Archives de Catégorie: Israël

Il n’y a pas de droite ou de gauche en Israël, juste du sionisme et du non-sionisme

La semaine dernière (10 octobre), Angela Merkel a exprimé son admiration pour la viabilité de la nouvelle coalition israélienne. La chroniqueuse de Haaretz Carolina Landsmann se demande, sur ce site (de Haaretz), si nous avons un gouvernement trompeur ou un gouvernement qui a découvert la plus grande ruse de tous les temps. Le journaliste Ron Cahlili affirme que la droite idéologique et la gauche sioniste sont une seule et même chose. Tous parmi eux ont abordé la « grande histoire » : celle du chat qui est sorti du sac. Il n’y a ni gauche ni droite en Israël. La seule division idéologique est entre les sionistes, qui comprennent presque tout le monde, et les non-sionistes, beaucoup moins nombreux. Lire la suite

Apartheid – le mot qui manque à Aluf Benne (+ Droit de réponse de l’AURDIP au Monde sur l’apartheid israélien)

Aluf Benne [rédacteur en chef du quotidien Ha’aretz] a bien analysé dans ce journal l’autre jour les cent premiers jours du premier ministre Naftali Bennett. Contrairement à la secte « tout sauf Nentanyahu », qui ne cesse d’admirer le changement stylistique que Bennett a apporté (comment il complimente ses ministres et comment on n’entend pas les membres de sa famille), Benne a minimisé à juste titre l’importance du style, qu’on commente maintenant avec extase, et est allé droit au but : Bennett « galope doucement et résolument vers un État unique avec les millions de ressortissants palestiniens. »

Mais ce n’est pas seulement « un État » que Bennett est en train d’établir. Il établit un État d’apartheid. Ce mot, apartheid, doit désormais apparaître dans tous les textes. L’apartheid sera le deuxième nom de l’État d’Israël, au moins à partir du moment où son Premier ministre a annoncé qu’il n’a aucun intérêt à un arrangement et que la conquête est à ses yeux éternelle. Lire la suite

Le problème quand on parle de l’apartheid israélien

Nous devrions être reconnaissants de ce que le terme d’« apartheid », pour désigner le régime israélien entre le fleuve et la mer, devienne de plus en plus banal et de plus en plus légitime, et qu’il devienne même à la mode. Mais comme avec toute mode, il y a un problème ici aussi. Pas avec la définition elle-même, mais avec ce qu’elle laisse de côté.

Le problème est que dans toute le feu du discours sur l’apartheid, une de ses dimensions, une dimension dynamique, active et dangereuse – le colonialisme d’occupation – s’en est trouvée atténuée et émoussée. Selon l’idéologie et les politiques du colonialisme d’occupation, les Palestiniens sont inutiles. En bref, il est possible, rentable et désirable de vivre sans les Palestiniens dans ce pays, entre le fleuve et la mer. Leur existence ici est conditionnelle, elle dépend de nos souhaits et de notre bonne volonté – c’est une question de temps.

L’idéologie de cette « inutilité » est un poison qui s’étend particulièrement quand le processus du colonialisme d’occupation est à son comble. Et c’est actuellement la situation en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est). L’illusion qu’Israël arrêtera l’entreprise de colonisation a été détruite avant même que l’encre des Accords d’Oslo ne soit sèche. Lire la suite

Quand Einstein appelait « fascistes » ceux qui gouvernent Israël depuis 44 ans… (plus : Appel des Juifs israéliens : « Arrêtez l’apartheid d’Israël ! )

Que diriez-vous si le tristement célèbre raciste et antisémite premier ministre hongrois Victor Orban accusait Einstein…d’antisémitisme ? Et aussi, Hannah Arendt ? Et également, le plus emblématique des écrivains de l’Holocauste, l’Italien Primo Levi ? Impensable et inimaginable ? Non. Pas du tout si on pense que c’est exactement ce qui se passe actuellement, et même à l’échelle mondiale. Et pas par un seul Orban mais par plusieurs racistes et antisémites notoires qui, avec la bénédiction des établissements de toute espèce, collent l’étiquette d’antisémite sur leurs adversaires politiques – d’habitude antifascistes, antiracistes et… de gauche – afin de les détruire !… Lire la suite

Unissons nous contre la cyber-surveillance et la répression

watch-out-1536x864

Par le Comité National BDS palestinien (BNC), le 22 juillet 2021

Le scandale international grandissant autour du logiciel espion israélien Pegasus de NSO Group, dont se servent des dictatures et des régimes autoritaires pour perpétrer quantité de crimes et de violations des droits de l’homme, n’est que le sommet de l’iceberg. Depuis des années, Israël et ses entreprises de technologie de pointe ont exporté des logiciels espions et autres technologies de surveillance intrusives à travers la planète, y compris pour certains des régimes les plus brutaux.

