Archives de Catégorie: Du coté de Marx

La situation révolutionnaire en Autriche en 1918 et la politique des sociaux-démocrates

La grève de janvier 1918 en Autriche

Le sort des pourparlers ne sera pas réglé à Brest Litovsk,
mais dans les rues de Berlin et de Vienne

 

I – LES POURPARLERS DE BREST-LITOVSK ET LES GREVES REVOLUTIONNAIRES EN ALLEMAGNE ET EN AUTRICHE-HONGRIE

Le 18 janvier, lorsque Trotsky quitta Brest-Litovsk, il était conscient que c’en était complètement fini de la période des joutes oratoires dialectiques avec Kühlman, et que les prochaines semaines (sinon les prochains jours) devraient amener la décision.

Incapable de résister militairement aux impérialismes allemand et autrichien conjugués, la République Soviétique, à peine née, ne pouvait compter que sur deux choses : premièrement, sur le fait que les puissances centrales elles mêmes livraient une lutte à mort contre la coalition des puissances occidentales économiquement supérieures à elles, et qu’elles devaient de ce fait manifester une certaine modération à l’égard de la Russie restée sans défense ; deuxièmement, elle pouvait tabler sur l’épuisement économique de l’Allemagne et surtout de l’Autriche-Hongrie, épuisement dont on pouvait escompter qu’il provoquerait une montée impétueuse de l’état d’esprit révolutionnaire au sein des classes ouvrières et des nationalités opprimées de ces Etats. Ces deux éléments avaient déterminé Kühlman et Czernin à se conduire temporairement de manière très pacifique et démocratique, pour donner l’air le plus innocent possible à leur propre programme d’annexion de l’Europe orientale, en profitant de l’impuissance militaire du gouvernement bolchevik (1). Lire la suite

L’Autriche allemande et la guerre

« Die österreichische Revolution » (La révolution autrichienne) comporte 290 pages (imprimées serrées !). Parution en 1923 à Vienne aux éditions du parti social-démocrate « Wiener Volksbuchhandlung »

.

La première partie (Guerre et révolution : 70 pages) sera mise en ligne prochainement par chapitre.

Ainsi que la critique acérée de Roman Rosdolsky du 4ème chapitre.

 

4 L’Autriche allemande et la guerre

Toute l’histoire moderne de l’Autriche allemande est parcourue par l’opposition entre nos deux identités, allemande d’un côté, autrichienne de l’autre. Lire la suite

Les Polonais et les puissances centrales

« Die österreichische Revolution » (La révolution autrichienne) comporte 290 pages (imprimées serrées !). Parution en 1923 à Vienne aux éditions du parti social-démocrate « Wiener Volksbuchhandlung ».

La première partie (Guerre et révolution : 70 pages) sera mise en ligne prochainement par chapitre.

  • 1. Les Slaves du sud et la guerre :

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/02/21/les-slaves-du-sud-et-la-guerre/

  • 2. Les Tchèques et l’Empire : 

https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/03/02/les-tcheques-et-lempire/

  • 3. Les Polonais et les puissances centrales

  • 4. L’Autriche allemande et la guerre

Ainsi que la critique acérée de Roman Rosdolsky du 4ème chapitre.

 

3 Les Polonais et les puissances centrales

Quand la guerre éclata, la grande majorité des Polonais de Galicie acclama dans les rues les armées impériales qui montaient en ligne en direction de la frontière russe, et c’est par milliers qu’étudiants, intellectuels, ouvriers, vinrent s’enrôler comme volontaires dans les légions polonaises pour aller se battre contre la Russie. Les Habsbourg avaient certes contre eux les Slaves du sud et les Tchèques, mais selon toute apparence, ils avaient avec eux, et misant sur leur victoire, un des peuples slaves de l’empire. À la fin de la guerre, pourtant, les désirs et les espérances des Polonais les placèrent, ni plus ni moins que les Yougoslaves et les Tchèques, dans le camp de l’Entente, pour eux également, c’était la chute des Habsbourg qui les libérerait. Cette mutation de la société polonaise de Galicie, constitue elle aussi un chapitre important dans l’histoire de la révolution autrichienne. Lire la suite

Les Tchèques et l’Empire

« Die österreichische Revolution » (La révolution autrichienne) comporte 290 pages (imprimées serrées !). Parution en 1923 à Vienne aux éditions du parti social-démocrate « Wiener Volksbuchhandlung ».

