Archives de Catégorie: Du coté des sons

A la rencontre (7)

Les musicien-ne-s de jazz sont souvent partis à la rencontre d’autres musicien-ne-s et de leurs instruments à travers le monde. Ces dialogues fructueux soulignent combien l’idée même de frontières musicales est artificielle.

Au hasard de ré-écoutes récentes.Voir précédentes notes : A la rencontre,A la rencontre (2),A la rencontre (3),a-la-rencontre-4/,a-la-rencontre-5/,a-la-rencontre-6/ Lire la suite

La Marseillaise – réadaptation par Djamel DJENIDI

Du coté du jazz (novembre 2018)

Du blues qui tâche. Memphis Slim

Memphis Slim ? Le nom de ce bluesman sonne tellement parisien que tout-e amateur-e de piano, de blues, de boogie woogie français semble tout connaître et avoir tout entendu de ses enregistrements et performances. Le concert proposé dans la collection « Live in Paris » vient apporter un démenti et propose une nouvelle pierre – presque une pierre participant de la fondation du mythe Memphis Slim – à la connaissance du périple du chanteur/pianiste. Lire la suite

Du coté du jazz (octobre 2018)

Un festival : la Nièvre en liesse.

L’automne est aussi une des saisons des festivals de jazz. Ainsi en va-t-il de « D’Jazz Nevers », pour sa 32eédition. Une semaine affûtée, du 10 au 17 novembre, avec un démarrage journalier à 12h15 pour se terminer au petit matin. Parmi les invités, James Carter, Edouard Ferlet, François Corneloup, Claude Tchamitchian pour un hommage à Jean-François Jenny-Clark… Théâtre, conférences, expos pour montrer un travail culturel qui a lieu toute l’année et pas seulement à Nevers. Lire la suite

A une femme libre : la baronne Nica de Koenigswarter

Le jazz a son aristocratie construite sur le sol mouvant des reconnaissances collectives. Un Comte (Basie), un Duc (Ellington), une Impératrice (Bessie Smith), une Reine (Dinah Washington), un Président (Lester Young), une Lady (Billie Holiday) et même un génie tutélaire, Louis Armstrong pour former une sorte de firmament étoilé, une succession de constellations, une tempête de sang bleu. Mais pas de Baronne – même s’il y a un Baron autoproclamé, Charles Mingus – du jazz. Non, la Baronne est une vraie, du monde « réel », loin des légendes apparemment, venue d’Europe, née Rothschild qui plus est, devenue par le mariage avec un Jules – c’est son prénom – de Koenigswarter. Rien ne la prédestinait à rencontrer sauf le jazz, sauf son amour de l’aventure, de la liberté et la lutte contre l’antisémitisme et le racisme. Lire la suite

Des enregistrements en 2015 (6)

Des disques et des musiques récentes. Prendre le temps de s’arrêter, d’écouter des albums. S’éloigner des critères privilégiés par des commerçants, rarement disquaires, ou des productions des majors…

De multiples éditeurs nous permettent d’écouter des musiques et non de la programmation « profitable ». Quelques disques enregistrés, ici en 2015, au hasard des écoutes.

Voir aussi : des-enregistrements-en-2015/des-enregistrements-en-2015-2/des-enregistrements-en-2015-3/des-enregistrements-en-2015-4/des-enregistrements-en-2015-5/ Lire la suite

Un travail de paysan, semer le passé pour récolter l’avenir

Des musiques oubliées un temps peuvent, soudain, se trouver affublées d’une actualité. Comme une re-naissance. Naissance qui est lié à un travail de fécondation avec toutes les musiques qui ont suivi. Ainsi en est-il d’un quartet mené par Keith Jarrett entre 1973 et 1977, en compagnie de Charlie Haden à la contrebasse, Paul Motian à la batterie et l’invraisemblable Dewey Redman au saxophone ténor, que label Impulse avait enregistré. Une musique actuelle de ces années étranges, faite de feux et de toutes le flammes de l’imagination, occultée par le succès public – un des albums les plus vendus au monde – du « Köln Concert » sous le label ECM. Ce quartet à la douceur violente se devait d’avoir une descendance. Il a fallu attendre. Lire la suite