Archives de Catégorie: Maghreb

Appel collectif : Libérez Omar Radi et tous les détenus politiques au Maroc

Les mouvements de protestation au Maroc suscitent, et ce depuis toujours, des ripostes policières répressives et violentes. La plus marquante de ces dernières années est la répression du mouvement Hirak dans le Rif, un mouvement contestataire qui a agité le Maroc à partir de 2016. Plus de 1 500 arrestations se sont ensuivies, dont plus de 700 condamnations. Parmi ces dernières, 5 personnes ont écopé de vingt ans de prison ferme. Lire la suite

Appel d’écrivains, intellectuels, magistrats, philosophes pour la libération des détenus du Hirak

A l’initiative des militants et intellectuels algériens auxquels se sont associés des Prix Nobel de la paix, des universitaires, des écrivains, des magistrats, des artistes, des journalistes et des militants des droits humains… des quatre coins du monde, un appel est lancé pour témoigner de leur solidarité avec la lutte du peuple algérien pour les libertés démocratiques et la libération des prisonniers d’opinion et politiques. Lire la suite

Mobilisations de femmes et régimes de genre

Les rapports de genre ne semblent pas intéresser ici et maintenant, voir par exemple les dénis sur la culture du viol, l’inégalité socio-économique entre femmes et hommes, les violences masculines systémiques, la faible représentation des femmes dans les institutions, la division sexuelle du travail, etc.

Certain·es oublient bien volontairement le temps de la démocratie exclusive (le faux suffrage universel mais le vrai suffrage masculin), le refus du droit à la contraception et à l’avortement, le masculin générique de la langue muselée par l’académie, ou le refus de l’Etat français d’appliquer la directive européenne sur « à travail de valeur égale, salaire égal » Lire la suite

Réminiscence Ad-Damiyâti

Paris. Juin 2020. Un ami m’offre un vieux numéro de la revue marocaine Lamalif contenant mon texte « Ad-Damiyâti, Personnage de la mythologie populaire marocaine » (Lamalif, N°83, Août – Septembre 1976). Avec le recul du temps, la mémoire contextualise. Je me remémore les circonstances de cette recherche. Dans les années soixante-dix, je suis un jeune sociologue accaparé par des études d’urbanologie. Deux maghrébologues réputés, Jacques Berque et Charles-André Julien, historien anticolonialiste, fondateur et premier doyen de l’université de Rabat après l’indépendance, m’adoptent comme un petit-fils spirituel. Ma dette intellectuelle envers eux est incommensurable. Un jour, j’évoque avec Charles-André Julien les mythologies populaires marocaines, les poètes vagabonds, Abderrrahmane El Mejdoub, les saltimbanques des halkas, les Ouled Hmad ou Moussa, Aïcha Kandicha, Ad-Adamiyâti, qui marquent impérissablement mon enfance. Des légendes inculquées dès la prime éducation. Ainsi se transmettent les fascinations et les peurs ancestrales. Charles-André Julien me tend un catalogue des éditions du Centre National de Recherche Scientifique, m’indique une référence, Le Dictionnaire des Autorités, traduit par Georges Vajda, et me dit : « C’est une énigme historique, mets-toi au travail ». Mustapha Saha

Lire la suite

Catastrophe de Lalla Mimouna : des centaines d’ouvrières agricoles marocaines atteintes par le coronavirus

Le 19 juin 2020, plus de 600 nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été enregistrés dans une unité de production de fraises destinées à l’exportation. L’unité agro-industrielle se trouve à Lalla Mimouna, à l’ouest du Maroc. La majorité des cas sont des femmes. Lire la suite

Non à l’instrumentalisation du sacré pour étouffer le droit à la liberté d’expression

Les associations et organisations membres du Collectif Civil pour les libertés individuelles, les associations et organisations de défense des droits humains et les organisations et associations signataires, attachés à la liberté de conscience et à la liberté d’expression en tant que partie intégrante des droits humains fondamentaux, expriment leur solidarité pleine et entière à la bloggeuse Emna CHARGUI face aux poursuites pénales déclenchées abusivement contre elle à propos de l’aberrante affaire « du verset du CORONA virus » d’une part et face aux insultes, intimidations et menaces proférées contre elle sur les réseaux sociaux d’autre part. Lire la suite

Appel urgent aux autorités publiques pour assurer la continuité de l’accès aux services de la santé sexuelle et de la reproduction (Tunisie)

L’attention de toutes les communautés est focalisée à juste titre sur la lutte contre l’épidémie Covid-19 qui met à l’épreuve tous les systèmes de santé et en révèle cruellement les failles. Dans notre pays, l’approche utilisée jusqu’ici, mobilise les moyens du ministère de la santé pour le diagnostic des cas positifs et la prise en charge des malades du Covid-19 souvent aux dépens de la continuité des soins essentiels qui doivent être assurés en toutes circonstances. Plusieurs dangers guettent la santé des femmes tels que l’augmentation de la violence conjugale, ainsi que l’augmentation du nombre de décès maternels et de la morbidité, conséquences de la non disponibilité de suivi de la grossesse, et l’identification des grossesses à risque, ainsi que le recours aux avortements à risque pour les femmes qui ne désirent pas mener à terme leur grossesse.  Lire la suite

