Archives de Catégorie: Du coté des images

Cinéma en livre, une autre manière de voir les films

Consacrer un Repères à « Clint Eastwood » peut sembler une étrange tentative d’aborder l’art du cinéma. Jean-Louis Fabiani réussit la gageure en interrogeant la critique des œuvres du cinéaste pour cerner la « persona », le personnage qu’il interprète, et ce qu’il dit du contexte social et politique. Curieusement, ce ne sont pas les idées politiques de Eastwood – il est libertarien donc contre l’État et pour l’initiative individuelle – qui jouent un rôle mais la « persona ».

Lire la suite

Le spectacle vivant en danger

Les festivals reprennent plus ou moins timidement. Le contexte périlleux, l’absence de déplacements obligent à des choix drastiques. Les grands rassemblements sont interdits qui obèrent leur rentabilité. La COVID19 pourrait-elle permettre que la culture opère la rupture avec la marchandisation qui sévit depuis, au moins, 40 ans. Qu’elle se considère comme un service public et pas une machine à faire du fric. L’Etat devrait prendre en charge ces secteurs pour les faire sortir de la logique du marché. Lire la suite

L’Institut du Monde Arabe (IMA) propose le tome 5 des Arabofolies

Soulèvements

Les printemps arabes, s’en souvient-on ?, avaient provoqué d’énormes espoirs de par le monde. Enfin les dictateurs étaient tirés de leur lit, obligés de partir ou de rendre des comptes. Enfin, les libertés démocratiques à commencer par les droits des femmes faisaient des pas importants, l’émancipation semblait la donnée principale de tous ces soulèvements. Lire la suite

Le rêve créateur (et) Faire aimer le cinéma

Le rêve créateur

Pour fêter dignement les 100 ans de Federico Fellini (1920-1993), la publication du « Livre de mes rêves » est un cadeau merveilleux qui ouvre des portes à la compréhension de l’œuvre du cinéaste. Toute sa vie, il a noté ses rêves pour vivre plusieurs vies et alimenter ses films. La création provient des sortilèges de la nuit, du sommeil réparateur parce qu’il permet de faire fonctionner l’usine à fantasmes pour faire surgir d’autres possibles, d’autres réalités. Il se raconte que Fellini, à la fin de sa vie, ne pouvait plus dormir suffisamment avec comme conséquence des intrigues moins fournies en images. Lire la suite

Actualité du conte et de Charlie Chaplin

Le conteur est un commentateur de l’actualité se cachant derrière le fantastique ou la parabole. Les contes sont souvent revus, corrigés par le contexte. Ils sont vivants et dépendent d’un travail collectif d’interactions entre le conteur et le public. Stuart Heritage, journaliste au Guardian, a repris la tradition à son compte. Il mêle, comme le titre l’indique « Boris Johnson et les trois ours », les histoires immortelles racontées à nos enfants et les personnages de l’actualité pour faire surgir rires et réflexions sur notre époque plutôt étrange. Une réussite. Lire la suite

Ken Loach, ça fout les Boules et ça fait du bien ! Sorry, We missed You

Le topo du film est – semble-t-il au début – d’une ennuyeuse banalité : la vie quotidienne, les inévitables emmerdes, les récurrentes difficultés financières d’une famille de prolétaires ordinaires. Des anglais, de tendance Brexit ou pas Brexit ? Aucun indice dans le film.

J’ai bien sur ce point une idée, que je ne vous conterai pas… Lire la suite

« Colis Suspect » à Paris 

Dans le cadre des élections européennes, les 11, 12, 13 et 15 mai, le film documentaire « Colis Suspect » sera diffusé à Paris en présence de la co-réalisatrice, Rosa Pérez Masdeu.

Le film enquête sur le business de la sécurité migratoire, ainsi que sur le discours de la xénophobie au sein de l’Union Européenne. Lire la suite

Des irruptions de manifestations extraordinaires du désastre

Je ne connais pas le cinéma de Jean-Gabriel Périot. Cinéphile/cinéphage, je peux néanmoins en imaginer certains éléments au gré de ces conversations. Mais là ne me semble pas le plus important.

