Archives de Catégorie: Ecologie

L’écologie de Marx à la lumière de la MEGA 2

La-nature-contre-le-capital

Depuis une trentaine d’années, les études destinées à évaluer la portée de l’œuvre de Marx (tout comme de celle d’Engels, qui lui est étroitement liée) à l’aune de la thématique et de la problématique écologiques se sont multipliées. Aiguillonnées par la conscience grandissante de l’ampleur de la catastrophe écologique dans laquelle nous sommes engagés et de l’urgence qu’il y a à l’affronter, elles ont cherché à déterminer si et dans quelle mesure cette œuvre était susceptible d’éclairer les tenants et aboutissants de cette catastrophe et de contribuer à formuler des réponses appropriées permettant d’envisager d’en sortir. Lire la suite

Apothéose néolibérale : la COP26 fonde le marché mondial de l’incendie et l’offre aux incendiaires capitalistes, au détriment des peuples (et autre texte)

La Conférence de Glasgow (COP26) aurait dû en priorité :

1°) concrétiser la promesse des pays « développés » de verser au Fonds vert pour le climat, à partir de 2020, au moins cent milliards de dollars par an pour aider le Sud global à relever le défi climatique [1] ;

2°) forcer ces mêmes pays à intervenir financièrement pour couvrir les énormes « pertes et dommages » causés par le réchauffement, en particulier dans les « pays les moins avancés » et les petits états insulaires ;

3°) « rehausser les ambitions » climatiques des gouvernements pour concrétiser l’objectif adopté de la COP21 (Paris, 2015) : « maintenir la hausse de température bien au-dessous de 2°C tout en continuant les efforts pour ne pas dépasser 1,5°C par rapport à la période préindustrielle ».

Le bilan est sans appel : sur le papier, Glasgow clarifie l’objectif ambigu de Paris en le radicalisant (1,5°C est dorénavant l’objectif) et évoque la responsabilité des combustibles fossiles; mais en pratique, la Conférence n’a rien conçu pour arrêter la catastrophe. « Pas en avant dans la bonne direction », ont dit certains. Au contraire : obnubilés par la relance néolibérale post-covid et par leurs rivalités géostratégiques, les maîtres du monde ont décidé : Lire la suite

COP26 : pas de rétablissement environnemental sans rupture économique et sociale

« Dôme de chaleur » avec des températures record dans le Nord-Ouest du Canada, pluies diluviennes et inondations en Allemagne et en Belgique, températures caniculaires et vastes incendies non seulement en Grèce et en Sicile, mais aussi en Californie, ouragan Ida qui a inondé la côte est des États-Unis et en particulier New York avec comme conséquence, dans chaque cas, des dizaines de morts et disparus. L’été 2021 aura été marqué par des événements météorologiques exceptionnels. Et cela pour ne mentionner que les pays du Nord, riche et économiquement prospère. Lire la suite

Le bilan de la COP26 tient en 3 mots : criminel, indécent, dilatoire (plus autres textes)

Avec la généralisation des marchés carbone, la COP26 institutionnalise un greenwashing généralisé

Criminel – Quand la pérennité des conditions de vie décentes sur la planète est en jeu, on attend des Etats qu’ils se partagent les efforts supplémentaires nécessaires pour garantir aux populations que tout est mis en œuvre pour rester en-deçà de 1,5°C de réchauffement climatique, garantie sine qua non de survie pour une part significative d’entre elles. Une fois de plus, ce n’est pas ce qu’il s’est passé à Glasgow. Les 15 jours de négociations n’ont pas été utilisés pour obtenir un renforcement immédiat des politiques climatiques nationales (NDC) qui conduisent, à supposer que ces engagements soient réellement respectés, à un réchauffement climatique de 2,7°C ou plus. La prophétie de Paris, qu’on nous avait promise « autoréalisatrice », ne se réalise pas : les politiques climatiques nationales sont à des années-lumière du nécessaire, et les moins mauvais élèves ne sont que les meilleurs des cancres d’une classe de cancres. Le texte de décisions de la COP26 en témoigne, appelant les Etats à donner plus d’ambition à leur politique climatique dès 2022. Alors que les données de cette équation sont connues depuis 2015, va-t-on encore perdre une année ? Et combien d’autres ensuite ? Alors qu’il faudrait réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre de 45% d’ici à 2030, les Etats nous promettent de battre un record d’émissions chaque année, oui CHAQUE ANNEE, d’ici à 2030 (+14% sur la période). La différence entre -45% et +14% est un crime climatique. Un crime commis en toute connaissance de cause. Lire la suite

Lettre ouverte aux médias du monde entier, par Greta Thunberg et Vanessa Nakate (plus autre texte)

Chers éditeurs de médias du monde entier,

Fonte des glaciers, feux de forêt, sécheresses, canicules meurtrières, inondations, ouragans, perte de biodiversité. Ce sont tous les symptômes d’une planète déstabilisée, qui se produisent autour de nous en permanence.

