Archives de Catégorie: Moyen Orient

L’assassinat de Soleimani et le sort de ceux qui perdent toujours

Le récent assassinat à Bagdad du général iranien Ghassem Soleimani, commandant d’une unité d’élite [al-Qods] des Gardiens de la révolution islamique iranienne [Pasdarans], a donné lieu à de nombreuses analyses, dont beaucoup portent sur les dichotomies autour de sa figure : Soleimani était-il le fléau qui s’est abattu sur Daech [ledit Etat islamique] ou une menace pour la paix dans la région ? Devons-nous pleurer l’assassinat de l’homme fort de l’Iran ou célébrer la fin d’un dangereux terroriste ? Lire la suite

Dialectique des luttes ouvrières palestiniennes contemporaines

Avec l’aimable autorisation de Solidaires international

G. Nithya est militante et économiste. Elle met ici en évidence les liens forts entre colonialisme et exploitation, colonialisme et néo-libéralisme, faisant apparaître les enjeux de pouvoir et les contradictions sociales à l’oeuvre en Palestine, enjeux et contradictions que les mouvements de solidarité et encore plus les syndicats ne peuvent pas ignorer. Elle nous parle du mouvement des enseignant·e·s, de la mobilisation sur la sécurité sociale, de la lutte des chômeur·euse·s, toutes luttes dont nous avons pu mesurer l’importance lors des délégations auxquelles nous avons participé (1).

« Nous nous sommes battus pour la Palestine, maintenant nous nous battons pour un sac de farine ! » Lire la suite

Rafeef Ziadah : « We Teach Life, Sir ! » sous titré en français

Liban : Révolution, unité et crise économique

La scène politique libanaise bouillonne et se tend depuis désormais huit semaines, et fait revivre les slogans des printemps arabes : الشعب يريد إسقاط النظام, « le peuple veut la chute du système ». La thaura (ثورة, révolution en arabe) a explosé dans un élan populaire, indépendant de toute allégeance politique, résultat de décennies de néolibéralisme, d’inégalités sociales et de corruption endémique. C’est la proposition du gouvernement d’introduire une taxe sur les services de messageries tels que Whatsapp qui a été la goutte de trop. Dans un pays où les services de télécommunication sont parmi les plus chers au monde, cela a été vu par un grand nombre de Libanais comme l’énième abus du pouvoir. Ce dernier doit désormais faire face à la détermination de la population qui semblait jusque-là résignée, en tout cas trop divisée pour se révolter. Lire la suite

Iran : Communiqué du Comité de soutien à Fariba, en grève de la faim et de la soif

Nous avons appris par les réseaux sociaux que Fariba Adelkhah, directrice de recherche à SciencesPo-Paris, est entrée en grève de la faim illimitée, de concert avec une autre universitaire, australienne, emprisonnée à Evin (Téhéran), Kylie Moore-Gilbert, le 24 décembre : Lire la suite

Déclaration de la manifestation nationale des étudiant.e.s de gauche à Téhéran, 7 décembre 2019

Ici et maintenant, dans l’un des moments historiques les plus importants que nous ayons vécu, les masses des différentes parties du monde se sont élevées contre l’oppression produite par le système capitaliste. En moins de deux ans, un bouleversement de masse en Iran a de nouveau fait rage. L’accumulation de contradictions et l’incapacité du régime capitaliste-théocratique actuel a conduit à de nombreux soulèvements, dont la révolte de janvier 2018. Les répressions sanglantes précédentes n’ont pas pu éteindre le feu de la colère des opprimé.e.s et les étincelles restantes des flammes en 2018 ont de nouveau flambé en raison de l’augmentation du prix du carburant – cette fois en novembre 2019. L’ampleur et l’intensité des manifestations ont augmenté, tout comme l’ampleur et l’intensité de la répression. Avec le silence des médias et la coupure d’Internet, une répression sanglante a eu lieu depuis les roselières de Mahshahr jusqu’aux ruelles du Kurdistan, de la banlieue de Shiraz, des déserts du Sistan et des rues de Téhéran, faisant de nombreux morts dans son sillage. Mais nous, les étudiant.e.s, en ce moment critique, blessé.e.s par les terribles fouets de l’oppression et de l’exploitation, ne sommes pas et ne serons pas des observateurs passifs. Lire la suite

Sur les révolutions « permanentes » au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (II)

Pour les marxistes, quelles ont été les leçons théoriques et politiques les plus significatives à tirer du cycle précédent de luttes révolutionnaires ? On entend souvent dire que le marxisme est « orientaliste » et donc inadapté aux sociétés non occidentales. L’attitude de Michel Foucault à l’égard de la révolution iranienne (1979) est un exemple de tentative de salut dans une altérité religieuse non occidentale, déclarant la fin des visions universelles d’émancipation humaine, de politique de classe et des instruments théoriques marxiens pour comprendre le monde. Alors pourquoi pensez-vous que la théorie marxiste est mieux équipée pour donner un sens aux révolutions et contre-révolutions au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ? Quelles sont les perspectives de développement d’une nouvelle génération d’activistes marxistes arabophones depuis 2011, et dans quelle mesure cela a-t-il commencé à se produire ? Lire la suite