Archives de Catégorie: Extrême droite

À Lyon le 23 octobre, manifestons contre les violences de l’extrême droite !

Lyon, considérée comme un « laboratoire de l’extrême droite », depuis maintenant plus de 10 ans, subit de multiples agressions de l’extrême droite (attaques racistes, islamophobes, antisémites, attaques au couteau, attaques de manifestations, attaques de librairies, attaques LGBTIphobes, etc…).

Nous avons constaté ces derniers jours, à Lyon et ailleurs, ces dernières semaines, une accélération de ces violences, allant même jusqu’au projet d’attentats.

La situation lyonnaise, que nous dénonçons depuis plusieurs années, est en train de s’étendre sur l’ensemble du territoire.

L’extrême-droitisation des discours, du champ politique et médiatique a une immense responsabilité, et ce jusqu’au gouvernement. Lire la suite

Éric Zemmour, la haine de soi au service de l’extrême droite (plus autre texte)

La période actuelle est fréquemment comparée aux années 1930 et à la situation qui prévalait dans l’entre deux guerres, période qui a vu fleurir l’extrême droite. Pourtant une différence essentielle oppose ces deux séquences temporelles. En effet les idées d’extrême droite des années 1930 étaient défendues exclusivement par des membres du groupe dominant, les discriminés, non seulement, ne participant en aucune manière à la diffusion d’une idéologie raciste mais étant au contraire les premières victimes de ces campagnes nauséabondes. Un seul exemple illustre bien les différences avec la période actuelle : le sobriquet infâme de Léon Karfunkelstein dont Léon Blum avait été affublé par l’extrême droite et destiné à lui dénier sa qualité de citoyen français en le renvoyant à une extranéité imaginaire.

À l’inverse, ce qui frappe actuellement c’est l’adhésion de certains discriminés à une idéologie d’extrême droite d’inspiration raciste. Certes la vieille droite antisémite continue de sévir avec des personnages comme Renaud Camus, mais au sein de cette mouvance interviennent également des acteurs que l’on ne se serait pas attendus à y trouver. Lire la suite

En finir avec la pandémie, combattre l’extrême droite, le racisme et l’antisémitisme !

60351c1042a25

Depuis bientôt deux ans, la pandémie de la Covid 19 frappe l’ensemble de la population planétaire, imposant mesures de confinements, de restriction des déplacements, mesure de surveillance exceptionnelle de la santé des populations et des individus, de restrictions des libertés pour limiter hospitalisations et surtout les décès. La grippe espagnole de 1915 à 1919, dans le contexte de la première guerre mondiale, a tué entre 50 et 100 millions de personnes. Il n’y avait à cette époque ni vaccin, ni gestes barrières, ni confinements, peu de masques.

La Covid 19 a déjà fait 4,5 millions de victimes officielles mais si l’on tient compte de la mortalité induite et de la sous-estimation volontaire par certains États, l’OMS dit que le bilan réel est déjà entre 8 et 12 millions de victimes. Lire la suite

Passe sanitaire, obligation vaccinale et extreme droite

20210921_note_interne_sites_complotistes_et_d_extreme_droite

 

La crise sanitaire et sa mauvaise gestion par le gouvernement constituent, depuis le printemps 2020, un terreau extrêmement favorable à la propagation des fake news et des théories complotistes. Ces dernières profitent directement à l’extrême-droite en lui permettant d’imposer sa vision du monde.

Des gouvernements d’extrême-droite ont adopté une posture « négationniste », au Brésil, le décès d’un million de personnes dont 64% de personnes noires est clairement voulu par le gouvernement de « nettoyage ethnique ». Lire la suite

La Rose Blanche : de l’extrême-droite à l’agonie populaire

« Aujourd’hui, la pensée conspirationniste ne cesse de constituer l’imaginaire politique, du fait même des conflits et des incertitudes qui le sous-tendent. Certes, la montée en puissance du soupçon de complot démontre l’échec d’un principe téléologique de la communication « transparente » au niveau collectif. »

Usurpation et confusionnisme

Aussitôt après les annonces de Macron sur l’extension du pass sanitaire, la population française sombre dans l’agonie et dans la rage. Le lendemain, plusieurs « flash mobs » et manifs anti-pass sanitaire se matérialisent dans plusieurs villes, et le week-end suivant, des dizaines de milliers de personnes seront dans la rue. Ce dernier week-end du 24 juillet, selon le Nombre Jaune, plus de 300 000 personnes ont bravé les rues de l’Hexagone.  