C’est le genre de choses dont vous faites état. Parfois. La crise climatique, cependant, est bien plus que cela. Si vous voulez vraiment couvrir la crise climatique, vous devez également rendre compte des questions fondamentales du temps, de la pensée holistique et de la justice.

Qu’est-ce que cela signifie ? Examinons ces questions une par une. Lire la suite

La planète brûle… et la société aussi ! (plus 2 textes du Québec, Manifeste de l’Ecosocialist Alliance, Déclaration de la Via Campesina, appel Politis, Attac)

  1. La planète brûle… et la société aussi ! Signez l’appel pour un réseau éco-syndicaliste

  2. Il faut prioriser la justice sociale et la lutte à la crise climatique. Élections municipales. Déclaration des organismes communautaires pour la justice sociale et la justice climatique 

  3. Contre le réchauffement climatique, compter sur la convergence des luttes !

  4. L’écosocialisme, pas l’extinction ! Manifeste de l’Ecosocialist Alliance

  5. Travailleuses et travailleurs de la terre, unissons-nous ! Souveraineté alimentaire pour la justice climatique maintenant ! Déclaration de La Via Campesina en vue de la COP 26 de l’onu sur le climat (Glasgow)

  6. Votre inaction est un crime !

  7. Novembre 2021 : Cop26 à Glasgow. Négociations internationales sur le climat : Pour les riches, par les riches

Lire la suite

Contre la destruction de l’environnement par l’andro-capitalisme : L’ECOFEMINISME

Couverture_1re-Albertini-Androcapitalocène

Interview de Catherine Albertini  par Francine Sporenda

Catherine Albertini est docteure d’Etat en Pharmacie (médaille d’or –majore de sa promotion), elle a également obtenu un DEA de Pharmacologie et Toxicologie Fondamentales (CNRS, Université de Toulouse III), puis soutenu une thèse de Biochimie et Biologie Cellulaire (CNRS Université de Toulouse III) sur des sujets concernant la lutte contre le cancer.

Après un stage postdoctoral à l’Université de Californie à Berkeley, elle a été recrutée par l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) où elle a permis, par son travail, des avancées majeures sur les gènes de résistances aux champignons pathogènes aux fongicides (même si ça n’était pas son domaine de recherche initial).

 Féministe, elle a collaboré au sein du bureau de « Choisir la cause des femmes » présidé par Gisèle Halimi, à la pénalisation des clients de la prostitution, prostitution sur laquelle a écrit de nombreux articles publiés dans les médias en France comme au Québec. Elle a également été à l’initiative de la traduction en Français de l’œuvre majeure de Catharine MacKinnon « Feminism Unmodified » (« Le Féminisme irréductible » aux éditions Des Femmes Antoinette Fouque) en 2005.

Actuellement, elle est chargée d’une mission sur le travail des femmes en agriculture et sur la biodiversité.

FS : Dans votre livre, vous parlez de la pionnière de l’écoféminisme, Françoise d’Eaubonne, qui parle de « prométhéisme » comme caractéristique de l’idéologie mâle. Qu’est-ce que le prométhéisme ? Lire la suite

Système énergétique et justice climatique : si ce n’est pas féministe, ce ne sera pas juste

Chez les Amis de la Terre International, la lutte pour la justice climatique nous a amenés à comprendre la nécessité d’une transformation énergétique radicale. Le système énergétique actuel provoque des changements climatiques et détruit les communautés, les moyens de subsistance et les territoires. De nombreuses communautés à travers le monde luttent pour transformer ce système qui usurpe leurs terres, leurs forêts et leurs eaux, et les femmes sont en première ligne de cette bataille. C’est un modèle qui est né du système capitaliste patriarcal, basé sur le colonialisme, le racisme et l’exploitation de la nature et des personnes – plus spécifiquement, du corps et du travail des femmes.

