Archives de Catégorie: EN VRAC

2015

Cher[e]s collègues,

Avertissement préliminaire :

Le principe de précaution est maintenant inscrit dans la Constitution, tandis que des lois pénales sévères prohibent toute discrimination et toute analyse hérétique de l’histoire contemporaine, sous peine de prison. Enfin, le fait de parler d’étrangers ou de certaines communautés pour autre chose que pour en dire du bien est sanctionné des mêmes peines. Par prudence, je vous adresse donc pour 2015 des vœux que j’espère « politiquement corrects » et, surtout, en conformité avec la législation en vigueur dans notre libre démocratie. En conséquence, j’ai le regret de vous demander de bien vouloir ne pas tenir compte de la formulation sous laquelle je vous aurais éventuellement fait parvenir mes vœux dernièrement. Celle-ci étant nulle et non avenue, vous voudrez bien trouver ci-dessous, sous la forme légale fournie par mon avocat, une …

Nouvelle formulation :

Je vous prie d’accepter, sans aucune obligation implicite ou explicite de votre part, mes vœux à l’occasion du solstice d’hiver et du premier de l’an, en adéquation avec la tradition, la religion ou les valeurs existentielles de votre choix, dans le respect de la tradition, de la religion ou des valeurs existentielles des autres, ou dans le respect de leur refus, en la circonstance, de traditions, religions ou valeurs existentielles, ou de leur droit de manifester leur indifférence aux fêtes populaires programmées. Ces vœux concernent plus particulièrement :

– la santé, ceci ne supposant de ma part aucune connaissance particulière de votre dossier médical, ni d’une quelconque volonté de m’immiscer dans le dialogue confidentiel établi avec votre médecin traitant ou votre assureur avec lequel vous auriez passé une convention obsèques ;

– la prospérité, étant entendu que j’ignore tout de la somme figurant sur votre déclaration de revenus, de votre taux d’imposition et du montant des taxes et cotisations auxquelles vous êtes assujetti ;

– le bonheur, sachant que l’appréciation de cette valeur est laissée à votre libre arbitre et qu’il n’est pas dans mon intention de vous recommander tel ou tel type de bonheur.

Nota Bene :

Le concept d’année nouvelle est ici basé, pour des raisons de commodité, sur le calendrier grégorien, qui est celui le plus couramment utilisé dans la vie quotidienne de la région à partir de laquelle ces vœux vous sont adressés. Son emploi n’implique aucun désir de prosélytisme. La légitimité des autres chronologies utilisées par d’autres cultures n’est absolument pas mise en cause. Notamment :

– le fait de ne pas dater ces vœux du yawm as-sabt 1 Safar de l’an 1436 de l’Hégire (fuite du Prophète à Médine) ne constitue ni une manifestation d’islamophobie, ni une prise de position dans le conflit israëlo-palestinien ;

– le fait de ne pas dater ces vœux du 2 Teveth 5775, ne constitue ni un refus du droit d’Israël à vivre dans des frontières sûres et reconnues, ni le délit de contestation de crime contre l’humanité ;

– le fait de ne pas dater ces vœux du 11ème jour du 11ème mois de l’année du Cheval de Bois, 78ème cycle, n’implique aucune prise de position dans l’affaire dite « des frégates de Taïwan » ;

– le fait de ne pas dater ces vœux du Quintidi de la 3ème décade de Frimaire de l’an 223 de la République Française, une et indivisible, ne saurait être assimilé à une contestation de la forme républicaine des institutions.

Enfin, l’emploi de la langue française ne sous-entend aucun jugement de valeur. Son choix tient au fait qu’elle est la seule couramment pratiquée par l’expéditeur. Tout autre idiome a droit au respect tout comme ses locuteurs.

Clause de non responsabilité légale :

En acceptant ces vœux, vous renoncez à toute contestation postérieure. Ces vœux ne sont pas susceptibles de rectification ou de retrait. Ils sont librement transférables à quiconque, sans indemnités ni royalties. Leur reproduction est autorisée. Ils n’ont fait l’objet d’aucun dépôt légal. Ils sont valables pour une durée d’une année, à la condition d’être employés selon les règles habituelles et à l’usage personnel du destinataire. A l’issue de cette période, leur renouvellement n’a aucun caractère obligatoire et reste soumis à la libre décision de l’expéditeur. Ils sont adressés sans limitation préalable liée aux notions d’âge, de genre, d’aptitude physique ou mentale, de race, d’ethnie, d’origine, de communauté revendiquée, de pratiques sexuelles, de régime alimentaire, de convictions politiques, religieuses ou philosophiques, d’appartenance syndicale, susceptibles de caractériser les destinataires.

Leurs résultats ne sont, en aucun cas, garantis et l’absence, totale comme partielle, de réalisation n’ouvre pas droit à compensation. En cas de difficultés liées à l’interprétation des présentes, la juridiction compétente est le Tribunal habituel du domicile de l’expéditeur…

Merci à Grégory de m’avoir signalé ce texte

Colloque international – NICOS POULANTZAS, UN MARXISME POUR LE XXIe SIECLE

Colloque NP_Image

NICOS POULANTZAS,
UN MARXISME POUR LE XXI
e SIECLE

 

Colloque international consacré à l’œuvre de Nicos Poulantzas

organisé par Marxismes au XXIe siècle

Voir l’argumentaire en ligne, ainsi que les pages Facebook et Twitter du colloque

Programme

Vendredi 16 et samedi 17 janvier 2015

Université de Paris-Sorbonne

Maison de la recherche de Paris IV, 28 rue Serpente, 75006 Paris (Amphi 035) 

  • Vendredi 16 janvier, 9h-12h30

Introduction : Alexis Cukier, Jean-Numa Ducange, Razmig Keucheyan

Alvaro Garcia Linera, vice-président de l’État plurinational de Bolivie (sous réserve)

Cédric Durand et Tristan Auvray, université Paris 13, Un capitalisme européen ? Retour théorique et empirique sur le débat Ernest Mandel/Nicos Poulantzas, 40 ans après

Ludivine Bantigny, université de Rouen, Poulantzas et les gauches révolutionnaires : réceptions, discussions

Costis Hadjimichalis, université Harokopio (Athènes), Geographies of the state : Nicos Poulantzas and contemporary approaches to space

  • Vendredi 16 janvier, 14h30-18h

Marco Di Maggio, université La Sapienza (Rome), L’eurocommunisme des intellectuels. Poulantzas et la troisième voie vers le socialisme

Stathis Kouvelakis, King’s College (Londres), Une théorie de l’É(é)tat d’exception : Poulantzas face au fascisme

Alex Demirovic, Goethe Universität (Francfort), The capitalist state as a social relation and democratic transformation to socialism

  • Samedi 17 janvier, 9h30-13h

James Martin, Goldsmiths College (Londres), Poulantzas: from law to the state

Guillaume Sibertin-Blanc, université de Toulouse Jean-Jaurès, Marxisme, Etat, pratique politique : Retour sur le débat croisé de Poulantzas avec Althusser et Balibar

Isabelle Garo, lycée Chaptal (Paris), Théorie de l’État et stratégie politique

Sont partenaires du colloque : Fondation Gabriel PériEspaces-Marx, revue Actuel Marx, revue Contretemps.

La participation au colloque est libre et gratuite.Pour suivre les activités de Marxismes au XXIe siècle, voir le site et le blog du séminaire.

Pour toute information écrire à : contact@marxau21.fr

Logo Marxismes au 21

Amis des belles choses et de L’Atelier TURUT, bonjour !