Alain et Jean-Gabriel (ils apparaissent sous leurs prénoms dans leurs échanges) discutent des images, du cinéma, de la mémoire, de certains événements, de philosophie, donc de politique. Lire la suite

Un projet fou de musique et de cinéma

Ils étaient deux, trois peut-être. Le pianiste, Stephan Oliva, le producteur, Philippe Ghielmetti amateur de jazz et de cinéma aimant les projets étranges et Stéphane Oskeritzian, monteur en ondes et en images. Un projet fou ? Demander à Stephan d’improviser à partir de mots clés que les deux autres lui révèlent peu à peu. Le résultat : cinq heures d’improvisation sans relation directe, avouée avec le cinéma. « Cinéma invisible » est le titre de l’album qui s’imposait. Invisible pour le pianiste dans un premier temps, invisible pour l’auditeur obligé de faire appel à sa réserve d’images ou à en forger de nouvelles pour répondre à l’appel de la musique. Le monteur lui a écouté et réécouté pour séparer le bon grain, soit les rushes – pour employer le langage du cinéma -, de l’ivraie, ce qu’il retiendra, les images sonores d’un film à écrire. Qui s’écrit. Le scénario invisible est disponible. Avis aux amateur-e-s. Lire la suite

2017 – Le Carnet de Janina

C’est l’histoire d’un carnet, et du combat d’une femme.

Janina n’a que douze ans en 1943, lorsqu’elle écrit un carnet qui raconte son enfance dans la guerre, alors qu’elle vient de s’enfuir d’un camp de concentration. Ce texte est publié à Cracovie, en 1946, dans l’urgence des témoignages d’après-guerre, puis il sombre dans l’oubli.

Le carnet est retrouvé au début des années 2000 et commence à être traduit aux quatre coins de l’Europe. Alors que Janina, désormais âgée de 83 ans, a lutté toute sa vie pour faire passer des messages de paix en Israël – sans trouver beaucoup d’échos – la résurrection de son carnet offre un nouveau souffle à son combat pour la cause palestinienne. Lire la suite

I Am Not Your Negro

Avec les aimables autorisations de l’auteur et
de
Geneviève Sellier, animatrice du site Le genre & l’écran

Diffusé sur Arte une quinzaine de jours avant sa sortie en salle de cinéma1I am not your Negro, le documentaire de Raoul Peck, a suscité en France, bien au-delà des cercles militants et décoloniaux familiers de ses écrits depuis de nombreuses années, un certain enthousiasme. Le nombre conséquent de papiers élogieux parus dans la presse nationale illustre une attention inhabituelle pour un film documentaire consacré à une figure littéraire et intellectuelle peu connue en France2 – en dépit de la traduction de plusieurs de ses textes littéraires et essais. Indéniablement, I am not your Negro profite des dynamiques en cours dans les milieux universitaires-militants, où une nouvelle génération plus ouverte aux auteur.e.s anglo-saxon.ne.s redécouvre les travaux de Franz Fanon, C.L.R. James, Angela Davis ou, justement, James Baldwin. Lire la suite

L’île aux femmes

En hommage à Ilha das Flores (L’île aux fleurs), documentaire de Jorge Furtado, 1989

Réalisation : Azélie Fayolle, Antoine Lima

 

Manifeste


siteon0

Ce site, qui se veut collectif, vise à proposer à un large public des analyses féministes des fictions audiovisuelles (cinéma et télévision), d’abord sur l’actualité mais aussi sur des œuvres plus anciennes… Par analyse féministe, nous entendons la prise en compte de la façon dont les fictions audiovisuelles construisent, avec les moyens formels qui sont les leurs, les identités genrées, les rapports de sexe et les sexualités, en prenant en compte les dynamiques de domination sociale dont ils sont le terrain et l’enjeu. Lire la suite

Deux annonces du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir


18bbcb90-abdd-44e7-a404-de8ba973b6b2

SÉMINAIRE TRAVELLING FÉMINISTE

Dans le cadre du projet d’exposition et de recherche

Exposer Delphine Seyrig ?