La première partie (Guerre et révolution : 70 pages) sera mise en ligne prochainement par chapitre.

Ainsi que la critique acérée de Roman Rosdolsky du 4ème chapitre.

 

2 Les Tchèques et l’Empire

C’est la révolution yougoslave qui a poussé l’empire des Habsbourg à entrer en guerre. C’est la guerre qui a allumé l’étincelle de la révolution tchèque. De tous les mouvements révolutionnaires nationaux que la guerre a suscités en Autriche-Hongrie, le plus puissant, le plus lourd de conséquences, a été celui des Tchèques. C’est lui qui a décidé du sort de la monarchie autrichienne. Lire la suite

Les Slaves du sud et la guerre

« Die österreichische Revolution » (La révolution autrichienne) comporte 290 pages (imprimées serrées !). Parution en 1923 à Vienne aux éditions du parti social-démocrate « Wiener Volksbuchhandlung ».

La première partie (Guerre et révolution : 70 pages) sera mise en ligne prochainement par chapitre.

Préface à Die österreichische Revolution (La révolution autrichienne) : https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/02/12/preface-a-die-osterreichische-revolution-la-revolution-autrichienne-dotto-bauer/

1. Les Slaves du sud et la guerre

2. Les Tchèques et l’Empire

3. Les Polonais et les puissances centrales

4. L’Autriche allemande et la guerre

Ainsi que la critique acérée de Roman Rosdolsky du 4ème chapitre.


1. Les Slaves du sudet la guerre

L’ultimatum de l’Autriche-Hongrie à la Serbie a déclenché la guerre mondiale. Celle-ci a donc eu pour cause immédiate le heurt frontal entre l’empire des Habsbourg et les aspirations du peuple sud-slave à la liberté et à l’unité.

Le 19ème siècle avait vu l’émergence d’une bourgeoisie chez les peuples paysans sud-slaves. Celle-ci était à la tête de leur combat contre la domination étrangère et contre leur propre morcellement, qui étaient les fruits du féodalisme en Yougoslavie. Cette lutte était la révolution bourgeoise des Yougoslaves. L’objectif en était la liquidation des rapports de domination féodaux sur le sol sud-slave. Cette révolution nationale des Yougoslaves a été le point de départ de la guerre. Elle a ouvert la voie à la révolution nationale à laquelle a succombé la monarchie des Habsbourg. Lire la suite

Préface à Die österreichische Revolution (La révolution autrichienne) d’Otto Bauer

Je dédie ce livre aux hommes de confiance de la classe ouvrière autrichienne : aux milliers d’hommes de cœur qui, pendant la guerre, ont tenu bon face à des autorités militaires ivres de sang ; aux milliers de militants dont le courage, l’intelligence et le sens des responsabilités ont, à maintes et maintes reprises durant la révolution, sauvé du désastre la classe ouvrière autrichienne menacée par la famine, le désespoir et les illusions ayant cours dans ses propres rangs ; aux milliers qui luttent aujourd’hui pied à pied pour repousser les attaques d’un ennemi ne voyant et n’entendant rien que sa haine. Puisse ce livre aider ces milliers de combattants à comprendre le vaste cadre historique qui donnait son sens à la guérilla que chacun d’entre eux a menée dans son entreprise, dans sa commune, dans son organisation, et puisse cette intelligence être une nouvelle source de perspicacité, d’énergie, de confiance dans l’avenir pour les luttes qui nous attendent ! Lire la suite

Oppression sociale et oppression nationale

Pour Benjamin et Gérard

La révolution de 1848, l’empire austro-hongrois, la question sociale, la question nationale, la Nouvelle Gazette rhénane, Friedrich Engels, Karl Marx, Mikhaïl Bakounine…

Roman Rosdolsky propose une relecture très critique de la politique des nationalités développée dans Nouvelle Gazette rhénane et en particulier par Friedrich Engels.

Il sera ici question de populations tchèques, de « slaves du sud », de populations ukrainiennes (ruthènes), de Slovaques, de Croates, de Slavons, de Vaques, de Saxons de Transylvanie, de Magyars et d’autres populations d’un territoire nommé Hongrie, de Roumains, de Serbes, etc. Lire la suite