Le marché de la technologie militaire, sécuritaire et de surveillance constitue le socle des liens d’Israël avec le reste du monde. Lire la suite

« Ni les juges ni les diplomates ne viendront sauver Sheikh Jarrah »

Il était exaspérant de suivre les délibérations de la Cour suprême israélienne sur Sheikh Jarrah [quartier à majorité palestinienne de Jérusalem-Est] lundi 2 août. Au cours d’une audience visant à déterminer si les résidents palestiniens seront expulsés de force de leur quartier, les trois juges présidents ont proposé un accord qui permettrait aux familles de rester dans leurs maisons en tant que « locataires protégés » pendant plusieurs années, en échange du paiement d’une petite taxe de « location » [400 euros environ par année] fait au groupe de colons Nahalat Shimon, qui convoite agressivement les propriétés avec le soutien de la police. L’audience s’est terminée sur une impasse, obligeant le tribunal à en programmer une autre la semaine prochaine dans l’espoir que les parties cèdent d’ici là.

Ce que les juges ont décrit comme un « compromis » s’est toutefois révélé être un ultimatum. Les juges ont d’abord refusé d’accorder aux familles plusieurs jours pour examiner l’accord, sous prétexte qu’ils voulaient éviter toute pression médiatique supplémentaire et qu’il faudrait des siècles pour que tous les résidents se mettent d’accord. De nombreux Palestiniens présents dans la salle d’audience ont eu du mal à suivre les plaidoyers en hébreu (aucune traduction officielle n’a été fournie), ce qui les a obligés à se démener pour obtenir des informations sur leur sort. L’objectif des juges n’était pas marqué par la subtilité : il s’agissait de faire pression sur les parties pour qu’elles acceptent l’accord, et éviter la responsabilité de statuer sur une question aux enjeux politiques élevés. Lire la suite

Plus de 600 universitaires et artistes appellent au démantèlement du régime d’apartheid en Palestine historique

Plus de 600 universitaires, artistes et intellectuels de plus de 45 pays ont signé une déclaration appelant au démantèlement du régime d’apartheid mis en place sur le territoire de la Palestine historique et à l’établissement d’un arrangement constitutionnel démocratique qui accorde et mette en œuvre pour tous les habitants de ce pays des droits et des devoirs égaux, sans aucune discrimination fondée sur la race, l’origine ethnique, la religion ou le sexe. Parmi les signataires figurent de nombreuses personnalités éminentes, dont les lauréats du prix Nobel de la paix Adolfo Pérez Esquivel et Mairead Maguire, les juristes universitaires Monique Chemillier-Gendreau et Richard Falk, les universitaires Étienne Balibar, Hagit Borer, Ivar Ekeland, Suad Joseph, Jacques Rancière, Roshdi Rashed et Gayatri Spivak, le chercheur en santé Sir Iain Chalmers, le compositeur Brian Eno, le musicien Roger Waters, l’écrivaine Ahdaf Soueif, l’économiste et ancien secrétaire général adjoint de l’ONU Sir Richard Jolly, l’homme politique sud-africain et vétéran de la lutte contre l’apartheid Ronnie Kasrils, et la militante de la paix canadienne et ancien leader national du Parti Vert du Canada Joan Russow. Lire la suite

Aucun changement à Jérusalem ou à Gaza (plus : Aidez Gaza à se nourrir !)

Notre gouvernement de changement ne nous a pas donné 100 jours d’état de grâce, ni même 100 heures. Il n’est peut-être pas juste de le juger sur ses premières heures d’existence, mais elles peuvent être le signe de ce qui va suivre. Cent minutes ont suffi pour se rendre compte que sur les questions les plus importantes de toutes, il n’y a pas de désaccords dans le nouveau gouvernement, et qu’il n’est pas différent du gouvernement précédent. Ce qui était sera.

