Archives de Catégorie: Ecole/Education/Mouvements étudiants

Mobilisation Générale Pour Que Vivent Nos Langues

Le Collectif Pour Que Vivent Nos Langues a lancé cette pétition adressée à Jean-Michel Blanquer (Ministre de l’éducation nationale) :

https://www.change.org/p/jean-michel-blanquer-mobilisation-générale-pour-que-vivent-nos-langues

Nos langues, ce sont l’occitan-langue d’oc, le basque, le breton, le catalan, le corse, le flamand occidental, l’allemand standard et dialectal alsacien et mosellan, le savoyard (arpitan-francoprovençal), les langues d’Oïl, les créoles et les langues autochtones des territoires des Outre-Mer. Toutes résistent en France pour ne pas disparaître car elles figurent toutes à l’inventaire des « langues menacées de disparition » établi par l’Unesco. Malgré l’élan mondial  pour que biodiversité naturelle et biodiversité culturelle soient enfin considérées et préservées, malgré les textes internationaux qui régissent les droits de l’Homme et les droits des peuples, l’État français, en dépit de multiples condamnations par l’ONU, continue son œuvre de destruction du patrimoine immatériel millénaire que sont nos langues et nos cultures. Lire la suite

Lettre ouverte : A l’attention de la présidence de l’université de Lyon, de la présidence de l’université Lyon 1, et de monsieur le recteur de l’académie de Lyon

Lyon, le 15 Septembre 2019,

A l’attention de la présidence de l’université de Lyon, de la présidence de l’université Lyon 1, et de monsieur le recteur de l’académie de Lyon

Et pour information : à l’attention de la direction de la recherche et des études doctorales, de l’école doctorale 512 et de monsieur le charge de mission égalité diversité de Lyon 1,

Nous attirons votre attention sur la situation inacceptable et absurde dans laquelle se trouve une ancienne doctorante de l’université de Lyon, Gwladys Fernandes, qui a soutenu sa thèse le 18 juin 2019. L’université Lyon 1 lui refuse la délivrance de l’attestation de réussite nécessaire à l’attribution de son diplôme de doctorat. Par cette lettre, nous exprimons notre solidarité pleine et entière a notre collègue et vous demandons de débloquer rapidement sa situation. Lire la suite

Introduction de bell hooks à son livre : apprendre à transgresser

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Les semaines qui précédèrent la décision du département d’anglais de l’université d’Oberlin de m’accorder ou non un poste permanent, j’étais hantée par des rêves où je fuyais, où je disparaissais et même où je mourais. Ces rêves n’étaient pas une réponse à la peur de ne pas être titularisée, mais au contraire à celle de l’être 1. J’avais peur d’être enfermée dans le monde universitaire pour toujours. Lire la suite

« La Ahlan wa La Sahlan en France » 

Deux événements marqueront les échanges universitaires entre la France et l’Afrique à partir de la rentrée prochaine : 

1. l’application du dispositif au nom de contre-vérité de « Bienvenue en France » qui impose des « frais d’inscription différenciés » pour les étudiants étrangers hors Communauté européenne. Leurs droits d’inscription passent de 170 à 2 770 euros par an en licence et de 243 à 3 770 euros en master. 

2. l’ouverture de l’Université franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée (UFTAM) à Al Mourouj, dans la banlieue sud de Tunis. Lire la suite

De nouvelles formes de refus violent de l’égalité

« En France, sept cent mille élèves sont victimes de harcèlement scolaire… ». Il ne s’agit pas d’une somme de cas individuels ou de pratiques marginales. Des brimades nouvelles s’ajoutant à d’autres formes de subordination des enfants (en complément possible, Yves Bonnardel : La Domination adulte, l’oppression des mineursce-nest-quen-ayant-lambition-de-realiser-nos-reves-quon-peut-pretendre-leur-donner-une-chance/)

Insultes en ligne, usurpation d’identité, publication de photos personnelles ou de scènes d’agression filmées, Bérengère Stassin formule un certain nombre de questions et « Nous nous proposons d’apporter quelques éléments de réponse à ces différentes interrogations, mais aussi quelques éléments de définition pour éclaircir le flou sémantique qui entoure, aujourd’hui encore, les notions de harcèlement, de cyberviolence et de cyberharcèlement ». Lire la suite

