Archives de Catégorie: Palestine

La tempête que Netanyahou a déclenchée (plus autres textes)

Hier matin (mardi), nous nous sommes réveillés avec la nouvelle de vingt et un Palestiniens tués à Gaza, dont neuf mineurs, et de deux Israéliennes tuées à Ashkelon (l’une d’entre elles, il s’est avéré par la suite, était une travailleuse migrante originaire d’Inde, et depuis lors, le nombre de morts des deux côtés a plus que doublé). Puis est arrivé le courriel que j’attendais. Noa Levy de Hadash a envoyé un appel urgent à des manifestations d’urgence à Tel Aviv et Jérusalem. Un deuxième message, provenant du Forum des familles israéliennes et palestiniennes endeuillées et des Combattants pour la paix, a approuvé l’appel de Hadash et a ajouté un lieu de manifestation à Haïfa initié par le Centre des femmes pour les femmes de Haïfa. « Le gouvernement joue avec le feu – nous serons tous brûlés ! Dans une tentative désespérée de s’accrocher au pouvoir, Netanyahu nous entraîne dans la guerre, dans la tuerie, la souffrance et la douleur pour les deux peuples. Arrêtez l’escalade ! Cessez le feu ! Arrêtez l’expulsion des familles de Sheikh Jarrah, arrêtez le déchaînement de la police à Jérusalem-Est. Il ne peut y avoir ni paix ni tranquillité tant que la Cisjordanie vivra sous occupation et que Gaza subira un siège étouffant. La solution : la fin de l’occupation, la fin du siège de Gaza et la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël, avec Jérusalem-Est comme capitale. Nous méritons tous de vivre dans la liberté et la sécurité. Le temps d’agir est maintenant ! » Lire la suite

Il faut des actes forts pour arrêter les agressions israéliennes contre le peuple palestinien (+ autres textes)

Appel rassemblement du 12052021A Lire la suite

Appel au boycott des produits israéliens : la France doit appliquer l’arrêt de la CEDH

La LDH, la FIDH et l’AFPS saisissent le Comité des ministres du Conseil de l’Europe des manquements de la France dans la mise en œuvre de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’Homme du 11 juin 2020.

Par une communication envoyée le 13 avril 2021, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), la Fédération Internationale pour les Droits Humains (FIDH), et l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), ont saisi le Comité des ministres du Conseil de l’Europe, – qui assure le suivi de l’exécution des arrêts de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) -, des dispositions très contestables prises par le gouvernement français pour la mise en œuvre de l’arrêt de la CEDH du 11 juin 2020.Rappelons que par cet arrêt, la Cour européenne des droits de l’Homme a condamné la France en donnant raison aux 11 militants alsaciens qui avaient été condamnés par la justice française pour avoir mené des actions d’appel au boycott de produits israéliens. L’arrêt de la CEDH précise notamment que l’appel au boycott pour des motifs politiques est tout particulièrement protégé par la Convention européenne des droits de l’Homme, les seules limites à cette liberté d’expression étant l’appel à la haine, à la violence ou à l’intolérance. Lire la suite

Israël-Palestine. L’histoire d’un système « sophistiqué » d’expropriation des terres

Entretien avec Salim Wakimconduit par Suha Arraf 

Mardi 30 mars 2021, les citoyens palestiniens d’Israël ont célébré le 45e anniversaire de la première Journée de la terre, commémoration annuelle des grèves et des manifestations de masse organisées le 30 mars 1976 en réaction au projet du gouvernement israélien – dirigé à l’époque par Yitzhak Rabin – de confisquer des milliers de dounams de terre en Galilée [un dounam = 1000 m2]. Les forces de sécurité israéliennes ont abattu six manifestants au cours de ces protestations.

Au fil des ans, la Journée de la terre est devenue un événement majeur pour les Palestiniens – du monde entier – qui protestent contre le régime foncier discriminatoire d’Israël et ses politiques de dépossession. Bien que les méthodes utilisées par Israël pour exproprier les terres palestiniennes à l’intérieur de ses frontières d’avant 1967 aient changé au fil des décennies – notamment après la levée du régime militaire sur les citoyens palestiniens d’Israël en 1966 – les politiques de l’État sont toujours appliquées à ce jour. Lire la suite

La lutte féministe pour la liberté et la souveraineté en Palestine

Ceci est une édition d’un discours de Khitam Saafin en octobre 2020. Aujourd’hui, Khitam se retrouve emprisonnée par l’occupation israélienne. Liberté pour Khitam !

