Archives de Catégorie: Ecole/Education/Mouvements étudiants

Non à la répression des enfants ! Oui à la protection et à l’éducation !

Quatre enfants âgés de 10 ans ont été interpellés jeudi 5 novembre 2020, soupçonnés d’avoir tenu des propos « violents » et « inquiétants » lors de l’hommage rendu dans leur classe à Samuel Paty. Ils ont été retenus pendant neuf heures au commissariat d’Albertville. Ailleurs, à Strasbourg, deux enfants de 12 ans sont visés par une enquête pénale.

Ces actions interrogent profondément sur leurs sens et leur portée éducative à l’égard de ces enfants subissant un traitement particulièrement violent et traumatisant. Lire la suite

La Loi de programmation de la recherche s’attaque aux libertés et aux statuts du personnel

Étendons la mobilisation pour qu’elle reste lettre morte

Le gouvernement a annoncé le 1er février 2019 sa volonté de faire voter une loi pluriannuelle ambitieuse pour développer la recherche. Nous assistons au mois de novembre 2020 au dénouement de près de deux ans de « maturation » d’une loi destructrice pour l’ESR.

Le contenu de la loi de programmation de la recherche (LPR) et ses orientations néfastes avaient déclenché parmi les personnels un puissant mouvement de protestation, marqué par une journée d’action très suivie le 5 mars 2020, des assemblées générales très nombreuses et encore hier (17 novembre), en plein confinement, plus de 1200 personnes place de la Sorbonne à Paris. Lire la suite

De la difficulté et de la nécessité de prendre la parole après un massacre. Du sacré, du profane et du travail de l’histoire

Dans les réactions à l’assassinat de Samuel Paty comme à la liberté de caricaturer, dans les cérémonies d’hommage ou dans les manifestations hostiles, les questions du sacré et du profane ne cessent d’intervenir, de façon explicite ou implicite. Il est nécessaire de se demander en quoi elles nous concernent toutes et tous, parfois même à notre insu, et travailler ainsi à une distanciation dont l’urgence n’est plus à démontrer. Membre du CVUH, professeur d’histoire-géographie au lycée et chargé de cours à l’université, l’auteur a voulu également réagir comme enseignant confronté aux mêmes enjeux que Samuel Paty. Lire la suite

La menace de l’autoritarisme académique

Jeudi 22 octobre 2020, à deux reprises, sur Europe 1 et devant le Sénat, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a mis en cause l’Université : celle-ci serait « ravagée » par des « islamo-gauchistes » et « des théories indigénistes ». Il a confirmé ses propos dans le Journal du dimanche le 25 octobre. La Conférence des président d’Université a protesté dans un communiqué. En réaction, un groupe d’universitaires est intervenu en soutien au ministre dans un Manifeste sur « la persistance du déni », publié dans Le Monde le 2 novembre. Et la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, défend si peu les universitaires que, « fait rarissime, la commission permanente du Conseil National des Universités appelle à la démission de Frédérique Vidal, « qui ne dispose plus de la légitimité nécessaire pour parler au nom de la communauté universitaire et pour agir en faveur de l’Université ». Lire la suite

Conjurer la peur par le collectif + Déclaration du FUIQP

Serions-nous tétanisés au point de trouver normal d’envoyer des enfants de 10 ans passer une journée au commissariat ?

D’un autre côté, mesurons-nous suffisamment le niveau de peur installé dans le corps enseignant par l’abominable assassinat de Samuel Paty ?

Il semblerait que le satisfecit des plateaux-télé et le silence poli en face donnent de premiers éléments de réponses à la première question. Quant à la seconde, il est sans doute encore trop tôt pour en prendre vraiment la mesure, mais on ne peut que supposer le venin bien là. Et comment ne pas comprendre, comment rassurer un collègue qui envisage désormais comme possible son égorgement aux abords de son établissement scolaire ? La situation est d’une brutalité inédite et n’autorise aucun déni, aucun rictus moqueur, aucun mépris. La peur est la pire conseillère certes mais on ne la contrôle que rarement. Lire la suite

Pas en mon nom

« Chose significative : ce n’est pas par la tête que les civilisations pourrissent. C’est d’abord par le cœur. » Aimé Césaire 

