Archives de Catégorie: EN VRAC

Les agresseurs sexuels n’ont pas leur place aux élections de 2022

Nous, femmes travaillant dans le milieu politique, élues, collaboratrices, fonctionnaires, responsables associatives, militantes, qui côtoyons régulièrement les hommes politiques, mais avant tout citoyennes, appelons le monde politique à une réponse d’ampleur aux violences sexuelles et sexistes commises par nos représentants.

Au sein du Parlement, des mairies, des conseils départementaux et régionaux, des hommes mis en cause, parfois condamnés, pour viol, pour agression sexuelle, pour atteinte sexuelle sur mineur·e, pour violences conjugales sont élus, malgré les discours affichés sur la lutte contre les violences faites aux femmes, malgré nos alertes répétées. Qu’est devenue la grande cause du quinquennat ? Lire la suite

Des enregistrements en 2019 (4)

Des disques et des musiques récentes. Prendre le temps de s’arrêter, d’écouter des albums. S’éloigner des critères privilégiés par des commerçants, rarement disquaires, ou des productions des majors…

De multiples éditeurs nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ». Quelques disques enregistrés, ici en 2019, au hasard des écoutes. Lire la suite

Mon état, c’est ce que j’en ferai

1582165811_9791032907108_v100

« A bien y réfléchir, Aurore aurait préféré naître Homme.
Cela lui venait d’un certain écoeurement, une nausée diffuse qui l’avait prise, adolescente, lors des repas de famille. Ce sentiment arrivait du besoin d’être ailleurs, une envie radicale qui se nichait dans la gorge entre le fromage et le dessert »

L’histoire d’une femme, d’une promesse de liberté, d’abandons, de villes inconnues… Lire la suite

Il n’y a pas d’avenir sans souveraineté alimentaire : Le temps est venu de changer nos systèmes alimentaires !

Souveraineté alimentaire : eau, terre et semences. Pain et Solidarité !

Appel à l’humanité pour agir en faveur de la souveraineté alimentaire

LVC_FRENCH_for_web

Le 16 octobre, nous célébrerons les 25 ans de la définition par notre mouvement du droit à la souveraineté alimentaire. Cette célébration et ces réflexions de 25 ans ont lieu à un moment où la planète et l’humanité sont confrontées à des crises sans précédent. Le changement climatique (vagues de chaleur, sécheresses, inondations, etc.) ravage la planète et la perte de biodiversité se produit à des niveaux catastrophiques. La pollution est omniprésente et étouffe autant la vie terrestre que marine. La faim, la pauvreté et les inégalités sont en hausse.

La pandémie de COVID-19 a aggravé une situation déjà désastreuse. Nous devons de toute urgence changer notre mode de vie pour nous adapter et survivre. Le moment est venu de coordonner à l’échelle mondiale les actions des populations rurales et urbaines afin de mettre en place des systèmes alimentaires équitables et sains. La souveraineté alimentaire est la solution pour transformer les systèmes alimentaires, mettre fin à la faim et à la malnutrition et refroidir la terre, préserver la biodiversité et respecter les droits des paysan⋅nes, des travailleurs et des travailleuses : Il n’y a pas d’avenir sans souveraineté alimentaire. Lire la suite

Pour Alexandra Richard et pour toutes les autres : clarifions la loi sur la légitime défense !

Selon la Convention d’Istanbul, le terme « violence domestique » désigne « tous les actes de violence physique, sexuelle, psychologique ou économique qui surviennent au sein de la famille ou du foyer ». Selon la Cour Européenne des Droits de l’Homme, les violences domestiques sous toutes leurs formes et quelle que soient leur fréquence ou leur intensité sont des violations graves des droits humains des victimes.

En effet, la circonstance que ces violences s’exercent au sein du foyer, dans un lieu censé offrir repos et sécurité, en fait des actes de tortures. N’avoir aucun lieu où se reposer, se voir priver de sécurité jusque dans la chambre à coucher, ne se sentir en sécurité nulle part est indiscutablement une entrave à l’accès effectif à tous les autres droits. C’est être emprisonnée, sous l’empire d’un bourreau au quotidien, même si ce bourreau porte parfois le masque d’un bon conjoint. Lire la suite

Myanmar : les travailleurs ont perdu tous leurs droits ; le coup d’État et la troisième vague mettent les ouvriers en danger

Certains propriétaires d’usines ont été accusés d’avoir encore plus exploité et de ne pas avoir protégé leurs employés lors de la dernière épidémie de Covid-19, et comme les syndicats ne sont pas actifs depuis le coup d’État, les travailleurs ne peuvent pas demander réparation.