Nous avons adopté le concept de transition juste, élaboré par les peuples autochtones et les syndicats qui prônaient déjà ce besoin de changement dans la production d’énergie. L’objectif va au-delà du simple abandon des combustibles fossiles. Oui, il est urgent de laisser derrière nous les combustibles fossiles et les mégabarrages, mais nous devons également abandonner le paradigme néolibéral qui donne aux sociétés transnationales tant de pouvoir sur le système énergétique. Ce paradigme conduit à la privatisation de l’énergie et au déni des droits. Il y a beaucoup de gens dans le monde qui n’ont pas accès à l’électricité. Le système néolibéral qui privatise et transforme l’énergie en marchandise détruit également de nombreuses vies. Et nous sommes également conscientes qu’il faut bien plus que simplement changer de sources et de technologies. Lire la suite

Traité de non-prolifération des combustibles fossiles

Une initiative internationale pour l’abandon des combustibles fossiles et le soutien à une transition juste

Le changement climatique, tout comme les armes nucléaires, constitue une menace mondiale majeure.

Des mesures audacieuses et immédiates sont nécessaires pour faire face à l’urgence climatique.

Les combustibles fossiles sont la principale cause de l’urgence climatique. Charbon, pétrole et gaz sont responsables de près de 80 % de toutes les émissions de dioxyde de carbone depuis le début de la révolution industrielle.

Nous devons aujourd’hui impérativement coopérer à l’échelle internationale pour progressivement abandonner toute production de combustibles fossiles et trouver des solutions plus sûres et efficaces, et ce, dans trois domaines principaux : la non-prolifération, un désarmement mondial, une transition pacifique et juste. Lire la suite

Le capitalisme vert attaque la souveraineté alimentaire (et autres textes)

  • Le capitalisme vert attaque la souveraineté alimentaire

  • Libérons-nous de la faim, de la pauvreté, de la dette et de la mort ! Libérons-nous des accords de libre-échange !

  • Le peuple asiatique contre le libre-échange : « la société a été traumatisée par les dettes »


Les mouvements sociaux luttant pour la souveraineté alimentaire et l’agroécologie dénoncent et rejettent l’offensive du pouvoir des entreprises sur l’alimentation et la nature, offensive représentée par le Sommet des Nations Unies sur les Systèmes alimentaires (UNFSS – Sommet sur les Systèmes alimentaires des Nations Unies).

Ce sommet est le résultat d’un accord entre l’ONU et le Forum économique mondial et sert de stratégie aux grandes entreprises transnationales pour avancer sur la question de l’alimentation. Le sommet est organisé selon le modèle « multiples parties prenantes », qui place les entreprises transnationales au cœur de la définition politique. De cette manière, la privatisation de la politique et la pénétration par les entreprises du système des Nations Unies se renforce. Lire la suite

Les sols de la planète ravagés par l’agrochimie

Une analyse publiée le 4 mai 2021 dans la revue Frontiers in Environmental Science affirme qu’une soupe toxique d’insecticides, d’herbicides et de fongicides fait des ravages dans les sols des champs couverts de maïs, de soja, de blé et d’autres monocultures. Cette recherche constitue l’examen le plus complet jamais réalisé sur la manière dont les pesticides affectent la santé des sols.

L’étude est discutée par deux des auteurs du rapport, Nathan Donley et Tari Gunstone, dans un récent article publié sur le site web Scientific American. Les auteurs déclarent que les résultats devraient entraîner des changements immédiats dans la manière dont les organismes de réglementation comme l’Agence de protection de l’environnement (EPA, aux Etats-Unis) évaluent les risques posés par les quelque 850 composants de pesticides dont l’utilisation est autorisée aux Etats-Unis. Lire la suite

Des changements climatiques inévitables et irréversibles : l’avertissement le plus sévère jamais lancé par le GIEC (plus autres textes dont Alternatiba, Daniel Tanuro)

L’activité humaine modifie le climat de la Terre d’une manière « sans précédent » depuis des milliers ou des centaines de milliers d’années ; certains de ces changements étant désormais inévitables et « irréversibles» , ont averti des climatologues.

Au cours des deux prochaines décennies, les températures risquent d’augmenter de plus de 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels, ce qui est contraire aux objectifs de l’Accord de Paris sur le climat de 2015 et entraînera une dévastation très étendue et des conditions météorologiques extrêmes.

