Archives de Catégorie: Du coté des images

Deux annonces du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir


18bbcb90-abdd-44e7-a404-de8ba973b6b2

SÉMINAIRE TRAVELLING FÉMINISTE

Dans le cadre du projet d’exposition et de recherche

Exposer Delphine Seyrig ?

Nous avons le grand plaisir de recevoir

Ulrike Ottinger

bc05ce8c-6f63-4d6e-a668-a216573e18ae

Delphine Seyrig dans « Dorian Gray im Spiegel der Boulevardpresse » 1984

Jeudi 1er décembre 2016 à 18h

au Forum des images (Paris)

Salle 50 Lire la suite

Pour Chantal Akerman

Avec l’aimable autorisation du Réseau féministe « Ruptures »

On marche beaucoup dans les films de Chantal Akerman, dans des espaces ouverts ou fermés, avec ou sans but. Le 6 octobre 2015, la réalisatrice a mis fin au voyage, l’écran est devenu blanc …

Née à dix-sept ans au cinéma, elle n’a cessé d’arpenter le monde, de tisser des fils entre le passé et le présent dans une quête incessante. Sa curiosité la porte à aborder tous les genres, cherchant toujours de nouvelles formes, effaçant les limites entre la fiction et le documentaire, refusant les étiquettes et les chapelles qui sont, disait-elle, « de véritables ghettos ». Lire la suite

Actualité : Projection de Brigitte Brami de Brigitte Sy

au Pitch me café – 45 rue des 3 bornes 75011 Paris – le jeudi 1er septembre : après un premier verre à 19h30 puis à 20h30 : film, puis discute autour du livre Miracle de Jean Genet de Brigitte Brami. Lire la suite

Derrière chaque masque on en trouve un autre


4675658Entretiens autour du cinéma, « 
le cinéma consiste à aller vers la réalité et être surpris par elle », des masques, « d’un coté la révélation de l’histoire du soldat par sa propre voix et de l’autre la dissimulation de son visage », des artifices, de la fiction, « tous les films sont des fictions », de l’histoire et de la propriété, « j’ironise sur la prétention à jouir de l’histoire comme d’une propriété privée ou nationale », la prétention confiscatoire de certain-e-s Juifs/Juives à « affirmer qu’il y a une propriété nationale sur le génocide »… Lire la suite

Rien n’oblige à répéter l’histoire

GERARD_History

« Les émeutes de Stonewall, symbole de la libération homosexuelle, ont eu lieu dans le New York de 1969. En 2012, quarante-trois ans plus tard, Rien n’oblige à répéter l’histoire s’intéresse aux spécificités de la communauté née de cet évènement et tente de comprendre comment celle-ci parvient à transmettre et faire perdurer le vaste projet de transformation à l’origine de ce mouvement. Sept conversations abordant les politiques des minorités sexuelles et les luttes contre l’épidémie de sida se rencontrent pour proposer leurs analyses, raconter leurs tentatives et réunir leurs idéaux. Partageant un criant désir de justice et s’inscrivant dans les domaines des archives, de la vidéo, du militantisme ou de la création d’espaces communautaires, leurs projets traversent les époques : ils ont retenu les leçons du passé et portent vers l’avenir un regard utopique. » Lire la suite

L’invitation au voyage de Claire Simon

afficheLa personne devant moi a demandé au guichet une place pour le bois dont je suis fait. Raccourci mais qui montre que le sujet est bien là, dans l’échange entre lieu et être. Avec Le bois dont les rêves sont faits Claire Simon nous emmène à la rencontre de personnes en osmose avec ce lieu du bois de Vincennes et nous invite dans une recherche poétique sur les correspondances. Lire la suite

Devant ou derrière la caméra, les femmes iraniennes crèvent l’écran

Les journées du cinéma iranien, une coutume qui s’installe peu à peu ces dernières années, ont connu leur quatrième édition du 7 au 9 avril 2016 dans plusieurs salles tunisiennes. Au programme, des longs métrages récents, des documentaires et, cerise sur le gâteau, le remarquable Nahid, primé à Cannes. La voix et le regard des femmes sont de plus en plus présents dans ce cinéma, à l’image d’une société en pleine mutation, où les femmes sont majoritaires à l’université et dans de nombreux secteurs comme l’enseignement, la médecine ou la justice. Une réalité sociale qui se heurte aux barreaux de la Charia en vigueur, qui s’avère chaque jour être une cage trop étroite. Et c’est encore une fois le cinéma qui donne un avant-goût des révolutions à venir, qui ne ressembleront à rien de connu. Lire la suite