Archives de Catégorie: Afrique

Un silence assourdissant des États membres de l’Union Européenne, face aux atteintes portées par le régime marocain aux droits fondamentaux

Hier comme aujourd’hui, l’Etat du Maroc, pays ami de l’Union Européenne, où l’on espionne les téléphones des journalistes et des défenseurs des droits humains à l’aide du logiciel israélien Pegasus, où les atteintes aux droits fondamentaux, à la liberté d’opinion, à la liberté de la presse se multiplient, où l’on harcèle, salit, instrumentalise et condamne, où le courage et l’engagement se paient au prix de vies brisées, l’Etat de ce pays, le Maroc, jouit d’une totale complaisance.

Au Maroc, les enlèvements, la torture, les arrestations arbitraires, les poursuites judiciaires, les condamnations à de lourdes peines de prison restent ce qui caractérise « l’exception marocaine » tant défendue par les Etats membres de l’Union Européenne. Lire la suite

Premier numéro papier de Sudfa Media !

Le-retour-en-arrière-pas-question-4

Sudfa est un petit blog participatif franco-soudanais, créé par un groupe d’amis et militants français et soudanais. Nous nous donnons pour objectif de partager ou traduire des articles écrits par des personnes soudanaises, ou co-écrits par personnes soudanaises et françaises, sur l’actualité et l’histoire politiques, sociales et culturelles du Soudan et la communauté soudanaise en France. Si vous souhaitez nous contacter, vous pouvez nous écrire à sudfamedia@gmail.com, ou via notre page facebook. Pour plus d’infos, voir notre premier billet « qui sommes-nous ». Vous pouvez aussi retrouver tous nos contenus, articles, chroniques et reportages, sur notre nouveau site : https://www.sudfa-media.com. A bientôt. Lire la suite

Congrès des Mouvements sociaux et citoyens – Tunis, décembre 2021

Session de Malek Seghiri

Déclaration finale

Nous clôturons aujourd’hui, dimanche 12 décembre 2021 notre Congrès des mouvements sociaux et citoyens. Et ce, après la fin des travaux des ateliers et des espaces croisés, de solidarités et de convergences, et à la suite de la rencontre-débat sur les mouvements sociaux, la société civile et l’avenir de la démocratie après le tournant du 25 juillet.

La session 2021, celle du grand disparu Malek Seghiri, s’est tenu dans une conjoncture politique et sociale tendue, grosse de défis et d’enjeux brûlants. Nous avons pu mesurer l’ampleur des aspirations qui travaillent les mouvements sociaux et civils, et prendre acte des avancées réalisées par les composantes de la société civile dans l’affirmation de leur vocation à défendre les droits économique et sociaux, ainsi que les libertés publiques et individuelles en vue de préserver et d’enraciner notre démocratie. Lire la suite

Égypte : Où vont mourir les vieilles lesbiennes ?

Où allons-nous mourir, alors que nous avons vécu des milliers de vies dans un monde qui n’était pas fait pour nous ? Où allons-nous mourir, alors que nous n’avons jamais été ici ?

À l’aube de mes quarante ans, je me demande ce que cela signifie de vieillir et de mourir. Je vois d’autres personnes vieillir, leur vie s’adapter aux conjoints, aux enfants, aux fêtes d’anniversaire, aux beaux-parents, aux réunions parents-professeurs, aux commérages entre conjoints, aux liaisons et aux divorces qui impliquent leurs amis et leur famille. Sans ces étapes obligatoires, la seule mesure que je peux emprunter à ce monde qui ne voulait pas de nous, c’est que ce que j’ai eu est plus long que ce qui reste. Cette métrique, appliquée à ma vie, se traduit par : J’ai aimé plus de femmes qu’il ne m’en reste à aimer. J’ai connu plus de passion et de déchirements que je n’en découvrirai dans le temps qu’il me reste. J’ai mené plus de combats pour affirmer mon existence qu’il ne m’en reste à mener. Lire la suite

RDC : La Lucha sous l’ère Ttshisekedi – une marginalisation relative, prix de l’intransigeance (+ texte)