J’écoute mal un sot qui veut que je le craigne

Dans leur avant-propos de : « A l’école du partage. Les communs dans l’enseignement », avant-propos-de-a-lecole-du-partage-les-communs-dans-lenseignement/ publié avec l’aimable autorisation des éditions C&F Marion Carbillet et Hélène Mulot parlent de leur métier de professeures documentalistes, du déploiement des technologies numériques, de la transformation de la profession d’enseignantes, « Il y a une dizaine d’années, nous sommes retrouvées en grand questionnement sur les contenus à transmettre aux adolescents que nous avions face à nous. Comment accompagner leurs pratiques de recherche d’information, leur utilisation des blogs, des forums, des médias sociaux ? » Lire la suite

Après #metoo, le besoin urgent d’une déontologie universitaire

La prise de conscience est lente, mais grâce au travail du CLASCHES, au mouvement #MeToo qui a soutenu la prise de parole des victimes et à la mobilisation d’universitaires, la loi du silence se lève progressivement sur le problème du harcèlement sexuel à l’université.

Ce problème n’est pourtant pas encore traité avec le sérieux et la volonté politique qu’il requiert : qu’il s’agisse des procédures locales mises en place par les universités, de la communication à destination de la communauté universitaire sur le rôle des référent·e·s, des formations, des enquêtes et de l’application réelle de sanctions, les éléments essentiels pour la lutte contre le harcèlement sexuel n’en sont qu’à leurs balbutiements. Le fonctionnement rétrograde des procédures disciplinaires, qui ne peuvent être ouvertes que par les président·e·s d’université, ne reconnaissent pas de statut aux victimes, et impliquent généralement de faire juger les personnes mises en cause par leurs ami·e·s et collègues, est particulièrement problématique (1). Les universités, de surcroît, ont trop souvent tendance à se défausser sur la justice pénale lorsque des agressions sexuelles ou des faits de harcèlement leur sont rapportés alors qu’elles ont la responsabilité de les traiter non pas en tant que délits mais en tant que manquements à des obligations professionnelles. Lire la suite

Avant-propos de : « A l’école du partage. Les communs dans l’enseignement »

Avec l’aimable autorisation des éditions C&F

Nous avons commencé à exercer notre métier de professeures documentalistes au début des années 2000. Depuis cette époque, le déploiement des technologies numériques, et notamment du web, a transformé la société et notre profession d’enseignantes. Ce que nous avons appris lors de notre formation s’est donc avéré très vite obsolète. Il y a une dizaine d’années, nous sommes retrouvées en grand questionnement sur les contenus à transmettre aux adolescents que nous avions face à nous. Comment accompagner leurs pratiques de recherche d’information, leur utilisation des blogs, des forums, des médias sociaux ? Lire la suite

Blanquer, Dehaene, et la conquête d’une école démocratique

Ni parti, ni syndicat, le GRDS n’a pas vocation à prendre position à chaque aléa des politiques officielles. Groupe de recherche indépendant, il entend soumettre aux forces sociales intéressées des résultats d’enquêtes, d’études, d’examen réfléchi, et les propositions d’orientation qui lui paraissent en découler : à ces forces, et à tous les visiteurs de notre site, ensuite, d’en faire leur profit ou de les rejeter.

Pour autant, sur le registre qui nous est propre, nous ne sommes évidemment pas neutres : c’est l’objectif d’une école de l’ambition pour tous qui nous anime, comme notre intitulé (Groupe de recherches sur la démocratisation scolaire) l’indique assez clairement. Il nous a paru tout à fait naturel et légitime, en ce sens, d’intervenir de façon critique sur une série d’aspects de la politique ministérielle actuelle, en argumentant les raisons pour lesquelles celle-ci nous paraissait contredire la visée d’une telle école. Lire la suite

Appel des profs aux citoyen·ne·s encore debout

Les enseignant.e.s en lutte contre la loi Blanquer se sont dotés d’un outil de coordination nationale : le site internet www.bloquonsblanquer.frElles et ils lancent un appel à tous les citoyen·ne·s concerné.e.s par la question de l’école publique à les soutenir médiatiquement et financièrement (via leurs caisses de grève). Voici le texte de cet appel.

