Archives de Catégorie: Turquie / Kurdistan

Appel à manifester samedi 9 janvier 2021. Pour la justice, contre l’impunité 

PARIS

Gare du Nord – République, 14h

(Une marche blanche en hommage aux trois femmes aura lieu par ailleurs à Paris, mercredi 6 janvier, à 11h, du 16 rue d’Enghien au 147 rue La Fayette)

MARSEILLE 

Réformés – Canebière, 13h

TOULOUSE

Gare de Matabiau – Métro Esquirol, 13h30

BORDEAUX

Place de la Bourse – La Victoire, 13h30

RENNES

Dalle du Colombier, 14h

STRASBOURG

Place Kléber, 14h

Dans la nuit du 9 au 10 janvier 2013, les militantes kurdes Sakine CansizFidan Dogan (Rojbîn) et Leyla Saylemez ont été retrouvées sans vie, dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan, à Paris, froidement exécutées de plusieurs balles dans la tête. Lire la suite

Turquie, La répression se poursuit contre le HDP

Le vendredi 25 septembre, une nouvelle vague d’arrestations a frappé le HDP (Parti démocratique des peuples). Dans sept provinces de Turquie, 82 personnes ont été arrêtées, parmi lesquelles des maires, des ancien·ne·s député·e·s et des militant·e·s. Ceci sous le prétexte qu’ils·elles avaient participé à une manifestation de soutien à la ville de Kobané, au Kurdistan syrien, en 2014. Pour rappel, la cité était alors assiégée par les djihadistes de l’État Islamique. De plus, ils·elles sont accusé·e·s de « tentative de coup d’État moyennant les réseaux sociaux ». Lire la suite

Arrestations en Turquie : Déclaration de la Coordination Nationale Solidarité Kurdistan

La Turquie franchit un nouveau pas dans la répression. Vendredi 25 septembre, 82 militants et militantes du HDP (Parti Démocratique des Peuples) ont été arrêtés sur ordre du Président Erdogan, parmi celles-ci l’ancien député Sirri Sûreyya Önder, Aylan Bilgen, maire de la ville de Kars et de nombreux cadres de ce parti. Lire la suite

Le cri des prisons en Turquie

La planète pleure. Une partie plus que d’autre. Surtout, quand on est en Europe, nous recevons constamment les appels à la solidarité contre la répression dans tel ou tel pays. Beaucoup plus que quelques-uns. Je viens de diffuser une lettre envoyée, depuis Brésil, par une amie féministe qui nous appelle à la solidarité, écrivant ceci : « Quand le fascisme s’installe dans un pays, toute la planète est en danger ». En général, on diffuse ces appels par mail, par Facebook, par Instagram ou on twitte… Ensuite un autre appel arrive, d’un autre coin de notre triste monde…Et on fait la même chose. Confiante dans l’utilité de relayer de tels appels, j’écoute Gramsci, je relie le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté et je vous fais parvenir des cris depuis la Turquie, depuis mon pays que j’ai dû quitter il y a dix ans. Je vous fais parvenir ces appels, pour demander votre solidarité créative… Lire la suite

Un nuage néo-fasciste plane au-dessus des frontières entre la Grèce et la Turquie