Il y a quelques temps, notre ami PieR Gajewski nous a parlé d’un projet de livre qui patientait dans ses cartons. Après avoir tenté de le décourager de faire appel à un petit éditeur associatif sans le sou et sans distributeur, nous avons décidé de faire fi de toute morale pour le récupérer dans nos filets vaseux et lui faire signer un contrat avec le sang d’un poulpe frais. Habitant La Rochelle, il fut chargé de dégotter la bête, et en admirateurs de son travail, nous savions qu’il nous fournirait un spécimen dont l’encre serait d’un noir profond : le même noir absolu qui baigne ses planches et son univers graphique sans concessions…

Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas familiers du principe, le financement participatif que nous avons mis en place sur le site français Ulule permet de financer la partie indispensable à l’impression du livre et à son acheminement en votre huis. L’association ne touche aucune des sommes récoltées lors de la collecte et celles-ci seront entièrement remboursées par Ulule si nous ne devions pas atteindre la somme nécessaire à l’impression du livre. Cela assure aux généreux souscripteurs la bonne réalisation de l’ouvrage.

Douces RAGES est donc pré-achetable à partir de 15€, mais vous trouverez sur le site plein de propositions tapageuses comprenant des badges de l’auteur, des livres de L’Atelier TURUT, mais aussi des sérigraphies inédites en tirage limité…


http://fr.ulule.com/douces-rages/

En vous remerciant par avance pour votre soutien bienveillant et votre intérêt.

Laure Calé & Pierre Bouvier pour L’Atelier TURUT et PieR Gajewski.

PS : Merci de soutenir ce projet et de le partager !

Douces RAGES_mailingDouces RAGES est un recueil de 144 pages de huit poèmes graphiques, de recherches sur la narration expérimentable et d’illustrations réalisées par PieR Gajewski sur une période de plus de quinze ans. Les poèmes graphiques ont été publiés dans des collectifs internationaux primés européens, asiatiques ou américains (voire en auto-édition) et sont réunis dans cette édition pour la première fois.

Tiré à 600 exemplaires dans la collection Bulles

19 x 26 cm – 144 pages – noir et blanc

Prix de vente : 15 €

L’AUTEUR :

PieR Gajewski est auteur de romans graphiques, illustrateur de presse, affichiste, conférencier…
Diplomé de l’Ecole des Beaux Arts d’Angoulême (section BD), il a également effectué plusieurs résidences d’artistes telles que La Villa Kujoyama (Kyoto), la Lingua Comica au Japon (ASEF) ou encore la Maison des Auteurs (Angoulême).
Ses travaux graphiques ont été exposés au Centre Pompidou de Paris, à La Cité de la BD d’Angoulême, au Musée International du Manga de Kyoto, à l’Institut Français d’Istanbul, à New Rochelle – New York, mais également en Autriche, Angleterre, Corée du Sud…
Il travaille pour la presse nationale (XXI, Transfuge, Bakchich…) ou internationale (Nishinippon Shimbun…). Depuis 2008, avec la photographe Carole Sionnet, ils élaborent un dialogue graphique photographie/dessin autour de la ville imaginaire La Ville Bleue, la ville sans frontière (www.lavillebleue.com).

Site web : http://piergajewski.eu/

Bio / Bibliographie : Site de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

 

……………………………………………………………………………
Atelier TURUT
Editions d’artistes & bandes dessinées
145, chemin des Tessonières, 07130 SOYONS
06 87 21 19 27 / 06 70 16 28 15
www.atelier-turut.com
……………………………………………………………………………

19 décembre : verdict du procès de Pinar Selek

Conférence de presse

Le 16 Décembre 2014 par Collectif de solidarité avec Pinar Selek

19 décembre : verdict du procès de Pinar Selek

La 15ème Cour Pénale d’Istanbul rendra son verdict dans le procès de Pinar Selek ce vendredi 19 décembre 2014. Pinar sera finalement acquittée ou à nouveau condamnée comme le réclame cette fois encore le procureur.

Malgré le peu de temps écoulé depuis la dernière audience, la mobilisation a grandi. Une délégation plus nombreuse que jamais part de France et les réseaux sociaux se mobilisent. Des rassemblements et des concerts de solidarité sont organisés à Strasbourg, Nantes, Lyon et bien sûr en Turquie. De nombreux parlementaires ont publiés des déclarations de soutien. Des élus et des universitaires se joignent à la délégation. Des artistes écrivent pièces de théâtre et chansons…

La ville de Lyon, où Pinar vit et travaille depuis cinq mois, est également fortement mobilisée : cinq lyonnais.e.s feront partie de la délégation qui se rend à Istanbul le 19 décembre. Le même jour à Lyon, Pinar Selek sera accueillie en mairie par Nathalie Perrin-Gilbert, maire du premier arrondissement. Le collectif lyonnais de solidarité avec Pinar Selek et toutes les personnes qui souhaiteront l’entourer en cette journée difficile, seront présents à ses côtés de 11h à 18h. A l’issue du procès, Pinar Selek donnera une

Conférence de presse à 17h
Salle des Mariages
Mairie du premier arrondissement de Lyon
2 place Sathonay 69001 Lyon

Pinar Selek n’est pas seule ! Pinar Selek est libre et le restera !
Collectif de solidarité avec Pinar Selek en France — pinarselek.fr
Contact Lyon : Camille — 06 05 52 75 82 — comitepinarseleklyon@free.fr

———————————-

Communiqué de la Marche Mondiale des Femmes

Le 16 Décembre 2014 par Marche Mondiale des Femmes

Pinar Selek est innocente
Une seule solution : l’acquittement !

Un nouveau procès de Pinar Selek aura lieu à Istanbul le 19 décembre prochain.

Une fois de plus, et après 4 procès dont 3 acquittements, sans preuves nouvelles et sans tenir compte de celles qui parlent en faveur de son innocence, le procureur demande l’emprisonnement à perpétuité.

Sa tactique est de jouer le harcèlement, comptant sur la lassitude de Pinar et de ses soutiens.
Il ne faut pas y compter !

De nouveau, les avocats plaideront l’ensemble du dossier et demanderont l’acquittement.
De nouveau, une délégation internationale sera présente pour les soutenir.

16 ans d’acharnement judiciaire souvent grotesque, il faut que ça cesse enfin !

Soutenons Pinar Selek dans sa lutte pour que justice lui soit rendue !

Deux appels à manifester : des armes pour les résistants de Kobanê ! Avec les enfants syriens

Des armes pour les résistants de Kobanê !

Appel à manifester à Paris
Mardi 16 décembre, 18h
Place des Invalides (sortie Métro Invalides)

Depuis plus de deux mois, les forces démocratiques kurdes s’opposent aux offensives meurtrières et récurrentes de l’Etat Islamique.

Cette résistance héroïque se fait au prix de souffrances et de sacrifices tant la dissymétrie des forces en présence est considérable. Daesh dispose d’armements sans commune mesure avec ceux des combattant(e)s des YPG et des YPJ. Ces hordes obscurantistes continuent de recevoir le soutien des monarchies du Golfe et bénéficient de la duplicité de la Turquie qui, chaque jour, s’illustre davantage dans sa complicité et son appui aux djihadistes.

Kobanê est plus que jamais en danger. La situation est précaire et peut basculer à chaque instant en dépit des frappes aériennes.

Alors que les peuples du monde expriment leur solidarité avec les valeurs humanistes et de liberté défendues par les kurdes, la communauté internationale, dont la France, oppose une fin de non-recevoir aux demandes d’aide du PYD.
Cette politique – alignée sur celle de la Turquie – qui vise à briser l’expérience démocratique de Rojava constitue une lâcheté criminelle.

