Archives de Catégorie: Asie

Turquie, La répression se poursuit contre le HDP

Le vendredi 25 septembre, une nouvelle vague d’arrestations a frappé le HDP (Parti démocratique des peuples). Dans sept provinces de Turquie, 82 personnes ont été arrêtées, parmi lesquelles des maires, des ancien·ne·s député·e·s et des militant·e·s. Ceci sous le prétexte qu’ils·elles avaient participé à une manifestation de soutien à la ville de Kobané, au Kurdistan syrien, en 2014. Pour rappel, la cité était alors assiégée par les djihadistes de l’État Islamique. De plus, ils·elles sont accusé·e·s de « tentative de coup d’État moyennant les réseaux sociaux ». Lire la suite

Le Congrès des Syndicats britanniques appelle à des sanctions contre Israël pour « mettre fin à l’apartheid »

Le Congrès des Syndicats britanniques a condamné le plan d’annexion israélien, l’appelant « un autre pas significatif vers la création d’un régime d’apartheid » en Cisjordanie.

Votée mardi, la motion est perçue comme étant la première fois que l’organisme de tutelle des syndicats britanniques décrivait la politique israélienne comme de l’apartheid.

La motion du TUC appelle le Royaume Uni à « prendre des mesures fermes et décisives, y compris des sanctions » contre Israël pour stopper l’annexion, mettre fin à l’occupation et respecter le droit des réfugiés palestiniens au retour.

Elle a aussi appelé les syndicats à travers le monde à rejoindre la campagne « pour stopper l’annexion et mettre fin à l’apartheid ». Lire la suite

Hong Kong en révolte : Interview de Au Loong Yu

Lorsqu’un groupe de manifestant.es avait organisé un sit-in au siège du gouvernement de Hong Kong en mars 2019, ils/elles ne savaient pas que leurs actions allaient déclencher la vague de lutte la plus importante de l’histoire de Hong Kong. 

Le sit-in s’opposait à la mise en œuvre prévue du « projet d’amendement sur les délinquant.es en fuite », plus connu sous le nom de projet de loi d’extradition, permettant au pouvoir de Pékin d’extrader sur le continent chinois des résident.es de Hong Kong ainsi que des non-résident.es

Les manifestant.es craignaient qu’en soumettant Hong Kong au système juridique draconien de la Chine continentale, le projet de loi ne mette fin au système politique postcolonial connu sous le nom de « un pays, deux systèmes ». Alors que les mobilisations s’intensifiaient, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue.

Les médias du monde entier ont été captivés par les combats acharnés des manifestant.es contre la police et par leur impressionnant éventail de nouvelles tactiques de rue qui ont depuis inspiré les manifestant.es du monde entier, du Chili à Rochester (Etat de New York). Même si le projet de loi a été retiré et que l’attention des médias est allée ailleurs, les mobilisations ont continué, stoppées seulement par l’apparition de la COVID-19 au début de l’année 2020.

Dans son dernier livre (1) Au Loong-Yu, militant hongkongais du mouvement ouvrier, retrace les origines du mouvement, explore sa dynamique interne et réfléchit à son importance pour l’avenir. Afin de célébrer la publication du livre, Kai Heron, rédacteur en chef adjoint de ROAR, a interviewé Au Loong-Yu au sujet des mobilisations et de l’avenir des luttes en Chine et à Hong Kong. Celles-ci sont maintenant mises à mal par les effets de la COVID-19. Lire la suite

Pour la libération sans condition des prisonniers politiques et d’opinion en Iran (et Appel intersyndical)

Non à la peine de Mort

Aux épris de la liberté !

La République islamique d’Iran occupe honteusement la première place (par rapport au nombre d’habitant) dans l’exécution des citoyens dans le monde. Depuis plus de quatre décennies, on observe que la prison, la torture, la peine de mort sont devenus les outils de répression de façon systématique envers du peuple iranien, sont au cœur du programme d’oppression du régime. Lire la suite

Arrestations en Turquie : Déclaration de la Coordination Nationale Solidarité Kurdistan

La Turquie franchit un nouveau pas dans la répression. Vendredi 25 septembre, 82 militants et militantes du HDP (Parti Démocratique des Peuples) ont été arrêtés sur ordre du Président Erdogan, parmi celles-ci l’ancien député Sirri Sûreyya Önder, Aylan Bilgen, maire de la ville de Kars et de nombreux cadres de ce parti. Lire la suite

Hong Kong en révolte : Une conversation avec Au Loong-Yu

Depuis un an et demi, Hong Kong est dans la tourmente, avec une nouvelle génération de jeunes citoyen.ne.s politiquement actifs/ves qui se mobilisent pour protester contre le resserrement de l’emprise de Pékin sur la ville. 

