Archives de Catégorie: Caraïbes, Amérique Centrale et du Sud

Nicaragua. « Malgré les militaires : continuons ! Mobilisation permanente et coordonnée du peuple, par l’unité dans l’action » + DECLARACIÓN URGENTE POR NICARAGUA

Communiqué de l’Articulación de movimientos sociales y OSC Nicaragua

 • En dépit de l’attaque – en milieu de matinée du 13 juillet 2018, de l’Université nationale autonome du Nicaragua (UNAN) de Managua et des étudiant·e·s qui l’occupaient –par des milices paramilitaires, connues sous le nom de « paramilitaires du gouvernement », armées de fusils Dragounov [fusils spéciaux pour sniper, construits aussi au Venezuela] et des kalachnikovs ; en dépit du fait que ces forces ont brûlé le centre de développement pour enfants Arlen Siu [du nom d’une martyre sandiniste, morte dans une embuscade, à 20 ans, en 1975] et une partie du pavillon 68 de l’UNAN, continuons à avancer ! Lire la suite

Brésil. 130 ans d’une abolition inachevée

Conservatrice et brève, contenant à peine plus de deux lignes, la loi n° 3353, appelée Lei Áurea [Loi d’or ou dorée], décréta, le 13 mai 1888, la fin légale de l’esclavage au Brésil1. Mais si l’esclavage fut aboli d’un point de vue légal et formel il y a 13  ans, sa dimension sociale et politique reste aujourd’hui présente. C’est là que porte la critique principale de chercheurs et de militants des mouvements noirs à la célébration du 13 mai comme jour de « la fin de l’esclavage ». Lire la suite

Qu’est-ce que ce régime ? Quelles ont été les mutations le FSLN pour arriver à ce qu’il est aujourd’hui ?

Quels sont les marqueurs essentiels, les plus distinctifs, du régime de Daniel Ortega ? Quelles ruptures, quelles involutions observons-nous dans ces traits et que signifient-ils par rapport aux propositions programmatiques du FSLN et au projet de la révolution sandiniste ? Voyons plusieurs de ces marqueurs, pour analyser ensuite quelques-unes des mutations. Lire la suite

« Le seul lieu où les Noirs ne se sont pas révoltés, c’est dans les pages écrites par les historiens capitalistes »

Dans sa préface, Selim Nadi parle, entre autres, de la formation d’un « marxiste noir », de l’historien des révoltes noires, de l’avenir des luttes anti-impérialistes, « L’histoire qu’il dresse de ces révoltes, de cette solidarité panafricaine, est loin d’être abstraite ou purement scolastique », du Jacobin noir, de Toussaint Louverture, de la création d’une organisation noire aux Etats-Unis, de la nécessité de remettre en lumière les résistances au colonialisme européen…

« Loin de se contenter de décrire les révoltes panafricaines, James accorde une importance certaine au rapport dialectique entre les masses et les leaders révolutionnaires ; sans sombrer dans une histoire des « grands hommes », il propose de mettre en lumière la dynamique existant entre les rébellions ou les mouvements révolutionnaires et leurs dirigeants ». Lire la suite

Argentine. Un triomphe qui attend d’être définitif. La lutte pour la légalisation de l’avortement

Au cours des derniers jours, l’agenda féministe a connu une nouvelle conquête en Amérique latine. En Argentine, après des décennies de lutte menée par divers groupes de femmes, la Chambre des députés a donné une demi-sanction, approbation à la loi sur l’interruption volontaire de grossesse. [Demi-approbation car le Sénat doit encore se prononcer au début du mois de juillet.] La demi-sanction donnée à la loi a recueilli un soutien transversal. En effet, des parlementaires de tous les horizons politiques se sont prononcés en faveur de l’initiative lors d’un vote qui s’est avéré très serré. Avant le vote, des débats importants ont eu lieu à la Chambre des députés, mais également dans les médias et dans diverses sphères de la société. Enfin, le mercredi 13 juin, le projet législatif sur lequel s’affrontaient les secteurs en faveur de la légalisation et ceux qui s’autoproclament « pro-vie » a été adopté. Lire la suite

Discours d’Amandine Mawalum Galima, porte parole du mouvement Jeunesse Autochtone de Guyane (JAG) dans le cadre des auditions finales du débat public sur le projet « Montagne d’or »

Mesdames et messieurs,

je suis venue à vous en tant que porte parole du mouvement Jeunesse Autochtone de Guyane.

Voilà plus d’un an qu’avec mes sœurs et frères nous luttons pour mettre fin à cette absurdité qu’est le projet nommé « Montagne d’or ».

Nous avons tenté de faire valoir nos droits et notre parole, et au vu des tournures actuelles, nous avons réussi ! Lire la suite

Amérique du Sud. Les Eglises évangéliques: un pouvoir qui s’affirme

Au milieu de l’année 2014, à São Paulo (Brésil), l’Eglise universelle du Royaume de Dieu a inauguré un complexe colossal présenté comme le Temple de Jérusalem qui renaît. « C’est un don de Dieu d’avoir aussi au Brésil le Temple de Salomon » , ont-ils dit lors de la mise en scène de la puissance évangélique à laquelle assistent un grand nombre de dirigeants politiques, dont la présidente Dilma Rousseff. C’était sans aucun doute l’une des expressions de l’affirmation évangélique en Amérique latine, un phénomène qui, durant des années, a été traité de manière relativement marginale, a mérité peu souvent d’attention de la part des analystes politiques et s’est limité aux anthropologues de la religion. Seuls les médias et les dénonciations judiciaires contre des magnats, tel l’évêque Edir Macedo1, ont mis ce problème au centre de l’actualité. Lire la suite