Archives de Catégorie: Colonisation

Déclaration pour le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie. Manifeste des 121

6 septembre 1960

Un mouvement très important se développe en France, et il est nécessaire que l’opinion française et internationale en soit mieux informée, au moment où le nouveau tournant de la guerre d’Algérie doit nous conduire à voir, non à oublier, la profondeur de la crise qui s’est ouverte il y a six ans.

De plus en plus nombreux, des Français sont poursuivis, emprisonnés, condamnés, pour s’être refusés à participer à cette guerre ou pour être venus en aide aux combattants algériens. Dénaturées par leurs adversaires, mais aussi édulcorées par ceux-là mêmes qui auraient le devoir de les défendre, leurs raisons restent généralement incomprises. Il est pourtant insuffisant de dire que cette résistance aux pouvoirs publics est respectable. Protestation d’hommes atteints dans leur honneur et dans la juste idée qu’ils se font de la vérité, elle a une signification qui dépasse les circonstances dans lesquelles elle s’est affirmée et qu’il importe de ressaisir, quelle que soit l’issue des événements. Lire la suite

Les statues de la discorde

Bonjour

Je me suis encore piégé moi-même.

J’ai lu une critique élogieuse pour le livre de Jacqueline Lalouette, les statues de la discorde, dans le Canard Enchaîné. Je l’ai commandé, je l’ai parcouru rapidement, et me suis dit que c’était un bon sujet pour notre émission, car on est au coeur d’un de nos débats : que faire du nom des rues, et là que faire des statues.

Jacqueline Lalouette est une historienne émérite, spécialiste de l’histoire de la France et de la 3ème République (la Libre Pensée, l’État et les cultes, Jaurès, la célébration sculptée des grands hommes…)

Et cette historienne propose un véritable inventaire des statues qui ont fait l’actualité de 2020 dans le monde, de demandes de déplacement jusqu’à leur « déboulonnage », avec pour chacune des éléments d’information souvent intéressants. Lire la suite

« Le problème des effets nucléaires sur les populations est resté longtemps tabou en Algérie »

Dans cet entretien, le Pr Mostéfa Khiati, président de la Forem et auteur de « Les irradiés algériens, un crime d’État », revient sur les effets néfastes des essais nucléaires français dans le Sahara algérien, le retard pris dans la décontamination des sites des essais…

L’analyse d’un échantillon du sable du Sahara algérien, qui s’est propagé en France début février, a montré la présence d’un élément radioactif, le césium-137. Que signifie cette découverte ?

Le césium-137 retrouvé dans le sable du Sahara algérien en France a été produit par les quatre explosions nucléaires atmosphériques menées par la France dans la région de Regganne à partir du 13 février 1960. Lire la suite

Un Guide du Marseille colonial

Les éditions Syllepse qui ont publié ces dernières années un Guide du Paris colonial (décembre 2017), un Guide du Bordeaux colonial (mai 2020), un Guide du Soissons colonial (décembre 2020) ont sollicité Alain Castan auteur de plusieurs textes sur les rues et monuments coloniaux à Marseille pour envisager un tel guide pour Marseille.

C’est donc avec un grand intérêt (militant) que dès début juillet 2020 un groupe de travail* s’est réuni pour travailler collectivement sur ce projet, dans un contexte particulièrement contraignant. Lire la suite

Manifeste pour la reconnaissance et la réparation des crimes et dommages coloniaux français en Algérie

1. La reconnaissance de la responsabilité unilatérale de la France coloniale en Algérie.

La France est aujourd’hui à la croisée des chemins avec la question de savoir si elle sera capable de passer un pallier dans la gestion apaisée de ses démons mémoriels en particulier celui avec l’Algérie qui fut une des guerres les plus tragiques du 20e siècle. La problématique centrale n’est pas la repentance, les excuses ou le ni ni avec une reconnaissance générique mais la question de la reconnaissance de la responsabilité française en Algérie, notion juridique, politique et philosophique. Lire la suite

Une histoire aux temporalités et aux frontières enchevêtrées

« Dans les sables mouvants de l’histoire des pays pourfendus par la guerre civile et la décolonisation, il reste toujours des histoires enfouies. Enfouies, enterrées sous des couches de sédiments humains, sous des respirations dont les échos nous parviennent encore ». Dans sa préface, Histoires dés-enfouies et transmises par des femmes, histoires-des-enfouies-et-transmises-par-des-femmes/, publiée avec les aimables autorisations des autrices, du préfacier et de l’éditeur, François Guillemot parle, entre autres, d’histoire, de sciences humaines et sociales, du destin heurté d’une femme nommé Dung, « femme métisse vietnamo-marocaine et enfant de la guerre d’Indochine », de dimension psychologique, « celle de mettre en avant un processus de recherche-création qui vise à établir à la fois une micro sociohistoire de colonisé.es/décolonisé.es et une création littéraire à cheval entre le témoignage sur autrui et le récit de soi tout en ne négligeant pas les enjeux pratiques et intellectuels d’une recherche », d’histoire de femme malmenée par la guerre des hommes, du voile de la domination, des « poussières d’empire », des « convolées » des espaces frontaliers, de recherche-création, de mémoires… Une belle introduction à ce livre singulier… Lire la suite

