Archives de Catégorie: France

La Ve République et la possibilité du génocide

Que les institutions d’un régime aussi établi que la Ve République puissent accompagner la marche vers un génocide, qui l’eut cru possible ? C’est pourtant ce qui ressort des derniers rapports sur le Rwanda. Les leçons pour aujourd’hui sont majeures.

Ces rapports sont, d’abord celui de la « Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994) » présidée par Vincent Duclert et remis au Président de la République le 26 mars dernier*. Le second est celui d’un cabinet d’avocats de Washington (Muse), remis au gouvernement rwandais ce 19 avril. Il résume le diagnostic et les conclusions de tous ces travaux : « L’Etat français porte une lourde responsabilité pour avoir rendu possible un génocide prévisible. Pendant de nombreuses années, il a soutenu le régime corrompu et meurtrier du président rwandais Juvénal Habyarimana ». Lire la suite

Je ne cautionnerai jamais la violence ! (plus Réflexions du SO de Solidaires)

Nous voici 3 jours après le 1er mai. De cette date qui prenait le chemin d’un grand rendez vous de la résistance du peuple ne reste déjà dans les mémoires que les marques de violences. Macron du haut de sa pyramide peut garder son sourire méprisant.

Nous voici 3 jours après. Les esprits se calment et prennent la mesure du piège que représente la construction en camps ennemis entre gilets jaunes et syndicats, entre Cgt et gilets jaunes, entre peuple et peuple. Ensemble nous avons une très grande responsabilité pour l’avenir : pour échapper à l’aventure militaire qui avance avec le sourire de la force guerrière le peuple doit montrer sa dignité.

Et la violence ne fait pas partie de la dignité. Et la violence ne figure pas dans les aspirations du peuple. La violence est une arme des dominants méprisants et une parole de blessés de la société, ceux là qu’on nommait il y a un siècle « lumpenprolétariat ». Je regarde les images des événements, d’où qu’elles viennent, quelques soient les points de vu des témoins et journalistes, et je vois une violence immense, sauvage, périlleuse pour la société dans cette horde qui se jette sur les camions et les militants de la Cgt. Une violence qui n’a rien à voir avec une altercation. Une violence démesurée. Lire la suite

Chronique d’occupation de l’Odéon. Lulu Van Trapp

Dimanche, 2 mai 3021. Les groupes musicaux étant toujours interdits par la préfecture sur l’esplanade de l’Odéon, les occupants les accueillent derrière les barreaux du rez-de-chaussée, dans l’enceinte inviolable du théâtre. Aujourd’hui, le groupe Lulu Van Trapp, électrisé par Rebecca Baby, Maxime Sam Rezài, Manu et Nico. Ils se balancent. Ils se tortillent. Ils se dandinent. Ils se déhanchent. Ils s’enroulent dans les fils. Ils s’accrochent aux grilles. Violence et tendresse. Fulminance et volupté. Vibrations propagées. Emotions partagées. Au-delà des styles. Rythmes pop, soul, blues, rock, punk s’entremêlent. Les notes s’enragent. Les sentiments s’embrasent. Romantisme en bastringue. Plume de paon et marteau. Complexité à fleur de peau. L’agora, endormie par les inepties mélodramatique d’une philosophe médiatique, se réanime. La place se remplit en quelques minutes. Le bouche à oreille emprunte les raccourcis iphoniques. Les corps bougent, dansent, se carambolent joyeusement. Les canettes de bière circulent en contrebande. La fête nargue la répression. Dans le monde en ruine, échapper aux contraintes mortifères, oublier les gestes barrières, les distanciations physiques, arracher les bâillons, casser les coques robotiques, déborder les limites, retrouver des figures humaines, sentir ses zygomatiques, s’éveiller plus pour agir plus. La pop décomplexée, déshowbizée, désabusée, se déstarise, se désacralise. Ressortent des placards naphtalisés les chemises caribéennes, les pattes d’éléphants, les bottes de cowboy en cuir de serpent. Esthétique brocantique. Récurrences psychédéliques. Déguisements. Simulations. Travestissements carnavalesques. Arrangements burlesques. Gestuelles clownesques. Subtilités dantesques. Envoûtements. Le groupe s’autogère, se régénère. Illustration d’Apollo Thomas. Graphisme japonais. Veillée à ciel ouvert sous croissant de lune. Les quatre acolytes en combinaisons superwoman et superman. Rebecca tient une rose rouge à la main. Nico jette un pneu dans le feu de camp. Max, muni d’un calumet de la paix ou d’un sebsi de kif, médite, un nuage d’hallucinations jouissives au dessus de la tête. Manu filme la scène. Autre aquarelle. Le quartette au bord d’un précipice. Rebecca indique une abscisse à l’horizon, un azimut énigmatique, un éden onirique. Lulu Van Trapp, hydre à quatre têtes, ombre totémique, avatar manouche, en mutation permanente, métamorphose de La Mouche, né dans le squat Wonder à Saint-Ouen. Tournées en caravane. Scènes et buvettes bricolées avec des matériaux de fortunes. Rencontres de hasard. Hybridations. Métissages. L’autodérision casse le mur de verre. Transversalité. La voix déchaînée brise les vitres. Le tintamarre fissure la pyramide. Le geste artistique est révolutionnaire, par nature. Paroles en anglais. Paroles en français. A chaque langue son paysage. L’anglais se cymbalise. Le français se cérébralise. Nous ne sommes plus dans les contrefaçons des années soixante, dans la vogue abrutissante de Salut les Copains, quand les chanteurs français portaient des pseudonymes américains en guise d’authentification. Le rêve américain ? Des montagnes de bouteilles de Coca Cola dans les supermarchés, des fast-foods McDonald’s à chaque coin de rue. La philosophe médiatique assène ses inepties mélodramatiques. C’est peut-être dans la musique que renaît l’esprit critique. Lire la suite