Il y a urgence à faire grandir la solidarité pour mettre en échec la barbarie. La France et l’Union Européenne doivent cesser leurs gesticulations et prendre des mesures concrètes immédiates. Cela passe par :

• La livraison d’armes aux combattants kurdes de Kobanê pour répondre à l’urgence de la situation,

• Des sanctions contre toutes les puissances régionales qui soutiennent Daesh et notamment la Turquie,

• Le développement de l’aide aux réfugiés et aux municipalités kurdes de Turquie qui seules organisent l’accueil et la solidarité

• L’engagement sans délai des demandes d’intervention des Nations Unies afin de faire prévaloir une paix démocratique respectueuse des droits des peuples.

Collectif Solidarité Kobanê : Alternative Libertaire ; Association France-Kurdistan ; Collectif des Amazighs en France ; collectif Féministe Kobanê ; Confédération Nationale du Travail – Solidarité Ouvrière (CNT-SO) ; Conseil Démocratique Kurde en France ; Ensemble ! ; Fédération Anarchiste ; La Maison du Tamil Eelam ; Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) ; Mouvement de la Paix ; Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) ; Parti Communiste Français (PCF) ; Parti de Gauche ; Sortir du Colonialisme ; Union syndicale Solidaires.

—–

syrie-4o4-noel-20141210

RASSEMBLEMENT – Journée internationale des peuples pour le climat « Changeons le système, pas le climat » (Paris, le 10/12/14)

arton619
Journée internationale des peuples pour le climat
« Changeons le système, pas le climat »

Mercredi 10 décembre de 17h à 20h

Place de la République à Paris

Le 10 décembre à Lima, dans le cadre du Sommet des Peuples, aura lieu une grande marche : la « Marcha mundial en defensa de la madre tierra ».

Malgré l’urgence climatique, nos gouvernements discuteront une fois de plus les virgules du traité de la Convention Internationale sur le Climat en décembre 2014, à la COP20 de Lima.

Cet accord crucial pour notre avenir est censé préparer la signature du premier accord climatique mondial contraignant lors de la COP21 à Paris en décembre 2015.

Ce rendez-vous est une chance à ne pas manquer :
mobilisons-nous pour un monde habitable et une justice climatique !

Alternatiba IDF, Amis de la Terre, Attac, Ayni-France, Climates, Collectif Guatemala, Collectif de Péruviens en France, Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques (CSIA-Nitassinan), End Ecocide on Earth, Escargots Solidaires, France Libertés, Fréquence Orange, France Amérique Latine, GP-SON, Greenpeace Paris, Association Gilberto Bosques, Idle No More France, Association Nuy Media, Oxfam, On The Green Road, Résistance à l’agression publicitaire, Revue S !lence, Stop TAFTA, Sortir du Nucléaire Paris, Comité Solidarité Cajamarca, Terre et Liberté pour Arauco, TEJE, Utopia, Vélorution.

Solidarité internationale pour le climat

Nous, citoyens du monde, ne voulons plus attendre que les gouvernements se mettent d’accord pour agir : en remettant à plus tard la mise en œuvre globale
d’un programme de transition équitable, nos gouvernements menacent le maintien des conditions de vie sur Terre et pénalisent les populations les plus fragiles.

Nous, citoyens du monde, nous organisons déjà localement pour changer notre système énergétique. Les alternatives au mode de développement actuel existent. En sortant du gaspillage, nous pouvons alimenter la totalité des foyers en énergie renouvelable. Car nous connaissons le prix des fausses solutions ! Gaz de schiste, énergie nucléaire, agriculture intensive ou plantations d’arbres à croissance rapide, ces choix ne font qu’ajouter une pression supplémentaire sur les populations du Sud : privées de leurs terres et donc de leur autonomie alimentaire, elles sont condamnées à rester sans défense devant la montée des eaux et des ouragans.

Nous, citoyens du monde, ne voulons plus être les témoins de cette injustice,
nous voulons nous battre pour les générations actuelles, les générations futures, et pour l’ensemble des créatures qui peuplent la Terre. En cette journée de la Déclaration des Droits de l’Homme, tous ensemble, exigeons de nos gouvernements des accords clés pour freiner le processus du changement climatique.

Debout la Terre !

En solidarité avec le peuple burkinabè

Nous, mouvements sociaux, organisations et partis politiques progressistes, personnalités et citoyen-ne-s saluons avec respect et admiration le peuple burkinabè.

Nous nous réjouissons avec le peuple du Burkina de la chute de Blaise Compaoré.

Retrouvant sa dignité, s’inspirant des périodes les plus glorieuses de son histoire, mais aussi des idéaux de Thomas Sankara, nous affirmons qu’il montre l’exemple pour l’ensemble des pays africains et pour l’ensemble des peuples du monde qui luttent pour leur souveraineté et leurs droits fondamentaux.

En solidarité avec le peuple burkinabè :

  • Nous condamnons fermement les actes de la France qui a exfiltré le dictateur Blaise Compaoré.

  • Nous exigeons la fin de l’impunité et par conséquent, nous exigeons que Blaise Compaoré soit rendu à la justice du Burkina Faso.

  • Nous exigeons également que les dignitaires du régime de Blaise Compaoré ne soient protégés dans aucun pays et qu’ils soient également remis à la justice du Burkina.

  • Nous exigeons que Blaise Compaoré soit jugé pour sa participation dans les différentes guerres de la région, Libéria, Sierra Leone, Côte d’Ivoire, qui ont fait des dizaines de milliers de morts et des centaines de milliers de victimes.

  • Nous dénonçons et condamnons les politiques françafricaines.

  • Nous exigeons l’annulation immédiate et sans condition de la dette extérieure publique du Burkina Faso. Cette dette, en vertu du droit international, est largement odieuse et illégitime puisqu’elle a été contractée par un régime dictatorial, à son profit et en toute connaissance des créanciers.

  • Nous rappelons qu’une demande d’enquête parlementaire est déposée devant le parlement français sur l’assassinat de Thomas Sankara, et demandons qu’elle soit mise à l’ordre du jour le plus vite possible et que toutes les archives de l’époque soient accessibles sans restriction.

Nous restons mobilisés avec le peuple burkinabè dans sa conquête de liberté, de justice sociale et de souveraineté.

