Archives de Catégorie: International

« Affaire Mawda : pourquoi nous demandons un procès d’Assises »

La mort de la petite Mawda, dans la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 mai 2018, des suites d’un tir policier a eu lieu dans le cadre des opérations Médusa de traques aux migrants. Depuis l’affirmation policière selon laquelle la petite serait décédée des suites d’un hématome crânien (la thèse de l’enfant bélier) – mensonge construit dès les premières minutes et affirmé par les policiers aux ambulanciers et infirmières arrivées sur les lieux – jusqu’à la thèse de la camionnette comme « arme par destination » soutenue par le parquet de Mons, le cadre gouvernemental de traque aux migrants semble surdéterminer l’instruction telle qu’elle a été menée jusqu’à aujourd’hui. Tous les ingrédients d’une affaire d’Etat semblent donc réunis.

Il s’agit d’un meurtre. Le policier qui a tiré a d’abord armé son pistolet à l’aide de ses deux mains, puis exercé une force sur la gâchette pour effectuer le tir à hauteur d’homme en direction de la camionnette qui a tué Mawda. Lire la suite

Combattre l’antisémitisme ET la spoliation des Palestiniens

Communiqué de presse de l’UPJB (2/7/2020)

Une fois encore, des cris antisémites détournent l’attention d’une manifestation digne et juste 

L’Union des progressistes juifs de Belgique (UPJB) a participé au rassemblement organisé par l’Association belgo-palestinienne (ABP) ce 28 juin place du Trône à Bruxelles, pour protester contre le projet d’annexion par Israël de 30% de la Cisjordanie. A un moment de cette manifestation, un slogan en arabe, appelant à la guerre contre les Juifs a été lancé par une personne inconnue des organisateurs. Il a été repris par une vingtaine de personnes (sur un total d’au moins 500 participant·es). Suite à l’intervention immédiate de Palestinien·nes et des organisateurs, cet incident fut de courte durée. Après la manifestation, qui n’a connu aucun autre incident, l’Association belgo-palestinienne a publié un communiqué de presse condamnant ces slogans antisémites et rappelant « que la cause palestinienne repose sur la défense du droit et des aspirations à la justice et à l’égalité » et qu’« elle est par conséquent incompatible avec toute forme de racisme, l’antisémitisme inclus ». Nous saluons ces réactions exemplaires. Lire la suite

Le lancement de l’appel pour l’annulation de la dette publique africaine est un événement majeur

Dans le cadre de la cérémonie de lancement de l’Appel pour l’annulation de la dette africaine dans le cadre de la Covid-19, qui avait lieu ce 23 juin 2020 à Dakar, voici le message de Gustave Massiah, représentant du CRID au Conseil International du Forum Social Mondial.

Le lancement de l’appel pour l’annulation de la dette publique africaine est un événement majeur et je suis heureux d’y apporter le salut de nombreux mouvements qui participent au Forum Social Mondial. Lire la suite

Le genre dans la crise du covid

La grève des femmes du 8 mars dernier portait un double message. Un appel à la protestation pour la reconnaissance de leur travail et de leurs droits et un appel à la mobilisation et à la solidarité. Trois mois plus tard, avec la crise du covid-19, démonstration est faite que le care, l’une des composantes les plus exploitées et les moins valorisées du travail, assuré en grande partie par des femmes, est central pour préserver la vie et favoriser une sortie de crise. Prise de conscience sans lendemain ou fondement d’une action politique ? Lire la suite

Brésil. Les vies noires comptent :  l’urgence de la démilitarisation de la Police militaire

« Qui fait confiance à la police ? Je ne suis pas fou ! » Edivaldo Alves, Edi Rock

L’Institut de sécurité publique (ISP) a annoncé il y a 10 jours qu’en avril, 177 personnes ont été assassinées à Rio de Janeiro par la police militaire carioca. Ce chiffre est le plus élevé pour le mois d’avril en 18 ans. Et cela se produit en plein milieu de la pandémie. Les colonels de la Police militaire (PM) et les voix officielles de l’institution affirment que ces 177 morts étaient des morts de « marginaux ». La Police militaire agit alors comme un « tribunal de rue ». Il n’y a pas de procès. Elle définit le crime, définit les coupables, fixe la peine et indique qui sont les exclus. Lire la suite

Le Mouvement des femmes sud-coréen : « Nous ne sommes pas des fleurs, nous sommes un incendie ! 

Jen Izaakson et Tae Kyung Kim décrivent le développement du mouvement féministe radical qui inspire les femmes à travers toute la Corée du Sud.

