Archives de Catégorie: Moyen Orient

Sur les révolutions « permanentes » au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (I)

Commençons par revenir à ce qui semble maintenant être un lointain souvenir : l’onde de choc révolutionnaire qui a déferlé sur le monde arabe en 2011. Vous avez argumenté dans votre livre Le peuple veut : Une exploration radicale du soulèvement arabe que ces événements n’étaient que le début d’un long processus révolutionnaire en raison de la nature spécifique du capitalisme au Moyen-Orient. Pouvez-vous expliquer ces dynamiques de l’économie politique dans le monde arabe et leurs rapports avec les formes de régimes autoritaires ?

Pour commencer par une considération générale, il est évident maintenant que nous assistons à une grave crise mondiale de l’étape néolibérale du capitalisme. Le néolibéralisme s’est développé comme une étape capitaliste à part entière, véritable, depuis la mise en œuvre de son paradigme économique dans les années 1980. Cette phase est entrée en crise depuis la Grande Récession, il y a dix ans. La crise se déroule sous nos yeux, entraînant des soulèvements sociaux de plus en plus importants. Si vous regardez aujourd’hui ce qui se passe au Chili, en Equateur, au Liban, en Irak, en Iran, à Hong Kong et dans plusieurs autres pays, il semble que le point d’ébullition soit atteint dans de plus en plus de pays. Lire la suite

Femmes iraniennes en résistance

Le mouvement des femmes en Iran depuis la révolution 1979 contre les conditions d’infériorité et d’oppression qu’elles subissent, est le résultat de deux de processus contradictoires.

D’un côté l’expérience de la participation massive des femmes à la révolution 1979, accompagné de divers développements propres à l’époque : développement de l’urbanisation, culturel, des moyens de communication et globalisation des ressources de savoirs, et le rehaussement du niveau de connaissance.

De l’autre côté l’avènement d’un régime islamo-capitaliste dictatorial et rétrograde, qui fait tous ce qui est dans son pouvoir pour faire de la femme un demi-homme. Lire la suite

Déclaration de la Conférence Internationale sur la « Souveraineté Alimentaire : Colonie et Frontières »

Ramallah, Palestine, 14-15 Octobre 2019

La conférence internationale « souveraineté alimentaire : colonies et frontières » ici à Ramallah, aux côtés de nos collègues de la bande de Gaza, est maintenant terminée. Notre conférence a été organisée par l’UAWC (Union of Africultural Work Committees), le Marsad (Suivi des politiques économiques et sociales), et La Via Campesina (LVC) Lire la suite

Pour la première fois, un organe de l’ONU demande à Israël d’amender ou d’annuler sa Loi Etat-Nation des Juifs ; Adalah au Procureur Général d’Israël : Opposez vous à la loi devant la Cour Suprême

Le CESCR de l’ONU : la loi israélienne viole le traité international, le Comité recommande la restauration du statut officiel de l’Arabe et détaille les violations israéliennes des droits des Bédouins ; Israël tenu à défendre ce mois-ci la Loi Etat-Nation devant la Commission de l’ONU sur le Racisme.

Un organe de l’ONU a – pour la première fois – demandé à Israël d’amender ou d’annuler sa Loi Etat-Nation du Peuple Juif afin qu’il se conforme à la convention internationale des droits de l’Homme qu’il a ratifiée en 1991. Lire la suite

L’Iran brûle et la gauche mondiale regarde ailleurs

Notre monde est en feu. Non seulement les forêts mais aussi les villes brûlent à travers le monde. Les conflits sociaux de toutes sortes éclatent, répandant leurs flammes partout sur la planète. Algérie, Chili, Equateur, Haïti, Hong-Kong, Irak, Rojava, Liban, Soudan, complétez la liste. Dans ce contexte global de luttes contre l’enfer social du capitalisme néolibéral et financiarisé, un autre soulèvement de masse a démarré, depuis le 15 novembre 2019, en Iran. Lire la suite

Iran. Le régime fait face à une nouvelle crise

Au cours des cinq derniers jours, des dizaines de milliers d’Iraniens ont protesté contre la hausse du prix de l’essence, à la suite d’une déclaration officielle publiée par le « Comité de coordination économique » du pays qui a émis les restrictions suivantes : chaque automobiliste est autorisé à acheter 60 litres d’essence, par mois, au prix 15 000 rials (0,13 CHF) le litre ; mais chaque litre supplémentaire coûtera alors 30 000 rials. L’annonce a été un choc pour les conducteurs iraniens qui, jusqu’à cette date, pouvaient acheter jusqu’à 250 litres de carburant à 10 000 rials le litre.

Selon le gouvernement, les revenus tirés du carburant seront utilisés pour des paiements en espèces aux ménages à faible revenu. Le président iranien, Hassan Rouhani, a affirmé le 16 novembre 2019 que 75% des citoyens étaient actuellement « sous pression » et que les revenus supplémentaires de la hausse du prix de l’essence leur iraient à eux et non au Trésor.

Cependant, dès le début, il y a eu un problème : personne ne croit aux prétentions officielles d’aider les démunis d’un gouvernement qui préside un système truffé par la corruption et le népotisme. Chaque jour, les Iraniens qui souffrent d’un manque de nourriture, de médicaments et de biens de première nécessité, en raison d’une combinaison de sanctions internationales et de désastreuse gestion économique, entendent parler de cas de corruption portant sur plusieurs milliards de dollars et de sommes importantes envoyées à l’étranger par des capitalistes sans scrupules, dont beaucoup sont des alliés proches de telle ou telle faction du régime. Lire la suite

Solidarité internationale avec le peuple iranien en lutte !

Une fois de plus, le régime iranien réprime férocement le peuple de ce pays qui se rassemble, manifeste et lutte pour la liberté et la justice. L’élément déclencheur a été la hausse de 300% du prix du carburant et ses conséquences sur les prix de nombreux autres produits. C’est pour cela que les iraniens et les iraniennes sont dans les rues depuis le 15 novembre.

Ce mouvement contre l’aggravation de la pauvreté et pour les libertés prolonge celui que mène, depuis des années, celles et ceux qui font vivre le syndicalisme en Iran, qui organise la défense des travailleurs et des travailleuses… et qui le paient sans cesse, par les licenciements, les intimidations, les arrestations, la torture et aussi la mort. Il se situe aussi dans la suite du mouvement des femmes lancé en mai 2017. Lire la suite