Archives de Catégorie: France

Les 25 et 26 septembre : partout pour le climat et l’emploi

Les 25 et 26 septembre ont lieu les marches internationales pour le climat. Parce que la fin du monde et la fin du mois sont un même combat, parce que face aux destructions d’emplois et à l’urgence écologique nous refusons d’opposer justice sociale et environnementale, les organisations membres du collectif « Plus jamais ça » appellent à participer et à multiplier les différentes initiatives de mobilisations locales décidées autour des 25 et 26 septembre. Lire la suite

Le nouveau schéma du maintien de l’ordre porte atteinte à la liberté d’informer

Dans son nouveau « Schéma national du maintien de l’ordre », destiné à l’usage des policiers et gendarmes et rendu public le 17 septembre, le ministère de l’Intérieur reconnaît la nécessité d’une « meilleure prise en compte de la présence des journalistes au sein des opérations de maintien de l’ordre, fondée notamment sur une meilleure connaissance mutuelle ». Une avancée ? Malheureusement, au-delà de l’intention affichée, et dans un contexte déjà très dégradé pour les journalistes lors de leur couverture des manifestations, ce texte porte atteinte à la liberté d’informer. Lire la suite

L’IVG, en France le compte n’y est pas

Nous le dirons dans la rue le 26 septembre.

A Paris : Rassemblement à 15 heures à République.

5000 femmes partent à l’étranger chaque année pour avorter parce qu’elles ont dépassé les délais légaux. En effet, en France, une femme a seulement 12 semaines pour avorter.

Faire respecter notre droit à l’IVG est rendu chaque année plus difficile du fait de la fermeture de nombreux centres d’IVG·(CIVG) : les restructurations hospitalières et la fermeture des maternités de proximité ont un impact direct sur l’accès à l’IVG. Lire la suite

Introduction au Guide du Soissons colonial

Avec l’aimable autorisation de l’auteur

A la mémoire des tirailleurs marocains, sacrifiés dans la bataille de Crouy (1915), pour permettre le repli de l’armée française sur l’autre rive de l’Aisne, après une offensive désastreuse ;

A la mémoire des tirailleurs sénégalais sacrifiés inutilement dans la bataille du Chemin des Dames (1917), enterrés, pour la plupart, dans des fosses communes des cimetières militaires du Soissonnais ;

A la mémoire des Indochinois oubliés, qui ont déminé la ville des Soissons en 1919 et dont les tombes portent la mention étrange « mort pour la France ».

Introduction

Quel lien entre Soissons et les colonies ? La colonisation n’est-elle pas très lointain, dans cette ville qui ne s’est pas enrichie, ou si peu, dans l’aventure coloniale ? Lire la suite

16 organisations demandent à la France l’interdiction de tout OGM issu du forçage génétique

 

Lire la suite

Lettre publique à Monsieur le Maire de Colombes

Monsieur,

Je veux par la présente vous dire merci, et vous témoigner de mon soutien pour vos propos commémoratifs de la rafle du Vel d’Hiv.

Mon premier merci est au titre de Français Juif profondément marqué par ce que fut la shoah. Le souvenir de cette période terrible m’a été transmis par les témoignages familiaux. Tant de souffrances doit trouver le chemin des mots pour porter de l’apaisement, tout autant que pour transmettre un savoir qui fasse résistance à cette « bête immonde » qui toujours peut « renaitre de ses cendres ». En tirant un lien entre hier et aujourd’hui c’est ce que vous avez fait avec dignité. C’est bien pour cela que tant de reproches vous tombent dessus. Ceux qui vous font grief détournent de la leçon de l’histoire et préparent à une brutale répétition.  Lire la suite

Une opération policière et la mort d’un homme…

« En pleine nuit. Des coups. De matraque, à la volée. De pied. Un taser qui crépite. Des grenades qui explosent. La terreur. Une grenade atterrit dans une gerbe d’étincelles sur les épaules d’un homme trébuchant. Des ogives en plastique dur de lanceurs de balles de défense fusent dans l’obscurité. Un chien berger malinois aboie et se cabre comme un ressort sous l’impulsion du policier le tenant en laisse. C’est la Fête de la musique du Président-Wilson » Lire la suite

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Intérieur demandant la résiliation immédiate de la Convention de partenariat signée entre le ministère de l’Intérieur, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles et les Jeunes agriculteurs et sollicitant la dissolution de la cellule de renseignement « Demeter »

Monsieur Gerald Darmanin

Ministre de l’Intérieur

Place Beauvau

75800 Paris Cedex 08

Paris, le 17 juillet 2020

Monsieur le Ministre,

A l’occasion du remaniement ministériel, le President de la République a annoncé de nouveau vouloir tenir compte des enjeux environnementaux, tandis que le nouveau Premier ministre affirmait que « l’écologie n’est pas une option, elle est entrée dans toutes les têtes » (1). Alors que vous prenez vos fonctions, nous souhaitons attirer sans tarder votre attention sur un sujet qui inquiète grandement la société civile : la cellule de renseignement dite « Demeter ». Instaurée par votre prédécesseur, elle constitue une injustice et une menace pour tous les défenseurs de l’environnement, et nous vous demandons de bien vouloir la dissoudre dans les meilleurs délais. Lire la suite