Signataires :

CADTM international,

Réseau international Justice pour Thomas Sankara justice pour l’Afrique,

Survie,

AFASPA (Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique),

Afric Avenir International,

Afrique en lutte,

Arbeitskreis Panafrikanismus München,

Association Per à Pace,

ATTAC/CADTM Burkina Faso,

ATTAC/CADTM Maroc,

Balai citoyen Paris,

CADTM Lubumbashi,

CADTM-Togo,

Cedetim/Ipam,

Centre Europe – Tiers Monde (CETIM, Genève, Suisse),

Comitato italiano Sankara XX,

Comité Thomas Sankara Montpellier (CTSM),

Édition Page deux (Suisse, Lausanne),

Ensemble ! (membre du Front de Gauche),

Europe solidaire sans frontières (ESSF), France,

Femmes en Résistance,

Fondation Frantz Fanon,

Forum civique Bamako Mali,

Le Partit Occitan,

Marche mondiale des Femmes (MMF)

Mouvement pour le Socialisme/Bewegung für Sozialismus (MPS/BFS), Suisse

NAD-UNIKIN (RDC),

No Vox Burkina,

No Vox,

NPA,

Parti communiste français (PCF)

PIR (Parti des indigènes de la république)

Rassemblement National Démocratique au Sénégal

REPPADD (Réseau Panafricain pour la Paix, la Démocratie et le Développement),

Réseau Sortir du colonialisme,

RNDD Niger,

Union des Populations du Cameroun (UPC),

United Action for Democracy (UAD)

Albert Bourgi, professeur des universités,

Alhassane Dicko, Association malienne des expulsées,

Ameth Lo, Christian Bousquet (journaliste retraité),

Aminata D. Traoré (membre du FORAM, Forum pour l’Autre Mali),

André Chassaigne (président du groupe GDR à l’Assemblée nationale et Député du Puy-de-Dôme),

Andy Wynne (Britain),

Angèle Bassolé (poète éditrice),

Anne Grossmann (membre de l’association S.A.R.A),

Annie Pourre (No vox),

Antonio Lozano (écrivain),

Balufu Bakupa Kanyinda (cinéaste),

Bernard Souyris (Ethnologue),

Bruno Jaffre,

Christian Darceaux,

Clariste Soh Moube (membres du FORAM, Forum pour l’Autre Mali),

Clémentine Autain,

Demba Moussa Dembélé (Économiste Sénégal),

Dialo Diop (Secrétaire général élu du Rassemblement National Démocratique -RND – Sénégal),

Dominique Josse, Responsable Secteur Afrique, Parti Communiste Français (PCF),

Dominique Vidal (journaliste),

Éric Toussaint (porte parole CADTM international),

Erica Deuber Ziegler (historienne de l’art),

Ernest Harsch, Columbia University, New York,

Gabin Dabiré (musicien en Italie),

Ibni Oumar Mahamat Saleh Brahim, Mouvement du 03 Février (M3F),

Ibrahima Kebe, Faso-Kanu, Mali,

Idrissa Touré, Joko ni Naaya,

Issa N’Diaye (professeur),

Jacques Casamarta,

Jacques Jouet (auteur de la pièce Sankara et Mitterrand),

Jean Gadrey (Professeur d’économie, membre du conseil scientifique d’Attac),

Jean Ziegler (sociologue, vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme de l’ONU),

Jean Didier Verdenot, Acteur Citoyen du Nande

Jean-Paul Lecoq (PCF, ancien député français, membre de la commission Affaires étrangères),

Juan Montero Gómez (philosophe),

Ladji Traoré, Parti Alliance Populaire Progressiste (APP), Secrétaire Général, Maire adjoint de Sélibaby, Ancien responsable PAI,

Mahamadou Torunsie, ORTM,

Mamadou Diallo, Reseau Joko ni Naaya,

Mamadou Goïta (directeur exécutif IRPAD/Afrique Bamako),

Mariam Sankara,

Michel Galy (politologue, auteur),

Michel Husson (économiste),

Mireille Fanon-Mendès-France,

Mary Coulibaly, Collectif des Orpailleurs,

Mouhieddine Cherbib (Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’ Homme en Tunisie),

Niema Movassat, député du Bundestag (parlement d’Allemagne), DIE LINKE,

Nicolai Röschert (AfricAvenir International),

Nicolas Pinoit (Professeur de philosophie),

Nils Andersson (ancien éditeur),

Noël Mamère,

Nouhoum Keita (journaliste Radio Kayira),

Odile Tobner (fondatrice, avec Mongo Beti, de la revue Peuples Noirs-Peuples Africains, ancienne présidente de Survie),

Pascale Larenaudie,

Raphaël Granvaud (militant de Survie et auteur du livre Que fait l’armée française en Afrique ?),

Robin Shuffield (cinéaste),

Samir Amin (président du forum mondial des alternatives, directeur du forum du tiers monde),

Samy Johsua (militant à Ensemble !),

Sana Seni (coordinateur national de No Vox Burkina),

Sushovan Dhar (political activist and trade unionist, India),

Thuy Tien HO (cinéaste),

Udry Charles-André (économiste, site alencontre.org)

Vincent Ouattara (écrivain professeur),

Yaffa Sekouba (Collectif des orpailleurs de Fokokoch de Kobada – COFK).

Projets inutiles, la victoire est possible !

AProjets inutiles, la victoire est possible !
Soirée-débat lundi 1er Décembre à 19h30

Cher-es ami-es,

Nous avons le plaisir de vous inviter à la Rencontre de Reporterre – La victoire est possible ! -, une soirée- débat en partenariat avec Agir pour l’environnement :

  • Thème : Projets Inutiles, la victoire est possible ;
  • Date : lundi 1er décembre 2014, à 19h30 ;
  • Lieu : à la salle Jean Dame, 17 rue Leopold Bellan, 75002 Paris ;
  • Métros : Sentier (ligne 3) ou Réaumur-Sébastopol (lignes 3 et 4) ;
  • Entrée libre : dans la limite des places disponibles ;
  • Gratuit : participation libre à la sortie.

Au Testet (barrage) comme à Notre Dame des Landes (aéroport), à Gonesse (centre commercial et de loisirs dont une piste de ski indoor), à Roybon (Center Parcs), à Bure (enfouissement de déchets nucléaire), à Drucat (ferme-usine des 1000vaches) et entre Lyon Turin (LGV), les batailles contre les projets inutiles deviennent centrales.

Alors que les luttes s’intensifient et remportent des vrais succès, Reporterre et Agir Pour l’Environnement organisent une Rencontre lundi 1 décembre : « La victoire est possible ! »

Animée par Antoine Lagneau, le programme de cette soirée promet d’être intense :

  • Stratégies de luttes,
  • coordination des opposants,
  • résistance au discours des pouvoirs
  • Elle réunira :
    Ben Lefetey, porte-parole de la lutte pour la sauvergarde de la zone humide du Testet,
  • Françoise Verchère, des collectifs contre l’aéroport de Notre Dame des Landes,
  • Bernard Loup, du collectif contre Europa City, à Gonesse (Seine-Saint-Denis) Triangle de Gonnesse,
  • Stephane Peron, contre le projet de Center Parcs à Roybon, en Isère
  • François Tassard, du collectif contre Decathlon, à Saint Jean de Braye, près d’Orléans.

Avec

  • Barnabé Binctin – Reporterre ;
  • Stephen Kerckhove – Agir pour l’environnement ;
  • Hervé Kempf – Reporterre.

La liste de « projets » d’aménagement ne cesse de s’allonger, dans une frénésie de gaspillage de terres agricoles et de gâchis économique :

  • Autoroutes,
  • aéroports,
  • lignes LGV,
  • enfouissement de déchets nucléaires,
  • incinérateurs,
  • stades,
  • centres commerciaux,
  • parcs de loisirs…

Mais le rejet dont font l’objet ces grands projets inutiles témoigne de la faille grandissante entre une élite qui s’affranchit des contraintes écologiques et démocratiques et un peuple qui subit, mais réagit de plus en plus vertement.

Partout se lève une contestation vivifiante. C’est un peuple de l’écologie et de la transition qui résiste au coeur de dizaines de Zone à Défendre (ZAD) dans toute la France, en inventant de nouvelles formes de démocratie.

Et de plus en plus souvent, la victoire apparaît possible : aux anciennes luttes gagnées du Larzac ou des barrages sur la Loire répondent des succès qui s’amorcent à Notre Dame des Landes, au Testet, à St Jean de Braye, ou définitivement remportés comme à Dunkerque, contre le projet Arena – autant d’exemples démontrant que la mobilisation et la détermination peuvent avoir raison de l’entêtement des pouvoirs.