Chronologie de la situation aux frontières

L’Europe vit une période sombre, la situation aux frontières entre la Grèce et la Turquie en atteste. Les discours se multiplient et l’heure est à la confusion. Chacun.e apporte « son soutien » à l’une ou l’autre partie « victime », tantôt de la dictature d’Erdogan, tantôt d’une prétendue « invasion » de personnes migrantes, tantôt d’une folie humaine déjà installée depuis bien trop longtemps. Une folie humaine qui est restée dans l’ombre des préoccupations grâce à un gros chèque que l’Union européenne s’est accordée à verser à Erdogan. Six milliards d’euros, c’est le montant reçu par la Turquie à la suite de l’accord signé entre son État et l’UE en 2016. Six milliards d’euros, c’est le prix que l’Europe de « l’Union » a payé pour son incapacité à exprimer son refus « d’accueillir » des personnes en exil. Des personnes qui fuient les nombreuses guerres et conflits qui sévissent dans leur pays, résultat de l’impérialisme des puissants (Trump, Assad, Poutine pour ne nommer que quelques-uns des grands responsables de ces tragédies). Six milliards d’euros c’est bien plus que ce que l’UE n’aurait accepté de rembourser à la Grèce sur les intérêts de sa dette. Dépenser pour refouler des personnes extrêmement vulnérables, oui, annuler la dette illégitime de la Grèce pour éviter le massacre social, non. On ne peut plus clairement résumer les politiques de l’UE. Lire la suite

Puiser de l’espoir dans ton existence, pour te sentir dans mon coeur

« Ce texte relate la rencontre et la dispute entre une Turque de l’Ouest et une Kurde de Diyarbakur. Il en découle un examen de conscience, un règlement de comptes intérieur de la part de cette intellectuelle stambouliote, lucide sur l’inévitable tragédie en train de se nouer : la tragédie des divisions et des conflits ethniques qui se poursuivent aux quatre coins du monde » Lire la suite

Une lettre d’Asli Erdogan (28 janvier 2020)

« Chers amis, chers collègues,

 Comme vous vous en souvenez peut-être, j’ai été arrêtée le 16 août 2016, au prétexte que j’étais membre du symbolique comité consultatif de Özgür Gündem, un journal pro-Kurde, tout à fait légal, en même temps que les deux rédacteurs en chef. Bien que nous ayons été six à faire partie du comité consultatif, seule Necmiye Alpay, linguiste et critique littéraire, a été arrêtée deux semaines après moi. Les chefs d’accusation qui pesaient contre moi étaient « atteinte à l’unité de l’Etat » (réclusion à perpétuité aggravée) et « propagande et appartenance à une organisation terroriste » (jusqu’à quinze ans d’emprisonnement). Au bout de quatre mois et demi, j’ai été libérée mais l’affaire se poursuivait. Lire la suite

Guerre turque : l’appât du gain

L’actualité turque brûle. Le président du pays a lancé le 9 octobre 2019 une offensive dans le nord de la Syrie qui visait, selon lui, à créer une « zone de sécurité » près de sa frontière. Côté Kurdes, massacres, déplacements se sont accélérés au quotidien. Les commentaires internationaux vont bon train ; on parle d’attaque du président Erdoğan contre l’Union européenne, d’abandon des États-Unis, d’invasion, de ventes d’armes mal contrôlées, de résistance kurde, de jeu…

L’en-jeu ne serait-il pas ailleurs ? Une part des commentateurs s’accorde pour dire que le président turc étant en mauvaise posture politique entreprend une nouvelle opération de séduction électorale. C’est sans doute vrai. Ce que redoute de plus en plus ce président est de perdre le pouvoir politique. Mais quelles en sont les raisons réelles ? L’argent. Sans la mainmise sur le marché des armes, Erdoğan et sa famille ont gros à perdre. Dans ce clan, affaires privées et publiques sont en effet systématiquement mêlées. Lire la suite

La Turquie de Erdogan nous raconterait-elle notre avenir ?

La Turquie de Erdogan nous raconterait-elle notre avenir ? Le vide idéologique actuel est comblé par la référence à la religion et au nationalisme le plus éculé pour permettre la mise en place d’un programme qui n’a pas changé et qu’il faut nommer néolibéralisme. Paradoxalement, il s’agit toujours de s’insérer dans le processus de mondialisation actuelle qui fait la part belle à la richesse financière. L’arbitraire policier est une nécessité pour imposer ces politiques. Lire la suite

La répression ne nous fera pas taire, la lutte continue !

Nos co-maires, élus avec 63% des voix à Diyarbakır, 56% à Mardin et 53% à Van, ont été, du jour au lendemain, démis de leur mandat sur décision du ministère de l’intérieur, une décision fondée sur des accusations mensongères.

