solution à la précarité d’un secteur marqué par l’économie souterraine. Lire la suite