Dans son livre, « Hong Kong in Revolt : The Protest Movement and the Future of China (Pluto Books 2020), l’éminent intellectuel de gauche natif de Hong Kong, Au Loong-Yu, retrace l’évolution du mouvement de protestation au cours des deux dernières décennies, en la replaçant dans le contexte des tendances politiques plus larges en Chine continentale et au-delà.

Publié après la promulgation [le 30 juin] par les autorités chinoises d’une nouvelle loi draconienne sur la sécurité nationale qui a clairement marqué une nouvelle étape dans la répression, ce livre est l’occasion idéale de réfléchir aux événements des derniers mois, de dissiper certains mythes et, éventuellement, de tirer quelques premières leçons. Lire la suite

Bds : Le jugement historique de la Cour européenne des droits de l’homme est définitif !

Ça y est ! C’est définitif : il n’y a pas eu de recours de la part du gouvernement français auprès de la Chambre d’appel de la Cour Européenne des droits de l’Homme, en ce 18 septembre 2020, qui était la date limite pour un éventuel recours. L’Etat français est bel et bien condamné pour avoir sanctionné l’appel au boycott d’Israel, indique Me Grégory THUAN Dit DIEUDONNE !

C’est curieux comme les médias dominants ont été discrets sur ce scoop historique, dont la portée s’étend à la totalité du continent européen : L’État français a été condamné le 11 juin, par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) à payer 100 000 euros de dommages et intérêts, pour violation du droit à la liberté d’expression, (article 10), à des militants sanctionnés pour avoir appelé au boycott des produits israéliens.  Lire la suite

Les tentatives d’Israël pour étouffer la solidarité avec la Palestine : Mensonges, calomnies et menaces

Lire la suite

L’explosion de Beyrouth n’a pas fait trembler la classe politique libanaise

La formidable explosion qui a secoué le Liban et bien au-delà le 4 août, faisant près de 200 morts et plus de 6 000 blessés et laissant environ 300 000 personnes sans domicile, constitue sans aucun doute un tournant majeur dans l’histoire du pays, certainement autant sinon plus que l’explosion bien moins forte (une tonne de TNT contre 1 200 tonnes) qui tua l’ex-premier ministre Rafic Hariri et 21 autres personnes le 14 février 2005.

Il a fallu attendre quinze ans avant que le Tribunal spécial des Nations unies pour le Liban ne délivre sur cet effroyable attentat un verdict à propos duquel beaucoup de commentateurs ont évoqué la montagne d’Esope qui accoucha d’une souris. A cette aune, on ne saurait s’attendre à ce que lumière soit faite dans un avenir prévisible sur les causes et circonstances de la formidable explosion du port de Beyrouth. Quelques conclusions peuvent cependant être d’ores et déjà tirées sur cette tragédie fortement traumatisante. Lire la suite

Le Hezbollah, défenseur du statu quo au Liban

Le 4 août, une nouvelle tragédie a frappé le Liban. Une explosion d’une ampleur sans précédent dans l’histoire du pays, équivalente à un séisme de magnitude 3,3, a fait plus de 170 morts (libanais, syriens et autres nationalités), plus de 6 000 blessés et 300 000 sans-abri. Des dizaines de personnes restent en outre disparues et des quartiers entiers de Beyrouth sont dévastés.

Ce drame vient s’ajouter à une situation socio-économique déjà catastrophique du fait de l’éruption de la crise économique en octobre 2019 et des effets de la pandémie Covid-19. La proportion des Libanais vivant sous le seuil de pauvreté a atteint les 55%, tandis que le taux de chômage dépasse les 35%. Lire la suite

L’extinction du Liban

Le deuxième signe de la misère actuelle du Liban est que l’élite « alternative » se trouve, elle aussi, sans projet, sans imagination politique et sans volonté. Elle reste silencieuse ou se contente de moquer de façon cynique et absurde toutes choses..

