Archives de Catégorie: Maghreb

Le hirak reprend à son compte les fondamentaux de l’histoire révolutionnaire algérienne

L’historienne Karima Dirèche considère que « la réappropriation (par les manifestants du hirak, ndlr) des symboles révolutionnaires (le 1er Novembre, l’emblème national, « un seul héros, le peuple »,…) participe à cette volonté de renouer avec une histoire de combats et de résistances dont le but était la liberté, la justice et l’égalité ».  Lire la suite

Une histoire aux temporalités et aux frontières enchevêtrées

« Dans les sables mouvants de l’histoire des pays pourfendus par la guerre civile et la décolonisation, il reste toujours des histoires enfouies. Enfouies, enterrées sous des couches de sédiments humains, sous des respirations dont les échos nous parviennent encore ». Dans sa préface, Histoires dés-enfouies et transmises par des femmes, histoires-des-enfouies-et-transmises-par-des-femmes/, publiée avec les aimables autorisations des autrices, du préfacier et de l’éditeur, François Guillemot parle, entre autres, d’histoire, de sciences humaines et sociales, du destin heurté d’une femme nommé Dung, « femme métisse vietnamo-marocaine et enfant de la guerre d’Indochine », de dimension psychologique, « celle de mettre en avant un processus de recherche-création qui vise à établir à la fois une micro sociohistoire de colonisé.es/décolonisé.es et une création littéraire à cheval entre le témoignage sur autrui et le récit de soi tout en ne négligeant pas les enjeux pratiques et intellectuels d’une recherche », d’histoire de femme malmenée par la guerre des hommes, du voile de la domination, des « poussières d’empire », des « convolées » des espaces frontaliers, de recherche-création, de mémoires… Une belle introduction à ce livre singulier… Lire la suite

Plus de 50 organisations syndicales internationales appellent au référendum et au respect des droits humains au Sahara occidental

Chahid El Hafeh, 06 fev 2021 (SPS) Quelque 58 organisations syndicales internationales ont lancé un appel pressant à la communauté internationale pour le respect des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’AG de l’ONU, appelant toutes à permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance. Lire la suite

Le Printemps arabe, dix ans après. Entretien avec Gilbert Achcar

Jeff Goodwin : Commençons avec les évènements les plus récents dont tu aimerais discuter. J’imagine que c’est la seconde vague de soulèvements ou de contestations qui a commencé dans la région il y a deux ans.

Gilbert Achcar : Je commencerai avec un sujet encore plus immédiat : la pandémie en cours et ses conséquences sur ce que les médias ont appelé « second Printemps arabe » en référence à l’onde de choc de 2011. Prenons le cas algérien, le plus parlant : une manifestation gigantesque avait lieu toutes les semaines au point d’être devenue comme un rituel. Tous les vendredis (le jour de repos hebdomadaire localement), une grande vague populaire déferlait, dans les rues de la capitale, Alger, en particulier. Or, cela s’est arrêté brusquement avec la pandémie. Le gouvernement a trouvé un bon prétexte pour dire aux gens : « C’est terminé maintenant. Vous devez rester chez vous. » Au Soudan, le mouvement de masse a également été interrompu et paralysé pour un temps par la pandémie. Il s’en est allé de même en Irak et au Liban. Lire la suite

Histoire et colonisation (textes de Hosni Kitouni et Saïd Bouamama)

« Ce qui nous importe, c’est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation »

Hosni Kitouni est fils de Abdelmalek Kitouni, officier de l’ALN tombé au champ d’honneur durant la guerre de libération. Il est aussi chercheur en histoire et auteur, entre autres, de l’ouvrage Le désordre colonial (Casbah éditions 2018). Dans cet entretien, il commente le rapport Stora et renvoie dos à dos Alger et Paris.

Le rapport de Benjamin Stora sur « Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie » vous interpelle. Qu’avez-vous retenu à la lecture du texte ?