Guadeloupe : communiqué du LKP

Rappelez-vous, tous les matins à 5H15, retentissait cette chanson dans nos postes de radio. Déclarée chant national le 14 juillet 1795, la « Marseillaise » intitulée à l’origine « Chant de guerre pour l’armée du Rhin » a été composée par Claude-Joseph Rouget de Lisle (militaire) en 1792. Sur le site de l’Elysée, on peut lire que ce chant est « un hymne national aux accents de liberté, qui accompagne aujourd’hui la plupart des manifestations officielles ». Lire la suite

Histoire et colonisation (textes de Hosni Kitouni et Saïd Bouamama)

« Ce qui nous importe, c’est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation »

Hosni Kitouni est fils de Abdelmalek Kitouni, officier de l’ALN tombé au champ d’honneur durant la guerre de libération. Il est aussi chercheur en histoire et auteur, entre autres, de l’ouvrage Le désordre colonial (Casbah éditions 2018). Dans cet entretien, il commente le rapport Stora et renvoie dos à dos Alger et Paris.

Le rapport de Benjamin Stora sur « Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie » vous interpelle. Qu’avez-vous retenu à la lecture du texte ?

Au fond, le texte ne concerne pas les Algériens, il s’adresse d’abord au président français et par-delà, à la société française à travers ses préconisations et leurs implications. Lire la suite

Olivier Le Cour Grandmaison : Sur le rapport de Benjamin Stora : le conseiller contre l’historien (plus textes de Michel Berthelemy, Henri Pouillot, Jean-Philippe Ould Aoudia)

« On ne conseille pas les grands et les princes impunément. La liberté, la morale et la vérité en sont toujours les premières victimes. Tu croies guider leurs pensées et leurs pas. Fol est ton orgueil. Si tu as leur oreille, c’est qu’ils ont subjugué ta plume. Souviens-toi ! Nul ne peut servir plusieurs maîtres. »
Anonyme florentin de la Renaissance.

Missionné il y a plusieurs mois par le président de la République, Benjamin Stora a donc remis, le 20 janvier 2021, à Emmanuel Macron son rapport relatif aux « questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie. »

Que l’auteur dudit rapport soit un historien, reconnu pour ses nombreux ouvrages sur l’Algérie contemporaine et le conflit qui a ravagé le pays entre le 1er novembre 1954 et la signature des Accords d’Evian le 18 mars 1962, est sans incidence sur la nature politique de ce document.  Lire la suite

Kanaky. Motion rassemblement populaire collectif Usup

Considérant le processus de décolonisation en cours engagé dans le cadre de l’accord de Nouméa

Considérant le point 4.4 de l’Accord de Nouméa sur la maitrise des outils de développement du pays par la NC

Considérant que le combat pour la maitrise de la ressource et du contrôle des outils de production constitue un des socles de la viabilité financière et du rayonnement économique de l’Etat en devenir,

Considérant le combat engagé par le FLNKS, l’ICAN, l’USTKE, le MNSK, la DUS, la CNTP, les associations environnementales réunis au sein du collectif USUP Lire la suite

1925, guerre du Rif. L’alliance entre Pétain et Franco contre les insurgés marocains

Avec l’aimable autorisation de l’auteur

Dans un entretien donné à L’Express le 23 décembre 2020, Emmanuel Macron a expliqué : « Je me suis construit dans la haine, dans le rejet de l’esprit de défaite et de l’antisémitisme de Pétain, mais je ne peux nier qu’il fut le héros de 1917 et un grand militaire ». Le président français aurait pu pourtant rappeler sa contribution à l’écrasement des insurgés dans le Rif marocain en 1925. Avec tous les moyens de la barbarie « civilisée » et en alliance avec celui qui allait devenir le dictateur de l’Espagne : Francisco Franco. Lire la suite

Notre ville appartient à tout le monde et pas à une clique de nostalgiques de généraux et de maréchaux colonialistes

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Le général Mangin (1866-1925) a été élève de Saint-Cyr. Il sert d’abord au Soudan français à la tête des tirailleurs sénégalais. Il participe à la mission Congo-Nil en 1898-1900 sous les ordres de Jean-Baptiste Marchand, notamment lors de la « crise de Fachoda ».