Nous avons lu l’appel « Nous ne sommes pas dupes » des 1 400 artistes déclarant soutenir la cause des gilets jaunes.

Nous avons lu la tribune de Joël Pommerat disant :

« Je pense que l’école est le lieu propice pour une rencontre [entre l’art et les jeunes] et même qu’il s’agit de sa mission. A titre personnel, j’ai pu constater les bénéfices extrêmement concrets de ces enseignements artistiques tels qu’ils ont été pensés et mis en place il y a environ trente ans. Bien sûr, on pourrait faire encore mieux, mais ce qui m’inquiète aujourd’hui c’est le risque qu’on fasse moins bien. » (Joël Pommerat, Tribune « Monsieur Blanquer, votre réforme du lycée va dégrader la qualité des enseignements artistiques », Le Monde, 11 mai 2019)

A tout.e.s ceux et celles qui ne sont pas dupes et qui soutiennent les gilets jaunes dans leur lutte pour « une démocratie plus directe », en lien avec l’état d’urgence écologique :  Lire la suite

La saveur de la fabrique collective de savoirs

Dans son introduction, Irène Pereira souligne les spécificités des pédagogies critiques, leurs liens avec la transformation sociale. L’autrice parle, entre autres, de Paulo Freire, de la question des opprimé·es, de Célestin Freinet, de la question de l’émancipation, des traditions de pédagogies émancipatrices en France ou des nouvelles pratiques à l’étranger, de la récupération néolibérale de thématiques issues de l’éducation nouvelle… Lire la suite

Histoire et enseignement au Québec

L’histoire et son enseignement est un sujet politique, trop souvent réduit à l’imposition de normes en fonction de critères idéologiques – par ailleurs souvent masqués par des prétentions scientifiques – et en négligeant les pratiques réelles des enseignant·es.

Parmi des ouvrages parus récemment en France, je souligne deux livres : Lire la suite

Un appel européen pour un salaire étudiant

Communiqué de presse

Union syndicale étudiante (USE)

Belgique Solidaires étudiant-e-s

France SUD Étudiant-e-s

et Précaires – Suisse

Bruxelles, Paris, Lausanne, le 19 novembre 2018

Un appel européen pour un salaire étudiant

Aujourd’hui, lundi 19 novembre 2018, la grève des stagiaires au Québec débute. Nos camarades des Comités unitaires sur le travail étudiant (CUTE), avec qui nous travaillons, l’organise et nous leur apportons tous nos messages de solidarité : qu’elle soit victorieuse ! Les CUTE portent la revendication d’une rémunération pour tous les stages et plus généralement de celle d’un salaire étudiant. Cette lutte est exemplaire. Elle fait très fortement écho à nos réalités et nous nous plaçons dans son sillage. Lire la suite

Violences sexuelles : dans l’enseignement supérieur et la recherche aussi, #SupToo!

Toutes les enquêtes le montrent, les violences faites aux femmes concernent tous les milieux sociaux et professionnels. Il n’y a donc aucune raison que nos universités et établissements d’enseignement supérieur et de recherche en soient préservés. D’autant plus qu’en leur sein les relations hiérarchiques se conjuguent souvent aux rapports de pouvoir multiples liés à l’autorité, au prestige, aux grades et aux fonctions. Lire la suite

Réaction et marchandisation : les deux jambes de la politique éducative de Macron.

Edouard Philippe l’a annoncé : dès la rentrée 2019, les étudiant-e-s étranger-e-s non communautaires verront leurs frais d’inscription dans les universités françaises multipliées par 16. Pour s’inscrire en licence, ils et elles devront 2 770 euros (170 actuellement) et 3 770 pour une inscription en master (243 euros en 2018) (1). Lire la suite

11 novembre, école, mémoire, histoire

Merci à Fabien pour avoir signalé ce texte

Voici l’intervention faite hier au 10° rassemblement de Rocles pour la réhabilitation de tous les fusillés pour l’exemple de 1914-1918 par Vincent Présumey au nom de la FSU 03