Au Congo, le mouvement de jeunes La Lucha a été à la pointe des mobilisations contre Kabila. L’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi début 2019 a inauguré une configuration politique plus complexe, dans laquelle l’intransigeance du mouvement est moins en phase avec l’opinion publique. Face à l’évolution antidémocratique du nouveau régime, le travail de « veille citoyenne » de la Lucha est davantage présent dans les médias que dans la rue. Lire la suite

Aide-ménagères à Bamako : Ton paradis, mon enfer

Les aide-ménagères, appelées aussi « bonnes à tout faire », « petites bonnes », « filles de ménage », « 52 », « baradé », domestiques, filles migrantes, aides familiales, forment cette main-d’œuvre de jeunes filles venues de la campagne pour être employées en ville. A Bamako, elles seraient plus de 100 000 aide-ménagères issues des familles défavorisées des zones rurales. Pour l’essentiel, elles sont analphabètes ou déscolarisées. Assez souvent maltraitées avec des salaires minables, elles font tous les travaux domestiques. En ville, ces jeunes filles, dont l’âge varie entre dix et seize ans, sont confrontées à de multiples problèmes.

Plusieurs raisons justifient la présence massive des aide-ménagères à Bamako. Elles quittent leurs villages pour venir travailler en ville afin d’aider leurs familles restées en campagne, d’assurer les trousseaux de leur mariage, de se payer des ustensiles de cuisine, des habits, d’aider leurs maris démunis ou d’échapper à un mariage forcé ou précoce.

Cet exode rural, à multiples facettes, concerne exclusivement les femmes. Il consiste à quitter son village, ses amis, ses parents et autres pour venir en ville afin de soutenir financièrement les proches ou collecter les ressources financières nécessaires pour fonder un foyer. Ce sont donc des motivations nobles qui les conduisent en ville. Lire la suite

Victoire ! Affaire Total Ouganda : la Cour de cassation reconnaît la compétence du tribunal judiciaire

Le 15 décembre 2021 – La Cour de cassation vient de rendre sa décision dans le cadre de l’affaire opposant le géant pétrolier Total à six associations françaises et ougandaises – les Amis de la Terre France, Survie, AFIEGO, CRED, NAPE et NAVODA -, qui constitue la première action en justice sur le fondement de la loi sur le devoir de vigilance des multinationales. Clôturant près de deux ans de bataille procédurale, la juridiction suprême a donné raison aux associations en rejetant la compétence des tribunaux de commerce [1]. Alors que les violations perdurent et se multiplient sur le terrain, l’affaire va donc retourner en première instance pour être enfin examinée au fond par un tribunal judiciaire.

Après une décision du tribunal judiciaire de Nanterre en janvier 2020, qui s’était déclaré incompétent au profit du tribunal de commerce, et sa confirmation en décembre 2020 par la Cour d’appel de Versailles [2], les Amis de la Terre France, Survie et leurs quatre partenaires ougandais avaient décidé début 2021 de se pourvoir en cassation, avec le soutien, sur cette question de la compétence, d’ActionAid France, du CCFD-Terre Solidaire, du Collectif Éthique sur l’étiquette et de la CFDT. Lire la suite

Les femmes ont toujours été à l’avant-garde de la résistance soudanaise (plus autre texte)

Un coup d’État militaire perpétré le mois dernier menace de faire reculer les acquis de la révolution de 2019 qui a renversé le régime brutal de M. al-Bashir.

Les protestations contre l’autoritarisme et les régimes militaires ne sont pas nouvelles au Soudan. Même la révolution qui a renversé le régime d’Omar el-Béchir en 2019 a nécessité des décennies de travail.

Aujourd’hui, un peu plus de deux ans plus tard, un coup d’État militaire perpétré le 25 octobre menace de faire reculer les acquis de la révolution de 2019. Que pouvons-nous apprendre de l’histoire des luttes contre le précédent régime au Soudan ? Et comment les groupes qui ont rendu la révolution possible il y a deux ans, notamment les groupes de femmes, réagissent-ils au coup d’État ? Lire la suite

Déclaration d’associations algériennes à l’occasion de la Journée mondiale des droits humains

Déclaration

Cette année encore, nous célébrons, dans un climat de répression et de restriction des droits fondamentaux des Algériennes et des Algériens, la Journée mondiale des droits humains – qui coïncide avec le 73anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme de l’ONU, acceptée par l’Algérie au lendemain de son indépendance.