Au départ, il s’agit de combattre la révolte des Batetela, mouvement insurrectionnel contre l’autorité de l’État indépendant du Congo. Les guerriers kasaïens tetela se sont révoltés contre leurs officiers à cause de l’exécution de certains de leurs chefs indigènes. Ensuite, l’armée française tente de rejoindre le Nil en rivalité avec l’expansion coloniale britannique. Lire la suite

17 octobre 1961 – 17 octobre 2020 – 59ème anniversaire – Vérité et Justice


Le 17 octobre 1961
, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire qui leur avait été imposé par le gouvernement de l’époque dont le Premier ministre, Michel Debré, était hostile à l’indépendance de l’Algérie, et le Préfet de Police Maurice Papon sous ses ordres. Ils défendaient leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ce jour-là, et les jours qui suivirent, des milliers de ces manifestants furent arrêtés, emprisonnés, torturés – notamment par la « force de police auxiliaire » – ou, pour nombre d’entre eux, refoulés en Algérie. Des centaines perdirent la vie, victimes d’une violence et d’une brutalité extrêmes des forces de police.
Lire la suite

Image

Kanaky vers l’indépendance

 

Nouvelle étape pour la souveraineté de Kanaky

Le 4 octobre 2020 doit avoir lieu la deuxième consultation sur la pleine souveraineté de Kanaky – Nouvelle-Calédonie. Depuis le premier vote il y a deux ans, la position du mouvement indépendantiste s’est renforcée mais l’État et les partis anti-indépendantistes ont poursuivi leurs manœuvres pour maintenir le pays dans la France, en particulier dans le contexte de la crise du coronavirus.

Le 4 novembre 2018, le vote en faveur de l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie a recueilli 43,3% des voix, un résultat certes minoritaire au niveau mathématique mais bien plus élevé qu’annoncé et qui a représenté une victoire symbolique pour le mouvement indépendantiste. Lire la suite

Pour la souveraineté de Kanaky

Lire la suite

Ni s’incliner ni regarder ailleurs : interroger 

Dans l’introduction, introduction-du-guide-du-bordeaux-colonial-et-et-de-la-metropole-bordelaise/, publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, les auteurs et autrices indiquent : « Ce Guide prend la question de l’histoire de Bordeaux par le petit bout de la lorgnette, en la braquant sur les noms des rues et autres voies qui ont été retenus pour honorer ceux qui ont contribué à la construction de la France coloniale ».

Des lieux magnifiques construits grâce aux fortunes réalisées dans le commerce colonial, la traite négrière et l’esclavage mais pas seulement, le « parti colonial », la constitution de l’Etat français comme Etat colonial, les luttes des dominé·es, Bordeaux et la constitution de l’empire, la place du commerce du vin en droiture, les noms comme témoins de l’histoire et « de ce rôle assumé par les édiles dans leur dénomination »… Lire la suite

Décolonisation et droit à l’autodétermination

En avant propos, après avoir présenté les orientations et les actions de Survie, l’engagement pour l’autodétermination de la Kanaky, les auteurs/autrices présente la brochure et ses limites, « ce document a pour but de mettre à disposition une information synthétique, que nous pensons pouvoir être utile au mouvement indépendantiste dans sa lutte et dans la construction d’un futur état réellement souverain. Nous nous inscrivons dans une démarche militante et politique, pas dans le domaine de l’expertise technique ou administrative. Nous ne proposons pas ici de solutions ou d’orientations toutes faites, car nous pensons au contraire que seuls les acteurs locaux ont la légitimité, l’expérience et la connaissance du terrain pour construire leur avenir »… Lire la suite

Le code noir, Colbert, la négrophobie d’Etat : le temps des réparations

Monsieur le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux,

Le mardi 23 juin 2020, la statue de Colbert trônant à l’entrée de l’Assemblée nationale a été maculée de peinture rouge, couleur du sang versé par les victimes de l’esclavage négrier perpétré par la France pendant plusieurs siècles dans ses colonies et en Amérique, et taguée de l’inscription « NÉGROPHOBIE D’ÉTAT ».

L’auteur de cette action symbolique, Franco Lollia, porte-parole de la Brigade Anti Négrophobie et Guy Florentin avocat, expliquent :

Les Nostalgiques du régime esclavagiste du Sud des États-Unis défendent les statues des généraux confédérés « séparatistes » qui ont combattu l’Union pour maintenir l’esclavage des Noirs.

L’État français et les nostalgiques du temps béni des colonies défendent la statue de Colbert « séparatiste en chef », créateur du Code Noir promulgué en 1685 qui a évacué l’homme noir du genre humain : « déclarons les esclaves être meubles » (article 44). Lire la suite

Introduction au Guide du Soissons colonial

Avec l’aimable autorisation de l’auteur

A la mémoire des tirailleurs marocains, sacrifiés dans la bataille de Crouy (1915), pour permettre le repli de l’armée française sur l’autre rive de l’Aisne, après une offensive désastreuse ;

A la mémoire des tirailleurs sénégalais sacrifiés inutilement dans la bataille du Chemin des Dames (1917), enterrés, pour la plupart, dans des fosses communes des cimetières militaires du Soissonnais ;

A la mémoire des Indochinois oubliés, qui ont déminé la ville des Soissons en 1919 et dont les tombes portent la mention étrange « mort pour la France ».

Introduction

Quel lien entre Soissons et les colonies ? La colonisation n’est-elle pas très lointain, dans cette ville qui ne s’est pas enrichie, ou si peu, dans l’aventure coloniale ? Lire la suite