L’automne dernier, Jen Izaakson s’est rendue en Corée du Sud pour documenter la montée en puissance du mouvement féministe radical dans le cadre d’un groupe de travail de l’Université de Cambridge, après avoir obtenu une bourse de recherche, et elle a réalisé des entretiens avec plus de 40 militantes. Elle a coécrit cet article avec Tae Kyung Kim, une féministe radicale coréenne originaire de Séoul, qui vit et étudie actuellement à Berlin.

Des nouvelles du mouvement féministe en essor en Corée du Sud sont parvenues jusqu’aux médias occidentaux, mais les origines de cette révolte radicale sont encore méconnues. Les grands médias occidentaux couvrent souvent les aspects du féminisme sud-coréen qui reflètent nos propres réussites, mais laissent dans l’ombre les réalisations spécifiques aux Coréennes et les aspects les plus radicaux de leur mouvement. En septembre, plus de 40 femmes du mouvement féministe radical sud-coréen ont été interviewées dans le cadre d’une étude universitaire. Les résultats de cette recherche sont résumés dans le présent article. En raison de la brièveté de ce texte, de nombreuses informations ne peuvent pas être incluses, mais nous avons essayé d’intégrer les éléments qui montreront le mieux comment le mouvement a émergé, son contexte historique et quelles tactiques, stratégies, et formations politiques constituent le féminisme radical sud-coréen. Lire la suite

S’arracher au « cours homogène » de l’histoire

« Le moment est venu d’accompagner la mondialisation économique et technologique d’une conception cosmopolitique du monde »

Monique Chemillier-Gendreau indique qu’il faut « en finir avec le marqueur de l’identité nationale, lequel sert à masquer l’autre marqueur décisif, celui de la race et se double parfois de celui de la religion. Ces marqueurs servent de justification aux discrimination… », que l’assignation des peuples dans des espaces déterminés et « sous des gouvernements nationaux a toujours été combinée à des migrations, des brassages, des diasporas et des métissages »… Lire la suite

Les États-Unis à l’heure de leur vérité

Avec ceux et celles qui « se battent dans le ventre de la bête » !

Les États-Unis épicentre de l’affrontement de classe mondial ? Les mouvements sociaux et populaires américains exemple à suivre, source d’inspiration et locomotive qui tire hors des bourbiers de l’inaction et du défaitisme ceux d’en bas européens ? Dorénavant, pareilles « utopies » et « vœux pieux » ne sont plus formulés seulement par quelques « rêveurs internationalistes » comme nous-mêmes. Elles sont matérialisées en actes par des centaines de milliers ou même par des millions de gens inspirés par les historiques mobilisations états-uniens de ces dernières semaines (1) et qui manifestent en masse presque partout de par le monde, de l’Australie et l’Afrique du Sud au Royaume Uni et la Bande de Gaza, et du Japon et du Brésil à la France et l’Allemagne ! Lire la suite

Discours, actions et groupes de haine au Québec

« Une odeur putride que l’on croyait du passé refait surface dans l’espace public. Longtemps contraints aux marges, les discours de l’extrême droite sont aujourd’hui portés plus ouvertement par ses propagandistes »

Le collectif Emma Goldman aborde les contextes, les frustrations collectives, les terreaux sur lesquels les forces d’extreme-droite se construisent comme légitimes, « Dans cet ouvrage, nous, le Collectif anarchiste Emma Goldman, souhaitons aborder de front le problème du populisme et de l’extrême droite tel qu’il se présente au Saguenay-Lac-Saint-Jean ». Lire la suite

L’économie de l’Amérique latine : émergence ou déclin ?

L’« émergence » de pays comme le Brésil, l’Argentine, le Mexique ou le Chili suscite depuis le début de la décennie 2000 un nouvel intérêt pour cette partie du monde dont les économies n’avaient pourtant cessé jusque-là de subir crise sur crise, récession sur récession, de la fameuse « décennie perdue » des années 1980 jusqu’aux crises financières de la décennie 1990. Si l’Asie braque actuellement sur elle la majorité des projecteurs, la partie la moins développée du continent américain semble donc aussi vouloir jouer à nouveau un rôle de premier plan sur la scène économique internationale. Lire la suite

L’étincelle à la recherche de la poudrière

La rébellion porte sa justification en elle-même, tout à fait indépendamment des chances qu’elle a qu’elle a de modifier ou non l’état de fait qui la détermine. Elle est l’étincelle dans le vent, mais l’étincelle qui cherche la poudrière. André Breton

