Archives de Catégorie: Polar

Enquêter au cœur du tumulte et de la barbarie

Hervé le Corre nous fait pénétrer « Dans l’ombre du brasier », le brasier du Paris de mai (les 18 et19 pour être exact) 1871. La Commune vit ses derniers instants. Les combattant.e.s veulent encore y croire pour construire une société fraternelle, libre. En face, les Versaillais. Thiers est aux commandes d’une armée vaincue par les Prussiens mais qui se retourne contre les siens. Sainte-Alliance des possédants contre les rêves, les utopies d’une population qui se bat pour toute l’humanité. Pas de suspense. Les massacres seront à la hauteur des peurs de ces bourgeois étriqués. La barbarie régnera en maîtresse exigeante. Lire la suite

L’intérieur d’une maison n’est pas un horizon, elles affrontent le monde et vivent large…

Conseil de lecture : commencez par Les enquêtrices citées (séries), de petites biographies des femmes que vous croiserez dans votre lecture…

Caroline Granier, lectrice passionnée de romans policiers, s’est lassée de cet univers essentiellement pensé au masculin, « où nombre d’auteurs usent de connivence avec LE lecteur et, par le biais du narrateur ou du personnage principal, tiennent des propos sexistes ou misogynes sans être contredits par quiconque ». Elle est donc partie à la recherche des héroïnes. Dans son avant-propos, presentation-et-avant-propos-du-livre-de-caroline-granier-a-armes-egales-ressouvenances-2018/, publié avec les aimables autorisations de l’autrice et de l’éditeur, elle parle, entre autres, de nouvelles images de femmes puissantes, de la littérature et du récit de « la défaite des femmes », des différences socialement et historiquement construites, des « hommes et les femmes ne sont pas essentiellement différents », du masculin soi-disant universel. « Ce livre aura atteint son but s’il vous amène à lire les polars avec un œil critique, s’il vous fait découvrir de nouvelles héroïnes et, surtout, s’il ouvre le champ des possibles »… Lire la suite

Le coin du polar (décembre 2018)

Histoires napolitaines

Naples, sale et attirante, pleine de nostalgie, d’histoires étranges inscrites dans un passé jamais dépassé, ville qui ne se rassasie pas de son passé fasciste. Les traces architecturales – le bâtiment de La Poste notamment – présentes et niées tout à la fois ne se voient pas comme lieux de mémoire. Le nom même de Mussolini n’est jamais prononcé mais il reste comme une ombre, celle de ses réalisations et des références inscrites dans le sol. Lire la suite

Présentation et avant-propos du livre de Caroline Granier : À armes égales (Ressouvenances 2018)

Avec les aimables autorisations de l’autrice et de l’éditeur

Présentation générale

Les enquêtrices dans les polars… Les figures de fliquesses, de privées, de journalistes d’investigation, d’inspectrices sont de plus en plus nombreuses (françaises, européennes ou américaines). Cérébrales, fonceuses, intuitives ou rationnelles, épanouies ou névrosées. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Qu’ont-elles en commun ? Un désir d’aventures et une soif de liberté sans limites. Attention : elles sont souvent armées… combatives en tout cas. Car leur place dans un monde encore dominé par les hommes n’est pas acquise. Alors elles agissent et prennent leurs affaires en main : et si elles nous montraient la voie ? Lire la suite

Caroline Granier : A armes égales

Les enquêtrices dans les polars… Les figures de fliquesses, de privées, de journalistes d’investigation, d’inspectrices sont de plus en plus nombreuses (françaises, européennes ou américaines). Cérébrales, fonceuses, intuitives ou rationnelles, épanouies ou névrosées. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Qu’ont-elles en commun ? Un désir d’aventures et une soif de liberté sans limites. Attention : elles sont souvent armées… combatives en tout cas. Car leur place dans un monde encore dominé par les hommes n’est pas acquise. Alors elles agissent et prennent leurs affaires en main : et si elles nous montraient la voie ? Lire la suite

Le coin du polar (Novembre 2018)

Historique.

Jean D’Aillon est un créateur de série. Celle des aventures de Louis Fronsac, notaire au départ, se situe au « siècle de Louis XIV » pour dresser un portrait de ce roi que l’on soupçonne d’être un bâtard et un grand malade aimant le secret et la grandeur, sans doute du fait de sa petite taille. Les hypothèses les plus diverses circulent sur ses maîtresses et enfants plus ou moins légitimes ou illégitimes. L’intérêt des enquêtes de Louis Fronsac – et de ses compagnons découverts dans le précédent, « Le dernier secret de Richelieu » – est de nous faire partager les possibles plausibles concernant la vie du Roi. « Menaces sur le roi » fait état d’un fils illégitime dont le secret est bien mal gardé. Pressions politiques, chantages, assassinats, faux et vrais coupables se succèdent, s’enchevêtrent pour permettre au Sherlock Holmes de D’Aillon de découvrir les pots aux roses. Agréable à lire même si toutes les pistes ne sont pas totalement creusées.

Jean D’Aillon : Menaces sur le roi, 10/18 Lire la suite

Le coin du polar : Chic, c’est la rentrée !

« Le siècle de Louis XIV » à ses débuts.

Jean D’Aillon, dans « Le dernier secret de Richelieu », se propose de faire la lumière sur l’énigme du masque de fer, personnage enfermé à la prison de Pignerol où le surintendant des finances Fouquet purge sa peine de prisonnier à vie. Une enquête menée par l’ex-notaire Louis Fronsac en compagnie de son fils amoureux d’une mystérieuse jeune femme nommée La Forêt. Le paysage social de cette année 1669, avec ses conflits internes à la noblesse en passe de venir uniquement courtisane, les affrontements liés à l’émergence de la bourgeoisie et la misère du peuple trop souvent condamné aux galères, tient lieu de trame essentielle comme la description de Marseille avec ses marins révoltés, refusant la loi monarchique. Lire la suite