1er mai : des violences inacceptables

Lire la suite

Dans l’action le 23 avril et le 1er mai (plus autres appels)


Lire la suite

Chronique d’occupation de l’Odéon. Les déesses de la Fesse

Agora de l’Odéon. Samedi, 10 avril 2021. Les déesses de la Fesse. Elles sont quatre, Camille Chanmé, Adriana Breviglieri, Manon David, Fleure de Vanssay. Samuel Spinache accompagne au clavier. Leur programme, éteindre les bûchers, rendre leurs droits aux sorcières. Cabaret sur pavés. Couleur montmartroise. Paillardise et critique grivoise. Gaudriole et débauche villageoise. Contestation sous strass et paillettes. La vérité se dénude. Trenchcoats de milice. Masques à gaz. Masques trompes d’éléphants. Masques Tortues Ninja. La musique s’interdit. La poésie se maudit. L’artiste s’exécute. La culture se persécute. Exorcisme par la danse. Libération par la transe. Fin du spectacle. Les filles distribuent des dollars factices. Compagnie Les Cœurs de l’Armée Rose. Kingdom of Freebum. In Ass we trust. Paiement légal pour toutes les dettes d’amour, publiques et privées. Lire la suite

Le rapport Duclert : pour quoi faire ? (deux textes)

Le 26 mars dernier, Emmanuel Macron a reçu le rapport de la « Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994) », présidée par Vincent Duclert et nommée en avril 2019. Basé sur l’analyse de milliers de documents d’archives largement inédits, dont une grande partie désormais accessible à la recherche, le rapport traite des responsabilités françaises dans ce génocide.

Ce rapport a une qualité majeure, celle d’entériner ce que de nombreuses voix disent depuis longtemps. Parmi ces voix, celle de Survie dont le président dénonçait le soutien français aux extrémistes hutus, en direct au journal de 20 heures, dès janvier 1993, quand le génocide était encore évitable. Les conclusions de ce travail sont implacables quant aux « responsabilités lourdes et accablantes » et à la « faillite de la France ». Ainsi reconnues, elles permettront d’informer un peu plus les citoyens français après tant d’années de déni, et marginaliseront les thèses négationnistes encore relayées par certains responsables de l’époque. Lire la suite

La circulaire Philippe doit être abrogée : « Une loi interdisant l’écriture inclusive conduirait à remplacer des millions de documents officiels »

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

L’« écriture inclusive » a surgi dans le débat public à l’automne 2017, après la découverte de quelques points médians dans un manuel scolaire par des activistes qui avaient obtenu le retrait des ABCD de l’égalité. Jusqu’alors, on parlait plutôt de langage non sexiste, ou non discriminant, ou épicène, ou égalitaire – le point médian n’étant qu’un des moyens, à l’écrit, d’abréger les doublets (« lycéens et lycéennes » devient « lycéen·nes »). Autrement dit, un détail.

