Archives de Catégorie: Caraïbes, Amérique Centrale et du Sud

Jair Bolsonaro : entre déni de la pandémie et stratégie de radicalisation

Nouvel épicentre de la pandémie, le Brésil s’achemine vers un drame social et sanitaire. Face au désastre annoncé, le président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, de plus en plus contesté pour sa (non) gestion de la crise, joue la carte de la radicalisation et de la confrontation.

Inexorablement, le Brésil s’achemine vers un drame social et sanitaire, et un chaos politique sans précédent. Le nombre de décès liés au coronavirus y double tous les cinq jours. « Notre situation aujourd’hui est pire que celle de l’Italie, de l’Espagne et des États-Unis » avertissait déjà un épidémiologiste fin avril, tandis que la Banque mondiale s’alarmait dans le même temps des conséquences sociales du covid-19 dans un pays empêtré depuis des années dans l’une des plus graves crises économiques de son histoire. Face à ce désastre annoncé, le président Jair Bolsonaro, de plus en plus isolé et contesté, a opté pour la politique du pire, naviguant entre déni et stratégie de radicalisation permanente, au prix d’une aggravation des effets de la pandémie. Lire la suite

Prologue du livre de Thomas Posado & Jean Baptiste Thomas : Révolutions à Cuba de 1868 à nos jours

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

« Cuba », « La Havane », « Martí ». « Guevara », « Fidel ». Autant de noms qui résonnent, aujourd’hui encore, avec un son particulier dans l’imaginaire politique. Autant de noms qui, dans les Amériques, dans la Caraïbe et au-delà, continuent à être synonymes des mots « indépendance » et « révolution ».

Comment expliquer qu’une petite île située à quelques encablures de la première puissance économique et militaire mondiale, coutumière des stratégies de « changement de régime » au nom de la « lutte pour la démocratie », continue à défendre avec opiniâtreté un modèle aussi radicalement distinct de celui qui prévaut dans l’ensemble de la région en général et aux États-Unis en particulier ? Lire la suite

Interdiction de rester chez soi (Nicaragua)

Pour démontrer que nous vivons dans le pays le plus sain du monde, et que, par décret, nous sommes obligés d’être heureux. Le Nicaragua est une bombe de contagion

Lorsqu’au début du XXe siècle, un des nombreux volcans du Guatemala est entré en éruption, le dictateur Manuel Estrada Cabrera depuis le palais présidentiel où il était reclus, a envoyé un décret destiné à être lu dans la rue, lequel établissait que la prétendue éruption était un mensonge, fruit d’une conspiration politique visant à déstabiliser le pays, à nuire à l’économie et à retarder le progrès. Le mensonge officiel prétendait ainsi se substituer à la réalité. Lire la suite

La pandémie comme révélateur

Révélateur du fonctionnement du capitalisme ces trente dernières années et des choix irresponsables des gouvernements en Amérique latine

« Un mal qui répand la terreur, Mal que le Ciel en sa fureur Inventa pour punir les crimes de la terre… Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés…. ». Jean de la Fontaine : Les animaux malades de la peste.

Le Covid-19 provoque une crise d’une ampleur inégalée dans le monde : partout la production chute, le chômage enfle, les revenus baissent. Après avoir atteint les pays d’extrême Orient, puis l’Europe et plus tardivement les Etats-Unis, elle arrive dès à présent en Amérique latine et demain en Afrique. Lire la suite

Tout ce que je suis, au même endroit

Je propose en premier lieu de réfléchir au titre du livre, à ce que les mots et leur enchaînement peuvent signifier. J’indique de suite, que cet ouvrage est le plus questionnant / passionnant dans mes lectures récentes. Il y a ici matière à penser la complexité, l’historicité, les contradictions… loin des facilités et des raccourcis de certain·es… Lire la suite

« Regardons le Chili pour comprendre dans quel monde on veut nous faire vivre »

Docteur en sciences politiques et professeur à l’Université Toulouse Jean Jaurès où il enseigne l’histoire de l’Amérique latine, Franck Gaudichaud revient d’un séjour au Chili. L’auteur de « Chili 1970-1973 : Mille jours qui ébranlèrent le monde » nous a accordé un entretien pour évoquer les cinq mois d’agitation sociale qui ont secoué ce pays.

L’insurrection chilienne a commencé en octobre 2019 et s’est répandue comme une traînée de poudre au sein du mouvement étudiant suite à la décision du gouvernement de Piñera d’augmenter le prix du ticket de métro. La répression contre la jeunesse a fini par rassembler la société tout entière, non plus contre l’augmentation du prix des transports, mesure retirée depuis, mais contre le système néolibéral hérité de la dictature de Pinochet dans son ensemble. Lire la suite

Ouvrir les yeux constitue le premier pas pour sortir du cauchemar

Dans sa préface, de-porto-alegre-a-bolsonaro-le-chemin-des-renoncements-preface-dolivier-warin-au-livre-de-fabio-luis-barbosa-dos-santos-lespoir-vaincu-par-la-peur-de-lula-a-bolsonaro/ publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse Olivier Warin revient sur l’élection de Jair Bolsonaro, ses activités avant l’élection, ses « hommages aux tortionnaires de la dictature, la défense des escadrons de la mort », ses menaces de viol envers une députée, son implication « dans une affaire de fraude massive aux financements publics de campagne ». Le préfacier aborde aussi la mort de Marielle Franco (en complément possible : À un an de sa mort : Marielle est toujours présente, a-un-an-de-sa-mort-marielle-est-toujours-presente/), la violence de la répression, la dénonciation par le nouveau président des droits humains, « il dénonce les droits humains qu’il considère comme un instrument de défense des criminels et se fixe comme priorité d’armer les « bons citoyens » qui seraient alors en mesure de se faire justice eux-mêmes », les insultes envers les populations amérindiennes, les incendies de forêt et l’accaparement illégal de leurs terres, la réduction du rôle « social et stratégique » de l’Etat bien en ligne avec les conceptions néolibérales… Lire la suite