  • Quelles sont les stratégies gagnantes ?
  • Comment résister au discours dominant et convaincre par des récits positifs ?
  • Comment organiser la lutte et former des alliances ?
  • Une coordination de toutes les luttes est-elle possible

Alors que les victoires semblent désormais possible face aux grands projets inutiles, c’est à ces questions que tentera de répondre lundi 1 décembre la Rencontre de Reporterre, en partenariat avec Agir pour l’environnement.

  • La Rencontre est cofinancée par Reporterre et par Agir pour l’Environnement.
  • La salle est prêtée par la Mairie du 2e arrondissement.

Rendez vous lundi 1er décembre !

★ Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c’est toujours comme cela que ça s’est passé.★ – Margaret Mead (1901 – 1978) – Anthropologue.

Stéphen, Martin, Mickaël, Julie et toute l’équipe d’Agir pour l’Environnement.
contact@agirpourlenvironnement.org

http://www.agirpourlenvironnement.org
http://www.facebook.com/association.agirpourlenvironnement
http://www.twitter.com/APEnvironnement

La France doit reconnaître l’État de Palestine

Le 28 novembre prochain, l’Assemblée Nationale votera sur la reconnaissance d’un Etat palestinien. 135 pays ont déjà reconnu officiellement l’Etat de Palestine.

Dans le contexte actuel où certains dans les milieux dirigeants israéliens tentent d’amener le conflit sur le terrain religieux, il est urgent d’affirmer avec force qu’il n’y aura de solution que politique et fondée sur le droit

Les associations soussignées du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI) qui militent depuis plus de 10 ans pour l’existence de deux Etats, un Etat palestinien dans les frontières de 67 avec Jérusalem Est comme capitale à côté de l’Etat israélien, appellent solennellement les députés français à voter en faveur de cette reconnaissance, comme viennent de le faire plusieurs parlements européens.

Certes, cela ne sera qu’un premier pas, mais ce premier pas aura des conséquences non négligeables puisque Israël sera alors reconnu officiellement comme occupant le territoire d’un Etat souverain. Ce vote sera l’affirmation que le respect du droit international par Israël est le seul moyen d’avancer vers une paix juste et durable.

Nous appelons au rassemblement du vendredi 28 novembre à 18h30 Place des Innocents à Paris ainsi qu’à ceux organisés dans différentes villes – à l’appel des organisations du CNPJDPI pour la reconnaissance par la France de l’Etat de Palestine.

Signataires du CNPJDPI : Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – AFD International – Alternative Libertaire (AL) – Américains contre la guerre (AAW) – Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Association des Tunisiens en France (ATF) – Association France Palestine Solidarité (AFPS) – Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) – Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) – Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) – Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) – Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) – Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) – Cedetim / IPAM – Collectif des Musulmans de France (CMF) – Collectif Faty Koumba – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) – Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) – Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) – Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) – Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) – Confédération Générale du Travail (CGT) – Confédération paysanne – Droit-Solidarité – Ensemble – Europe Ecologie les Verts (EELV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – Forum Palestine Citoyenneté – Gauche Unitaire (GU) – Génération Palestine – La Courneuve-Palestine – le Mouvement de la Paix – les Femmes en noir – Ligue des Droits de l’Homme (LDH) – Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) – Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) – Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) – Mouvement Politique d’Emancipation populaire (M’PEP) – Organisation de Femmes Egalité – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) – Parti Communiste Français (PCF) – Parti de Gauche (PG) – Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Une Autre Voix Juive (UAVJ) – Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) – Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) – Union syndicale Solidaires

Journée internationale contre l’islamophobie

JICI2014

 

Programme_conference_Islamophobie_2014 

PROGRAMME DÉTAILLÉ

9h30 – 12h30: TABLE RONDE

L’ISLAMOPHOBIE DANS TOUS SES ÉTATS

Jean Baubérot (directeur honoraire de l’EPHE), Ismahane Chouder (PSM, CFPE), Tariq Ramadan (professeur d’études islamiques contemporaines – Oxford), Houda Asal (sociologue), Ndella Paye (MTE), Denis Vienot (Commission nationale consultative des droits de l’Homme – CNCDH), Makhlouf Mameche (vice-président de l’UOIF)

13h45 – 16h15: ATELIERS THÉMATIQUES

Atelier 1: ACCOMPAGNER SES ENFANTS LORS DES SORTIES SCOLAIRES, UN DROIT POUR LA MÈRE ET POUR L’ENFANT

Introduction : Youssra (MTE Montreuil, membre de la FCPE Montreuil), Rabha Chatar (Toi, plus moi plus ma maman, Meru), Majda Mohammed (infirmière en pédopsychiatrie, Centre médico-psychologique infanto-juvénile d’Ivry), Claire Brisset (ancienne défenseure des droits des enfants), Houda Asal (sociologue)
Avec la participation de : Anissa Fathi (MTE Montreuil), Ilham Aktib (Ma maman, mon école et moi, Argenteuil), Khadija Souiri (Sorties scolaires avec nous, Blanc-Mesnil), Jocelyne Rajnchapel-Messaï (MTE, UJFP), Hélène Moreau (MTE, parente d’élève, Montreuil), Monique Lellouche (MTE, MRAP Paris 19e-20e), Capucine Larzillière (MTE, membre d’Ensemble – Front de gauche), Ndella Paye (MTE), Katioucha Desjardins (MTE), Suzanne D’Hermiès (MTE, enseignante, Montreuil)

Atelier 2: DÉNI D’ÉGALITÉ ET REFUS DES DROITS : QUELLES RÉPONSES FÉMINISTES À L’ISLAMOPHOBIE ?

Introduction : Ismahane Chouder (CFPE, PSM), Véronique Nahoum-Grappe (EHESS – Centre Edgar Morin), Hajer Missaoui (collectif TETE Bruxelles), Malika Hamidi (European Muslim Network)
Avec la participation de : Christine Delphy (sociologue), Zakia Meziani (ARDLFM Tourcoing), Sarah Benichou (Collectif 8 mars pour toutes), Hanane Karimi (MEM), Myriam Rouault (FUIQP), Femmes plurielles
Atelier 3: UNE ÉCOLE POUR TOU.TE.S, MAINTENANT ! LA LÉGITIMITÉ DE LA LOI DE MARS 2004 ET SON ABROGATION

Introduction : Fabrice Dhume (chercheur), François Durpaire (chercheur), Béatrice Mabillon (chercheure), Nacira Guénif (sociologue), Sirine (lycéenne), Sophie Zafari (syndicaliste enseignante FSU), Grégory Bekhtari (CEAL), Anaïs Flores (CEAL, syndicaliste enseignante Sud éducation)
Avec la participation de : Ali Fenjiro (AFD), Louiza Belhamici (CFPE), Caroline Izambert (CEAL), Florine Leplâtre (CEAL)

Atelier 4: DÉNI DES DROITS POLITIQUES : COMMENT LES MUSULMANS PEUVENT- ILS EXISTER COMME SUJETS POLITIQUES ?