Ko Aung Min Thein a commencé à souffrir de maux de tête et de douleurs musculaires au cours de la deuxième semaine de juillet, et trois jours plus tard, il a perdu son odorat. C’est à peu près à cette époque qu’il a commencé à remarquer que nombre de ses collègues de travail dans une usine de nouilles instantanées à Yangon présentaient également des symptômes du Covid-19. Lire la suite

Vu de Taïwan (Taipei)

product_9782072904622_195x320

Chang Kuo-Li se lance dans le polar après avoir écrit une trentaine de livres. Comme une nouvelle naissance. « Le sniper, son wok et son fusil » indique que la cuisine sera aussi de l’intrigue. Alex, surnom venant de la légion étrangère, Ai Li pour l’état civil, participe d’une confrérie qui, comme les Yakusa, rassemble ses « fidèles », tatoués, par un contrat de confiance et une solidarité qui se veut à toute épreuve. Ils et elles obéissent à celui qui les a formé.e.s et les a conduits au sens le plus fort. A Rome, Alex doit assassiner un conseiller du président taïwanais. Pourquoi ? Alex sera obligé de se poser cette question, pourchassé qu’il est par des forces anonymes qui le traquent. La réponse est un gage de survie. Il est aidé par l’inspecteur WU en fin de carrière qui cherche aussi le pourquoi de l’assassinat et n’accepte pas, malgré son départ à la retraite, de renoncer. Lire la suite

Prostitution et « dignité » masculine

Appelez ça comme vous voulez, c’est de la prostitution.

La dignité des hommes est une chose qu’ils prennent très au sérieux. La dignité, même et surtout en vertu de la loi (masculine), est fondée sur le concept de choix. Mais le concept masculin de la dignité est basé sur un statut dû à la structure de classe.

Ainsi, beaucoup de personnes qui disposent de peu de choix aiment prétende qu’elles ont le choix parce qu’il est lié au concept de dignité.

La rhétorique qui fait de la prostitution une industrie stigmatisante et humiliante pour les femmes prostituées a entièrement pour but de garantir que les hommes ne soient pas mal vus. Les hommes ne sont stigmatisés que par association et proximité avec la personne prostituée, plutôt que par leur création de notre condition et leur demande permanente de nos corps.

Ils nous utilisent parce que nous sommes là, et ils veulent se sentir dignes en le faisant. Lire la suite

Un groupe international de juifs appelle les institutions juives à retirer le drapeau israélien

« Nous, les Juifs du monde entier, appelons les Juifs et les organisations juives du monde entier à retirer les drapeaux israéliens des espaces communs, que ce soit dans les écoles juives, les bureaux de la Fédération juive ou les synagogues. Il est clair pour nous – et pour une grande partie du monde – comme l’ont démontré les rapports de B’Tselem et de Human Rights Watch – que l’État israélien est un régime d’apartheid et donc, comme le droit international le confirme à juste titre, il s’agit d’un crime contre l’humanité permanent.  Lire la suite

Les langues, une question politique essentielle

Depuis le 19 mai 2021, date du texte ci-dessous, le débat sur les langues régionales s’est entaché de confusions et d’erreurs, y compris chez les militants des langues régionales – sans parler des médias qui ont amplifié la confusion.

De quoi s’agit-il ? De la confusion entre ‘immersion’ et recours à la langue régionale dans toutes les disciplines de l’école, ce qui n’est pas l’immersion. Immersion = temps plein !

Le recours à la langue régionale dans toutes les disciplines peut se pratiquer avec ou sans immersion : sans immersion dans le filières de l’Education Nationale (parité horaire à 50%/50%) ; ou à temps plein dans les écoles associatives (Diwan, Seaska, calendretes, ABCM- Zweisprachigkeit). Ce dispositif est toujours efficace : c’est la transdisciplinarité ou « Utilisation transdisciplinaire de la langue régionale (ou UTL) ».

Mais il est encore plus efficace lorsqu’il est couplé au temps plein, que l’on appelle ‘immersion’. C’est pourquoi les élèves qui bénéficient de l’immersion – en plus des UTL – apprennent plus vite et parviennent plus tôt à une pratique permettant le recours à langue régionale dans l’ensemble des activités et disciplines.

Il est grand temps que la question de la légitimité de l’apprentissage précoce des langues régionales soit débarrassée des inepties qui font oublier le vrai débat : sommes-nous pour ou contre le nivellement linguistique et culturel qui est à l’oeuvre sous nos yeux depuis si longtemps ? Lire la suite

Infographie | Enclosures numériques : l’accaparement technologique des terres

FR-Cercas_Digitales_1_1

Les registres cadastraux numériques contenant des informations sur les terres et autres ressources naturelles deviennent les nouveaux « actes de naissance » des propriétés rurales. De plus en plus, la localisation et la mesure des terres via la technologie de géoréférencement (GPS) sont rendues obligatoires pour l’accès aux politiques publiques, aux crédits, pour l’accomplissement des réglementations environnementales ; elles deviennent aussi l’une des conditions permettant de déterminer les droits de propriété lors des processus de régularisation foncière. Lire la suite

Voyages aux pays de grande liberté… (9)

Si la part d’improvisation est plus ou moins importante dans les concerts et les enregistrements de jazz, certains musicien-ne-s n’hésitent pas à nous offrir de longues d’improvisations collectives. Certaines rencontres se font, hors schéma, hors structure, ou du moins nommée comme telle. Cela ne signifie pas qu’une ou des nervures ne soient pas sous-jacentes à ces improvisations. C’est éventuellement à l’auditrice et à l’auditeur de les rechercher. Voyages donc aux pays de grande liberté… Au hasard de ré-écoutes récentes. Lire la suite

ABCDaire nécessairement partiel (8)

Essayer de faire partager des émotions ressenties lors des (ré)écoutes. En ABCDaire nécessairement partiel et incomplet.