Au fond, le texte ne concerne pas les Algériens, il s’adresse d’abord au président français et par-delà, à la société française à travers ses préconisations et leurs implications. Lire la suite

Manifeste des Sahraouis pour la défense de leurs ressources naturelles

MANIFESTE « Notre terre, nos ressources :
ARRÊTEZ le pillage des ressources naturelles
du Sahara occidental ».

L’occupation marocaine du Sahara Occidental dure depuis 45 ans, durant lesquels les droits fondamentaux du peuple sahraoui ont été piétinés en toute impunité, par l’abus systématique du peuple sahraoui, la construction d’un mur d’apartheid qui réclame quotidiennement la vie des Sahraouis, et le pillage systématique des richesses naturelles du Sahara Occidental, en violation de toutes les résolutions internationales. Lire la suite

Les mouvements sociaux maghrébins contre la paupérisation et contre la répression

Les organisations, associations et syndicats membres du Forum Social Maghrébins dénoncent les campagnes de répressions et d’interpellations qui ont visé des centaines de jeunes dans les quartiers populaires paupérisés de nombreuses villes tunisiennes qui protestaient et ce, dix ans après la « révolution de la dignité » qui a revendiqué le droit au travail, la liberté, la justice et l’égalité. Lire la suite

Soutenir la vie dans la dernière colonie d’Afrique

Les femmes utilisent leurs connaissances politiques et culturelles pour avancer et libérer le Sahara Occidental Lire la suite

Tunisie : Une réponse répressive à une crise politico-économique

La Tunisie traverse aujourd’hui une phase critique de son processus de transition vers la liberté, la dignité et la démocratie, déclenchée par la Révolution de 2011, et ce en raison de l’action politique bien décevante de ses élites politiques. Ces élites ont échoué à répondre adéquatement aux attentes des tunisiennes et des tunisiens : elles ont failli à faire face à la corruption, ont perpétué une politique d’impunité et d’inégalité dans et devant la loi et ont œuvré à paralyser le processus de la justice transitionnelle, en s’engageant dans des conflits politiques et idéologiques, plutôt que de poursuivre les aspirations de la Révolution. Lire la suite

Femmes marocaines face aux effets de la mondialisation

Introduction : introduction-femmes-du-maroc-a-lere-de-la-mondialisation/

Les conséquences désastreuses de l’ajustement structurel sur l’éducation : les femmes sont les plus touchées. Fatima Zahra El Belghiti aborde, entre autres, les politiques visant à accentuer la spécialisation de certains pays dans l’exportation de matières premières, les réformes approfondissant la privatisation et la marchandisation de l’éducation, les effets des programmes d’ajustement structurel, « une cause majeure du retard dans l’éducation au Maroc », les taux de scolarisation dans le primaire, l’utilisation des ressources publiques prioritairement pour rembourser la dette, « L’objectif de ces recommandations est de réduire les dépenses publiques d’éducation, considérées par la Banque mondiale comme « une rationalisation des ressources budgétaires », qui, selon sa logique, devraient être orientées vers le remboursement de la dette publique extérieure », les réalités de la Charte nationale de l’éducation et de la formation, la croissance de l’enseignement privé, la déréglementation des programmes d’enseignement, le creusement des disparités sociales, « l’État fournit un soutien financier indirect en réduisant les impôts au secteur privé de l’enseignement et par la cession des écoles publiques et leurs infrastructures telles que les restaurants, les internats et services de nettoyage aux capitaux privés », les résultats de trois décennies d’exigences des institutions internationales, le taux élevé d’analphabétisme des femmes, « l’analphabétisme demeure l’un des aspects les plus scandaleux de l’exclusion sociale qui touche les femmes », les victimes sexuées – les femmes – des politiques imposées et déployées, « Il n’y a rien de naturel dans la consécration de l’infériorité de la femme, c’est le produit de relations économiques, sociales et culturelles fondées sur l’exploitation et l’oppression des femmes », les cessions de terres agricoles fertiles aux grandes entreprises locales et étrangères, les migrations, « La conséquence directe de la mise en œuvre de ces programmes est l’augmentation de la migration en périphérie des villes ou vers l’étranger et la pauvreté des habitants des villages, en particulier des femmes. Du fait de la dégradation des conditions de vie, de nombreuses filles abandonnent l’école et sont envoyées travailler en tant que domestiques pour supporter le coût de la vie de leurs familles »… Lire la suite