Les multiples facettes de la contre-révolution

Il y a manifestement ces derniers jours une volonté d’embourber le Hirak dans une fausse « bataille idéologique » pour le détourner de son objectif principal : la fin de la dictature.Les revendications sans ambiguïtés du Hirak s’expriment inlassablement et avec force dans la rue chaque vendredi depuis une année. « Dawla madania machi askaria », « les généraux à la poubelle, el djazair teddi listiqlal ». Lire la suite

Masaktach, la campagne # me too marocaine

#Masaktach ou je ne me tairai plus est une campagne marocaine lancée sur facebook et twitter qui appelle les femmes à dénoncer publiquement leurs agresseurs.

n’hésitez pas à témoigner, vous n’êtes Plus seules !

MASAKTACH!

Le beau poème d’Audre Lorde pour les survivantes. Lire la suite

Egalité, justice, démocratie

« Toute littérature prend naissance dans une souffrance et l’on écrit pour s’en délivrer, la sublimer, lui donner une expression universelle, éventuellement en faire une arme »

Une partition, l’Algérie, la lumière, les souvenirs, une certaine impuissance, « Ecrire est une façon de nier cette fatalité », le regard de l’adulte qui souffre et « dans celui d’un enfant aux yeux grands ouverts, on perçoit, seule, une demande d’explication », la violence… Lire la suite

Plaidoyer pour une meilleure lutte contre les violences faite aux femmes

A peine la campagne d’action de lutte contre les violences faites aux femmes bouclée, qu’un plaidoyer pour une meilleure démarche et prise en charge a été lancé. Une occasion, aujourd’hui, d’énumérer les obstacles qui ralentissent une lutte efficace. Constat établi : un dysfonctionnement dans la coordination entre les différents services, un déficit dans la formation du personnel médical et l’absence d’études fiables… Lire la suite

Déclaration conjointe sur l’Algérie

Le peuple algérien se révolte. Pacifiquement, et depuis le 22 février 2019, il réclame jour après jour le passage à un ordre démocratique, la garantie de tous les droits humains, la liberté d’expression, l’égalité et la fin de la corruption. En réponse, les autorités algériennes organisent la répression avec l’aide d’une justice qui leur est inféodée. Ce sont plusieurs centaines d’hommes et de femmes, dont de nombreux défenseurs des droits humains et syndicalistes autonomes, qui sont poursuivis, condamnés et emprisonnés. Ces femmes et ces hommes n’ont commis aucun crime, aucun délit, ils ont simplement exprimé leur refus d’un système qui les piétine et détruit leur pays. Lire la suite

Le prix Simone de Beauvoir consacre le mouvement social hors-la-loi

Paris. Maison de l’Amérique Latine. 9 janvier 2020. Devant un parterre de célébrités intellectuelles sorties des années glorieuses de la lutte féministe, la représentante du mouvement marocain Hors-La-Loi, Sonia Terrab, reçoit le Prix Simone de Beauvoir des mains de Sylvie Le Bon de Beauvoir. Pierre Bras, délégué général, et Nicole Fernandez Ferrer, directrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, réalisatrice et gardienne des archives, veillent discrètement au bon déroulement de l’événement. L’avocate Ghizlane Mamouni enregistre la scène sur son portable. Le prix est obtenu sur suggestion de l’algérienne Sihem Habchi, militante active contre les excusions sociales, membre de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité. Lire la suite

Image

Accord UE-Maroc : la Conf’ lance une procédure pour dénoncer les produits sahraouis illégalement importés

Une vision utopique ne signifie pas une politique utopique

L’extractivisme a réaffirmé le rôle des pays d’Afrique du Nord en tant qu’exportateurs de nature et fournisseurs de ressources naturelles, en consolidant leur intégration subordonnée dans l’économie capitaliste mondiale. Les cas présentés ici illustrent des schémas plus larges d’accumulation primitive dans le Sud global, où l’accumulation par dépossession prend la forme brutale de l’extraction, du pillage des ressources naturelles et de la dégradation des environnements et écosystèmes par la privatisation et la marchandisation des terres et des eaux. Ceci s’accompagne d’une montée en puissance de forces de résistance et de « l’entrée en scène de nouveaux acteurs » qui exigent le partage et la répartition équitables des richesses. Ces nouveaux acteurs sont-ils principalement environnementaux ou sont-ils fondamentalement anti-systémiques ? S’agit-il d’épisodes circonstanciels de résistance ou plutôt du développement le plus récent dans la trajectoire historique de la lutte de classes contre la dernière offensive capitaliste en Afrique du Nord ? Lire la suite

Des pêcheurs pris dans un étau

« La mer c’est la liberté. Aujourd’hui nous sommes emprisonnés à même l’eau » déplore Slah Eddine Mcharek, président de l’Association Le Pêcheur pour le développement et l’environnement (1) à Zarzis. Leurs projets sont ambitieux : protection des ressources aquatiques, développement d’une pêche durable et responsable et défense de la pêche artisanale. Mais les obstacles sont de taille : pris entre la raréfaction des ressources halieutiques, les menaces à leur sécurité, la réduction de leur zone de pêche et la criminalisation du sauvetage des migrants en mer, les pêcheurs se retrouvent enserrés dans un véritable étau.