À Montpellier, une manifestation a réuni plus de 7 000 personnes. Parmi de elles : des Gilets jaunes, des soignant·es, des antivax ou des mouvements de « ré-information   tels que Reinfocovid. Cette mobilisation, traduit l’insatisfaction généralisée face à une mal-gouvernance et au manque de transparence étatique sur la crise du Covid-19.

Alors que la manif se déroule, que les paroles envahissent l’espace public, et que les affiches colorent les rues, plusieurs dizaines de nouveaux autocollants suscitent la curiosité des participant·es. Une large panoplie de stickers portant un QR Code et le nom « La Rose Blanche », sont collés, partagés, ou exhibés : Covid-1984, un mouton, stop masque… Des autocollants qui font rire ou rappellent les plus notables films de science-fiction. Lire la suite

Appel à l’action contre la vague de propagande antisémite, toujours plus présente

Communiqué du Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes (RAAR) du 13 août

Le 19 juillet dernier, le RAAR publiait le communiqué suivant :

« La pandémie du Covid a déjà donné lieu à une déferlante de propagande antisémite et complotiste.

On assiste actuellement à une nouvelle vague de cette propagande. Elle prend la forme de l’assimilation de la vaccination et du pass sanitaire à la Shoah. Des étoiles jaunes sont brandies par des opposants organisés à la vaccination.

On condamne un « pass nazitaire » et on le compare à l’inscription sinistre du portail d’Auschwitz. Des dizaines de milliers de personnes défilent dans ce cadre.

Les partisans de l’extrême-droite sont au premier rang de cette campagne. 

Il s’agit notamment de Florian Philippot, ancien porte-parole de Marine Le Pen, chef auto-proclamé de l’opposition à toute précaution face au Covid.

Mais cette manipulation, qui revient à minimiser et banaliser le génocide des Juifs, frappe bien au delà des rangs de l’extrême-droite. 

Le débat légitime sur le contenu des mesures sanitaires et l’appréciation de la politique gouvernementale est détourné au profit de théories complotistes totalement réactionnaires et porteuses de lourds dangers négationnistes et antisémites.

C’est un mouvement mondial, comme l’ont montré les campagnes du même type aux États-Unis sous l’égide de mouvements complotistes comme QAnon et en Allemagne.

Le Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes (RAAR) condamne avec force cette propagande antisémite.

Il appelle toutes les organisations antiracistes, les syndicats et les partis de gauche à faire front ensemble contre ce danger et à refuser de cautionner les manifestations et rassemblements qui se déroulent sous le signe de la confusion et du complotisme. » Lire la suite

Le local national de Solidaires souillé par l’extrême-droite

logo200.png

L’Union syndicale Solidaires publie un communiqué après les tags racistes et fascistes qui ont souillé les murs de son local national dans la nuit du 12 au 13 août.

L’extrême droite sera toujours notre ennemie

Vraisemblablement dans la nuit du 12 au 13 août, les murs des locaux de l’Union syndicale Solidaires ont été dégradés et recouverts d’inscriptions. Si les slogans inscrits sont peu lisibles, mais visiblement racistes, les croix celtiques, symboles de l’extrême droite radicale, ne laissent pas de doutes sur la provenance de cette dégradation.

Ce n’est, hélas, pas la première fois que des locaux syndicaux ou du mouvement social sont la cible d’attaques de l’extrême droite. Plus grave, celle-ci n’hésite pas à s’en prendre de plus en plus souvent physiquement aux militant-es syndicaux, antiracistes, féministes, antifascistes, montrant ainsi que derrière un discours policé, les vieilles haines et méthodes restent les mêmes. Lire la suite

Pour les libertés et contre l’extrême-droite

Depuis maintenant plusieurs mois nous constatons un climat politique et social alarmant. S’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit. Les propos et actes racistes et sexistes au travail et dans la vie se propagent. Les attaques contre les libertés et les droits sociaux s’accentuent gravement. Dans ce contexte politique, économique, social et sanitaire les injustices explosent et génèrent une forte misère sociale.

