Archives de Catégorie: Caraïbes, Amérique Centrale et du Sud

Emigrer quand on est une femme vénézuélienne

Selon le portail Migration Data, 50,7% du total des migrant·e·s entre pays en 2017 en Amérique latine étaient des femmes, et 49,3% des hommes. Tandis que ces pourcentages varient de région en région, et selon les années, pou ce qui est des femmes vénézuéliennes qui émigrent, les chiffres correspondent à cette proportion. Par exemple, dans le cas de la Colombie, qui concentre la plus grande partie de l’émigration vénézuélienne, en 2018, sur le total des 1 032 016 émigrés vénézuéliens, 51,8% étaient des femmes tandis qu’environ 48,1% étaient des hommes. Lire la suite

À un an de sa mort : Marielle est toujours présente

En 2018, le monde a connu l’histoire de Marielle Franco, la conseillère municipale brésilienne brutalement assassinée à Rio de Janeiro. Le 14 mars, la voiture dans laquelle Marielle se trouvait a reçu 14 coups de feu, tuant la conseillère (de quatre balles à la tête) et Anderson Gomes, qui conduisait la voiture. Les enquêtes menées à ce jour indiquent que les projectiles par lesquels Marielle et Anderson ont été abattus ont été achetés par la police fédérale du Brésil. Des membres d’une des plus grandes milices de Rio ont été arrêtés pour leur participation au crime. Aussi, des informations publiées par des journaux de grande circulation au Brésil suggèrent l’existence de relations entre des conseillers municipaux et des députés et les chefs de la milice – indiquant que le crime aurait pu être ordonné de l’intérieur du pouvoir public. Le 12 mars 2019, la police a arrêté Ronnie Lessa et Élcio Queiroz, deux ex-policiers militaires suspectés du crime. Cependant, un an après l’assassinat, nous continuons à ignorer exactement qui a tué Marielle et, principalement, qui a commandité sa mort. Lire la suite

Carnaval politisé au Brésil

Hommage à la conseillère municipale Marielle Franco, dont le meurtre reste impuni et l’enquête lie les criminels à un des fils de Bolsonaro.

Si le carnaval est le thermomètre émotionnel du Brésil, nous pouvons comprendre que le mécontentement augmente. Et si les acolytes du président Jair Bolsonaro étaient déjà ennuyés par cette fête populaire, maintenant ils vont la détester.

Une des tribunes du Sambodrome [N.d.T. lieu destiné au défilé de samba] de Rio de Janeiro a salué à l’école de samba Paraíso do Tuiuti avec une affiche « Lula Libre », cette tribune avait, l’année dernière, dénoncé l’esclavage. Toutes les actions de cette école de samba ont été accompagnées de slogans publics contre le gouvernement de Bolsonaro. La clôture du défilé a répondu au slogan électoral du président « Le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tout », avec le message « Dieu au-dessus de tout, mais en faveur de la torture ». Lire la suite

Bal macabre au Brésil : le clan Bolsonaro, l’extrême droite et les milices

Les révélations récentes de la presse brésilienne sur les liens entre le fils aîné du président Bolsonaro et l’une des plus dangereuses organisations criminelles de Rio, soupçonnée notamment de l’assassinat de la jeune conseillère progressiste Marielle Franco, le 14 mars 2018, jettent une lumière crue sur la proximité entre l’extrême droite politique et les milices urbaines qui contrôlent une partie des quartiers périphériques de la ville. Les mesures prises par l’actuel gouvernement offrent à ces groupes paramilitaires de nouvelles marges de manœuvre pour opérer en toute impunité, tandis qu’elles annoncent pour les défenseurs des droits humains, les minorités et les populations marginalisées des heures encore plus sombres. Lire la suite

Les féministes haïtiennes de tous les combats

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

Au cœur de l’archipel des Caraïbes, la république d’Haïti. Y naissait, au mitan des années 1930, la première organisation féministe haïtienne. Fania Noël, fondatrice de la revue AssiégéEs – « pour une intersectionnalité  révolutionnaire » – et membre du collectif afroféministe Mwasi, retrace ici, à la lumière d’évènements récents, l’histoire d’une lutte séculaire méconnue en France. Et invite, à rebours d’une conception libérale et individuelle de l’émancipation des femmes, à un féminisme de masse, populaire et ancré dans les réalités quotidiennes. Lire la suite

25 ans d’insurrection zapatiste : « C’est une forme de démocratie réelle, radicale »

C’est un anniversaire qui a eu peu d’écho dans la presse. Le premier janvier 1994, jour d’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA), commençait le soulèvement zapatiste dans le sud du Mexique. Communes autonomes, conseils de bon gouvernement, assemblées régionales, propriété collective des terres : Jérôme Baschet, l’auteur de La rébellion zapatiste et de Adieux au capitalisme, revient pour nous sur cette expérience longue de 25 ans. Lire la suite

Aux femmes qui se battent dans le monde entier

Sœur, camarade,

Nous vous envoyons le salut des femmes zapatistes qui se battent, telles que nous sommes.

Ce que nous voulons vous dire ou vous prévenir est un peu triste parce que nous vous communiquons que nous n’allons pas pouvoir organiser la Deuxième Rencontre Internationale des Femmes qui Combattent, ici dans nos terres zapatistes, en mars 2019. Lire la suite