2021 est une année sombre pour les droits de l’Homme en Algérie. Après des mois d’une mobilisation populaire pacifique, d’un Hirak qui a suscité de grands espoirs pour établir un Etat de droit démocratique garantissant les droits de l’Homme, l’action des autorités se caractérise par une volonté affichée d’étouffer tous les espaces civiques autonomes et de criminaliser l’action politique des voix critiques. Tandis que l’ensemble de la société est confronté à une crise sociale, économique et sanitaire aiguë, plus de 500 personnes ont été placées en détention et plus de 7 000 personnes ont été interpellées en 2021 pour le seul motif qu’elles ont exercé pacifiquement leurs droits fondamentaux d’opinion, d’expression et de manifestation pourtant garantis par la Constitution et les conventions internationales de protection des droits de l’Homme ratifiées par l’Algérie. A l’heure actuelle, le nombre de personnes faisant l’objet de poursuites pénales pour ce motif dépasse les 2 500. Lire la suite

Exigeons la libération immédiate de Fatima Zahra Ould Belaid, membre d’ATTAC CADTM Maroc

index.php

Des agents de police ont arrêté Fatima Zahra Ould Belaid, militante d’ATTAC CADTM Maroc, le 25 novembre 2021 à son domicile à Tanger. Le procureur a ordonné son incarcération sur la base d’une plainte déposée par l’établissement (Association Hasnouna de soutien aux usagers de drogues) dans laquelle elle travaillait. Fatima Zahra a été auparavant licenciée parce qu’elle défendait le droit syndical et les revendications des salarié·e·s. Elle avait entamé une procédure judiciaire contre cette décision abusive et pour réclamer ses droits. Les responsables de l’établissement qui refusaient toute solution à ce conflit de travail ont par la suite inventés de toutes pièces une accusation de vol pour dénier à Fatima Zahra son droit aux indemnités.

Mais c’est plutôt le contexte de la montée des luttes de la jeunesse scolarisée qui explique la poursuite de notre camarade Fatima Zahra en état d’arrestation. En effet, comme diplômée chômeuse, elle a très vite rejoint le large mouvement de protestation contre la décision du ministère de l’éducation d’exclure du concours d’admission à l’enseignement ceux et celles qui ont plus de 30 ans. Elle a participé activement à donner un nouveau souffle au mouvement de jeunes scolarisés qui luttent contre le chômage. Lire la suite

La rente foncière en Afrique subsaharienne (Tangui Przybylowski)

Dans le cadre de leur collection « prix scientifique », les éditions L’Harmattan ont récemment publié le livre de Tangui – celui-là même qui intervient de temps à autre sur ce blog – tiré de son (excellent) mémoire de master.

Plutôt que me paraphraser, je reproduis donc ici-même la préface que j’ai eu le plaisir de rédiger pour cet ouvrage.

Tangui Lire la suite

Construire une économie féministe en Tanzanie

Nous savons que les systèmes oppressifs organisent notre existence, mais ils ne sont pas inhérents à la nature humaine. Aucun être humain ne naît oppresseur ; c’est quelque chose que les gens apprennent au fil du temps en regardant différents domaines et aspects de la vie et comment les choses sont organisées dans la société. Les gens ne naissent pas oppresseurs, ils apprennent à l’être et à obéir au système à mesure qu’ils grandissent et entrent dans ce monde axé sur le profit qui privilégie l’accumulation de biens par-dessus tout.