Puisque vous avez l’outrecuidance, M. Blanquer, de parler de « martyr », laissez-moi faire un peu d’histoire. Et vous rappeler l’étymologie du mot : le martyr, c’est le témoin. Celui qui par ses yeux clos voit et désigne, celui par qui l’on est instruit. Les martyrs chrétiens de la Rome antique ou les martyrs palestiniens d’aujourd’hui ont ceci de commun que confrontés à un choix, ils ont décidé de sacrifier leur vie plutôt que de renier leurs convictions. Ils ont posé un acte fort, violent, incompréhensible à mes yeux, parce que contrairement à vous, monsieur le ministre, je ne suis d’aucune religion, pas même républicaine. Mais ils ont décidé le martyre, pour une cause qui leur a semblé plus grande qu’eux. Sans trop m’avancer, je crois que M. Paty, qui fut un fonctionnaire honnête, s’il avait eu le choix, aurait probablement choisi la vie. Je crois que vous fabriquez de toutes pièces un héros là où fut un homme, une victime. Lire la suite

Pour un savoir critique et émancipateur dans la recherche et l’enseignement supérieur

Nous avons lu le texte désolant intitulé « Manifeste des cent ». Nous savons bien que nous ne convaincrons pas ses signataires : nous pourrions donc les laisser dire et les laisser faire. Cependant, leur appel à la police de la pensée dans les universités ne saurait rester sans réaction. Pas davantage que leur vocabulaire emprunté à l’extrême droite, après Jean-Michel Blanquer et son recours au registre de la « gangrène ». « Islamo-gauchisme », puisque telle est l’insulte agitée pour tout argument, nous rappelle d’autres injures, à l’instar de « judéo-bolchevisme » : des temps sombres et des anathèmes auxquels nous refusons de céder. Lire la suite

Promouvoir une contre-culture de résistance à l’Ecole

Depuis le drame de Conflans Sainte-Honorine, en hommage à notre collègue Samuel Paty, beaucoup a déjà été écrit. Dans le monde enseignant, un consensus existe sur l’exercice de l’esprit critique à l’Ecole instance laïque, et en même temps sur la lutte contre les discriminations, par la réhabilitation de l’éducation prioritaire.

Cela dit, une politique éducative de cet ordre ne peut suffire à résorber la grave crise de confiance qui oppose à l’institution, les publics issus de l’immigration, qu’ils soient musulmans ou d’autres appartenances. Lire la suite

Communiqués : AFEA et SAES suite aux propos du Ministre Blanquer (plus 1 texte)

Communiqué du bureau de l’AFEA en réponse aux propos du ministre de l’Éducation Nationale sur les universitaires

Le 16 octobre dernier, notre collègue Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie au collège du Bois-d’Aulne de Conflans Sainte Honorine, a été assassiné de la façon la plus atroce qui soit pour avoir enseigné un cours sur la liberté d’expression. Jamais un enseignant n’avait été la cible d’un attentat meurtrier dans l’exercice de sa mission. Devant l’horreur de ce crime sans précédent qui frappe l’enseignement en son cœur, le bureau de l’Association Française d’Études Américaines souhaite exprimer sa plus vive émotion, et réaffirme avec Jean Zay que « les écoles doivent rester l’asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas ». Cet attentat ne vise pas que l’éducation secondaire mais l’enseignement dans son ensemble, car il cherche à détruire l’une de nos missions les plus fondamentales, celle de former des esprits libres et d’en aiguiser le sens critique. En tant qu’enseignants-chercheurs, nous exerçons cette mission auprès de nos étudiant.e.s de premier cycle, mais également dans le cadre de la formation de nos futur.e.s collègues des collèges et lycées, auxquels nous sommes lié.e.s par un engagement et un destin communs. Plus que jamais, nous tenons à leur exprimer toute notre solidarité et à les assurer de tout notre soutien. Lire la suite

De la liberté

Quelle est aujourd’hui la place de l’école ? Comment la liberté d’expression, l’apprentissage de la connaissance, le doute, le questionnement peuvent-ils encore avoir droit de cité dans ces lieux de plus en plus privatisés, ouverts au marchandage, où les élèves ne sont plus des écoliers en apprentissage mais des usagers, sous l’œil sceptique de parents, parfois suspicieux, de plus en plus intrusifs ?