Chers amis, compagnons, citoyens, camarades,

Voici plusieurs années que dans ce rendez-vous militant pour la réhabilitation de tous les fusillés pour l’exemple de la boucherie impérialiste (appelons les choses par leur nom !) de 1914-1918, nous évoquons ce qu’il est convenu d’appeler la mémoire, mais pas la mémoire officielle, celle, majoritaire, du peuple, des familles, des exploités et des opprimés pour qui la boucherie ne fut pas une victoire, mais bien une boucherie, et dans lequel nous rappelons l’histoire, scientifique et sérieuse, dans laquelle la prétendue victoire portait en elle, comme la nuée l’orage, une autre guerre et la réaction nationaliste, et nazie, et donc la suite du grand déclin et de la grande brutalisation de l’Europe capitaliste. Lire la suite

Les murs clos de l’enfermement, les fenêtres ouvertes vers la liberté

Ce livre fait suite à un colloque tenu en janvier 2018 pour dégager des perspectives d’évolution afin de marginaliser l’enfermement.

Dans un premier texte, « Sortir de l’enfermement », sortir-de-lenfermement/ publié avec l’aimable autorisation des Editions SyllepseAnaïs Vrain indique que « La courbe du nombre de mineur·es incarcéré·es n’a cessé de croître depuis le mois d’octobre 2016, atteignant en août 2017 le nombre record de 885 mineur·es détenu·es. La plupart des quarante-quatre quartiers pour mineur·es d’établissements pénitentiaires et des six établissements pénitentiaires pour mineur·es (EPM) sont saturés ». L’autrice parle, entre autres, d’augmentation massive de l’emprisonnement, de surpopulation carcérale pour les majeur·es, de l’incarcération de grands adolescents dans les conditions de détention des majeur·es, des placements dans les cinquante-deux centres éducatifs fermés, de l’augmentation des mesures de probation… Lire la suite

Sortir de l’enfermement

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

La courbe du nombre de mineur·es incarcéré·es n’a cessé de croître depuis le mois d’octobre 2016, atteignant en août 2017 le nombre record de 885 mineur·es détenu·es. La plupart des quarante-quatre quartiers pour mineur·es d’établissements pénitentiaires et des six établissements pénitentiaires pour mineur·es (EPM) sont saturés. Lire la suite

Il se dessine un sombre avenir pour l’histoire au lycée

C’est l’heure des sondes, le moment de préparer doucement les enseignants aux nouveautés de la rentrée. Surtout, ne fâcher personne, annoncer en douceur des changements de ligne majeurs tout en ponctuant ses propos de signes rassurants. La dernière tribune dans Le Monde de Souad Ayada, présidente du CSP (Conseil Supérieur des Programmes) est un modèle du genre ; et quiconque – mais c’est encore l’été n’est-ce pas – se contenterait d’une lecture diagonale y trouverait forcément son bonheur ; à commencer par les quelques farouches défenseurs d’une école critique et démocratique ; après-tout, les mots-clés sont là : émancipation, esprit critique… et même quelques idées que l’on attendait guère de la part d’un soutien à ce gouvernement : l’impératif de résistance « aux flux culturels désordonnés qui obéissent à des impératifs marchands ». Mais, comme souvent dans le style illusionniste de la langue de bois, le diable se niche dans les détails, et une brève analyse des idées-forces du cadre interprétatif des nouveaux programmes nous laisse, comme prévu, craindre le pire, à commencer par le dévoiement et la régression sans précédent des finalités de l’histoire scolaire au lycée qui suinte à travers ce passage : Lire la suite

Il s’est passé ceci d’inouï : nous nous sommes mis à parler

« Notre ambition est limitée, il s’agit – à l’occasion de ce cinquantième anniversaire – de porter à la connaissance d’un public plus large que celui de la recherche des éléments susceptibles de mieux comprendre les années 68 des étudiants en France ».

Dans leur présentation, presentation-de-louvrage-de-jean-pierre-legois-alain-mochablon-robi-morder-etudiant·es-en-revolution/, publié avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse, Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon, Robi Morder abordent la double mutation universitaire, « la massification des effectifs, et les changements des fins des universités » et les mouvements étudiants, « nous concentrant dans cet ouvrage plutôt sur les manières dont les mouvements étudiants s’organisent, se structurent, se présentent et se représentent que ce soit au travers d’organismes conjoncturels où à vocation durable, politiques ou à vocation représentative ». Lire la suite