« Nous, les femmes palestiniennes, nous affrontons tout. Nous sommes plus fortes et nous sommes toutes unies contre le racisme et le colonialisme. »

Bonsoir, je suis Khitam Al Saafin, membre de l’Union des Comités de Femmes Palestiniennes (Union of Palestinian Women’s Committees – UPWC). J’ai eu l’honneur de connaître et de rencontrer de nombreuses sœurs de la Marche Mondiale des Femmes et je suis heureuse de revoir certaines d’entre elles car, pour moi, cela renouvelle le militantisme et la vie. Lire la suite

Les élections israéliennes et palestiniennes sont, chacune à leur manière, une offense à la démocratie

Les votes qui auront lieu à quelques mois d’intervalle mettent en lumière le système à deux niveaux qui dénie aux Palestiniens toute voix et toute liberté réelles.

Pour la première fois depuis des décennies, l’Autorité palestinienne (AP) et Israël organiseront des élections législatives à quelques mois d’intervalle. De nombreuses personnes, dans la communauté internationale et dans les médias, verront cela comme un exercice conjoint de démocratie mais c’est, en fait, une fenêtre ouverte sur la réalité d’un système à deux niveaux qui dénie aux Palestiniens la liberté et les droits fondamentaux que beaucoup dans le monde entier prennent comme acquis.  Lire la suite

Appel contre le racisme, le colonialisme et l’apartheid

La « Israeli Apartheid Week » (IAW) organisée chaque année par BDS à échelle internationale est une semaine anticoloniale et antiraciste pour le combat des peuples contre le racisme, le colonialisme et l’apartheid.

Le racisme, la xénophobie, les discriminations et l’inégalité continuent de se développer partout dans le monde. Ces derniers mois, des populations du Sud et des personnes de couleur, des prisonniers politiques, des personnes sans logement, des migrants et des réfugiés – parmi beaucoup d’autres – ont souffert du fléau du COVID19, qui a encore aggravé leur vulnérabilité. Lire la suite

15 leçons de 15 ans de BDS

Le mois de juillet a marqué le 15e anniversaire du lancement du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions  BDS). Beaucoup de choses se sont passées au cours de ces années. Voici 15 leçons que j’ai tirées de ce périple pour démanteler l’apartheid israélien. Lire la suite

Des associations tunisiennes condamnent l’incitation continue de l’administration  américaine à la violation par Israël du droit international et réitèrent leur solidarité avec le peuple palestinien

Les associations soussignées condamnent l’incitation continue de l’administration  américaine à l’appropriation par Israël de plus de territoires palestiniens occupés, à leur annexion par la force à son entité coloniale et à ses colonies de peuplement et la dispersion de leurs occupants, bafouant de nouveau le droit international.

Elles réitèrent leur solidarité absolue avec le peuple palestinien et leur appui constant à la lutte de sa société civile dans les territoires occupés ainsi qu’au sein de la diaspora pour la récupération des territoires spoliés, l’abrogation de l’apartheid israélien, le retour des réfugiés et la sauvegarde du droit de vivre en Palestine dans un cadre de liberté, de justice, d’indépendance et de paix sur le même pied que le reste des peuples du monde. Lire la suite

Mourir en silence

03 jours de grève de la faim, 103 jours de combat contre son arrestation et sa détention sans charges ni procès pour Maher al-Akhras. 

Arrêté le 27 Juillet 2020, puis arbitrairement placé en détention administrative, ce Palestinien de quarante-neuf ans et père de six enfants ne cesse de réclamer sa libération face à l’injustice que représente son emprisonnement sur ordonnance.  Lire la suite

Pour la libération immédiate de Mahmoud Nawajaa

Mahmoud Nawajaa, le Coordinateur général du comité national palestinien de BDS (BNC), a été arrêté près de Ramallah le mercredi 29 juillet à 3h30 du matin. De nombreux soldats israéliens ont envahi son domicile et, en présence de sa femme et de ses enfants, l’ont menotté, lui ont mis un bandeau sur les yeux et l’ont embarqué pour une destination inconnue, emportant avec eux le matériel informatique trouvé sur place. L’AURDIP condamne avec la plus grande fermeté cette nouvelle atteinte au droit perpétrée par une armée d’occupation et demande au gouvernement français de faire son devoir, c’est-à-dire de faire respecter le droit international, au besoin en prenant des sanctions contre Israël. Lire la suite

Israël/Territoires Palestiniens Occupés. 10 choses à savoir sur l’annexion

Le 20 avril, au lendemain des troisièmes élections en 10 mois qu’a connues Israël, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et son rival politique Benny Gantz ont formé un gouvernement de coalition dans le cadre d’un accord d’unité. Cet accord incluait une disposition permettant au gouvernement israélien de lancer le processus national d’« annexion » de certaines zones de Cisjordanie occupée, incluant des colonies israéliennes et la vallée du Jourdain.

