Archives de Catégorie: Israël

Boycott des produits israéliens : lettre ouverte à Éric Dupond-Moretti

Monsieur le Ministre de la Justice, 

Vous avez récemment diffusé une circulaire (« dépêche ») à l’attention de tous les procureurs et des présidents de tribunaux, dans laquelle il leur est demandé de condamner les appels au boycott des produits israéliens qui correspondraient à une « provocation à la discrimination à l’égard d’une nation », et cela en dépit de l’arrêt du 11 juin 2020 de la Cour Européenne des Droits de l’homme (CEDH). Lire la suite

15 leçons de 15 ans de BDS

Le mois de juillet a marqué le 15e anniversaire du lancement du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions  BDS). Beaucoup de choses se sont passées au cours de ces années. Voici 15 leçons que j’ai tirées de ce périple pour démanteler l’apartheid israélien. Lire la suite

Désormais, les soldats et les officiers de l’armée israélienne doivent réfléchir à deux fois avant d’obéir à l’ordre de détruire des maisons palestiniennes.

Communiqué de presse de Gush Shalom (Bloc de la paix israélien), 6 décembre 2020

Les juges de la Cour pénale internationale de La Haye ont décidé sans équivoque que la Cour a pleine autorité pour entendre et décider des plaintes palestiniennes concernant les violations du droit international par l’État d’Israël et son armée. Les règles du jeu ont donc fondamentalement changé. Lire la suite

Un régime de suprématie juive du Jourdain à la Méditerranée : c’est un apartheid

Plus de 14 millions de personnes, dont à peu près la moitié sont juives et l’autre moitié palestiniennes, vivent entre le Jourdain et la Méditerranée sous un gouvernement unique. Dans le discours public, politique, juridique et médiatique, la perception courante est que deux régimes séparés opèrent côté à côte dans cette zone, séparés par le Ligne verte. Un régime, à l’intérieur des frontières de l’état souverain d’Israël, est une démocratie permanente avec une population d’environ 9 millions de personnes, tous citoyens israéliens. L’autre régime, dans les territoires dont Israël s’est emparé en 1967, et dont le statut final est supposé être déterminé dans de futures négociations, est une occupation militaire temporaire imposée sur quelque cinq millions de sujets palestiniens. Lire la suite

Lettre aux lycéens et lycéennes 

Soixante lycéens et lycéennes israéliens signent une lettre refusant leur conscription obligatoire dans l’armée israélienne – « La politique sioniste de violence brutale envers les Palestiniens et d’expulsion de leurs maisons et de leurs terres a commencé en 1948 et n’a pas cessé depuis. » Lire la suite

Un descendant de l’aristocratie sioniste veut quitter le peuple juif. Israël le laissera-t-il faire ?

Pourquoi Avraham Burg, qui a été président de la Knesset, président par intérim et chef de l’Agence juive, demande à Israël d’annuler son inscription en tant que Juif.

Avraham Burg a été un homme aux nombreux titres. Descendant d’une des familles aristocratiques du mouvement religieux sioniste, il a été président de la 15e Knesset (1999-2003), un membre important du « groupe des huit » à la gauche du Parti travailliste à la fin des années 1980 et au début des années 1990, président de l’Agence juive (1995-1999) et, selon le protocole, il a été président par intérim d’Israël, entre la démission d’Ezer Weizman et l’élection de Moshe Katsav à ce poste, pendant son mandat de Président de la Knesset. Aucun CV ne pourrait être plus sioniste et plus juif.

Maintenant, cependant, « Avrum », comme il est largement connu, est décidé à en abandonner un : sa désignation en tant que Juif selon le registre de la population du ministère de l’Intérieur. Dans une demande qu’il va soumettre au tribunal de district de Jérusalem, Burg écrit qu’il ne se considère plus comme appartenant à la nationalité juive. Il ajoute que sa conscience ne lui permet pas d’être classé comme membre de cette nation, parce qu’elle implique « d’appartenir au groupe des maîtres ». En termes simples et clairs, affirme-t-il, « je ne peux plus me sentir identifié à ce collectif ». Lire la suite

« Refuser de servir dans l’armée est mon petit geste pour faire changer les choses »

Hallel Rabin a passé 56 jours dans une prison militaire pour avoir refusé de servir dans les FDI. Aujourd’hui, elle parle de son séjour derrière les barreaux, de ses conversations avec ses codétenues et de l’occupation avec les jeunes Israéliens.

Il y a deux semaines, Hallel Rabin s’est présentée devant le comité des objecteurs de conscience de l’IDF, l’organe militaire qui décide si elle sera renvoyée ou non en prison pour avoir refusé de servir dans l’armée, et on lui a posé la plus étrange des questions : « Accepteriez-vous de porter l’uniforme de l’armée s’il était rose ? »

Lire la suite

Des associations tunisiennes condamnent l’incitation continue de l’administration  américaine à la violation par Israël du droit international et réitèrent leur solidarité avec le peuple palestinien

Les associations soussignées condamnent l’incitation continue de l’administration  américaine à l’appropriation par Israël de plus de territoires palestiniens occupés, à leur annexion par la force à son entité coloniale et à ses colonies de peuplement et la dispersion de leurs occupants, bafouant de nouveau le droit international.