C’est de là que vient l’idée de chercher un moyen alternatif. La construction d’une économie féministe comme nouveau modèle de société doit être vue comme un processus collectif qui cherche à déraciner le système actuel dans lequel nous vivons. Il s’agit de créer un monde qui fonctionne pour tous. Lorsque nous parlons de construire une économie féministe, nous ne voulons pas dire créer un mécanisme qui fonctionne uniquement pour les femmes, mais plutôt créer un environnement équitable pour toutes les personnes dans le monde. Un environnement sûr pour les femmes et aussi pour les hommes, qui prenne soin de nos communautés et de nos droits à l’autonomie… pour tout le monde ! Lire la suite

Al Khadra : « personne ne m’a appris à être poète »

Nous publions la traduction d’un poème d’Al Khadra, référence de la poésie sahraouie en défense de l’autodétermination

En octobre de cette année, des femmes du Sahara occidental et du monde entier ont fait leurs adieux à la poète Al Khadra Mabruk. Née en 1938, Khadra a créé des poèmes qui ont traversé les décennies de luttes anticoloniales au Sahara occidental. Depuis 1975, le peuple sahraoui résiste aux multiples violences de l’occupation marocaine sur son territoire. L’Union Nationale des Femmes Sahraouies (Unión Nacional de Mujeres Saharauis – UNMS) a écrit, le 14 dernier, que « la culture sahraouie est en deuil. (…) Nous n’oublierons jamais sa contribution pour garder vivante la marque de la femme sahraouie dans la poésie ». Lire la suite

Appel de l’Alliance des travailleurs soudanais contre le coup d’État (plus autres textes)

Des millions de personnes restent dans les rues de Khartoum, la capitale du Soudan, et d’autres villes, pour s’opposer au coup d’État mené par le chef de l’armée, le général Abdel Fattah Al-Burhan. Au 26 octobre, 12 personnes avaient été tuées et plus de 100 blessées, la troupe ayant tiré sur les manifestants. L’Association des professionnels soudanai  (SPA), qui a joué un rôle de premier plan dans le soulèvement de 2019 contre la dictature d’al-Bashir, a déclaré : « Ce coup d’État est dans la continuation [des agissements] des forces de sécurité du Parti du Congrès national et de ses milices, qui ont commencé le 11 avril 2019 dans le but de bloquer le chemin de la révolution de décembre et de la faire avorter. Nous lançons un nouvel appel aux comités de résistance de tous les districts et à toutes les forces politiques, professionnelles et de défense des droits révolutionnaires de toutes les villes et des villages du Soudan pour qu’ils se rassemblent et occupent les rues et les barricadent, et qu’ils poursuivent toutes les formes de désobéissance civile et de grève jusqu’à ce que nous vainquions le coup d’État en atteignant ce que notre peuple mérite sous les drapeaux de la liberté, de la justice et de la paix. » Lire la suite

Comment l’État français fait le jeu de Total en Ouganda

arton20301-f32b7

Les projets d’exploitation pétrolière de Total en Ouganda semblent l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire, du point de vue du climat, de la biodiversité, des droits humains et de la démocratie. Et pourtant, en pratique, l’État français s’est mis au service du groupe pétrolier pour les faire aboutir.

Dans un nouveau rapport publié avec les Amis de la Terre France et Survie, l’Observatoire des multinationales se penche sur les mécanismes d’influence par lesquels Total s’assure du soutien des pouvoirs publics, sur fond de profonde confusion entre les intérêts de la France avec ceux d’une multinationale dont les principaux actionnaires sont à Wall Street. Au cœur de cette mécanique : les portes tournantes, autrement dit les allers-retours de fonctionnaires entre Total et les hautes sphères de l’État.

Total se prépare à lancer l’exploitation de nouveaux gisements pétroliers en Ouganda, sur les bords du lac Albert, et à construire un oléoduc pour l’acheminer vers la côte tanzanienne, à 1 500 kilomètres de là. Lire la suite

Appel international pour que le procès de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons soit filmé

Sauvegarder la mémoire du procès pour l’histoire

Le procès de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons s’est ouvert le 11 octobre 2021 dans un engouement affirmé du peuple burkinabè. Un procès historique attendu depuis 34 ans par l’opinion nationale, africaine et internationale. L’importante couverture médiatique du premier jour du procès, avec un nombre important de journalistes venus du monde entier, n’a fait que confirmer le caractère historique de ce procès.