Seules des réductions rapides et drastiques des gaz à effet de serre au cours de cette décennie peuvent empêcher un tel effondrement du climat, chaque fraction de degré de réchauffement supplémentaire étant susceptible d’aggraver l’accélération des effets, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la principale autorité mondiale en matière de climatologie. Lire la suite

Conditions météorologiques, catastrophes, politiques (non)écologiques

Les conditions météorologiques extrêmes
deviennent de plus en plus normales

Les conséquences des inondations sont dévastatrices : au moins 133 [156 en Allemagne, en date du 18 juillet] personnes ont été tuées, de nombreuses autres sont encore portées disparues, des dizaines de milliers de maisons ont été inondées et l’approvisionnement en électricité a été interrompu. La gravité et l’étendue des inondations qui ont frappé l’Allemagne cette semaine ont choqué même les climatologues. En outre, ils ne s’attendaient pas à ce que les précédents records d’inondation soient battus à cette échelle, sur une zone aussi vaste et aussi rapidement.

Après la vague de chaleur meurtrière aux Etats-Unis et au Canada, où les températures ont dépassé 49,6 degrés il y a quinze jours, les inondations en Europe centrale font craindre que le changement climatique dû à l’activité humaine ne rende les conditions météorologiques extrêmes encore pires que ce qui avait été prévu. Lire la suite

Komité centrales

Qui sommes-nous ?

Des électrons libres

Nous sommes une coalition d’habitant.e.s de différents territoires, nous venons d’organisations, de mouvements politiques et de collectifs divers à l’origine du Manifeste « L’énergie est un bien commun ». Nous luttons à nos manières pour le bien commun et l’égalité, contre la folie nucléaire et celle des énergies fossiles, contre la prédation sur les ressources et les territoires, pour un avenir et des sociétés solidaires entre elles, libérées des logiques de domination, du colonialisme et de la prédation sur le vivant humain ou non humain. 

Nos pratiques d’engagement et nos tactiques sont diverses, complémentaires et parfois autonomes, mais nous refusons de nous séparer les un.e.s des autres en nous collant des étiquettes uniques d’activistes, d’anticapitaliste, d’artiste, de penseur.euse, d’écrivain.e, de chercheur.euse, de chômeur.euse, de militant.e ou d’ouvrier.ere, travailleur.euse du secteur entrepreneurial, associatif ou culturel… Nous sommes tout ça à la fois. 

Issu.e.s d’un passé politique de luttes contre l’hydre capitaliste dont le nucléaire est l’une de ses plus grandes abominations actuelles, l’époque qui nous relie est le présent. Et même si nous regardons le futur avec inquiétude, c’est aujourd’hui que nous voulons contrer avec détermination, les responsables du désastre climatique et social en cours partout sur la planète.  Lire la suite

Canicules catastrophiques au Canada

Une vague de chaleur extrême traverse l’ouest du Canada, causant des centaines de morts. La température a atteint 49,6°C dans le village Lytton, en Colombie-Britannique – ce village vient d’être détruit par un feu de forêt – battant des records de tous les temps au Canada.

Ciel enfumé, air pollué, chaleur létale

Au cours de trois des cinq derniers étés, les Britanno-Colombien·nes ont souffert d’événements météorologiques extrêmes. La vague de chaleur historique, qui a déclenché des températures dignes du désert de la Mort – il a fait plus chaud dans la province que dans le désert du Nevada –, s’est déplacée vers l’est en Alberta, a mis les réalités du changement climatique en évidence.

Les climatologues sont prudents lorsqu’ils citent le changement climatique comme la cause d’un événement météorologique particulier. Mais pour elleux, les preuves montrent que les événements extrêmes s’intensifient et deviennent plus fréquents en raison du réchauffement climatique. Lire la suite

La « croissance verte », ou le projet de marchandiser la nature

La-croiance-verte-contre-la-nature-Critique-de-l-ecologie-marchande

Notre collègue et amie, Hélène Tordjman, vient de publier La croissance verte contre la nature, Critique de l’écologie marchande. Ce livre fera date parce qu’il rassemble une documentation très à jour sur la conceptualisation et la mise en pièces de la nature par un capitalisme menant au bord de l’asphyxie planétaire, pour la nature mais aussi pour les humains. Maintenant que la crise écologique est avérée, que le réchauffement du climat n’est plus discuté et que les alarmes sur la perte de biodiversité se multiplient, on pourrait croire que tout est dit. Peut-être, mais réunir en un volume une synthèse aussi détaillée, précise et référencée à la fois sur les multiples atteintes à la nature et sur les fausses solutions qui y sont apportées est une belle réussite. Lire la suite

Greta Thunberg : La comédie est terminée

Demain, 150 semaines se seront écoulées depuis que nous avons commencé les grèves scolaires pour le climat. Au cours de cette période, de plus en plus de personnes à travers le monde se sont réveillées face à la crise climatique et écologique, exerçant davantage de pression sur vous, les gens au pouvoir.