Aux termes de l’accord de coalition conclu entre Benjamin Netanyahou et Benny Gantz, le gouvernement peut ouvrir le débat sur les projets d’annexion et les soumettre à l’approbation du conseil des ministres et du Parlement israélien, la Knesset, à partir du 1er juillet 2020.

Ce projet fait suite à l’annonce au mois de janvier par le président américain Donald Trump de « l’accord du siècle », qui proposait l’annexion par Israël de certaines zones de la Cisjordanie occupée.

Amnesty International a clairement fait savoir que le projet de l’administration de Donald Trump ne ferait qu’aggraver les violations des droits humains et entériner l’impunité déjà bien ancrée qui alimente depuis des décennies les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et autres graves violations. Lire la suite

Combattre l’antisémitisme ET la spoliation des Palestiniens

Communiqué de presse de l’UPJB (2/7/2020)

Une fois encore, des cris antisémites détournent l’attention d’une manifestation digne et juste 

L’Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB) a participé au rassemblement organisé par l’Association belgo-palestinienne (ABP) ce 28 juin place du Trône à Bruxelles, pour protester contre le projet d’annexion par Israël de 30% de la Cisjordanie. A un moment de cette manifestation, un slogan en arabe, appelant à la guerre contre les Juifs a été lancé par une personne inconnue des organisateurs. Il a été repris par une vingtaine de personnes (sur un total d’au moins 500 participant·es). Suite à l’intervention immédiate de Palestinien·nes et des organisateurs, cet incident fut de courte durée. Après la manifestation, qui n’a connu aucun autre incident, l’Association belgo-palestinienne a publié un communiqué de presse condamnant ces slogans antisémites et rappelant « que la cause palestinienne repose sur la défense du droit et des aspirations à la justice et à l’égalité » et qu’« elle est par conséquent incompatible avec toute forme de racisme, l’antisémitisme inclus ». Nous saluons ces réactions exemplaires. Lire la suite

Palestine : une troisième voie est possible (et) Pétition / Dépeçage de la Palestine : arrêter Netanyahou ! #StopAnnexion

Les Palestiniens ne sont pas démunis. Beaucoup peut être encore fait pour mettre un terme à l’expansionnisme israélien.

Depuis que la défaite catastrophique des pays arabes durant les guerres de 1948 et de 1967 a mené au contrôle total d’Israël sur le territoire historique de la Palestine, les Palestiniens ont essayé d’obtenir des réparations, en vain.

Réfugiés et prisonniers dans leur propre pays, les Palestiniens se sont engagés à la fois dans la lutte armée, à la fois dans les négociations pacifiques, sans jamais parvenir à obtenir justice ou à rétablir la paix. Lire la suite

Israël suite au coronavirus : « une crise, un État – incluant les Palestiniens ? »

Lorsque la pandémie de coronavirus a éclaté, s’est produite une chose qui a d’abord paru insignifiante. Elle n’a même pas retenu l’attention : Israël a annoncé qu’un grand nombre de travailleurs palestiniens provenant des « territoires » seraient autorisés à rester pour la nuit dans les limites de l’Etat d’Israël, afin qu’ils puissent continuer à occuper leur poste de travail dans le pays.

Boom ! En pleine épidémie, une foule de terroristes palestiniens autorisés à passer la nuit en Israël ? Mais que fait le Shin Bet ? Où se trouve la police israélienne, les autres agences de sécurité ? Qui nous protégera de ces masses de bombes à retardement humaines qui dormiront sous les chambres de nos enfants et les nôtres ?

Depuis plus de vingt ans ces gens nous inspiraient une peur mortelle. Cela fait deux décennies que nous sommes prévenus du danger qu’ils nous font courir. Dès la deuxième Intifada, nous leur avons interdit de rester en Israël la nuit venue.