Nous avons tous et chacune été sidérés par la décapitation de notre collègue d’histoire-géographie Samuel Paty. Les nombreux hommages ne peuvent effacer l’acte barbare dont il a été victime. Si le moment est opportun pour les autorités de rappeler les grands principes républicains dont la liberté d’expression, le CVUH se doit de restituer l’histoire de la longue dégradation de ces mêmes principes à l’école. Des échanges ont eu lieu entre nous et nos adhérents. Ce texte a été écrit à la demande d’un de nos collègues du secondaire. D’autres réflexions vont suivre, notamment sur la laïcité. Lire la suite

L’effroi, les larmes et quelques questions

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

L’horreur a encore frappé et sa réalité si inconcevable qu’on peine à l’écrire : un collègue a été décapité par un terroriste islamiste devant son collège, en pleine journée. Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie et d’enseignement moral et civique est mort assassiné par un jeune homme de 18 ans fanatisé, tué pour avoir choisi de faire réfléchir ses élèves de quatrième à la liberté d’expression à partir de caricatures de Mahomet issues d’un numéro de Charlie Hebdo. C’est l’effroi, la sidération, l’abomination mise à nue, et cela nous hante comme si l’assassinat d’un des nôtres recouvrait d’un linceul l’ensemble d’une profession, et pour longtemps sans doute. Nous, les milliers d’enseignants que compte ce pays. Lire la suite

SOS École Université – Pour un système éducatif démocratique (note de lecture)

[Les éditions du Croquant viennent de publier, avec le soutien de l’Institut de recherches de la FSU, un ouvrage coordonné par Martine Boudet. On lira ci-dessous l’analyse, entreprise à l’initiative de la revue Contretemps, qu’en propose José Tovar.]

Quel système éducatif voulons-nous ? Pour quelle société ? Autant de questions qui se posent à nouveaux frais depuis l’épreuve subie par les élèves, les parents et les enseignants durant la période de confinement due à l’épidémie du Covid-19 et du fait notamment de la gestion désastreuse de la mal nommée « continuité pédagogique », avec la volonté du gouvernement Macron d’accélérer les transformations du système éducatif sous la houlette du ministre Blanquer, sans surprise maintenu à son poste pour la deuxième partie du quinquennat. Lire la suite

SOS Ecole Université – Pour un système éducatif démocratique

Avec l’aimable autorisation de l’autrice

Entretien avec Martine Boudet coordinatrice de SOS Ecole Université – Pour un système éducatif démocratique (Le Croquant, 2020) (1)

Cet ouvrage, coordonné par Martine Boudet, membre du Conseil scientifique d’Attac France, est cosigné par des responsables syndicaux – du SNUIPP, du SNES, du SNESUP-, de la fondation Copernic, du mouvement des professeur.es du primaire en désobéissance et du groupe Jean-Pierre Vernant. Avec le soutien de l’Institut de recherches de la FSU. Lire la suite

Ce qui résiste au silence, c’est la douleur

« un colloque qui visait, nous le rappelons ici, à questionner de manière directe ce qui produit, maintient ou reconduit les comportements sexistes à l’université ». Laurence Pelletier et Valérie Lebrun indiquent : « Il nous importait plutôt de comprendre que là où il a assez d’espace pour ambiguïté, les malaises et les incitations au silence, il y en a forcément pour les remises en question ». Lire la suite

Nous sommes là parce que nous sommes des hybrides

Comme je l’ai déjà indiqué, à propos d’un autre livre, Je suis d’autant plus sensible aux analyses de Gilbert Dalgalian que je suis handicapé linguistique, malgré ou à cause de l’étude tardive de l’anglais puis de l’espagnol au lycée. Le peu de yiddish, entendu de grands-parent·es, est presque totalement effacé de ma mémoire. Je ne sais m’exprimer qu’en français. Il s’agit bien d’un handicap socialement construit, limitant les possibles relations avec autrui…

Le livre est composé d’un certain nombre de conférences, dont certaines avec des dimensions auto-biographiques. « Celui-ci se compose d’une partie des textes de conférences, congrès et séminaires où j’ai eu l’occasion de plaider pour le respect et la transmission des langues, notamment par les filières d’éducation bilingue précoce ». Lire la suite

Pour notre jeunesse, résistons !