Pendant une quarantaine d’années, c’est un autre volet de ce langage qui avait fait débat : la « féminisation des noms de métiers et de fonctions ». Terminologie erronée et trompeuse, puisque le français possède tous les noms voulus pour parler des activités des femmes et qu’il faut juste les retrouver, après des siècles d’ostracisme : autrice, chirurgienne, défenseuse (des droits), écrivaine, lieutenante, maîtresse (des requêtes), pharmacienne, professeuse, rapporteuse (de lois)… Bataille presque gagnée, de nos jours, après la reddition de l’Académie dans son rapport du 28 février 2019. Lire la suite

ELEN appelle les députés français à soutenir le projet de loi Molac

Cher/ Chère Député,

Le Réseau européen pour l’égalité des langues, l’ONG internationale pour la protection et la promotion des langues européennes moins répandues, appelle tous les députés de l’Assemblée nationale française à soutenir le projet de loi de Paul Molac pour les langues régionales qui sera voté le 8 avril.

Il est vital pour l’avenir des langues dites « régionales » qu’il y ait des progrès en France, un État membre de l’UE qui doit de toute urgence rattraper et mettre en œuvre le type de normes de protection et de développement des langues régionales qui sont devenues la norme à travers l’Europe, et que nous nous attendons à voir dans un État qui proclame fréquemment son soutien aux droits de l’homme et à la diversité linguistique dans diverses institutions internationales. L’absence actuelle de législation linguistique régionale en France a pour effet de saper la revitalisation linguistique urgente pour des langues qui sont presque toutes définies comme menacées par l’UNESCO. Cela doit changer. Lire la suite

Commission Duclert sur le rôle de la France au Rwanda : l’Elysée privilégie « l’aveuglement » pour masquer la complicité française

La « commission Duclert » vient de remettre à Emmanuel Macron le fruit de 2 ans de travail sur le rôle de la France au Rwanda, avant et pendant le génocide des Tutsis : un rapport de 1200 pages, dont l’Elysée a savamment fait la promotion auprès des journalistes en annonçant qu’il concluait à une « responsabilité accablante », basée sur une « faillite de l’analyse » et un « aveuglement » des décideurs français. Selon les éléments communiqués par l’exécutif français, la commission Duclert rejette l’accusation de « complicité de génocide », au prétexte que l’intention génocidaire n’était pas partagée par Paris.

Pour l’association Survie, qui dénonce depuis 1994 le soutien de la France aux génocidaires rwandais, ces premiers éléments rappellent les conclusions édulcorées de la mission d’information parlementaire de 1998, ou encore les propos du Président Sarkozy en 2010 qui faisaient état de « graves erreurs d’appréciation » au sujet du Rwanda. Lire la suite

Escapade au musée Rodin

Paris. Dimanche 7 mars 2021. Couvre-feu à dix-huit heures. Quartier latin, Saint-Germain-des-Prés, bords de Seine dépeuplés. Restaurants verrouillés, cafés fermés, rideaux baissés, tagués de slogans ravageurs. Chaises empilées dans les brasseries de la Place Saint-André-des-Arts. Commerces de livres ruinées. Les quatre librairies Gibert Jeune, Place Saint-Michel, fondées en 1888, tirent leurs rideaux, définitivement. Je photographie la vieille enseigne avant son démantèlement. S’étouffe Cathédrale Notre-Dame dans son corset d’acier. Des sirènes hurlantes déchirent le silence, de temps en temps. Interdictions partout, interdictions dans toutes les têtes. Lire la suite