Elles réitèrent leur solidarité absolue avec le peuple palestinien et leur appui constant à la lutte de sa société civile dans les territoires occupés ainsi qu’au sein de la diaspora pour la récupération des territoires spoliés, l’abrogation de l’apartheid israélien, le retour des réfugiés et la sauvegarde du droit de vivre en Palestine dans un cadre de liberté, de justice, d’indépendance et de paix sur le même pied que le reste des peuples du monde. Lire la suite

Appel au boycott des produits israéliens : quand le ministère français de la Justice refuse de distinguer entre des produits et des hommes

Peut-on encore espérer des autorités françaises une attitude rationnelle au sujet des appels au boycott des produits israéliens ? On peut légitimement se poser la question à la lecture d’une récente dépêche du ministère de la justice.

Dans son arrêt Baldassi du 11 juin 2020 condamnant la France [1], la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que l’appel au boycott des produits israéliens ne peut pas en soi constituer une infraction pénale : il est en effet couvert par la liberté d’expression [2]. La France n’ayant pas fait appel de l’arrêt, celui-ci est donc juridiquement définitif depuis le 11 septembre 2020. Lire la suite

Mourir en silence

03 jours de grève de la faim, 103 jours de combat contre son arrestation et sa détention sans charges ni procès pour Maher al-Akhras. 

Arrêté le 27 Juillet 2020, puis arbitrairement placé en détention administrative, ce Palestinien de quarante-neuf ans et père de six enfants ne cesse de réclamer sa libération face à l’injustice que représente son emprisonnement sur ordonnance.  Lire la suite

Le Congrès des Syndicats britanniques appelle à des sanctions contre Israël pour « mettre fin à l’apartheid »

Le Congrès des Syndicats britanniques a condamné le plan d’annexion israélien, l’appelant « un autre pas significatif vers la création d’un régime d’apartheid » en Cisjordanie.

Votée mardi, la motion est perçue comme étant la première fois que l’organisme de tutelle des syndicats britanniques décrivait la politique israélienne comme de l’apartheid.

La motion du TUC appelle le Royaume Uni à « prendre des mesures fermes et décisives, y compris des sanctions » contre Israël pour stopper l’annexion, mettre fin à l’occupation et respecter le droit des réfugiés palestiniens au retour.

Elle a aussi appelé les syndicats à travers le monde à rejoindre la campagne « pour stopper l’annexion et mettre fin à l’apartheid ». Lire la suite

Bds : Le jugement historique de la Cour européenne des droits de l’homme est définitif !

Ça y est ! C’est définitif : il n’y a pas eu de recours de la part du gouvernement français auprès de la Chambre d’appel de la Cour Européenne des droits de l’Homme, en ce 18 septembre 2020, qui était la date limite pour un éventuel recours. L’Etat français est bel et bien condamné pour avoir sanctionné l’appel au boycott d’Israel, indique Me Grégory THUAN Dit DIEUDONNE !

C’est curieux comme les médias dominants ont été discrets sur ce scoop historique, dont la portée s’étend à la totalité du continent européen : L’État français a été condamné le 11 juin, par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) à payer 100 000 euros de dommages et intérêts, pour violation du droit à la liberté d’expression, (article 10), à des militants sanctionnés pour avoir appelé au boycott des produits israéliens.  Lire la suite

Les tentatives d’Israël pour étouffer la solidarité avec la Palestine : Mensonges, calomnies et menaces

Lire la suite

Israël/Territoires Palestiniens Occupés. 10 choses à savoir sur l’annexion

Le 20 avril, au lendemain des troisièmes élections en 10 mois qu’a connues Israël, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et son rival politique Benny Gantz ont formé un gouvernement de coalition dans le cadre d’un accord d’unité. Cet accord incluait une disposition permettant au gouvernement israélien de lancer le processus national d’« annexion » de certaines zones de Cisjordanie occupée, incluant des colonies israéliennes et la vallée du Jourdain.

Aux termes de l’accord de coalition conclu entre Benjamin Netanyahou et Benny Gantz, le gouvernement peut ouvrir le débat sur les projets d’annexion et les soumettre à l’approbation du conseil des ministres et du Parlement israélien, la Knesset, à partir du 1er juillet 2020.

Ce projet fait suite à l’annonce au mois de janvier par le président américain Donald Trump de « l’accord du siècle », qui proposait l’annexion par Israël de certaines zones de la Cisjordanie occupée.

Amnesty International a clairement fait savoir que le projet de l’administration de Donald Trump ne ferait qu’aggraver les violations des droits humains et entériner l’impunité déjà bien ancrée qui alimente depuis des décennies les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et autres graves violations. Lire la suite

Condamnation des autorités françaises : selon la CEDH, l’appel au boycott des produits israéliens est protégé par la liberté d’expression.