Ses premières heures, qui auraient pu annoncer un changement, ont annoncé exactement le contraire. Les ministres auraient pu interdire la Marche des Drapeaux [marche censée commémorer la « journée de Jérusalem », autrement dit la « réunification » de la Ville sainte après son occupation en 1967 ; elle s’est déroulée le mardi 15 juin sous la houlette de l’extrême droite colonisatrice] et dire aux Israéliens, aux Palestiniens et au monde entier qu’il y a une nouvelle équipe en ville, une équipe qui prend en considération les sensibilités d’un autre peuple. Au lieu de cela, le ministre de la Sécurité publique, Omer Bar-Lev, un représentant de la gauche [Parti travailliste] dans le nouveau gouvernement, a tweeté que « Jérusalem est la capitale éternelle d’Israël », adaptant avec une incroyable facilité le jargon nationaliste de Benyamin Netanyahou ou de Bezalel Smotrich [membre aujourd’hui du Religious Zionist Party, précédemment de Yamina, parti de Naftali Bennett] en passant par Itamar Ben-Gvir [leader de Otzma Yehudi-Force juive et membre de la Knesset]. Lire la suite

Israël a un nouveau « bon Arabe » au gouvernement, Mansour Abbas

Après avoir scissionné de la Liste unifiée [coalition politique des partis « arabes israélien » et du PC israélien créée en 2015, dissoute et recréée en 2019] avant les dernières élections israéliennes, la Liste arabe unie (en hébreu : Ra’am), le parti islamiste dirigé par Mansour Abbas, a mené une campagne visant à présenter le parti comme « conservateur»  tout en proposant une « nouvelle approche » de la politique arabe en Israël. Selon cette « approche », Ra’am pouvait rejoindre n’importe quel nouveau gouvernement israélien, qu’il soit de gauche ou de droite, même si cela signifiait siéger avec les kahanistes [se référant au rabbin Meir Kahane qui se proposait de « conquérir la terre promise »] dans la même coalition. La rupture de Ra’am avec les trois autres partis arabes de la Liste unifiée, a insisté Abbas, devait être « historique ». Lire la suite

« Ne pleurez pas une coexistence qui n’a jamais existé » (plus autres textes)

Les citoyens palestiniens d’Israël se sont habitués à entendre des déclarations ridicules de la part des grands médias et des politiciens israéliens. Leur manque de connaissance de la société palestinienne et les mensonges qu’ils crachent à la télévision nationale ne sont pas seulement très loin des normes journalistiques, ils sont souvent tout simplement ridicules et très peu journalistiques.

Mais ces dernières semaines, même selon leurs critères, le spectacle d’horreur et de comédie qu’est la télévision israélienne s’est surpassé. Alors que la violence faisait rage dans tout le pays, à Jérusalem, à Gaza et dans les « villes mixtes », les présentateurs traditionnels se sont attaqués aux invités arabes de leurs émissions, interrompant leurs réponses. Certains présentateurs ont activement provoqué les manifestants palestiniens, tandis que des politiciens de la gauche israélienne ont publiquement soutenu l’attaque contre Gaza. Lire la suite

L’ONU lance une enquête sur les atteintes aux droits humains commises dans les territoires palestiniens occupés et en Israël

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a lancé jeudi une enquête internationale sur les atteintes aux droits humains commises dans les territoires palestiniens occupés et en Israël depuis avril, mais aussi sur les « causes profondes » des tensions.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahua a immédiatement dénoncé une « décision honteuse » qui « encourage les terroristes dans le monde entier ». En revanche, le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a « salué » la décision du Conseil des droits de l’homme.

Plus tôt, la Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, avait soutenu devant le Conseil, réuni en session extraordinaire, que les récentes frappes israéliennes sur Gaza peuvent constituer des crimes de guerre « s’il s’avère » que les civils ont été touchés « sans distinction ». Elle avait indiqué ne pas avoir vu de preuve de la présence de groupes armés ou d’action militaire dans des bâtiments visés par Israël à Gaza, une des justification de l’Etat hébreu pour les détruire.