Plusieurs lois liberticides organisent une société autoritaire de surveillance et de contrôle qui empêcheraient d’informer sur des violences policières, déjà trop importantes. De plus, si certaines de ces lois stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, d’autres en ciblent en raison de leur activité militante.  Lire la suite

Complotisme & extrême-droite

Derrière le complotisme, l’extrême-droite

A l’origine des complots ou comment l’extrême droite favorise les discours complotistes

Au cours de l’histoire, l’extrême droite a souvent utilisé les thèses complotistes dans sa mécanique d’explication et d’argumentation au sein de son corpus idéologique. L’Abbé Barruel et les causes de la Révolution Française (les philosophes des Lumières, les francs-maçons, les Illuminatis), le Protocole des Sages de Sion, l’affaire Dreyfus (est-ce l’origine du complotisme en France ?), Jean-Marie Le Pen et la « bande des 4 » (PS, PCF, RPR, UDF accusés de monopoliser les débats politiques en France) ou « l’établissement » (comprendre tous les partis politiques affiliés au pouvoir, tous les mêmes)… Lire la suite

Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême droite

Depuis maintenant plusieurs mois nous constatons toutes et tous que le climat politique et social en France, comme partout en Europe et dans le monde est de plus en plus imprégné par l’extrême droite et ses idées.

Face à ce climat de haine, raciste et attentatoire aux libertés individuelles et collectives, nous appelons à une réaction forte, unitaire et rassembleuse, pour réaffirmer notre combat commun contre l’extrême droite, ses idées, et toutes celles et ceux qui participent à sa propagation.

De Bolsonaro à Trump en passant par Orban et Salvini, nous assistons à une offensive raciste et réactionnaire particulièrement inquiétante pour l’avenir de la planète. En France, cette offensive raciste a pour corollaire la multiplication des politiques sécuritaires, liberticides et anti-sociales. Lire la suite

Comprendre et combattre le fascisme et la fascisation

Le 24 octobre 2009 à Paris, au Centre International de Culture Populaire, je donnait une conférence sur le fascisme dans le cadre d’un cycle de formations marxistes. Plus de 10 ans après le média en ligne antifasciste « ACTA » me demandait de l’actualiser pour son site qui le publia le 27 mars 2021 avec l’introduction suivante : 

« Nous avons tenu à retranscrire son contenu, tant il nous paraît d’une actualité brûlante, dans un contexte où le fascisme structure une part de plus en plus importante du champ politique français.

Cette formation nous semble essentielle pour les nouvelles générations antifascistes qui s’engagent dans une séquence où le fascisme va être un sujet et un objet de lutte central (notamment dans la perspective des élections présidentielles à venir). Le fascisme peut prendre différentes formes et pour le démasquer, en comprendre le but, et le combattre de manière efficace, la théorie marxiste fournit des outils indispensables.

Cette version, réactualisée et corrigée par l’auteur lui-même, n’inclut pas les digressions très intéressantes qui ont entrecoupé la conférence, dont vous pouvez retrouver le lien ici»

De nombreuses analyses du fascisme ont été produites depuis les années 1930 et une multitude de définitions de ce régime politique ont été avancées. Il ne s’agit pas ici de les exposer exhaustivement mais de souligner quelques débats clefs essentiels dans le contexte de fascisation actuelle accompagnant l’offensive capitaliste ultralibérale qui caractérise notre planète depuis plusieurs décennies. Il n’y aura en effet pas de pratique antifasciste efficace sans théorie antifasciste clarifiant les causes, enjeux et cibles. Sans théorie antifasciste, il n’y a pas et il ne peut pas avoir de pratiques antifascistes efficaces. Lire la suite

Présidentielle 2022 : Duel Macron-Le Pen : le bal des vampires ??? (*)

La machine médiatique s’emballe ! Les sondeurs prévoient déjà un second tour Macron-Le Pen pour 2022 et un résultat, au premier tour, dans un mouchoir de poche… Logiquement, la presse fait ses commentaires et ses pronostics. Certains politiques rentrent dans ce petit jeu et le plus scandaleux est l’attitude des Macronistes qui nous font le coup des outragés face à ceux qui, à gauche, ont l’outrecuidance de ne pas s’accrocher dès aujourd’hui au char Macron qui serait seul capable, selon eux, de battre Marine Le Pen. Tout le monde a bien compris que, pour Macron, sa meilleure ennemie c’est la cheffe du RN. Le problème c’est que l’inverse est tout aussi vrai.