La Campagne BDS France, le 11 juin 2020

La campagne BDS France se réjouit de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme (affaire Baldassi et autres c. France, requêtes n°15271/16 et autres) rendu le 11 juin 2020 qui condamne la France pour avoir violé le droit à la liberté d’expression de militant-e-s associatif-ve ayant appelé au boycott de produits israéliens dans des magasins.

L’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme protège la liberté d’expression, qui peut être restreinte à certaines conditions. Les militant-e-s BDS affirmaient que ces conditions n’étaient pas remplies et que leur liberté d’expression avait été bafouée par la France. A l’unanimité, la Cour Européenne des Droits de l’Homme dit que la France a violé cet article 10. Lire la suite

Israël suite au coronavirus : « une crise, un État – incluant les Palestiniens ? »

Lorsque la pandémie de coronavirus a éclaté, s’est produite une chose qui a d’abord paru insignifiante. Elle n’a même pas retenu l’attention : Israël a annoncé qu’un grand nombre de travailleurs palestiniens provenant des « territoires » seraient autorisés à rester pour la nuit dans les limites de l’Etat d’Israël, afin qu’ils puissent continuer à occuper leur poste de travail dans le pays.

Boom ! En pleine épidémie, une foule de terroristes palestiniens autorisés à passer la nuit en Israël ? Mais que fait le Shin Bet ? Où se trouve la police israélienne, les autres agences de sécurité ? Qui nous protégera de ces masses de bombes à retardement humaines qui dormiront sous les chambres de nos enfants et les nôtres ?

Depuis plus de vingt ans ces gens nous inspiraient une peur mortelle. Cela fait deux décennies que nous sommes prévenus du danger qu’ils nous font courir. Dès la deuxième Intifada, nous leur avons interdit de rester en Israël la nuit venue.

Tout d’un coup, les gens qui travaillent à bâtir ce pays sont aussi autorisés à dormir ici. C’est arrivé, et le ciel ne nous est pas tombé sur la tête. Mais, bien sûr, vous pouvez toujours compter sur Israël. Lorsque la pandémie sera terminée, les Palestiniens qui construisent ce pays devront probablement à nouveau naviguer entre les check-points au milieu de la nuit. Lire la suite

Israël-Palestine : faire enfin respecter le Droit international

L’État d’Israël a un nouveau gouvernement. L’accord conclu entre les adversaires d’hier devenus des partenaires va sans doute permettre à Benjamin Netanyahu, accusé de corruption, de malversation et d’abus de confiance dans trois affaires différentes, d’obtenir que son procès soit considérablement retardé. Ce point est une affaire intérieure israélienne. Lire la suite

Les élections et le sionisme comme religion, qui s’impose

La réussite impressionnante et bienvenue de la Liste unifiée[coalition formée du Hadash-PC et de trois formations arabes : Liste arabe unie, Ta’al et le Balad] lors des élections législatives anticipées du 2 mars 2020 [voir les résultats définitifs en termes de sièges à la fin de cet article] est tempérée par une déception : le plafond de verre des électeurs juifs n’a pas été brisé. Lire la suite

Plan Trump : un plan de liquidation de la cause palestinienne, un alignement indigne de la France (plus deux textes)

Quel spectacle révoltant nous ont offert ce 28 janvier Trump et Nétanyahou, qui prétendaient présenter ensemble un « plan de paix » concernant au premier chef les Palestiniens… sans la moindre présence palestinienne. Ces deux individus, tous deux sous le coup de poursuites pour des actes commis dans le cadre de leur activité politique, tous deux obnubilés par l’échéance électorale à venir, unis par leurs conceptions racistes et suprémacistes.

Une seule réalité : Trump fait un cadeau électoral à Nétanyahou en lui donnant sa bénédiction à l’annexion de toutes les colonies et de la Vallée du Jourdain.

Cynique jusqu’au bout, il l’adosse à la promesse d’un supposé État palestinien fractionné et dépouillé de sa capitale Jérusalem et de toutes ses ressources… Lire la suite

Pour la première fois, un organe de l’ONU demande à Israël d’amender ou d’annuler sa Loi Etat-Nation des Juifs ; Adalah au Procureur Général d’Israël : Opposez vous à la loi devant la Cour Suprême

Le CESCR de l’ONU : la loi israélienne viole le traité international, le Comité recommande la restauration du statut officiel de l’Arabe et détaille les violations israéliennes des droits des Bédouins ; Israël tenu à défendre ce mois-ci la Loi Etat-Nation devant la Commission de l’ONU sur le Racisme.

Un organe de l’ONU a – pour la première fois – demandé à Israël d’amender ou d’annuler sa Loi Etat-Nation du Peuple Juif afin qu’il se conforme à la convention internationale des droits de l’Homme qu’il a ratifiée en 1991. Lire la suite