« Les nominations de Darmanin et Dupond-Moretti discréditent les ambitions françaises de promotion des droits des femmes »

Nous, militantes, intellectuelles, femmes politiques féministes, issues de plus de trente-cinq pays du monde, avons appris avec sidération, le 6 juillet, les nominations au poste de ministre de l’intérieur de la France de M. Gérald Darmanin et à celui de ministre de la justice de M. Eric Dupond-Moretti. Ce remaniement du gouvernement français représente un virage politique antiféministe, dont la portée dépasse largement les frontières de la France. Il vient renforcer le backlash [« retour de bâton »] contre les femmes, dont nous sommes victimes sur tous les continents, en violation de nos droits fondamentaux. Lire la suite

Après la crise sanitaire, le nécessaire contre-pouvoir des associations 

Merci à Antonio pour avoir signalé ce texte

Tribune. Début avril, l’association Utopia56 a rendu publique une liste de 37 amendes dressées contre ses bénévoles entre le 19 mars et le 8 avril, alors qu’ils distribuaient du matériel et de la nourriture à des exilés à Calais. Le document est accompagné d’une vidéo dans laquelle un policier exprime clairement son intention d’« user » les militants en multipliant les contrôles et les amendes. Le 1er mai, les Brigades de solidarité populaire de Montreuil organisaient une distribution gratuite de fruits et légumes, leur action de solidarité sera interrompue par une trentaine de policiers, avec cette justification inédite : « action revendicative »,interdite durant le confinement, les participants sont verbalisés. Lire la suite

« Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté… »

Quatre-vingts ans à peine nous séparent de ces mots – qui résonnent aujourd’hui d’une sinistre manière. Après l’escape game (« jeu d’évasion ») « Portbou 1940 afin de sauver Walter Benjamin » – un jeu de rôle obscène qui invitait les participants à revivre ses derniers jours –, voici venu le sombre temps, beaucoup plus grave, d’un tout autre ordre, le temps d’une nouvelle instrumentalisation du destin du philosophe allemand qui s’est donné la mort pour échapper au nazisme. Une trahison d’une tout autre portée. Lire la suite

Justice et vérité sur le racisme et les violences policières

Vous aussi soutenez cet appel en signant la pétition en ligne :

https://www.ldh-france.org/verite-et-justice/

Tribune. Le monde entier défile, avec ou sans autorisation, pour condamner l’assassinat de George Floyd, honorer sa mémoire, et déclarer qu’enfin les personnes noires, victimes à différents degrés de racisme systémique et institutionnel, doivent pouvoir « respirer », c’est-à-dire vivre comme tout être humain, libre et égal aux autres, en a le droit imprescriptible. Lire la suite

Rues, monuments et crimes coloniaux à Marseille

Dans le monde, dans chaque ville marquée par des symboles du racisme et du colonialisme on déboulonne les statues et on débaptise les rues. Marseille est une ville coloniale qui regorge de tels symboles. Ville coloniale déchue, dirigée depuis longtemps par une bourgeoisie mercantile, affairiste, mafieuse, imprévoyante et irresponsable. Elle en porte toujours les stigmates : monuments, noms de rue, parcs, façades d’immeubles, de compagnies maritimes, de banques coloniales… qui témoignent des « splendeurs » passées de l’empire colonial mais aussi plus directement des crimes coloniaux. Lire la suite

Lettre aux maires de France du Collectif des Rosas, signée par Afro-Fem, Le Réseau des Femmes Afrodescendantes et le Conseil Représentatif des Associations Noires

« Tous les hommes ont mêmes droits… mais du commun lot, il en est qui ont plus de devoirs que d’autres. Là est l’inégalité. » – Aimé Césaire, La Tragédie du Roi Christophe, 1964

Pour les afrodescendant.e.s que nous sommes, ce qui fut écrit hier résonne encore aujourd’hui. L’injustice, qu’elle soit frontale ou sournoise, assumée ou à demi-mot, perce tous les âges, toutes les terres, toutes les sociétés, même celles qui prônent liberté, égalité, fraternité. Pierre angulaire d’un système, elle sévit dans nos institutions, détruit notre nation, la mine d’inégalités. Que ce soit dans l’éducation, en milieu professionnel, judiciaire, politique, médiatique, culturel, scientifique, médical, il est pour beaucoup en France impossible de mener une vie digne dans nos villes, sans que la plaie du racisme ne soit ré-ouverte incessamment.  Lire la suite

« Universalisme » républicain, police et racisme : un déni national

Avec l’aimable autorisation de l’auteur

Comme son homologue américain, la police française tue par asphyxie les jeunes racisés des classes populaires. Les policiers surarmés qui commettent de tels crimes représentent un danger pour la société dans son ensemble. Les fondements de la démocratie vacillent au risque de s’écrouler quand un système politique permet aux dépositaires de la « violence légitime » de se faire justice, de tabasser, de violenter selon leur bon vouloir. Lire la suite

Introduction du Guide du Bordeaux colonial et de la métropole bordelaise

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Le livre que vous avez entre les mains est d’un genre particulier. Il n’est pas le plus complet pour aider à la visite des lieux les plus magnifiques de cette ville construits grâce aux fortunes réalisées dans le commerce- colonial. Il ne vous propose pas un parcours (probablement à imaginer) de tous les restaurants où des spécialités gastronomiques en provenance de l’Empire- sont servies. Cet ouvrage n’est pas non plus un ouvrage théorique sur le colonialisme, ni dans sa période de construction esclavagiste, ni dans la période de la république impériale, ni dans la période dite improprement postcoloniale.