Au Liban, les gens meurent de faim. Ceux qui étaient « à l’abri » du besoin perdent leurs emplois et déscolarisent leurs enfants. L’avenir est obscur pour tous, sauf pour une minorité de voleurs et de gens du pouvoir qui ont fait sortir leur argent du pays vers un extérieur complice… Complice par cupidité si ce n’est par « sympathie » à l’égard de cette catégorie de voyous qui gouverne le pays et qui tient les « affaires », tout en montrant une docilité honteuse envers les « Messieurs » de l’Occident et des pays du Golfe.  Lire la suite

Mobilisations de femmes et régimes de genre

Les rapports de genre ne semblent pas intéresser ici et maintenant, voir par exemple les dénis sur la culture du viol, l’inégalité socio-économique entre femmes et hommes, les violences masculines systémiques, la faible représentation des femmes dans les institutions, la division sexuelle du travail, etc.

Certain·es oublient bien volontairement le temps de la démocratie exclusive (le faux suffrage universel mais le vrai suffrage masculin), le refus du droit à la contraception et à l’avortement, le masculin générique de la langue muselée par l’académie, ou le refus de l’Etat français d’appliquer la directive européenne sur « à travail de valeur égale, salaire égal » Lire la suite

La naissance d’un nouveau mouvement syndical à Hong Kong – Des manifestations de rue spontanées à la création de syndicats 

Pendant plusieurs mois en 2019, les médias du monde entier ont fait presque tous les jours leur une sur le mouvement contre la loi d’extradition de Hong Kong. Cependant, vers la fin de l’année, lorsque la violence de rue s’est calmée et que les violentes batailles dans deux universités se sont soldées par la défaite des étudiant.es et de leurs partisan.es, les médias internationaux ont semblé se désintéresser de ce sujet.

L’attention mondiale s’étant déplacée ailleurs, certain.es ont pensé que le mouvement était mort de mort naturelle. Mais tel n’était pas le cas. 

C’est dans ce cadre que cet essai reprend le récit des évènements. A ce moment-là, le mouvement a pris une nouvelle direction : des militant.es ont commencé à créer des syndicats et à effectuer une transition vers un mouvement organisé naissant. Lire la suite

Liban : des armes, des armes, encore des armes

Au risque d’être taxée de rabat-joie (Mali, Chine, Covid-19…), la précipitation du président français au Liban, deux jours après l’explosion de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port de Beyrouth, me laisse penser qu’il y a marchés d’armement dans l’air. Certes Macron place les entreprises françaises du BTP – il va falloir reconstruire le port (Bolloré), des logements (Bouygues) et d’autres installations (Vinci) –, mais surtout il assure la continuité des ventes d’armes dans la région. Révolution populaire ou pas, renouvellement du gouvernement libanais ou pas, l’État français, voire le président en personne, est gagnant sur tous les fronts. Lire la suite

Pour la libération immédiate de Mahmoud Nawajaa

Mahmoud Nawajaa, le Coordinateur général du comité national palestinien de BDS (BNC), a été arrêté près de Ramallah le mercredi 29 juillet à 3h30 du matin. De nombreux soldats israéliens ont envahi son domicile et, en présence de sa femme et de ses enfants, l’ont menotté, lui ont mis un bandeau sur les yeux et l’ont embarqué pour une destination inconnue, emportant avec eux le matériel informatique trouvé sur place. L’AURDIP condamne avec la plus grande fermeté cette nouvelle atteinte au droit perpétrée par une armée d’occupation et demande au gouvernement français de faire son devoir, c’est-à-dire de faire respecter le droit international, au besoin en prenant des sanctions contre Israël. Lire la suite

Israël/Territoires Palestiniens Occupés. 10 choses à savoir sur l’annexion

Le 20 avril, au lendemain des troisièmes élections en 10 mois qu’a connues Israël, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et son rival politique Benny Gantz ont formé un gouvernement de coalition dans le cadre d’un accord d’unité. Cet accord incluait une disposition permettant au gouvernement israélien de lancer le processus national d’« annexion » de certaines zones de Cisjordanie occupée, incluant des colonies israéliennes et la vallée du Jourdain.

Aux termes de l’accord de coalition conclu entre Benjamin Netanyahou et Benny Gantz, le gouvernement peut ouvrir le débat sur les projets d’annexion et les soumettre à l’approbation du conseil des ministres et du Parlement israélien, la Knesset, à partir du 1er juillet 2020.

Ce projet fait suite à l’annonce au mois de janvier par le président américain Donald Trump de « l’accord du siècle », qui proposait l’annexion par Israël de certaines zones de la Cisjordanie occupée.