Au-delà de la petite ville de Zarzis et de ses plages où se côtoient hôtels de luxe, corps de naufragés et pêcheurs en lutte, le récit de Slah Eddine rappelle l’importance de la justice migratoire et environnementale. Lire la suite

L’invisibilité et l’espérance : En Algérie les bidonvilles se cachent

57 ans après l’indépendance, tout a changé à l’exception de l’exclusion sociale et de son corollaire, l’exclusion spatiale. Questionner les bidonvilles c’est questionner les inégalités sociales – cette « économie de la pauvreté ». En 2007, on estimait à 569 les sites de bidonvilles dans Alger, soit des centaines de milliers de personnes.

Imaginez – derrière des haies de roseaux, de maïs, de figuiers et de pins – un ravin étroit, coincé entre un massif montagneux et un oued aux odeurs putrides, dévalant sur des kilomètres depuis le haut de la montagne jusqu’à ce champ qui tombe à pic, dévoilant une vue sur la Méditerranée d’une beauté saisissante. C’est là que vivent des hommes et des femmes, dans des maisons arrachées à l’adversité avec force et courage, partageant cette cité portée sur aucune carte.

Si vous demandez le nom de ce lieu aux habitants, les plus âgés vous répondront « La forêt », pendant que les plus jeunes vous diront : « La cité du 11 décembre ».  Lire la suite

Sur les révolutions « permanentes » au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (II)

Pour les marxistes, quelles ont été les leçons théoriques et politiques les plus significatives à tirer du cycle précédent de luttes révolutionnaires ? On entend souvent dire que le marxisme est « orientaliste » et donc inadapté aux sociétés non occidentales. L’attitude de Michel Foucault à l’égard de la révolution iranienne (1979) est un exemple de tentative de salut dans une altérité religieuse non occidentale, déclarant la fin des visions universelles d’émancipation humaine, de politique de classe et des instruments théoriques marxiens pour comprendre le monde. Alors pourquoi pensez-vous que la théorie marxiste est mieux équipée pour donner un sens aux révolutions et contre-révolutions au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ? Quelles sont les perspectives de développement d’une nouvelle génération d’activistes marxistes arabophones depuis 2011, et dans quelle mesure cela a-t-il commencé à se produire ? Lire la suite

Déclaration du collectif de la société civile pour la défense du secteur public de la santé (Tunisie)

Il n’échappe à personne que le secteur public de la santé traverse une crise profonde qui s’est accentuée  au cours des dernières années et les diverses manifestations de cette crise ont affecté de manière importante la santé des citoyens et leur niveau de vie. Aujourd’hui, après les dernières élections qui ont adressé à la classe politique un message clair exigeant la rupture avec le service d’intérêts particuliers et l’affirmation de l’intérêt général en donnant la priorité à la solution des problèmes économiques et sociaux, les citoyens attendent de l’Assemblée des représentants du peuple et du prochain gouvernement des mesures effectives et concrètes visant à mettre un terme à la détérioration des services publics de santé et à améliorer la qualité de ces services. Lire la suite

Sur les révolutions « permanentes » au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (I)

Commençons par revenir à ce qui semble maintenant être un lointain souvenir : l’onde de choc révolutionnaire qui a déferlé sur le monde arabe en 2011. Vous avez argumenté dans votre livre Le peuple veut : Une exploration radicale du soulèvement arabe que ces événements n’étaient que le début d’un long processus révolutionnaire en raison de la nature spécifique du capitalisme au Moyen-Orient. Pouvez-vous expliquer ces dynamiques de l’économie politique dans le monde arabe et leurs rapports avec les formes de régimes autoritaires ?

Pour commencer par une considération générale, il est évident maintenant que nous assistons à une grave crise mondiale de l’étape néolibérale du capitalisme. Le néolibéralisme s’est développé comme une étape capitaliste à part entière, véritable, depuis la mise en œuvre de son paradigme économique dans les années 1980. Cette phase est entrée en crise depuis la Grande Récession, il y a dix ans. La crise se déroule sous nos yeux, entraînant des soulèvements sociaux de plus en plus importants. Si vous regardez aujourd’hui ce qui se passe au Chili, en Equateur, au Liban, en Irak, en Iran, à Hong Kong et dans plusieurs autres pays, il semble que le point d’ébullition soit atteint dans de plus en plus de pays. Lire la suite