Archives de Catégorie: Moyen Orient

Introduction du livre de Joseph Daher : Le Hezbollah Un fondamentalisme religieux à l’épreuve du néolibéralisme

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Le Hezbollah a été fondé en 1985 durant une période d’intense crise politique caractérisée par la guerre civile et l’invasion du Liban par Israël en 1982. Il fut d’emblée créé comme un mouvement politique islamique mettant l’accent sur la résistance armée contre Israël et basé dans les territoires peuplés par les populations chiites du Liban. Depuis des années, le Hezbollah est apparu pour beaucoup – tant au Liban que dans le monde arabe – comme la seule force capable de résister aux agressions israéliennes et à la mainmise occidentale et de leurs alliés, les monarchies du Golfe, sur le pays. À la suite des différentes guerres d’agression israéliennes contre le Liban, et plus particulièrement l’invasion de 2006, le Hezbollah est devenu célèbre en raison de sa force militaire disciplinée, de ses moyens propagandistes et de son aptitude à résister efficacement à l’État d’Israël. Dans les manifestations qui se sont déroulées en 2006 dans les principales capitales arabes, on brandissait les portraits de Hassan Nasrallah, le secrétaire général du mouvement. Même dans les monarchies du Golfe, où règnent des régimes traditionnellement hostiles au Hezbollah, des figures importantes, certes minoritaires, comme le riche homme d’affaires koweïtien Nasser Al-Kharafi, avaient, après la guerre de 2006, publiquement encensé le groupe (Farid, 2001 ; Wehbe, 2011)1. Lire la suite

Parler encore et toujours de la Syrie…

Avec l’aimable autorisation de ContreTemps

Entretien avec Farouk Mardam-Bey

Farouk Mardam-Bey est historien. Il anime les « Dimanches de Souria Houria » et vient de publier avec Subhi Hadidi et Ziad Majed Dans la tête de Bachar Al-Assad (éditions Solin/Actes Sud).

ContreTemps : Après sept ans de répression et de guerre, la révolution syrienne apparaît défaite, et le peuple syrien condamné à rester victime d’une tragédie sans fin… Une fois donnée leur part aux larmes et à la colère, comment résister au désespoir ?

Farouk Mardam-Bey : Donnons d’abord leur part, qui devrait être très grande, à la douleur et à la colère. Si la Syrie et les Syriens en sont là, dans cet interminable calvaire, c’est que peu de gens dans le monde, pendant près de huit ans, se sont souciés de leur sort. Ces centaines de milliers de morts, ces dizaines de milliers de disparus, ces millions de réfugiés, ces villes et ces villages ravagés, tout un peuple sacrifié dans le jeu cynique des nations, nous réclament davantage de larmes, et plus encore de colère, et que nous nous efforcions de les faire partager autour de nous. C’est difficile par les temps qui courent, la lassitude ayant gagné les sympathisants de la cause syrienne, mais c’est sans doute le premier moyen de résister au désespoir. Lire la suite

Une pétition devant la Cour suprême contre la loi sur l’État-nation : l’anti-arabisme porte atteinte aussi aux mizrahim [juifs-arabes]

Ma langue arabe est muette

étranglée dans ma gorge

elle s’insulte elle-même

sans prononcer un mot

dans l’air étouffant des refuges de mon âme

elle se dissimule

aux yeux des membres de ma famille

derrière la jalousie de l’hébreu

Ces lignes sont tirées de « Ma langue arabe est muette » d’Almog Behar, poète, écrivain et chercheur. Ce poème figure dans son intégralité en ouverture de la pétition exceptionnelle qui a été déposée ce matin [mardi 1er janvier 2019] devant la Cour suprême, contre la loi sur l’État-nation : environ cinquante Juives et Juifs (1) [israélien.nes] issu.es du monde arabo-musulman exigent le retrait de cette loi, non seulement parce qu’elle est « fondamentalement irrecevable, dommageable, humiliante et raciste, anti-démocratique et négatrice du statut de la minorité arabo-palestinienne en tant que minorité nationale en Israël, ou parce qu’elle instaure une hiérarchie et une inégalité sociales », mais aussi – et en cela réside la singularité de cette pétition – parce qu’il s’agit « d’une loi anti-juive, qui rejette l’histoire et la culture arabe, rabbinique et populaire contemporaine des Juifs issus des pays arabo-musulmans, qu’elle accroît l’infériorisation de la culture judéo-arabe dans l’espace public de l’État d’Israël et qu’elle défend au niveau constitutionnel la carte d’identité de l’État d’Israël comme État anti-arabe ». Lire la suite

Israël. Le retour du militarisme

Le culte de l’idole est de retour : le militarisme est de retour. Non pas qu’il nous ait jamais quittés, mais après la guerre du Kippour de 1973, il y a eu quelques bonnes années de modestie, d’humilité, voire de honte. Et maintenant, il est de retour, c’est un grand moment. Lire la suite

Les soldats de « l’armée de défense israélienne » apprennent à tuer des civils désarmés. Mais ils jouissent de l’immunité face à toute enquête

Une armée qui forme des soldats qui tuent un enfant de 11 ans à 100 mètres de distance ne peut pas être prête pour une vraie guerre, sauf pour déposséder et expulser des civils palestiniens. Lire la suite

Eurovision 2019 : Pas en Israël, pas au pays de l’apartheid

Pour signer : https://eurovision2019-pasenisrael.eu/appel/?

En 2019, le concours de l’Eurovision devrait se dérouler à Tel-Aviv en Israël.

Ce pays vient de voter une loi, dite « loi de l’État-Nation du peuple juif ». Cette loi, à valeur de constitution, n’accorde pas les mêmes droits aux Israéliens selon qu’ils sont Juifs ou non-Juifs. Israël, à la colonisation, l’occupation des terres palestiniennes et les massacres à Gaza, ajoute désormais l’officialisation de l’Apartheid dans sa propre population. Lire la suite

Israël est intouchable… dans les médias américains

Marc Lamont Hill est un écrivain états-unien et enseignant en communication auprès de la Temple University à Philadelphie, ainsi qu’analyste à CNN. Dans un discours prononcé la semaine dernière lors d’une conférence aux Nations Unies, il a appelé à « une action internationale qui nous donnera ce que la justice exige, à savoir une Palestine libre de la rivière à la mer ». Lire la suite