Déambulations dans quelques œuvres et interprétations, en profane…

Une invitation à écouter et partager ces versions ou d’autres que vous ne manquerez pas de signaler… Lire la suite

L’action française : le poison contre-révolutionnaire

L’Action française bénéficie d’une réputation de « centre de formation intellectuelle » héritée de son histoire, de son Institut d’Action française et de sa longue pratique des conférences et des colloques. Ses principales activités se sont cantonnées à des commémorations : Jeanne d’Arc, la mort de Louis XVI, à la vente de son journal. La « Manif pour tous » a permis à l’AF somnolente, de se refaire une santé et de tenter de retrouver un espace de visibilité, de « royaliser » les mobilisations, en mettant à disposition sa logistique et son service d’ordre. Ses militants ont tenté d’occuper la rue par des actions violentes à Marseille, Bordeaux, Lyon, Paris, Montpellier. Des commandos royalistes sont intervenus, en 2017, contre les occupations de certaines facultés et des assemblées générales d’étudiants (Sorbonne, Tolbiac, Strasbourg, Centre universitaire Paul Valéry à Montpellier, Sciences Po Rennes), raids de commandos anti blocage dans des lycées parisiens (Voltaire, Louis le Grand, Montaigne). Des affrontements ont lieu avec les antifascistes, comme à Saint-Etienne, lors de l’inauguration d’une section de l’Action française en 2018, ainsi qu’à Marseille où les royalistes, suite à une scission de l’AF-Provence1, se sont associés au GUD et ont ouvert un local sous l’étiquette Bastion social. Tentant d’exploiter le côté médiatique, un militant royaliste a entarté Eric Coquerel, député de La France Insoumise en avril 2018. A Toulouse, le groupe toulousain a occupé les toits de l’usine Latécoère, objet d’une opa émanant d’un fond d’investissement américain, claironnant « Nous sommes en première ligne contre la braderie de nos industries ». Dernièrement, certains de ses ex militants ont été tentés par le terrorisme. En juin 2017, Logan-Alexandre Nisin, fan d’Anders Breivik, est arrêté à Vitrolles, ainsi qu’une dizaine de personnes en Seine Saint-Denis et à Marseille2. Nisin était à la tête d’un groupe baptisé « OAS », en référence à l’Organisation Armée Secrète, organisation terroriste et pro Algérie française3. Nisin et son groupe projetaient des attentats contre des personnalités politiques parmi lesquelles Christophe Castaner ex maire de Forcalquier, Jean-Luc Mélenchon.4 L’AF s’est empressée de publier un communiqué de presse rédigé par son secrétaire François Bel-Ker « Contre la diffamation, note sur une tentation terroriste d’ultra droite. Nous réaffirmons ici que ses agissements solitaires étaient parfaitement inconnus des membres et des cadres de notre organisation. Toute son histoire (AF) prouve son refus de l’action terroriste ». On peut s’interroger sur la place que représentent actuellement le maurrassisme et son poids idéologique. Lire la suite

Oublier c’est disparaitre

 

Lire la suite

L’autogestion dans les années 68

Lire la suite

Habiter la contradiction : usages et colportages de la pensée de Geneviève Fraisse

Deux journées d’étude à Paris – 29 et 30 mars 2018

Le Centre d’Etudes du Vivant, Université Paris Diderot

et la Fondation Entreprise Ricard, Paris

En la présence et avec la participation de Geneviève Fraisse

Conçues par : le collectif Les Vagues1

Geneviève Fraisse, directrice de recherche émérite au CNRS, produit une œuvre philosophique à partir du matériau historique. Faisant apparaître de nouvelles généalogies du féminisme, elle ouvre la voie d’un dialogue avec des pensées isolées ou canoniques de Poullain de la Barre à Simone de Beauvoir en passant par Germaine de Staël. Elle postule que la Révolution française, issue de l’universalisme, est paradoxalement le point de départ de la théorisation de la place des femmes dans les affaires publiques et en même temps de leur exclusion de la sphère politique ce qu’elle appelle la « démocratie exclusive ». Lire la suite

Serions-nous toutes, tous en train de devenir des exilé.e.s aujourd’hui ?

Lire la suite

De l’hospitalité qui vient

Lire la suite

Les mots du politique

affiche-ateliers-cvuh-1848 Lire la suite