Nous ne sommes pas dupes : le contexte sanitaire sert aujourd’hui de prétexte à la mise en place de nouvelles mesures, autoritaires et liberticides, tout particulièrement dans le domaine de l’enseignement, de la maternelle à l’université. Nous refusons le sort qui est fait aujourd’hui à notre jeunesse, et derrière elle, la mise au pas de la société tout entière, à grand renfort d’outils numériques. Plus qu’au virus, c’est à ce qui fait notre humanité que le gouvernement semble avoir déclaré la guerre. Aussi nous nous saisissons de cette date hautement symbolique du 18 Juin pour lancer un appel au sursaut des consciences et à la résistance.  Lire la suite

SOS École Université. Pour un système éducatif démocratique

Depuis une décennie, enseignant·es, publics, citoyen·nes sont confronté·es à une avalanche de contre-réformes qui, à défaut de légitimité, sont souvent imposées par la force.

Il devient urgent de résister à cette « culture de la violence instituée », et à la sélection sociale qui en est une motivation et qui conduit au sacrifice des nouvelles générations. La promotion des acquis universitaires et scolaires, et des services publics qui les garantissent, s’avère indissociable de celle de l’État de droit et des libertés professionnelles (académiques et pédagogiques). Lire la suite

Interrogations sur une dimension spécifique d’un programme scolaire

En introduction, Laurence De Cock parle, entre autres, des débats sur le passé colonial, des tensions identitaires, de l’école, « En France, l’école est l’un des objets privilégiés de controverse. L’enseignement de l’histoire y occupe en outre une place telle que les débats autour des contenus d’enseignement y sont réguliers et tendus, nous le verrons en détail », des espaces politiques et des programmes, « Nous touchons ici du doigt l’objet de ce travail, qui consiste à interroger cette progressive problématisation et politisation d’un contenu scolaire devenu l’un des révélateurs des tensions entre l’école, la société, la République et la nation »… Lire la suite

Comment l’éducation et la sécurité des filles seront affectées par la réponse de Covid19

Et les mesures que les gouvernements africains peuvent et doivent prendre pour y remédier

Abigail *, une jeune femme qui vit à Harare, la capitale du Zimbabwe, est tombée enceinte d’un homme marié beaucoup plus âgé à l’âge de 14 ans. Elle avait quitté l’école parce que sa mère n’avait pas les moyens de payer ses frais de scolarité, ses livres et autres fournitures scolaires. Sa mère avait également du mal à acheter de la nourriture et d’autres produits de base pour la famille. L’homme lui avait donné de l’argent. Elle sentait qu’elle ne pouvait pas le refuser car il l’aidait.

Abigail n’avait reçu aucune éducation sexuelle à l’école et ne savait pas comment prévenir une grossesse. A 16 ans, elle nous a dit : « Je souhaite retourner à l’école car je suis encore enfant ». Lire la suite

Contre la réouverture des écoles et établissements à partir du 11 mai

Communiqué commun du jeudi 16 avril 2020

Coordination nationale de l’Éducation (Chaîne des Bahuts et des Écoles) • Les Stylos Rouges • Bloquons Blanquer • Coordination Lycéenne Nationale • Parents pas confiants

La Coordination nationale de l’Éducation, qui se réunit depuis plusieurs mois, s’est tenue pour la cinquième fois par conférence téléphonée le mercredi 15 avril 2020 suite aux annonces de Macron et Blanquer concernant la réouverture des écoles et établissements. Elle a réuni une centaine de personnels de l’Éducation issus de 19 académies, du premier et du second degrés, de toutes catégories (enseignant.e.s d’écoles, collèges et lycées, de l’enseignement public ou privé, en Éducation prioritaire ou non, de l’enseignement adapté ou spécialisé, CPE, PsyEN, AESH…), en présence de représentant.e.s de la Coordination Lycéenne Nationale. Lire la suite