Archives de Catégorie: Du coté des images

Un projet fou de musique et de cinéma

Ils étaient deux, trois peut-être. Le pianiste, Stephan Oliva, le producteur, Philippe Ghielmetti amateur de jazz et de cinéma aimant les projets étranges et Stéphane Oskeritzian, monteur en ondes et en images. Un projet fou ? Demander à Stephan d’improviser à partir de mots clés que les deux autres lui révèlent peu à peu. Le résultat : cinq heures d’improvisation sans relation directe, avouée avec le cinéma. « Cinéma invisible » est le titre de l’album qui s’imposait. Invisible pour le pianiste dans un premier temps, invisible pour l’auditeur obligé de faire appel à sa réserve d’images ou à en forger de nouvelles pour répondre à l’appel de la musique. Le monteur lui a écouté et réécouté pour séparer le bon grain, soit les rushes – pour employer le langage du cinéma -, de l’ivraie, ce qu’il retiendra, les images sonores d’un film à écrire. Qui s’écrit. Le scénario invisible est disponible. Avis aux amateur-e-s. Lire la suite

2017 – Le Carnet de Janina

C’est l’histoire d’un carnet, et du combat d’une femme.

Janina n’a que douze ans en 1943, lorsqu’elle écrit un carnet qui raconte son enfance dans la guerre, alors qu’elle vient de s’enfuir d’un camp de concentration. Ce texte est publié à Cracovie, en 1946, dans l’urgence des témoignages d’après-guerre, puis il sombre dans l’oubli.

Le carnet est retrouvé au début des années 2000 et commence à être traduit aux quatre coins de l’Europe. Alors que Janina, désormais âgée de 83 ans, a lutté toute sa vie pour faire passer des messages de paix en Israël – sans trouver beaucoup d’échos – la résurrection de son carnet offre un nouveau souffle à son combat pour la cause palestinienne. Lire la suite

I Am Not Your Negro

Avec les aimables autorisations de l’auteur et
de
Geneviève Sellier, animatrice du site Le genre & l’écran

Diffusé sur Arte une quinzaine de jours avant sa sortie en salle de cinéma1I am not your Negro, le documentaire de Raoul Peck, a suscité en France, bien au-delà des cercles militants et décoloniaux familiers de ses écrits depuis de nombreuses années, un certain enthousiasme. Le nombre conséquent de papiers élogieux parus dans la presse nationale illustre une attention inhabituelle pour un film documentaire consacré à une figure littéraire et intellectuelle peu connue en France2 – en dépit de la traduction de plusieurs de ses textes littéraires et essais. Indéniablement, I am not your Negro profite des dynamiques en cours dans les milieux universitaires-militants, où une nouvelle génération plus ouverte aux auteur.e.s anglo-saxon.ne.s redécouvre les travaux de Franz Fanon, C.L.R. James, Angela Davis ou, justement, James Baldwin. Lire la suite

L’île aux femmes

En hommage à Ilha das Flores (L’île aux fleurs), documentaire de Jorge Furtado, 1989

Réalisation : Azélie Fayolle, Antoine Lima

 

Manifeste


siteon0

Ce site, qui se veut collectif, vise à proposer à un large public des analyses féministes des fictions audiovisuelles (cinéma et télévision), d’abord sur l’actualité mais aussi sur des œuvres plus anciennes… Par analyse féministe, nous entendons la prise en compte de la façon dont les fictions audiovisuelles construisent, avec les moyens formels qui sont les leurs, les identités genrées, les rapports de sexe et les sexualités, en prenant en compte les dynamiques de domination sociale dont ils sont le terrain et l’enjeu. Lire la suite

Deux annonces du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir


18bbcb90-abdd-44e7-a404-de8ba973b6b2

SÉMINAIRE TRAVELLING FÉMINISTE

Dans le cadre du projet d’exposition et de recherche

Exposer Delphine Seyrig ?

Nous avons le grand plaisir de recevoir

Ulrike Ottinger

bc05ce8c-6f63-4d6e-a668-a216573e18ae

Delphine Seyrig dans « Dorian Gray im Spiegel der Boulevardpresse » 1984

Jeudi 1er décembre 2016 à 18h

au Forum des images (Paris)

Salle 50 Lire la suite

Pour Chantal Akerman

Avec l’aimable autorisation du Réseau féministe « Ruptures »

On marche beaucoup dans les films de Chantal Akerman, dans des espaces ouverts ou fermés, avec ou sans but. Le 6 octobre 2015, la réalisatrice a mis fin au voyage, l’écran est devenu blanc …

Née à dix-sept ans au cinéma, elle n’a cessé d’arpenter le monde, de tisser des fils entre le passé et le présent dans une quête incessante. Sa curiosité la porte à aborder tous les genres, cherchant toujours de nouvelles formes, effaçant les limites entre la fiction et le documentaire, refusant les étiquettes et les chapelles qui sont, disait-elle, « de véritables ghettos ». Lire la suite