VISA n’a jamais fui ses responsabilités quand il faut dénoncer et stopper les prétentions des fascistes, mais pour autant nous ne résignons pas à attendre passivement ce duel délétère. Il reste encore un an pour faire échec aux espoirs des deux protagonistes. Lire la suite

Syrie 10 ans : l’extrême-droite au service exclusif des bourreaux

Cela fait dix ans déjà que la révolution syrienne, débutée dans la vague des printemps arabes, a ébranlé la dictature du clan Assad qui règne sur la Syrie depuis 1970, suite au coup d’état à l’époque de Hafez-El-Assad, père de Bachar. 

Le 5 juin 2011, Memorial 98 a publié un premier texte contre le massacre de la population. Depuis notre engagement s’est poursuivi  et approfondi à travers de multiples manifestations et actions de solidarité (voir ci-dessous nos textes et appels). Lire la suite

Charles Maurras et la xénophobie intégrale

Emmanuel Macron trouve « absurde de dire que Charles Maurras ne doit plus exister », semblant dégager d’un revers de main la question de l’antisémitisme, tout en précisant « condamner l’antisémitisme » (1)… Charles Maurras a été le principal penseur du monarchisme français au XXe siècle, longtemps ostracisé en raison de son antisémitisme virulent et de son soutien au régime de Vichy. A y regarder de plus près, on ne peut pas dire que certaines idées forces de Maurras ne continuent pas d’être véhiculées, largement relayées par les médias et par une partie de la classe politique. La rhétorique maurrassienne semble, actuellement, dépasser la seule extrême droite. Il en va ainsi des « racines chrétiennes » et « royales de la France ». Ainsi, Emmanuel Macron semble atteint par la nostalgie monarchique et regretter le bon vieux temps de la royauté. Alors Ministre de l’Economie, il déclarait, en juillet 2015, à l’hebdomadaire le 1 que l’inconscient politique français était traversé depuis deux siècles par l’absence du roi : « Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi dont je pense […] que le peuple français n’a pas voulu la mort ». Pour un futur président de la République, cette déclaration en dit long sur le personnage… Marion Maréchal a du apprécier, elle qui déclarait en 2016 : « La France c’est mon pays, la République est un régime, l’essentiel de l’histoire de France s’est faite sous la monarchie ». Emmanuel Macron relaye ainsi cette vision de l’histoire selon laquelle la nation française existerait depuis le plus haut moyen-âge, qu’elle serait par essence chrétienne et que sa cohésion historique serait due au long travail de construction politique des rois et des élites. Parmi les principaux éléments de sa méthode d’analyse, il en est un qui de nos jours fait florès à droite comme à gauche, à savoir : Pays légal.Pays réel. Charles Maurras n’a pas la paternité de la formule qui date de la monarchie de Juillet. Le terme pays réel repris et introduit dans le vocabulaire politique par Maurras se définit surtout par opposition par opposition au pays légal, ce dernier englobant le monde politicien et toutes les structures étatiques, bureaucratiques ou administratives découlant de la démocratie. Le pays réel est ce sur quoi vit en parasite le pays légal. « La distinction entre le pays légal et le pays réel en France est inséparable de l’analyse de la démocratie […]. L’Etat démocratique agit comme un organe arbitrairement enté sur la nation » (2) Du côté des Républicains, Nicolas Sarkozy, cornaqué par Patrick Buisson, n’a pas été en reste. En novembre 2015, il dénonçait : « Le décalage […] profond entre le pays virtuel tel qu’il est décrit depuis longtemps à longueur d’articles et le pays réel ». Jean-François Copé tenait des propos similaires dans les colonnes du Monde le 2 août 2012. En 2018, Laurent Wauquiez saluait deux victoires des Républicains lors d’élections législatives partielles en ces termes : « Le pays réel a parlé ». A gauche, Julien Dray a considéré que le pays réel n’était pas représenté dans le débat politique. Lors du débat sur la réforme des retraites, la France insoumise a déposé de très nombreux amendements, pour justifier cette acte, la députée Clémentine Autain a déclaré que c’est : « Une méthode d’interpellation pour faire écho au pays réel ». La République en marche n’est pas en reste. Benjamin Griveaux a justifié la visite de ministres sur le terrain par cette phrase : « C’est le pays légalqui rencontre le pays réel ». Devant les député-e-s de la majorité, réuni-e-s à l’Elysée, Emmanuel Macron, pour appuyer sa démonstration, a repris le concept maurrassien : « Le problème qu’on a politiquement, c’est qu’on a pu donner le sentiment à nos concitoyens qu’il y avait un pays légal et un pays réel ». Il admettait qu’il y a bien l’existence d’un sentiment de déconnexion entre « le peuple » et « les élites ». Quelques rappels me semblent nécessaires. Lire la suite