Introduction : Femmes du Maroc à l’ère de la mondialisation

La mondialisation capitaliste a des effets paradoxaux sur les sociétés et les individus, et sur les femmes en particulier. D’une part, elle ouvre de nouveaux horizons et de nouvelles situations, et d’autre part, elle maintient la domination préexistante et crée de nouvelles formes d’oppression, le but ultime restant toujours le profit. Lire la suite

Mamfakinch ! (Ne pas céder !)

« Le royaume n’est pas à l’abri d’une vague révolutionnaire différente par son ampleur et sa radicalité du Mouvement du 20 février né en 2011 dans le sillage des processus de contestation qui ont traversé la région ».

Dans son introduction, introduction-de-chawqui-lotfi-a-son-livre-defis-marocains/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Chawqui Lotfi aborde la situation la plus inégalitaire de l’Afrique du Nord, l’urbanisation aujourd’hui majoritaire, le Maroc « utile » et le Maroc « inutile », le modèle de développement et son échec, « l’impasse d’un capitalisme patrimonial rentier fondé sur une triple logique de « copinage », de prédation et d’extraversion », le chômage de masse et la précarisation, la marginalisation des populations autochtones amazighes. Lire la suite

La lutte armée pour imposer l’autodétermination

Guerguerat 10 années après Gdeim Izik ! La mobilisation des Sahraouis pour l’autodétermination et l’indépendance ne faiblit pas, elle a pris de court stratèges marocains et internationaux. La présence des civils sahraouis au lieu-dit de Guerguerat, capable de bloquer la circulation entre Sahara occidental et Mauritanie, a été décisive : l’armée marocaine a dès lors pris le risque d’ouvrir de nouvelles brèches dans le mur de défense, violant le cessez-le-feu signé en 1991. Lire la suite

Libérez Omar Radi et tous les journalistes emprisonnés au Maroc

            Voilà maintenant tout juste un an, le 25 décembre 2019, le journaliste marocain Omar Radi était arrêté sur la base d’un tweet datant du mois d’avril 2019 dans lequel il protestait contre la lourdeur des peines infligées aux prisonniers du Rif. Devant la vacuité de l’accusation et l’importante solidarité qu’il a reçue tant au Maroc qu’à l’étranger, Omar Radi est mis en liberté provisoire, moins d’une semaine après son arrestation. Le 7 mars 2020, il sera malgré tout condamné à 4 mois de prison avec sursis. Mais ses démêlés avec la justice ne vont hélas pas s’arrêter là.  Lire la suite

L’autre gauche : une radicalité sans perspectives ? (Chapitre 10 du livre de Chawqui Lotfi à son livre : Défis marocains)

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

L’autre gauche, celle qui se réclame des marxismes, n’est pas pour autant, dans la phase actuelle, en mesure de répondre aux défis de la situation. Composée essentiellement des courants issus de la tradition « marxiste léniniste » des années 1970, c’est le cas de la Voie démocratique ou plus récemment des traditions « trotskistes », elle n’a pu construire ou maintenir une visibilité publique dans des conditions difficiles. Pour autant, tout en affirmant leur soutien aux luttes populaires, y participant quand c’est possible, ces courants restent largement extérieurs aux dynamiques sociales existantes et ne constituent pas un début d’alternative crédible. Présentes dans les organisations établies syndicales ou associatives, leurs capacités d’action sont très limitées quand il s’agit des mouvements sociaux actuels. Elles ne pèsent pas d’une manière significative sur les événements sociaux et politiques. Leurs corpus idéologiques et politiques retardent sur les évolutions du réel. Plus qu’un retard, le risque est grand que les changements des conditions d’un combat pour l’émancipation ne peuvent être saisis, ni même entrevues. Lire la suite