Tout d’un coup, les gens qui travaillent à bâtir ce pays sont aussi autorisés à dormir ici. C’est arrivé, et le ciel ne nous est pas tombé sur la tête. Mais, bien sûr, vous pouvez toujours compter sur Israël. Lorsque la pandémie sera terminée, les Palestiniens qui construisent ce pays devront probablement à nouveau naviguer entre les check-points au milieu de la nuit. Lire la suite

Israël-Palestine : faire enfin respecter le Droit international

L’État d’Israël a un nouveau gouvernement. L’accord conclu entre les adversaires d’hier devenus des partenaires va sans doute permettre à Benjamin Netanyahu, accusé de corruption, de malversation et d’abus de confiance dans trois affaires différentes, d’obtenir que son procès soit considérablement retardé. Ce point est une affaire intérieure israélienne. Lire la suite

Palestine : contre le Coronavirus, l’UAWC met ses équipes et ses locaux à la disposition du gouvernement et des paysan·ne·s (et) Akram Al-Waara : Les Palestiniens détenus en Israël en péril

L’Union des comités d’action agricole (UAWC) mobilise ses équipes administratives et techniques dans différents domaines et met ses capacités et ses ressources à la disposition du gouvernement et du ministère de l’agriculture pour lutter contre l’apparition du coronavirus « COVID-19 ».

Avec la grave pandémie du nouveau Coronavirus en Palestine et dans le monde entier, l’Union des Comités d’Action Agricole a établi un plan d’action d’urgence afin de faire face à la crise actuelle et aux conditions difficiles, ainsi qu’aux risques et dangers très élevés qui accompagnent la propagation du virus et qui menacent la vie de nombreux êtres humains dans le monde entier. Compte tenu du signalement de nombreux cas, principalement à Bethléem, et de la crainte croissante de voir l’étendue de la zone infectée atteindre d’autres régions également, ce qui menace de paralyser la vie publique et de causer des pertes catastrophiques dans divers domaines et aspects, principalement en vies humaines, l’Union des comités d’action agricole a rapidement élaboré un plan d’action d’urgence conformément à la déclaration d’état d’urgence nationale du gouvernement. Lire la suite

Palestine : Tal’at, un mouvement féministe qui réinvente la lutte

« Pas patrie libre sans femmes libres », c’est ce qui a résonné dans les communautés palestiniennes en septembre dernier, lorsque des milliers de femmes palestiniennes sont descendus dans les rues dans 12 villages, villes et villes à travers le monde dans ce qui a été le lancement de Tal’at, un mouvement féministe palestinien. Tal’at signifie sortir en arabe.

En choisissant les rues comme leur espace de lutte, les manifestantes ont élevé la voix contre la violence sexiste dans toutes ses manifestations : féminicide, violence domestique, sexisme et exploitation enracinés, affirmant que le chemin de la vraie libération doit incarner l’émancipation de chaque Palestinien, y compris les femmes. Lire la suite

Palestine, le « deal du siècle » ou une nouvelle tentative de liquidation de la question palestinienne

Le 28 janvier à Washington, un soi-disant plan de paix pour le Proche-Orient, a été présenté par le président états-unien Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, et en l’absence notable de la partie palestinienne. Les contours du projet ont été concocté par Jared Kushner, gendre et conseiller de M. Trump. C’est également un grand supporter d’Israël et un défenseur des colonies israéliennes, où il y finance même des institutions scolaires. Ce plan constitue un véritable programme pour une nouvelle tentative de liquidation de la question palestinienne et qui s’inscrit en violation de toutes les résolutions internationales votées par l’ONU et du droit international. Lire la suite

Plan Trump : un plan de liquidation de la cause palestinienne, un alignement indigne de la France (plus deux textes)

Quel spectacle révoltant nous ont offert ce 28 janvier Trump et Nétanyahou, qui prétendaient présenter ensemble un « plan de paix » concernant au premier chef les Palestiniens… sans la moindre présence palestinienne. Ces deux individus, tous deux sous le coup de poursuites pour des actes commis dans le cadre de leur activité politique, tous deux obnubilés par l’échéance électorale à venir, unis par leurs conceptions racistes et suprémacistes.

Une seule réalité : Trump fait un cadeau électoral à Nétanyahou en lui donnant sa bénédiction à l’annexion de toutes les colonies et de la Vallée du Jourdain.

Cynique jusqu’au bout, il l’adosse à la promesse d’un supposé État palestinien fractionné et dépouillé de sa capitale Jérusalem et de toutes ses ressources… Lire la suite