La vague d’arrestations illégales visant les conseillers municipaux de nos mairies se poursuit. Il s’agit clairement d’un nouveau coup d’Etat contre la démocratie. C’est un acte ouvertement hostile visant la volonté politique du peuple kurde. Lire la suite

« Les turcs disent qu’il y a soixante douze et demie religions au monde, ils attribuent la dernière aux Tsiganes »

La situation des Roms dans l’empire Ottoman n’a pas donné lieu à de nombreuses publications, du moins dans des langues accessibles au public francophone. En fait, si l’on excepte la traduction en anglais de l’ouvrage de deux chercheur.es bulgares (Elena Marushiakova et Vesselin Popov) publié sous le titre « Gypsies in the Ottoman Empire » en 2001 (University of Hertfordshire Press) et quelques articles épars, le bilan est très maigre. L’Institut de recherche suédois d’Istanbul a édité en 2006 un important recueil de contributions (« Gypsies and the problem of identities Contextueal, Constructed and Contested »), mais, les parties concernant la Turquie sont à dominante plus anthropologiques qu’historiques. On ne peut donc que saluer la parution en 2013 du travail d’Omer Ulusoy qui vient combler une lacune d’autant plus « anormale » que la très grande majorité des communautés Roms appartinrent pendant cinq siècles aux territoires relevant de l’empire Ottoman. Lire la suite

Droit à l’autodétermination et alternatives pour toustes

Une remarque préalable, je ne reprends pas ici un certain nombre de remarques développées à propos du confédéralisme démocratique, voir ma note de lecture rappelée plus bas sur La commune de Rojava.

« La situation en Turquie et en Syrie est devenue une situation de guerre totale. Le pouvoir syrien d’une part, et le pouvoir turc d’autre part, s’illustrent particulièrement en la matière. Ils sont en effet responsables de massacres de grande ampleur et de crimes de guerre sur les populations de cette région du monde ». Lire la suite

Avocats en Turquie : Liberté pour la défense

Depuis le contre-coup d’état du régime Erdoğan survenu au lendemain du putsch du 15 juillet 2016, la répression contre l’opposition s’est accrue de manière préoccupante. Les prisons qui étaient jusqu’alors remplies d’opposants, ont connu un arrivage massif de nouveaux dissidents, leur nombre passant à près de 70 000. Lire la suite

Afrique du Sud, France, Turquie ou comment se banalise la militarisation de la société

Introduction

En dehors des stricts constats de situation de guerre ouverte ou de mouvement de troupes, la militarisation peut être étudiée sous l’angle de ses impacts quotidiens sur les relations sociales en tant que processus construit. Ce texte propose d’analyser cette construction. Dans un premier temps, nous isolerons les définitions : militarisation, militaire, militarisme, militarité. Dans un deuxième temps, nous établirons que la militarisation se base sur la subordination/attachement des États et populations aux forces armées, sur leur fonctionnement militaire et les valeurs qui l’accompagnent – ordre, obéissance, hiérarchie, sublimation de la virilité1, etc. Nous verrons qu’en tant que telle, la militarisation n’est pas figée dans le temps. Elle est le produit d’une histoire coloniale autant qu’elle produit de nouveaux effets économiques, politiques et sociaux, de nouveaux comportements, rapports sociaux et épistèmês et renforce les rapports de domination (race, classe, genre) existants. Lire la suite

Verdict du Tribunal permanent des peuples sur la Turquie et les Kurdes

Le tribunal permanent des peuples reconnaît le président turc Erdogan coupable de crimes de guerre contre son propre peuple

