Archives de Catégorie: Israël

« Oslo », la stratégie des fake news. Faut-il changer le nom de la capitale norvégienne ?

Bien avant que les fausses nouvelles (fake news) ne fassent partie de nos vies, de concert avec son parent légal, Donald Trump, le champion en titre du genre était « Oslo ». Cette référence à Oslo (les accords d’Oslo dès 1993) est devenue synonyme de dissimulation de la réalité par le biais de fausses informations et de leur diffusion par des voies officielles respectées. Si j’étais Norvégienne, je lancerais une pétition pour changer le nom de ma capitale.

Et pourquoi ne proposerais-je pas simplement une pétition demandant que le nom de la capitale norvégienne soit retiré du nom officieux mais commun des accords qu’Israël a signés avec l’OLP à partir de 1993 ? Parce qu’étant donné l’énorme puissance mondiale d’Israël, aucune pétition de ce genre n’aurait la chance d’être entendue. Lire la suite

Le ciel et l’enfer qui ne sont pas Israël

Deux camps se sont distingués dans le débat pendant la semaine de la fête nationale cette année [le 9 mai]: un qui se réjouit et est fier du pays, et un qui en a assez et qui a honte. Les divergences entre eux n’ont jamais été aussi grandes. Le premier groupe est identifié avec la droite, le second avec la gauche, et les deux ont tort.

Paradoxalement, les deux positions contredisent la réalité. La vie de ceux qui sont fiers du pays n’est pas aussi bonne, la plupart appartiennent à des secteurs sociaux à faible revenu. Ceux qui se plaignent ont une vie plus facile. Israël est aujourd’hui divisé entre des orgueilleux et des honteux. Les premiers glorifient le présent, les seconds le passé. Lire la suite

Six points à retenir suite aux élections en Israël

La victoire de Netanyahu

Non seulement Netanyahu a remporté les élections, mais son parti a augmenté le nombre de ses membres dans la nouvelle Knesset de 30 à 36, soit un nombre de plus que la liste des chefs d’état-major des FDI (liste bleue-blanche). Son grand succès a été rendu possible en attirant les votes d’autres partis d’extrême droite : la liste de son ancien ministre de l’Education, Naftali Benett, et de son ancien ministre de la Justice, Ayelet Shaked (La nouvelle droite) n’a même pas obtenu le minimum afin d’entrer à la Knesset. La campagne personnalisée de Netanyahu (« moi ou la gauche ») était le bon choix. Le bloc de la droite, c’est-à-dire les partis qui ont déjà indiqué tout au long de la campagne qu’ils feraient partie de la coalition de Netanyahu, représentent 65 membres de la Knesset sur 120, soit une nette majorité avant même la négociation. Lire la suite

Tombé en défendant l’injustice

Israël prétend que le sergent d’état-major Gal Keidan, qui est tombé dans la colonie d’Ariel, défendait son pays. C’est un mensonge : il est mort en protégeant l’injustice.

Un soldat a été tué en service. C’était un garçon à lunettes, qui jouait au mandoloncelle [sorte de mandoline]. Ses parents avaient émigré depuis de l’Union soviétique. Un ami du conservatoire de musique a joué en sa mémoire lors des funérailles.

Un soldat a été tué en service. Il était installé à un carrefour pour protéger des colons. Un Palestinien du même âge que lui l’a poignardé à mort et a saisi son arme. Gal Keidan faisait partie de la « brigade des pompiers », ces artilleurs qui ont été transformés en gardes de sécurité pour surveiller les carrefours dans les colonies. Lire la suite

Le sionisme est-il synonyme de racisme ?

Information préliminaire

Ma rencontre avec le sionisme eut lieu au début des années 1970 suite à mon engagement dans un combat militant contre le crime d’apartheid.

C’est le lieu de faire un éclairage adressé à celles et ceux qui à l’époque, n’étaient pas encore nés ou étaient trop jeunes ou tout simplement n’ont pas été informés.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Afrique du Sud participa officiellement, aux côtés des puissances alliées contre l’Allemagne hitlérienne. Ce choix résulta de la relative faiblesse du parti nationaliste sud-africain, pronazi, par rapport au groupe probritannique. Lire la suite

Une pétition devant la Cour suprême contre la loi sur l’État-nation : l’anti-arabisme porte atteinte aussi aux mizrahim [juifs-arabes]

Ma langue arabe est muette

étranglée dans ma gorge

elle s’insulte elle-même

sans prononcer un mot

dans l’air étouffant des refuges de mon âme

elle se dissimule

aux yeux des membres de ma famille

derrière la jalousie de l’hébreu

Ces lignes sont tirées de « Ma langue arabe est muette » d’Almog Behar, poète, écrivain et chercheur. Ce poème figure dans son intégralité en ouverture de la pétition exceptionnelle qui a été déposée ce matin [mardi 1er janvier 2019] devant la Cour suprême, contre la loi sur l’État-nation : environ cinquante Juives et Juifs (1) [israélien.nes] issu.es du monde arabo-musulman exigent le retrait de cette loi, non seulement parce qu’elle est « fondamentalement irrecevable, dommageable, humiliante et raciste, anti-démocratique et négatrice du statut de la minorité arabo-palestinienne en tant que minorité nationale en Israël, ou parce qu’elle instaure une hiérarchie et une inégalité sociales », mais aussi – et en cela réside la singularité de cette pétition – parce qu’il s’agit « d’une loi anti-juive, qui rejette l’histoire et la culture arabe, rabbinique et populaire contemporaine des Juifs issus des pays arabo-musulmans, qu’elle accroît l’infériorisation de la culture judéo-arabe dans l’espace public de l’État d’Israël et qu’elle défend au niveau constitutionnel la carte d’identité de l’État d’Israël comme État anti-arabe ». Lire la suite