Si une seule chose m’a donné de la joie ces dernières semaines, ce fut quand les matriarches à Unist’ot’en ont brûlé le drapeau canadien et déclaré morte la réconciliation. Comme un feu sauvage, cela a gagné les cœurs de la jeunesse à travers les territoires (…). La réconciliation était un faux-semblant, un moyen pour eux d’agiter devant nous une carotte et de nous tromper. N’avons-nous aucun droit à la terre volée à nos ancêtres ? Il est temps de tout foutre par terre, de tout fermer ! Tawinikay (ou Femme du Vent du Sud)

Le contenu toxique transporté par les oléoducs canadiens, que ce soit le pétrole des sables bitumineux ou le gaz naturel issu par fragmentation est, de l’avis de tous les climatologues sérieux, une cause majeure, peut-être décisive, du réchauffement global, c’est-à-dire de la catastrophe écologique. Destinés à être un carburant de l’expansion industrielle, les oléoducs sont devenus un carburant de la révolte. Conçus pour transporter ces énergies fossiles d’un lieu à un autre, ils sont un aspect crucial de la normalisation du douteux paradis de la croissance sans limites, devant laquelle sont censés s’agenouiller dévotement tous les citoyens-consommateurs obéissants. Dans cette région que les cartographes coloniaux ont dénommée Colombie Britannique, l’extraction des ressources a toujours été le nom de leur jeu, mais l’essor en février 2020 d’un large réseau d’opposition a été encourageant, qui va des guerriers indigènes qui se battent pour récupérer leurs terres aux vétérans, gardiens des traditions, des activistes d’Extinction-Rébellion aux anarchistes partisans de l’insurrection. Chemins de fer, autoroutes et bateaux ont été bloqués ; les autorités provinciales, les locaux administratifs du gouvernement fédéral, les banques et les sièges des sociétés industrielles ont été occupés. Ce qui a catalysé cette révolte a été le soulèvement indigène généralisé né du refus des illusoires promesses de conciliation. Ensemble, ces forces rebelles ont désorganisé le monde des affaires comme il va, en solidarité avec le clan des Unist’ot’en de la Grande Grenouille et la maison tribale des Wet’suwet’en. Lire la suite

A propos des groupes extrémistes armés galvanisés par le Parti républicain

En opposition au déboulonnage des statues de racistes dans le pays tout entier, des milices de droite, extrémistes, lourdement armées ont menacé, et même abattu, des manifestant·e·s.

Cette éruption de violence, d’où vient-elle ? Elle procède de la multiplication de groupes d’extrême droite armés jusqu’aux dents. Après tout nous sommes aux États-Unis, ce pays qui préfère les armes à ses propres enfants. Et surarmés, ces groupes le sont. Leur hostilité à la démocratie libérale (avec un « d » minuscule et « l » minuscule) ne cesse de croître. Leur violence franchit un nouveau palier, à l’heure où une majorité du peuple américain commence enfin à mettre en question le racisme sanguinaire de leur nation, le racisme passé et le racisme présent. Lire la suite

Avant-propos (1995) de Pierre-Luc Abramson et Jean-Pierre Paute au livre d’Adolfo Gilly : La révolution mexicaine 1910-1920

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Les traducteurs saluent avec joie la parution française de La Révolution mexicaine, d’Adolfo Gilly, livre maudit par suite des incroyables vicissitudes éditoriales qu’il a connues ; mais aussi livre magique, le seul de la vaste historiographie de la révolution dont le souffle englobe et concerne le lecteur d’aujourd’hui, au point de pouvoir lui faire croire, parfois, qu’il fut le témoin de cette épopée. Lire la suite

Catastrophe de Lalla Mimouna : des centaines d’ouvrières agricoles marocaines atteintes par le coronavirus

Le 19 juin 2020, plus de 600 nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été enregistrés dans une unité de production de fraises destinées à l’exportation. L’unité agro-industrielle se trouve à Lalla Mimouna, à l’ouest du Maroc. La majorité des cas sont des femmes. Lire la suite

Au Brésil, tant que le RACISME existera, la DÉMOCRATIE n’existera pas

Nous, population noire organisée, femmes noires, habitants des favelas, des périphéries, LGBTQIA+, qui pratiquons des religions de matrice africaine, quilombolas, noirs et noires de croyances distinctes, habitants des campagnes, des eaux et de la forêt, travailleurs exploités, informels et chômeurs, de la Coalition Noire pour les Droits, sommes là pour exiger l’éradication du racisme en tant que pratique génocidaire contre la population noire. Lire la suite

Patrick Chamoiseau : CONTRE LES STATUES : LES TRACES-MÉMOIRES

Nos monuments demeurent comme des douleurs.