Ce Guide prend la question de l’histoire de Bordeaux par le petit bout de la lorgnette, en la braquant sur les noms des rues et autres voies qui ont été retenus pour honorer ceux qui ont contribué à la construction de la France coloniale. Lire la suite

Lettre ouverte. Déconfinement de la Guyane

Objet : Déconfinement de la Guyane

Monsieur le Président de la République,

Les organisations signataires, souhaitent vous interpeller concernant le déconfinement ordonné en Guyane.

Comme l’ensemble de la population guyanaise, nous avons découvert stupéfaits votre volonté de lever le confinement en Guyane à compter du 11 mai. Les nombreuses interrogations que soulèvent cette annonce n’ont pas trouvé de réponses concrètes de la part des autorités que représentent le Préfet de Région, le Recteur d’académie et la Directrice de l’ARS. Pire, les diverses réunions et interventions médiatiques de ces représentants laissent apparaître une absence de cap et de réalisme dans la gestion de la crise. Devant cet état de fait, nous n’avions pas d’autre choix que de vous interpeler directement. Lire la suite

Défendons la liberté d’informer sur le secteur agro-alimentaire

La crise sanitaire actuelle nous le montre : la vigilance pour la sauvegarde des libertés fondamentales est un combat à reprendre sans trêve. Pour certains, cet attachement semble un luxe dont on pourrait se passer quand la situation est dictée par l’urgence. Cette idée reçue constitue une erreur dangereuse. C’est pourquoi, même si tout semble nous inviter à regarder ailleurs et à s’accommoder de régressions démocratiques prétendument inévitables, il nous importe de porter à la connaissance publique une affaire qui attire notre plus grande attention. 

Nous sommes des militants associatifs, agriculteurs, scientifiques, auteurs, avocats, journalistes, syndicalistes, élus, citoyennes et citoyens. Nous estimons qu’il est de notre devoir, moral et civique, de faire connaître la situation inacceptable rencontrée par la journaliste Inès Léraud. Nous appelons à la soutenir alors que des intimidations et procès visent à faire taire son activité. Plus généralement, nous entendons défendre la liberté d’informer face aux intérêts privés qui aimeraient la restreindre. Lire la suite

Le 11 mai: une chaîne humaine contre les violences policières

Suite à l’appel « La colère des quartiers populaires est légitime » nous appelons à

Une chaîne humaine contre les violences policières

dans les quartiers populaires

Le 11 mai à 18H30

En respectant les gestes sanitaires,
au départ du pont de 
l’Île Saint-Denis.
RDV Station de tramway : L’Île-Saint-Denis
Lire la suite

En prison, les liens avec l’extérieur (encore plus) malmenés par le confinement

« Les visites vont pouvoir reprendre dans les Ehpad, savez-vous ce qu’il en est pour les parloirs ? » « Est-ce qu’après les annonces de Macron, les parloirs vont être à nouveau autorisés ? La tension monte de plus en plus chez les détenus, ils n’en peuvent plus de n’avoir plus d’activités et de parloirs à cause du Covid. » [1] Depuis un mois, c’était la question revenant quotidiennement dans les emails et les appels reçus à l’OIP. Le 30 avril, la direction de l’administration pénitentiaire a esquissé un début de réponse en annonçant la reprise « progressive » des visites à partir du 11 mai. Au départ réservée aux personnes détenues touchées par le Covid-19 ou présentant des symptômes suspects, la suspension des parloirs, salons familiaux et unités de vie familiale (UVF) avait en effet été généralisée le 18 mars. En écho à l’annonce du président de la République, la ministre de la Justice Nicole Belloubet présentait alors la mesure comme nécessaire à la création d’un « cordon sanitaire » autour des prisons : les parloirs seraient momentanément sacrifiés pour limiter les contagions à l’intérieur. Parfois apprise par surprise à la télévision ou en cour de promenade, cette mesure a eu l’effet d’une déflagration, déclenchant dans une quarantaine de prisons des mouvements de protestation immédiatement réprimés par l’administration pénitentiaire. « Il était évident qu’en supprimant les parloirs, des révoltes allaient exploser, souligne un ancien prisonnier au micro de l’émission de radio l’Actualité des luttes. Ça a toujours été comme ça. […] Le téléphone, ce n’est pas un lien social comme les parloirs. » Pour les personnes détenues, les visites, c’est la bouffée d’air qui fait la différence. Un lien essentiel, physique, avec le reste de la société – parfois même le dernier fil qui les relie à l’extérieur. Lire la suite