Introduction : Said Bouamama (FUIQP), Aya Ramadan (PIR), Sihame Assbague (Studio Praxis), Alain Pojolat (NPA), Michèle Sibony (UJFP)
Avec la participation de : Clémentine Autain (Ensemble), Youssef Boussoumah (PIR), Mahmoud Bourassi (CMF), Hosni Maati (avocat), Henri Goldman (Tayush), Zouhair Lahna (médecin), Gus Massiah (Attac), Hatim Achikhan (AFD), Alain Gresh (journaliste), Fathi Mahmoudi (PSM), Mohamed S (manifestant Gaza, condamné à 3 mois de prison), Nouh Chebbaï (PYMALI, 10 mois avec sursis)
Atelier 5: ISLAMOPHOBIE : DE L’EXTRÊME GAUCHE À L’EXTRÊME DROITE

Introduction : Laurent Levy (Ensemble), Anne Tristan (journaliste), Marwan Mohammed (sociologue), Solène (CAPAB)
Avec la participation de : Nathalie Levallois (PG), René Monzat (spécialiste de l’extrême droite), Catherine Samary (NPA, Ensemble), Anastassia Politi (Syriza-Grèce), Sonia Fayman (IJAN), Marie-Christine Vergiat (députée européenne Front de gauche), Jamel Khermimoun (PSM)
Atelier 6: DROIT AU TRAVAIL ET DROITS AU TRAVAIL

Introduction : Fayçal Megherbi (MRAP), Nadine Plateau (Tayush), Verveine Angeli (Union syndicale Solidaires), syndicalistes SUD plateforme de Roissy, Syndicalistes SUD Téléperformance
Avec la participation de : Seyf Cherraben (président du conseil associatif de la ville de la Courneuve), Ayoub Belemlih (AFD), Djamila Bekioui (assistante maternelle), Sabah Mat (TETEToutes Égales au Travail et à l’École)

16h 30 – 17 h: RELEVÉ DE CONCLUSION DES ATELIERS

17h – 19h: TABLE RONDE

VAINCRE LE RACISME ET (RE)CONQUÉRIR NOS DROITS

Edwy Plenel (journaliste Mediapart), Denis Sieffert (journaliste Politis), Marie Christine Vergiat (députée européenne Front de gauche), Alima Boumediene-Thiery (Ensemble), Pierre Dharéville (Parti communiste français), Roselyne Vachetta (Nouveau Parti anticapitaliste), Houria Bouteldja (Parti des indigènes de la République)

19h – 20h: PERFORMANCE ARTISTIQUE
« MUSULMAN » ROMAN

La comédienne Layla Metssitane lit « Musulman » roman de Zahia Rahmani. Montage et mise en forme : Noëlle Cazenave.
PARTENAIRES EUROPÉENS
LE PROGRAMME DE LONDRES
Présentation: http://ur1.ca/iutl9
Facebook: https://www.facebook.com/events/1527773347468327/
Contact : nadia@ihrc.org
LE PROGRAMME DE BRUXELLES
Présentation : http://ur1.ca/iutrc
Contact : Info@pianfoabriek.be
Journée internationale contre l’islamophobie #Bruxelles

LE PROGRAMME D’AMSTERDAM
Présentation : http://ur1.ca/iutpk
Contact : dew.baboeram@amcon.nl

Lectures de L’OPOPONAX de Monique WITTIG, prix Médicis 1964

Jeudi 27 novembre 20h 

Maison de la poésie ,

157 rue Saint Martin 75003

2707306622Lectures de L’Opoponax par Isabelle Lafon, comédienne, metteure en scène et Emmanuelle Bernheim, Anne F. Garreta, Marie Nimier, Emmanuelle Pireyre, Marie Darrieussecq, lauréates 1993, 2002, 2004, 2012, 2013 du Prix Médicis.

« Mon Opoponax, c’est l’exécution capitale de quatre-vingt-dix pour cent des livres qui ont été faits sur l’enfance… Mon opoponax est un chef d’œuvre d’écriture parce qu’il est écrit dans la langue exacte de l’Opoponax », écrivait Marguerite Duras en 1964 lors de la remise du prix Médicis à ce premier livre de Monique Wittig.

50 ans plus tard, par amour pour ce texte, Isabelle Lafon (comédienne), l’association pour promouvoir l’œuvre de Monique Wittig (Suzette Robichon), le jury du prix Médicis (Anne F. Garreta), vous convient à une mise en voix de L’Opoponax et à (re)découvrir la liberté et l’humour de ce texte singulier.

Monique Wittig, disparue en 2003, est l’auteur, entre autres, de Les Guérillères ; Le Corps lesbien ; Virgile, non ; La pensée straight.

Pour tout contact : ami.eswittig@gmail.com

Aux côtés de Kobané et d’Alep !

Parce que ledit Etat islamique a conquis Mossoul, menacé Bagdad et Kirkourk, mis sous son contrôle une partie de l’Irak et de la Syrie avec les ressources pétrolières afférentes, on nous a reparlé du Moyen Orient. Une Coalition s’est formée derrière les Etats-Unis pour intervenir militairement.Et, à juste titre, on a appelé à « sauver Kobané ».

Mais nous parle-t-on de la formidable résistance du peuple syrien ? Que fait-on pour briser la tragique solitude dans lequel on l’a abandonné ?

Le peuple syrien s’est soulevé, comme acteur décisif du grand mouvement des révolutions arabes visant à se débarrasser des dictatures et à imposer la liberté et la justice. Il est depuis victime de la véritable guerre menée contre lui par le régime de Bachar al-Assad. Avec des bombardements massifs, y compris chimiques, une répression généralisée, des centaines de milliers de victimes, des millions d’exilés et de déplacés, une population massacrée et un pays ravagé… Situation que sont venues aggraver les exactions de l’Etat islamique. Lequel pour imposer sa domination réprime sauvagement les minorités religieuses, chrétiennes, yézidis, chiites, les populations kurdes, et toutes les forces démocratiques. La révolution syrienne se trouve ainsi confrontée à deux contre révolutions : celle d’un régime prêt à tout pour sauver ses intérêts, celle de Daech/EI qui prétend se revendiquer de la religion pour imposer son pouvoir réactionnaire.

Ce ne sont pas des frappes aériennes, menées par ceux qui portent une lourde responsabilité dans la situation créée dans la région, qui pourront apporter une réponse satisfaisante. Une perspective politique globale doit être défendue, qui combine la lutte contre l’Etat islamique et un soutien déterminé aux forces démocratiques syriennes dans leur combat pour en finir avec la dictature de Bachar al-Assad. Ainsi qu’une solidarité complète avec les populations kurdes, par la mise en avant de mesures assurant aux diverses composantes des sociétés du Moyen Orient le respect de leurs droits. Et aussi la reconnaissance effective des droits légitimes du peuple palestinien.

Solidarité avec la révolution syrienne !

Ici, en France, les forces démocratiques et progressistes ne peuvent rester spectatrices, leur intervention est indispensable. Il leur faut s’informer, débattre, s’organiser pour apporter au peuple syrien la solidarité à laquelle il a droit, pour lui fournir l’aide dont il a besoin, en particulier auprès des réfugiés. Pour combattre la montée du racisme, de l’islamophobie et de l’antisémitisme, qu’alimente l’exacerbation des tensions présentes. Comment peser sur une situation dont l’évolution est décisive pour l’avenir, celui du peuple syrien, et aussi celui des autres peuples ?