La singularité est constitutive de l’humanité

« je ramasse dans les poubelles et je vends ce que les Parisiens ont jeté ». Dans son introduction « À la recherche des résistances populaires », introduction-a-la-recherche-des-resistances-populaires-du-livre-de-melanie-duclos-les-braconniers-des-poubelles/ publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Mélanie Duclos présente les « biffins », la récupération et la vente, les laissé es pour compte de la crise ou du durcissement des politiques migratoires, les portes de Paris et les marchés aux puces, les travailleurs et les travailleuses non reconnu·es comme tel·les, les actions policières, les résistances populaires, « Ce livre est une ethnographie. De graphie, l’écriture, et d’ethno, l’ethnie, le peuple, par extension le groupe humain »… Lire la suite

Boycott des produits israéliens : lettre ouverte à Éric Dupond-Moretti

Monsieur le Ministre de la Justice, 

Vous avez récemment diffusé une circulaire (« dépêche ») à l’attention de tous les procureurs et des présidents de tribunaux, dans laquelle il leur est demandé de condamner les appels au boycott des produits israéliens qui correspondraient à une « provocation à la discrimination à l’égard d’une nation », et cela en dépit de l’arrêt du 11 juin 2020 de la Cour Européenne des Droits de l’homme (CEDH). Lire la suite

Les crimes racistes sont des violences relatives aux rapports de domination produits par l’ordre social

« Sur les parois de mon cervelet subsiste le tracé d’une langue que je ne sais ni lire ni écrire. Je succombe régulièrement à la douleur que provoque en moi cette seule phrase. Je succombe à cette étrange indigence qui vous conduit à ne rien savoir de vos propres défunts. Je succombe à la présence d’une violence et d’un amour que je n’ai pas connus, mais dont le souvenir me hante. »

Dans son introduction, introduction-au-livre-de-rachida-brahim-la-race-tue-deux-fois/ publiée avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Rachida Brahim discute, entre autres, de source du racisme, d’anéantissement de l’historicité, de réminiscence « d’une violence primordiale que nous n’avons pas directement vécue », de déchiffrement du passé, d’« une violence épistémique qui participe à ce long désastre », de colonialité de pouvoir, de régime d’inégalités protéiformes, de douleur indicible, de honte et d’insanité… Lire la suite

La France doit assurer la mise en œuvre de la loi sur le devoir de vigilance pour protéger les défenseur.se.s des droits humains

Déclaration publique issue du webinar du 27 janvier 2021 « La difficile mise en œuvre de la loi française sur le devoir de vigilance : Un focus sur les risques pour les défenseurs des droits humains »

27 janvier 2021 – L’intensification de la violence contre les défenseur.se.s des droits humains (DDH [1]) à travers le monde est alarmante. Alors qu’ils/elles défendent les droits de leurs communautés, leurs terres, leur territoire ou leur environnement face à des méga-projets développés par des entreprises, les DDH et leurs proches sont souvent intimidé.e.s, stigmatisé.e.s, persécuté.e.s, harcelé.e.s, criminalisé.e.s, attaqué.e.s et même tué.e.s. Le rétrécissement des espaces de participation de la société civile qui découle de ce contexte entrave in fine la possibilité pour les DDH de protéger leurs droits et ceux de leurs communautés. Lire la suite

Les assistés de la France d’en haut

La France est un pays d’assistés, c’est une bonne chose. Les plus riches profitent largement de notre modèle social ainsi que de soutiens privés. La leçon d’assistanat qu’ils donnent aux plus modestes est moralement inacceptable et politiquement dangereuse. Un point de vue de Noam Leandri et Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités. Lire la suite

Introduction « À la recherche des résistances populaires » du livre de Mélanie Duclos : Les braconniers des poubelles

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

« Je m’appelle Hakim1. Je suis SDF. Je suis un biffin2, comme on dit, “les biffins” : je ramasse dans les poubelles et je vends ce que les Parisiens ont jeté, pour subvenir à mes besoins parce que le RMI [revenu minimum d’insertion], ça me suffit pas… »