Sahara occidental : le droit à l’autodétermination

Cela fait 45 ans que l’Espagne a décidé d’abandonner le peuple sahraoui à son sort, cédant son ancienne possession coloniale à la Mauritanie (qui a quitté le territoire en 1979) et au Maroc, qui l’occupe militairement depuis. Après 15 ans de guerre (1975-1991), le Front POLISARIO a décidé d’échanger les armes contre les urnes, espérant que les temps nouveaux inaugurés avec la fin de la guerre froide rendraient possible la promesse des Nations Unies d’organiser un référendum d’autodétermination. dans laquelle les sahraouis décidaient de l’avenir du territoire. Lire la suite

APPEL des journalistes en détention Omar Radi et Souleiman Raissouni 

A l’occasion de la Journée internationale des droits humains, célébrée le 10 décembre de chaque année, les deux journalistes Omar Radi et Souleiman Raissouni, maintenus en détention arbitraire dans la prison d’Oukacha à Casablanca, depuis des mois [1], annoncent qu’ils entament une grève symbolique de la faim de 24 heures, à partir du mercredi 9 décembre et qui se terminera le lendemain, jeudi 10 décembre.  Lire la suite

Non au discours obscurantiste et haineux contre les femmes tunisiennes

Nous, Tunisiennes et Tunisiens à l’étranger, leurs associations et leurs soutiens, condamnons avec fermeté les propos obscurantistes, sexistes, misogynes et violents tenus le jeudi 3 décembre 2020 par le député de la Coalition islamiste Al Karama, Mohamed Affes, dans l’enceinte du Parlement tunisien.

Ce député, censé défendre toutes les tunisiennes et tous les tunisiens et respecter la Constitution, a déversé sa haine contre les femmes tunisiennes et leurs acquis depuis l’indépendance et a revendiqué le fait de n’avoir comme référence que la « Charia » en bafouant les valeurs républicaines.

Nous dénonçons également l’absence de réaction de la Ministre des femmes et du Président par intérim de la séance de l’ARP lors de son intervention. Lire la suite

Introduction de Chawqui Lotfi à son livre : Défis marocains

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Le Maroc constitue-t-il un « cas à part », une « exception historique » par rapport aux autres pays de la région ? La « transition démocratique » amorcée depuis une vingtaine d’années, la spécificité d’une monarchie dotée d’une épaisseur historique et continuité temporelle, son ancrage culturel et religieux, les politiques de développement et, in fine, une capacité d’ajustement aux contraintes et mutations tant de la société, que de l’environnement international, expliqueraient la stabilité sociale et politique du Royaume. Le pouvoir disposerait d’une capacité de régulation et de désamorçage des facteurs de crises de sorte que les conditions d’une contestation ample, majoritaire, visant les arcanes du système, butent sur les politiques, constamment renouvelées, de segmentation, cooptation, endiguement des mobilisations sociales et démocratiques. Notre approche vise à explorer une hypothèse contraire. Le royaume n’est pas à l’abri d’une vague révolutionnaire différente par son ampleur et sa radicalité du Mouvement du 20 février né en 2011 dans le sillage des processus de contestation qui ont traversé la région. Lire la suite

Donner vie aux textes juridiques et condamner le crime de colonisation par peuplement

« La multitude des droits reconnus aux Sahrahouis contraste cependant avec la rareté de leur mise en application dans les prétoires de par le monde. A tel point que l’on en vient à se demander si ce ne sont pas les systèmes judiciaires nationaux et internationaux eux-mêmes qui en seraient la cause, en ce qu’ils ne fourniraient pas de cénacle approprié à la mise en œuvre des droits que leurs systèmes juridiques prétendent protéger »

Antoine Quéré interroge en regard du droit (français, européen, international) les qualifications possibles des pratiques des sociétés françaises au Sahara occidental, inscrit en 1963 sur la liste des « territoires non-autonomes » de l’ONU, territoire occupé par l’Etat marocain, territoire revendiqué par le Front Polisario et la République Arabe Sahraouie Démocratique. Lire la suite