Nous, historiens, chercheurs, juristes, artistes, journalistes, militants associatifs ou politiques, citoyens, du monde entier, avons appris avec stupeur que, malgré la réquisition favorable de la procureure arguant du « but démocratique, historique et mémoriel », le Tribunal militaire a refusé que le procès soit filmé et enregistré. De nombreuses voix se sont élevées au Burkina Faso pour demander que le procès soit diffusé, et filmé en vue de la constitution d’archives historiques. Lire la suite

Relations Afrique-France : un florilège de publications alternatives

La tenue du sommet Afrique-France de Montpellier (7-9 octobre 2021) a fait l’objet de fortes mobilisations des intellectuel.les africain.e,s, notamment à travers le collectif CORA/Collectif pour le renouveau africain, et d’associations spécialisées du mouvement social français.

Un contexte géopolitique évolutif

Manifestation de la capacité d’adaptation de la Françafrique, ce sommet qui a réuni des jeunes de différents pays francophones -et non plus les chefs d’Etat comme antérieurement- a mené une intense bataille de communication. En dépit d’un rapport mitigé et décevant du philosophe camerounais Achille Mbembe (1), ces jeunes représentants ont utilisé cette tribune, pour exprimer le refus des peuples de poursuivre dans une voie anachronique et criminelle à plusieurs titres (2). Une voie qui conduit à la dévastation des Etats et des économies du Sud, à la perte dramatique d’avancées démocratiques voire de la paix civile. « France dégage ».

Dans le même temps, se tenaient le séminaire en ligne de CORA (3) et le contre-sommet de Montpellier (4), dont l’une de ses activités a été le colloque de Grabels le 2 octobre, « pour l’annulation des sommets France-Afrique » (5). Lire la suite

Rassemblement de solidarité avec le peuple sahraoui

Rassemblement_SO_22102021

Appel à un rassemblement en soutien à la journaliste et féministe Arroi Baraket contre les violences policières !

Nous appelons à participer, le mardi 19 octobre à partir de 18h30, Place de la République à Paris et devant le Consulat tunisien à Lyon, aux rassemblements en soutien à Arroi Baraket, pour demander l’arrêt immédiat des charges qui pèsent contre elle. Son procès est prévu le 22 octobre 2021. Elle est poursuivie par le Procureur de Tunis pour agression avec « extrême violence contre un fonctionnaire public ». Elle se retrouve accusée de faits extrêmement graves et passibles de prison alors qu’elle a été victime de violences policières. Elle a été violemment agressée par un agent de police dans la soirée du 17 septembre 2021 tandis qu’elle filmait une scène mettant en évidence la partialité de la police. Lire la suite

Le féminisme sud-africain dans la lutte contre la pauvreté et la subordination

Wilhelmina Trout souligne les défis historiques de la lutte des femmes sud-africaines pour la participation politique afin de démanteler le capitalisme patriarcal.

Amandla !

Amandla signifie « pouvoir ». En Afrique du Sud, nous répondons généralement avec « le pouvoir aux travailleurs », mais dans la Marche Mondiale des Femmes, notre réponse est toujours « le pouvoir aux femmes ! ». Je suis un peu impressionnée par l’importance accordée à l’Afrique du Sud, car nos luttes et nos défis semblent infimes face à ce qui se passe dans le reste du monde et en particulier dans d’autres régions du continent. On m’a demandé de parler de la situation du mouvement des femmes en Afrique du Sud, dans le cadre de la Journée de la Femme Africaine, pour célébrer la conférence de l’Organisation panafricaine des femmes [Pan-African Women’s Organization – PAWO], tenue en 1962 en Tanzanie.

Je crois que nous, de la Marche Mondiale des Femmes, ne pouvons pas être distraites de ce que sont notre lutte, nos objectifs et notre vision. Ce qui m’a attirée à participer à la Marche Mondiale des Femmes, c’est l’accent mis sur la racine du problème de l’exploitation et de l’oppression, en sensibilisant au fait que nous luttons contre un système : le capitalisme, un système économique qui cherche à accroître les inégalités entre les riches et les pauvres, car il repose sur une logique qui privilégie le profit aux besoins des personnes. De plus, c’est un système patriarcal qui marginalise les femmes et donc l’union et l’organisation des femmes entre elles devient un impératif pour lutter contre cette oppression. Lire la suite