Dans le champ de vision de la caméra, le profil d’un homme, du sommet de la tête à la moitié du buste. Des cheveux noirs sur une barbe noire, le nez est droit, la peau brune, quelques rides marquent le visage. Le corps est couvert d’un vêtement chaud, on est en novembre, le mercredi 26 novembre 2008. À la mairie du 18arrondissement de Paris, dont on devine en arrière-plan les vitraux et les colonnades, c’est le jour du compte-rendu de mandat du maire de la capitale, Bertrand Delanoë. Hakim continue : « J’habite le long du périph’ dans un campement… On nous a promis un relogement et… on voit rien venir… » Lire la suite

Ne jouons pas avec la République 

Nous sommes profondément attachés aux grands principes qui fondent notre République – la liberté, l’égalité, la fraternité – avec les droits et les libertés qui en découlent, traduits dans nos textes constitutionnels, nos normes juridiques et nos engagements internationaux. La laïcité, telle que la loi de 1905 l’organise, est un des cadres qui permet de mettre en œuvre ces principes. En ce sens, elle fait partie de notre patrimoine commun. Lire la suite

Constitution du Collectif national « Pour un véritable service public de l’énergie ! »

Convergence Services Publics – Droit à l’énergie SOS FUTUR – INDECOSA-CGT – Fédération Nationale Mines Energie (FNME) CGT – Fédération des syndicats SUD Energie – Union des familles laïques (UFAL) – ATTAC – CAP A GAUCHE 19 – Parti communiste français (PCF) – Ensemble ! – Réseau Education Populaire – SUD PTT – Ma Zone Contrôlée – Résistance Sociale – Générations – Gauche démocratique & sociale (GDS) – République & Socialisme – Emancipation collective – CV70-Comité de Vigilance pour le Maintien des Services publics de proximité en Haute-Saône – SNUP Habitat – Comité National CGT des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires – Collectif de Défense et Développement des Services Publics en Combrailles – Convergence Nationale Rail – La France insoumise – PEPS (Pour une écologie populaire et sociale) – Coordination des Gilets Jaunes de l’Isère – Stop précarité – Les Économistes Atterrés – Union des syndicats CGT du groupe Caisse des dépôts – Syndicat CGT de l’établissement public Caisse des dépôts et consignations – Confédération Nationale du Logement (CNL) – Syndicat CGT Banque de France – Collectif Ne nous laissons pas tondre – Les Gilets Jaunes du 05 – CGT Fonction Publique – Syndicat National des Certifiés et Agrégés (SNAC) e.i.L Convergence – Fédération des syndicats e.i.L Convergence – Fondation Copernic – DAL (Droit au Logement) – Collectif « Faisons barrage » – Collectif « Changer de cap » – Fédération CGT Banques et Assurances (FSPBA-CGT) – AITEC – FSU – MNLE Réseau Homme & Nature – Union syndicale Solidaires – Parti socialiste – Gauche républicaine et socialiste (GRS) – Mouvement Républicain et Citoyen (MRC) – Energie 2060 –  CGT Enseignement Privé de Paris – RPS FIERS – Syndicat CGT Cheminots du QNEMP (Quart Nord Est Midi-Pyrénées) – Confédération Générale du Travail de la Réunion (CGTR) – Parti Radical de Gauche (PRG) – Association des familles victimes du saturnisme (AFVS) – Génération Ecologie – ENSEMBLE & SOLIDAIRES-UNRPA – GLOBAL LABOUR INSTITUTE PARIS (GLI PARIS) – REACT

Les organisations signataires de ce communiqué s’opposent au projet destructeur « Hercule » de scission du groupe EDF en 3 entités. Lire la suite

Loi séparatisme : une atteinte inacceptable contre les libertés associatives et le socle républicain.

Après la loi sécurité globale, le projet de loi confortant le respect des principes de la République, dite « loi séparatisme », constitue une atteinte sans précédent aux socles de notre république et menace nos libertés les plus fondamentales.

Contrairement à ce qui est avancé par ses promoteurs, ce nouveau texte liberticide ne concerne pas seulement les associations cultuelles et celles qui perçoivent des fonds publics, mais constitue une menace très grave pour l’ensemble des associations françaises. Nous, associations, collectifs et chercheur.es et avocat.es, organisés en coalition pour défendre et promouvoir les libertés associatives, tenons à alerter nos pairs, l’opinion publique et les parlementaires. Lire la suite