Archives de Catégorie: Capitalisme /Critique de l'économie politique

Quel rapport entre l’agriculture industrielle et la crise climatique ?

Une nouvelle vidéo d’animation, présentée par GRAIN et Alianza Biodiversidad, offre une réponse à cette question. La vidéo propose des solutions qui peuvent nous aider à sortir de l’impasse dans laquelle les multinationales agroalimentaires tentent de nous enfermer. Lire la suite

L’économie mondiale en plein chaos

« N’importe quel enfant sait que toute nation crèverait,
qui cesserait le travail, je ne veux pas dire pour un an,
mais ne fût-ce que pour quelques semaines.
 »

La pandémie a profondément désorganisé l’économie mondiale. Plutôt que de chercher à faire des prévisions, cet article voudrait montrer pourquoi c’est un exercice impossible. La logique de cette crise est en effet inédite, et la manière d’en sortir va dépendre de facteurs non seulement économiques, mais aussi sanitaires et socio-politiques. On insistera plus longuement sur les conséquences de cette crise pour la gestion des dettes en Europe. Lire la suite

Auto-extinction du néolibéralisme ? N’y comptez point

Pour la deuxième fois depuis le début du siècle, les gouvernements d’Amérique du Nord et d’Europe interviennent massivement avec des fonds publics et en collaboration avec les banques centrales pour renflouer des secteurs entiers de l’économie et prévenir un effondrement économique général. Les opérations de sauvetage en cours rendues nécessaires par la pandémie de Covid-19 ont déjà atteint une ampleur bien supérieure à celles déployées contre la crise financière de 2007-2008. Ces opérations se heurtent aux principes fondamentaux du néolibéralisme dans la mesure où elles constituent une intervention régulatrice massive de l’État pour circonscrire le marché, alors que la dérégulation et la « survie du plus apte » sur le marché sont au cœur de l’idéologie néolibérale. Lire la suite

Vers une crise économique majeure dans Toulouse et sa région. Toulouse, le syndrome Détroit ?

Coup de tonnerre dans un ciel bleu ou bien descente aux enfers ?

Nous avions eu droit à une première alerte. Souvenez-vous, en avril 2010, le volcan islandais au nom imprononçable, l’Eyjafjallajökull, entrait en éruption et projetait dans le ciel un panache de cendres volcaniques. Devant la dangerosité potentielle de ce nuage et l’absence de normes IATA en ce domaine, un certain nombre de compagnies aériennes avaient très largement restreint leur trafic provoquant ainsi, pour quelques jours la plus longue interruption du trafic aérien de l’après guerre avec 100 000 vols annulés dans onze pays européens, laissant au sol 10 millions de passagers et provoquant la perturbation ou l’annulation de nombreux évènements politiques, sportifs ou culturels. Et puis, nous sommes passés à autre chose en ne gardant comme souvenir que ces magnifiques ciels bleus au-dessus de Toulouse, vierges de toutes les trainées blanches liées à la condensation de la vapeur d’eau émise par les réacteurs. Lire la suite

Quelques remarques sur la situation économique

La crise sanitaire a produit un choc sur l’économie mondiale. De nombreuses incertitudes demeurent tant sur la durée de cette crise qui peut passer par des rebonds successifs en l’absence de vaccin ou de médicament efficace que sur les leçons qu’en tireront les classes dirigeantes et leur division éventuelle. Enfin, il est aujourd’hui impossible de prévoir quel sera l’état des opinions publiques quand cette crise commencera à s’atténuer et donc de savoir quel sera le centre de gravité politique, ce qui aura aussi une importance sur la situation économique, l’économie n’étant jamais simplement de l’économie.

Plan du texte.

– Une situation déjà dégradée avant la crise sanitaire

– Les ressorts de la récession

– Les réponses des classe dirigeantes

– Où en est la mondialisation néolibérale ? Lire la suite

Derrière le virus…

Le coronavirus est un révélateur – au sens photographique – implacable.

D’abord du néolibéralisme dans ses caractéristiques fondamentales : privatisation comme modalité de fonctionnement de la société avec comme conséquences la déstructuration des services publics et un développement anarchique faisant éclater les secteurs stratégiques tout autant que les fonctions régaliennes, à l’exception des forces de répression. C’est le double aspect du néolibéralisme : la volonté de détruire la forme sociale de l’État – i.e. « le welfare state », État-providence – et s’orienter vers la forme répressive de l’État, une tendance qui trouve des résistances sociales importantes. Lire la suite

Nous ne devons pas ignorer le monde au profit de nos modèles

Deux remarques pour commencer.

Il n’y a pas de prix Nobel d’économie mais un prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel. Malgré les dénégations de beaucoup d’économistes, l’économie ne relève pas des sciences dites exactes (comme les mathématiques ou la physique) mais bien des sciences sociales. L’économie devrait nous parler des systèmes de production, de leurs évolutions, de leurs contradiction et des choix démocratiques nécessaires à la construction des futurs. Lire la suite