Nous avons le grand plaisir de recevoir

Ulrike Ottinger

bc05ce8c-6f63-4d6e-a668-a216573e18ae

Delphine Seyrig dans « Dorian Gray im Spiegel der Boulevardpresse » 1984

Jeudi 1er décembre 2016 à 18h

au Forum des images (Paris)

Salle 50 Lire la suite

Pour Chantal Akerman

Avec l’aimable autorisation du Réseau féministe « Ruptures »

On marche beaucoup dans les films de Chantal Akerman, dans des espaces ouverts ou fermés, avec ou sans but. Le 6 octobre 2015, la réalisatrice a mis fin au voyage, l’écran est devenu blanc …

Née à dix-sept ans au cinéma, elle n’a cessé d’arpenter le monde, de tisser des fils entre le passé et le présent dans une quête incessante. Sa curiosité la porte à aborder tous les genres, cherchant toujours de nouvelles formes, effaçant les limites entre la fiction et le documentaire, refusant les étiquettes et les chapelles qui sont, disait-elle, « de véritables ghettos ». Lire la suite

Actualité : Projection de Brigitte Brami de Brigitte Sy

au Pitch me café – 45 rue des 3 bornes 75011 Paris – le jeudi 1er septembre : après un premier verre à 19h30 puis à 20h30 : film, puis discute autour du livre Miracle de Jean Genet de Brigitte Brami. Lire la suite

Derrière chaque masque on en trouve un autre


4675658Entretiens autour du cinéma, « 
le cinéma consiste à aller vers la réalité et être surpris par elle », des masques, « d’un coté la révélation de l’histoire du soldat par sa propre voix et de l’autre la dissimulation de son visage », des artifices, de la fiction, « tous les films sont des fictions », de l’histoire et de la propriété, « j’ironise sur la prétention à jouir de l’histoire comme d’une propriété privée ou nationale », la prétention confiscatoire de certain-e-s Juifs/Juives à « affirmer qu’il y a une propriété nationale sur le génocide »… Lire la suite

Rien n’oblige à répéter l’histoire

GERARD_History

« Les émeutes de Stonewall, symbole de la libération homosexuelle, ont eu lieu dans le New York de 1969. En 2012, quarante-trois ans plus tard, Rien n’oblige à répéter l’histoire s’intéresse aux spécificités de la communauté née de cet évènement et tente de comprendre comment celle-ci parvient à transmettre et faire perdurer le vaste projet de transformation à l’origine de ce mouvement. Sept conversations abordant les politiques des minorités sexuelles et les luttes contre l’épidémie de sida se rencontrent pour proposer leurs analyses, raconter leurs tentatives et réunir leurs idéaux. Partageant un criant désir de justice et s’inscrivant dans les domaines des archives, de la vidéo, du militantisme ou de la création d’espaces communautaires, leurs projets traversent les époques : ils ont retenu les leçons du passé et portent vers l’avenir un regard utopique. » Lire la suite

L’invitation au voyage de Claire Simon

afficheLa personne devant moi a demandé au guichet une place pour le bois dont je suis fait. Raccourci mais qui montre que le sujet est bien là, dans l’échange entre lieu et être. Avec Le bois dont les rêves sont faits Claire Simon nous emmène à la rencontre de personnes en osmose avec ce lieu du bois de Vincennes et nous invite dans une recherche poétique sur les correspondances. Lire la suite

Devant ou derrière la caméra, les femmes iraniennes crèvent l’écran

Les journées du cinéma iranien, une coutume qui s’installe peu à peu ces dernières années, ont connu leur quatrième édition du 7 au 9 avril 2016 dans plusieurs salles tunisiennes. Au programme, des longs métrages récents, des documentaires et, cerise sur le gâteau, le remarquable Nahid, primé à Cannes. La voix et le regard des femmes sont de plus en plus présents dans ce cinéma, à l’image d’une société en pleine mutation, où les femmes sont majoritaires à l’université et dans de nombreux secteurs comme l’enseignement, la médecine ou la justice. Une réalité sociale qui se heurte aux barreaux de la Charia en vigueur, qui s’avère chaque jour être une cage trop étroite. Et c’est encore une fois le cinéma qui donne un avant-goût des révolutions à venir, qui ne ressembleront à rien de connu. Lire la suite