Mme Bachelet avait également souligné que les tirs de milliers de roquettes du mouvement islamiste palestinien Hamas « ne font pas de distinction entre les objets militaires et civils, et leur utilisation constitue donc une violation manifeste du droit humanitaire international ». Lire la suite

« Les Israéliens mentent à propos de Gaza » (plus un texte de Gideon Levy)

« Israël s’est retiré complètement de Gaza » , tel est le slogan hasbara (de propagande) que la présidente du parti travailliste Merav Michaeli a choisi de vendre au monde dans l’une de ses nombreux entretiens accordés aux médias internationaux pendant les jours de combat. Dans un communiqué de presse, elle a qualifié ce blitz de « patriotique », dans le cadre de l’éternel besoin de la gauche israélienne de prouver à la droite son ardente loyauté envers le pays.

Israël a peut-être évacué ses installations militaires et ses colonies de la bande de Gaza en août 2005, mais, en aucun cas, il possible de dire qu’Israël s’est « retiré complètement de Gaza ». Depuis lors, Israël continue à contrôler l’accès à la bande de Gaza et sa sortie, et cela par les airs [aéroport international de Gaza a été détruit par l’armée israélienne en 2001-2002], par mer [avec des limites resserrées pour l’exercice de la pêche] et par terre, sans mentionner les aspects du registre de la population qui affectent également le passage de Rafah. Cela va de pair avec l’autorité en termes économiques, le contrôle de la construction et du développement, et bien plus encore. Lire la suite

Au-delà du Hamas et de l’AP, un défi : « comment maintenir ce soulèvement populaire au-delà des structures actuelles de direction » (et autres textes)

Entretien avec Tareq Baconi conduit par Amjad Iraqi

Un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas a finalement été annoncé jeudi soir après 11 jours de bombardements dévastateurs et de tirs de roquettes aveugles qui ont tué plus de 240 Palestiniens dans la bande de Gaza et 12 personnes en Israël. Pour de nombreux observateurs, cet accord – qui, s’il tient, permettra sans aucun doute d’éviter d’innombrables autres morts, blessés et destructions gratuites – devrait enfin mettre un terme à cette saga infernale.

Une fois, ce retour désespéré au « calme », une part fondamentale du problème reste toutefois. Avec l’apaisement de leurs affrontements armés, Israël et le Hamas sont prêts à rétablir un équilibre « très violent » qui contraint la bande de Gaza à revenir « hors de vue, hors d’esprit », prévient Tareq Baconi, analyste à l’International Crisis Group et auteur de Hamas Contained: The Rise and Pacification of Palestinian Resistance (Stanford Studies in Middle Eastern and Islamic Societes, 2018). Ce statu quo ante – caractérisé par un siège brutal, l’indifférence internationale et la fragmentation politique et géographique – est précisément ce qui doit être démantelé, dit-il. Lire la suite

Traiter les vraies causes du conflit israélo-palestinien (plus autres textes)

En se déplaçant sur le terrain militaire, la crise relègue la question coloniale à l’arrière-plan. Inlassablement, il faut donc revenir aux expulsions de Palestiniens de Jérusalem, et aux destructions de maisons, si on ne veut pas seulement arracher une « trêve », mais aller aux racines du mal.

Depuis vingt ans, nos mémoires sont saturées de ces images en provenance de Gaza. C’est le spectacle de la mort. Ces tours qui s’effondrent emportant des vies qui ne sont pas toutes, loin s’en faut, celles de dirigeants du Hamas, ces alignements de corps couverts de linceuls blancs, ces mères qui hurlent leur désespoir en implorant le ciel subjuguent nos médias et tétanisent les témoins impuissants que nous sommes. Mais si les morts de Gaza meurent à Gaza, c’est de Jérusalem dont ils meurent. Les bombes israéliennes comme les roquettes du Hamas sont la conséquence du conflit, et non la cause. En se déplaçant sur le terrain militaire, hautement favorable à la puissance israélienne, la crise relègue la question coloniale à l’arrière-plan. Inlassablement, il faut donc revenir aux expulsions de Palestiniens de Jérusalem, et aux destructions de maisons, si on ne veut pas seulement arracher une « trêve », mais aller aux racines du mal. Mais qui le veut, hormis la population palestinienne et une faible partie de l’opinion israélienne, privées l’une et l’autre de représentation politique honorable ? Car cette tragédie sans fin, c’est d’abord la défaite de la politique. Il ne serait pas difficile d’en faire la démonstration côté palestinien, mais c’est évidemment côté israélien qu’il faut chercher les principaux coupables, parce que là est la force, et là est le projet colonial. Lire la suite