Israël. Le retour du militarisme

Le culte de l’idole est de retour : le militarisme est de retour. Non pas qu’il nous ait jamais quittés, mais après la guerre du Kippour de 1973, il y a eu quelques bonnes années de modestie, d’humilité, voire de honte. Et maintenant, il est de retour, c’est un grand moment. Lire la suite

Les soldats de « l’armée de défense israélienne » apprennent à tuer des civils désarmés. Mais ils jouissent de l’immunité face à toute enquête

Une armée qui forme des soldats qui tuent un enfant de 11 ans à 100 mètres de distance ne peut pas être prête pour une vraie guerre, sauf pour déposséder et expulser des civils palestiniens. Lire la suite

Eurovision 2019 : Pas en Israël, pas au pays de l’apartheid

Pour signer : https://eurovision2019-pasenisrael.eu/appel/?

En 2019, le concours de l’Eurovision devrait se dérouler à Tel-Aviv en Israël.

Ce pays vient de voter une loi, dite « loi de l’État-Nation du peuple juif ». Cette loi, à valeur de constitution, n’accorde pas les mêmes droits aux Israéliens selon qu’ils sont Juifs ou non-Juifs. Israël, à la colonisation, l’occupation des terres palestiniennes et les massacres à Gaza, ajoute désormais l’officialisation de l’Apartheid dans sa propre population. Lire la suite

Israël est intouchable… dans les médias américains

Marc Lamont Hill est un écrivain états-unien et enseignant en communication auprès de la Temple University à Philadelphie, ainsi qu’analyste à CNN. Dans un discours prononcé la semaine dernière lors d’une conférence aux Nations Unies, il a appelé à « une action internationale qui nous donnera ce que la justice exige, à savoir une Palestine libre de la rivière à la mer ». Lire la suite

Ce n’est pas en s’en prenant à Netanyahou que la gauche sioniste se guérira de son complexe d’occupation

Toutes les catastrophes d’Israël n’ont pas commencé avec le meurtre de Rabin, et tous ses maux ne prendront pas fin lorsque Netanyahou sera remplacé. Mais quand on n’ a rien à offrir, on rejette toute la faute sur Netanyahou.

La gauche sioniste ne peut pas faire face au problème le plus critique, celui qui a façonné le visage d’Israël plus que tout autre. Elle porte une grande part de responsabilité dans cette question, elle n’a pas de solution et, par conséquent, elle est paumée. Consciente de sa situation, elle a inventé des détours pour détourner l’attention de ce qu’elle est incapable d’affronter. La gauche s’est inventé un récit qui l’aide à éluder la question principale, qu’elle trouve également gênante : après tout, c’est humain et moral. De cette façon, elle n’a pas à faire face au problème et à proposer des solutions. Lire la suite

Aidez-nous par des pressions internationales, des sanctions, des actes de boycott

De la préface « Un prophète flamboyant » de Jean Ziegler, je souligne la place de l’« Etat colonial » comme préoccupation majeure de Michel Warschawski, la dénonciation de « la colonisation extérieure des territoires et des populations occupés depuis 1967 et celle, intérieure, des Arabes israéliens discriminés », l’affirmation du droit au retour des populations palestiniennes expulsées, les solutions théoriques qui dépendront des rapports de force… Mais contrairement à ce qu’écrit le préfacier, l’histoire ne saurait avoir de « sens ». Lire la suite

« Nous disons à l’Europe : ne confondez pas critique d’Israël et antisémitisme »

Par 35 personnalités israéliennes, académiciens et artistes

En date du 20 novembre 2018, Ofer Aderet du quotidien Haaretz portait à la connaissance de ses lecteurs et lectrices la prise de position – sous forme de lettre ouverte – de 35 éminents Israéliens, « dont des spécialistes de l’histoire juive et des lauréats du Prix Israël ». Il indiquait que cette lettre était publiée le mardi 20 novembre dans les médias autrichiens, appelant à faire la distinction entre la critique légitime d’Israël, « aussi dure soit-elle », et l’antisémitisme. Cette lettre ouverte a été publiée avant un rassemblement international à Vienne – qui s’est tenu le 21 novembre 2018 – sur l’antisémitisme et l’antisionisme en Europe. Selon Haaretz « L’événement de cette semaine « L’Europe au-delà de l’antisémitisme et de l’antisionisme : Protéger la vie juive en Europe », se tient sous les auspices du chancelier autrichien Sebastian Kurz. Son homologue israélien, Benyamin Netanyahou, devait y participer, mais il est resté en Israël pour faire face à la crise dans son gouvernement de coalition. »  Lire la suite

Pour une grève générale palestinienne mondiale

Avec l’aimable autorisation des éditions Syllepse

La loi sur l’État-nation que le Parlement israélien vient de voter marque un tournant qualitatif en affirmant que l’État d’Israël est l’État des seuls Juifs.