Amnesty International a clairement fait savoir que le projet de l’administration de Donald Trump ne ferait qu’aggraver les violations des droits humains et entériner l’impunité déjà bien ancrée qui alimente depuis des décennies les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et autres graves violations. Lire la suite

Combattre l’antisémitisme ET la spoliation des Palestiniens

Communiqué de presse de l’UPJB (2/7/2020)

Une fois encore, des cris antisémites détournent l’attention d’une manifestation digne et juste 

L’Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB) a participé au rassemblement organisé par l’Association belgo-palestinienne (ABP) ce 28 juin place du Trône à Bruxelles, pour protester contre le projet d’annexion par Israël de 30% de la Cisjordanie. A un moment de cette manifestation, un slogan en arabe, appelant à la guerre contre les Juifs a été lancé par une personne inconnue des organisateurs. Il a été repris par une vingtaine de personnes (sur un total d’au moins 500 participant·es). Suite à l’intervention immédiate de Palestinien·nes et des organisateurs, cet incident fut de courte durée. Après la manifestation, qui n’a connu aucun autre incident, l’Association belgo-palestinienne a publié un communiqué de presse condamnant ces slogans antisémites et rappelant « que la cause palestinienne repose sur la défense du droit et des aspirations à la justice et à l’égalité » et qu’« elle est par conséquent incompatible avec toute forme de racisme, l’antisémitisme inclus ». Nous saluons ces réactions exemplaires. Lire la suite

Le Mouvement des femmes sud-coréen : « Nous ne sommes pas des fleurs, nous sommes un incendie ! 

Jen Izaakson et Tae Kyung Kim décrivent le développement du mouvement féministe radical qui inspire les femmes à travers toute la Corée du Sud.

L’automne dernier, Jen Izaakson s’est rendue en Corée du Sud pour documenter la montée en puissance du mouvement féministe radical dans le cadre d’un groupe de travail de l’Université de Cambridge, après avoir obtenu une bourse de recherche, et elle a réalisé des entretiens avec plus de 40 militantes. Elle a coécrit cet article avec Tae Kyung Kim, une féministe radicale coréenne originaire de Séoul, qui vit et étudie actuellement à Berlin.

Des nouvelles du mouvement féministe en essor en Corée du Sud sont parvenues jusqu’aux médias occidentaux, mais les origines de cette révolte radicale sont encore méconnues. Les grands médias occidentaux couvrent souvent les aspects du féminisme sud-coréen qui reflètent nos propres réussites, mais laissent dans l’ombre les réalisations spécifiques aux Coréennes et les aspects les plus radicaux de leur mouvement. En septembre, plus de 40 femmes du mouvement féministe radical sud-coréen ont été interviewées dans le cadre d’une étude universitaire. Les résultats de cette recherche sont résumés dans le présent article. En raison de la brièveté de ce texte, de nombreuses informations ne peuvent pas être incluses, mais nous avons essayé d’intégrer les éléments qui montreront le mieux comment le mouvement a émergé, son contexte historique et quelles tactiques, stratégies, et formations politiques constituent le féminisme radical sud-coréen. Lire la suite

Condamnation des autorités françaises : selon la CEDH, l’appel au boycott des produits israéliens est protégé par la liberté d’expression.

La Campagne BDS France, le 11 juin 2020

La campagne BDS France se réjouit de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme (affaire Baldassi et autres c. France, requêtes n°15271/16 et autres) rendu le 11 juin 2020 qui condamne la France pour avoir violé le droit à la liberté d’expression de militant-e-s associatif-ve ayant appelé au boycott de produits israéliens dans des magasins.

L’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme protège la liberté d’expression, qui peut être restreinte à certaines conditions. Les militant-e-s BDS affirmaient que ces conditions n’étaient pas remplies et que leur liberté d’expression avait été bafouée par la France. A l’unanimité, la Cour Européenne des Droits de l’Homme dit que la France a violé cet article 10. Lire la suite

Palestine : une troisième voie est possible (et) Pétition / Dépeçage de la Palestine : arrêter Netanyahou ! #StopAnnexion

Les Palestiniens ne sont pas démunis. Beaucoup peut être encore fait pour mettre un terme à l’expansionnisme israélien.

Depuis que la défaite catastrophique des pays arabes durant les guerres de 1948 et de 1967 a mené au contrôle total d’Israël sur le territoire historique de la Palestine, les Palestiniens ont essayé d’obtenir des réparations, en vain.

Réfugiés et prisonniers dans leur propre pays, les Palestiniens se sont engagés à la fois dans la lutte armée, à la fois dans les négociations pacifiques, sans jamais parvenir à obtenir justice ou à rétablir la paix. Lire la suite