Ils témoignent de douleurs.

Ils conservent des douleurs.

Ce sont le plus souvent des édifices produits par la trajectoire coloniale : forts, églises, chapelles, moulins, cachots, bâtiments d’exploitation de l’activité esclavagiste sucrière, structures d’implantation militaire… Les statues et les plaques de marbre célèbrent découvreurs et conquistadores, gouverneurs et grands administrateurs. En Guyane, comme aux Antilles, ces édifices ne suscitent pas d’écho affectif particulier ; s’ils témoignent des colons européens, ils ne témoignent pas des autres populations (Amérindiennes, esclaves africains, immigrants hindous, syro-libanais, chinois…) qui, précipitées sur ces terres coloniales, ont dû trouver moyen, d’abord de survivre, puis de vivre ensemble, jusqu’à produire une entité culturelle et identitaire originale. Lire la suite

Préface à l’édition française (1995) d’Adolfo Gilly à son livre : La révolution mexicaine 1910-1920

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Dernière en date de ce siècle, la révolution zapatiste du Chiapas a commencé dans un pays hanté depuis toujours par la révolution, le Mexique.

Le nouveau zapatisme puise à la fois ses racines dans les mythes et les traditions indigènes et dans la longue histoire d’une oppression raciale et sociale vieille de cinq siècles. La révolution mexicaine de 1910-1920 n’a jamais atteint le lointain Chiapas, terre de seigneurs, de riches propriétaires terriens et de caciques. Elle y arrive aujourd’hui avec la force des effets retardés, sous la forme de l’insurrection armée des communautés indigènes. Lire la suite

Une possible alternative crédible, cohérente et efficace au service de la population

« Si vous n’envisagez pas de pouvoir quitter la table des négociation, il vaut mieux ne pas vous y assoir. Si vous ne supportez pas l’idée d’arriver à une impasse, autant vous en tenir au rôle du suppliant qui implore le despote de lui accorder quelques privilèges, mais finit par accepter tout ce que le despote lui donne » (Yanis Varoufakis).

Des paroles et des actes. Ne pas discuter des politiques menées, des arguments utilisés, des possibilités ouvertes – ici par les élections – revient à se laisser enfermer dans un ordre dicté du monde par les puissants. Et pour répondre à Conversations entre adultes : dans les coulisses secrètes de l’Europe de Yanis Varoufakis, Eric Toussaint propose – dans une formulation ironique et qui annonce la couleur – de discuter d’une capitulation entres adultes Lire la suite

Covid-19. Personnel soignant, une résistance sociale mondiale

La déferlante de la pandémie du Covid-19 a vu de nombreuses résistances sociales aux conditions faites aux travailleur·euses dits de première ligne durant la période de confinement. Parmi les différents secteurs du salariat mobilisés pour défendre son intégrité physique face à la défaillance de leur employeur (privé ou étatique) à leur fournir des équipements de protection individuelle suffisants, les infirmières (et aides-soignantes) ont montré un haut niveau de combativité que ce soit à New York, Johannesburg ou encore Séoul. Partout, les mêmes revendications ont été mises en avant sur leurs conditions de travail et de transport ainsi que la question des salaires et de manque de personnel. Les modes d’action ont été souvent identiques, rassemblements, manifestations, droit de retrait et mêmes grèves. Parfois, les organisations syndicales ont déposé des plaintes en justice contre les autorités pour mise en danger de la vie d’autrui. Ces mouvements ont été souvent violemment réprimés : menaces, licenciements, mises à pied, interventions brutales de la police. Dans des hôpitaux publics ou privés les organisations syndicales ont été à la pointe de ces combats. Afin d’offrir un panorama de ces mobilisations nous avons extrait de l’Éphéméride sociale d’une pandémie publiée dans Covid-19, un virus très politique (1) ces chroniques sociales touchant au secteur de la santé, hors France que nous avons actualisé au 8 juin.

Patrick Le Tréhondat, 8 juin 2020 Lire la suite

L’état français cherche-t-il à s’affranchir de l’accord de Nouméa ?

Le 11 juin 2020

Communiqué de presse

Indépendance de Kanaky-Nouvelle Calédonie

Alors que la deuxième consultation sur l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté approche, le collectif Solidarité Kanaky dénonce la violation par l’État de ses engagements en tant que signataire de l’Accord de Nouméa1. Plusieurs mesures prises pendant la crise sanitaire viennent s’ajouter aux signaux nombreux et répétés indiquant une volonté de neutraliser le processus de décolonisation du territoire. Lire la suite