Non seulement cela contredit la Déclaration d’indépendance qui était jusqu’à maintenant la constitution de facto de l’État d’Israël et les engagements pris par les fondateurs de l’État auprès des Nations unies afin d’y être accepté comme État membre, mais cela transforme officiellement, constitutionnellement, 20% de ses citoyens en citoyens de seconde zone. Lire la suite

Gaza-Israël. Le fossé entre les destins des enfants de Jabalya et ceux de Mefalsim est devenu un terrible gouffre

Ceux qui pensaient que les enfants de Jabalya [ville située à 4 kilomètres au nord de la ville de Gaza], qui regardent avec nostalgie les enfants du kibboutz Mefalsim [situé à la frontière de Gaza], allaient accepter leur sort sans rien faire, ne connaissent pas l’histoire humaine ni l’âme humaine. Lire la suite

Israël a désormais sa loi raciale

Désormais, par décision de justice, il y a deux types sanguins en Israël : le sang juif et le sang non-juif.

Même s’ils avaient l’éternité devant eux, Israël et la nation juive ne pourront jamais réparer tout le mal qu’ils ont fait à la nation palestinienne. Rien ne pourra compenser le préjudice matériel ni le préjudice intellectuel, ni le préjudice physique ni le préjudice spirituel. Ni le pillage de leurs terres et de leurs biens, Ni leur liberté, ni leur dignité foulées aux pieds. Ni les meurtres et les deuils, ni les personnes blessées et estropiées, et dont la vie a été irrémédiablement gâchée. Pas plus que les centaines de milliers d’innocents qui ont été torturés et emprisonnés, ou les générations qu’on a privées de leur droit légitime à une vie normale. Lire la suite

La sacralisation du mythe du sang et de l’origine contre les décisions libres et volontaires

Les transferts de population, l’étrange histoire de « juifs noirs vivant en Afrique », la normalisation religieuse par l’Etat d’Israël d’éthiopien·nes « à la judéité suspecte » en regard à l’hostilité particulière du « judaïsme » au métissage.

Tidiane N’Diaye présente l’historique d’un exode moderne, « le retour d’une tribu juive perdue en terre africaine », les débats autour de ces populations, les conditions de transfert et les réalités sociales d’un accueil très particulier. Lire la suite

Message de l’AURDIP aux Présidents d’Université en France concernant le projet « Choose France » en Israël

Mesdames et Messieurs les Présidentes et Présidents d’Université, Directrices et Directeurs d’École,

Vous avez probablement été sollicités pour participer au projet « Choose France » qui se tiendra en Israël du 30 octobre au 2 novembre 2018, en présence de la Ministre de la Recherche et de l’Innovation. Cet événement fait partie de la « Saison croisée France-Israël 2018 » qui, sous ses allures bon enfant, vise à redorer le blason de l’État d’Israël terni par sa politique d’éradication du peuple palestinien, qui n’est plus un secret pour personne. Lire la suite

Identité religieuse et « ethnocratie »

Dans sa préface, preface-dilan-pappe-au-livre-de-ofra-yeshua-lyth-pourquoi-un-etat-juif-nest-pas-une-bonne-idee/, publiée avec l’aimable autorisation de l’éditeur, Ilan Pappé parle de l’évolution de L’Etat d’Israël vers « un état ethnique, raciste », de « définition très étroite du sionisme », d’« ethnocratie », d’une certaine interprétation du judaïsme, du manque de « respect pour les droits civils et humains », du « mouvement colonial de peuplement sioniste »… Lire la suite

Préface d’Ilan Pappé au livre de Ofra Yeshua-Lyth : Pourquoi un Etat juif n’est pas une bonne idée

Avec l’aimable autorisation de l’éditeur

En 2017, l’État d’Israël évolue comme un état ethnique, raciste, de différentes manières, discriminant ses citoyens palestiniens, installé dans une oppression incessante des habitants de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza. L’État se transforme peu à peu en un système politique qui, minant les valeurs démocratiques et humanistes, privilégie une définition très étroite du sionisme, celle d’une idéologie nationaliste. Le 30 août 2017, la ministre de la Justice, Ayelet Shaked, a reproché à la Cour suprême israélienne de préférer les droits de l’homme aux intérêts sionistes. Elle a demandé que cela ne se reproduise plus. Sa remarque faisait non seulement allusion à une quelconque protection des droits des Palestiniens, mais à la prise de position en faveur des demandeurs d’asile africains. De manière indirecte, elle désavouait la décision de la Cour suprême dans son effort de sauver ce qui reste de la laïcité dans l’État juif au XXIe siècle. Lire la suite