Archives de Catégorie: Féminisme / Genre/ Rapports sociaux de sexe

Comment l’Enquête nationale sur les femmes disparues et assassinées a trahi les femmes et les filles autochtones

En septembre 2016, le gouvernement fédéral canadien a annoncé, à la suite d’une âpre lutte et d’une très longue attente, le début d’une Enquête Nationale indépendante sur les Femmes et les Filles Autochtones Disparues et Assassinées (ci-après « l’enquête »). Certaines militantes et universitaires espéraient qu’une enquête mettrait en lumière les causes profondes de la violence masculine contre les femmes et les filles autochtones et qu’il en résulterait des mesures significatives pour mettre fin à cette violence. D’autres étaient sceptiques quant à l’espoir que l’enquête conduise à la mise en œuvre de mesures concrètes qui amélioreraient la vie des femmes autochtones. Au début, j’ai appuyé les femmes autochtones qui avaient travaillé depuis si longtemps et si fort et soutenu leur réclamation, même si j’oscillais entre le doute et l’espoir quant aux résultats que pourrait atteindre une enquête nationale. Lire la suite

Santé et domination de genre

La crise du système de santé français et l’actualité de la grève des urgentistes, qui fait se déplacer plus de trois mois après son lancement la ministre de tutelle, m’offre l’occasion de rappeler ce qui ne semble pas d’intérêt pour la grande majorité des médias : ce système est inégal et perpétue en particulier les inégalités femmes/hommes. Il renforce la domination des hommes sur les femmes dans le domaine. Cette domination vaut « en interne » (entre personnels soignants, entre administration et praticien.nes) et « en externe » (entre système de santé et patient.es). Je ne m’attarderai pas ici au premier volet de cette domination et m’arrêterai plus volontiers sur le second. Lire la suite

Il faut sourire pour être belle

Souris !

Alors, on a perdu son sourire ?

Tu serais tellement plus jolie si tu souriais…

Quelle femme n’a jamais fait les frais de cette fameuse injonction à sourire, qu’elle émane d’un.e proche ou d’un.e inconnu.e ?

En tant qu’individus de sexe féminin, notre fonction première est esthétique. Nous devons être décoratives, avenantes, d’un abord agréable. Nous devons occuper l’espace avec grâce et harmonie, à la manière d’un philodendron astucieusement placé dans un coin de la salle à manger.

Au départ, personne n’attend de nous que nous fassions de grandes choses ; que nous nous réalisions par le travail, la passion, l’aventure ; que nous nous consacrions d’abord à nous-mêmes, à nos vies, à nos désirs et à nos ambitions. Personne n’attend de nous des réalisations, des opinions, des œuvres, des réflexions, des colères, des positions tenues fermement. Lire la suite

Pour une justice climatique féministe


Les femmes sont touchées de manière disproportionnée par les effets des changements climatiques tels que les sécheresses, les inondations et autres événements climatiques extrêmes. Elles ont également un rôle crucial à jouer dans la lutte aux changements climatiques, mais elles ont besoin d’être mieux représentées à tous les niveaux de prise de décisions. Le renforcement du pouvoir des femmes sera un facteur important pour faire face au défi climatique.

Christina Figueres, ex-secrétaire exécutive de la CCNUCC

 

L’URGENCE CLIMATIQUE

Les changements climatiques sont déjà une réalité et ils se produisent plus rapidement que prévu. Au niveau actuel de 1°C de réchauffement, nous commençons à voir les conséquences à travers des conditions météorologiques de plus en plus extrêmes et la hausse du niveau de la mer. Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C – température au-delà de laquelle même un demi degré d’augmentation aggravera considérablement les risques de sécheresse, d’inondations, de chaleur extrême et de pauvreté pour des centaines de millions de personnes – les plus grands scientifiques du climat sur la planète ont prévenu que nous n’avons qu’une douzaine d’années pour agir. Ils disent aussi que c’est abordable et réalisable. Au fond, l’élément clé qui fait défaut aujourd’hui, c’est la volonté politique. Sur la base des engagements actuels des États, le monde se dirige vers un réchauffement de 3°C. Une telle situation aurait des conséquences graves, en particulier pour les jeunes générations. Lire la suite

Female Erasure met à la fois en lumière la misogynie contemporaine et l’importance des espaces non mixtes femmes.

À une époque où le battage fait autour du transgenrisme a amené des activistes queer à remettre en question le concept de femme biologique et à le condamner, les féministes doivent être attentives à ce dossier. Et c’est exactement ce que font les femmes qui ont prêté leur plume collaboratrices à Female Erasure, une anthologie récemment publiée sous la direction de Ruth Barrett. Lire la suite

Effets psychologiques et physiques de la norme du glabre

Le blog Liberté, Pilosité, Sororité publie des résultats d’une enquête sur l’épilation et le rasage, sur l’impact de la norme du glabre sur le vie des femmes au quotidien. Lire la suite

Contre la pollution patriarcale : LE FEMINISME DETOX

Interview de Pauline Arrighi par Francine Sporenda

Pauline Arrighi est diplômée de Sciences Po Paris, elle a été porte-parole d’Osez le féminisme et créatrice du blog « Je connais un violeur » en 2013. Elle a publié « Crimes et délits cocasses » (éditions du Cherche-midi) et « Et si le féminisme nous rendait heureuses » (Interéditions).

 

FS : La colère est tabou pour les femmes, alors qu’elle est une affirmation de virilité pour les hommes. Les femmes sont constamment incitées à pardonner, à faire la paix, à arrondir les angles. Des coaches de vie disent (surtout aux femmes) que la colère est mauvaise, qu’elle vous détruit de l’intérieur. Vous dites que la colère des femmes est juste et en fait dynamisante, protectrice et indispensable pour changer le monde. Pouvez-vous commenter ? Lire la suite