Observatoire national contre l’extrême droite

Dans la situation politique actuelle, où les idées racistes, réactionnaires, néofascistes, se banalisent et se trouvent légitimées par tant d’idéologues médiatiques et d’hommes politiques, y compris au pouvoir, est lancé l’Observatoire national contre l’extrême droite. Lire la suite

L’attente

Quand tu ouvres les yeux, ce matin, c’est là – une tension, quelque chose de vif comme l’attente d’un combat : c’est aujourd’hui. Tu te lèves comme si tu étais poussé en avant.

Eleni et Fotini dorment. Tu traverses l’appartement, prépares un café, affiches sur l’écran un témoignage lu la veille ; au mois de juillet 2000, un commando descend la rue Pýthonos où la section locale d’Aube Dorée dispose d’une planque en sous-sol, fait irruption sur la place en bordure de laquelle M. et quelques autres distribuent des tracts. La peur est là, au coin, en vêtements sombres et au pas militaire – le parti de la peur. Tu es l’espace d’un instant traversé par des froissements, des cris, des vêtements déchirés, le souffle d’un homme fouillant un sac à la recherche de l’appareil photo avec lequel M. a photographié quelques instants plus tôt le chef du commando – la fouille précipitée reste vaine, M. a eu le temps de repasser l’appareil à quelqu’un avant d’être jeté à terre et roué de coups ; quelques années plus tard, l’auteur de ces coups sera identifié par d’autres victimes de violences grâce à d’autres clichés. Lire la suite

Quelques mots à destination d’un certain Zemmour, Éric

Quelques mots à destination d’un certain Zemmour, Éric, 62 ans, écrivain, polémiste, de la part de citoyens, de Français, d’écrivaines et d’écrivains, de libres penseurs, d’extrémistes humanistes, de voyous de la langue, voleurs et assassins des peurs. Lire la suite

La Convention nationale républicaine a donné le feu vert aux miliciens

Le 24 août 2020, lors de la soirée d’ouverture de la Convention nationale républicaine (CNR) un discours de Patricia et Mark McCloskey fut spectaculairement mis en scène. On se rappelle ce couple de riches blancs qui avait brandi, à Saint-Louis (Missouri) et au mépris de la loi, des armes à feu contre des manifestants de « Black Lives Matter » (BLM).

Vingt-quatre heures après leur intervention lors la CNR, un homme blanc tuait avec son arme deux personnes et en blessait une troisième à Kenosha (Wisconsin) lors d’une manifestation de BLM. Lire la suite

Les scélérates actualisations de la haine des « métèques »

Un petit livre sur le racisme et les populations ciblées, les agitateurs xénophobes et leurs soutiens complaisants, les passions identitaires et xénophobes, la haine et ses expressions verbales, la brutalité des mots d’aujourd’hui contre les « migrant·es » et/ou les « musulman·es », la violence d’hier contre les « métèques » et/ou les « juifs/juives » (sans oublier la négrophobie et la haine des Rroms…), les tueries masculinistes et racistes…

« EN L’ESPACE DE DEUX DECENNIES, la haine, on l’aura compris, a été largement normalisée. Entre le tout début des années 2000 et le moment où ces lignes sont écrites – dans le confinement de la fin du mois de mars 2020 –, les vociférations visant les migrants et les musulmans ne sont pas seulement devenues affreusement banales : elles sont, désormais, systématiquement valorisées dans la presse et les médias » Lire la suite

Discours, actions et groupes de haine au Québec

« Une odeur putride que l’on croyait du passé refait surface dans l’espace public. Longtemps contraints aux marges, les discours de l’extrême droite sont aujourd’hui portés plus ouvertement par ses propagandistes »

Le collectif Emma Goldman aborde les contextes, les frustrations collectives, les terreaux sur lesquels les forces d’extreme-droite se construisent comme légitimes, « Dans cet ouvrage, nous, le Collectif anarchiste Emma Goldman, souhaitons aborder de front le problème du populisme et de l’extrême droite tel qu’il se présente au Saguenay-Lac-Saint-Jean ». Lire la suite