A un mois de l’élection présidentielle en Turquie, le Tribunal Permanent des Peuples (TPP) a prononcé une condamnation cinglante contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, l’accusant de crimes de guerre contre le peuple kurde en Turquie et jugeant que celui-ci était victime « de souffrances incalculables ». Dans ses recommandations, le Tribunal demande à la Turquie d’engager des négociations immédiates avec les Kurdes, de restaurer l’Etat de droit et de se retirer totalement de l’enclave d’Afrin en Syrie, peuplée majoritairement de Kurdes. Lire la suite

Solidarité avec les Universitaires pour la Paix et défense des droits humains en Turquie

Le silence quasi absolu des dirigeants européens face aux violations des droits humains en Turquie permet au président Erdogan d’ intensifier ses actes de répression en définissant comme « terroristes » tous ceux qui ne cèdent pas et qui s’opposent à sa dérive autoritaire. Le 19 mars dernier, le régime a pris pour cibles les étudiants de l’Université de Bogazici, à Istanbul, qui disaient « NON » à la distribution de loukoums pour célébrer  les massacres de l’invasion d’Afrin. Nous, membres du bureau de Solidarité avec les Universitaires pour la Paix et défense des droits humains en Turquie (SUP-DDHT), serons Place de la Sorbonne, le 30 Mars 2018, à 14h30, pour dénoncer une répression qui menace nos valeurs démocratiques et nous appelons les enseignant.e.s et étudiant.e.s et leurs syndicats à nous rejoindre. Lire la suite

Lettre de Pinar Selek

Chères amies, chers amis,

Il m’est difficile d’écrire cette lettre car je viens d’apprendre une mauvaise nouvelle au sujet du Cauchemar qui me menace depuis 20 ans. Oui, début juillet 1998, c’est-à-dire il y a vingt ans, je me suis trouvée dans les mains des bourreaux qui ont ensuite jeté mon corps comme un cadavre en prison. J’y suis restée deux ans et demi, sans pouvoir utiliser mes mains, mes bras, en voyant mes longs cheveux tomber, tomber… La résistance, la mort, les cris et tant d’autres choses. Lire la suite

« Génocide… Auriez-vous aimé être un Arménien en 1915 ? » et communiqué des Editions Actes Sud

J’aimerais poser une question banale, toute simple. 

Auriez-vous aimé être un Arménien en 1915 ? 

Non, vous n’aimeriez pas. 

Parce que maintenant vous savez que vous auriez été tué.  Lire la suite

Appel à la Campagne mondiale de solidarité : Les femmes se lèvent pour Efrîn !

Depuis le 20 janvier 2018, la région kurde d’Efrin, dans la Fédération démocratique du nord de la Syrie, est la cible de violentes attaques de l’armée turque et des bandes djihadistes affiliées. De jour comme de nuit, nos villes et villages, nos camps de réfugiés, nos sites historiques et sacrés sont bombardés par les avions de guerre et l’artillerie turcs dans le but de dépeupler et d’occuper la région. Étant donné que la population internationale n’a pris aucune mesure adéquate contre cette agression, nous sommes confrontées chaque jour à de nouveaux crimes de guerre et à de nouvelles victimes civiles. Les femmes sont devenues la cible de viols, d’agressions sexuelles cruelles et de mutilations de leur corps par l’armée turque et ses bandes affiliées. Lire la suite

La sarabande de la mort menée par les généraux, les gangsters et les jihadistes

Le monde arabe. Hiver 2010-2011, deux dictateurs tombent. « Mais l’effondrement du « mur de la peur » dans le monde arabe fut loin de susciter en Europe l’élan de solidarité qui avait suivi la chute de « mur de Berlin » en 1989 ». Empêtrés dans un orientalisme persistant et une vision campiste du monde, certain·es n’hésitaient pas et n’hésitent pas à soutenir les dictatures au nom d’un moindre mal (pour qui ?). « L’épouvantail islamiste était agité pour mieux justifier une contre-révolution débridée et refermer au plus tôt la parenthèse démocratique. Le monde semblait prêt à sacrifier les droits des peuples arabes sur l’autel de la stabilité de la région à tous égards stratégiques ». Lire la suite