Venez en débattre

Bombardé, massacré, chassé,

Le peuple syrien résiste

REUNION PUBLIQUE – VENDREDI 21/11

19h – ESPACE JEAN DAME

17 rue Léopold Bellan, 75002 Métro Sentier

Organisé par le collectif AVEC LA REVOLUTION SYRIENNE

Allocution d’accueil de Jacques Boutault,
maire du 2e arrondissement

flyer syrie recto

Interventions de :

° Hala Kodmani, journaliste franco-syrienne, auteur de La Syrie promise (Actes sud)

° Ziad Majed, politologue, auteur de Syrie, la révolution orpheline (Actes sud)

° Farouk Mardam-Bey, éditeur et historien

Viols, armes de guerre dans les conflits armés : comment les associations de femmes et de féministes luttent contre l’impunité des coupables 

Invitation 27-11-2014
Viols conflits armés

Dans le cadre de la Journée internationale de lutte

Pour l’élimination des violences faites aux femmes

A l’initiative du Réseau Féministe « Ruptures »

Action pour les Enfants Oubliés, Commission Femmes Amnesty International, Collectif Solidarité avec les Femmes Tutsi, Femmes Solidaires, Heshima, Marche Mondiale des Femmes contre les Violences et la Pauvreté-France et Maître Hamuli Réty

Vous invitent à une réunion débat :

« Viols, armes de guerre dans les conflits armés : comment les associations de femmes et de féministes luttent contre l’impunité des coupables »

Jeudi 27 novembre 2014 de 19 H. (précises) à 22 H.

Salle de conférence Maison des Associations du 12ème

181 avenue Daumesnil 75012 Paris. Métro Daumesnil.

Si les viols, armes de guerre sont une constante dans l’histoire, ils présentent depuis quelques décennies un caractère systématique et atteignent une violence inouïe, en particulier en Afrique centrale (Rwanda, Congo).

Les auteurs de ces violences (armées, génocidaires, Etats …) s’inscrivent dans un contexte économique où les banques, les multinationales, le Fond Monétaire International (FMI) sont aussi à l’origine de ces tragédies.

Face à cette situation complexe, face à ce « terrorisme sexuel », à ces crimes contre l’Humanité, des associations de femmes s’organisent au niveau local et international, dans le domaine humanitaire et sur le plan juridique : elles demandent que soit mis fin à l’impunité pour les responsables.

Avec les interventions de :

Marie-Josée Salmon, Réseau Féministe « Ruptures » ;

Moïra Sauvage, Amnesty International ;

Marlène Tuininga, Marche Mondiale des Femmes-France ;

Solange Mer, Action pour les Enfants Oubliés ;

Andjelani Kasseyet, Association Heshima ;

Yvette Claverane, Collectif Solidarité avec les Femmes Tutsi ;

Sabine Salmon, Association Femmes Solidaires ;

Maître Hamuli Réty, Institution d’un Tribunal Pénal International en RDC ;

Animation : Monique Dental, Réseau Féministe « Ruptures ».

Entrée libre.

Informations courriel : monique.dental@orange.fr

LOUKY BERSIANIK : L’écriture, c’est les cris

aea10eda-7ca1-43c0-a743-79d93e156682

NOUVELLE PARUTION

En librairie le 5 novembre 2014

remue-menageÀ la façon d’une archéologue littéraire, France Théoret a mené en 2006 une série d’entretiens inédits avec Louky Bersianik, alors âgée de 75 ans. Fortes de décennies de luttes communes et d’écriture, les deux penseuses revisitent les thèmes d’une œuvre monumentale: la famille, la mythologie et les symboles, la transformation de la langue, l’imaginaire patriarcal et l’émergence d’une culture au féminin. Au sortir de ces conversations, on connaît mieux l’univers bersianikien, entre l’engagement et la conscience, où tout est sujet à transgression, où peuvent cohabiter la violence et la vie.

d4566d49-b1f4-4709-b746-633a3bdb0d85Mais qui est Lucile Durand, alias Louky Bersianik, cette écrivaine visionnaire née à Montréal en 1930 et emportée par la maladie en 2011? Après des études à l’Université de Montréal et à la Sorbonne, elle fut rédactrice pour la radio, la télévision et le cinéma, ainsi qu’auteure de contes pour enfants et de paroles de chansons. Mais c’est en publiant le roman triptyque L’Euguélionne en 1976 (aux éditions La Presse, alors dirigées par Hubert Aquin) qu’elle entama l’une des œuvres féministes les plus savantes et épiques du siècle dernier. Elle publia par la suite poèmes, essais et romans dont La main tranchante du symbole (Remue-ménage, 1990) et Le pique-nique sur l’Acropole (VLB, 1979).

ISBN 978-2-89091-475-9
166 pages • 13 x 19 cm • 19,95$
Aussi disponible en ePub et PDF

14eceee3-a8a6-4451-b761-a5f801ba669bMaîtresse d’œuvre de ces entretiens, l’écrivaine France Théoret a été membre de la rédaction de la revue La Barre du jour, cofondatrice du journal Les Têtes de Pioche ainsi que du magazine culturel Spirale. Elle a publié une vingtaine de titres dont Les Apparatchiks vont à la mer noire (Boréal, 2004) et Écrits au noir (Remue-ménage, 2009). Elle a reçu en 2012 le Prix Athanase-David.

Poète et essayiste, André Gervais a scrupuleusement annoté le texte. Il a préparé des éditions de Gérald Godin (Hexagone et Lanctôt), de Gilbert Langevin (VLB), d’Émile Nelligan (BQ), de Pierre Létourneau (VLB), de Luc Lacourcière (Fides) et de Marcel Duchamp (André Dimanche et L’Échoppe).

INFO et PRESSE : amlaurin@editions-rm.ca • 514 876-0097 *1903

Engagées, critiques et libres, les Éditions du remue-ménage
publient depuis 1976 des livres féministes. 

 

Présentation de Olivier Le Cour Grandmaison : L’empire des hygiénistes. Vivre aux colonies

A la Librairie Résistances, 4 Villa Compoint, 75017 Paris,
métro : G. Môquet
 
samedi 22 novembre à 17h30
présentation
de
Olivier Le Cour Grandmaison

L’empire des hygiénistes

Vivre aux colonies

image003À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, la majorité des responsables politiques souhaitent transformer les colonies françaises en territoires sûrs et prospères vers lesquels convergeront hommes et capitaux.

L’avenir semble radieux, celui de la République impériale aussi ; les réalités le sont moins. Soldats, fonctionnaires et colons meurent en masse au cours de désastres qui n’étonnent guère les médecins.

Ces derniers savent l’insalubrité du climat, la corruption  des sols  et des eaux, la virulence des maladies tropicales qu’aggravent la précipitation des gouvernements et le conservatisme de la hiérarchie militaire. Guérir ?

Eu égard aux moyens de l’époque, la réalisation de cet objectif est très incertaine. Il faut donc prévenir de toute urgence pour assurer la sécurité sanitaire des Français expatriés et les « faire vivre » aux colonies.

Des praticiens nombreux et célèbres se mobilisent pour relever ces défis grâce au développement d’une hygiène exotique conçue comme une science pratique et totale. Leurs prescriptions s’étendent à tous les registres de la vie : sexualité interraciale et conjugale, organisation d’une journée type adaptée aux variations de température, alimentation et boisson, vêtements et couvre-chefs, villes et maisons coloniales, division raciale du travail entre Blancs et « indigènes ».

De même, sont ainsi justifiés le travail forcé imposé aux autochtones et le maintien de l’esclavage domestique dans l’Afrique française, malgré les protestations de Victor Schoelcher au Sénat en 1880. S’appuyant sur des sources nombreuses et parfois négligées – traités, manuels, romans…-, Olivier Le Cour Grandmaison reconstruit cette histoire complexe avec finesse en analysant les enjeux multiples liés à ces questions.