Appel à la solidarité internationale avec la résistance palestinienne (plus texte de Gilbert Achcar et de Gideon Levy)

Les organisations soussignées, membres du Conseil international du Forum social mondial, de ses forums thématiques et du processus FSM 2021-22 vers le Mexique, appellent toutes les forces de la société civile, les partis et les gouvernements engagés dans la défense des droits humains, de la souveraineté des peuples et de la démocratie à élever leur voix pour mettre fin au conflit israélo-palestinien sur la base de la justice et du droit international. Lire la suite

Transformer les « dommages collatéraux » en crime de guerre (plus texte de Hamira Hass et Shlomo Sand)

« Notre bombardement de Gaza est moral »

Crie le Premier ministre

Comme s’il s’en souciait.

 

« Nous faisons tout

pour éviter de blesser des civils ».

Alors il a dit.

Eh bien, peut-être que nous essayons. Lire la suite

L’exemple de Lod – Ceux qui ont soif de sang (et autres articles)

L’exemple de Lod : comment la police israélienne est de connivence avec les colons contre les citoyens palestiniens

Dans la ville de Lyd [Lod en hébreu], au centre d’Israël, les forces israéliennes sont activement soutenues par des colons extrémistes de la Cisjordanie occupée dans leurs attaques contre les Palestiniens locaux [les « Arabes israéliens » qui habitent dans cette ville]. Alors que les médias israéliens décrivent la violence dans la ville – qui implique des violences dans les deux sens entre Juifs israéliens et Palestiniens – comme un pogrom anti-juif, la réalité sur le terrain nous livre une autre histoire.

Quelques heures après que la ville de Lyd a été placée sous l’état d’urgence mercredi soir, le 12 mai, des colons armés de Cisjordanie et des Juifs de droite sont entrés dans la ville et ont commencé à patrouiller dans les rues tout en attaquant les résidents arabes avec des pierres. La police israélienne n’a pas mis fin à ces attaques et n’a utilisé que dans quelques cas des grenades assourdissantes pour repousser les colons [cette ville a accueilli des colons évacués de Gaza en 2005]. Les attaques ont continué avec moins d’intensité dans la nuit de jeudi. Lire la suite

Non à la criminalisation du droit à manifester La solidarité avec la Palestine ne peut être interdite

Criminalisation du droit à manifester 140521 A Lire la suite

La tempête que Netanyahou a déclenchée (plus autres textes)

Hier matin (mardi), nous nous sommes réveillés avec la nouvelle de vingt et un Palestiniens tués à Gaza, dont neuf mineurs, et de deux Israéliennes tuées à Ashkelon (l’une d’entre elles, il s’est avéré par la suite, était une travailleuse migrante originaire d’Inde, et depuis lors, le nombre de morts des deux côtés a plus que doublé). Puis est arrivé le courriel que j’attendais. Noa Levy de Hadash a envoyé un appel urgent à des manifestations d’urgence à Tel Aviv et Jérusalem. Un deuxième message, provenant du Forum des familles israéliennes et palestiniennes endeuillées et des Combattants pour la paix, a approuvé l’appel de Hadash et a ajouté un lieu de manifestation à Haïfa initié par le Centre des femmes pour les femmes de Haïfa. « Le gouvernement joue avec le feu – nous serons tous brûlés ! Dans une tentative désespérée de s’accrocher au pouvoir, Netanyahu nous entraîne dans la guerre, dans la tuerie, la souffrance et la douleur pour les deux peuples. Arrêtez l’escalade ! Cessez le feu ! Arrêtez l’expulsion des familles de Sheikh Jarrah, arrêtez le déchaînement de la police à Jérusalem-Est. Il ne peut y avoir ni paix ni tranquillité tant que la Cisjordanie vivra sous occupation et que Gaza subira un siège étouffant. La solution : la fin de l’occupation, la fin du siège de Gaza et la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël, avec Jérusalem-Est comme capitale. Nous méritons tous de vivre dans la liberté et la sécurité. Le temps d’agir est maintenant ! » Lire la suite

Il faut des actes forts pour arrêter les agressions israéliennes contre le peuple palestinien (+ autres textes)

Appel rassemblement du 12052021A Lire la suite