Au bout du compte, la pression de la population était trop forte, vous aviez les yeux du monde rivés sur vous. Alors, vous avez commencé à agir. Non pas agir en prenant des mesures pour le climat, mais agir comme dans un jeu de rôle sur scène. C’est-à-dire en jouant à la politique, sur les mots, avec notre avenir.

Vous prétendez endosser vos responsabilités. Vous prétendez agir en sauveur tout en essayant de nous convaincre que vous avez pris les choses en main, mais pendant ce temps le fossé entre votre rhétorique et la réalité ne cesse de se creuser davantage. Et comme le niveau de conscience est bas, vous vous en sortez presque.

Mais soyons clairs, ce que vous faites n’a rien à voir avec l’action climatique ou une réponse à l’urgence climatique. Cela n’a jamais été le cas. Ce ne sont que des tactiques de communication déguisées en actions politiques. Vous, et plus particulièrement les pays à revenu élevé, vous prétendez changer et écouter les jeunes alors que vous continuez à peu près exactement comme avant. Lire la suite

La crise climatique n’est pas un problème technologique

La-Grosse-Arnaque_FR

Ce rapport présente des preuves évidentes que les plans climatiques « zéro émission nette » ne sont que la dernière tentative des industries polluantes… pour échapper à la responsabilité d’agir contre le changement climatique.

« En 2020, les catastrophes naturelles se produisaient trois fois plus souvent qu’il y a un demi-siècle. D’ores et déjà, l’année 2021 est en passe de connaître certaines des catastrophes liées au climat les plus extrêmes jamais enregistrées. Au cours des quatre premiers mois de l’année, un nombre record de typhons, des températures basses mortelles, des nuées de criquets dévastateurs et des inondations sans précédent ont frappé différents coins du globe. Le dénominateur commun de tous ces événements extrêmes est le changement climatique. » Lire la suite

Inquiétude sur des fuites radioactives à la centrale nucléaire de Taishan (Chine)

La chaine américaine CNN fait état ce jour d’une « augmentation de la concentration de gaz rares » dans le circuit primaire du réacteur 1 de la centrale EPR de Taishan, premier de ce type à avoir été couplée à un réseau électrique (le 29 juin 2018) et située dans un rayon de 100 à 150 km par rapport aux villes de Canton et de Hongkong.

La branche américaine de Framatome, filiale du groupe EDF et qui fait partie des entreprises engagées dans la construction et dans l’exploitation du site, aurait alerté les autorités américaine d’une « menace radiologique imminente » il y a déjà plusieurs jours. Lire la suite

Alerte : à Tchernobyl une réaction nucléaire incontrôlée vient de démarrer dans une des salles du réacteur n°4 éventré

Un signal de fission atomique auto-entretenue critique, en provenance d’une pièce inaccessible de la centrale nucléaire en ruine de Tchernobyl, vient d’être détecté. La braise mortelle couve sous l’enchevêtrement des amas radioactifs d’uranium et de zirconium du réacteur n°4. Un amalgame de graphite des ex-barres de contrôle et des tonnes de sable déversées à partir du 26 avril 1986 pour tenter d’éteindre l’incendie sur le coeur du réacteur s’est transformé en lave. Environ 170 tonnes d’uranium irradié s’y trouve piégées. Le sarcophage en béton et en acier Shelter, érigé dans l’année qui a suivit l’accident au dessus de l’installation nucléaire, a permis à l’eau de pluie de s’infiltrer. Le deuxième sarcophage gigantesque, glissé par-dessus, pour parer aux fissures et fuites du premier et contenir la réaction nucléaire ne résisterait pas. Les autorités s’inquiètent d’une possible accélération de façon exponentielle de la réaction de fission. Menace pour tous les pays. Lire la suite