 

Olivier Le Cour Grandmaison enseigne les sciences politiques et la philosophie politique à l’université d’Évry-Val-d’Essonne. Il a notamment publié : 17 octobre 1961 : un crime d’État à Paris (collectif, La Dispute, 2001), Haine(s). Philosophie et politique, avantpropos d’Etienne Balibar, (PUF, 2002), Coloniser. Exterminer. Sur la guerre et l’État colonial (Fayard, 2005), La République impériale. Politique et racisme d’État (Fayard, 2009), De l’indigénat. Anatomie d’un « monstre » juridique : du droit colonial en Algérie et dans l’empire français (Zones/La Découverte, 2010).

En librairie le 17 novembre 2014

Voir note de lecture : lextraordinaire-violence-ordinaire-de-lexploitation-coloniale/

LAUREAT DU PRIX 2015 DU SALON ANTICOLONIAL

La tourmente grecque

Nous avons le plaisir de vous inviter à une 
soirée de solidarité,
avec la projection du film 
« La tourmente grecque« , 
suivie d’un débat avec le réalisateur, Philippe Menut.
 
Le mardi 18 novembre à 19.15, au « Lieu-Dit »,
6, rue Sorbier, 75020
(métro Ménilmontant, ligne 2 ou Gambetta, ligne 3, bus no 96)
la-tourmente-grecqueef80a2ef80a2

Nous comptons bien sur votre présence !

————————

N’hésitez pas à rélayer l’information auprès de vos contacts.

En vous remerciant d’avance,

Salutations fraternelles.

————————–

Pour nous contacter : france.grece.solidarite.sante@gmail.com

Pour toute information supplémentaire, veuillez visiter notre blog :

http://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/

Pour des dons : no de compte : CCP 27 964 96 A 020

RIB : 20041 00001 2796496A020 06

LA BANQUE POSTALE CENTRE DE PARIS 75900 PARIS CEDEX 15

ou chèques à l’ordre du « Convoi Syndical », à adresser à Convoi Syndical, 25, rue des Envierges, 75020, Paris.

Appel contre les politiques de racialisation

Reprenons l’initiative !

APPEL CONTRE LES POLITIQUES DE RACIALISATION

L’antiracisme ne se réduit pas à un combat contre le racisme individuel à l’occasion de « dérapages » qui se multiplient effectivement. Ce serait minimiser la réalité du racisme systémique, c’est-à-dire, au-delà des idéologies racistes, des discriminations au quotidien, mais aussi occulter le rôle du racisme institutionnel.

Le traitement étatique et municipal des populations rroms en est l’illustration la plus brutale. Nous sommes bien en présence d’une « politique de la race » : on assigne les Rroms à une différence supposément culturelle pour justifier en retour de les traiter de manière discriminatoire.

Mais les politiques de racialisation concernent pareillement d’autres catégories de la population. C’est le cas depuis longtemps avec l’injonction d’intégration adressée aux descendants de l’immigration postcoloniale, comme si certains Français devaient éternellement faire la preuve de leur « identité nationale ». C’est aussi le cas avec le déchaînement d’islamophobie qui s’autorise de la laïcité pour jeter une suspicion a priori sur les musulmans tout en récusant le terme même d’islamophobie.

La politique de la race qui vise les Rroms est donc le révélateur de politiques de racialisation qui font écho à une histoire marquée par l’esclavage, le colonialisme et le nazisme. Mais ce passé rencontre l’actualité d’une France et d’une Europe néolibérales où s’accroissent les inégalités de classes : ces politiques de stigmatisation servent ainsi à en distraire.

Il ne suffit plus de dénoncer les racistes, ni même les partis racistes. Il faut s’en prendre aux politiques de racialisation. Nous refusons d’accepter l’inacceptable, et d’être les complices ou même les témoins de l’organisation politique de la concurrence généralisée entre les victimes d’un même système inégalitaire. Les signataires appellent à une reprise collective de l’initiative.

Il est encore temps, mais il est déjà grand temps.

Pour voir les signatures

jesigne

 

PARIS EN TOUTES LETTRES

Affiche PARIS EN TOUTES LETTRESAu programme de cette cinquième édition de PARIS EN TOUTES LETTRES :

Concert littéraire et lecture musicale

Mathieu Boogaerts
Rodolphe Burger – Le Cantique des cantiques & Hommage à Mahmoud Darwich –

Klô Pelgag – L’Alchimie des monstres –
Dick Annegarn – « L’orée de l’oraliture », création poétique

Daphné – « Extraits d’amour »
Olivier Adam & Julien Adam – Peine perdue
Luc Baba & Quentin Léonard – « Tu parles »
Voyage autour des chambres d’écrivains, par Laure Urgin
Lazare mon amour – création autour de l’œuvre de Sylvia Plath
Serge Joncour & Florent Marchet
Les Grands – Sylvain Prudhomme accompagné par Malam Mané et Djon Motta Eric Reinhardt & Feu! Chatterton – L’Amour et les forêts
Nicolas Rey & Mathieu Saïkaly – « Et vivre était sublime »
Fiston Mwanza Mujila – Tram 83
Brigitte Fontaine – Les hommes préfèrent les hommes –
Noémie Lvovsky & Gaëtan Roussel
« James chante James », avec James Noël et James Germain
Sieste littéraire et bal littéraire à la Mairie du 4e arrondissement
Le laboratoire onirique de Barbara Carlotti

Rencontres, lectures, performances et spectacles

Éric Vuillard & Jacques Bonnaffé
Tentative de résumer À la Recherche du temps perdu en une heure – Véronique Aubouy Peep Show Poésie
La bibliothèque de Clémentine Mélois
Carte blanche à la Revue IntranQuîllités
Pascal Rambert – La ligne des corps
Michel Voïta – « Dire Combray »
Soirée Quinzaine littéraire
« Lettres à la femme d’à côté » – Hommage à François Truffaut par Laurent Lafitte Étienne Klein – Anagrammes renversantes
Robert Doisneau par François Morel & Eric Caravaca
Sous le regard de Victor Hugo, par Laure Urgin
Eugène Savitzkaya – Capolican
Patrick Boucheron, un historien au risque de la littérature
Rencontre professionnelle avec le MOTif
Gauz – Debout-payé, toujours l’aurore –
Rencontre-lecture avec le photographe Jean-François Spricigo
Soma Morgenstren – Rencontre

Jean-Yves Jouannais & Catherine Millet – Dialogue

Un certain Michaux, Lecture par Didier Flamand
Pierre Mifsud – Conférence de choses
Philippe Artières – Dépouillement, subs. Masc. –
Dora Bruder de Patrick Modiano, lecture (distribution en cours) Lecture-rencontre avec Marc Blanchet & Patrick Boucheron
Jean Zéboulon & Nicolas Martel, rencontre animée par Victor Pouchet 

Image

Expériences d’appropriation sociale en Europe

Invit_Sem_7_10_14

Colloque Promemo/Cira

Veuillez marquer sur vos tablettes la date du 14 novembre. Promemo et le Cira organisent aux Archives départementales des Bouches du Rhône un colloque intitulé la Grande guerre et le mouvement ouvrier dans les Bdr. Les historiens J. L. Robert, spécialiste de la question et J. Chuzeville auteur remarqué d’études sur le pacifisme interviendront et des tables rondes succèderont à leurs interventions. Vous trouverez en pièce jointes toutes les informations sur le programme de la journée.

Devant le nombre limité de places il est recommandé de s’inscrire auprès des Archives départementales au numéro suivant: 0413318200

Je vous remercie de votre attention

Gérard Leidet

coprésident de ProMéMo

Provence mémoire et monde ouvrier

Les amis du Maitron

Colloque Promemo-Cira    Programme des tables rondes